Le futur du vélo (20/07/2014)

I0.jpgl est de plus en plus clair que se déplacer en ville en voiture devient problématique et qu'arriver à destination quelque part à une heure précise, n'est plus du tout garanti sur facture. Alors, il faut trouver autre chose. Le vélo vient à l'esprit. Oui, mais, il y a les bosses et les fosses... Comme nous sommes en période de vacances, ce serait une bonne période pour expérimenter ce genre de déplacements avec l'aide intégrée d'un moteur électrique. 

Les exigences de la modernité d'arriver à l'heure aux rendez-vous ne sont plus réalisées avec la rutilante bagnole prête à tout faire.

Qu'à cela ne tienne, il y a d'autres solutions.

La moto vient à l'esprit. Circuler, se faufiler dans les bouchons peut donner une esprit outrancier de liberté avec des conséquences désastreuses en cas d'accident.

Les transports en commun, bien sûr. Parfois trop communs avec des horaires élastiques, un éloignement pour les atteindre qui ne correspond ni à la résidence de départ, ni la destination d'arrivée. Oublions les grèves, cela ferait trop mauvais genre. 

Le vélo redonne ce sentiment de liberté quand la pleine force physique et l'habitude d'y recourir à coups de pédales.

Prendre ma voiture, la liberté d'hier, c'est est devenue ringard. 

0.jpgLe rédacteur Zen écrivait le billet dithyrambique "Vélo ira loin". Il avait omis de préciser quelques défauts d'utilisation.

Enthousiasme que je lui reconnais bien volontiers. Je suis cycliste avec un vélo tout terrain qui, sans la chaîne de sécurité et tous les accessoires annexes, pèse tout de même ses 15 kilogrammes dans sa nudité, exempte de paquets.

Avant lui, un demi-course, plus léger, me permettait d'aller plus loin mais qui cachait des tendances à cracher ses boyaux. Avec lui, il y avait un argument indéniable qui ajoutait à son plaisir: j'étais plus jeune. C'est devenu du tout terrain et du toutes destinations mais à proximité.

Garer son vélo. Avec un appartement comme seule résidence principale, le balcon ou le living ne sont pas des endroits très esthétiques pour l'entreposer. Alors, un garage en le surélevant pour ne pas gêner la voiture, s'impose. 

0.jpgPas question de le laisser ce vélo si cher à son cœur dans la rue. Il pourrait avoir des ailes sans garder ses racines. 

Le sport, en général, on aime ou on n'aime pas. Churchill le détestait et il doit avoir fait des émules.

Dans les villes des pays plats comme les Pays Bas, le vélo a pris la prépondérance.

Dans ce genre de pays, ce n'est plus la voiture qui est le danger pour le piéton, mais le trop plein de cyclistes pour qui tout ce qui est carrossable, devient un royaume inaliénable. Si le vélo devient un engin de rencontres importunes et créer de fameuses pelles pour les piétons et pour ceux qui sont en selle, cela devient tangent.

Bruxellois, je peux dire que le terrain n'y est pas plat.

Pentes et des faux plats ne se prêtent pas aux mollets délicats.

Les "vilos" s'y sont installés comme les vélibes dans d'autres villes pour la pratique de la bicyclette. Les pistes cyclables se sont intégrées dans les paysages des voies les plus fréquentées. Un nouveau gouvernement s'est mis en place à Bruxelles et un des projets de "mobilités" concerne les pistes cyclables.

Un sondage qui demandait Le vélo est-il vraiment l'avenir de la ville? Ce fut, oui, à 78%.

0.jpgAu vu des parking de ces "vilos", il est amusant de constater qu'ils sont plus remplis dans les creux que sur les bosses des collines bruxelloises.

La France espère promouvoir la santé de ses citoyens, réduire la pollution atmosphérique et la consommation de carburant. Des Français vont être payés pour aller travailler à vélo.

Que ne ferait-on pas pour racler les fonds de tiroirs? 

Pédaler, c'est à moindre coûts, bien d'accord.

C'est la belle saison et le Tour de France est en cours et incite à reprendre la bicyclette. 

A voir les chutes qui ont eu lieu la semaine dernière dans ce Tour prestigieux, cela refroidirait de décrocher sa petite reine de son reposoir.

Touring Secours annonçait, récemment, que la proportion des utilisateurs du vélo est en constante augmentation.

Aujourd'hui, il y aurait 14% des membres utilisateurs de vélo contre 11% en 2012.

La voiture reste le moyen de locomotion le plus utilisé avec 55% des usagers. Le train affiche un taux d'utilisation de 8,7%, le tram de 5,2%, le métro de 6,6% et le bus de 12,4% en ville. Le compromis est à trouver au niveau confort d'utilisation et de sportivité.

Ce serait encore mieux avec la possibilité de mettre entre parenthèse les efforts quand l'envie de pédaler n'est pas au rendez-vous. Il y a des jours avec l'envie de pédaler, d'être sportif dans l'âme et des jours "sans".

La popularité du vélo devrait s'accroître avec l'utilisation du vélo électrique.

0.jpg

Un vélo sur dix est vendu avec une aide de l'électricité. Il permet de parcourir de plus grandes distances, plus facilement, plus vite et avec moins d'efforts.

Avec cette petite reine électrifiée, le vent de face n'est plus un problème majeur et, en principe, il n'y plus que les conditions atmosphériques de la pluie qui peuvent refroidir les enthousiasmes.

La pluie, l'ennemie du cycliste à cause des glissades sur deux roues, des "pelles" avec des conséquences tragique lors de rencontre avec un autre véhicule plus solide sur quatre roues.

0.jpgDessinés en R&D à Amersfoort aux Pays-Bas et assemblés à Hartmansdorf en Allemagne, les Ride+ et qu'on sort, se retrouvent dans une brochure qui démontre une foule d'options et de versions de "carburation", pardon de puissance de moteurs électriques et de longévité des batteries.

Il y est dit que Bionx assure l'adaptation des réglages tandis que Bosh assure la fiabilité. (Rien à voir avec le Bronx ni les Boches d'antan.)

Le silence de la technologie dans tous les cas.

Le moteur se distingue en prenant place à l'avant, à l'arrière ou au centre, intégré avec le pédalier. Chacun avec ses avantages particuliers d'équilibre ou de sportivité en fonction du centre de gravité. 

L'électricité chargée sur le réseau parfois en moins d'une heure, ou additionnée par la récupération au freinage et dans une descente. Le ReGenDrive, fait atteindre l'autonomie à 100 kms en système Bionx et dépasser les 160 kms en système Bosch lors de conditions favorables.   

Si le prix plus élevé reste un point négatif, il dépend de l'utilisation, du "confort" en échange de son prix d'achat. 1500 euros au minimum, entend-on. Au mieux, pour le cadre, on parle d’aluminium. Pas encore de carbone à l'horizon dans le catalogue.   

0.jpg

Les grandes surfaces font descendre les vélos électriques pour femmes à 1000 euros. Oui, mais... dans ce cas, sans parti pris, vaut peut-être mieux rester utilisateur de transports en commun.

Les 21% de TVA sont dans le collimateur du Touring Club avec la demande d'être abaissés à 6%.   

La batterie et le moteur rendent lourd, le vélo électrique. Difficile à manœuvrer, problématique pour être inséré dans une petite voiture avec un coffre aux dimensions du mouchoir de poche.

C'est aussi, là, que l'on rassemble les points positifs et négatifs.

En dehors du prix, l'ennemi du vélo électrique peut être le poids.

Les 25 kilogrammes pour le moins, si ce n'est pas nécessairement un problème en route, dans le garage, au moment de le faire grimper pour l'accrocher au mur aux côtés de la voiture, cela peut le devenir.

Le meilleur compromis serait de pouvoir transporter son vélo dans le coffre de la voiture, voiture qui sera laissée dans un parking de délestage en dehors de la ville.

Le vélo pliable compact et électrique serait-il la solution?

Au salon de Taipei, un vélo électrique de la société taïwanaise Darfon serait la réponse au problème. Il était dit qu'avec un cadre en carbone, il ne dépasserait pas 17 kg comme poids total (ouille...on est encore loin du vélo à la pédale douce en carbone). Un moteur électrique pratiquement invisible dans le cadre au niveau de la roue arrière et des roues de 20 pouces pour conserver la maniabilité dans le trafic urbain est annoncé. Prix encore inconnu.        

1.jpgLe magazine de l'assurance Ethias rappelait qu'avec ou sans batterie, il fallait être assuré avec une assurance familiale. La société participe au projet "Tous vélo-actifs" de la Région wallonne alors qu'un projet identique existe en Flandre. Les stations de recharges sont parait-il, présentes dans leur bureaux à Hasselt et à Liège. 

Le titre de leur annonce était "Le vélo électrique conquiert la route" puisque le succès de vélo électrique semble incontournable.

En 2013, d'après leurs dires, les magasins de vélos belges auraient enregistré des ventes record: 406.092 vélos électriques se partage la demande croissante de moyens de transport alternatifs. Le vélo électrique arriverait en troisième position, derrière le vélo citadin et les accessoires pour vélo.

Le vélo électrique, des loisirs serait-il destinés aux seniors?

Non, aux trentenaires et aux quadragénaires qui se laisseraient tout autant séduire comme deuxième voiture familiale. Il permettrait d'aller partout et même à contre-sens dans les rues à sens-unique de Bruxelles et d'autres villes. 

Le but avoué reste toujours le même: rouler plus loin, sans transpirer, même si les pistes cyclables traversent du terrain plat en alternance avec des collines aux pentes douces et de solides montées.

Avec le bon sens de la solidarité, ce serait arriver au boulot sans sueur alors qu'il n'y a pas de douche prévue, pour ne pas chauffer les narines des collègues par les odeurs de transpiration.

Le pieds pour tout le monde, quoi... et sans les mollets mis trop à contribution.

En finale, ce serait braver les intempéries avec le nez sur le guidon pour corriger une condition physique en déperdition quand la belle saison réapparaît et faire illusion d'une sportivité à toutes épreuves devant les voisins à vélo avec la discrétion du moteur électrique.

Jeudi, sur RTL, l'émission "Tout s'explique" expliquait comment maintenir un poids correct des personnes. Il était dit qu'il fallait des efforts légers mais réguliers pour le contrôler. Tout à fait dans les rayons du vélo électrique.

0.jpg

Lors de mes dernières vacances dans le Trentino, des vélos électriques étaient proposés en location, ce qui m'avait inspiré pour l'écriture de ce billet. 

"Un vélo électrique reste avant tout un vélo", dit le spécialiste. Ce n'est pas une moto.

A de rares exceptions près, le vélo, ce n'est fait ni pour le cul-de-jatte, ni pour le vieillard impotent. Celui qui souffre de problèmes d'équilibre à vélo comme pourrai l'être celui qui souffre de VPPB, ne sera pas mieux loti avec de l'électricité comme pousse-pousse dans l'arrière-train.

Vous devez pédaler et bouger, mais l'assistance électrique rend les choses plus faciles comme si on avait en permanence le vent dans le dos. Après les 25 km/h, l'assistance électrique abandonne et les freins ne sont plus là pour assurer un freinage efficace puisque le poids du moteur accroît la distance de freinage. Le vélo électrique permet de rouler avec un partenaire au même rythme. Ce qui désigne ce vélo comme une activité sociale.

L'assurance Ethias répondait aux questions que l'on pourrait se poser à son sujet. 

Voici les réponses pour info telles quelles sans aucun intérêt personnel ni publicité. 

1. Mon vélo électrique est-il assuré en vacances ?

Oui, les assurances d'Ethias sont valables tant en Belgique qu'à l'étranger. Concernant l’assurance, nous distinguons deux types de vélos électriques :

A. Le vélo électrique à assistance au pédalage : la RC de votre assurance Ethias Familiale suffit pour ce vélo. Elle couvre d'éventuels dommages que vous ou un membre de votre famille causez à des tiers pendant l'utilisation de votre vélo électrique dans le monde entier. Les cyclistes passionnés qui s'entraînent intensément (par ex. pour l’ascension du Mont Ventoux) peuvent prendre une assurance Sports d’Ethias : elle couvre également les dommages corporels, en cas de chute ou de défaillance cardiaque par exemple.

B. Le vélomoteur électrique avec lequel il ne faut pas pédaler : pour ce type de vélo électrique, la loi vous oblige à souscrire une RC Auto pour circuler sur les routes belges. La RC auto vous assure également en  Europe en cas d'accident entraînant des dégâts matériels. Vous souhaitez être couvert pour des dommages corporels au cas où vous provoqueriez un accident ? Souscrivez alors une assurance conducteur.

2. Quels sont les avantages d'un vélo électrique ?

Le vélo électrique n'a que des avantages. En voici quelques-uns :

3. Quelle est la différence entre un vélo électrique à 600 € ou à 6.000 € ?

Outre le design, le prix dépend de l'autonomie de la batterie et du niveau d'assistance au pédalage souhaité. Si vous désirez une autonomie de 80 km, vous paierez davantage que si 40 km suffisent. Vous pouvez évidemment continuer à rouler si la batterie est à plat, mais vous ne bénéficierez plus de l'assistance électrique. Le prix d'un vélo électrique standard est actuellement d'environ 1.200 €.

4. Dois-je recharger le vélo électrique tous les soirs ?

Si vous achetez un nouveau vélo, rechargez-le complètement. Il faut 5 heures pour recharger une batterie Li-Ion, il suffit donc de brancher le chargeur sur une prise de courant pendant une nuit. En général, il faut recharger le vélo lorsque la batterie est à 25 – 50 % de sa capacité. Si vous n'utilisez pas votre vélo électrique en automne ou en hiver, rechargez la batterie au moins une fois par mois. S'il gèle, rangez le vélo – ou la batterie si elle est amovible – à l’intérieur. Le rayon d'action peut diminuer de 30 à 50 % si la batterie est trop froide.

5. Existe-t-il des itinéraires spéciaux pour vélos électriques ?

Le secteur touristique a réagi à la popularité croissante du vélo électrique. Plusieurs itinéraires ont été tracés en Belgique : des Ardennes flamandes aux Cantons de l'Est, pour les amateurs ou les passionnés. Il y en a pour tous les goûts !

En résumé, les questions à se poser pour déterminer le choix du type de moteur et de batterie restent: 

Mon copain, grand fan de cyclisme avec son Eddy Merkx, avec son expérience du Laos, me soufflait que le mal du vélo électrique était triple: 

"C'était un must à Vientiane il y a deux ans. Maintenant, il n'y en a plus un seul," ajoutait-il encore. 

Il m'avouait qu'il restait un peu trop de temps sans bouger ces derniers temps et ne reprenait pas son Merkx préféré. C'est que là-bas, on devient "fiu" comme diraient les Polynésiens. 

0.jpgEn fait, le problème du vol n'est pas spécifique au vélo électrique. Sur ce dernier, il y a maintenant une serrure intégrée au moteur. Inviolable? J'ignore. Quand on est bidouilleur, même en pièces détachées, cela peut intéresser. Maintenant, si on dit qu'on pourra voler pour se rendre au travail, ou en camping avec Dubosc, sans tout changer, cela permettrait de revoir une partie des objectifs.  

Il m'ajoutait que si un cycliste ne montait pas sur un col, il ne connaissait pas ce qu'était le vélo.

Pour moi, les cols cela reste une affaire de chemises. Quand il y a des buttes à franchir à vélo, pragmatique, j'ai une fâcheuse tendance à chercher à les contourner. Puis, les problèmes d'encolure ne sont plus de notre âge. 

0.jpgCelui qui doit transporter une mallette pourrait trouver une solution grâce à la société greenenergymotors qui lance une mallette qui se mue en trottinette. Cette mallette contient les effets personnels et se déploie en valise à roulettes ou en trottinette électrique.  L'ensemble ne pèse que 12 kg et peut rouler à 20 km/h avec une batterie qui permet de parcourir 40 km dont la recharge demande une heure.  

Je n'ai qu'un vélo mais sans moteur, accroché au mur du garage de la bagnole. Alors, on étudie la cas de la fée électricité pour un futur et un moyen de le faire grimper à hauteur suffisante sur le mur du garage avec le moins d'efforts possibles.

0.PNG

On parlait du silence comme avantage du vélo électrique.  

Comme tous les véhicules électriques, peut-être faudra-t-il, un jour, réintroduire le bruit comme sur les vélos d'antan pour prévenir de son arrivée.

Le jeu de cartes fixés par des pinces à linge pour pétarader comme une mobylette. Le silence du tout électrique devient parfois l'ennemi pour les rencontres avec les piétons. 

Dans le trafic, les oreilles sont tout autant utilisés que les yeux. Il n'est pas rare de devoir rappeler à l'ordre le piéton qui n'a pas remarqué qu'il marchait sur la piste cyclable en partage sur le trottoir. Le dring-dring doit être utilisé, mais dans le brouhaha d'un trafic automobile, il reste souvent peu perceptible à plus de dix mètres. Tout véhicule électrique ne donne qu'un temps de réaction de moins d'une seconde et un espace de 3 mètres. Le fait que le vélo devienne électrique ne change pas radicalement le problème, si ce n'est que le potentiel de vitesses accrues existe.   

0.jpgJe me propose de tester ce moyen de locomotion bientôt et j'espère revenir avec quelques expériences en plus. On trinquera et on "trekkera" ensemble sans plus s'en rendre compte.0.jpg

Qui sait, on ajoutera, peut-être avant, un parapluie et une ombrelle interchangeable sur l'arrière de la selle et des pneus antidérapants pour les jours de pluies ou des pneus lisses pour les jours de sécheresses.

Le futur va encore apporter quelques surprises d'ingéniosité à la fée électricité du vélo. 

Suite au prochain numéro, comme on dit dans ce cas-là.

Aujourd’hui, mon caricaturiste préféré, Vadot faisait sortir l'informateur avec une hache et un couteau dans le dos sur les traces de Froome et Contador mais sans moteur.

Demain, dans le défilé de la fête nationale, je verrais très bien des policiers en selle sur vélos électriques, puisqu'ils sont déjà en selle dans les rues de Bruxelles. 

La devise "Faire plus avec moins" serait ainsi radicalisée. 

 

 

 

0.jpg

Anecdote pour anecdote, le copain, Marcel Sel s'était baladé à la côte et y avait essuyé quelques crachins à la mer et écrivait ce petit mot "souvenir" avec une certaine philosophie au bout de l'aventure ---->>>

J'ignore s'il y fit du vélo. Aurait-il eu besoin de l'électricité en pousse-pousse dans ce cas? Une question qu'il me répondra peut-être.

Mais, cela m'avait rappelé ma prime jeunesse à bord d'une bicyclette le long de la côte. Novice du vélo à l'époque, ce fut un départ, tout frais, enjoué même entre copains, avec le vent arrière et un retour qui avait pris des allures de retraite de Russie avec le vent de face.

Pas de moteur, pour assouplir ces fameux coups de pédales qui n'en finissaient pas. Pas même de Paulette, de fille du facteur avec la peur de mettre le pied à terre. 

Pas fait de photos de cette époque?, me demanderiez-vous.

0.jpgDans le cadre du souvenir de 14-18, le JT de la RTBF parlait de cette "Petite Reine" qui n'avait pas de dérailleur.

Non, personne n'y avait pensé. D'ailleurs, gardons-nous des souvenirs de calvaires ou de moments de gloire?

Prenons l'humour dans la Revue du Théâtre des Galeries:podcastpodcast
Après une semaine de pluies, hier samedi matin, xième jour de canicules ou de "cannes aux cul" comme j'aime les appeler, j'ai enfourché mon vélo pour espérer récupérer un peu d'air frais par le seul mouvement. Un petit tour, mais sans faire d'excès.

Les photos, ce sera pour demain matin, en vélo, à la fête nationale et peut-être, en plus, avec la traditionnelle drache nationale en prime...

La nouvelle Reine sur sa petite reine, je l'ai vue lors d'une autre occasion. Un an déjà, depuis ces photos-là.

Sans drache nationale, voici la fête nationale 2014 avec le thème prégnant du centenaire de la Grande Guerre 14-18.

 

L'enfoiré,

 

Citations avec une prédilection pour celles de Pierre Dac: 

 

29 août 2014: En Norvège, l'auto électrique est victime de son succès. Dans le but d'inciter la population, exempter de taxes alors qu'elles sont lourdes pour les cousine à carburant fossile, le droit de pouvoir emprunter les couloirs des transports en commun,... une voiture électrique sur 160 habitants (32.000 voitures). Le cercle vicieux, les transports en commun sont dans des bouchons perpétuels. 

19 janvier 2018: Le Match présente une nouvelle version du vélo électrique

1.JPG0.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 janvier 2018: Vélos électriques loués aux sociétéspodcast
19 avril 2018: La situation en Belgiquepodcast

27 mai 2018: La vélorution en ville est en marchepodcast

28 décembre 2019: Prenons l'humour dans la Revue du Théâtre des Galeries:podcast

1.JPG

2.JPG

3.JPG

4.JPG

16 septembre 2020:podcast

| Lien permanent | Commentaires (33) |  Imprimer