Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2021

La logique du syllogisme

Le syllogisme est un raisonnement déductif 0.PNGrigoureux qui ne suppose aucune proposition étrangère sous-entendue et qui lie des prémisses à une analyse conduisant à son énoncé.  Première étape "majeure", énoncer de la règle de droit. Deuxième étape "mineure", énoncer des faits. Troisième étape "donc c'est LA solution". Cette méthode peut être diversement utilisée mais entache les raisonnements d'erreurs et de réflexions souvent négativistes. L'histoire du paradigme du numérique dans lequel nous vivons, est racontée dans le livre "homo informatix" de Luc de Brabandère, paru en 2017, dont j'ai déjà parlé et qui revient peut-être à point nommé pour expliquer la situation actuelle.

Lire la suite

31/12/2020

2020: Annus horribilis

1.PNG2019, avait été l'année à mi-chemin entre radicalisme et exorcisme pleine de souhaits lors du changement de décennie. Elle dépendait exclusivement des hommes et de leurs actions envers la nature mais dans laquelle, déjà, subsistait un arrière-goût de fin du monde.
P
uis 2020, est arrivée pendant laquelle on ne savait plus où on allait, mais on y allait quand même à marche forcée et tête baissée, partagée entre doutes et dilemme, entre ordres et contrordres, entre messages officiels et officieux dans un manque croissant de liberté avec l'espoir que la pandémie se termine au plus tôt.
Ce fut u
ne année de réflexions à la recherche de ce qui était essentiel réglé par un baromètre au curseur variable par des statistiques plombées sur des graphiques de nombres d'entrées et de sorties de l'hôpital. Dans un bal masqué qui ne fait plus rire, un alien agissant par vagues n'a reçu de réponses que par le confinement et le couvre-feu dans une solitude solidaire.

Lire la suite

18/12/2020

Tous crétins digitaux ?

0.PNGDans son livre "La fabrique du crétin digital", Michel Desmurget parle surtout  de l'impact du digital sur les enfants.
E
n fait, il n'est que le prolongement logique de ce qui se passe chez leurs parents adultes.
E
t c'est probablement revenir à la source du paradigme du numérique qu'il faudrait s'intéresser.
J'ai survolé ce livre. Deux chapitres titrés "Homo Mediatus" et "Homo numericus" avec des mots comme "paroles d'experts". Mais de quel expertise est-il question? Elles sont tellement nombreuses.

Lire la suite

08/12/2020

Être plus doux avec soi?

0.PNGÊtre plus doux avec nous-mêmes en cette période de mal-être et de confinement?
A
lors que les fêtes de fin d'année approchent et que les distanciations entre les personnes sont imposées...
A
lors que les oppositions de plus ne plus marquées allant jusqu'à la haine se répandent sur les réseaux-sociaux avec le Covid-19 en arrière-plan...
A
lors que la confiance est au raz des pâquerettes entre les élites et la foule des prolos, entre les scientifiques et les scientistes, entre le secteur privé et public, entre passéistes et futuristes, entre les officiels et les officieux... Les gens qui se disent heureux, sont aux abonnés absents...
La douceur avec soi est alors plus qu'un baromètre de notre santé psychique avec la question est-on plus confiant en soi...
J
'ai ouvert mon journal qui a déjà quelques plombes, pour retrouver quelques rappels à mon secours.

Lire la suite

17/10/2020

De Covid à eCovid?

0.PNGLa semaine dernière, à la fin de "SurVivre aux incertitudes", je faisais la confession d'aimer la solitude. Comme c'était la semaine de la santé mentale, j'ai poussé une version allégée de ce billet sur le forum Agoravox. Peu de monde supporte la solitude. L'homme est un être social. Actuellement, on peut de moins en moins évoluer en liberté dans le monde réel. Le monde du virtuel vient dès lors bien à propos. Ce billet va apporter de l'eau au moulin à la semaine du numérique.  Si le flou jusqu'à flouer existe dans la vie réelle, le problème se propage comme les virus sur les réseaux sociaux. Lors de la première vague du Covid-19, j'écrivais: "la mauvaise nouvelle, nous sommes dans la merde et la bonne, c'est ensemble". L'ensemble n'a été que partiel. La deuxième vague du Covid-19 prouve que c'est un échec collectif  dans une version aménagé de reconfinement. 

Lire la suite

05/10/2020

Comès d'Ombre et de Silence

0.PNGCe dimanche matin, à nouveau un ciel plombé, une pluie légère et beaucoup de vent, des séquelles probablement de la tempête Alex mais très affaiblies et sans communes mesures aux dégâts occasionnés dans le Sud-Est de la France. Odette est déjà loin et Alex a pris le relais.

Mon jogging m'a emporté jusqu'à l'exposition Comès au n°7 de le place des Palais, accolé au musée BELvue, à la rencontre des œuvres de Comès décédé à l'âge de 70 ans en 2013.

Lire la suite

03/07/2020

Les années charnières dans le monde (2)

0.PNG"Les années charnières, ce sont ces années où des gestes parfois anodins, parfois plus graves, arrivent à donner au quotidien une tout autre direction", écrit la Québécoise Marie-Josée Paquet. Ces années dites "charnières" ont inspiré beaucoup de médias et d'écrivains.
I
l y a trois mois, en pleine crise sanitaire, j'écrivais le billet "Une année charnière dans le monde (1)" au sujet de 2020. Le Covid qui a tout changé, est toujours là, bien caché. J'y parlais entre autres des chansons des Seventies. 
L
a semaine dernière, je parlais de mes jeunes années scolaires dans une sorte de pèlerinage pendant les Sixties et les Seventies.
Y
revenir s'impose de manière plus générale.
J
e ne sais quel temps de la conjugaison devrais-je utiliser pour ce billet? Passé, présent ou futur? Parfois, tous les temps se bousculent dans mon esprit. Il paraît qu'à parler au présent, on rend les choses plus vivantes.

Lire la suite

22/04/2020

Je me fais des films (2)

0.PNGDans le premier billet "Je me fais des films", je terminais par écrire "... rien de nouveau sous le soleil confiné, rien de vraiment changé dans mes habitudes mais rien n'empêche de se faire aussi des films personnels...".
Ce qu'on regarde à la télé mêlé à ce qu'on entend et vit, a parfois des continuations dans son sommeil.
Je me rappelle du billet "
Rencontre avec une bulle de savon" dans une "folle rêverie mise en boîte"...
Je me suis mis à rêver que j'étais un des virus, dont on parle tellement.

Lire la suite

18/04/2020

Responsabilités trompées ou tronquées?

0.PNGIl y a 15 ans, sur cette toile, je titrais mon premier billet "Nous sommes tous responsables".
Je parlais de l'hésitation entre l'achat d'un banal vélo de 1000 euros et un autre qui se retrouvait dans les grandes surfaces au prix de 500 euros en provenance de Chine sur lequel l'acheteur avait fixé son dévolu parce que c'était moins cher.
Aujourd'hui, pour les mêmes prix, on peut trouver des vélos électriques du même prix, mais dont le prix double pour être pleinement satisfait.
La recherche du prix le plus bas a été l'argument qui a été déterminant dans beaucoup de transactions d'échanges et de finances
.
Dire "tous responsables" n'est pas totalement ni exact ni fairplay.
Aimanté par les prix, personne n'a été averti sur les risques qu'il prenait en faisant appel à des services chinois  dans un processus "low cost". Le Covid-19 a changé la donne en apportant les risques inhérent au fait de se limiter juste au facteur "prix" pour un service ou un produit.
Ce qui suit n'engage que moi suite à ses intuition et conclusions.

Lire la suite

16/04/2020

Je me fais des films (1)

0.PNGDans l'édito de mon magazine télé de la semaine dernière, je lisais: "La télévision déchaîne encore les passions. Cette vieille dame d'un âge doublement canonique a prouvé qu'elle pouvait être une compagne extraordinaire, riche attentive, passionnante même si les émissions affligeantes et les navets se comptent par milliers, même si, en cette période de confinement, les re-re-rediffusions sont légions et que les déprogrammations intempestives nous gonflent. Qu'on ne dise pas qu'il n'y a rien à la télé et qu'il n'y a que des choses qu'on n'a pas envie de regarder".

Alors, je me suis demandé si depuis le confinement, il y avait quelque choses de changé dans mes habitudes, dans le scénario "films" de mes journées.  

Lire la suite

20/03/2020

Faire du neuf avec du vieux (2-2)

0.PNGUne guerre bactériologique mondiale a été déclarée.
Cela me rappelle les Armes Bactériologiques et Nucléaires (ABN), les guerres qui étaient présentées aux miliciens de mon époque des années 60-70 auxquelles il fallait se prémunir.
La manière de sortir d'une crise sanitaire et existentielle autant dépendante de la manière dont un groupe sociologique pourrait réagir ou un individu pour lui-même, y ressemble.
Dans ce cas-ci, ce sont les contacts physiques qu'il faut éradiquer.
L'Italie a commencé son calvaire  le 21 février et est devenu le foyer de cette guerre bactériologique suivi par l'Espagne.
Je n'ose pas imaginer ce qui se serait passé à l'époque pendant la laquelle Internet n'existait pas.
Les contacts virtuels avec l'inventivité de chacun restent les seuls moyens de communiquer dans la durée pour résister même s'ils sont symboliques.
Mot d'ordre rester chez soi. Soyez solitaire et solidaire.
 

Lire la suite

27/12/2019

2019, entre radicalisme et exorcisme

0.jpgLa récapitulation de 2019 fait couler beaucoup d'encre et de salive.

Exorciser les événements malheureux de la mémoire alors que le radicalisme éclate de partout dans un monde où des mouvements idéologiques ne parviennent pas à se réconcilier, c'est ce que me donne l'idée générale de cette année charnière 2019 entre la montée de populismes, d'un réveil climatique et de la mobilisation dans de nombreux pays du monde pour plus de liberté.

Les jeunes se sont levés pendant que les femmes ont pris plus de pouvoir par le féminisme quand ce n'est pas le nouveau mot "féminicide" l'enraille.

Une année où "Trump", "Poutine", "Johnson", "Bolsonaro" ont frappé les esprits pour faire bouger quelques lignes à l'avantage de leurs initiateurs.

Une année pendant laquelle j'ai ressenti des sentiments mitigés de la révolution des peuples associée à la dureté dans les réseaux sociaux et quand j'ai tenté de rapprocher l'actualité dans des articles ou en arrière-plan par courriels.

Le VIF divise les événements de 2019 en 8 chapitres dans lesquels je mixerai le rappel de mes propres articles.

Lire la suite

13/11/2019

Pousse café

0.JPGHier, j'écrivais à Nicolas Vadot, pour exprimer mon étonnement d'avoir créé une polémique à la suite de mon dernier billet sur l'armistice qui vu le genre d'événement n'aurait pas dû en faire partie.

- Nicolas, je ne sais si tes dessins créent des polémiques?

- On est en débat ce soir, Kroll, DuBus, Sondron, Oli et moi, sur LN24 à 20 h.

Lire la suite

06/09/2019

LN24, une nouvelle chaine d'info en continu, cette fois, belge

0.JPGPour la rentrée, la grille des programmes des radios et des télés belges ont été révisées.

Nouvelle chaine d'info en continue lancée lundi soir: LN24 diminutif de "Les News 24".

Officiellement annoncé en octobre 2018,  suite à un projet fondé par deux anciens du journal L’Écho et le fondateur de la société de production KNTV. Une volonté d'étendre leur réseau en participant à l'appel d'offre concernant l'octroi d'une fréquence radio en FM et DAB+.

Lire la suite

26/07/2019

69, année érotique, quant à 2019, bof...

0.JPG1969-2019, cinquantième anniversaire de la conquête de la lune et année de gloire du Cannibale  Eddy Merkx pendant laquelle celui-ci remporte une série impressionnante de courses de haut niveau : Paris-Nice, Milan-Sanremo, le Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de France.

Ce sont les deux événements dont se souvenait le roi Philippe lors de l'invitation de Merkx au palais de Laeken.

Tout le monde qui a vécu ces événements, se souvient de ce qu'il faisait au moment où la radio ou la télé annonçait le premier pas sur la lune avec les objets qui ont fait avancer les progrès de l'homme terrestrepodcast.

D'autres événements heureux ou malheureux ont fait les petits ou les grands titres de l'actualité mais on les oublie.

69 était encore dans la chevelure de la comète révolution de mai 68 qui avait pour slogan principal "il est interdit d'interdire" et

Cette année-là, Serge Gainsbourg et Jane Birkin s'envoyaient en l'air sans quitter le plancher des vaches en chantant "69, année érotique"...

Lire la suite

23/07/2019

Tendances et indépendance

0.JPG"Le plus" de Matin première parlait de Robert Wangermée  qui disparaissait à l'age de 98 ans ce lundi.

Ce qu'en dit la RTBF pour le présenter est éloquent sur ce qu'a été sa manière de penser "philosophiquement" à ne pas croire "religieusement"  ce que chacun pourrait en direpodcastpodcast.

Ancien administrateur de la RTBF, il a incarné les bouleversements institutionnels du secteur audiovisuel en Belgique.

Docteur en Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles et professeur honoraire, il y crée le Centre d’Études de Sociologie de la Musique, devient Critique de l’Académie royale de Belgique, fait carrière dans l’audiovisuel, intègre en 1946 l’Institut National de Radiodiffusion (INR, future RTBF) où il devient directeur du service musical en 1953 en créant le "troisième programme radio", spécialisé dans la musique classique (aujourd’hui Musiq’3) et est choisi comme l'un des Cent Wallons du siècle par l'institut Jules Destrée en 1995".

Un sérieux pédigrée pourrait on dire...

Sa disparition me donne l'occasion de revenir sur ce qui est dit ou non dit sur cette antenne et dont le dernier billet philosophique et intimiste "Tout cela au nom de Darwin" ébauchait.

Lire la suite

28/06/2019

Les cantiques du quantique

0.PNG 1. "Au-delà du quantique à la découverte d'un nouveau monde", tel est le titre du S&V du mois de mai.

2. Le quantique est revenu le mois suivant dans un autre S&V sous le titre "L'ordinateur quantique. Vers un mariage avec l'IA".

3. "La Conjuration de Göttingen", le livre de Jérôme Legras en explique les prémices sous forme de thriller historique ce qui en fait toute son originalité...

Le quantique résonne comme une nouveauté alors qu'il a déjà cent ans d’existence.

Alors qu'est-ce qui créerait ce nouvel engouement en 2019?

Lire la suite

10/05/2019

Élire, c'est maudire dans la Cour des miracles

0.JPGEn 2007, j'écrivais un billet en 4 actes à l'occasion de l'élection de Sarkozy et qui avait pour titre "Élire c'est guérir".

Dans deux semaines, rebelote, l'élection a 3 niveaux: régional, fédéral et européen. Une campagne électorale épique s'est ouverte pendant laquelle certains se sont mis sur les starting-blocs pour (r)entrer dans l'arène politique tandis que d'autres en sortent presque dégoûtés d'être restés trop longtemps. 

Nous sommes entrés dans une ère de guérillas d'idées dans une insurrections hebdomadaires à peine voilée entre gilets jaunes, black-blocks et CRS.

"Gilets jaunes et si cette violence préfigurait une situation à venir encore plus violente ?", écrivait Daniel Martin.

Est-ce une vendetta envers politiciens et journalistes qui ne font que tenter suivre l'actualité, contre les citoyens radicalisés avant d'aller plus loin?

Les médias s'attendent à un séisme électoral.

En 2014, lors de la dernière élection, j'aurais pu écrire "la situation est grave mais pas désespérée".

Cette fois, ce serait plutôt  "la situation est désespérée, mais ce n'est plus grave" que je devrais écrie si l'on en croit la collapsologie apocalyptique ambiante.

Et si la politique n'était pas simplement un problème médical de partage de l'information?

Lire la suite

02/03/2019

Les infidélités de notre mémoire

0.JPG"Je me souviens donc je me trompe", le titre d'un documentaire de ARTE. Notre mémoire stocke au fur et à mesure empiriquement les éléments de notre vécu. Influençable, elle nous joue en réalité des tours en permanence. Des chocs physiques ou psychiques ne cessent d'altérer nos souvenirs proches ou lointains.

Dès 1974, Elizabeth Loftus a mis en lumière ce qu'elle appelle le syndrome des faux souvenirs. Reconstruits à partir de récits à posteriori, nos réminiscences sont suspectes, surtout celles de la petite enfance. 

Lire la suite

11/01/2019

Maîtriser ses émotions

0.JPGAnalyser les émotions, c'est aller dans tous les sens.

Les émotions passent par des formes diverses comme la colère, la jalousie, la peur, l'amour...

Quand on ne sait pas exprimer ses émotions avec des mots une foule d'émoticônes, de smiley appelés aussi émojis, compensent sur les réseaux sociaux.

Un vieux billet "La stratégie du cœur contre celle du cerveau" évoquait déjà le sujet.

Mon blog est truffé de billets qui parlent de psychologie et à sa résultante, la philosophie.

L'humour, la dérision et l'autodérision en font partie.

Lire la suite