Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2018

Les tribulations d'un grain de sable

1.JPGNon, je ne vais pas reparler de Gran Canaria comme je l'avais fait dans ce billet "Gran Canaria, l'île continent".

Au sud de cette île, il y a Maspalomas, un nom qui viendrait du guanche : Masəbbă-əluməs et non pas de la traduction de l'espagnol "Plus de bâton plus"?

Voisine de 'Playa del Ingles" (la Plage de l'Anglais), la plus grande plage de l'île, les dunes de Maspalomas occupent 4 km2 constituées d'un ensemble de monticules de sable fin.

Et si le "Petit Prince" de Antoine de Saint-Exupery était devenu un grain de sable dans une fable?

Lire la suite

08/09/2018

Comment dialoguer sans agresser?

0.JPGEn 2014, je parlais de "Cultiver les relations vraies".

Ce billet m'a servi plus d'une fois.

La semaine dernière, le Vif posait une question qui vaut son poids en cacahuètes: "Comment (enfin) se parler sans s'agresser?".

A l'ère des tweets agressifs de Donald Trump, c'est le bon moment pour reposer ce problème qui est loin d'être sans intérêt et sans surprise surtout cette semaine pendant laquelle ce "problème de connexions" est ressorti plusieurs fois.

 

Lire la suite

25/08/2018

L'automne de la démocrature?

0.JPGCe billet pourrait être considéré comme une suite à celui concernant "Le Printemps de Prague".

C'est la fin de l'été...

Bientôt plusieurs élections, communales, fédérales, de mi-mandat américaines... européennes.

Les grands de ce monde et les partis sont en campagne, fourbissent leurs "armes de persuasion" pour se retrouver au mieux de leur forme et certaines stratégies sont misent en place à la recherche de personnalités qui auront le plus de poids dans la balance à offrir aux choix des électeurs.

Le culte de la personnalité, l'adulation excessive d'un chef d'État a pris ces derniers temps plus d'importance. Par extension, cette adulation peut s'appliquer, par effet retour, aux autres personnes en vue de bénéficier d'un battage médiatique pour entretenir par divers moyens de propagande personnelle soutenu par un large besoin de médias, de rassemblements et de manifestations.

A ce culte s'associe une série de comportements, de concepts et d'attributs très typiques qui méritent quelques définitions sous forme de lexique.

Lire la suite

11/08/2018

Le Printemps de Prague

9.JPGEn prologue de son livre "Le Nom de la rose", Umberto Eco racontait que, se trouvant à Prague le 16 août 1968, il recevait un manuscrit de la plume d'un certain abbé Vallet qui avait inspiré son livre.

Cinq jours plus tard, les troupes soviétiques envahissaient la ville et il s'échappait en réussissant à atteindre la frontière autrichienne à Linz.  

Le Printemps de Prague (nommé ainsi en référence au Printemps des peuples) est une période de l’histoire de la République socialiste tchécoslovaque durant laquelle le Parti communiste tchécoslovaque introduit le « socialisme à visage humain » et prône une relative libéralisation.

Lire la suite

30/06/2018

Le temps est assassin

1.JPGLa semaine dernière dans "Mémoires d'email", je parlais d'une visite impromptue dans ce parc Léopold et de noms de personnages prestigieux qui l'avaient fréquenté.

Retour dans ses bâtiments de prestige...

En 2011, j'écrivais qu'il y avait aussi l'Institut dentaire de George Eastman, véritable curiosité architecturale en art déco.[...]

Le bâtiment fut un ex-institut d'hygiène qui permit de soigner des enfants défavorisés. Aujourd'hui, ce n'est plus cas. Les enfants défavorisés n'auront qu'à se faire soigner leurs dents ailleurs.

Lire la suite

23/06/2018

Mémoires d'émail

0.JPGEn février, j'écrivais "Le manichéisme entre passé et avenir"

Recommençons ce voyage dans le temps par l'intermédiaire du personnage du passé qui l'a traversé: "Ernest Solvay" lors d'une nouvelle balade dans le Parc Léopold dont je parlais déjà dans "Du Caprice des dieux au Parc Léopold".

En novembre 1998, sortait un numéro spécial du journal Le Soir avec le titre générique "Mémoires d'émail" dans lequel il était écrit en préambule "La ville est un lieu où l'Histoire se sédimente par couches successives qui s'inscrivent dans le tracé et le nom des rues, dans l'architecture des bâtiments et le dessin des parcs par et pour des hommes qui sont parvenus à traverser le temps".

Lire la suite

09/06/2018

La musique rend plus intelligent

0.JPG"Comment l’apprentissage de la musique agit-il sur notre cerveau ?"

C’est l’une des questions auxquelles la neurologue québécoise Isabelle Peretz, invitée au 28' du 22 mai, répond au sujet de son livre "Apprendre la musique - Nouvelles des neurosciences".

Dans cet ouvrage, la spécialiste du "cerveau musical" explique la manière dont la musique transforme notre cerveau.

Pionnière dans les neurosciences de la musique, elle défend l’idée que le cerveau dispose "de réseaux corticaux spécialisés permettant de percevoir et de goûter la musique.".

"Intelligences multiples" était le titre du billet précédent.

C'est donc le moment d'écouter quelques exemples de musiques dites "classiques" qui rendraient plus intelligent.

Lire la suite

02/06/2018

Le bonheur d'être différent

0.JPGDans le livre "Nos intelligences multiples, Josef Schovanec, autiste d'Asperger, tente de nous faire entrer dans son monde de différences par rapport à notre société standardisée et normative qui ne donne pas une place pour la « biodiversité humaine ».

Le Syndrome d'Asperger se caractérise par des difficultés significatives dans les interactions sociales, associées à des intérêts spécifiques ou des comportements répétitifs, par l'absence de déficit intellectuel et de retard dans l’apparition du langage. (lien)

La standardisation des modes de vie et des façons de penser, plébiscitant notamment le diktat du QI, caricature l’intelligence et détermine faussement nos chances de réussites.

Pour Josef, le bonheur est ailleurs !

Lire la suite

12/05/2018

Le passé, le présent et l'avenir

Envie de printemps.JPGNous sommes déjà mi-mai et mi-printemps.

Le printemps, est synonyme de renouveau.

"Irrésistible printemps", écrivais-je l'année dernière par un parcours en passant par le Japon. 

Nous avons besoin de renouveau, de futur mais, peut-être encore vintage, garder une certaine nostalgie du passé pour ne pas perdre ses acquis.

Cette fois, je me suis fait aider par un invité, Don Quichotte

Lire la suite

05/05/2018

Les fans et leurs idoles

0.JPGAprès la fiction, passons à des histoires vraies.

Beaucoup d'histoires de tous les jours finissent en addictions.

Le mot "addiction" est défini comme "une dépendance, une assuétude, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible de faire ou de consommer quelque chose en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire", d'après Wikipedia.

Tout peut devenir une addiction quand on arrive à l'excès.

Voici deux cas très particuliers.

Lire la suite

31/03/2018

Retour vers le futur selon Gogol

1.jpgUn article paru en 2013 dans l’Écho m'est revenu au sommet de la pile de projets.

Il parlait de l'avenir de Google vu par son grand manitou, Eric Schmidt.

Il était analysé ensuite par des philosophes.

Google a déjà épuisé des centaines de litres d'encre et de salive à son actif.

En 2012, j'écrivais d'ailleurs aussi le billet " Eurek@ Google".

Nous sommes cinq ans plus tard? Ce n'est donc pas une mauvaise idée de revenir en arrière dans un "rollback" pour constater l'évolution de l'actualité à partir du passé pour l'extrapoler dans le futur.

Lire la suite

24/03/2018

Debussy, la nature en musique

0.JPGDemain, 25 mars, il y aura exactement 100 ans que mourrait Claude Debussy.

En commémoration, l'année 2018 est considérée, en musique, comme "l'année Debussy".

Le 22 mars, on commémorait le 2ème année après l'attentat de Bruxelles.

Cette semaine, à Carcassonne, on se rappelait que le terrorisme n'était pas mort.

Un proverbe dit que "la musique adoucit les mœurs".

La musique classique prend tellement de formes pour harmoniser les mots:podcast

N'était-ce pas le meilleur moment pour le rappeler avec la musique de Claude Debussy?

Lire la suite

03/02/2018

Le Syndrome de Eriofne

0.JPGPour ceux qui l'ignorent encore, "Eriofne" est "enfoiré" en verlan. 

Chercher le mot de "enfoiré" sur Google m'a toujours fait sourire.

Le mot "Eriofne" reste lui par contre, inconnu.

C'est presque déjà un point dans la loi de Godwin.

Cette loi qui, d'après sa définition, s'appuie sur l'hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes.

C'est exactement à cette loi que je prétends m'atteler depuis 13 ans sur ce blog avec un certain surréalisme mêlé d'humour.

Lire la suite

06/01/2018

Cas_à_strophes de 2018

0.JPGAprès le passé et le présent, plusieurs instances médiatiques sont là pour imaginer le future et pour,  peut-être, influencer les choix de vie.

C'est ici que l'on verra les optimistes ou les pessimistes redeviendront être réalistes.

2018, l'année du Cochon dans l'astrologie chinoise.

Seront requis des qualités de patient, de loyauté, d'honnête, de travailleur, de générosité, de modestie et de force.

Des faiblesses, du fatalisme, de la naïveté, du matérialisme et de la superficialité à mettre dans le programme de ce monde qui change en Cochon... Tout un programme...

Lire la suite

16/12/2017

L'envie d'avoir envie

7.JPGCe dessin de Nicolas Vadot résume bien l'ambiance lors des obsèques de Johnny Halliday dont je parlais, presque par obligation, la semaine dernière.

Après les radios, les télés, voila les magazines qui arrivent sur nos présentoirs et parlent de ses obsèques à Paris et à Saint Bathélémy.

L'hiver nous rend un peu ronchon quand il fait gris, pluvieux...

Parfois cela va jusqu'à une ambiance de saison morte, d'hiver du monde avec des rappels du passé et du présent.

J'en ai eu soupé d'entendre le mot "Johnny", le reste de la semaine.

Lire la suite

18/11/2017

Le monde d'Einstein

0.jpg"Albert Einstein (1879-1955), c'est une façon d'être, de penser et de créer sans pareil. Il a mené avec une ardeur et une obstination tranquilles son enquête sur l'Univers, et permis de fonder une véritable cosmologie scientifique. 

Le 25 décembre 1915, il sortait sa théorie de la relativité générale qui disait que la gravitation agissant sur un corps n'est qu'un effet de la déformation de la géométrie de l'endroit où se trouve le corps puisque la courbe de l'espace-temps le met en mouvement et lui déforme la géométrie.

Étienne Klein parlait ainsi d'Einstein dans son livre "Le pays qu'habitait Albert Einstein".

Une invitation à faire quelques pas en compagnie de ce géant de la physique, à la trajectoire atypique, cet humaniste était conscient des dangers et des bouleversements qui menacent l'Europe à la veille de la Seconde Guerre mondiale.
En juxtaposition, à la manière d'un portrait cubiste, différents points de vue entrecroisent les fragments de vie et les découvertes scientifiques et tentent de mettre au jour la façon si singulière dont Einstein posait les problèmes.

Étienne Klein parlait d'Einstein  en 2016 dans un exposé d'une heure des théories, de la personnalité de Einstein et de ses "secrets de fabrication" qu'il serait intéressant de suivre jusqu'au bout.

Lire la suite

13/05/2017

L'humour est un sujet trop sérieux pour le plier

0.jpgCette semaine, j'écoutais dans ma voiture Florence Pire alias Daisy Croquette, interrogée au sujet de sa profession "humoriste au travail" consistant à redonner le rire dans les entreprises. 

"Ce qui m'intéresse, c'est l'entreprise souriante... L'humour au travail, c'est sérieux?"

Lire la suite

25/02/2017

Le théâtre des faux-gentils

1.jpgDans mon dernier billet, je disais que je ne savais pas trop ce qu'était le bien et le mal. Pour les grands, c'est une invention religieuse pour empêcher de tourner en rond et pour éviter les coins en blanc cassé. Pour les petits, c'est sous forme de conte du type "Blanche neige" qu'on leur gave tout en nuances. Le bien est aussi souvent associé aux gentils et le mal aux méchants. Je n'ai pas reçu cette éducation judéo-chrétienne. Enfant non désiré, je suis resté avec "L'envie dans le regard".

Mon enthousiasme se reflétait dans quelques billets. De déception en déception, il s'est un peu effrité, ces derniers temps.

La lassitude demande donc un passage à vide. 

Lire la suite

30/04/2016

Où se cache le bonheur?

Continuons notre conversation en jouant le détective à la recherche de ce Bonheur par la physiologie... Parler du bonheur n'est pas une mince affaire et dire qu'il sera pour demain comme je l'avais fait, est très vite dit, mais très difficile à réaliser.

0.jpg

- Bonjour Eriofne, la semaine dernière, nous avons eu l'occasion de nous expliquer sur ce qui apporterait le bonheur par la philosophie et la psychologie. Quand le bonheur est toujours pour demain et que ce demain n'arrive jamais, que fait-on? En adoptant ces principes à la lettre, devrais-je passer outre et devenir insensible à son influence? Qu'est-ce qui est à l'origine de ce qu'on ressent comme bonheur ou malheur? 

Lire la suite

23/04/2016

Le bonheur, c'est toujours pour demain

Si Paris vaut bien une messe, alors notre situation vaut bien un sketch entre un jeune français et un vieux belge.

0.jpg- Eriofne vous allez parler du bonheur. vous rêvez ou quoi? Vous n'êtes pas au courant de la situation?

- Salut Nicolas. Non, je ne rêve pas. C'est la presse et l'actualité qui me poussent à en parler....

- Même avec le terrorisme, les Panama Papers, les psychoses qu'apportent l'ambiance morose que vous décriviez la semaine dernière, Bruxelles qui vous craque entre les doigts dans du Belgium bashing ... Vous êtes fou...

Lire la suite