Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2020

2020: Annus horribilis

1.PNG2019, avait été l'année à mi-chemin entre radicalisme et exorcisme pleine de souhaits lors du changement de décennie. Elle dépendait exclusivement des hommes et de leurs actions envers la nature mais dans laquelle, déjà, subsistait un arrière-goût de fin du monde.
P
uis 2020, est arrivée pendant laquelle on ne savait plus où on allait, mais on y allait quand même à marche forcée et tête baissée, partagée entre doutes et dilemme, entre ordres et contrordres, entre messages officiels et officieux dans un manque croissant de liberté avec l'espoir que la pandémie se termine au plus tôt.
Ce fut u
ne année de réflexions à la recherche de ce qui était essentiel réglé par un baromètre au curseur variable par des statistiques plombées sur des graphiques de nombres d'entrées et de sorties de l'hôpital. Dans un bal masqué qui ne fait plus rire, un alien agissant par vagues n'a reçu de réponses que par le confinement et le couvre-feu dans une solitude solidaire.

Lire la suite

08/12/2020

Être plus doux avec soi?

0.PNGÊtre plus doux avec nous-mêmes en cette période de mal-être et de confinement?
A
lors que les fêtes de fin d'année approchent et que les distanciations entre les personnes sont imposées...
A
lors que les oppositions de plus ne plus marquées allant jusqu'à la haine se répandent sur les réseaux-sociaux avec le Covid-19 en arrière-plan...
A
lors que la confiance est au raz des pâquerettes entre les élites et la foule des prolos, entre les scientifiques et les scientistes, entre le secteur privé et public, entre passéistes et futuristes, entre les officiels et les officieux... Les gens qui se disent heureux, sont aux abonnés absents...
La douceur avec soi est alors plus qu'un baromètre de notre santé psychique avec la question est-on plus confiant en soi...
J
'ai ouvert mon journal qui a déjà quelques plombes, pour retrouver quelques rappels à mon secours.

Lire la suite

20/11/2020

Donne-moi l'esprit

1.PNG- J’ai lu une première fois et puis une deuxième fois tellement j’étais choquée par la poésie du moment apporté par ce billet "Marchands de petites histoires" . J’ai vu que l’article datait de 2007. Le ton est complètement différent de l’actuel qui est beaucoup plus sarcastique. C’est intéressant de voir l’évolution dont tu ne t’es certainement pas rendu compte. L’humour acide a pris beaucoup plus de place actuellement. La coquille avait encore quelques fissures  cette époque", écrivait mon interlocutrice.

Il s'agissait d'une réponse au souci qu'elle avait à voir partir les objets qui ont construit la vie de son père, s'évader dans la nature après son décès.

- Si, je me suis rendu compte. Le monde a changé. Il s'est clivé et durci. Le but essentiel d'écrire ce journal personnel, c'est de suivre l'évolution des autres et de moi-même dans le jeu de quilles vivantes qui fait notre monde. C'est évident, on évolue personnellement avec l'âge. Comme il est souvent dit avec humour, les raideurs se déplacent", ai-je répondu.

Lire la suite

13/11/2020

Les vieux ne parlent plus

0.PNGEn cette période d'élections américaines va voir Joe Biden, comme président le plus âgé de l'histoire. Le livre de Vincent Engel, "Les vieux ne parlent plus" me semble une opportunité bien choisie de parler d'eux.
E
n fiction futuriste, la post-face cadre le livre "Les pandémies avaient d'abord décimé les vieux. C'était triste, bien sûr, mais comme toute... le décompte pouvait être rentable. Sauf que les virus ne se laissent pas commander par des logiques politiques. Et puis, après la régression effroyable qui avait suivi la première grande pandémie, les gens s'étaient dit qu'à l'avenir, ils préféraient sans doute sacrifier les vieux que leurs revenus personnels"... Le titre du livre provient évidemment de la première phrase de la chanson de Brel "Les vieux".

Lire la suite

06/11/2020

Expériences humaines

0.PNGL'épisode des élections américaine a révélé plus qu'un épiphénomène. Il a créé un impact mental plus important dans la société qui est de moins en moins sereine sur quoi penser de la situation. Donald Trump en a fait son cheval de bataille par la désinformation. Deux clans en sont sortis très sensibles dans la rue et sur les réseaux sociaux qui organisent une résistance contre tout ce qui provient des médias officiels, des scientifiques et des autorités avec de plus en plus d'agressivité sociétale. 

Lire la suite

17/10/2020

De Covid à eCovid?

0.PNGLa semaine dernière, à la fin de "SurVivre aux incertitudes", je faisais la confession d'aimer la solitude. Comme c'était la semaine de la santé mentale, j'ai poussé une version allégée de ce billet sur le forum Agoravox. Peu de monde supporte la solitude. L'homme est un être social. Actuellement, on peut de moins en moins évoluer en liberté dans le monde réel. Le monde du virtuel vient dès lors bien à propos. Ce billet va apporter de l'eau au moulin à la semaine du numérique.  Si le flou jusqu'à flouer existe dans la vie réelle, le problème se propage comme les virus sur les réseaux sociaux. Lors de la première vague du Covid-19, j'écrivais: "la mauvaise nouvelle, nous sommes dans la merde et la bonne, c'est ensemble". L'ensemble n'a été que partiel. La deuxième vague du Covid-19 prouve que c'est un échec collectif  dans une version aménagé de reconfinement. 

Lire la suite

09/10/2020

SurVivre aux incertitudes

0.PNGAprès le question réponse à "Comment convertir un conservateur en progressiste?",  c'est au magazine Psychologies de octobre-novembre que je propose de donner des idées pour mieux vivre avec les incertitudes en recherchant des ressources intimes et secrètes. 
L
es réponses dépendent dans les caractères de forces différentes en chacun de nous dans une recherche de réponses détenues en soi ou par l'intermédiaire de son entourage. 
O
ptimisme béat contre pessimisme maladif, peurs diverses ou prises en charge avec le réalisme  intermédiaire. 

Lire la suite

02/10/2020

Comment convertir un conservateur en progressiste?

0.PNG

Depuis avril, le billet "Objectif détrôner Trump ou Covid-19" suit les événements précédant l'élection du 3 novembre. Le fait que Trump a été testé positif au coronavirus renforce la situation anormale de cette élection.
U
n véritable match s'est engagé entre passé et modernité même si le candidat Joe Biden serait le président le plus âgé de toute l'histoire américaine s'il gagnait les élections.
C
e mardi à Cleveland, le 1er débat a eu lieu par une foire d'empoigne dans laquelle la forme a pris la prépondérance sur le fond.
Bienvenue à Trumpville et à Biden City...  Entre l’Amérique des villes, et l’Amérique des champs, s'est creusé un fossé démographique, économique et idéologique séparant ces deux mondes.
N
e s'y cache-t-il pas aussi en arrière-garde, un combat plus fondamental entre conservateurs et progressistes ou entre différentes croyances? 

Lire la suite

18/09/2020

Le caractère social à l'heure du Covid

9.PNGAvec le Covid, le caractère social transite de plus en plus par les réseaux sociaux virtuels et rarement dans le physique des rencontres.
Dans l'opération Covid, tout se ligue pour détruire toute idée positive dans l'isolement, l'exil du télétravail dans un bal masqué et des règles de distanciations. 
Les tables de discussions n'existent plus que via les réseaux sociaux dans une confrontation anonyme qui deviennent un endroit virtuel où on règle ses comptes avec les autres et même avec soi-même. Bien sûr qu'il y a des efforts de solidarité mais c'est au forcing.
Le social et même le socialisme ont perdu des plumes dans une situation conflictuelle prémâchée et embourbée dans une propagande exorbitante autorisée par une liberté d'expression à la recherche de similitudes de pensées mais sans plus accepter toutes idées concurrentes. Sur fond de ressentiment social, monte une vague populiste qui conforte les régimes autoritaires. Désormais, l'on-line des ventes en direct explose. En Chine d'où tout est venu, on y ajoute cartons et avions pour transporter toujours plus de leurs productions à bas prix en oubliant les règles écologiques.
Les clashs entre personnalités fortes sont devenus dès lors presque un naturel de vie covidienne.

Lire la suite

02/09/2020

Le magasin des Suicides

0.PNGIl fallait donner une suite à cette histoire de virus et de suicides de victimes consentantes à cause de la peur paralysante.
S
ujet plus sérieux et plus délicat que d'habitude dans ce blog. Plus de 600 livres traitent du suicide.
Des statistiques de taux de suicides par pays estimées par l'OMS étonnent. Ce sont souvent les pays les plus riches qui ont le taux de suicides le plus élevé. 
L
a crise du Covid-19 a eu un impact sur la santé mentale et sociale.
8
% des personnes de 18 ans et plus ont indiqué qu'elles avaient sérieusement pensé à mettre fin à leur vie au cours des 3 derniers mois, et 0,4 % ont même tenté de le faire. Impact financier important sur la vie quotidienne des Belges.
M
oins de suicides mais plus de tentatives.

Lire la suite

21/08/2020

La peur paralysante

pas sorti de l'auberge.PNGSur ce blog, une trentaine d'articles ont entouré le Covid-19 depuis le début de 2020 jusqu'à mi-juin.
L
e dernier "Les soldes du Covid", 6ème épisode de la série "Virus blues", tentait de mettre un point final au confinement et aux règles drastiques qui ont suivi pour l'éradiquer en lui apportant les derniers développements.
R
ien n'est terminé. Des vaguelettes se sont manifestées après le tsunami inattendu de la première moitié de l'année. On n'est pas sorti de l'auberge de la peur non contrôlée.

Lire la suite

19/06/2020

Le concept "racisme" enchaîné à tellement d'autres

0.PNGLe drame de George Floyd, étouffé par les forces de police à Minneapolis, a trouvé un écho sous forme d'une contestation mondiale dans un enchaînement de causes à effets parfois ambiguë dans ses amalgames. Un niveau extrême du rejet et la bulle explose. Tout commence par l'insécurité qui génère l'utilisation des armes aux Etats Unis, permise grâce au 2ème amendement. Ensuite, la violence et les réactions policières se font écho. Enfin, le racisme, le contexte colonial et les statues déboulonnées qui prennent le relais. Tout cela orchestré par les réseaux sociaux en arrière plan. La porte de sortie logique se trouve dans la fuite ou dans l'acceptation de la diversité et des différences du genre humain. 

Lire la suite

29/05/2020

En toutes libertés

0.PNGLibertaire mais pas "libert-à-rien" comme je l'ai encore écrit récemment dans un commentaire, je me devais d'apporter mon simple hommage à Guy Bedos qui aurait dû signer "L'enfoiré" bien plus que je ne l'ai fait. Oser dire ce qu'on pense en se foutant de ceux qui pensent autrement que lui, c'est toujours risquer des répliques disgracieuses et une attaque en justice (dont il est sorti gagnant) peuvent en découler. Il faut les assumer à leur juste valeur. Le politiquement correct, j'en avais parlé avec un certain humour dans ce billet "Vivement le politiquement correct".
Guy Bedos n'est pas mon idole idéologique, mais je partage souvent son humour caustique. Circonstances de sa mort...

Lire la suite

27/05/2020

Virus blues (4) : Le principe de précaution du pangolin

0.PNGSur ce site, la rubrique "Voyages" est celle qui contient le plus d'articles.
En plus des destinations de voyages, il y a les articles philosophiques: "Tout touristiquement vôtre", "Pourquoi partons-nous en voyage", "Les vacances de demain comme d'avant hier?" et "
Vacances autrement".
C
ette année 2020, avec le Covid-19,  les vacances ont tout à coup reçu un coup de Jarnac si pas un coup de vieux avec la peur qu'il a généré.
Contrairement à l'esprit général humoristique de cette série "Virus blues", celui-ci n'en fait pas partie.
Pour la Grèce, l'Italie et l'Espagne, le tourisme est une source importante de revenus dans leur PIB. Ils ont tour à tour rouvert leurs frontières aux touristes étrangers dans des conditions sanitaires drastiques sans penser que la peur du Covid pouvait prendre le dessus.
Se retrouver en quarantaine à l'arrivée, ne vaut-il pas mieux ainsi de rester confiner chez soi?

Lire la suite

09/05/2020

Puisque les maths expliquent le monde

20.JPGLe Sciences et Avenir n°874 de décembre 2019 était consacré aux mathématiques sensées apporter la clé de la compréhension de l'Univers.
Avec la crise sanitaire, pour passer de classe en classe, de BEP au secondaire, de secondaire à niveau supérieur, beaucoup d'examens ont été postposés, soit remis en question
.
On parle souvent de mathématiques comme d'une calamité lors des études et qu'il faut avoir une bosse des maths pour pouvoir passer outre sa répulsion.
Les mathématiques ne servent pas uniquement à comptabiliser les "petites" affaires privées et publiques.
Elles sont même très stratégiquement vôtres.

Lire la suite

22/04/2020

Je me fais des films (2)

0.PNGDans le premier billet "Je me fais des films", je terminais par écrire "... rien de nouveau sous le soleil confiné, rien de vraiment changé dans mes habitudes mais rien n'empêche de se faire aussi des films personnels...".
Ce qu'on regarde à la télé mêlé à ce qu'on entend et vit, a parfois des continuations dans son sommeil.
Je me rappelle du billet "
Rencontre avec une bulle de savon" dans une "folle rêverie mise en boîte"...
Je me suis mis à rêver que j'étais un des virus, dont on parle tellement.

Lire la suite

18/04/2020

Responsabilités trompées ou tronquées?

0.PNGIl y a 15 ans, sur cette toile, je titrais mon premier billet "Nous sommes tous responsables".
Je parlais de l'hésitation entre l'achat d'un banal vélo de 1000 euros et un autre qui se retrouvait dans les grandes surfaces au prix de 500 euros en provenance de Chine sur lequel l'acheteur avait fixé son dévolu parce que c'était moins cher.
Aujourd'hui, pour les mêmes prix, on peut trouver des vélos électriques du même prix, mais dont le prix double pour être pleinement satisfait.
La recherche du prix le plus bas a été l'argument qui a été déterminant dans beaucoup de transactions d'échanges et de finances
.
Dire "tous responsables" n'est pas totalement ni exact ni fairplay.
Aimanté par les prix, personne n'a été averti sur les risques qu'il prenait en faisant appel à des services chinois  dans un processus "low cost". Le Covid-19 a changé la donne en apportant les risques inhérent au fait de se limiter juste au facteur "prix" pour un service ou un produit.
Ce qui suit n'engage que moi suite à ses intuition et conclusions.

Lire la suite

16/04/2020

Je me fais des films (1)

0.PNGDans l'édito de mon magazine télé de la semaine dernière, je lisais: "La télévision déchaîne encore les passions. Cette vieille dame d'un âge doublement canonique a prouvé qu'elle pouvait être une compagne extraordinaire, riche attentive, passionnante même si les émissions affligeantes et les navets se comptent par milliers, même si, en cette période de confinement, les re-re-rediffusions sont légions et que les déprogrammations intempestives nous gonflent. Qu'on ne dise pas qu'il n'y a rien à la télé et qu'il n'y a que des choses qu'on n'a pas envie de regarder".

Alors, je me suis demandé si depuis le confinement, il y avait quelque choses de changé dans mes habitudes, dans le scénario "films" de mes journées.  

Lire la suite

03/04/2020

Solitaire vs solidaire?

2.PNGCatherine Camus a écrit "Albert Camus, Solitaire et Solidaire" dans un album-récit biographique sur la vie et l'œuvre de son père Albert Camus.

«Chaque artiste garde ainsi, au fond de lui, une source unique qui alimente pendant sa vie ce qu'il est et ce qu'il dit. [...] Pour moi, je, sais que ma source est dans L'Envers et l'Endroit, dans ce monde de pauvreté et de lumière où j'ai longtemps vécu... »,  a écrit Albert Camus, dans la préface de "L'Envers et l'Endroit".
Entre 1952 et 1960, a commencé la période solitaire et solidaire de son père.

 

Lire la suite

20/03/2020

Faire du neuf avec du vieux (2-2)

0.PNGUne guerre bactériologique mondiale a été déclarée.
Cela me rappelle les Armes Bactériologiques et Nucléaires (ABN), les guerres qui étaient présentées aux miliciens de mon époque des années 60-70 auxquelles il fallait se prémunir.
La manière de sortir d'une crise sanitaire et existentielle autant dépendante de la manière dont un groupe sociologique pourrait réagir ou un individu pour lui-même, y ressemble.
Dans ce cas-ci, ce sont les contacts physiques qu'il faut éradiquer.
L'Italie a commencé son calvaire  le 21 février et est devenu le foyer de cette guerre bactériologique suivi par l'Espagne.
Je n'ose pas imaginer ce qui se serait passé à l'époque pendant la laquelle Internet n'existait pas.
Les contacts virtuels avec l'inventivité de chacun restent les seuls moyens de communiquer dans la durée pour résister même s'ils sont symboliques.
Mot d'ordre rester chez soi. Soyez solitaire et solidaire.
 

Lire la suite