Restauration du Palais de la Bourse de Bruxelles (05/03/2021)

0.PNGCe serait incomplet de parler de la Bourse et de la Vie sans parler de comment elle fonctionne et de qui l'habite dans le passé et aujourd'hui.

La Bourse de Bruxelles est en restauration et des échafaudages l'enveloppe tout en racontant son histoire. 

On l'appelle "Palais de la Bourse"

...

 Wiki en dit : "Érigé à Bruxelles sur le boulevard Anspach entre 1868 et 1873 d’après les plans de l'architecte Léon-Pierre Suys, le bâtiment de la Bourse de Bruxelles s’inscrit dans le programme d’assainissement et d’embellissement de la ville, du voûtement de la Senne et de la création des boulevards du centre. Cet édifice imposant répond au besoin essentiel à l’époque de créer un centre où traiter les affaires commerciales alors en pleine expansion. Ce monument qui allie grandeur et fantaisie occupe l’emplacement de l’ancien marché au beurre, lui-même implanté sur les restes de l’ancien couvent des Récollets. L’édifice éclectique mêle les emprunts au style néo-renaissance et Second Empire dans un foisonnement d’ornements et de sculptures dues à des artistes renommés dont Auguste Rodin.

Bon résumé, mais creusons son évolution et son histoire.

...

Son histoire

0.PNGLa Bourse de Fonds Publics de Bruxelles fut créée par un arrêté du 13 Messidor an IX (2 juillet 1801). L'arrêté du 8 juillet 1801 démarre l'échange des valeurs mobilières. Le gouvernement lui assigne un local, mais en 1860 vient l'idée d'édifier un bâtiment digne de l'importance acquise par la capitale.
D
ans la deuxième moitié du 19ème siècle, le besoin d'assainir les quartiers traversés par la Senne pour raviver l'activité économique, s'est fait sentir.
Tilman-François Suys est l’architecte du roi Léopold Ier et cofondateur de la Commission royale des Monuments et des Sites. Il s’illustre par un parti pris de rationalité et de simplicité. Sa capacité à s'adapter aux conditions locales liées au climat, aux matériaux, par sa curiosité pour l'architecture vernaculaire et les traditions régionales. Il prône l’usage du verre et de la pierre bleue issue des carrières wallonnes, comme symbole de l’industrie nationale et rompt avec l’aspect traditionnel des façades bruxelloises, peintes en couleur claire, héritée du classicisme.
M
ort en 1861, son fils, Léons Suys, architecte lui aussi, prend sa relève et devient le concepteur et réalisateur des projets qui seront retenus et exécutés entre 1868 et 1871. Le projet de chantier à prévoir est immense. Il comprend plusieurs bâtiments publics importants, le voûtement de la Senne, le nouveau tracé des boulevards du centre de la ville, les Grandes halles centrales (détruites en 1956) et la reconstruction de la Grande écluse.
D
ans le projet, il propose d'en édifier une Bourse sur 4 niveaux avec un sous-sol comprenant le système d'égouts, un soubassement en pierre bleue comprenant le système de chauffage, un logement de concierge, un service télégraphique, un rez-de-chaussée comprenant le marché des huiles, de grains, de métaux, de charbon, une salle de banquiers avec un parquet, des liquidations avec café et restaurant, un premier étage comprenant la Chambre de Commerce, une bibliothèque, une salle de fêtes avec deux escaliers monumentaux qui, par paliers, permettent d'y accéder et de surveiller l'activité du parquet. 

0.PNGLa construction commence en février 1869 et durent pendant quatre ans.
L
a Bourse est inaugurée le 27 décembre 1873. Elle combine les styles historiques en s'inspirant de la renaissance italienne trois qui remonte à cent ans plus tôt  des travaux architecturaux auxquels Andrea Palladio, apporte des thèmes de l'Antiquité avec colonnes corinthiennes imitant à la base, le marbre veiné, des fûts en stuc rouge et des chapiteaux dorés à la feuille sur une surface totale de 900m2. Tout cela surmonté par une coupole et un fronton dans une atmosphère de luxe qui ne dit pas nom. Des fauteuils, des meubles, des divans et des bancs compétent le tableau.

0.PNGDes cérémonies populaires y sont données sur les marches de l'avant-plan devant la foule. 
T
out doit refléter au mieux la lumière dans la salle des marchés avec au plafond blanc, des décors colorés et au sol, des mosaïques claires originales. 
L
es trois phases de transformation qui suivent, vont chercher les moyens pour obtenir toujours plus de lumière.

1. De 1891 à 1898, Jules Brunfaut pense répondre à la demande des négociants qui se plaignent du manque de clarté dans la salle des marchés, ce qui ne leur permet pas d'examiner correctement les échantillons de leur production à présenter aux clients. 0.PNGIl fait vitrer le plafond de la nef et agrandir les baies du transept. Les poussières jugées responsables de décès produites par l'érosion des mosaïques du sol, il les remplace par un parquet à bâtons rompus. 
M
ais, il faut toujours plus d'espace. 
L
es transactions boursières connaissent une succès croissant depuis 1920 jusqu'à atteindre l'accueil de 5000 agents de change quotidiennement.

0.PNG2. De 1924 à 1932, François Malfait entreprend des travaux d'agrandissement. Sous le soubassement, des installations techniques et des bureaux de télécommunications, il remplace désormais les canalisations d'égouts. Les deux majestueux escaliers deviennent plus compactes. Tout en conservant le gabarit global, après le premier étage, un nouvel étage prend place derrière le parapet de l'attique en sacrifiant toutes les verreries du plafond.   

3. L'incendie du 30 novembre 1990 fait penser à une troisième phase de rénovation et à construire des bureaux supplémentaires en sectionnant les grands espaces en plateaux de bureaux et à réaliser un niveau en mezzanine. Les décors sont  désormais masqués par des faux-plafonds uniformisés à la peinture blanche. 
D
epuis, la Bourse financière n'est plus ce qu'elle était. Le 21ème siècle est arrivé en trompe avec les transactions virtuelles et Internet qui ne demande plus de présentiel. Les Bourses à l'encan dans la salle des marchés disparaissent. 
L
es matières premières comme le sucre qui en faisaient états, rejoignent les autres types d'opérations boursières confinées dans des endroits plus exigus. 
E
n 1978, la Bourse, c'était encore une affaire de sucre qui comme toutes les matières premières fluctuent.

 

Au vu de la séquence suivante, le gouvernement et l'Etat y participent activement...

 

0.PNG4. La Bourse et ses activités se sont vidées progressivement d'abord et drastiquement ensuite. 
D
ésormais, les traders ont besoin de peu d'espace pour effectuer leur job. Il suffit de quelques écrans, de machines et de communications rapides devant eux pour suivre les Bourses mondiales. 
L
es activités financières des traders ne sont plus exercées dans la Bourse. 
L
es droits au bail sont rachetés par la Ville de Bruxelles pour la somme de 4 millions d'euros. 
0.PNGP
our ce faire, le bâtiment a bénéficié de la coopération de plusieurs niveaux de pouvoir afin d'obtenir les permis nécessaires pour sa rénovation. 
D
es expositions s'y déroulent encore mais elle se meurt en dehors de grands événements ponctuels comme en 2018, avec "L'expérience immersive dans l'univers de van Gogh" que j'ai visitée et qui y trouve l'espace nécessaire pour présenter les œuvres de van Gogh projetées sur ses murs. 
A
près les attentats dans la ville et à Zaventem en 2016, les fleurs et les exvotos de la population s'y sont rassemblés avec leurs discours. 
L
e sort en est jeté...


...

Sa 4ème rénovation

La fin du projet de rénovation du Palais de la Bourse est planifiée pour le printemps 2023. 
I
l sera à nouveau accessible au grand public dans une toute autre vocation culturelle et touristique. 
A
u niveau -1, le site archéologique "Bruxella 1238". Au rez-de-chaussée, une grande galerie publique fera office de passage entre la Grand-Place et le piétonnier, un musée de la bière occupera les deuxième et troisième étages avec une brasserie "Belgian Beer World". Pour compléter le projet, un skybar et un restaurant. Classé au patrimoine de l'UNESCO, le projet a été financé par des partenaires privés et publics. 
T
out cela pour un coût de 36 millions d'euros pour la région Bruxelles-Capitale, 11 millions pour la Ville partagé avec Beliris, 5 millions pour 30 brasseurs privées. 
L
e but essentiel, établir un nouveau point de rencontre et d'intérêts meilleur que par le passé alors que c'était surtout sur ses escaliers frontaux qui faisaient office de rassemblement au cœur de la ville.

...

Aujourd'hui

Un autre Palais de la Bourse existe à Paris. 
I
l se nomme "Palais Brongniard" au nom de l'architecte qui l'a édifié de 1807. 
L
ui aussi n'a plus aucun rapport avec la Bourse financière. Il est devenu un lieu de conférences, congrès, séminaires, réceptions, déjeuners, dîners, cocktails, galas, salons, expositions. Géré d'abord par Euronext, il a été concédé à GL Events pour une durée de trente ans. Depuis , les start-ups et l'École européenne des métiers de l'Internet ont droit de cité en son sein.

0.PNGCette fois, les algorithmes et les blockchains se sont installés et sont à l'œuvre.

0.PNGL'Etat en Comité de concertation n'intervient plus comme acteur actif dans sa relation avec les industriels comme le dit le Marché matinal: podcast
Probablement, bien trop occupé à résoudre d'autres "intérêts dits notionnels" dus au Covid. 
Q
uant à notre Palais de la Bourse de Bruxelles, pendant les travaux,  il est désormais surmontée d'échafaudage et d'une grue. 
I
l ne permet plus d'être vu de face, seul le bas-côtés droit est encore indemne. 
C
'est une occasion en cette période particulière de Covid d'en regarder les autres faces et ses abords.

2.PNG

0.PNG

0.PNG

4.PNG

Café Falstaff 

1.PNG

Magasin de la Bourse

0.PNG

Café Cirio

...

2008: Souvenirs du crash & Co

Beaucoup de films ont eu le crash boursier comme sujet de prédilection.

Le film "l'Outsider" relate l'histoire de Jérôme Kerviel, de son embauche à la Société Générale jusqu'à la crise financière de la banque en janvier 2008, où Kerviel a été considéré responsable de la perte de 4,9 milliards d'euros.

En 2008, sortait le billet "Le CapitaMal". 
J
e l'ai relu avec un intérêt ni notionnel, ni spéculatif... 
O
ui, le capital avait mal, même très mal.

Alors, mettons-y une autre face du disque avec une fin plus amusante...

Mercredi dernier, RTL présentait "Astérix aux Jeux Olympique", sorti sur les écrans en 2008, son histoire n'a peut-être aucun lien visible avec la finance et son crash, quoique... 
Benoit Poelvoorde, totalement désenchanté, dépressif et dépité par la situation, en parlait avec une certaine consternation à l'arrière-plan du film:

 

Jeudi, le Cactus parlait d'"un nouvel Astérix Corona-virussé déjà shooté par le vaccin Modernus":podcast
L'actualité rejaillit toujours par quelques biais ténus un lien avec le passé...

 

Allusion

| Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer