Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2005

Coup de pouce à la Démocratie

« La Démocratie par le peuple et pour le peuple ».


0.jpgVoilà ce qui résume la soif de participation des gens à prendre leur destin en charge.
Ceux-ci aspirent aujourd’hui à prendre plus de responsabilité participative.
Cependant, débattre démocratiquement dans des comités de quartiers plus proches des gens fonctionne généralement mieux que les élections organisées périodiquement au niveau du pays (comme nous l’avons vu dans « Vivre dans un monde démocratique, ça vous gratte ? »).
Pouvoir recourir au vote d’une manière synchronisée aux événements qui nécessitent une décision direct et rapide inciterait peut-être l'électeur à plus de civisme.


Aujourd'hui, le référendum, quand il fait partie de la constitution, n’apporte néanmoins pas toujours la solution car il n’est pas appuyé par une aide qui éviterait le déplacement des gens jusqu’aux urnes des bureaux de vote.
L’informatique commence à apporter timidement des réponses au vote des électeurs: celui-ci devient progressivement électronique dans certains pays.
Mais ce n’est pas une aide ni pour fixer le choix de l'électeur, ni pour lui épargner son temps mais seulement un remplacement du papier par l’écran d’un ordinateur qui va valider le vote et donner un coup d’accélérateur dans la délivrance des résultats de ces précieuses élections avec moins d’efforts du côté du dépouillement. Le stress des candidats dans l’attente des résultats a enfin une réponse tant espérée par les partis puisque dès la fermeture des portes des bureaux de vote, les estimations statistiques commencent à tomber et donnent très vite des tendances de plus en plus précises.

Pouvoir voter dans le confort de son domicile par l'intermédiaire d'Internet avec toutes les possibilités d’appuis de l’information sous forme d’images ou de textes apporteront une avancée majeure, mais on en est apparemment encore très loin.

Voter en cliquant sur la ‘tête’ de notre candidat, au foyer, sans précipitation et sans avoir à partager une place dans les longues files d’attente devant des bureaux de vote, nous aurons, alors, fait un grand pas en avant.

Lors du premier test de l’informatisation du vote, seulement l’impossibilité de vérifier l’enregistrement de son propre vote avait déjà suscité pas mal de refus à l’utilisation du vote électronique.
On peut le comprendre, mais le vote traditionnel ‘papier’ apporte-t-il pour autant plus d'assurance? Notre vote, par ce moyen traditionnel, a-t-il plus de chances de peser de son juste poids sur les résultats ?
La présence de contrôleurs indépendants ou étrangers au bon déroulement des votes dans des bureaux pris au hasard prouvent bien l’utilité du contrôle. Cette surveillance n’est d’ailleurs pas seulement requise dans les pays aux régimes dits ‘bananiers’.
De trop gros intérêts sont en jeu pour prendre le moindre risque.

Autre époque, autre moyen de rapprocher élus et électeurs:
- Pendant la Grèce antique, Socrate allait dans la rue parler à ses concitoyens, révélant ses idées par un débat direct et ouvert.
- Giscard d’Estaing au cours de sa présidence allait au devant de ses concitoyens en allant déjeuner chez eux et en les questionnant sur leur approche de la politique.

N’étaient-ce pas de bonnes manières de rapprocher les dirigeants de la base ?

Certains partis dont Spirit ont pensé présenter au Sénat une proposition dans laquelle les citoyens pourraient se servir de la déclaration d’impôts pour choisir une destination à une partie de leurs taxes. Tel un référendum, accorder sa préférence à l’armée et à la défense ou dans un fonds préconisant la paix.
L’idée ne me paraît pas farfelue de prime abord à condition que cet outil nouveau du vote démocratique, la déclaration d’impôts, ne soit plus envoyée par la poste mais parfaitement sécurisé.
En poussant l’idée plus loin, d’autres choix de société pourraient passer par ce même canal.
La déclaration de nos impôts est à remplir tous les ans, à date plus ou moins fixe, par tous les concitoyens du pays et ce sondage ne coûterait quasiment rien de plus.
Seuls les offices de sondage habituels pourraient peut-être faire grise mine.

En parlant du vote classique et du maigre intérêt de la population pour la politique, le magazine ‘Sciences et Vie’ analysait dans un de ses anciens articles, la situation du challenger vis-à-vis d’un élu en place. D’après cet article, ce challenger devait, suivant leurs constations statistiquement, obtenir quelques 70% d’intentions de votes pour avoir une chance d’être élu et contrer l’immobilisme des électeurs et leur choix trop limité par l’habitude et le conformisme.

Les budgets alloués aux élections US démontrent l’importance que les américains y attachent. Là bas, sans le tapage médiatique habituel, pas la moindre chance de décrocher la ‘timbale’.

Si la Démocratie a des lourdeurs, des lacunes, des erreurs, c’est pourtant le moins mauvais des régimes. Avouons-le.

Bien sûr, la dictature, c'est "ferme ta gueule" et la démocratie, c'est "cause toujours".

Pouvoir prendre son destin en main est certes plus enrichissant pour le genre humain. Peu de pays dans le monde jouissent de cette liberté. Prenons notre courage et défendons-la avec ambition et détermination.
Nos aïeux ont espéré la démocratie pendant de nombreuses années au cours du 19e et 20e siècle. Elle s’est faite dans les pleurs et les grincements de dents.
La Démocratie se mérite. Elle ne s’impose pas. La volonté doit y être.

En fait, il y a 2 manières possibles de vivre : dans le confort du zoo, mais en cage ou dans la jungle, mais en quête de la nourriture de tous les jours.

Dans les pays qui ne l'ont jamais connue, vouloir imposer cette Démocratie, sans mesures accompagnatrices peut mener à son refus pur et simple par une population non préparée ni informée des avantages et contraintes.

Fin 2004, Hugues Le Paige, journaliste à la RTBF, sous le titre de « L’éthique et l’occupation » écrivait un texte plein de bon sens sur l’occupation d’un pays par un autre en imposant sa volonté et sa propre manière de vivre.

Très vite, une élite s’y accommodera pourtant ou y trouvera son avantage. D’autres moins nantis ou moins éduqués, en général, resteront dans le besoin d’assistance et seront les premiers à regretter le bon vieux temps ‘quand les travailleurs faisaient semblant de travailler et qu’on faisait en retour semblant de payer’, phrase grivoise souvent prononcée en URSS avant son effondrement avec le sourire du fruit défendu.

L’abolition de l’URSS et du communisme ‘pur et dur’ suivi par la tentative de démocratisation n’a cependant pas aidé ni élevé le niveau de vie de toute la population russe. Les nostalgiques du communisme réapparaissent d'ailleurs lors de manifestations récentes.

La même erreur est à nouveau occupée de se reproduire en Iraq.
Le président Bush ne voit qu’une instauration de la démocratie ‘à l’américaine’. La Démocratisation du pays doit, selon lui, régler tous les problèmes. Beaucoup d’Iraquiens y croient aussi, heureusement, et se sont présentés au péril de leur vie aux dernières élections. Croire que tout est Ok et viable par définition ensuite est pourtant un leurre.
La démocratie nécessite une acceptation du pluralisme et de la présence de groupes humains qui ne partagent ni la religion, ni les convictions.
Avant son instauration, les Sunnites minoritaires détenaient le pouvoir par la force de leur chef, après les Shiites ont pris la relève. La loi du grand nombre est de règle dans ce jeu là.

De l’élitisme, parlons-en. Est-il dangereux ou simplement naturel ?
A mon avis, il est naturel si pas nécessaire. Tant que la génétique n’aura pas mis son nez dans un domaine trop ‘sensible’ ou trop relié à des problèmes éthiques, nous serons à l’abri de l’uniformisation, de la déshumanisation. Chaque bébé qui naît est unique et aura un destin propre. Vive le pluralisme d’esprit, d’idées et de potentiels! Si certains se sentiront pousser des ailes avec des idées novatrices qu’ils tenteront de faire partager aux autres, c’est tout profit pour notre genre humain dans son entièreté. Nous ne sommes pas des machines. On n’implante pas (encore) une plaquette dans le cerveau pour apprendre une nouvelle langue ou les mathématiques.
Platon jugeait l’élitisme comme seul moyen de réussir la démocratie.
L’élitisme devient seulement dangereux lorsqu’il sort du domaine ‘proactif’ à celui de ‘négatif’ pour l’Homme.

Des décisions qui semblent ‘mauvaises’ à première analyse peuvent être comprises si c’est pour le bien commun futur et non si elles cachent une idée de profit personnel immédiat.

Après les promesses électorales, rendre compte des actions prises par les mandataires élus au devant de leur électorat, montrer à ce dernier que les décisions prises pendant leur mandat, même si elles ne correspondaient pas à leurs intérêts en première analyse, furent justifiées par le contexte économique international et bénéfiques après coup.
Sans cet éclaircissement, la politique serait ballotée par des votes sanctions de droite et de gauche au rythme des élections dans le mécontentement perpétuel sans aucun parachèvement de l'action entreprise.
Ce n’est pas faire preuve de démagogie ou de populisme que de vouloir améliorer le fonctionnement de nos démocraties en sortant des chemins battus.

La politique est l’art de pouvoir vivre ensemble, espérons que nous découvrirons de nouveaux fanatiques de la Démocratie dans les pays sortis du joug de la dictature ou de régimes dit ‘forts’.

 

L'enfoiré


Citations:

  • "La démocratie est un système merveilleux dans lequel un homme est encore libre de faire ce que sa femme veut", Jean Rigaux
  • Le communisme, c'est cette forme de démocratie où, périodiquement, les citoyens ont le droit d'aller voter "oui"., anonyme
  • "Le marché pénalise les minorités pauvres, alors que la démocratie pénalise les minorités riches", Jacques Attali
  • "La démocratie est une bonne fille ; mais pour qu'elle soit fidèle, il faut faire l'amour avec elle tous les jours", Edouard Herriot



Images

Les commentaires sont fermés.