Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2010

La femme du blogueur

On a parlé de et filmé la "Femme du Boulanger". On parle des blogueurs, mais qui a déjà parlé de la Femme du blogueur? Un copain m'y faisait penser que dans l'ombre de son écrivain en herbe, il y avait parfois une âme esseulée. Ce 11 novembre, jour de l'armistice, le temps était à la pluie et au vent chahuteur, n'était ce pas le moment de sortir ou de les réveiller les dernières humeurs? 

1.jpg

Un copain me donnait des idées... Un autre, sa matière première. Celle-ci, je complèterai par une réponse du style de la bergère au berger.

Ecrit, près du radiateur, par un déchaînement de tempête de 11 novembre, disait le second quand il écrivait en tant que blogueur:


 

Le gladiateur près du radiateur

novembre 11th, 2010

(Bien entendu, je m ‘inclus aussi dans ce portrait féroce du blogueur citoyen, précisait-il)

On s’en remet à sa logique.
On s’en fait un ami sur Facebook.
Dès qu’il ouvre sa face de bouc,
On note sa pensée de geek.

Là dans la rubrique « partageons mon avis »
Il fait le beau temps et la pluie.
On dirait qu’on a plus que lui
Comme espoir pour changer la vie.

Il est…
Le gladiateur près du radiateur,
Le petit Spartacus
A côté du crocus.

On l’aime pour ses coups de trique
Aux wisigoths zygomatiques.
On l’aime parce qu’il est sadique.
On aime sa pensée ludique.

Il se fout des camps, des clans et des clubs.
Il passe trop de temps au pub.
On l’admire pour ses coups de gueule.
Bien sûr faut pas être bégueule.

Il est…
Le gladiateur près du radiateur,
Le petit Spartacus
A côté du crocus.

C’est le nouveau Nostradamus,
Le chef élu, le Maximus !
S’il joue les Ben Hur de kermesse,
On croit en lui et à sa messe.

Tous ses adversaires, il les tacle,
Ce vaurien d’la Cour des Miracles.
Ses points de vue sont incontournables
Parce qu’il a la beauté du Diable.

Il est…
Le gladiateur près du radiateur,
Le petit Spartacus
A côté du crocus.

C’est un gueux, un chien, un bâtard.
Sa robe de bure est l’avatar
Pourtant on le lit sans retard
C’est pour son blog qu’on se couche tard.

On ne voit plus que lui sur la toile.
On ne croit plus qu’en son étoile
Quand on n’a plus foi dans la banque,
On s’en remet au saltimbanque…

Il est…
Le gladiateur près du radiateur,
Le petit Spartacus
A côté du crocus.

Et il signait, Voris Bian...

 

Quant à moi, je le complèterai par "La femme du Blogueur" que j'appelerai:

La gladiatrice près de l'aspirateur

novembre 11th, 2010

(Bien entendu, elle n'en saura rien)

Elle s’en remet de ses coliques.
Elle s’en fait un ennemi de Facebook.
Mais elle rêve d'aller dans les soucs,
Elle l'oublie, en lui bouchant un coin, à son geek.

Là dans la rubrique « partageons mon lit »
Elle fait le beau temps et la pluie.
Elle dirait qu’elle a plus que lui
Des impressions de changer la vie.

Elle est…
La gladiatrice près de l'aspirateur,
La femme de Spartacus
Et elle fait le blocus.

Elle se fait aimer par ses coups de trique
Comme wisigothes aux zygomatiques.
Elle l'aime parce qu’il joue le pudique.
Elle l'aime pour sa pensée lubrique.

Elle se fout des camps, des clans et des clubs.
Elle passe pas de temps aux pubs.
Elle admire son Spartacus et joue de la gueule.
Bien sûr, elle dit ne pas être bégueule.

Elle est…
Le gladiatrice avec son adoucisseur,
Le femme de Spartacus
Et de la marque, elle y tient mordicus.

C’est elle, la nouvelle Nostradamus,
La chef élue, la Maximus !
Si elle jouait les Ben Hur, la sauvée des eaux,
Elle ne croit qu'en lui mais pas à ses ragots.

Tous les autres blogueurs, elle les tacle,
Elle sait qu'ils font partie d'la Cour des Miracles.
Ses points de vue sont incontournables
Parce qu’elle a la beauté du Diable.

Elle est…
La gladiatrice près de son rêveur,
La femme de Spartacus
Et elle détend son humus.

C’est une gueuse, une chienne, une bâtarde.
Sa robe de travail est son avatar
Pourtant elle a le lit à faire sans retard
Car son blog à elle, elle ne l'écrit pas tard.

Spartacus ne voit plus qu'elle hors de la toile.
Elle ne croit plus qu’en son étoile
Quand elle n’a plus foi en sa banque,
Elle s’en remet à Spartacus, son saltimbanque…

Elle est…
La gladiatrice près de son charmeur,
La femme de Spartacus
Et elle humidifie les cactus.

 

L'enfoiré,

 

0.jpg

Citations:

  • "Un couple n'est vraiment qu'un couple que s'il transpire.", Frédéric Dard
  • "Dans un couple, peut-être que l'important  n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux, c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre.", Jacques Salomé
  • "Si le sommeil  ne séparait pas les couples, il y aurait deux fois plus de divorces.", Philippe Bouvard

Commentaires

"Elle l'aime pour sa pensée lubrique." c'est pas mieux comme çà ?

Écrit par : Taverne des poètes | 11/11/2010

Salut Taverne,
Tout à fait raison.
C'est corrigé.
Merci pour ta participation que j'ai beaucoup apprécié.
:-)

Écrit par : L'enfoiré | 11/11/2010

Bravo Guy.

Écrit par : Victor | 11/11/2010

Qui aurait imaginé que l'Enfoiré aurait fréquenté la Taverne des poètes? Ces deux textes sont pétillants et jubilatoires. Il faudra penser à un duo d'auteurs que reprendrait volontiers un excellent interprète de la chanson. ;-)

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 11/11/2010

Et, oui, Pierre, la Taverne des Poètes et l'enfoiré ont une vieille association d'idées.
Le duo a déjà fonctionné plusieurs fois.
En début d'année, la "Ménisquerie" avait engendré une bonne partie de rigolades, tout aussi comique que le "J'aime tes genoux" de Henri Salvador.
En général, je me réserve ce genre d'extra pour les 1er avril, comme celui de 2007: http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/05/02/echappement-libre.html

Écrit par : L'enfoiré | 12/11/2010

j'aime beaucoup ces citations!!

Écrit par : pharma75 | 16/11/2010

Pharma75,
J'apporte toujours un grand soin dans les choix des citations.
Hier, justement, je pensais au nombre de citations que j'ai dû rechercher pour tous mes articles.
Beau palmarès....

Écrit par : L'enfoiré | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.