Un nouveau temple de la consommation: my DOCXS (05/11/2016)

Le complexe de magasins DOCKX BruxSel ouvrait ses portes 20 octobre à Bruxelles.  Près de 2 millions de Belges se rendent au moins une fois par semaine dans un centre commercial pour y faire des achats ou tout simplement se promener. Le business est rentable. Ces complexes représentent un enjeu économique majeur : ils font tourner les affaires des grandes enseignes mais aussi celles des promoteurs. Moi qui suis adversaire, j'y suis allé le samedi matin qui a suivi l'ouverture. 

Les chiffres de ce tableau brisent tous les tabous du genre.

0.jpg

...

État des lieux

41 jours avant l'ouverture, l'Echo présentait le site à 360° du nouveau de ce qui était appelé "centre commercial et de loisirs". 
Développé par Equilis (Groupe Mestdagh), toujours en chantier, il était pris d'assaut quotidiennement par plus de 1.200 ouvriers identifiés par reconnaissance digitale.
Des embouteillages en cascade dans le quartier nord de la capitale durant un an au moins.
Les quatre niveaux, parcourus d’un œil distrait, n’auraient rien de révolutionnaire sans vouloir aller au-delà des marques habituelles pour découvrir les vraies surprises et nouveautés qui valent le détour!
 
Le 20 octobre, ce fut l'ouverture.
 
Au premier coup d’œil, ce qui frappe, en effet, ce sont l'espace ouvert et la luminosité. Quatre niveaux avec des ascenseurs se croisent dans la montée et la descente aux extrémités.  
Au 3ème étage, "White cinema" comprenant huit salles de cinéma exploitées par Belga Films avec une seule entrée éclairée par une lumière blanche et crue, sous un km de lampes LED. 
Au 4e étage, des restaurations en terrasse, des bars et l’esplanade événements sur une terrasse panoramique et une vaste salle polyvalente. 

Une semaine avant l'ouverture, "Question à la une" consacrait une séquence sur le sujet: "Centres commerciaux : la folie des grandeurs ?.

Reprenons des extraits de différents articles de presse en les commentant.


...

La situation bruxelloise et des autres villes

Ces dernières années, les m² de surfaces commerciales autorisées ont explosé. Depuis peu, ce sont les Régions qui donnent le feu vert à la construction de ces grands espaces. Les Régions ont repris cette compétence aux communes dans le but d’implanter les centres commerciaux de manière plus cohérente en évitant que chaque localité ne développe son propre projet. 

Si on remonte dans le temps, les grands magasins réunissant les clients dans un seul endroit, font partie de l'histoire belge.

L'industriel belge Henri Orban-Rossius lançait les premiers magasins Orban à "grandes surfaces".

...

Les perdants: Centres commerciaux VS petits indépendants

Les grands espaces commerciaux sont souvent accusés d’être des tueurs de petits commerces en centre-ville. A Mons, les commerçants du centre en sont convaincus : le centre commercial Les Grands Prés les a évincés. Construit en 2003, le complexe s’est agrandi cette année et devient le plus grand centre commercial de Wallonie.. Le promoteur ajoute 25 magasins aux 80 existants. L’emploi, c’est l’argument phare: 1500 emplois pratiquement en équivalent temps plein créés.".

En centre-ville, les commerçants font grise mine. Trop loin pour que les magasins du centre puissent bénéficier de l’affluence du centre commercial. : "Mons, c’est devenu un centre historique. Ce n’est plus une ville commerciale. On a tué le commerce et on n’a pas réfléchi avant. Difficile de résister quand, autour, de nombreux magasins ont fermé. Le piétonnier est en souffrance : entre 2005 et 2015, le nombre de magasins vides est passé de 5 à 21%. L’affluence des piétons a également fortement chuté depuis 2005 : le passage a diminué de 24% dans le piétonnier.  

Pour les représentants de la ville, le coupable n’est pas le centre commercial. Mais dans l’opposition, le doute n’est pas permis : "Il y a de très sérieuses études qui sont faites aujourd’hui et prouvent qu’un emploi créé dans une multinationale détruit 3,5 emplois dans les petites et moyennes entreprises.".

A Eupen, il y a 16 ans, un centre commercial avait été construit. La foule ne s’y est jamais bousculée. Aujourd’hui, le centre commercial est quasiment désert.
 
Donc il y a des précédents qui n'ont pas  été concluant de réussites.

Bruxelles, même topo. Le piétonnier et en plus les attentats et la fréquentation des clients bruxellois et étrangers a baissé de 40%. 

Relancer la consommation par de nouveaux temples, est-ce la solution?

...

Trop de commerces en Belgique ?

La Belgique francophone compte une quinzaine de shoppings de plus de 20 000 m². Ce projet Docks s’ajoute au 200.000 m² de commerces existants.

Deux autres projets sont sur la table : Neo sur le plateau du Heysel en sacrifiant le parc aquatique "Océade"  et Uplace à Machelen à côté du ring.

L’Union des Classes Moyennes conclut que « l’acharnement à créer Neo démontre une nouvelle fois le manque de vision et de cohérence dans le développement commercial de la Région de Bruxelles-Capitale ».

Les experts disent qu'aucun de ses trois projets n’est essentiel.

Le directeur du Service de Géographie Economique de l'ULg dit : "Dans un contexte de saturation, créer un nouveau, ce sera toujours au détriment des autres."

Un professeur de marketing à la Solvay Brussels School confirme : "La Belgique avec 740 centres commerciaux, détient le record européen.".

Les trois nouveaux projets bruxellois risquent clairement de se phagocyter les uns les autres.  

Centres commerciaux : la folie des grandeurs ?

...

Les "gagnants"
 
Ne plus nuire au commerce local et aux petits indépendants, quand les projets se développent parce qu’ils sont une source de profit pour ceux qui les développent et ceux qui les possèdent, cela devient difficile.
Mais quand les politiques trouvent leur compte en annonçant des emplois créés via le développement du territoire ou de l’image de leur ville", résister devient impossible.
Le Docks Bruxsel est un grand événement immobilier, qui va marquer cette partie de la ville et redynamiser la zone du canal qui a été délaissée" est-il dit pour l'appuyer. 
 
Mais comment dynamiser dans la longueur ? 
Faire du commerce et décider de la manière d'en faire, nécessitent au minimum de réaliser une balance comptable entre ce qu'on perd et ce qu'on gagne dans un projet.
 
L'image d'une ville n'est qu'une maigre compensation si le contenu ne correspond pas au contenant avec le plaisir que les visiteurs y trouveraient.  

Les Shoppings du City2 de Bruxelles, du WShopping et du Westland d'Anderlecht sont clairement en attente d'une régénérescence à se décrocher du ronron du passé.

Le prix des loyers des magasins continue à grimper et les commerces se transforment. La quantité remplace la qualité puisque la rareté est trop chère. La clientèle évolue de concert.

Lancer des campagnes de réductions de prix et se voir forcé d'ouvrir les portes les dimanches, devient une gageure. 

En période de crises, de salaires qui patinent, si les samedi, les shoppings ne désemplissent pas, cela ne veut pas dire que les achats font parties des occupations principales des visiteurs.
 
Le concept du "client roi", perdu dans les années d’opulences et de surprises mal fagotées, est rappelé.
 
"Retour de l'arroseur arrosé", pourrait conclure les petits magasins de quartiers. 
 
Ceux-ci ne peuvent plus que viser une clientèle de proximité, parfois bénéficier de la proximité de grandes surfaces et présenter des particularités introuvables chez leurs grands concurrents.
  
Le client aussi revoit ses besoins essentiels et cherche à bénéficier de cette forte concurrence. Trouver les bons filons pour les clients et les bons créneaux pas trop comblés pour les magasins, sont devenus des exercices de hautes voltiges.
 
S'adapter aux nouvelles situations, c'est parfois apporter le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière.
Le vendeur devra réapprendre à vendre, à passer plus de temps nécessaire en ciblant son client potentiel, son prospect pour réaliser la vente de son produit et non plus en fonction de son seul rendement.
 
Cela s'appelle les "conseils au client" qui n'existent pas vraiment sur le net ou dans les grandes surfaces.
 
Roland Gari en parlait : "nombre de pathologies ont trait à cette souffrance des exigences d'une société qui ne laissent pas à l'individu le temps de se constituer comme un sujet de son histoire".
 
C'est actuellement la revendication du secteur pharmaceutique qui désire revaloriser la fonction et résister aux grandes parapharmacies.
 
La relation prix-performance risque de devoir être réadapté structurellement.

...

 
Le grand pari est d'attirer une clientèle qui sorte du cadre bruxellois.
 
"La vigilance s'impose pour pouvoir prendre demain des décisions en connaissance de cause et en fonction de l’impact sur l’environnement économique global", lit-on. 
 
Bien sûr, mais encore?
 
Ce samedi matin-là, j'ai pu constater presque tout cela.
 
Les secteurs dont le Docks se charge sont catégorisés "multimédia", "maison", "vêtements", "beauté", "chaussures", "nourriture", "culture" et "loisirs"...
Rien de "paranormal", donc. 
 
Dockx Bruxsel est bien parti, me semblait-il.
Mais pour combien de temps?
 
Le cinéma "White cinema" décroche la palme du prix des places le plus élevé de Bruxelles avec ses 12,5 euros. 
 
Le Docxs, la palme du genre, du premier de série avec une avance à l'allumage par la surprise.
Mais, les clients s'émoussent très vite à combler leurs besoins de nouveautés.
 
"Big brother" est en place pour surveiller les visiteurs.
Pas de visites de sacs à l'entrée visibles...
Les accès et les parkings de proximités fixés à 2 euros par heure, apportent un complément à la mobilité et à la sécurité. Un tramway de la ligne 7 se charge des "sans-voitures".
 
Le tour du proprio du Dockx est terminé.
Vu par la presse et par quelqu'un qui n'aime pas particulièrement les grands magasins. 
 
"Veni, vidi, quid tibi, quid novi?"

Le site de Dockx Bruxsel est sous ce clic.

Quant aux photos faites le samedi après trois jours d'ouverture, vous les découvrirez sous cet autre clic.

Quand la mariée est trop belle, il y a des questions à se poser.
 
Les affres de la crise de 2008 ont obligé les consommateurs à restreindre leurs dépenses.
 
Dans un tel contexte, comment faire déplacer les consommateurs qui cherchent à toujours payer moins?
 
Les 20-35 ans répartissent leurs achats sur plusieurs canaux incluant les services d’épicerie en ligne tels qu’AmazonFresh, les commerces de quartier, et d’autres services. La crise financière a laissé de nombreux étudiants avec des problèmes d’endettement insolubles, cumulés avec des perspectives d’emploi très faibles. Les jeunes adultes redoutent désormais les grosses notes induites par les caddies bien remplis des supermarchés. 
Ces jeunes consommateurs s'introduisent sur des plateformes de vente en ligne, ou en mettant en place des partenariats numériques, notamment pour les livraisons à domicile.
 
La concurrence de l'eCommerce, du Web avec ses services délivrés à domicile d'Amazon devient donc la norme.
 
Internet est devenu le véritable "minimir" qui fait un maximum.
Peu importe si l'on retrouve un "maximort" en bout de course.
Une nouvelle figure de style...
 
La pub qui paye le "www" par la séduction prise comme jeu.0.jpg
 
Dans le passé, Donald Trump en a fait sa ligne de conduite pour construire sa fortune en excellent vendeur même si c'est parfois en mauvais comptable.
 
0.jpgAdversaire de l'establishment qui est la bête noire, il fait temporairement baisser les cours de Bourse du monde dans un effet papillon. 
 
Allez comprendre...
 
Une paille... à peine 1.2 milliards d'euros...
Pourquoi pas une nouvelle Tour Trump?
 

Dans les magasins, les représentations d'Halloween ont déjà fait place à un nouveau venu: Saint Nicolas.    

 

Eriofne, 

...

 
25 novembre: Aujourd'hui, le "Black friday" . Tradition commerciale typiquement américaine, mais qui est en train de s'imposer chez nous:podcast
 
0.jpg 22 mai 2017: 22 mai 1967: les 323 morts de l’Innovation

Ce lundi 22 mai 1967, plus de deux mille clients se pressent, rue Neuve, dans les rayons de l’Innovation. Ce grand magasin du centre de Bruxelles construit en 1902 par Victor Horta entendait attirer le passant pour en faire un acheteur, l’encageant dans cet espace de fer et de verre qui deviendra tombeau.

0.jpg Bruxelles s’ à sacrifier aux cérémonies des communions. Des robes blanches parées de voiles s’alignent au rayon fillettes. Une vendeuse qui s’apprête à reprendre son service au 1er étage perçoit une odeur de brûlé provenant d’un petit local de 6 m2 où sont stockées quelques robes blanches. Elles sont en feu. Des pompiers du magasin tentent en vain de réduire le brasier naissant à l’aide d’extincteurs. Dans le magasin, la sonnerie stridente de l’alarme retentit. Elle est confondue avec celle appelant le personnel à reprendre le travail après son heure de table. Il est 13h32. Rien n’arrêtera ce feu qui promet à Bruxelles la plus grande catastrophe civile de son histoire.

Témoignages:podcast
 
Ce 22 mai 2017, commémoration du cinquantième anniversaire de la catastrophe au cimetière de Bruxelles
 
1/7/2017: Le Docks, après neuf mois, le temps d'une gestation. Premier jour des soldes. Ce matin, je m'y suis rendu pour constater la fréquentation des clients en ces jours qui en principe, apportent de grandes occasions de vente pour remplir les caisses.
Les soldes d'été ou d'hiver sont deux périodes pendant lesquelles, les gens sont attirés par les prix d'achats qu'ils ne pouvaient se permettre d'acquérir ou ne pensaient même pas acheter.
A 11 heure du matin, on ne se bouscule pas. Les gens se promènent, prospectent. Le cinéma qui ne fait pas la recette espérée, n'est évidemment pas à ce moment de la journée dans les projets.
Quelques photos pourraient être mieux parlantes:
0.JPG
2.JPG 4.JPG
1.jpg 3.jpg 5.JPG

15 janvier 2022:

0.jpg

0.jpg

0.jpg

0.jpg

| Lien permanent | Commentaires (20) |  Imprimer