Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2021

Restauration du Palais de la Bourse de Bruxelles

0.PNGCe serait incomplet de parler de la Bourse et de la Vie sans parler de comment elle fonctionne et de qui l'habite dans le passé et aujourd'hui.

La Bourse de Bruxelles est en restauration et des échafaudages l'enveloppe tout en racontant son histoire. 

On l'appelle "Palais de la Bourse"

Lire la suite

26/02/2021

La relance par la Bourse et la Vie

0.PNG.jpgL'argent, le nerf de la guerre mais aussi le sang de la vie à ne pas transformer en hémorragie est un problème lié à la nostalgie qui nait souvent à partir de regards imparfaits sur soi et sur le passé. Les billes d'antan n'ont pas disparues. Elles ont seulement changé de forme, parfois bien plus carrées. Les fortunes ont changé de main entraînant patrimoine et PIB par entité ou par communauté dans des circuits fous.
Au cours de la pandémie du Covid, magasins, restaurants fermés et bien d'autres moyens de dépenser ses économies, le Belge n'a jamais autant épargné. Dans l'opération, si l'épargnant n'a peut-être pas perdu la brique traditionnelle qu'il avait dans le ventre, il a pu penser fourguer son pognon dans d'autres techniques dont il a le secret.

Lire la suite

12/06/2020

Virus blues (6): Les soldes du Covid

0.PNGLa semaine dernière, l'économiste Bruno Colmant était interrogé pour lancer un plan fédéral de protection social et économique après la crise sanitairepodcast.

"Il faut plus d'Etat" écrit-il dans son nouveau livre "Hypercapitalisme: le coup d'éclat permanent".

 

Interview en texte:

 

Lire la suite

02/11/2019

L'happycratie: le bonheur jusqu'à la nausée

0.JPGDernièrement, je recevais un email d'un lecteur qui me proposait de parler de cet article: "Happycratie : Le bonheur, ad nauseam ?"

"Méfions-nous des apôtres du bonheur car l'industrie de la psychologie positive a pris le contrôle de nos vies", écrit Eva Illouz dans son livre.

D'après cette sociologue, le bonheur serait une sorte de marchandise émotionnelle qui appartiendrait au néo-libéralisme  dans lequel il faudrait toujours réussir pour exister et donc, être une autre forme de manipulation.

La semaine dernière, le VIF m'a apporté des idées à ajouter qui allaient compléter ce billet.

Mon dernier article "La vérité, si je le veux ou si je le peux" répondait déjà partiellement et le titre que j'adoptais pour la vérité peut tout aussi bien être utilisé "Si je le veux ou si je le peux" pour le bonheur.

Le bonheur, on ne pourra jamais le forcer chez quelqu'un d'autre et quelqu'un d'autre ne pourra jamais l'introduire en soi.

On ne pourra jamais modéliser l'Homo dans sa globalité.

Lire la suite

11/10/2019

Les profils STEM

0.JPGEn 2018, paraissait l'article "La demande pour les profils STEM reste forte en Belgique", alors que le nombre d’offres d’emploi dans les Sciences, la Technologie, l'Ingénierie et les Mathématiques (STEM) avait diminué de 18 % en Belgique.

L’Écho du weekend 28 septembre dernier le répétait dans un autre "Les entreprises pleurent pour des profils "technologiques". Cela faisait des gens sans emploi et des emplois sans personne.

Les profils de STEM sont toujours demandés en une sorte de circuit fermé. Les nouvelles technologies accélèrent les découvertes des sciences et les maths aident pour encadrer les nouvelles technologies tout en étant chacune complémentaire.

Mais ce sont les nouvelles technologies qui se sont intégrées parfois immiscées dans tous les processus et disciplines de notre actualité.

"Je tiens impossible de connaître les parties, sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître les parties", disait Blaise Pascal.

Lire la suite

09/08/2019

Un monde sous influence

La semaine dernière, il était 0.JPGquestion des bienfaits de l'indépendance d'esprit, d'action et les dangers de l'influence psychologue et sociale...

Ce billet-ci risque d'aller à contre sens du précédent et c'est voulu.

Les sphères d'influence mondiale est une dépendance au niveau économique, militaire, politiques et culturelles. (graphiques).

Cela n'a rien à voir avec les relations entre personnes.

Ici, il s'agit vraiment de relations "many to many", de peuple à peuple.

Donald Trump, avec son populisme, a compris ce qu'il pouvait en tirer en sortant de l'influence des autres organisations, des contrats signés et des pays pour se faire élire à la présidence des États-Unis par une population plus manuelle qu'intellectuelle et qui n'a pas profité de la mondialisation.

Georges W. Bush avait la même manière non nuancée de présenter les choses: "ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous". 

Protectionnisme et fermeture des frontières sont dans ce cas au programme avec une courte vue, intenable à long terme par l'implosion qui finit par arriver.

La mondialisation a créé un sentiment de rejet parce qu'elle construit immanquablement des gagnants et des perdants.

L'Europe, spectatrice, se tient toujours dans l'expectative, incapable de taper sur la table car ses membres ne font pas bloc dans cette nouvelle cour des grands et de ce fait, joue dans la case des perdants.

Lire la suite

13/07/2019

Tout cela au nom de Darwin

0.JPGCe billet est une réponse au précédent "Être élu par qui et pourquoi?"
I
l y a tellement de choses à dire à ce sujet et tellement de manières de l'aborder et de le pratiquer qu'il faudrait plus d'un billet.
J
'essayerai de prendre un peu de recul, sans parti-pris, sans convictions préconçues que je trouve souvent dangereuses...

Lire la suite

07/07/2019

Etre élu par qui et pourquoi?

0.JPGAprès des tractations qui se sont éternisées la semaine dernière pour désigner les patrons au niveau de l'Europe, la question reste "Être élu par qui et pour quoi faire?

Ce furent des personnalités qui ont dû faire des compromis dans un marchandage pour résoudre la quadrature du cercle pour chercher à contenter tous les membres européens par une parité sexuelle dans une Europe qui n'a pas les mêmes directions de vue et de potentiels aux options disparates à comment réaliser les projets financièrement, politiquement et idéologiquement.

Lire la suite

19/01/2019

Si tu déclines, clive et ça ira... enfin, peut-être

0.JPGNous sommes en campagne électorale. Les partis se mettent en ordre de marche. Il faut donc cliver pour exister.

"Il faut nettoyer les écuries d'Augias et tuer l'un ou l'autre géant pas trop grand" comme m'était-il dit dans le billet précédent.

On va tout changer en cassant la baraque.

Tout à coup, il faut être de gauche ou de droite, devenir une élite et quitter le peuple. On est "pro" ou "contre" en fonction de son état social, un jour, individualiste, un autre sinon on fait preuve de lâcheté. Pour vivre heureux, il faut être partisan d'un clan ou d'un autre. Cela a toujours marché ainsi...

Lire la suite

17/11/2018

Après la métaphore de Toffler, le 21ème siècle paradoxal

0.JPGIl y a 15 jours, je reprenais le livre du futurologue, Alvin Toffler, les "Nouveaux pouvoirs" qui date de 1990.

Quelques lecteurs ont rapporté leur souvenirs de ces années 80 en commentaires.

En fonction de l'âge du commentateur, cela allait de la réflexion étonnée que l'on fasse un foin sur ces années de transitions à des réponses plus précises qui reviennent des souvenirs lointains.

Mais comme l'écrivait l'hebdomadaire Le Vif, cette décennie a réellement été entamés des lames de fonds si pas des tsunamis dont les effets se font sentir jusqu'à nos jours.

Si certaines  parties du livre de Alvin Toffler donne l'impression de lire des pages de nos quotidiens actuels, avec d'autres, par contre, on a un goût d'obsolescence tellement dépassé dans les réalités d'aujourd'hui.

L'avenir se reçoit toujours comme un package après un passé qui évolue au rythme de ses administrés et de ses excès.

Que dire? Que l'imagination rêveuse, la proactivité et l'optimisme de Toffler pour l'information n'a pas tout prévu et que sa boule de cristal distinguait bien le futur mais avec un certain flou en effaçant quelques dessous des cartes?

Mais comparaison n'est évidemment jamais raison.

Lire la suite

03/11/2018

Le futur antérieur des pouvoirs selon Alvin Toffler

0.JPGSouvent, on se demande comment on est arrivé à notre situation actuelle qui parfois ou même souvent ne nous sied pas toujours.

Le sociologue américain, Alvin Toffler, né enet décédé en, a été l'un des futurologues les plus célèbres de son temps accompagné dans ses voyages de sa fidèle épouse Heidi Toffler.

Ses livres sont devenus des best-sellers mondiaux et ont contribué à modifier les idées sur les grands changements de la fin du 20e siècle.

Après 30 ans de repos dans ma bibliothèque, le livre "Les Nouveaux Pouvoirs" (traduction de "Powershift") en est ressorti.

Toffler a modélisé une vision de l'avenir en imaginant les conséquences du changement de paradigmes associés à l’avènement de l’ère de l’information au travers de trois livres parus au cours de trois décennies à partir de 1970.

Lire la suite

21/10/2017

Tu te pointes ou tu te retires

0.JPGAprès la dépendance vis-à-vis de la mobilité, voici celle de l'information.

Dernièrement, je recevais un eMail qui disait "Incroyable, je suis accro à mon smartphones! Je m'en suis rendu compte quand je ne recevais aucun mail. J'ai passé ma soirée à tout éteindre et tout redémarrer à faire des mises à jour à nettoyer impossible de trouver une solution . Hier pareil mais là j'ai lu que ma messagerie avait bugué et qu'il avait fallu 24h pour trouver une solution J'ai donc reçu mes mails hier dans le désordre la conclusion finale je suis dépendante de cette technologie ...alors que je pensais faire partie du résistant noyau".

Lire la suite

06/05/2017

Un coup de barre 'phygital' et ça repart...

2.jpg"Tu viens pas me faire la leçon avec ton libéralisme à deux balles", une  remarque choc d'un interlocuteur qui m'avait bien fait beaucoup sourire alors qu'il voulait parler des élections "spectaculaire" françaises. 

Y en a marre de parler de ces élections qui ne sont pas les nôtres.

"Cela a assez continué à rester durer", comme on dit chez nous.

Il y a longtemps, Pierre Dac se posait la question de savoir "Comment mettre de l'argent de coté pour l'avoir devant soi, alors que paradoxalement c'est une façon comme une autre d'assurer ses arrières?".  

Que faire de ce putain de cash?

Lire la suite

26/11/2016

La génération QUOI craint l'avenir

0.jpgUne grande enquête au niveau de la Belgique et de quelques pays européens s'est déroulée sous le nom générique de "Génération Quoi"  représentée par les 10-34 ans.

Génération de 10 à 34 ans, donc nés entre 1982 et 2006. Une période légèrement différente de la génération "Y" qui groupe des personnes nées entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990.

De la génération "Y" Wiki en dit encore:  "L'origine de ce nom a plusieurs attributions : pour les uns il vient du « Y » que trace le fil de leur baladeur sur leur torse; pour d'autres, ce nom vient de la génération précédente, nommée génération X; enfin, il pourrait venir de la phonétique anglaise de l'expression «Y»  signifiant « pourquoi ».

Lire la suite

30/07/2016

Il était une première fois

Après avoir parlé du plagiat et du copier-coller, parlons des premières fois dans l'histoire. Des premières fois qui ont changé notre existence, ont amélioré notre quotidien ou simplement bouleversé nos habitudes. L'émission "Réveil en Première" en sortait tous les samedis matins de début de saison. A la base de ces "premières fois", un besoin nouveau ou de renouveau, une imagination fébrile et un eurêka. L'émission repasse actuellement pour l'été, le samedi à 07:40.  

Lire la suite

16/04/2016

World Papers

Après ClearstreamWikiLeaksSnowdenLeaks, Luxleaks, SwissLeaks, voici les "Panama Papers". Les "Leaks" reviennent en bandes de papier et pointent tous les jours de grands noms de la finance qui ont fait sortir leurs économies du pays dans lesquels elles ont été créées pour raisons fiscales. 

0.jpgLes fuites généralisées découvertes au sujet des  "Panama Papers" révèlent un secret de Polichinelle.

L'enquête de "Cash investigation" passée sur France2, a qualifié de "Casse du siècle" ces révélations du "Panama Papers".

Près de 400 journalistes ont contribué à révéler les mouvements de capitaux légaux ou illégaux, d'argent propre légalement placé là où cela rapporte le plus ou d'argent sale qui provient de fraudes et qui est punissable. 

Tant mieux, si on sort de l'ombre d'un chapeau Panaméen des proies à grignoter, mais cela vaudra-t-il la chandelle dans tous les cas?

 

Lire la suite

30/01/2016

Il y a management et managers

1.jpgJe ne vais pas prendre la défense des gens qui sont à la tête des entreprises. Ce n'est pas l'habitude de cette antenne. Il y a pourtant quelqu'un qui a changé l'entreprise et pour cela, a reçu le titre de "Manager de l'année 2015" Dominique Leroy a repris la direction de Belgacom pour en faire Proximus. C'est une femme dans un monde d'hommes qui a changé l'image de marque, réformer les cadres. 

Dominique Leroy est définie comme une battante.

Bien que cela ne soit pas qu'un indice de sa vitalité, elle a déjà participé à deux marathons.

Elle court encore de 10 à 20 kms par semaine. 

Son premier but fut de faire oublier Belgacom et la gestion de son prédécesseur Didier Bellens.

Lire la suite

09/01/2016

Les armes, c'est presque sérieux

arme

Je me souviens d'un de mes vieil article de 2007 "Aux armes ou aux larmes citoyens". Il parlait des États-Unis du temps de G.W.Bush. Avec le sujet de l'Arabie Saoudite, les armes reviennent brûlantes dans les bras de l'Europe et de la Belgique. 

 

Cette semaine, on a beaucoup parlé des armes dans l'actualité.

Obama lançait un baroud d'honneur de fin de mandat, comme une sorte de va-tout, à essayer de relancer une législation plus restrictive dans le commerce des armes. Pas une régulation de la vente d'armes mais un simple "background check" de l'état psychiatrique des détenteurs. Aux États-Unis, on dénombre 350.000 victimes des armes à feu. 

Lire la suite

23/09/2015

Feedback du livre de Paul Jorion

A la suite des deux articles précédents (1) et (2), j'ai survolé le livre de Paul Jorion "Pensez tout haut l'économie avec Keynes" et je dois avouer qu'il apporte une bonne vision des problèmes d'aujourd'hui en partant de Keynes. Ce billet est un petit supplément à l'article précédent.

0.jpgCommençons par l'actualité en ouvrant une parenthèse: la visite du pape aux Etats Unis.

J'ai lu en parallèle le Monde diplomatique qui en parlait en première page.

Cette visite est pour lui un synode sur la famille comme "en terrain ennemi" pour prêcher la bonne parole dans une usine d'espérance.

Une usine dans laquelle l'amour filial entre l'homme et la femme était principal malgré "les assiettes qui volent et les "belles-mères".

Lire la suite

17/05/2015

Le paradigme du partage

0.jpgParler de partage, c'est se demander quoi partager, avec qui, comment et pourquoi à la recherche d'un nouveau paradigme. Qui se ressemble s'assemble... en général.

"Partageons sans compter", une affiche publicitaire d'un fournisseur d'accès à Internet et aux télécommunications donne déjà quelques questions-réponses. 

Partager quoi: des outils qui permettent de communiquer.

Partager avec qui: en famille.

Partager comment: avec le plus de plaisir.

Le "sans compter" fait penser que le côté financier pour que cela se réalise, n'est pas essentiel.  

Lire la suite