Dites-le avec des fleurs (15/10/2016)

-0.jpg Bon d'accord, après un article plutôt guerrier, vous vous deviez de changer de cap avec plus de douceurs... Mais alors, qu'est-ce qui vous a pris de vouloir écrire un billet doux avec des fleurs comme thème? La situation politique? Le temps qu'il fait? Avez-vous une âme de fleuriste qui s'ignore qui vous a poussé dans un champs de fleurs, alors que vous n'aimez pas le jardinage?

- Rien de tout cela. Un peu par hasard, je suis tombé sur l'annonce de cette exposition "Flora's Feast". J'avais inscrit à mon agenda une visite futur lors d'une promenade à vélo. Cette expo parlait des motifs floraux dans l'art nouveau et comme j'avais déjà parlé de l'art nouveau...  

Et, puis, tout n'est pas "floral" comme vous allez vous en apercevoir, même si l'odeur y est.

- J'ignorais l'existence de cette expo.

- Je m'en doute. Elle est restée assez confidentielle. Malheureusement pour vous, elle s'est terminée le 9 octobre. Elle m'avait suffisamment plu pour vous en parler. Alors faisons-en le tour du propriétaire.

- D'accord. Je vous suis.

- Avant de commencer, connaissez-vous la traduction du mot "feast"?

- N'y a-t-il pas un lien avec le mot français "fête".

- Alors, ce mot serait à classer parmi les faux-amis. Rien à voir avec en flamand le mot "feest", non plus. Le mot anglais "feast" se traduit par "festin", par "bien manger" et par "plaisir".

- Cela me plait encore plus.

- Je comprends. Mais "Feast" est aussi un film d'horreur qui raconte l'histoire d'un bar perdu au fin fond du Texas. Alors que la soirée se déroule paisiblement quand brutalement, la nuit tourne au cauchemar. A quelques pas de là, des créatures mutantes, affamées, se sont échappées d'une base de recherche militaire... Et elles ont faim de chair humaine...".

- Là, cela me glace. On semble dériver du sujet. Mais où sont ces fleurs dans ce jeu de quilles?

- Oublions ce mot "feast", c'était pour vous mettre en appétit. A manger des fleurs, on pourrait y trouver une horreur dans le goût, mais tout de même, c'est pas vraiment l'habitude de voir les fleurs ainsi dans sa bouche...

- Revenons aux fleurs avec leurs couleurs.

- D'accord. L'expo était organisée par la Fondation CIVA au n°55 de la rue de l'Ermitage. Entre parenthèses, dans les années 70, j'ai usé mes fonds de culottes pour me former dans mes premières entourloupes numériques.

Il était dit que l'exposition empruntait son titre à un recueil de poésies illustrées de Walter Crane ("Flora's Feast. A masque of Flowers", 1889).

- "Un masque de fleurs", tout un programme en soi.

- Oui. Un masque proposé pour rappeler les grands créateurs de l'Art nouveau à Bruxelles qui ont tissé un monde végétal mélangé de fleurs sur les édifices de la capitale comme Victor Horta, Paul Hankar, Paul Cauchie, Henry van de Velde ou Philippe Wolfers. De l'Art nouveau à Bruxelles, j'en avais écrit un billet intitulé "De l'art novo à l'Art nouveau" avec des photos à l'appui. Tous ces architectes s'y sont illustrés à travers la ferronnerie, la mosaïque, la céramique et les affiches avec une dimension symbolique entre nature et culture....

- C'est vrai, les fleurs ont toujours embelli la vie et poussent à oublier la mort.

- Dès l'entrée, une planche montrait une série de fleurs différentes.

- Joli. La rédactrice Rosemar est devenue une spécialiste des fleurs. Il écrivait "J'aime les fleurs", "Un simple article sur les fleurs", "Une fleur éblouissante: le genêt couleur d'or"...

- De l'amour sans frontières. Mais souvent, la reine des fleurs, c'est la rose.

Gilbert Becaud chantait même que l'important était la rose.

Mais son importance a décliné avec le temps et on ne se rappelle plus de sa chanson.

- Oui, mais c'est aussi "L'emmerdant, c'est la rose" pour Thierry Le Luron en y alliant la politique.

- Tout tourne en politique...

- "Où sont partis toutes les fleurs", chantait Joan Baez, l'ancienne compagne de Bob Dylan

...et Bob Dylan reçoit le Prix Nobel de la Littérature et elle dit que c'est un pas de plus vers plus d'immortalité.

- Oui mais les critiques pleuvent aussi, depuis.

Alex Vizorek en a fait son Café serré avec jalousie.

Le meilleur commentaire disait "Les artistes du monde de la musique sont déjà suffisamment mis en avant dans les médias à l'inverse des écrivains. Le Nobel de la Littérature était ainsi une manière de permettre de mettre en avant la lecture à une époque où les gens ont de plus en plus de mal à se consacrer à une lecture suivie d'un texte pendant plusieurs heures. C'est une occasion manquée de valoriser cet aspect de la culture à une époque où le cinéma et la musique ne laissent que des miettes aux autres disciplines.

- Vous trouvez-vous en phase avec les fleurs dans la politique et l'actualité?

On dit que les Belges sont bon-enfants, cools, qu'ils finissent toujours par trouver des solutions à l'amiable avec des qualifications du même gabarit.

- Ouais. Peut-être en surface. Ce billet d'humeur définit le Belge, me paraît plus exact: Le Belge ne s'intéresse pas à la politique mais dès qu'on touche à son portefeuille, il devient frondeur et la crise se déclare. "Le triomphe des gentils", n'était qu'une fausse impression et c'est plutôt "Une stratégie du cœur contre celle du cerveau ". Vous avez dû entendre la crise qui suivit pour boucler le budget de l'Etat. A la rentrée parlementaire, quand il faut calculer un budget, c'est toujours la crise.

- Donc, ce que je viens de dire c'était un cliché.

- Dans la politique belge, il y a une règle à respecter qui dit que sans accord sur tout, il y a accord sur rien. C'est parfois jouer à qui perd, gagne.

- Les crises succèdent aux crises...

- Des crises en thème aux Chrysanthèmes.

- Bel enchainement. Jusqu'au 1er novembre, le jour de la fête de tous les saints où on les retrouve sur les tombes dans les cimetières.

- Oui. Cette fête-là n'est pas perdue pour tout le monde.

L'après point mort s'organise et les affaires des fleuristes fleurissent en faisant leur plus gros chiffre d'affaires.

- Revenons à l'expo, si vous voulez bien.

- Ok. On y parlait du Japonisme. C'est vrai, le Japon traditionnel attache une grande importance aux fleurs et il a inspiré les Occidentaux pour utiliser les fleurs dans leurs constructions et leurs décors. Mais aujourd'hui, le Japon construit comme nous, des tours en béton sans âme et sans motifs floraux.

- Le japonisme n'a plus beaucoup de partisans aujourd'hui.

- Non, il y en a encore, mais il est plus discret et plus pragmatique. Au Japon, le Roi Philippe et la Reine Mathilde y sont. Le plus marrant c'est que la presse a dit qu'ils y sont allés "tout nu".

- (rire) Tout nu, tout bronzé comme dans la chanson?

- Non, pas vraiment. Le secrétaire d'Etat aux commerce extérieur, Pieter De Crem, rappelé en catastrophe de l'Université de Harvard, a été pressé de les y rejoindre.

Pour l'expliquer le besoin de japonisme, on lit, "il faut reconquérir les touristes japonais après les attentats: "Lorsque la reine Mathilde vante les mérites de la Belgique pour séduire les touristes japonais, elle se plaît à évoquer "les grands peintres, tels que Brueghel, Magritte ou Delvaux; nos formes architecturales, comme l’Art déco et l’Art nouveau; et, bien sûr, nos villes médiévales. Il paraît que les Japonais adorent Bruxelles, Bruges ou Gand". Nous revoici encore une fois, dans l'Art nouveau et les fleurs qui l'accompagnent.

- Dites-le avec des fleurs ! C'est donc ce qu'il faut dire.

- Oui, mais on peut même insulter son pire ennemi avec des fleurs sans passer pour un fou psychopathe par l'intermédiaire d'une carte fleurie d'insultes. Cette forme peut être amusante si la résistance des interlocuteurs en présence le permet. De toute façon, l'amour ou la haine valent mieux que l'indifférence...

- Tout à fait.

- Continuons la visite. Le cinéma en faisait partie. Le cinéma de grand-papa dans lequel les fleurs apparaissent comme un atout de la séduction.

- Logique. Non? Si vous êtes invité quelque part, n'offrez-vous pas de roses?

- Oui, mais la rose, mérite-t-elle tant d'égards avec ses épines ?

Si elle apporte la séduction, elle ne respecte pas souvent les principes de la franchise. Elle pique. Ses épines peuvent cacher l'amertume de celui qui les offre.

- Pour cela, ses épines sournoises sont enrobées d'un beau ruban.

- Si vous vous en contentez, c'est parfait. La séduction vient parfois là où on ne s'y attend pas. Elle a d'autres artifices.

Jacques Brel, dans sa chanson, apportait des bonbons à sa dulcinée par pragmatisme naturel. "Les fleurs sont plus présentables, mais les bonbons sont tellement bons", disait-il.

- Vous appelez cela du pragmatisme? N'est-ce pas de la niaiserie?

- C'est ce qu'il tentait de montrer.

La Wallonie joue cavalier seul et refuse de signer les accords du CETA avec le Canada.

Les agriculteurs sont dépités.

Manque de pragmatisme des réalités?

Quand on ne cherche pas à surfer sur la vague de mondialisation, on en subit ses effets sans pouvoir intervenir, disait Vincent Reuter.

Quelques fleurs pour un enterrement de première classe de la ratification du traité.

Mais à y réfléchir, les fleurs sont aussi très sexistes.

Il ne s'agit pas d'en offrir à un homme seul comme cadeau.

Ce sont les femmes plus que les hommes qui s'accompagnent de fleurs.

- Les fleurs deviennent asexuées quand elles se retrouvent sur les tombes des cimetières au 1er novembre. Mais avant cela... Le langage des fleurs cache tout un symbolisme tout comme le sexisme de Donald Trump cache des appétits plus cachés.

- Yes. C'est clair que Donald Trump est sexiste et machiste.

Et pourtant... on pourrait s'attendre à des réactions hostiles contre lui par toutes les femmes. Ce n'est pas le cas. Les tiges ont encore d'autres épines qu'il faut rechercher dans le domaine de la sexualité.

Son deuxième débat est un modèle du genre.

Imaginons qu'avant de commencer le débat avec elle, il avait offert des roses à sa rivale, Hillary Clinton. Je dis bien "imaginons".

- Il aurait eu un peu plus de malice. Il aurait pu marquer des points par la surprise.

- Auprès de certaines femmes, je suis loin d'être aussi affirmatif. Ce qui mène le monde, ce sont le pouvoir, l'argent et le sexe.

Le sex-appeal existe dans les deux sens.

La série du "Rêver le futur", passé cette semaine sur antenne, au sujet du sexe ne le démentait pas.

Les "Texas women for Trump" se foutent complètement des insultes que Donald leur envoie. C'est "Trump malgré tout".

D'après les sondages, il y a 36% de femmes qui voteraient pour Trump et 58% pour Clinton.

Cliquez ci-dessous et vous en aurez la preuve:

- Mais cela c'est typiquement américain.

- Ah, vous croyez.

Charisme, présence ou attirance sexuelle?

Pas convaincu? Lisez alors les deux tomes de "Femmes de dictateurs" de Diane Ducret.

Le sexisme n'a pas de frontières. A la suite d'un article de "La Libre Belgique", titré "Les sept scénarios qui peuvent encore faire chuter Hillary Clinton", les commentaires m'ont fait sourire.

Deux femmes s'affrontaient.

Je préviens, quand il s'agit d'aspects physiques, il vaut mieux attachez vos ceintures de chasteté:

Suzanne Cronet · Trump ne baigne pas dans le monde politique, c'est déjà ça! Clinton et toute la clique.... Bof, je ne défend pas Trump, mais je n'aime pas Clinton. Et puis, pour ce que vous dites, moi, je trouve qu'on peut y voir un avantage: il n'a pas besoin des milliards d'Arabie ou d'ailleurs! Moins vendu peut-être??? Enfin, sur ce plan-là, pas pire, en tout cas. Qu'il ait sa propre fortune moi, je préfère. Quand on lit que Clinton mélange les comptes, les mails etc... ça promet! Pour la rigueur et l’honnêteté, je ne lui ferais certainement pas confiance. C'est le règne des magouilles là aussi, je crois! Bref, je n'aime pas Clinton. Quant à l'âge, je sais que ça se vaut, mais Clinton est tellement vieille.... Je respecte les cheveux blancs, mais pour être présidente... elle est normalement partie pour quelques années, et on dirait déjà une vieille femme.... Enfin, je ne me passionne pas pour ça, même si je sais que c'est important la présidence des USA, mais....

Madeleine Clobus @Suzanne Cronet Les cheveux jaunes et apparemment faux de Trump ne vous posent pas problème ? Et ils ont le même âge je crois ...

Suzanne Cronet @Madeleine Clobus Je me répète, il le faut souvent avec vous, madame, Je sais qu'il ont le même âge. Mais Hillary fait vieille femme déjà. Lui, pas encore. Ce n'est pas une question de teinture de cheveux. (Hillary aussi se teinte les cheveux. En jaune aussi d'ailleurs! L'expression "respecter les cheveux blancs" n'est qu'une expression qui signifie respecter les personnes âgées. Bon, laissez tomber. A quoi bon essayer de parler ensemble. Moi, cela ne m'intéresse plus.

Quant à la question @Suzanne Cronet si elle était misogyne, elle n'a reçu aucune réponse.

Si Trump a raté le coche pour Madeleine, il s'est attiré les foudres de l'amour à distance pour Suzanne, tout comme pour les Américaines.

- Comme vous dites, c'est troublant et parfois incompréhensible...

- Qu'est-ce qui avait généré l'incroyable influence de Kim Kardashan dans les médias après avoir été braquée dans son hôtel? S'il devait y avoir des fleurs partout autour d'elle, ce n'est pas les fleurs qui ont été emportées.

Laurence Bibot avait été inspirée par Kim Kardashan et ne lui offrait aucun soutien dans son désarroi.

Une autre appréciation féminine de la forme "Bibotière" disait: "Pas mal mais elle aurait pu aller beaucoup plus loin dans la parodie ! J’aurais apprécié un ton plus vulgaire et plus cru vu le personnage !".

- On était loin de l'idée des fleurs et des principes religieux à "aimez-vous les uns les autres".

- Faire du bien fait du bien et se taper dessus, fait du mal... Mais quand un masochiste rencontre un sadique et que le mazo demande "Fais-moi mal", le sadique finit toujours par répondre "non" et ce n'est pas par pragmatisme.

- Les histoires de couples ne sont pas plus tendres.

- Bien sûr. Le film mythique "The War of the Roses" en donne un exemple. Son titre a été traduit en français sans pluriel par "La guerre des Rose" sans que je puisse en donner de raisons.

C'était un conte de fée moderne comme conclut un des acteurs.

Si un jour, vous devez vous faire pardonner par votre moitié, offrez lui des fleurs, mais surtout n'oubliez pas d'enlever ou de faire enlever les épines.

Tout sera alors pour le mieux dans le meilleur des mondes, du moins au début et demandera confirmation par la suite.

- Parler des fleurs, n'était-ce pas une entourloupe pour répondre à des questions existentielles, Eriofne?

- Bonne question à laquelle je répondrai par une métaphore et une incitation à lire le nouveau livre intime de Douglas Kennedy "Toutes ces grandes questions sans réponses".

Il se les pose ainsi: "Le bonheur est-il un instant fugace pour des victimes ou des artisans de nos infortunes? La tragédie serait-elle le prix à payer pour être de ce monde alors que, dans la vie, on se retrouve sur des patins à glace et que l'important est, alors, d'avancer pour ne pas tomber? Pourquoi le pardon est-il l'unique solution?".

Quant aux fleurs, je ne les aime pas trop coupées. Elles meurent trop vite.

Mais, si vous, ma Conscience, vous n'en avez pas encore assez de ces fleurs, en voici en provenance du "Vrijbroek Park" à Malines.

Souvent des roses et des dahlias et, ce qui me plait surtout, celles-là sont en pleine nature.

Photos après un clic.

Erione,

Citations:

Chaque fleur attire sa mouche.”, Jules Renard

La fleur est produite par le fumier et le fumier est produit par la fleur.”, Proverbe turc

Il ne faut jamais battre une femme, même avec une fleur; ça abîme la fleur.”, Gabriel Timmory

 

11.PNG

12.PNG

13.PNG

 

14.PNG

 

| Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer