Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2016

Le plagiat en question

Il y a des soupçons de plagiat sans conséquence et de véritable copier-coller avec un impact incalculable. Plus un copier-coller est apparent, mieux cela passe et n'occasionne pas de suites. Plus il est mince, mieux cela génère des procès en justice en réparation pour vice de plagiat ou d'intention d'avoir copié. 

2.jpg"Le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial, qui peut être sanctionnée au pénal, elle consiste à copier un auteur ou accaparer l'œuvre d'un créateur dans le domaine des arts sans le citer ou le dire, ainsi qu'à fortement s'inspirer d'un modèle que l'on omet, délibérément ou par négligence, de désigner. Il est souvent assimilé à un vol immatériel", dit Wikipedia.

Donc, un copier-coller avec la signature de son autour, n'est pas du plagiat.

C'est quand il n'y a pas de mention de l'original qu'il y a vol.  

Lire la suite

19/12/2015

A la croisée des chemins

Godefroid de Bouillon lança la première croisade. Vendredi dernier, La1 présentait  documentaire "Sur les traces de Godefroid de Bouillon".  Celle-ci éclairerait-elle la tragique réalité des attentats actuels, alors qu'il y a sept autres croisades qui on suivi?  

0.jpgDans le contexte actuel de terrorisme international et d'interventions militaires occidentales en Syrie, la référence à la notion de "croisades" est de plus en plus utilisée.

La volonté de Daech est d'opposer, une nouvelle fois, le monde musulman aux croisés d'Occident.

Au milieu de la place Royale à Bruxelles, sur son cheval de bronze, Godefroid de Bouillon, semble encore s'écrier "Dieu le veut" en brandissant un étendard.

Lire la suite

18/05/2014

Démocratie à l'européenne

En France, lors des Municipales, la FN avait suscité de nombreuses réactions sur des forums de discussion. "La démocratie est en crise". Son bien-fondé, sa compatibilité avec le développement durable... Un weekend chargé, aussi. Après la fête des voisins, la journée portes ouvertes de l'Europe, la Belgian Pride, la fête du portles 20Kms de Bruxelles... parler de l'Europe se fera ainsi avec plus de calme et d'espérance.

0.jpgLe constat d'une situation européenne alarmante:

Dimanche soir, 25 mai, ce sera la fin des élections européennes pour 400 millions d'Européens des 28 pays membres.

En principe, tout devrait avoir été montré avant aux électeurs, tout démontré. Si ceux-ci se trouvent encore souvent indécis, dans l'expectative pour élire au niveau national, pour l'Europe, c'est vraiment le flou artistique.

"Les droits de l'homme traverse une crise sans précédent en Europe depuis la fin  de la guerre froide" disait un rapport du Conseil de l'Europe.

Lire la suite

19/07/2011

Et il fait toujours tourner et courir le monde

L'argent, nerf de la guerre, a toujours été de toutes les préoccupations, mais avec un certains brouillard dans les manières de le conserver. L'idée du bonheur était dans les prés, très probablement. L'un n'empêche pourtant pas l'autre quand on constate que cela intéresse fortement des spécialistes de ce qu'on en fait de ce nerf de la guerre.Cet article avait été écrit pour parler de l'argent, en général. Il a pris une autre connotation. Il est devenu un billet en droit de réponse à une polémique.

argent,hommeL'anglaise, Gillian Tett, a une formation d'anthropologue. En 2005, elle se tournait vers les affaires de Wall Street.

Curieux, se dirait-on.

L'anthropologie mènerait-elle à l'argent?

Cela semble vu qu'elle n'est pas unique à être passée d'une science humaine à une science qui approcherait plus les chiffres et le monde numérique.

Lire la suite

01/07/2008

Corrections à l'amiable

Le 19 janvier 2007, on lisait dans la presse (Le Soir) que la Californie voulait interdire la fessée aux enfants de moins de trois ans. Dans un dossier, le Nouvel Obs 2277 de la semaine dernière reprenait le flambeau du thème de la gifle et se posait la question de "l'autorité jusqu'où". Corriger, n'est-ce pas aimer, en somme ?

educationL'État de Californie va examiner une proposition de loi qui propose de transformer en délit, avec prison à la clé, le fait de donner la fessée à de jeunes enfants. Le texte, préparé par une députée de la région de San Francisco, la démocrate Sally Lieber, voulait punir les parents qui donneraient la fessée aux enfants de moins de trois ans.

Les parents deviendraient passibles des tribunaux et risqueraient un an de prison ou 1.000 dollars d'amende. "Je pense qu'il est plutôt difficile de faire admettre qu'il faut battre un enfant de trois ans ou moins", argumentait Mme Lieber, qui souhaitait introduire la proposition devant l'assemblée.

Lire la suite

28/05/2008

Ôte ton bandeau et ajuste ta balance (3)

Volet (1)Volet (2)

Dernières critiques ou constations

0.jpgLa Justice est la même pour tous, dit on, mais n’est-elle pas un peu plus juste pour certains ? En son âme et conscience, le juge doit établir la culpabilité ou l’acquittement des inculpés.

Tâche lourde de conséquence.

Quelle responsabilité si la tâche est réalisée, comme il se doit, dans les règles de l’art!

 

Lire la suite

23/05/2008

Ote ton bandeau et ajuste ta balance (2-3)

L'histoire de la Justice, ses méthodes ont engendré des constatations. Contestations du citoyen lambda pour quelques affaires qu'il ne comprend pas toujours avec son propre esprit. Nous avons déjà revu les problèmes majeurs et je n'en aurai qu'effleuré tous les aspects avec celui-ci. Et si les idées venaient d'ici ou d'ailleurs pour améliorer la situation ? 

Lire la suite

15/04/2008

Ôte ton bandeau et ajuste ta balance (1-3)

Le grand procès Fourniret est en cours. L'émotion et la colère contre la justice ("Incurie du système judiciaire. Son imbécilité..." Marie-Noel Bouzet). Et si on prenait un peu de recul et si on parlait de cette Justice, elle-même. La justice, qui fait partie du pouvoir judiciaire, un de nos trois pouvoirs belges, est-on dans son "bon droit" de prendre un peu de temps pour l'analyser plus intimement? L'arroseur arrosé, en quelques sortes. 

justicePrélude

A tort ou à raison, je dois avouer que je n’ai jamais été en pleine confiance devant l’équité, les verdicts, les sentences au devant des procès pour lesquels la Justice doit statuer. Dans cette première phrase toute anodine, que de mots liés avec cette la justice et pourtant, l’homme de la rue en est très éloigné et a souvent du mal à en comprendre le suivi. Peut-être, le justiciable en attend trop de la Justice, présentée comme "La" solution à leurs conflits. Il y fait appel dans la majorité des cas pour défendre ses droits dans un esprit très peu rassuré en recourant à un avocat, le plus souvent, ou parce qu’il est appelé à comparaître dans une affaire dont il est témoin.

Lire la suite

14/04/2007

L'alterologie (2)

Volet 1: Les périodes troubles (1945-1962

Volet 2 : L'âge tendre de l'espoir (1963-1989)


La première période trouble passée (1945-1962), beaucoup de pays occidentaux vont connaître une période de presque euphorie pendant laquelle l'espoir d'un monde meilleur parait s'ouvrir devant eux. De nouvelles inventions semblent pouvoir donner des ailes aux ambitions. Dans beaucoup de secteurs, la sécurité d'emploi est assurée. Un travailleur Japonais entre dans une entreprise et n'en sort qu'en fin de carrière. Les grandes sociétés pourvoyeuses de main d'œuvre en abondance tels la sidérurgie, le textile rassemblent à elles seules un gros pourcentage des disponibilités employés-ouvriers. Le pouvoir socialiste, les syndicats surveillent le déroulement des opérations. L'inflation, toujours présente en période de développement intense, n'est peut être pas sous contrôle mais un index réajuste en continu le niveau de vie. Le "baby boom" est en marche avec confiance. L'exposition universelle de Bruxelles en 1958 a apporté le reflet prometteur de ce qui allait arriver les prochaines décades.

Étudions les points importants qui ont jalonnés cette période que l'on peut qualifier de faste en continuant à suivre notre cahier des charges définit dans le premier chapitre : "Et si cela s'était passé autrement?".

Lire la suite

17/08/2006

La vie privée, la belle affaire..

Le respect de la vie privée, une priorité. Oui, mais pas pour tous et partout.

Le site Intelius, "Live in the know" va balayer toutes ces idées "préconçues" de la responsabilité de la vie privée et du respect d'autrui.

Avoir un esprit de "concierge" qui se retrouve à l'affut de tout événement croustillant derrière ses rideaux, voilà la première étape d'un processus d’empiétement des plates bandes d'autrui.

Lire la suite

13/07/2006

Bond à petits bonds

L'antagonisme des deux grands blocs mondiaux n'existe plus vraiment. Le "monde du secret" a du mettre une sourdine de plus à ses agissements. Le fameux James Bond a pris de l'âge mais il n'a pas disparu pour autant. Il a seulement changé d'objectifs et il a encore de beaux restes et de jours de gloire devant lui. 

Ce 12 juillet, la RTBF1 invitait Jean-Claude Delepierre, actuel président de la CETIF, la Cellule de Traitement des Informations Financières, et ancien président du Comité R, le comité chargé du contrôle des services de renseignement belge. 

Après les événements de Bombay qui rappellent furieusement ceux de Madrid ou de Londres, l'espionnage vu par l'intérieur, avec l'interview de JP Jacqmin, me paraissait tout à fait adéquat.

Son choix musical: "Les Variations Goldberg" de Jean-Sébastien BACH, Variation 1, par Glenn Gould.


JPJA : Alors, variations Goldberg, Glenn Gould, Jean-Sébastien Bach, déjà des histoires de prête nom, c'est une manière d'entrer en espionnage ?

  • On peut le voir comme ça, mais bon je crois que l'espionnage ça fait partie d'un grand tout et ce n'est pas comme ça que je le vois moi. Moi je le vois plutôt comme effectivement un lien au travers du temps entre deux génies incommensurables, je le vois aussi dans cette dimension qu'on cherche toujours un peu ailleurs, on cherche le divin ailleurs, alors que quand on écoute ça, on se rend compte que le divin est dans l'homme et qu'il y a aussi la beauté. Donc, il y a ça aussi. Et le renseignement, c'est vrai, ça peut peut-être déboucher là-dessus, ça devrait déboucher là-dessus.

JPJA : Ça, on verra si le renseignement débouche sur le divin. Pour que les choses soient concrètes pour les gens, il y a eu des attentats en Inde hier, 174 morts, est-ce que la cellule de traitement d'informations financières qui doit lutter contre le blanchiment d'argent et le terrorisme, les transactions financières qui alimentent le terrorisme, est déjà saisie de ce genre de choses ?

  • Mais elle est saisie de manière générique de ce genre de chose, puisque la cellule de traitement des informations financières, CETIF et CFI, pour les abréviations en néerlandais, reçoit les déclarations de soupçons des institutions financières et des autres personnes visées par la loi, comptables, réviseurs d'entreprises, notaires, et elle est compétente non seulement pour le blanchiment lié aux activités terroristes, mais aussi depuis 2004 pour le financement du terrorisme. Donc, oui, génériquement, oui, maintenant sur le cas pratique...

JPJA : Est-ce que ça veut dire que, par exemple, des gens originaires d'Inde ou dont on sait qu'ils pourraient être liés à des organisations type Cachemire, même si les revendications ne sont pas encore sur la table, sont mis déjà sur la sellette, sous surveillance ?

  • Sous surveillance, en ce qui concerne la CETIF, non parce que la surveillance n'est pas une surveillance globale, c'est une surveillance qui dépend de la détection par les institutions financières de mouvements ou d'opérations financières suspectes par rapport au profil des clients.

JPJA : Donc ce sont les banques, en gros, les banques privées ?

  • Oui, ce sont les banques privées, d'autres intermédiaires financiers également et à ce stade-ci, si on devait détecter sur notre territoire des mouvements financiers suspects, qui seraient en relation avec les mouvements dont on parle aujourd'hui, ou avec certaines personnes en relation, il est clair que le système fonctionne à ce moment-là dans le sens qu'il y a des déclarations de soupçons transmises à la cellule. La cellule, à ce moment là, est saisie et peut alimenter son dossier avec d'autres informations policières, renseignements, autres informations financières et si un lien est fait, elle doit transmettre aux autorités judiciaires, en l'occurrence ici le parquet fédéral s'il s'agit de terrorisme.

JPJA : Est-ce que ça représente vraiment beaucoup de cas de blanchiment d'argent ? Parce que ce qu'on a vu aussi, les attentats terroristes ne coûtent finalement pas si cher que ça. Est-ce qu'on peut le détecter par les transactions financières, le terrorisme ?

  • On peut le détecter. Depuis 1993, la cellule a comme compétence de détecter le blanchiment lié au terrorisme. Sur la période précédent les attentats du 11 septembre, des dossiers ont été transmis. Dire évidemment que c'est la majorité des dossiers de la cellule, non, il faut effectivement rester...

JPJA : C'est d'abord quoi: le trafic de drogue et des blanchiments comme ceux-là ?

  • Trafic de drogue qui sert à financer les caisses d'un mouvement terroriste, prise d'otages, hold-up, etc., Ce sont des infractions qui ont été détectées dans des dossiers de blanchiment transmis par la cellule avant 2001. Depuis 2001, depuis les attentats du 11 septembre, nous avons évidemment davantage transmis de dossiers, le nombre a augmenté parce que la vigilance a été davantage accrue et puis le système de transmission des informations au niveau de la coopération internationale s'est également accru. Il ne faut pas vous cacher que nous avons reçu beaucoup d'informations de la part de notre homologue américain, par exemple. Ou comme de notre homologue espagnol dans le cas des attentats de Madrid. Donc, aujourd'hui nous avons cet aspect-là plus le financement du terrorisme. Le financement du terrorisme, c'est évidemment plus difficile parce que détecter le financement du terrorisme, c'est non seulement détecter des sources financières d'origine illicite, mais le financement peut se faire par des sources licites. Si je participe à l'idéologie d'un mouvement extrémiste qui d'autre part se livre à des attentats terroristes, je peux très bien décider tous les mois de consacrer une partie de ma rémunération à leur faire des dons. Donc, il y a des dons et c'est difficile à ce moment-là de détecter ce genre de choses.

JPJA : Transactions financières, on peut encore en parler dans l'actualité, on va venir à votre constat et à votre expérience sur l'observation des services de renseignement en Belgique, mais il y a le dossier Swift qui est dans l'air, donc c'est une société qui fait des transactions, qui permet des transactions financières dans le monde globalement et qui a transmis des informations visiblement ou qui a donné l'autorisation au réseau de contre-espionnage américain d'avoir des informations sur ce qui se fait en Europe, en Belgique peut-être. Est-ce que vous étiez au courant ?

  • Non absolument pas. Nous avons été mis au courant par les articles du New-York Times, nous n'étions pas au courant précédemment. Et renseignements pris, le système de détection des opérations suspectes et le système de collaboration internationale entre ce qu'on appelle les cellules de renseignements financiers n'a pas, jusqu'à ce jour en tout cas, il n'y a pas d'éléments qui indiquent que ce système a été impliqué ou utilisé dans ce genre de chose.

JPJA : Est-ce que ce qui s'est passé est d'après vous illicite ?

  • Mais, ça c'est le grand problème. Illicite non, on ne peut pas d'office dire que c'est illicite. La seule chose, c'est qu'il faut prendre en compte toute une série d'hypothèses. Le caractère licite ou illicite ne pourrait se déterminer que si on savait exactement ce qui s'est passé. Or, on a des informations, mais on ne sait par exemple pas si des institutions belges ou si des citoyens belges auraient été concernés par ce système de renseignements. Donc, avant de savoir tout ça, on ne peut pas affirmer  que ce soit illicite ou non. Et même dans le cas où ce serait établi, encore faudrait-il savoir où les informations ont été récoltées et il faudrait savoir également si il y a une infraction à notre loi nationale à nous. Donc ce sont des questions très complexes.

JPJA : Des enquêtes sont en cours aussi du côté de la Banque Centrale Européenne dont les Américains disent qu'ils avaient été mis, que la Banque Centrale Européenne a été mise au courant ?

  • Oui, mais je doute fort qu'on connaisse un jour le fin fond de l'histoire.

JPJA : Est-ce que ce n'est pas un peu exactement comme pour les vols de la CIA avec prisonniers à bord qui seraient passés par la Belgique, chose qui est, elle, illégale ? On dit qu'on ne sait pas très bien le nombre de vols, on ne sait pas très bien si il y avait des prisonniers à bord. Il y a des vols dont on ne sait pas très bien s'ils ont eu lieu. On apprend que la base de Chièvres, base OTAN, on n'a pas contrôle dessus. Est-ce que tout ça est normal ?

  • Mais tout ça est normal, en tout cas, tout ça semble aujourd'hui être la situation que nous connaissons. Alors, je pense qu'il y a un décrochage entre le fait que nous avons des lois qui s'appliquent sur notre territoire national et qu'aujourd'hui avec la mondialisation, avec la suppression des frontières, avec l'évolution des moyens technologiques, c'est très difficile de contenir tout ça dans un territoire bien délimité. Alors, vous prenez un exemple des écoutes téléphoniques. Est-ce qu'il est illégal de faire des écoutes téléphoniques dans un autre pays, et je ne parle pas des Etats-Unis, ça peut être n'importe lequel des pays tiers.

JPJA : On sait qu'il y a un réseau qui s'appelle "échelon" qui surveille toutes les communications. En principe, c'est illégal ? Si on regarde la loi belge, pour pouvoir faire des écoutes téléphoniques en Belgique, il y a quand même un certain nombre de règles à respecter, avec mandat de juge d'instruction par exemple. Les Américains nous écoutent sans aucun soucis ?

  • Mais d'un autre côté, les Américains respectent leur législation. Techniquement, l'opération n'est pas faite en Belgique. L'opération est faite de l'extérieur.

JPJA : En Angleterre ?

  • Imaginons que ça soit en Angleterre, ça peut être fait au départ d'un bateau dans les mers internationales.

JPJA : Est-ce que vous n'êtes pas en train de nous dire, Jean-Claude Delepierre, finalement que des services secrets, des services de renseignements en Belgique, ils sont complètement débordés, ils sont dépassés par la mondialisation ?

  • Dépassés, c'est peut-être un mot qui déjà donnerait une idée définitive. En tout cas, ils sont confrontés à un problème très complexe et je crois que tous ces exemples démontrent qu'il faut y réfléchir. Tous ces exemples démontrent qu'il faut voir quels sont les moyens dont on dispose tant sur le plan légal, mais pas uniquement sur le plan légal. Est-ce qu'il est possible chez nous de faire éventuellement respecter la loi si elle devait être violée par ce type d'activités ? Mais ce n'est pas un problème typiquement belge, c'est un problème qui doit être discuté sur le plan international aussi. Est-ce qu'il n'y a pas lieu d'avoir une meilleure communication entre les différents états qui travaillent dans le même sens, qui ont les mêmes principes démocratiques ? Est-ce que la communication est toujours très bonne ? On a un peu l'impression que ce n'est pas toujours le cas et qu'en premier lieu, c'est peut-être ça qui pose problème.

JPJA : On l'a vu au cours des derniers mois, la sûreté de l'état, mais ici dans le cadre des vols américains CIA, c'est plus le service de renseignements militaires qui est sur la sellette, un certain nombre de dossiers et une presse vendue à l'Iran, dont certains Américains ont dit, par exemple, qu'elle aurait pu servir à la filière nucléaire, il y a l'affaire Erdal, est-ce que nos services de renseignements sont à la hauteur selon vous, vous qui les avez surveillés pendant plusieurs années ?

  • Ils sont à la hauteur. Evidemment posée comme ça, c'est une question un peu diffificle...

JPJA : Vous doutez ?

  • C'est une question piège. Mais je dirais, si vous me demandez s'ils sont à la hauteur et qu'on ne peut pas aller plus haut, je vous répondrais non bien sûr, personne n'est jamais à la hauteur. Je crois que ce qu'il faut faire, en tout cas, ils sont les mieux placés pour devoir travailler dans ces domaines-là. Et je crois qu'il faut leur donner les moyens, il faut aussi non seulement que les services de renseignements puissent avoir les moyens, mais il faut aussi qu'à l'extérieur des services de renseignements, on soit conscient de ce type de problèmes et qu'un dialogue s'instaure avec ces services.

JPJA : Finalement, vous les avez surveillés ou vous les accompagnez, parce que vous les défendez là ?

  • Mais on les a toujours défendus, on les a toujours défendus tout en étant critiques par rapport à leur action. Et je dirais qui aime bien, châtie bien. Nous n'avons jamais châtié. Mais je crois que nos critiques se voulaient surtout constructives même si elles n'étaient pas toujours agréables à entendre.

JPJA : Vous avez décelé des coups tordus qui n'étaient pas admissibles ?

  • Non, pas à ce point là. On a décelé des dysfonctionnements, on en a parlé, on a cité les problèmes qui se passaient au niveau de la collaboration, surtout au niveau de la coordination et au niveau de la transmission des informations aux autorités décisionnelles.

Après cette lecture, on peut conclure qu'il reste du travail à faire. Jamais de chômage dans le secteur du secret.

L'homme qui compare ses agissements par anthropomorphisme avec les animaux n'a pas remarqué qu'il s'est détaché de sa fonction essentiel de la vie qui est le maintien de l'espèce humaine sur Terre.

Certains animaux en période de pénurie diminuent leur population de manière presque automatique.

Est-ce que l'homme avec le terrorisme aurait-il trouvé une autre manière de s'autoréguler ? 

 

L'enfoiré,

 

Sur Agoravox, d'autres commentaires 

 

Citations: 

  • "Qui se venge en secret, en secret en fait gloire", Pierre Corneille
  • "Le secret, c'est qu'il n'y a pas de secret. Nous sommes des petits enfants égoïstes et malheureux, pleins de peur et de colère...", André-Comte Sponville
  • "Le secret des forts est de se contraindre sans répit.", Maurice Barrès

28/06/2006

Garde à "longue" vue ?

Deux fillettes, Stacy et Nathalie, ont disparu en Belgique dans la nuit du 9 au 10 juin. Un suspect se trouve derrière les barreaux presque depuis le début.

Un nouveau drame familial a fait la manchette de tous les médias quand deux fillettes ont disparu. Child Focus et toutes les gendarmeries du pays se sont mis à leur recherche, sans succès jusqu’ici. Exploration des décharges, battues successives dans tous les endroits possibles, fouilles dans la Meuse n’ont pas manqué. De faux appels pour apporter une aide à la gendarmerie ont donné pas mal d’espoirs déçus.

Lire la suite

04/05/2006

Autre temps, autres moeurs

Un fait divers "banal" qui arrive bien souvent et qui pose question. 

Ce 3 mai, dans une rue de la petite ville belge de Huy et devant une école avant la sortie des élèves de l'école technique. Ca c'est pour le décor.

Des coups de feu  retentissent. Sous les yeux des badauds, pensionnés jouant aux cartes et de quelques élèves dans la cour de récréation, un homme s'affale sur le sol. L'épilogue d'un drame appréhendé comme familial est  joué.

Lire la suite

22/04/2006

Jusqu'où aller trop loin

La semaine dernière, l'inadmissible, l'incompréhensible s'est produit: l'assassinat d'un jeune par un autre pour un simple MP3. Les réactions et l'émotion étaient très vives dans la population belge. 

En pleine gare Centrale à Bruxelles, en heure de grande affluence, le jeune Joe a eu le malheur d'écouter son MP3 en allant récupérer son train comme tous les jours. Ce 'luxe' a créé une envie qui s'est terminée en drame et a coûté la vie à Joe Van Holsbeek à la suite d'un coup de couteau.

La question du pourquoi, du comment une chose pareille a pu se produire est sur toutes les lèvres.

Lire la suite

18/04/2006

Il était le vol, une fois

Le titre pourrait faire croire à une histoire belge. Et oui, c'en est une. Voilà que notre ministre de l'intérieur pense à minimiser le larcin. Le vol à l'étalage ne serait plus coté à l'argus des délits à punir. 
 
Ce 13 avril (tiens, on est 13 jours en retard), le parquet d'Audenarde vient de classer les vols en magasins sans suite.

A Audenarde, en effet, dresser la liste des contraventions pour laquelle il ne faudra plus de PV, au départ confidentielle, a été la première tâche vite fait, bien fait et distribuée au policiers. "Sans suite" a un impact immédiat.

Lire la suite

15/03/2006

Un rendez-vous raté

JusticeMilosevic vient de quitter ce monde. Etait-ce une conséquence de son cœur défaillant, de sa propre décision ou celle de quelqu'un dans l'ombre? L'enquête le déterminera peut-être, mais la justice, elle, aura un goût de trop peu.  

Damien Vander Meerssche, professeur à l'UCL, était l'invité du journaliste Jean-Pierre Jacqmin de la RTBF.

Lire la suite

10:50 Publié dans Justice, Organisation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice

04/10/2005

Le mal silencieux

La corruption est la véritable plaie dans notre monde de profits faciles. Le progrès en est souvent freiné.

1.jpgDans notre plus tendre enfance, nos parents nous ont toujours prodigué (à de rares exceptions près qui n'étaient d'ailleurs pas naturelles) une récompense sous forme d'argent de poche pour tout acte nécessitant un effort ou non.

Plus tard, l'habitude en a été prise et devenant adulte, la mentalité de certains n'est pas parvenue à sortir de ce cercle vicieux.

Lire la suite