Courir sans limites, la nouvelle addiction? (01/06/2015)

0.jpg... le titre d'un article du Vif dans la catégorie "Mode de vie".

En préambule: "Véritable phénomène du XXIème siècle, des quadras et de plus en plus de trentenaires se mettent à la course à pied. Furieusement tendance, le running devient une activité quotidienne et vire parfois à l'obsession".

Dimanche 31 mai, les 36ème "20 kms de Bruxelles".

On annonçait, au JT (28:00-30:20), plus de 40.000 coureurs à pieds tout en rappelant l'utilité de bien se préparer. 

Moins chaud qu'il y a un an.

Un point positif, quand on pense au frère de Valentine Croughs décédé d'un arrêt cardiaque juste après d'avoir franchi la ligne d'arrivée. 

Il avait un problème cardiaque et il n'avait jamais fait d'électrocardiogramme pour le constater.

...

0.jpg

Quatre autres problèmes cardiaques s'étaient produits dans la même course.

Un rappel qui n'est donc pas superflu.

Pour ne pas l'oublier, elle a écrit une chanson.

Alors, c'est peut-être le moment de remettre les choses à plat.

...

Sommes-nous fait pour courir? 

Oui, répondait un encart de l'article unanime avec une vidéo passée sur ARTE:

"Si nos ancêtres sont devenus bipèdes, c'est d'abord pour courir après leurs proies. Aujourd'hui, dans nos sociétés modernes, l'homme ne court plus pour survivre, mais il reste quelques rares endroits sur la planète où l'endurance physique conditionne sa vie. En Afrique, la plupart des meilleurs coureurs du monde, évoluent pieds nus. Au Canada, se déroule l'un des plus grands marathons du monde, Canadian Death Race, un marathon de 125 km dans les montagnes de l'Alberta. L'objectif: étudier, à partir des récentes découvertes scientifiques, l'origine de la course.

Grâce aux témoignages de biologistes et de scientifiques, les tactiques de chasse par épuisement des proies, il y a environ deux cent mille ans, expliquent la spécificité de l'Homo sapiens dans la course par sa capacité d'endurance. Dans nos sociétés modernes alors, que l'on prise les baskets sophistiquées, les meilleurs coureurs restent ceux qui, trop pauvres pour avoir des chaussures, se sont entraînés pieds nus.

0.jpgDoigts de pieds courts, voûte plantaire et tendon d'Achille jouent le rôle de ressort, les muscles fessiers et ligaments nuchals, celui d'équilibreur du corps.

Alors que l'animal, en général, court plus vite, celui-ci se met assez rapidement en hypothermie à cause de l'énergie dépensée pour la course.

L'homme transpire et élimine ce trop plein de chaleur, ce qui permet une plus grande endurance.

Le problème, c'est que ce "pauvre" Homo Sapiens est devenu sédentaire et a perdu beaucoup de potentiels de coureur endurant.

Une maladie du dos, une scoliose et cela se complique encore plus pour conserver un désir de courir. 

L'article se posait la question, "où sont passés les utilisateurs de trottinettes qui hantaient les trottoirs?".

Se seraient-ils mis à trottiner en running et à courir sans roulettes?  

Un Belge sur huit serait devenu runner ou joggeur régulier. Ce qui a fait que ce sport est devenu plus populaire que le vélo.

La distinction entre running et jogging n'est pas anodine.

...

Courir ne suffit plus.

Les entreprises se sont même prêtés au jeu en créant des clubs de coureurs. Les marques en ont fait un vrai business et les réseaux sociaux, un virus qui s'est transmis de génération en génération du plus jeune vers la plus âgé ou vice-versa.

Une génération de geeks de course à pied s'est vue attirée par la technologie du contrôle.

Si dans les années 70, les coureuses à pied étaient mal vue ou considérées comme des garçons manqués, depuis 2010, il est arrivé une seconde vague avec d'autres motivations a déferlé.  

Un engouement plus qu'une mode, un sport-santé lié à l'avènement d'une société du bien-être avec une alimentation bio comme complément indispensable à la volonté d'ajouter de l'exotisme. 

A l'origine, cette fougue avait commencé en Nouvelle-Zélande, puis aux Etats-Unis. Elle est arrivée en Belgique dans les années 80 dans une pop culture comme un acte politique de libération. 

Pour certains "tordus", le jogging s'est transformé en compétition en marathons de toutes sortes, au risque de devenir de véritable addicts à la recherche de résultats couronnés de trophées.

0.jpg

Leurs performances se retrouvent sur les réseaux sociaux pour un jeune sur deux.

L'idée de communauté que l'on exhibe sur Fakebook, s'allie à celle de se faire de nouveaux amis au passage.

Pour eux, pas question de partir sans son smartphone ou sans une mini caméra pour se rappeler des exploits. 

Samedi, j'ai été visité le nouveau plus grand "super bazar" du sport "Décathlon" qui vient de s'ouvrir à Evere.

Apparemment, sa pub "à fond la forme", cela fonctionne. Elle précède et suit une logique de l'engouement pour tous les sports, mais, la course à pied n'est pas en reste.

Pour le sportif urbain, il s'agit seulement d'adopter un style de partage avec les autres consommateurs des artères de la ville. 

En route, un joggeur sur deux se conjugue au féminin.

0.jpgLe running, un sujet de conversation dans lequel se glisse, parfois, une vantardise non avouée dont il faut calmer l'ardeur avec l'illusion de la perte de kilos superflus.

Le running, une addiction, la drogue d'une société tournée vers l'efficacité, la mobilité et la glorification de la volonté.

Ils en oublieraient le "fun" de la course, l'aspect "thérapie" que cela apporterait, en ne pensant plus qu'à réaliser des exploits.

Se laisser guider par l'instinct, tout en ayant un objectif quelque part dans la tête à condition que l'on reste conscient que sa personnalité ne va pas totalement se changer à faire le guignole avec des couleurs de maillots fluos.

Pour moi, ni "Manneken-Pis Corrida", ni format XXL, ni Bouillonante...

Du "JogGuy tourisme", cool.

Pas d'exploit qui réveillerait ma "ménisquerie".

Je prends mon carnet de notes avec moi pour quand une idée jailli de cet effort "sur-l-humain", je m'arrête et je note cette pensée fugitive.

D'après l'article, il parait que l'accro moyen est plus souvent une femme qu'un homme, de classe plutôt moyenne à aisée, qui ne consomme pas ou peu d'alcool et apporte un soin particulier à son corps.

Évacuateur de tension, le jogging en écartant l'angle d'envahisseur psychologique. Je jogge sans me soucier de mon apparence. Aucune envie d'associer une panoplie de technique extravagante qui harmonise les couleurs fluos à mes baskets. 

Les montres Polar et Garmin sont là pour ceux qui doivent plus brûler les planches que des calories et des toxines avec un coach qui précède pour pousser la "bête" pour qu'elle fasse toujours plus.

Désolé, je reste joggeur amateur.

Pas question d'en faire une obsession ou une addiction qui construit la bigorexie du running.

La différence entre le jogging et le running est la mise en scène. 

Donc, j'écrirais le scénario sans la mise en scène.

Mon jogging a commencé dans cette tranche de quadras. Aujourd'hui je fais partie des dernières années "sexagénaires". C'est un besoin d'activité physique comme un autre. 

Le vélo avait été ma manière d'explorer mon espace-temps de la même manière.

Si je ne démarre pas le weekend, alors que mes chaussures de jogging sont déjà en place, mon épouse se questionne:

- Tu ne pars pas? Tu es malade?

Alors, comment tout a commencé... à "courir" au fond de l'histoire?

Dans les années 90, un jour qu'il y avait un trop plein de liquidités dans les caisses de l'entreprise qui m'employait et une place en cave suffisamment grande inoccupée. Une salle de sport assez complète a été installée dans les sous-sols. Tout y était. 

Sur deux tapis roulants, ce furent mes premières tentatives de voir ce que mes jambes pouvaient donner d'exploits en semaine pendant les heures de midi. 

Un peu lassé de courir en voyant le mur devant moi, ce furent ensuite les premières sorties à l'extérieur dans le même timing.

Le pli était pris.

Aujourd'hui, c'est une activité hebdomadaire.

Samedi et/ou dimanche en fonction du climat pendant deux heures au petit trot, avec arrêts facultatifs. 

0.jpgLe weekend, en ville ou dans les bois, une habitude qui est restée et qui réduit les odeurs dus aux échappements de voitures de la semaine.

Activité sportive, accentuée au quotidien matinal, lors de vacances.

Solitaire, sans accompagnateur qui pourrait être un tracteur trop puissant qui ne correspondrait pas au mien, lors d'une journée fatigante. Pas besoin de compétition ni de savoir combien de kilomètres ai-je parcourus et encore moins de faire une moyenne.

Quand il pleut ou trop de vent, c'est le jogging qui prend le dessus sinon le vélo peut faire l'affaire.

A part le verglas, toutes incapacités plus spécieuses dues à un problème de santé, rien ne m'arrêterait.

Sans précaution particulières contre le froid et les microbes puisque ceux-ci ont dû émigrer ailleurs pour voir si j'y étais.

Les problèmes cardiovasculaires, d'obésité, de sommeil, de dépression les ont peut-être accompagnés. Le jogging est le meilleur anti-dépresseur.

Rien de vraiment changé, je continue à courir comme avant mais en plus de temps. 

Solitaire et jamais inclus dans une course comme je l'écrivais dans cet article "Run & bike" qui fut plus aventureuse que prévu.

Je n'aime toujours pas les parcours trop fléchés.

J'aime pouvoir m'arrêter, rêvasser, changer de chemins de l'aventure sans devoir demander l'avis à quiconque. 

Pour jogger, aucun investissement important nécessaire. Pas besoin d'infrastructure spécifique comme pour le tennis, ni de partenaires ou d'adversaires comme au foot. 

Une paire de chaussures comme plus précieuse pièce d'équipement dans l'accoutrement qui accompagne un tee-shirt et une culotte de préférence courte. Désolé, encore, je ne cours pas pieds nus.

Pas besoin de vérifier la vitesse, le nombres de calories brûlées, les kilomètres avalés... Cool.

Ok. C'est ma version du jogging.

Rien à dire ou à redire pour les autres versions.

Pas de Fifa, Fric, Foot

0.jpg

Ce sera ma manière de participer, ce dimanche matin, sur le parcours de la course mais sur les bords avec un appareil photo. 

Quant à mes hormones mélatonines ou sérotonines, qui procurent un maximum d'endorphines et de dopamines aux neurones, je leurs laisse la besogne. 

Assez parlé, comme dit la pub télé "on y va". 

...

Je pars jogger à leur rencontre.

Le ciel est gris, maussade. Il pleuvine. Le vent souffle. Le thermomètre indique 16°C.

Un temps idéal pour courir.. 

0.jpg

Arrivé au Square Maréchal Montgomery, 11:00, une heure après le départ et les premiers arrivent.

Le 36ème marathon se termine déjà pour certains. 

Le n°167, El Hachimi, est arrivé après une heure, une minute et 47 secondes.

53 coureurs étaient  présents depuis 1980.

A part, une intervention de la Croix rouge, tout semble s'être bien passé.

Bruxelles n'est pas New York avec les souvenirs plus pénibles d'un autre marathon. 

Je devrais un jour penser à  faire du barefoot sans devenir bigorexique pour autant.

Cela ferait sensation dans les rues de Bruxelles.

Chez nous, il y a l'humour en plus.

 

Un clic pour les photographies les plus funs.

 

L'enfoiré,

 

Citations:

...

28 mai 2017: 20 kms de Bruxelles

Cliquez sur l'image ci-dessous

0.jpg

| Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer