Les métamorphoses d'Ovide en dessins (15/04/2022)

0.jpgJ'avais déjà été voir une autre exposition artistique au Mont-de-piété dont je témoigne dans le billet "L'art au féminin" avec ses photos.

Cette fois, Guy Belhomme expose ses dessins crayonnés d'après modèles vivants, qui s'inspirent de la mythologie grecque et romaine avec le support de la création du monde vues dans "Les métamorphoses d'Ovide" référençant 15 livres aux 12.000 vers.

Les photos prises ne suivent aucun ordre et aucune références.

C'est aux visiteurs et aux lecteurs à les relier entre elles et les textes explicatifs et les indices de statures quand Guy Belhomme n'est pas là pour les orienter.   

...

« Les métamorphoses d’Ovide »

Celles-ci sont constituées par Ovide en un long poème latin. L'œuvre comprend quinze livres écrits en près de douze mille vers en hexamètres dactyliques. Elle regroupe plusieurs centaines de récits courts organisés selon une structure complexe, souvent imbriqués les uns dans les autres sur le thème des métamorphoses issus de la mythologie grecque et romaine. La structure générale du poème suit une progression chronologique, depuis la création du monde en l'an 1 jusqu'à l'époque dans laquelle vit l'auteur au cours du règne de l'empereur Auguste.

Le poème devient un classique de la littérature latine. Traduit dans le monde entier, il connaît une postérité abondante jusqu'à l'époque actuelle. Suscitant de nombreux commentaires et analyses, il a inspiré de nombreux artistes de l'Antiquité jusqu'à nos jour.

"Inspiré de mon génie, je vais chanter les êtres et les corps qui ont été revêtus de formes nouvelles, et qui ont subi des changements divers. Dieu, auteur de ces métamorphoses, favorisez mes chants lorsqu'ils retraceront sans interruption la suite de tant de merveilles depuis les premiers âges du monde jusqu'à nos jours", écrivait Ovide dans son premier livre.

...   

L'exposition présentée par Guy Belhomme

Les métamorphoses des corps debout, assis ou allongés, créent des sensations paradoxales entre axes verticaux et horizontaux dans un voyage mythologique entre hier et aujourd'hui dans des positions dépendantes du sujet.

Les corps debout et assis

Le Minotaure, mi-homme, mi-taureau robuste, trapu et muscles tendus est né des amours de Parsiphaé et d'un taureau envoyé par Poséidon dans une métamorphose ascendante tout en contrastes donnent un sentiment de colère mêlé d'impuissance. 

Neptune, dieu des eaux vives et des sources, assimilé à Poséidon, souvent représenté avec sa barbe et son trident, jaillit des eaux dans l'écume aérienne des vagues en renforçant le jaillissement dans un moment suspendu.

Narcisse, méprisant les amours de nymphes est victime d'une malédiction lancée par elles. L'une d'elles, Echo, a une passion qui ne comporte pas l'altérité nécessaire à l'amour. Narcisse aime son image et admire sa beauté dans la solitude en face-à-face avec lui-même tout en renforçant sa complexité androgyne dans le mythe. Un tableau le représente au moment où il regarde dans l'eau du Styx qui mène à la mort et à sa métamorphose en étant transformé en une fleur à la place de son corps.

Un autre tableau, le montre nu, assis sur un rocher, avec le reflet du pied effleurant l'eau, le visage sérieux et le regard concentré qui rappelle le côté intemporel de la légende.       

Bachus dieu des métamorphose, est représenté d'abord jeune et puis vieux avec la couronne de fleurs, la coupe et les raisins.  

Clytie, sur un tapis de tournesol.

Léda, enveloppé par les ailes d'un cygne.

Perséphone, émergeant d'un tapis de fleurs.

Diane dans son bain...   

Les corps étendus

Actéon rencontre Diane dans sa nudité qui, frustrée, le transforme en cerf déchiqueté par ses chiens.

Argos, géant au cent yeux, doit garder la nymphe en génisse, Io, aimée par Jupiter. Mais, il est endormi, piégé et tué par Mercure. Les cent yeux se retrouvent sur les plumes de l'oiseau Paon comme symbole de métamorphose du monstre.

Méduseseule mortelle des Gorgones, aimée par Neptune est l'archétype de la femme fatale. Mais, après avoir profané le temple de Pallas, ses cheveux sont transformés en serpents. 

Icare, trop près du soleil, s'écrase sur le sol avec des ailes abîmées.

Endymion, symbolisé par le soleil

Les couples

Philémon et Baucis, inséparables après la mort, transformés, enlacés, sont représentés respectivement par un chêne et un tilleul.      

Mars et Vénus, associés par l'acier, le marbre et le drap.

Apollon et Daphné, transformée en laurier.

Syrinx et Pan... 

...

Réflexions du Miroir

Après le vernissage de l'exposition qui a reçu beaucoup de beaucoup de visiteurs, le 2 avril, j'ai rencontré Guy Belhomme, il m'introduit en me donnant des explications sur ses dessins et m'offre un café et des pralines.

Echanges d'idées et d'éléments entre sa vie d'artiste et la mienne dans une autre domaine plus numérique.

Qui a fait ses études secondaires en latin pendant six ans et en grec ancien un an, comme je l'ai fait, a dû rencontrer Ovide sur son chemin.

Personnellement, il y a trop longtemps.

Je ne me souvenais plus des nombreux acteurs de la mythologie grecque et romaine en dehors des principaux.

Guy Belhomme en a construit une passion et un amour pour les œuvres d'art souvent pêchées dans l'antiquité.

0.jpgSes thématiques se concentrent sur le mouvement de personnages antiques d'Icare à Apollon, dessiné au crayon dans une composition de corps de femmes et d'hommes, insérés dans un paysage, tout en soulignant la finesse du trait et des ombrées par l'intermédiaire de la puissance des corps, de leur musculature enrobée de drap.

Dans les années 80, bien avant mes débuts en écriture, j'avais la passion de photographe de modèles féminins et masculins qui n'étaient pas nus, avec un fond blanc en arrière plan. Les résultats en noir et blanc passaient sous l'agrandisseur et les bains de tirage et de fixation des images,

Aujourd'hui, la photo numérique a cassé cet engouement. 

0.jpgDes métamorphoses, j'en ai écrites récemment dans "Solitude et métamorphoses". 

Les descriptions des tableaux que j'ai mentionné ci-dessus, se retrouvent à l'entrée auxquels je n'ai ajouté que des liens pour s'en informer plus en profondeur.0.jpg

 

Volontairement, je les laisse les descriptions à associer avec ...

... les photos de l'expo (après ce clic)

Le film Métamorphoses, du réalisateur français Christophe Honoré, sorti en 2014, s'inspire librement de quelques-uns des récits de métamorphoses qui figurent dans le poème d'Ovide.

Son scénario: Devant son lycée, une fille se fait aborder par un garçon très beau, mais étrange. Elle se laisse séduire par ses histoires, sensuelles et merveilleuses, où les dieux tombent amoureux de jeunes mortels. Il lui propose de le suivre.

Je me suis demandé quels dessins auraient fait Guy Belhomme de cette histoire actuelle?

Dans la distribution du film, chaque acteur a son rôle dans la mythologie


Peut-être les retrouverait-on parmi les électeurs français à Pâques, mais ce seront les œufs et les cloches qui seront métamorphosés...

0.jpg

Faut-il faire barrage à Le Pen dans la Dérive des continents?

Faut-il écrire la pêne de la porte, la peine comme sanction, les penne en pâtes alimentaires à la forme de tubes aux extrémités biseautées ou Le Pen?

0.jpg

Dans la langue française, là où l'espoir est requis en deux tours, quand il y de la gène ou de la gêne, avec ou sans chapeau, il n'y a plus jamais vraiment de plaisir même métamorphosé ou ménopausé.


 

Allusion

...

14/4/2022: Il y a 100 ans, le Titanic coulait

A-t-il coulé à cause d'un mirage?

Pasquale Nardone l'expliquepodcast

| Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer