Fake for Real (26/05/2021)

0.PNGComme une suite au billet de la semaine précédente "Braquage dans les data noires", il me semble opportun de parler de l'exposition à la "Maison de l'Europe". Elle propose un voyage dans le temps en s'aventurant au gré des fraudes et des falsifications qui ont jalonné l’histoire pour arriver aux réalités actualités dans la "PostVérité".

Le titre de l'expo: "Une histoire du faux et de contrefaçons" qui, dans la grisaille de la routine quotidienne, transite via le sensationnel, le spectaculaire et le surnaturel et qui, avec un peu d'humour, nous permettrait d’échapper à la banalité et la morosité de l’ordinaire. Le jeu de l’imposture n’est amusant que si nous en acceptons les règles car ceux et celles qui se laissent abuser risquent gros en argent, en crédibilité et en intégrité... jusqu'à pour certains, y avoir laissé la vie.

Aujourd’hui, la désinformation est partout, mais, contrairement à ce qu'on pourrait penser, le mal est ancien. L’histoire regorge de faux-semblants de toutes natures. Le Cheval de Troie, modèle mythologique de la supercherie qui faisait partie de l'Iliade, fait ainsi écho aux problèmes contemporains d’un monde dominé par Internet.

...

Paragraphes de l'exposition

1. RÉGNER ET PRIER

Légitimer le pouvoir est une lutte incessante entre le politique et le religieux. Les pharaons égyptiens et les empereurs romains s’arrogeaient un pouvoir divin et temporal. Les papes captaient le pouvoir spirituel sacralisé par des reliques de saints et la foi. Les empereurs irréprochables, les papes à la moralité parfaite de protecteurs vers l'extérieur et qui l'étaient moins à l'intérieur de la curée se sont échangés leurs prérogatives existentielles qui parfois frisaient la perversité. (cf. "Le ciel pour horizon"). Les situations trop belles pour être honnêtes se construisent via des témoignages quelquefois fallacieux du passé. Seul le courage de dépasser le cap de la foi par la curiosité a permis de découvrir l’envers du décor et de contrer la propagande des religions et des croyances menée par la peur de la mort et, par dessus le marché, du risque de tomber soit en enfer soit au paradis dans l'au-delà  si elles n'étaient pas observées à la lettre pendant l'existence sur Terre. 

| Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer