Le choc de deux "dinosaures" de la chanson française (06/10/2018)

0.JPGCet article avait été préparé initialement pour parler uniquement de Jacques Brel.

Les événements en ont décidé autrement.0.JPG

Cette semaine, ce sont deux personnalités de la chanson française arrivés en première page dans la presse. 

Jacques Brel, dont c'est le 40ème anniversaire de sa disparition le , qui aurait aujourd'hui 89 ans s'il avait vécu.

Charles Aznavour qui vient de nous quitter le 1er octobre à l'âge de 94 ans. 

Tous deux sont préfixés de "grand" ou de "Grand".

Immanquablement, la comparaison entre les deux vient à l'esprit.

La comparaison n'est pas raison, mais elle est intéressante et ne manquera pas de se (re)poser.

...

Brel aurait atteint 89 ans à peu près le même âge que Aznavour.

Ce sont devenus deux "dinosaures" de la chanson française que l'on écoute(ra) à Radio Nostalgie pour leurs chansons immortelles à titre posthume.

Tous deux ont été des sources d'inspiration pour bon nombre d'auteurs-interprètes et traduites dans le monde anglophone. 

La chorale d'enfants, Enfantastiques, lui ont rendu un vibrant hommage à Jacques alors que pour la plupart ne l'ont pas connu.


 A l'école on a beaucoup parlé de toi
On a écouté tes chansons
Tu avais une jolie et grosse voix
Tu y mettais tant de passion
Tu racontais la vie des gens simplement
Des flamands et ton plat pays
L'amour, l'amitié, les bonheurs, les tourments
Fernand, Jojo, Jeff et Jacky

Y'avait Mathilde, Mad'leine et une autre dame
Tu ne voulais pas qu'elle te quitte
Tu te promenais dans le port d'Amsterdam
Paraît que ça sentait les frites
Tu parlais des biches, des vieux, de moribonds
Tu t'moquais un peu des bourgeois
Mais quand tu apportais tout plein de bonbons
T'étais quand même drôlement sympa

Monsieur Jacques Brel, Monsieur Jacques Brel
On trouve tes chansons si belles
Monsieur Jacques Brel, Monsieur Jacques Brel
Et tes refrains sont éternels

Pour toi la vie était une valse à mille temps
Et tu ne voulais pas vieillir
Alors tu es parti la grand' voile au vent
L'aventure, Cap sur les Marquises
On espère que là-bas tu es bien tranquille
Près de Gauguin, maître des toiles
Et que maint'nant tu as enfin de ton île
Atteint l'inaccessible étoile

Monsieur Jacques Brel, Monsieur Jacques Brel
On trouve tes chansons si belles
Monsieur Jacques Brel, Monsieur Jacques Brel
Et tes refrains sont éternels (Bis)

A l'école on a beaucoup parlé de toi
On a écouté tes chansons.

Brel, le Belge qui nous manque

1.JPG

Aznavour, le français qui manquera.

En juin, Gabriel avait écrit dans la même veine, cet hommage en reprenant les chansons de Brel

"Il y a bientôt quarante ans de cela, un 9 octobre 1978, chambre 305, avant son cinquantième printemps, alors qu'un vent du nord venait s'écarteler, craquer et se heurter aux clochers des églises wallonnes, que des diables en pierre déchiraient le ciel de Belgique, le poète chanteur s'est endormi une dernière fois sur le tapis volant d'un tourbillon de feuilles mortes. Il a tiré sa révérence avec élégance et discrétion. Le crabe est vainqueur et le Bon Dieu pas fier. Fini le flonflon et la valse à mille temps, au prochain printemps ton cœur et mon cœur ne seront pas repeint au vin blanc. Mathilde n'est jamais revenue, La Fanette s'est noyée, la plage est déserte et pleure sous juillet. C'est foutu pour les frites chez Eugène avec Madeleine, les bergers ont rangé les pipeaux tandis que les vieux s'endorment sous la pendule d'argent qui s'impatiente au salon et qu'on ne saura jamais pourquoi ils ont tué Jaurès...

Indépendant et libre, source vive de toutes poésies, à crier les douleurs, à railler les imbéciles, tu nous expliquais que la vérité peut s'exprimer aussi avec un humour noir dans une révolte permanente. Avec tes mots, tes larmes, ta sueur et tes bras grands ouverts à bouffer la vie à pleine dent, celle du temps ou tu t'appelais Jacky, dans la moiteur d'un port de Hollande, tu nous as fait voyager aux sons de la musique d'un accordéon rance. De Vesoul jusqu'aux remparts de Varsovie où, Madame "De"... promenait son chien un boudin noir nommé Byzance. Pour les Flamandes, les bigotes et les bourgeois, tu apportais des bonbons et réservais les fleurs aux putains d'Amsterdam, de Hambourg où d'ailleurs, enfin aux dames. Bien sûr, il y eut quelques mauvais coucheurs moralistes, ce sont les risques du métier. Des idiots prétentieux à la BHL, s'introduisant arbitres des convenances, tombés depuis longtemps dans les culs de basses-fosses d'un anonymat mérité d'où, ils n'auraient d'ailleurs jamais dû sortir, car chez ces gens-là, on joue au riche avec l'argent volé aux pauvres, chez ces gens-là, on ne vit pas et on ne pense pas, on compte et on triche...

Sur les plaques de rue, les écoles où les livres de poésie, ce qui me rassure, c'est que tu ne nous quittes pas et que, même si le temps s'enfuit déjà à coups de pourquoi, tu es toujours là. Les vieux amants allongés sur ton ile sont immortels, ils s'arrangent de leurs sortilèges, car pleurer ta mort n'est pas de mise aux Marquises. Don Quichotte poursuivant l'inaccessible étoile, combattant contre les moulins à vent de la bêtise, quête sans fin perdue d'avance, tu avais la grandeur des chevaliers qui méprisent les honneurs. Mon oncle Benjamin, anarchiste au grand cœur et médecin des âmes et des corps, voulait vivre sa vie entre le cul des femmes et le cul des bouteilles afin de secouer et réveiller tous les "François Pignon", les moralisateurs, les emmerdeurs et les conseilleurs patentés. Et puis tu le sais Jacques, les adultes sont tellement cons que nous ferions bien une guerre alors, je viendrais pour de bon dormir dans ton cimetière.

Nous avançons tous vers cette échéance qui nous attend dans son abîme en nous criant : " Au suivant et au suivant ! " et à qui timidement nous répondons : " Oui voilà j'arrive, j'arrive...", car toute notre vie, nous ne faisons rien d'autre que d'arriver. Mais en finalité, cela n'est pas très grave si une fois parti, l'aventure c'est l'aventure, nous arrivons en terre de troubadour, au pays de Jacques, Georges, et Léo.

Que dirais-tu aujourd'hui, toi qui n'aimais pas l'imposture et la flatterie, devant ce monde qui se liquéfie ou l'argent a pourri les cerveaux mais, à l'époque tu le savais déjà quand tu nous chantais : " Les bourgeois c'est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient bête, les bourgeois c'est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient con ! Au cimetière d'Atuona, six pieds sous terre Jacques, tu n'es pas mort, six pieds sous terre Jacques, tu chantes encore : " Alors, sans avoir rien, que la force d'aimer, nous aurons dans nos mains, Ami, le monde entier...".

Ce serait peut-être plus difficile ou plus long de réunir les chansons de Aznavour.

En octobre 1968, à la Monnaie à Bruxelles, Brel avait créé la version francophone de L'Homme de la Mancha en interprétant le rôle de don Quichotte au côté de Dario Moreno dans celui de Sancho Pança.

Le spectacle devait être repris à Paris, mais Moreno meurt le à 47 ans d'une hémorragie cérébrale à l'aéroport d'Istanbul avant le décollage de son avion.

"La Quête" chantée par Jacques Bel, reste une ode au rêve et à l'imagination.  

Cinquante ans après sa création à La Monnaie, ce spectacle renaît au KVS en hommage à Brel, à Bruxelles et à la vie.

Cette fois, en flamand, dans un décor dépouillé, comme le Parking 58 dont la démolition ponctue certains passages du spectacle, toujours mobile, variant avec les tableaux avec l'humour, une volonté de légèreté et de kitsch.

Filip Jordens en Cervantès, le rappeur Junior Akwety en Sancho Panza et Ana Naqe en Dulcinée mènent cet univers musical actuel en harmonie de l'opéra au slam

Plein de bons sentiments et de grandes idées avait ce fil rouge bien nécessaire aujourd'hui.

Je ne sais pourquoi j'ai toujours considéré le Grand Jacques comme un Maître à penser.
Près à parler avec n'importe qui le questionnait, Brel répondait en philosophant une cigarette à la main.

Écorché vif à se demander ce qu'il foutait là, Brel répondait à des interviews pleines d'idées philosophiques comme de dire que "le talent, cela n'existe pas, c'est avoir l'envie", citation que je ferais mienne sans aucune hésitation.

Brel a toujours eu des relations complexes avec les femmes.
 
Aznavour, marié trois fois. Ulla Thorsell, de 17 ans sa cadette, restera dans son ombre pendant 51 ans.
 
Politiquement, Brel était résolument de gauche.
Aznavour n'était pas engagé, ni à gauche, ni à droite mais pour son pays d'origine et de cœur, l'Arménie.
 
Apprécié aux Marquises, Brel transportait dans son avion, le courrier, les colis et les personnes entre les îles ou vers Tahiti pour une évacuation sanitaire vers l’hôpital Taaone de Papeete.

1.JPG

Sa fille France Brel (65 ans) en parle dans Le Match de fin juillet sa fille revient avec les souvenirs de son père dans un article intitulé "L'amour d'une fille pour son père".

Alors qu'elle avait 21 ans, Brel lui a demandé de l'appeler par son prénom "Jacques" et plus papa.

"Il y avait cette impression de ne pas avoir été aimé. C'était étrange. Bipolaire, bavard, romantique, invivable parfois, il ne voulait pas vieillir et était doté d'une énorme sensibilité, plus fragile que énergique dans son jardin secret ", dit-elle de lui.

Elle s'occupe de sa fondation et gère le patrimoine au nom de la famille. Il a fini sa double vie avec une femme aux Marquises mais sont testament a été pour Miche.

Ses textes dans "Les Vieux amants", "Amsterdam" ou "Quand on n'a que l'amour" sont intemporels.

Le "Moribond" a été écrit en un an parle de ses relations familiales avec son père et son frère.

Olivier Todd a écrit "Une vie" pour parler de Brel.

France Brel a pris la plume dans deux romans biographiques de son père: "Jacques Brel auteur" et "Jacques Brel chanteur".

C'est loin d'être toute la littérature qui a été écrite ou dessinée à son sujet

et qui se retrouve dans les étales:

0.JPG

Jacques voulait devenir auteur de textes mais il a été reconnu comme chanteur et ce n'est pas plus mal. 0.JPG

Le 14 septembre, France3 présentait le documentaire "Jacques Brel, fou de vivre" (1) et (2) en disant: "Faire le portrait de Jacques Brel, c'est se confronter à la puissance d'un auteur chanteur sans égal. C'est s'approcher d'une personnalité entière, multiple, faite de contradictions : irradiante sur scène, crépusculaire en famille. Né bourgeois, il a terminé son existence aventurier, n'ayant eu de cesse de tourner le dos à sa destinée, à sa condition. La trajectoire de Jacques Brel  fut tendue, raide, digne d'un roman. Cet artiste faisait peu de compromis avec le médiocre. Son œuvre, quarante ans après sa mort, est toujours aussi vivante et de nombreux chanteurs d'aujourd'hui se réclament de son héritage".

 Le moins que l'on puisse dire au vu de la discographie de Brel, c'est qu'il était obsédé par la vieillesse et la mort avec pessimisme:

    1. Le dernier repas (pour les gastronomes)
    2. Le moribond (pour les cocus)
    3. Le tango funèbre (pour les argentins)
    4. Fernand (pour les amis)
    5. Les vieux__ (pour les amoureux)
    6. La...La...La... (pour la subversion)
    7. J'arrive (pour les pressés)
    8. Vieillir (pour les moins pressés)
    9. La mort (pour les résignés)
    10. L'âge idiot (pour faire le bilan)

0.JPGUne nouvelle statue de Brel a été installée en face de l'exposition qui la contient.

A ses pieds, toute une série de relations avec ses chansons.5.JPG

Schaerbeek a été son point d'attache et sa commune de lancement.

Issu d'une famille catholique d'industriels.

Son père, Romain Brel (1883-1964), né à Zandvoorde, et sa mère Lisette Van Adorp (1896-1964) bruxelloise.

Peu intéressé par l'école, excepté par les cours de français.

Jacques, petit, aimait faire rire ses condisciples.

Pas le latin, évidemment si l'on en croit la chanson "Rosa".

Une éducation de collège catholique où il écrit à 15 ans de longs poèmes et des nouvelles après avoir lu Jules Verne et Jack London.

À 16 ans, il crée une troupe de théâtre avec quelques copains et écrit lui-même des pièces qu’il joue en amateur au sein de la Franche Cordée (mouvement de jeunesse catholique).

Son père le fait entrer dans la cartonnerie familiale « Vanneste & Brel » où il est affecté de 1947 à 1953 au service commercial, travail pour lequel il n'a aucun goût (« Mon père m'a encartonné » dit-il).

Il songe très sérieusement à une reconversion, soit en tant qu'éleveur de poules, soit en tant que cordonnier, soit comme chanteur.

Il choisit cette dernière voie et écrit n'importe où, n'importe quand avec le souffle nécessaire dans une "Valse à Mille temps"...


... qui fut reprise avec humour  par Jean Poiret dans "Une vache à mille francs".
 
Amateur de musique classique (principalement de Maurice Ravel et de Franz Schubert, Brel compose ses premières mélodies sur le piano familial et sur sa guitare sans jamais avoir pratiqué la musique auparavant.

1.JPGA Schaerbeek, des maisons rappellent son passage.

<<<--- Sa maison de2.JPG naissance avenue du Diamant est occupée par un notaire.

Sur une autre façade du Boulevard Wahis, on montre qu'il y a vécu --->>>

Le , il épouse Thérèse Michielsen, dite « Miche », secrétaire dans une entreprise d'électricité, qu'il a rencontrée trois ans plus tôt dans la Franche Cordée.

Le naît sa fille Chantal (morte le 4 janvier 1999).

Cette année est aussi celle où il commence à chanter.

À partir de 1952, il écrit et compose ses premières chansons qu'il chante dans le cadre familial, et à diverses soirées dans des cabarets bruxellois regroupés dans le quartier de l'« îlot sacré ».

Il fait déjà preuve de cette puissance lyrique tant dans les textes que dans son interprétation encore teintée de scoutisme avec le totem  "Phoque hilarant" qui rebute sa famille.

Celle-ci tente, en vain, de le dissuader de continuer dans cette voie mais il persévère.

Des traductions en anglais de ses chansons sont accueillies avec succès et enregistrées par David Bowie (Amsterdam), Scott Walker (Amsterdam, Mathilde), Marc Almond (Amsterdam, Jacky), le groupe Goodbye Mr. Mackenzie (en) (Amsterdam), Terry Jacks (Le Moribond) et Alex Harvey (Au Suivant = "Next").

Une comédie musicale américaine qui est jouée dans le monde entier pendant plusieurs années "Jacques Brel is alive and well and living in Paris" .

Elle comprend des traductions à rimes, assemblées en 1968 par Mort Shuman, ami de Brel. En 1974, le spectacle est adapté au cinéma.

En 1967, il joue dans son premier long métrage, "Les Risques du métier" d'André Cayatte.

En 1969, c'est dans le film "Mon oncle Benjamin" d'Édouard Molinaro, dont il compose la musique. Claude Jade racontera : « Il se montre d'emblée d'une grande sympathie,  ouvert et attentionné aux autres. Jacques est passionné d'aviation […]". 
 
Il tourne un court métrage de sensibilisation à l'épilepsie chez les enfants « Le Paradis des Enfants ».

En 1971, "Franz"avec Barbara.

En 1973, "Le Far West" est un échec.

"L'Emmerdeur", d'Édouard Molinaro sera son dernier rôle au cinéma dans lequel il campe un dépressif François Pignon, face à Lino Ventura en tueur à gages.

Sur son voilier, il a navigué.

Après une formation de dix semaines, il est devenu pilote.

A bord de son avion, il rend service aux habitants aux Marquises en les transportant entre les îles de Hiva-Oa et Tahiti sur un trajet maritime de 1.430 kilomètres dans un vol d'environ cinq heures.

La cigarette l'emporte dans un cancer du poumon.

Il repose au cimetière d'Atuona, non loin de la tombe de Paul Gauguin

Interview de Brel:podcast


0.JPGCette année, Maurane avait achevé un album souvenir avec les chansons de Brel.
Le 3 mai, elle participait à un hommage à Jacques Brel dans le cadre de l'Inc'Rock Festival, où elle se donne en duo avec Typh Barrow, interprétant "La chanson des vieux amants". Elle renouvelle sa prestation le , lors de la Fête de l'iris, aux côtés d'une vingtaine d'artistes qui célèbrent là-encore Jacques Brel.

Le 7 mai, la chanteuse décédait, elle venait de terminer son album hommage à Jacques Brel.

Sa carrière avait été lancée par un spectacle déjà dédié au grand Jacques.

Reprise de Vesoul par Maurane

L'album sort le 12 octobre prochain...


L'émission "Transversales" parle de son héritage musicalpodcast

...

Charles Aznavour

0.JPGContrairement à Brel, Charles Aznavour écrivait sur les thèmes de la vie, avec souvent un certain optimisme qui faisait partie intégrante de son caractère.

1200 titres de chansons en 8 langues différentes, 180 millions de disques vendus.

Cela pendant 70 ans de carrière dans le monde à raconter les facettes de la vie...

Des sujets brûlants de l'actualité avec "Les Émigrants", "La Terre meurt" et même en précurseur "Yerushalaïm"..

Difficile de choisir parmi elles.

La vie de ses chansons lui a permis de traverser le temps de trois générations. 0.JPG

Les grands chanteurs-compositeurs-interprète comme Brassens, Ferré, Ferrat, Bécaud, Delpech, Nougaro, Barbara...Trenet seront reprises sur Radio Nostalgie ou "remasterisées" par d'autres dans cette époque prise dans la tourmente qui doit aller toujours plus vite à surfer sur les vagues du succès.

Aznavour a payé pour obtenir une étoile gravée à son nom sur la "Walk of Fame" à Los Angeles.

Il a quelques statues à son effigie dans le monde.

Mais c'est en Arménie qui pleure en lui l'enfant du pays, qu'une d'entre elles aura eu le plus de valeur à ses yeux...

Un article sur lui "Premier... il sera le dernier" me parait à la hauteur de la personnalité d'Aznavour.

Certains commentaires font références à Brel avec une préférence pour lui.

Ses chansons reviendront en mémoire aux moments opportuns comme des leitmotivs quand on n'y pensera même pas ou plus.

Portrait chez lui à Mouries...

Le JT de lundi, présentait une édition spéciale à son sujet avec quelques hommages dans lesquels ressortent des rappels de rencontres de la boîte aux souvenirs.

Oui, la Bohème, c'est fini...

1.JPG

Aznavour.JPGLe Vif Express consacre un dossier consacré à Aznavour avec pour préambule "Une vie de transmigrant qui reflète une société ouverte, humaniste et conquérante, ne reniant pas ses origines populaires" suivi par un autre de Brel "Le Grand Jacques fascine toujours de nombreux artistes, au-delà des barrières, des générations, des genres et des langues. Des Rockers aux rappeurs, du grunge à la pop".

Le Paris Match en fait son sujet principal dans lesquels on le retrouve à ses côtés côtés toutes les personnalités du monde du showbiz.

ARTE présentait ses hommages avec "Personne ne bouge" et son concert en 2015 à Paris.

Fra0.JPGnce3 changeait son programme en présentant "L'intégrale"

Vendredi, un hommage binational, protocolaire dans la cour des Invalides avec 1200 invités du showbiz, de la politique et quelques centaines d'anonymes... sans passer par l'extravagance des obsèques de Johnny Halliday, fin 2017.

Une absente, sa sœur de cœur, celle qui l'appelait "Astembourg": Annie Cordy.

0.JPGAvec la seule éloge funèbre dit et récupérée par Emmanuel Macron pendant 17 minutes: podcast, bien loin des hommages grandioses d'une Aretha Franklin, bien loin de ce qu'aurait probablement voulu l'enthousiasme d'Aznavour lui-même.

Dimanche, Drucker ressortira probablement des extraits de ses rencontres avec Aznavour sur son divan rouge.

Ses chansons sur le temps, sur la nostalgie dans leurs versions les plus récentes me paraissent les plus adaptées.



Brel et Aznavour, deux dinosaures d'un temps révolu?

Non, les chansons immortelles de ces deux Monstres sacrés s'opposent ou se ressemblent tout simplement et même en automne, la vie continue pour ceux qui restent...

Lequel des deux, je préfère?

  • Comme compositeurs, ils se valent pour le peu que l'on peut comparer puisque la maladie a empêché Brel d'aller plus loin.
  • Comme chanteur-interprète et comme personnalité, Brel. Il ne se contentait pas de chanter avec le cœur et la tête, mais il y ajoutait les tripes et y mouillait sa chemise.

Deux manières de vivre, de penser et d'écrire.

Celle d'Aznavour à 50 km/h et celle de Brel à 200 km/h.

Celle d'Aznavour qui écrit "joliment" et celle de Brel qui écrit à l'arraché, parfois dans une violence terrible.

Aznavour a, en effet, eu une longue vie, bien remplie, mais tout a une fin et ses chansons seront interprétées par d'autres artistes comme celles de Brel.

Ses paroles dans "Les Deux Guitares" le disent explicitement:

Que vivons-nous, pourquoi vivons-nous
Quelle est la raison d'être
Tu es vivant aujourd'hui, tu seras mort demain
Et encore plus après-demain

 

Brel répondait alors:

Mourir cela n'est rien
Mourir, la belle affaire
Mais vieillir...

 

0.JPG

 

Eriofne,

 

9/10/2018: Que représente Brel en 2018:podcast

2/4/2020:la veuve de Jacques Brel, est morte à 93 ans.

Née Thérèse Michielsen, "Miche" fut la seule épouse du chanteur qu'elle avait rencontré dans les années 40. Ensemble, ils auront trois filles.

17/11/2021: Brel est très peu présent en région flamande, dit Joyce Azar 
podcast

| Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer