Laïc, c'est le hic (10/02/2007)

religionUn monde qui sans le dire ouvertement mais qui se retrouve dans les faits et les statistiques, de moins en moins laïc, sera-t-il toujours aussi ouvert et prêt à accepter l'autre qui ne pense pas comme tout le monde, qui met les compteurs à zéro et qui refuse de laisser penser les autres à sa place? Comment cette laïcité pourra-t-telle survivre?

Dernièrement, une affiche placardée sur un kiosque prônait la réconciliation entre les religions et appelait les fidèles à un meeting organisé dans le but louable d'exprimer la solidarité et la tolérance entre tous les mouvements de pensées.

Le laïc est une "passoire". Il accepte tout et rien. C'est un peu comme le "bon démocrate", qui se veut conciliant à en risquer d'en attraper les boutons de sa propre éjection de la scène publique et politique.

Le quartier multiculturel dans lequel je me trouvais, nécessite très certainement une telle initiative d'apaisement dans les temps troublés que nous connaissions du côté idéologique.

Mon article "A fleur de peau" exprimait déjà cette tendance de manque de communion.

Où était donc le « lézard », cette fois?

Les instances religieuses de toutes confessions étaient invitées à se rencontrer, mais, en dernière position, en plus petits caractères et comme si l'on se demandait si c'était nécessaire, dans la liste des invités, on trouvait, en fin de liste, un appel destinés aux laïcs, très discrètement, en se rappelant in extremis qu'il y avait "autre chose". Le chrétien a une église et un Pape et une ville, Rome. Le juif, une synagogue et une ville, Jérusalem. Le musulman, une mosquée, et quelques villes dont La Mecque.

Celui qui n'appartient a aucune confession, qu'a-t-il?  

religion

La neutralité...

Reflet exact de ce que représente aujourd'hui la laïcité dans nos pays démocratiques d'Occident. En France, pays laïc dans l'âme de la République l'est pourtant en surface également. Les idées défendent bien sûr cette volonté de neutralité, mais il n'en demeure pas moins vrai que les églises ne désemplissent pas le dimanche.

Je n'irais pas jusqu'à chercher une situation de parallèle ailleurs. Je n'aime pas être déçu.

Dans le passé encore, avec "Le ciel pour horizon", j'avais eu le plaisir de faire part en trois parties de mon rapport avec les cultes et la religion catholique en particulier que je connais le mieux.

L'ouverture d'esprit et la tolérance ne s'inventent pas, elles se construisent par la réflexion et la raison. On n'aime pas, par défaut, être contré dans son idéologie et on est prêt à s'offusquer à la moindre poussée de neutralité avouée.

Il n'y a pas si longtemps, Hugo Chavès, devant le parterre de l'ONU n'a pas hésité à débuter son discours par un signe de croix remarqué et ostensible comme s'il était normal d'afficher son appartenance à une religion aux yeux de tous les pays de la terre.

religionRégulièrement, Georges Bush annonce fièrement la "couleur" à chaque incident de parcours de son mandat de président en priant celui qui apporterait, selon lui, secours et assistance dans ses décisions en lui donnant force et courage.

Le 26 janvier dernier, l'Abbé Pierre, paix à son âme, a été pleuré et honoré par des funérailles nationales à Paris. Il le mérite. Sa vie a été exemplaire. Il était devenu l'icône rassemblant riches et pauvres, religieux et laïcs. Mais, c'est néanmoins sous le "chapeau" de l'église, que cet événement a pu prendre une telle ampleur. En serait-il de même pour tout autre volontaire laïque de faire le bien autour de lui? Aurait-il eu les honneurs dont il a réellement jouis et qu'il aimait visiblement en dehors de la protection de l'église? Réflexion iconoclaste ou réflexion morale? A chacun de mettre le veto qu'il veut. L'historien Gilles Dal rappelait que si on l'applaudit, on en oublie beaucoup d'autres bienfaiteurs plus discrets qui sont parvenus à des résultats moins éclatants mais aussi sensibles. (Il cite Pierre Laroque, fondateur de la Sécurité Sociale française). Les médias ont donné le commentaire selon lequel, "Il" aurait été content d'avoir tout ce monde autour de lui. Je dirais que je ne suis pas si sûr. Son humilité lui aurait empêché de penser ainsi.

Cette semaine, revoilà les caricatures qui reviennent à l'actualité avec un procès contre le journal "Charlie Hebdo" qui avait continué la publication. Oui, il y a eu une dérive et oui, une réaction était normale.

Est-ce qu'il fallait aboutir à de telles extrémités? Ce débat n'a pas encore trouvé son épilogue ou, du moins, n'a pas été conclu par un calumet de la paix. Indiens d'Amérique, je vous aime !

Le fait de prendre du recul et l'acceptation de l'autodétermination sont, dit-on, des preuves de sagesse.

La laïcité, au milieu de toutes ces manifestations de ferveur, n'a pas vraiment droit de parole. Il se doit d'essayer de maintenir l'église au milieu du village.

Son pire défaut est de ne pas montrer de couleur bien définie. Comment la définir? Une liberté de conscience ne subventionnant aucun culte? Un respect des croyances mais sans donner la sienne.

En Belgique, la laïcité reste un réel combat pour exiger sa reconnaissance.

En France, la commission Machelon met de côté la laïcité en ne réunissant que les relations des cultes avec les pouvoirs publics. Sous des idées d'impartialité, d'égalité citoyenne, on ne parle pas de moyens juridiques ou économiques clairement identifiés pour la partie laïque de la population. La présentation du projet semble pourtant porter la laïcité républicaine comme principale intéressée. L'Etat assure ou devrait le faire en garantie par souci d'intégration dans des frontières entre "public" et "privé". L'esprit républicain devrait protéger une égalité de pouvoir en recherchant la pacification, la solidarité en rejetant toutes traces de fanatisme, d'intégrisme, de dogmatisme, d'obscurantisme ou de fondamentalisme.

Peut-on vivre sans religion, sans Dieu?

La réponse est personnalisée à chacun.

La Chine en est un exemple flagrant d'absence. On ne croit pas en Dieu et depuis 5000 ans d'histoire. Confucius n'est pas un Dieu, c'est une école de sagesse, pas une religion.

Agnostiques, athées, philosophes du concret plus terre à terre doivent se cacher.

L'athée serait celui qui voterait "non" à l'existence d'un Dieu et l'agnostique, sans opinion, qui s'abstiendrait de voter.

Le Nihilisme n'est pas à suivre car il ne veut rien de moins que de tout abolir, de tout casser sans aucune morale.

Une vue à la Spinoza est certes plus productrice d'un progrès pour l'humanité, pourrait-on dire.

Des mystères de notre existence et de la vie sont reconnus de tous. Pas d'explication avant très longtemps si jamais on y arrive.

Pourquoi faut-il absolument y accrocher un autre nom et lui afficher l'étiquette "Dieu, propriété privée" comme on le verrait dans le Judaïsme?

Le "parler neutre" n'est pas trop apprécié. On ne brûle plus les gens exempts de foi religieuse, on les ignore.

Certains scientifiques, n'ayant pas trouvé les raisons ultimes à toutes leurs découvertes apportées par le raisonnement et les études, se réfugient même dans la philosophie religieuse comme Stephen Hawkin. Pas de contre indication. Bien sûr. Le néo-athéisme arrive plutôt avec Richard Dawkins ("Pour en finir avec Dieu"). Pour ce dernier, la religion serait plutôt dans l'axe du mal. "There's probably no God. Now stop worrying and enjoy your life" affichait-il sur les bus en Espagne en affichant son esprit sain, équilibré, moral et intellectuellement accompli. D'après lui, l'altruisme ne serait pas un produit de la religion, mais de l'évolution elle-même et de l'instinct de conservation qui lui est juxtaposé. L'anthropomorphisme vis-à-vis des animaux cache trop de volonté d'être différents et d'accepter la vie et la mort comme une seule volonté de progresser vers des générations encore mieux adaptées.

Peut-être, vaut-il d'ailleurs toujours mieux avoir plusieurs clés à son trousseau. De flèches pour son arc, pas vraiment.

En point d'orgue et de ralliement, la tolérance devrait être la mère de la sagesse. La refuser, s'est se tromper amèrement à cause de l'amertume qui ne manquerait pas de se générer en silence.

Pour raison d'équité, l'espoir de sortir de cet anonymat ne serait, pour les laïcs, que justice.

En plus, ils ne prennent pas trop de place, ces oiseaux rares sans foi et ils ne sont pas chers: pas d'églises, ni de mosquées, ni de temples à édifier et à entretenir. Une école avec cours de moral intégral, c'est à peu près tout.

En odeur de "sainteté" pour ce microcosme, la nature dans toute sa splendeur a des titres de noblesse et de vénération. Sans être écologiste pour autant, un ciel bleu, une mer irisée dans la tourmente, un paysage de verdure, un soleil en feu, un arc en ciel, voilà leurs couleurs, leurs drapeaux. Heureux d'y être, d'être vivant dans un décor de fêtes perpétuelles, ce sont ses désirs intimes, très simplistes mais non simplets de celui qui s'est greffé dans le cerveau cette étincelle de morale laïque.

Ils sont simplement contents que l'esprit humain ait pu se développer à la force de la volonté de l'homme, pour en apprécier, en finale, le résultat tout en beauté de notre planète bleue. Le respect de celle-ci est bien sûr partagé avec d'autres, mais son culte est plus platonique, plus précieux aussi, car il constitue son credo unique et les raisons de ses prêches.

Certains osent aller plus loin et parle de “combat politique”. En France, 27 associations (nationales et régionales) de défense et de promotion de la laïcité ont décidé de réunir leurs forces pour rallier plus de monde et apporter un meilleur écho. Une loi de 1905 ouvrait déjà la voie vers un schisme entre politique et religion en apportant la liberté de conscience, d'expression, de critique et poussant le délit de blasphème dans l'obsolète. La séparation de l'État et de l'Église n'est pourtant pas totale et n'a pas encore gravi la moindre marche au niveau national et international. L'affrontement arrive souvent entre les communautés d'obédience différente. La domination du plus fort, du "parti" le mieux implanté dans les consciences prend ensuite la suprématie et s'organise pour s'attirer le plus de couverture sur les pieds. Dogmes et injonctions mono culturelles, monobloc surgissent de cette congrégation. Une échéance électorale est souvent le meilleur moment pour s'affirmer et remettre en cause l'existence d'une autre pensée. Certains religieux ne cachent pas leur prosélytisme. Ils considèrent les laïcs comme des ennemis » avec la promotion du radicalisme.

En Belgique, il existe aussi un « Centre de l’action laïc ». Le financement des cultes n’est pas étranger aux projets qui ont été présentés par les candidats à l’élection de mars dernier à la recherche de valeurs communes libres exaministes. D’après le message diffusé de ce côté-là, voiles et représentations religieuses n’auraient pas leur place dans l’espace public en même temps que le créationnisme. Le « cahier des charges des écoles » avec son enseignement doit être mis en relation avec le financement réactualisé avec la mission de service public citoyen. L’évangélisation des grandes villes lancée l’année dernière par l’église catholique peut être interprétée comme une étape dans la marche inverse.

En Algérie, celui qui ferait une publicité contraire à l’Islam se verrait condamné d’après la loi.

Aux États-Unis, seulement 2% se disent athées, 4% agnostiques d'après des statistiques qui datent de juin 2005. "The church of the Non Believers" ne fait pas beaucoup recette et difficile de se reconnaître dans la marée adverse.

Les laïcs en réseaux, par leurs actions, revendiquent un espace-temps de liberté le plus large possible.

Pour le laïc, n'appartenir à personne, se retourner contre soi-même pour toute erreur de parcours sont ses libertés, assumées avec précaution et plénitude sans aucune vocation, mais comme seul choix de vie. La nature ou l’homme avec un grand « H » sont des visions comme les autres qu’il ne faut pas sous-estimer.

Alors, conclusion : le dialogue pur et dur avec les croyants laïcs, mais toujours pacifique avec des compromis bien promis. Cela pourrait ne sera plus être le « hic » ensuite.

Pour finir cet article et pour faire tout "à l'envers", si on incluait un commentaire d'une lectrice bien dans la note de l'article avec le sel et le poivre nécessaire. Je lui avais promis une suite à ce ciel pour horizon. L'humilité naturelle qui la caractérise m'empêcherait de la dévoiler. Mais elle avait, néanmoins, sa place ici.

Alors, voilà sa réaction à chaud, épidermique, avant l'heure: 

"J’ai l’impression que le « vrai » laïc aujourd’hui n’existe plus ! Il y a autant de croyance en ce domaine, qu’il y a d’êtres humains pour les interpréter à la manière qui leur convient le mieux à un moment donné et sur un sujet précis !

Finalement qui détient LA VERITE ? Ceux qui pensent que de laisser certains choix aux communs des mortels sont meilleurs, que de décider pour eux ? Ceux qui estiment que chacun est libre de penser et d’interpréter sa manière de penser ? Celui qui se dit non-croyant, mais qui doit jurer sur la bible, dans un tribunal, est-ce un exemple d’une justice laïque ?

N’appartenir à aucuns « mouvements » de pensées nous « cantonne » la plus part du temps, a paraître comme des marginaux, des originaux, pour des chrétiens ou des infidèles pour des islamistes !

«-Pour l’amour du ciel, reviens ici !» « Pour l’amour de dieu, ne faites pas cela ! » Des phrases pas très laïques ! « Nom de Dieu ! »

La tolérance ? Ce mot me dérange ! Car malheureusement « être toléré » c’est déjà être dans un certain déni pour quelqu’un ! Cela fait un peu : Vous pouvez restez ici, mais nous vous prions de vous taire ! Surtout, ne pas déranger !

Je crois que celui qui revendique la laïcité, dérange les passionnés, les fous de Dieu !

On nous balance, en direct, des funérailles télévisuelles quand elles sont chrétiennes mais pour les autres ? La télévision, est-elle laïque ?

Sujet très intéressant, brûlant même et comme d’habitude, tu as déjà sortis les points essentiels, le décor est planté, les acteurs présentés, alors laisses les langues se délier…”.

 

L’enfoiré,

 

Un coup de semonce à donner sur Agoravox, peut-être,

Pas encore convaincu? En voilà encore d'autres

 Le coût des religions et de la laïcité en Belgique.

 

Citations: 

9/12/2020: Mercredi 9 décembre 2020, jour d’anniversaire de la loi de 1905, est présenté en Conseil des ministres le projet de loi sur le séparatisme, récemment renommé "loi confortant les principes républicains". Ainsi ce texte cherche à renforcer le principe de laïcité au sein des associations, des services publics et de l'enseignement à domicile. N’y a-t-il pas de risques que cette loi se heurte au principe de liberté de culte et d’association ?podcastpodcast

| Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : religion |  Imprimer