Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2018

SJTN, une commune des extrêmes d’entrée de jeu

0.JPGSamedi dernier, à bord de mon vélo, j'ai eu l'envie de jeter un coup d'oeil sur une des dix-neuf communes de la Région de Bruxelles-Capitale, sa plus petit commune: Saint-Josse-ten-Noode.

Comment la fusion de communes belges a-t-elle laissé un tel "confetti"?

Question que je me suis posée à la vue d'une série de planches affichées devant la Maison Communale de la commune.

Aujourd'hui, avec une présence musulmane majoritaire marocaine et turque de 49,3 %, la commune devient l'endroit où l'on compte le plus grand nombre de musulmans en Belgique. Pourcentage qui dépasse celui de Molenbeek-Saint-Jean dont le nom a dépassé les frontières à la suite des affaires de terrorisme.

Lire la suite

03/11/2018

Le futur antérieur des pouvoirs selon Alvin Toffler

0.JPGSouvent, on se demande comment on est arrivé à notre situation actuelle qui parfois ou même souvent ne nous sied pas toujours.

Le sociologue américain, Alvin Toffler, né enet décédé en, a été l'un des futurologues les plus célèbres de son temps accompagné dans ses voyages de sa fidèle épouse Heidi Toffler.

Ses livres sont devenus des best-sellers mondiaux et ont contribué à modifier les idées sur les grands changements de la fin du 20e siècle.

Après 30 ans de repos dans ma bibliothèque, le livre "Les Nouveaux Pouvoirs" (traduction de "Powershift") en est ressorti.

Toffler a modélisé une vision de l'avenir en imaginant les conséquences du changement de paradigmes associés à l’avènement de l’ère de l’information au travers de trois livres parus au cours de trois décennies à partir de 1970.

Lire la suite

13/10/2018

Jobs contre Flops

0.JPGDes élections communales auront lieu demain en Belgique.

J'en avais déjà donné le parfum dans "A vos marques électeurs" avec les affiches électorales du temps jadis.

"Élire, c'est guérir", au temps de Sarkozy.

Cette semaine, il y a eu un cirque entre Elio Di Rupo et Charles Michel du style "Je t'aime, moi non plus", alors qu'en dehors de l'arène, les sourires même narquois, sont de rigueurs.

Pour finir, il y a eu cet article de Philippe "Pourquoi, je ne voterai plus" qui ajoutait une couche...

Lire la suite

15/09/2018

A vos marques électeurs

1.JPGLe 14 octobre prochain, ce seront les élections communales belges.

Les affiches électorales commencent à pousser.

Pendant huit semaines, "Le Vif" les avaient revisitées dans l'histoire pour nous mettre en appétit.

Cela pourrait-il donner des idées amusantes?

Lire la suite

01/09/2018

Les pays les plus pauvres

0.JPGAprès les pays les plus heureux, les pays les plus pauvres.

La pauvreté est au moins plus chiffrable que le bonheur.

Le classement qui suit a été établi selon le PIB par habitant en Parité de Pouvoir d'Achat (PPA). 

Comme suite, il est intéressant de constater le sentiment général dans nos pays européens.

Le "top dix" situe tous les pays sur le continent africain, au sud du Sahara.

Ils ont comme points communs d'avoir été touché par un conflit, de vivre sous un régime autoritaire, d'être sans institutions judiciaires solides, sans presse libre et avec un taux de corruption élevé.

Lire la suite

18/08/2018

Les pays les plus heureux

0.JPGLe Produit Intérieur Brut, le PIB, d'un pays intervient souvent pour étayer le bonheur d'un pays parce qu'il est chiffrable.

Le bonheur ne l'est pas vraiment.

En 2010, un rapport, présidé par Stiglitz, concernant le "bonheur intérieur brut", le BIB, tombait sur la table du président Sarkozy. Il était destiné à affiner le sentiment de bonheur ressenti par les populations dans plusieurs États du monde..

Cette année, l'ONU a publié son 3e rapport sur le bonheur à travers le monde (repris dans Express Business et dans Le Soir), établi par l'intermédiaire d'un sondage des populations de plus de 150 pays sur la période 2015-2017.

Lire la suite

11/08/2018

Le Printemps de Prague

9.JPGEn prologue de son livre "Le Nom de la rose", Umberto Eco racontait que, se trouvant à Prague le 16 août 1968, il recevait un manuscrit de la plume d'un certain abbé Vallet qui avait inspiré son livre.

Cinq jours plus tard, les troupes soviétiques envahissaient la ville et il s'échappait en réussissant à atteindre la frontière autrichienne à Linz.  

Le Printemps de Prague (nommé ainsi en référence au Printemps des peuples) est une période de l’histoire de la République socialiste tchécoslovaque durant laquelle le Parti communiste tchécoslovaque introduit le « socialisme à visage humain » et prône une relative libéralisation.

Lire la suite

07/07/2018

Les flocons de l'été

2.JPGEn mars, après les élections italiennes, la presse titrait "Que bordello" ...

On se posait même la question de savoir si ce qui allait arriver, était un danger pour l'implosion de l'Europe avec le nouveau gouvernement aux deux visagespodcast.

 Après le Brexit, sera-ce l'Italexit?

En général, pendant les vacances, tout se ralentit. Cela ne semble pas être le cas.

Des débats et des événements se poursuivent à une cadence soutenue.

Lire la suite

23/06/2018

Mémoires d'émail

0.JPGEn février, j'écrivais "Le manichéisme entre passé et avenir"

Recommençons ce voyage dans le temps par l'intermédiaire du personnage du passé qui l'a traversé: "Ernest Solvay" lors d'une nouvelle balade dans le Parc Léopold dont je parlais déjà dans "Du Caprice des dieux au Parc Léopold".

En novembre 1998, sortait un numéro spécial du journal Le Soir avec le titre générique "Mémoires d'émail" dans lequel il était écrit en préambule "La ville est un lieu où l'Histoire se sédimente par couches successives qui s'inscrivent dans le tracé et le nom des rues, dans l'architecture des bâtiments et le dessin des parcs par et pour des hommes qui sont parvenus à traverser le temps".

Lire la suite

10/03/2018

Che bordello

1.JPGLundi, les électeurs italiens avaient tranché. Ils ont préféré des partis populistes ou anti-establishment aux partis populistes aux partis traditionnels du centre, sans majorité nette à aucune formation. 

L'Italie est plus polarisée que jamais pouvant créer une paralysie politique.

"Che bordello" titrait le journal "Il Tempo".

Former un gouvernement, ce sera une question de répartition de quartiers de tartes mais certainement pas du gâteau.

Quand l'Italie avec une dette représentant 130% du PIB fait partie des enfants en convalescence de l'Europe un vote de protestation comme celui que l'on a connu aux États-Unis n'est peut-être plus de raison dans un mariage hors-nature.

Lire la suite

30/12/2017

2017 en douze coups

0.JPGAprès la parodie sexuelle d'un Père Noël, retour à 2017 et à sa rétrospective. Une première année de présidences de Donald Trump et de Macron dans une approches de la population en réciprocité. Un Brexit "Mayday" pour sortir de la CE. Un désir d'indépendance de la Catalogne.

"Une année où la peur a changé de camp pendant laquelle, du jour au lendemain, ce qui était supporté s'éprouve comme insupportable à cause d'un problème de société qui atteint le point de bascule et engendre les révolutions morales avec de rares éclaircies dans la grisaille belge venue de la sphère culturelle.", écrivait Gérald Papy dans l'édito du Vif.

Douze coups du sort sont en transit entre tonnerre, cœur, théâtre, colère, génie, folie, fourrés, poker, blues, grâce, bambou et essai. 

Lire la suite

16/09/2017

Réussir ses échecs

0.JPGRéussir ses échecs, c'est corriger ses erreurs et ses manquements.

Résilience après une attaque terroriste. Résilience à la suite d'un ratage de la politique. Résilience pour un enseignement inadapté...

Tout change, tout surprend parce que cela ne s'est pas produit avant dans un monde mondialisé. Puisque rien ne va plus, il faut tout réformer quand le climat est délétère.

Lire la suite

29/07/2017

La gouvernance augmentée

0.JPGIl y a quinze jours, un billet intitulé "Psychose" mettait en évidence le pourquoi d'un désaccord dans une histoire de "Vilain Petit Canard de gauche".

Deuxième volet de cette psychose du refus de concertation équilibrée entre des mouvements opposés et qui, pourtant, pourrait être complémentaires quand ils sont dirigés vers un meilleur pour tous.

En Belgique, nous avons eu un "Anti-Vilain Petit Canard de gauche" en la personne de Benoit Lutgen qui, le 19 juin, a créé une crise, en retirant la prise de la confiance accordée aux gouvernements Bruxellois, Wallon et de la Communauté française à la suite de différents scandales au sein du Parti socialiste.

Un conclave a commencé avec les différents partis en présence au niveau régional en Wallonie et à Bruxelles pour chercher une meilleure gouvernance. 

Un Vif récent titrait "En marche arrive chez nous".

La valeur attend encore moins le nombre des années quand l'expérience est en perte d'efficacité et devenue obsolète avant sa date de péremption.

Alors, il faut trouver autre chose...

On parle de plus en plus de "l'Homme augmenté".

Pourquoi pas une gouvernance augmentée dans le monde de la modernité et de la science fiction?

Lire la suite

22/07/2017

Le futur antérieur de la Turquie

0.JPGUn an après le putsch raté du 15 juillet en Turquie, ARTE présentait quatre documentaires, "Erdogan, l'ivresse du pouvoir", "Turquie, un combat pour la démocratie", "Adieu la Turquie" et "Où va la Turquie" et un débat lors d'un "28 minutes" quotidien.

Ce putsch raté contre Erdogan renforça son pouvoir dans une dérive autocratique.

Le bouc émissaire du putsch, son ex-allié qui nie sa participation.

Un an après, de nouveaux proscrits à la culpabilité souvent douteuse, essayent de survivre à sa purge.

Lire la suite

15/07/2017

Psychose

4.JPGLe terme de « psychose » a une utilisation très variée et peut désigner toute expérience délirante ou aberrante exprimée dans les mécanismes complexes et catatoniques de la schizophrénie et du trouble bipolaire.

Comment devrait fonctionner une bonne démocratie?

Limiter la démocratie aux élections cacherait souvent les gouvernances bananières ou dictatoriales avec des pouvoirs rassemblés par une minorité et tronqués pour la masse.

Le fédéralisme "à la belge" a tenté de résoudre la différence majeure entre le nord du pays en gardant quelques rennes de compétences au niveau du pays, majoritairement libéral et le sud, majoritairement socialiste.

Lire la suite

27/05/2017

Silence en coulisses, on tourne

0.jpgLa semaine dernière, j'écrivais que je parlerais de la pièce de théâtre à laquelle j'avais assisté au Théâtre des Galeries.

Son titre: "Silence en coulisses" de Michael Frayn.

Installez-vous.

Pas de trois coups, une musique intimiste suffit et c'est parti.

Le rideau tombe.

Lire la suite

15/04/2017

Uchronie d'un quinquennat pour rien?

3.jpg

Il y a un an, je parlais du passage de la démocratie représentative à la démocratie participative.

A la veille du grand scrutin en France, un poisson d'avril et une révision de ce qu'est l'Europe via son histoire, me paraissaient les plus adéquats.

Eric Zemmour a écrit "Un quinquennat pour rien" en parlant du mandat présidentiel de François Hollande.

En serait-il autrement avec un autre président, un autre système de gestion de la société ... en remontant le temps? Peut-être...

Lire la suite

01/04/2017

macronite aiguë, une maladie ou un remède?

0.jpgEn Europe, on a commencé l'année des élections par les Pays Bas.

En France, la campagne était déjà bien lancée avec un suspense insoutenable sous forme de feuilleton à rebondissements dont l'inspecteur Bourrel aurait aimé décrire la finale dans ses "Cinq dernières minutes".

Onze candidats en finale avaient rassemblé 500 signatures de soutien pour se présenter. Le 20 mars, premier débat organisé par TF1 avec les cinq premiers finalistes pour exprimer leurs différences: Melenchon, Hamon, Macron, Fillon, Le Pen. Les six autres candidats restaient dans l'antichambre: Dupont-Aignan, Arthaud, Poutou, Cheminade, Lassalle et Asselineau. Tout cela orchestré par la pub bien fournie de TF1. 

Un candidat de moins qu'en 2012.

La gauche divisée a élu son champion Benoit Hamon.

Le champion de droite, François Fillon qui chute dans les plis du tapis de l'histoire.

Dernière ligne droite qui va se terminer par un président tout beau, tout neuf.

Un président "anormal" qui changera celui d'avant dit "normal".

Lire la suite

11/02/2017

2017, première année et suivantes du monde selon Trump

0.jpgJean-Christophe Buisson avait écrit un livre illustré "1917, l'année qui a changé le monde"

1917 ou/et 2017, l'année qui a changé le monde?

1917 a été une année décisive dans le déroulement de la Première Guerre mondiale mais aussi dans l'histoire du monde, et pas seulement d'un point de vue géopolitique ou militaire avec ses grandes batailles (Chemin des Dames, Caporetto) ou ses grands événements (échecs des pourparlers de paix lancés par l'Autriche-Hongrie et le pape, effondrement de la Russie, basculement de la Grèce dans le camp allié, premières mutineries et grèves des tranchées…).

Dans tous les domaines, y compris scientifiques, culturels, intellectuels ou sociaux, cette année, comparable à 1789 ou 1815 par son ampleur, marque un bouleversement durable dont les conséquences se font encore ressentir de nos jours.

 

Lire la suite

28/01/2017

Une tornade éthique wallonne?

"J'en ai marre des parvenus". Une phrase qui a douze ans d'âge. Une phrase qui venait à la suite des scandales des dirigeants carolos.

«J'en ai marre des parvenus. Il n'y a pas de place pour les parvenus au Parti socialiste», a-t-il lancé sur un ton sans équivoque. Il a mis en garde non seulement ceux qui abusent de leur mandat pour en tirer des avantages disproportionnés, mais aussi ceux qui ne suivraient pas la ligne d'ouverture et de culture du débat voulue par le Parti socialiste.

«Vous avez entendu comme moi ces quelques mandataires socialistes qui disent que l'ouverture, c'est inutile et qu'on est mieux entre nous. Ou ceux qui disent que la participation, la culture du débat, c'est une perte de temps parce que nous, on sait bien ce qui est bon pour le peuple. Même s'ils sont portés par peu de socialistes, ces discours-là, nous devons les combattre. Non seulement ceux qui les tiennent n'ont rien compris à ce que signifie le socialisme contemporain, mais ils mériteraient que l'on s'en sépare.

Une phrase qui résonne comme un avertissement", terminait l'article de l'époque.

[Dernier épisode d'un triptyque dont les deux premiers étaient (Liberté, égalité, identité), (Au rythme d'Algo)]

Lire la suite