Juilletistes, à vos marques (25/06/2013)

"Merci patron", la chanson fétiche des Charlots, me servirait-elle pour une entrée en matière? Nous aurions besoin de leur humour, aujourd'hui. Après la fête de la musique, l'été est là, place aux vacances avec des articles qui se mettent au vert dans la suite...  

0.jpgLes congés payés, le pécule de vacances, une habitude depuis 77 ans qu'il faut utiliser quand on peut, pas nécessairement, quand on veut.

Une pensée émue pour les Américains?

Les États-Unis, pays où tout est possible mais où il n'existe aucune obligation légale pour les employeurs d'octroyer des congés payés à leurs salariés. Un quart des salariés n'en bénéficient pas. Ce qui ne signifie pas qu'ils ne prennent pas de congés. 

Dans les Corporations, deux semaines de congés payés sont règle courante et peuvent être complétées parfois de congés non rémunérées. Les quatre à six "sick days" (jours de maladie tolérés) peuvent être cumulés aux congés payés si le salarié n'a pas été malade. 

Bel oxymore, les paroles de la chanson des Charlots...0.jpg

La fête de la musique n'est pas parvenue à renverser la morosité ambiante.

Désynchronisé, de la fête, je n'en ai pas vu grand chose. Exceptionnellement,  pour cause de travaux, la fête de la musique avait lieu au Cinquantenaire. Le temps pour la fête n'y était pas.

Mais, l'homme est programmé aux événements, malgré lui,  en fonction des saisons. L'été est là, dit le calendrier, et il faut sortir ses habits de fêtes.

0.jpgSouvent, ce sont les Belges qui ouvrent le bal sur les routes des vacances. En août, les Français  prennent la relève dans un croisement qui devient rouge ou noir sur l'échelle de Richter de risques d'embouteillages.

Alors, zen, prenons ces vacances comme un message positif pendant lesquelles, il faut se ressourcer, faire un break et oublier les aléas de la vie active. 

Les derniers moments avant le départ, seront un peu stressants. C'est programmé toutes les années ainsi. Les souvenirs de stress sont incrustés au fond du cortex...

La chek list demande de jeter un coup d'oeil aux bagages, à l'administration, à la santé, au moyen de transport, aux payements et à la technologie de voyage.

Comme l'hiver a été long, que le printemps a laissé un goût de trop peu, donc, c'est encore plus crucial de changer tout cela.

Dans l'agitation, les cols blancs se sont conseillés pour la direction à prendre. Les problèmes sont toujours là, souvent en-dessous de la vérité, mais le message du patron est "On verra ça, à la rentrée". La phrase de dernière minute, la phrase qui oublie tout... Le patron, lui aussi, veut entrer dans la danse.

0.jpg

Les ouvriers se sont bataillés pour obtenir les mêmes conditions sociales que les employés. Cela a fait trembler les patrons de sociétés avec les frais que cela pourrait engendrer. "On verra ça à la rentrée", répète-t-il.... 

Le fin mot de l'histoire serait-il dans ce texte de Audrey Duperon"Pourquoi votre patron se comporte comme un singe".

C'est l'effervescence du côté des caristes. Ceux qui vont retrouver leur famille dans le grand sud s'affairent avec des bagages et des cadeaux à faire péter les coffres et les remorques. Le Ramadan débutera vers le 9 juillet 2013, in cha’a-Llah.

0.jpgCette année, il y a eu quelques problèmes du côté du choix de la destination de ces vacances. Les manifestations en Grèce, l'austérité en Espagne, en Italie et au Portugal, ça la foutait mal... Les relents de religiosité en Egypte et en Tunisie, ne sont pas encore effacés. Depuis, la Turquie pète les plombs pour obtenir plus de démocratie...

Intolérable tout cela pour la paix des coeurs des touristes qui veulent passer des vacances!

Cela craint vraiment. Si cela va chauffer, ce n'est pas nécessairement dû à un coup de soleil. Au Brésil, même topo, il prend la relève, mais là-bas, c'est l'hiver qui commence alors que les médias parlent, désynchronisés, de "Printemps brésilien".

0.jpg

Récemment, à deux doigts de cette période, je lisais un titre qui utilisait les mots de circonstances, en décalage "Il faut améliorer l'attractivité du climat d'investissement". 

L'attractivité du climat d'investissement en vacances? Mais c'est bien sûr.  

On se rappelle, trop bien, ces beaux principes et préceptes qui s'appelaient « high-performing team, en low-cost ». 

Alors, fallait-il se plier à cette règle pour les vacances?

Plus question de réfléchir avec un esprit trop étroit. Fini le travailler "plus" pour gagner plus, cela va chauffer du côté budget "vacances".0.jpg

Il y a la crise et qui dit "crise" dit que ce sont des tunes à mettre dans le jackpot en prévoyance pour le budgetiser. Au diable, l'avarice et les dix commandements du management, à la con...

Les vacances et le plaisir sont les deux mamelles qui restent destinées aux membres de l'organisation de l'homme moderne.

Il y a un an, même période, Bruno Coppens puisait dans son marre de café.podcast

Marrant de revoir cela, après un an. Le cycle n'a pas vraiment changé. Le marre est resté le même. "Tout s'explique" toujours, comme il est dit dans une émission télé. 

A Bercy, Johnny chantait "Je te promets", lors de l'anniversaire de ses 70 ans.


A lire les paroles, je ne me doutais qu'il devait y avoir un lien aussi étroit avec les vacances. 

Je te promets le sel au baiser de ma bouche

Je te promets le miel à ma main qui te touche

Je te promets le ciel au-dessus de ta couche

Des fleurs et des dentelles pour que tes nuits soient douces

Je te promets la clés des secrets de mon âme

Je te promets la vie de mes rires à mes larmes

Je te promets le feu à la place des armes

Plus jamais des adieux rien que des au-revoir 

 J'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil

J'y crois comme un enfant,comme on peut croire au ciel

J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui mes serrent

J'te promets une histoire différente des autres

J'ai tant besoin d'y croire encore

Je te promets des jours tout bleu comme tes veines

Je te promets des nuits rouges comme tes rêves

Des heures incandescentes et des minutes blanches

Des secondes insouciantes au rythme de tes hanches

 Je te promets mes bras pour porter tes angoisses

Je te promets mes mains pour que tu les embrasses

Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir

J'te promets d'être heureux si tu n'a plus d'espoir

J'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil

J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel

J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent

J'te promets une histoire différente des autres

Si tu m'aides à y croire encore

 Et même si c'est pas vrai, si on te l'a trop fait

Si les mots sont usés comme écrit à la craie

On fait bien des grands feux en frottant des cailloux

Peut être avec le temps à la force d'y croire

On peut juste essayer pour voir

Et même si c'est pas vrai, même si je mens

Si les mots sont usés, légers comme du vent

Et même si notre histoire se termine au matin

J'te promets un moment de fièvre et de douceur

Pas toute la nuit mais quelques heures

Je te promets le sel au baiser de ma bouche

Je te promets le miel à ma main qui te touche

Je te promets le ciel au-dessus de ta couche

Des fleurs et des dentelles pour que tes nuits soient douces

 

0.jpgUne preuve de plus? "Je te promets" est aussi, un film dramatique américain inspiré de l'histoire vraie qui raconte les suites d'un accident en automobile dans lequel une jeune femme perd la mémoire de son histoire récente. Son mari tente de lui faire retrouver ses souvenirs. Elle va découvrir, progressivement, le pourquoi, elle avait tourné le dos à sa vie antérieure. Cela me rappelle quelque chose, aussi... 


Perdre la mémoire de ce qu'il y avait avant les vacances et progressivement et redécouvrir le pourquoi pour avoir tourné le dos au travail est tout un programme de circonstance.

Une trêve, suite à un rêve et pas de cauchemars, pendant laquelle faire appel au subconscient, oblige à croire que tout se passera toujours bien pendant les vacances. 

Le programme complet est résolument ailleurs, il se dessine longtemps à l'avance ou en catastrophe, en "Last minute". 0.jpg 

"Pourquoi voyager?" Quelle question? Si ce n'est d'être inscrit dans nos gènes comme les animaux. 


Pas les animaux de compagnie, comme le chien, le chat,  la tortue ou le perroquet, bien sûr... Les emmener avec soi, c'est possible mais, souvent, pas à l'hôtel. Les laisser à la maison ou pire les rejeter sur la voie publique, ce serait faire preuve d'une ingratitude innommable.


La transhumance
, c'est pour les autres animaux. Les oiseaux migrateurs, les gnous, les saumons, le papillon Monarque qui se permet de lancer son fameux "effet papillon" à des milliers de kilomètres de distance, en se laissant guider par les conditions climatiques. Tous ces oiseaux vivent la mondialisation, bien avant nous, en suivant la nourriture ou une température sur mesure, quitte à en devenir des réfugiés climatiques avant la lettre.

Les pigeons voyageurs ont appris à s'orienter avec l'aide du magnétisme terrestre.

Le mal du pays, ces voyageurs ne peuvent pas l'avoir, leurs gènes le leur permettraient pas. 

0.jpgObjectiver. Drôle d'idée de parler d'objectiver un voyage, diront certains. L'aventure est-elle au bout de l'objectif? Peut-on programmer un voyage pour éviter ses aléas? Oui, pour 50%. Peut-être moins...

Choisir un thème, culturel, sportif ou simplement rester à  la piscine de l'hôtel pour lézarder.

Un trekking sous forme de pelèrinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, c'est se gaver de légendes et s'habituer à souffrir en silence avec des pieds en sang en pénitence, pour imiter le pêcheur, Saint-Jacques dans une découverte de soi. Comme dit Jean-Christophe Rufin en postafe de "Immortelle randonnée" "Compostelle malgré lui, c'est pour expliquer à ceux qui ne l'on pas vécu que le Chemin a pour effet, sinon pour vertu, de faire oublier les raisons qui ont ammené à s'y engager".

Lhassa et la Mecque, d'autres destinations lointaines, trop lointaines... Lourdes, plus proche qui fascine mais, cette année, elle avait des liens étranges avec Moïse, "sauvée des eaux".

0.jpgUn thème culturel, ce serait suivre les concerts de musique de Mozart, de fado, de flamenco ou alors, suivre à la trace, les vedettes préférées. Ces vedettes se mettent au vert sur les lieux de vacances, d'autres naviguent sur les mers à bords de paquebots géants et exercent leurs talents dans des soirées endiablées. 

Le photographe amateur, lui, recherche l'insolite avec l'aventure au bout de l'objectif et les photos souvenirs sous un angle, une exposition originale, à tout vouloir photographier quitte à risquer de perdre "l'esprit du Saint dans le corps sain" de son modèle. Tout cela pour regarder, simplement, les résultats dans l'ordre, bien plus tard, lors des soirées pluvieuses d'hiver avec dans la voix chevrotantes et fière:

- Tu te souviens de celle-là? Pas mal, non? C'était le pied...

Le pied de quoi? Du trépied qui stabilisait l'appareil numérique?

L'amateur de safaris, du vert écolo, pense à un voyage de Darwin, en remake...

Sportif, en plus, il sera prêt à déchirer son maillot parce qu'il est arrivé deuxième sur son point de chute.0.jpg

Suivre les modes, c'est le rôle des touttouristes... ou des touttourisques, pas vraiment méchants, pas vraiment idiots.

Puis, il y a le sédentaire, l'alergique aux déplacements, celui qui veut bien partir s'il peut retrouver son chez soi, avec, à table, le même steak-frites, la même bière, quitte à retourner, tous les ans, au même endroit, pour être sûr de retrouver les mêmes têtes ou pour montrer la nouvelle raquette de tennis en parlant de foot pendant les pauses cafés:

podcast

0.jpgAh, s'il n'y avait le foot, comme la vie serait triste, condamné à parler du temps qui fait. 

Il ne l'avouera pas mais c'est aussi les raisons essentielles de sa réticence à partir en vacances, trop accroché au fauteuil, aux pantoufles et à la télé. Pour voyager, il a des cassettes de la "Croisière s'amuse". Auprès de mon arbre, je vivais heureux...


Monsieur Hulot
et le Simenon de service s'en vont écrire un roman pour  retrouver les auteurs sur les lieux de son crime.

L'écriture mène à tout... et Monsieur Hulot a sa statue dans le village Saint-Marc-sur Mer où s'est déroulé le tournage. Sa pipe volée doit se trouver quelque part, chez un collectionneur avisé.

Le choix de vacances est aussi vaste que les caractères de ses fans.

Elles ne sont pas gratuites. Les taxes routières, Monsieur Hulot ne devait pas les connaitre. Péages, vignettes & Co...

0.jpgLire les cartes pour rêver, c'est avant le départ, en repérage. En chemin, c'est faire confiance partielle au GPS et aux satellites.

Prendre des cartes, oui, mais lesquelles, à quelle réduction, à quelle échelle? Madame est, de toutes manières, considérée comme la plus malhabile pour les manipuler avec "sémiotique". Manque d'esprit d'orientation? Un vieux truc, aussi, inscrit dans les gènes qui n'auraient pas évolué assez vite?

Une injection de testostérone, c'est comme un coup de barre et çà repart pour permettre déjà à Madame, de tenir la carte dans le bon sens avec le Nord au dessus.

Pauvre de moi, j'entends d'ici, les réactions et les reproches à l'avoir écrit... Faudra que j'en parle avec Olivier de Benoist.

J'écris, ici, avec une âme parodisiaque et non, paradisiaque.

Il faut se représenter ce qu'on veut voir, avant de le voir et alors cela va tout seul. Le GPS ne sera jamais fiable à 100% puisqu'il n'est pas tenu à jour pendant les travaux sur les routes. Les choix qu'ils permettent, se limitent au "plus court" ou "au plus rapide", mais jamais au meilleur compromis. Un compromis, en fonction de quels desiderata, d'ailleurs? Par voies lentes, par les itinéraires bis ne sont pas de son ressort.

0.jpg

Si, au bout d'un moment, vous constatez que vous tourner, à droite et à gauche, aux mêmes moments que la voiture qui vous précède, vous verrez qu'il a le même GPS que vous, à bord. Si vous tournez en rond, il ne faudra pas imputer la faute à Bison futé pour vous avoir détourné de vos objectifs. Le Bison est têtu, mais pas au point de vous imposer votre route. 

Faire un détour plutôt qu'un chemin direct? Cela dépend du temps imparti, du convoyeur plus que du conducteur. Au revoir, hasard, au revoir, voyage insolite. 

0.jpg

Prévoir la densité de circulation, là, c'est recueillir les informations avant et pendant le trajet. Le RDC/TMC est, en principe, fait pour vous détourner d'une route encombrée. N'en tenez pas toujours compte. Faites le test. Arrivé au point dénommé "névralgique", c'est bizarre, il n'a plus de névralgique que le nom. Le bouchon a sauté depuis un moment.

Une pluie, après une période sèche, entrave tous les calculs prévisionnels. La signalisation codifiée, un autre sujet de préoccupation, inconsciemment social mais tellement dépendant du pays à traverser.      

Il n'en reste pas moins vrai que le temps passe plus vite quand on reste dans une ambiance festive à bord. 

Arrivé à destination, se tenir informé depuis l'ombre d'un palmier, informer de sa présence ne sont plus des problèmes que l'on essayait d'exprimer sur l'espace réduit d'une carte postale. C'est en ligne, sur Internet, sous l'oeil de la vidéo que cela se passe. C'est le pied, ai-je envie de dire.

0.jpgCela passe ou a passé par l'organisation des vacances avec TripLine, par la recherche de son chemin avec TripTraker, par l'établissement d'un itinéraire avec TrackMyTour et en finale, par l'explication de son aventure avec TravelPod. Un voyage à la carte? Mais n'oubliez pas que Big Brother vous suit à la trace... Snowden, "the public ennemi number one" vous la dit à partir de son refuge touristique.  

Au retour, tout sera à refaire dans l'autre sens. En fait, seulement presque, parce que le retour semble toujours plus court que l'aller. Plus d'excitation et plus rien n'est considéré comme exceptionnel. La perception du temps s'est faussée. Le "Home, Sweet home" rassure quelque part. Les repères pour atteindre la destination sont connus, détaillés dans les souvenirs. 

Pour des raisons privées et pour ne pas perdre la face, on ne peut pas tout raconter ce qu'on a fait entre le départ et le retour. Il faut avoir réussi ses vacances. C'est un must, vu qu'elles n'arrivent pas assez souvent, qu'elles coûtent cher et qu'en plus, apportent un plus au niveau social grâce au bronzage adéquat.

Tout a une fin, même les doigts de pieds en éventail, les brûlures baignées au miel de coco ou de palme. Ce putain de soleil tapait vraiment trop fort. Plus léger... Moins riche dans la poche, plus riche dans la tête.

0.jpgAlors, quand arrive le retour, après deux semaines, quand un collègue vous raconte, que tout nu, tout bronzé, ses aventures supers de vacances de manière trop enthousiaste, c'est que, peut-être, un peu honteux de le raconter, il aura oublié quelques petites péripéties au passage.0.jpg

Sans émotions, c'est que tout s'est passé, à la maison, sous la lampe cathodique à bronzer.

Et puis, qui sait, ce serait, peut-être, la lanterne rouge d'un des cyclistes qui dans les rues de Bruxelles jouait au femen ou au homen. Mais on ne boude pas quand c'est l'avenir... Tous à poil...

Il a eu trop de frais pour la maison, trop de factures en relation avec toutes les autres fantaisies de la vie moderne qui arrivent toujours au mauvais moment.

Partie remise...

L'idée des vacances qui vient au même moment par trop de monde pendant la belle saison, en juillet et en août, n'est pas la meilleure. C'est évident...

Pour justifier ce choix, les vacances scolaires, la construction du bâtiment qui s'arrête, trouveront d'autres obligations.

Il aura l'esprit grégaire, le goût de l'ambiance surchauffée, des habitudes prises quand les enfants étaient là, sont parfois nécessaires à oublier pour garder la paix des ménages. Plus on est de fous, plus on s'amuse...   

0.jpg

Armes et bagages dans le coffre, le conducteur au volant, les enfants sur la banquette arrière et le conjoint à la place du mort pour suivre la caravane. Tout bien arrimé à sa place, dans chaque coin de l'espace réduit de la p'tite auto...

Si vous vous souvenez de l'escapade humoristique de ces vacances familiales... On va revivre ça, en puissance quatre.

0.jpg

La bouffe, tous les jours, dénommée avec des noms exotiques, le lit du voisin, tout feu, tout flamme, qui empêchait de dormir avec ses bruits grinçants trop caractéristiques et les voisins qui avaient envie de fêter trop souvent à des heures trop matinales et trop arrosées... Met de l'huile de Regglys et pas uniquement pour le lendemain au soleil.

Tous les chemins mènent à Rome, mais pas à la même vitesse et avec la même sueur.

En cette période, on hésite entre le temps de l'expansion et celui de la récession. A coup de mystifications, on en deviendrait chasseur de bulles.

Depardieu ne dira jamais qu'il est juilletiste. Il se targue seulement d'être "citoyen du monde".

En plus de la nationalité russe, de son passage subreptice, en Belgique, il va demander son septième passeport en Algérie. «Ça m’évitera de demander des visas pour revendiquer mon «droit aux excès» comme un de rebelle, qui bouscule les choses et qui est parfois ivre". "Une vie libre" comme l'a écrit Elsa Zimmerman. Une vie passionnée, géniale, gargantuesque avec superlatifs très tendance, dans une "France profonde", mais loin de la bien-pensance dans un jeu de l'échec et du hasard.

Oui, assurément", dirait-il. 

- Non, peut être", me dis-je. 

"Dans la vie, faut pas s'en faire", une très vieille chanson qui reste possible, mais, surtout, sans humeur trop changeante, au retour. 

0.jpg

Restez zen, cool, avant, pendant et même, après les vacances. 

Voyager, c'est remarquer que, malgré le livre de Alessandro Scafi "Mapping Paradise", le meilleur des mondes et le paradis n'existent nulle part et que le bonheur est affaire personnelle. Si le paradis existait, on s'y ennuierait très vite...

Quant à la promiscuité subie en juillet et en août, si vous y êtes obligé, fermez  les volets de vos paupières, mettez une musique douce dans vos oreilles et évadez-vous en esprit. Se retrouver seul au monde, avec des centaines, des milliers de touristes autour de soi, c'est géant.

0.jpg

Donc, racontez vos expériences, inventez vos aventures malheureuses, sans honte. Vos débordements heureux, cela pourrait donner des soupçons de parti pris trop vite détectés... Les vrais bonheurs se tiennent en secret, pour soi car, en définitive, tous vos interlocuteurs s'en foutent de vos histoires, de vos photos ... 

Que recherchent les touristes? Et, le Belge? Serait-ce ça? --->>>

Juillet n'a jamais été mon mois de prédilection pour ce qu'on appelle les "grandes vacances".

En manque d'exotisme, je m'en vais par la rue de Brabant pour rejoindre le centre de Bruxelles. Vacances garanties sur facture, à petits prix. Mais, encore faut-il aimer les souks, la couleur café au lait et au sucre de canne... 

0.jpg

Et puis, pour madame, les soldes de juillet, cela veut peut-être dire quelque chose, pour partir après, en fin de saison.

En attendant, bonnes vacances et merci patron pour les conseils et la temporisation...

Revenez-nous tous en forme.

En forme de quoi? Là, je vous laisse la réponse à votre bonne conscience...  

0.jpg

Pour les autres, en avant, l'exploration proche ou plus lointaine, sous forme de billets... dès la semaine prochaine...

 

L'enfoiré,


Citations :

0.jpg

 

Mise à jour 24 juillet: Saint Jacques-de-Compostelle, c'est le drame. Un train fou... Pour les uns, il est le chauffeur imprudent qui a précipité son train dans une courbe dangereuse, entraînant la mort de 78 personnes. Mais d'autres, parmi ses amis et voisins, gardent de Francisco Jose Garzon Amo l'image d'un "excellent professionnel", à la longue expérience.

 

 

 
0.jpg
 
Mise à jour 28 juillet: En Egypte, le Ramadan se termine en bain de sang. Au moins 65 personnes ont péri samedi au Caire dans des heurts entre forces de l'ordre et partisans du président déchu Mohamed Morsi, les plus meurtriers depuis sa chute, le nouveau pouvoir annonçant sa volonté d'en finir avec la contestation des islamistes.
 
 
 
 
0.jpg
Mise à jour 29 juillet: Immense défi de rendre les Parisiens aimables. "Do you speak touriste" cherche à y répondre. Paris, une belle ville, mais qui perdrait en efficacité à cause du manque amabilité de ses habitants. Autant savoir ce que chacun de ses hôtes demande.
 
Le Belge, une ambiance authentique, des suggestions.
L'Italien est sensible aux attention accordés à leurs enfants.
Le Japonais a un terrible besoin d'être rassuré.
Le Brésilien aime les contacts chaleureux.
Le Chinois aime les sourires.
Le Parisien devrait déjà apprendre à être aimable avec les autres Français.
 
0.jpg
Les ministres se questionnent de pays à pays... 

Bientôt les aoûtiens qui prennent la relève.
 
Avant cela des conclusions, un mois chaud, chaud


0.jpgLe mois de juillet 2013 figure dans le top 5 des mois de juillet les plus chauds depuis 1833. Et pendant la première quinzaine d’août, le mercure ne devrait pas passer sous la barre des 20ºC.

 

| Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer