Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2020

Le concept "racisme" enchaîné à tellement d'autres

0.PNGLe drame de George Floyd, étouffé par les forces de police à Minneapolis, a trouvé un écho sous forme d'une contestation mondiale dans un enchaînement de causes à effets parfois ambiguë dans ses amalgames. Un niveau extrême du rejet et la bulle explose. Tout commence par l'insécurité qui génère l'utilisation des armes aux Etats Unis, permise grâce au 2ème amendement. Ensuite, la violence et les réactions policières se font écho. Enfin, le racisme, le contexte colonial et les statues déboulonnées qui prennent le relais. Tout cela orchestré par les réseaux sociaux en arrière plan. La porte de sortie logique se trouve dans la fuite ou dans l'acceptation de la diversité et des différences du genre humain. 

Lire la suite

25/04/2020

Objectif détrôner Trump ou COVID-19?

0.PNGLe 6 février 2016, je lançais "Trump-moi ça" avec dans l'esprit "Trompe-moi ça".
A l'époque, je me doutais que si Trump n'arrivait pas en finale, il n'en aurait pas été très loin. L'esprit américain n'a rien à voir avec l'européen.
Nous étions après une période d'une certaine mollesse ressenties après les deux mandats de Obama derrière un espoir pour sortir de la crise de 2008 sans précédent qu'il n'a pas su capter et répondre dans les temps de la première centaine de jours souvent déterminantes pour garder l'avance au Sénat et au gouvernement avant de tomber dans des blocages entre démocrates et républicains.
Je pensais à une deuxième suspens palpitant dans un scénario à l'américaine quand le coronavirus s'est invité et le temps s'est arrêté.
Trump gagnant ou perdant par le COVID-19?

Lire la suite

27/12/2019

2019, entre radicalisme et exorcisme

0.jpgLa récapitulation de 2019 fait couler beaucoup d'encre et de salive.

Exorciser les événements malheureux de la mémoire alors que le radicalisme éclate de partout dans un monde où des mouvements idéologiques ne parviennent pas à se réconcilier, c'est ce que me donne l'idée générale de cette année charnière 2019 entre la montée de populismes, d'un réveil climatique et de la mobilisation dans de nombreux pays du monde pour plus de liberté.

Les jeunes se sont levés pendant que les femmes ont pris plus de pouvoir par le féminisme quand ce n'est pas le nouveau mot "féminicide" l'enraille.

Une année où "Trump", "Poutine", "Johnson", "Bolsonaro" ont frappé les esprits pour faire bouger quelques lignes à l'avantage de leurs initiateurs.

Une année pendant laquelle j'ai ressenti des sentiments mitigés de la révolution des peuples associée à la dureté dans les réseaux sociaux et quand j'ai tenté de rapprocher l'actualité dans des articles ou en arrière-plan par courriels.

Le VIF divise les événements de 2019 en 8 chapitres dans lesquels je mixerai le rappel de mes propres articles.

Lire la suite

09/08/2019

Un monde sous influence

La semaine dernière, il était 0.JPGquestion des bienfaits de l'indépendance d'esprit, d'action et les dangers de l'influence psychologue et sociale...

Ce billet-ci risque d'aller à contre sens du précédent et c'est voulu.

Les sphères d'influence mondiale est une dépendance au niveau économique, militaire, politiques et culturelles. (graphiques).

Cela n'a rien à voir avec les relations entre personnes.

Ici, il s'agit vraiment de relations "many to many", de peuple à peuple.

Donald Trump, avec son populisme, a compris ce qu'il pouvait en tirer en sortant de l'influence des autres organisations, des contrats signés et des pays pour se faire élire à la présidence des États-Unis par une population plus manuelle qu'intellectuelle et qui n'a pas profité de la mondialisation.

Georges W. Bush avait la même manière non nuancée de présenter les choses: "ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous". 

Protectionnisme et fermeture des frontières sont dans ce cas au programme avec une courte vue, intenable à long terme par l'implosion qui finit par arriver.

La mondialisation a créé un sentiment de rejet parce qu'elle construit immanquablement des gagnants et des perdants.

L'Europe, spectatrice, se tient toujours dans l'expectative, incapable de taper sur la table car ses membres ne font pas bloc dans cette nouvelle cour des grands et de ce fait, joue dans la case des perdants.

Lire la suite

29/12/2018

La femme, le fil rouge de 2018

0.JPGLes prédictions pour 2018 avaient été faites dans "Cas_à_strophes de 2018" et c'est l'édito de Thierry Fiorilli qui semblait s'en approcher le mieux:
"Année de la poudre, de clans et de testostérone, de roulement de mécanique, d'invectives, de bluffs, de fanfaronnades, de olas, de serments d'ivrognes, d'absolutisme, de gloire, de rage, de peur, d’esbroufes, de clameurs, de jubilations...".
Un vent s'est levé en 2018 à tous les niveaux sociaux ou psychologiques.
Le frémissement d'un changement d'attitude pour respecter les femmes dans ce monde qui a toujours été plutôt macho.
La levée de bouclier des gilets jaunes et la question de l'intérêt de la démocratie.
Nous sommes entré déjà dans la phase 2 de "#Me Too".
Huit chapitres ont pris place dans le Vif Express de la rétrospective de l'année avec chacun d'eux des rubriques qui mettaient en exergue la relation entre les hommes et les femmes.
Alors, le billet "Une petite danse, Mam'selle?"" est toujours de rigueur, si pas plus.

Lire la suite

17/11/2018

Après la métaphore de Toffler, le 21ème siècle paradoxal

0.JPGIl y a 15 jours, je reprenais le livre du futurologue, Alvin Toffler, les "Nouveaux pouvoirs" qui date de 1990.

Quelques lecteurs ont rapporté leur souvenirs de ces années 80 en commentaires.

En fonction de l'âge du commentateur, cela allait de la réflexion étonnée que l'on fasse un foin sur ces années de transitions à des réponses plus précises qui reviennent des souvenirs lointains.

Mais comme l'écrivait l'hebdomadaire Le Vif, cette décennie a réellement été entamés des lames de fonds si pas des tsunamis dont les effets se font sentir jusqu'à nos jours.

Si certaines  parties du livre de Alvin Toffler donne l'impression de lire des pages de nos quotidiens actuels, avec d'autres, par contre, on a un goût d'obsolescence tellement dépassé dans les réalités d'aujourd'hui.

L'avenir se reçoit toujours comme un package après un passé qui évolue au rythme de ses administrés et de ses excès.

Que dire? Que l'imagination rêveuse, la proactivité et l'optimisme de Toffler pour l'information n'a pas tout prévu et que sa boule de cristal distinguait bien le futur mais avec un certain flou en effaçant quelques dessous des cartes?

Mais comparaison n'est évidemment jamais raison.

Lire la suite

21/04/2018

La déchirure des secrets (5)

0.JPGAvant de retrouver l'aventure de Steph à Acapulco, un retour en arrière.

Cette semaine, c'est le 60ème anniversaire de l'Expo 58 de Bruxelles qui est à l'honneur.

Il y a dix ans, pour le cinquantième anniversaire, j'écrivais "Du fer en boules" comprenant de multiples détails de cette époque.

Alors, ceux qui ont vécu l'événement s'en rappellent avec leurs propres sentiments.

Comment une ville comme Bruxelles, est devenue ce qu'elle est aujourd'hui, est une aventure.

Ce qui n'empêche pas que des choses plus secrètes se déroulent en arrière plan et apportent un lien avec l'histoire de Steph. 

Lire la suite

07/04/2018

La déchirure des secrets (3)

9.JPGAvant de retourner à cette fiction mexico-américaine, un petit tour sur l'actualité qui compare 1968 à 2018.

En France, les grèves perlées des transports que certains pensent y trouver une réédition de mai 68.

En 2008, j'avais déjà fait cet exercice de comparaison dans "Révolutions en parallèles"

Non, l'histoire de ne se reproduit pas telle qu'elle.

Elle s'amende, elle se contorsionne sur elle-même, elle évolue comme le dit ce podcast de parti pris de hierpodcast.

Lire la suite

17/03/2018

La déchirure des secrets (2)

La peur du plan B
 

0.JPGSamedi 20 mars 2017.

J'ai reçu une permission à la fin du mois de mars.

Voilà un plan B qui se présente.

D'abord, avertir ma mère de cette nouvelle qui devrait la réjouir, elle qui voudrait me revoir chez elle.

Je lui téléphone pour l'en informer comme prévu.

Aucune réponse.

Je laisse un message pour qu'elle me rappelle.

Quelques heures après, je réessaye.

Toujours rien.....

Lire la suite

03/03/2018

La déchirure des secrets (1)

0.JPGLa semaine dernière, c'était la "Foire du livre" à Bruxelles.

Une occasion de relancer la fiction familiale amercano-mexicaine, commencée par un faux drame sous les traits de l'épouse Carla avec le titre "Le Syndrome du Saumon".

L'aventure reprenait par la vision et les explications de son mari, John, dans "Sous le voile du secret", terminé par un vrai drame.

Lire la suite

30/12/2017

2017 en douze coups

0.JPGAprès la parodie sexuelle d'un Père Noël, retour à 2017 et à sa rétrospective. Une première année de présidences de Donald Trump et de Macron dans une approches de la population en réciprocité. Un Brexit "Mayday" pour sortir de la CE. Un désir d'indépendance de la Catalogne.

"Une année où la peur a changé de camp pendant laquelle, du jour au lendemain, ce qui était supporté s'éprouve comme insupportable à cause d'un problème de société qui atteint le point de bascule et engendre les révolutions morales avec de rares éclaircies dans la grisaille belge venue de la sphère culturelle.", écrivait Gérald Papy dans l'édito du Vif.

Douze coups du sort sont en transit entre tonnerre, cœur, théâtre, colère, génie, folie, fourrés, poker, blues, grâce, bambou et essai. 

Lire la suite

18/11/2017

Le monde d'Einstein

0.jpg"Albert Einstein (1879-1955), c'est une façon d'être, de penser et de créer sans pareil. Il a mené avec une ardeur et une obstination tranquilles son enquête sur l'Univers, et permis de fonder une véritable cosmologie scientifique. 

Le 25 décembre 1915, il sortait sa théorie de la relativité générale qui disait que la gravitation agissant sur un corps n'est qu'un effet de la déformation de la géométrie de l'endroit où se trouve le corps puisque la courbe de l'espace-temps le met en mouvement et lui déforme la géométrie.

Étienne Klein parlait ainsi d'Einstein dans son livre "Le pays qu'habitait Albert Einstein".

Une invitation à faire quelques pas en compagnie de ce géant de la physique, à la trajectoire atypique, cet humaniste était conscient des dangers et des bouleversements qui menacent l'Europe à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
En juxtaposition, à la manière d'un portrait cubiste, différents points de vue entrecroisent les fragments de vie et les découvertes scientifiques et tentent de mettre au jour la façon si singulière dont Einstein posait les problèmes.

Étienne Klein parlait d'Einstein  en 2016 dans un exposé d'une heure des théories, de la personnalité de Einstein et de ses "secrets de fabrication" qu'il serait intéressant de suivre jusqu'au bout.

Lire la suite

05/08/2017

Far West dreams

0.JPGTout au long de cet été, mes souvenirs de voyages, je les ferai renaître en me laissant guider par les documentaires "Invitation au voyage" de ARTE qui suivent, eux, peintres et écrivains.

Pour commencer, un grand classique:  l'Ouest américain.

C'est cela et tant d'autres choses.

Lire la suite

11/02/2017

2017, première année et suivantes du monde selon Trump

0.jpgJean-Christophe Buisson avait écrit un livre illustré "1917, l'année qui a changé le monde"

1917 ou/et 2017, l'année qui a changé le monde?

1917 a été une année décisive dans le déroulement de la Première Guerre mondiale mais aussi dans l'histoire du monde, et pas seulement d'un point de vue géopolitique ou militaire avec ses grandes batailles (Chemin des Dames, Caporetto) ou ses grands événements (échecs des pourparlers de paix lancés par l'Autriche-Hongrie et le pape, effondrement de la Russie, basculement de la Grèce dans le camp allié, premières mutineries et grèves des tranchées…).

Dans tous les domaines, y compris scientifiques, culturels, intellectuels ou sociaux, cette année, comparable à 1789 ou 1815 par son ampleur, marque un bouleversement durable dont les conséquences se font encore ressentir de nos jours.

 

Lire la suite

31/12/2016

Les coups de Jarnac de 2016

0.jpg"L'expression « coup de Jarnac » désigne un coup violent, habile et imprévu. Il a pris une connotation de coup déloyal ou pernicieux. A l'origine, il s’agissait d’un coup à l’arrière du genou ou de la cuisse par Guy Chabot de Jarnac, lors d'un duel judiciaire en 1547 .".

Ce sont ces coups que laisseront l'année 2016. Des rétrospectives de cette année, tous les médias en ont fait. Presque tous unanimes, pour dénoncer une année de merde caractérisée par l'accélération de l'histoire et par le rassemblement des événements négatifs.

On ne va pas trop jouer aux "futurologues en goguette" à se poser la question "A quoi faut-il s'attendre en 2017?". Le passé s'estompe plus vite que son ombre mais rien ne vient par hasard. Les historiens décriront peut-être l'histoire de 2016 en la complétant d'idées pour l'adoucir. Honni soit qui mal y pense... Rétrospective de 2016... et pourquoi pas une rétro style "Réflexions du Miroir"?

Lire la suite

24/12/2016

J'ai honte

3.jpgNous sommes au réveillon de Noël.

Tout a été dit au sujet de Noël et je ne vais pas y ajouter une nouvelle couche.

Noël est une fête de famille pendant laquelle la trêve des confiseurs commence dans une période généralement passée au repos. 

Je vais y ajouter trois voies parallèles: l'amitié, l'économie de la contribution et la polémique. 

Pas de clichés. Seulement des chansons pour adoucir parce qu'on dit que la musique adoucit les mœurs.

Ce sera peut-être une manière plus originale de souhaiter "Bonnes fêtes de Noël". 

Lire la suite

19/11/2016

Comment le Web oriente vos votes

0.jpgJe n'ai pas caché qu'en février déjà, j'avais l'intuition que Donald Trump allait, au moins, atteindre le dernier round des élections américaine. Il l'a gagné, cette présidence des States. 

Comment était-ce possible?

Le titre du Vif Express de la semaine dernière n'était pas équivoque sur le sujet: le Web a influencé les élections américaines.

C'est vrai mais incomplet. 

Lire la suite

09/11/2016

L'AmerExit

En février, j'écrivais "Trump-moi ça" en pensant déjà à lui comme candidat qui arriverait à la finale de ces élections. Je revenait sur ces élections dans un sujet différent dans "Dites-le avec des fleurs" pour tenter d'expliquer le choix des femmes.

Je répondais dans un autre article récent: "Il y a deux Amérique bien distinctes : 

  • celle des côtes souvent démocrates et futuristes qui sont en relation directe avec les pays qui bordent le Pacifique et l’Atlantique, qui font partie de l’élite et qui sortent des grandes écoles pour se retrouver parmi les Nobel.
  • celle du centre souvent républicains et passéistes qui sont plus à considérer comme « cow-boys ».
 Michael Moore a misé de dépit sur Trump. 
 La logique est celle du dollars et de la colère qui sévit en Amérique de ne plus être le pays le plus fort de la planète.
 « Proud to be Amercan and if it’s not the case how to recover it once more when it’s lost ».
 Les Américains ont comme une mission évangélique d’être le régulateur du monde. 

Lire la suite

06/02/2016

Trump-moi ça?

L0.jpga campagne des élections d'un président américain est lancée pour neuf mois. Le républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton étaient en tête des sondages pour les caucus de l'Iowa.

Sera-ce "Yes, we will do it" après "Yes, we can"?

Les élections américaines, la tarte à la crème des médias américains qui se répand par allergie dans le monde...

Se mettre au diapason dans "l'affaire yankee" de l'année, cela demande pourtant quelques réflexions et de se poser quelques questions.

Si vous étiez américain et que vous aviez l'envie de devenir président, que feriez-vous?

Lire la suite

09/01/2016

Les armes, c'est presque sérieux

arme

Je me souviens d'un de mes vieil article de 2007 "Aux armes ou aux larmes citoyens". Il parlait des États-Unis du temps de G.W.Bush. Avec le sujet de l'Arabie Saoudite, les armes reviennent brûlantes dans les bras de l'Europe et de la Belgique. 

 

Cette semaine, on a beaucoup parlé des armes dans l'actualité.

Obama lançait un baroud d'honneur de fin de mandat, comme une sorte de va-tout, à essayer de relancer une législation plus restrictive dans le commerce des armes. Pas une régulation de la vente d'armes mais un simple "background check" de l'état psychiatrique des détenteurs. Aux États-Unis, on dénombre 350.000 victimes des armes à feu. 

Lire la suite