Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2023

Le Miroir pour professeur

0.pngSamedi dernier, je recevais un coup de fil de Arthur que je n'avais plus eu au téléphone depuis la mort de sa fille. Il y avait des années que je n'avais plus entendu sa voix et pourtant je la reconnaissais. D'après lui, mes anciens proches collègues ne m'aimaient pas et ne venaient pas me commenter à la suite de mon site "Réflexions du Miroir".
J
'étais dans ma voiture et la conversation a duré près de trente minutes en présence de mon épouse assise à côté de moi. J'ai surtout écouté et répondu seulement quand je désapprouvais. C'est long, peut-être et c'est surtout court quand il y a tellement de choses à dire. Ci-après, je vais reprendre ses propos. Si j'ai oublié quelques paroles, je prie de m'en excuser. Alors il faut en dire un peu plus que j'ai pourtant déjà dit ou écrit...


...

- Bonjour Guy, ici, c'est Arthur. J'ai lu ton dernier billet, il me prend trop de temps pour arriver au bout. N'oublie pas que j'ai eu quatre enfants et beaucoup de petits enfants auxquels je dois m'occuper. Tu ne peux comprends cela. 

- Depuis que nous nous connaissons, je sais que nous sommes aux antipodes l'un de l'autre. Nous avons été collègues mais jamais amis. On n'est jamais véritablement ami avec d'anciens collègues à la retraite puisque nous n'avons pas de vie privée identiques. Nous exercions une fonction pour laquelle nous étions payés sans plus en espérant qu'il y ait un esprit d'équipe. Mais à part cela... Aujourd'hui, on ne se parle plus vraiment avec conviction les yeux dans les yeux. On se contact via le Web et le smartphone interposé.

- Tu ne te rends pas compte que tu n'as plus personne qui commente tes billets.

- Cela fait plus de 18 ans que mon site 'Réflexions du Miroir" existe et a commencé au moment de la retraite en écrivant à rythme hebdomadaire alors que je n'avais jamais eu le temps d'écrit le moindre billet semblable pendant ma vie active. Je savais que la vie ne serait plus pareille suite et j'ai préparé ma retraite. Je suis devenue quelque peu un adepte de la "philosophie positive" en cassant les codes.

Olivier Marchal parlait de ce cas dimanche à la radiopodcast.

Comme je considère que mes billets ne sont jamais complètement terminés, les commentaires sont souvent écrits par moi-même pour apporter des compléments et leur évolution dans le temps. J'ai souvent publié une préversion de mes billets sur le site français agoravox.fr pour tâter le ressenti des commentateurs. Mais, mon site reste ma base pour mon propre usage et je ne désire pas trop recevoir de commentaires. Quand ils arrivent néanmoins et j'y réponds avec plaisir.

- Tu ne sais pas ce qu'est une famille Tu parles de famille dans un "Vive la famille !",  alors que tu n'en as pas.

- C'est vrai et j'ai écrit ce billet avec un certain humour. Et je n'en ai pas eu les emmerdes non plus. Tu n'as manifestement pas lu cet eBook "L'envie dans le regard" qui répond point par point à tes remarques. Pour résumer cette autobiographie, avec un peu d'humour "j'ai été un accident de parcours et comme tout accident, non désiré". Ce fut à moi qu'est resté la charge de trouver une place dans la société en croyant en moi-même. Depuis tout jeune, j'ai senti que j'étais différent et solitaire.

Un jour, j'avais dit à mon neveu (par alliance), "je suis un peu asocial". Sa réponse m'avait surpris "Je le suis complètement". Lui qui était un vendeur de première force, cela me paraissait étrange. En réfléchissant, j'ai compris. Tous les soirs, il allait murmurer à l'oreille de son cheval. Le plus paradoxal, il avait un grand-père (qu'il n'a pas connu) qui était tenancier d'une boucherie chevaline.  



C
'était au départ plutôt mal parti avec "L'innocence aux mains vides". Cela est dû non pas à cause du drame de ma vie mais de sa trame progressive.
I
ntroverti, simplet même, j'ai compris que je faisais fausse route dans cette voie. 0.jpgJ'ai écrit dans ce but "Comment je suis devenu extraverti". J'avais compris qu'il fallait du charisme et sortir de la masse pour avoir une chance de sortir de l'ombre. Dès lors, tout se transformait en challenges. Je m'y suis donné à cœur joie quand je vainquais mes appréhensions alors qu'au départ. Quand quelqu'un daigne initier une discussion avec moi, je propose de lire cet eBook avant de commencer. Don Quichote n'a pas aimé, m'a-t-il dit.
Il ne voyait pas l'intérêt d'écrire une autobiographie puisque cela n'intéresse personne, d'après lui.
I
l disait qu'il fallait des contrepouvoirs aux pouvoirs, mais dès que ces contrepouvoirs s'opposaient à ses propres convictions, cela déraillait. Des convictions, je n'en ai aucune.

La postface de cet eBook résume tout. 

0.pngMercredi mourrait Tina Turner, la reine du rock'n'roll à l'âge de 83 ans
podcast.

Elle a fait ce qu'elle a voulu de sa vie et court-circuité ce qui ne lui plaisait pas.

Quand j'ai pris ma retraite, j'ai écrit et joué, en standup, une pièce de théâtre en 4 actes avec le titre "Rock around the clock", une chanson qui a eu son succès en 1954 et qui reste emblématique du rock'n'rock comme nouveau genre musical.

Je présume que tu n'as jamais fait cela quand ce fut ton tour de céder la place. J'étais un fan de ce que je faisais avec la conscience professionnelle en plus. 

Quand j'ai quelques instants de nostalgie, je repasse le DVD qui a été enregistré à cette occasion et pour constater qui y était présent.
O
ù étais-tu en 1962 quand on dansait Rock around the clock dans American Graffiti ? demande cette video.


Je m'en rappelle encore des "Golden Sixties".

J'ai écrit un sketch à ce sujet "Chez les yé-yé, avoir vingt ans, ce 30 août 1967"
L
'avantage de l'âge, c'est qu'on a en principe plus de souvenirs et qu'on essaye de les conserver.

0.pngLa retraite, c'est tourner une page importante que j'ai ressenti parfois comme une coupure puisque j'aimais mon métier. Je l'avais préparé intellectuellement et financièrement mais mon caractère en avait subi des contre-coups. Ce n'est donc pas pour faire plaisir à un lecteur éventuel en parlant de ses convictions de retraité hargneux. J'écris pour mon plaisir et lis pour apprendre encore et toujours.
Dans une multinationale comme la nôtre, on n'existe plus à la retraite. Quel serait l'intérêt d'un ancien collègue encore en place de tenir des contacts avec des collègues retraités ?
Tout passe, tout lasse, tout casse...
N'étant pas loin, je suis retourné au bureau quelques fois. Je gênais manifestement.
A
près une suite de trois essais d'échanges d'idées alternés avec des passages à vide avec Don Quichotte comme interlocuteur retraité lui aussi, j'ai écrit "Prise de bec". Pour marquer ma différence, je prenais un malin plaisir à lui apporter la contrepartie à sa politique et le contrepied à ses convictions qui devenait presque de la propagande. On ne peut pas tout politiser. Il faut prendre du recul sur soi-même.0.png 
Il voulait corriger, de bonne fois, ce qu'il a fait ou pas fait dans sa vie active. Mais retraité, c'est un peu tard et pourrait alors avoir un lien avec Don Quichotte qui attaque des moulins à vent. Dans "Un autre monde est possible", tu as reçu un jeton de présence et lui aussi
L
a peur de demain règne en maître. On ne rit plus. "Le monde actuel a sombré dans la psychose à l'image du tableau de Munch : le cri.", m'écrit récemment une interlocutrice.
P
eur pour soi et pour ses enfants puisqu'il faut assurer ses arrières quand on n'a pas assuré les siens propres. Les médias y ajoutent plusieurs couches avec des films de violence. Du coup, on n'aime pas les gens qui rient trop haut dans ce monde très clivé.
A
u sujet du livre "Revival" de King dont j'ai parlé la semaine dernière, a pour fil conducteur de ce récit, le pouvoir de l'électricité, plus puissant que tout (même que Dieu) avec Ludwig Prinn, "Vermis Mysteriis", "Postestas magnum universum" et l'utilisation de la foudre comme voie d'accès à l'électricité secrète pour faire revivre des gens. Ils survivent mais se suicident après avoir assassiné d'autres personnes de leur entourage.
A
quoi bon arrivé à cette fin de momies et de morts-vivants ?
J
e suis revenu à la première page qui éclaire le pourquoi de beaucoup de discussions et de raisons influencées par l'entourage et par le populisme.

0.png

King a oublié de mentionner des rencontres du hasard, sans retour, sans futur, lors de déplacements, de vacances fidèles aux idées de Gustav Jung. Alors, Pourquoi moi ?

J'ai écrit quelques bilans pendant ces 18 ans. En janvier 2010, "Le syndrome d'Erostrate", en avril 2020, "Cinq ans, déjà...", en octobre 2011,  en mai 2014, "La foire d'empoigne aux idées", en mars 2015, "Dix bougies d’enfoirades", en février 2018, "Le Syndrome de Eriofne", en février 2020 et "Allusion, une IA 1.0" quand pour marquer le coup du quinzième anniversaire de mon site, je me suis transformé en une intelligence artificielle 1.0 avec la signature "Allusion" signé par un Alfred Lusion imaginaire.
A
près les avoir relus, je constate que le fond n'a pas tellement changé. La forme, oui. Ce n'est plus un blog mais un journal personnel. Un blog doit être court, précis, surtout à destination de lecteurs stressés et j'ai eu l'envie d'écrire de petits livres recapitulant quelques faits de chaque semaine.
0.pngJ
e n'ai plus le souci à être court et stressé depuis longtemps. La signature a également évolué de "L'enfoiré" à "Allusion" en passant par "le syndrome de Eriofne".

C'est comme quand je parle de Bruxelles, j'informe pour expliquer la ville à un interlocuteur étranger pour qu'il ne soit pas pris au dépourvu. Si celui-ci dit avoir compris, c'est que je l'ai mal expliqué. J'ai donné le but de mon site dans mon "A propos" ("mon about"). Jamais mis un genou à terre devant une autorité quelconque, divine ou non et l'entourage n'a jamais déteint sur moi.
La touche finale se passe via l'humour si l'on peut avec une vanne si possible.0.png
J
e viens de fêter le 51ème anniversaire de mon mariage. Le jour des noces d'or, j'avais écrit "Noces d'or de la complémentarité". 

- Là, je t'arrête déjà. La complémentarité, si je comprends bien, cela veut dire que tu accordes 20% à ton épouse et 80% à toi-même.

- Non, cela veut dire que cela peut atteindre les 100% soit pour l'un ou pour l'autre en courant alternatif. Tout dépend des prérogatives et des intérêts que l'un de nous peut y retrouver. J'ai nommé mon épouse de Ministre de l'Intérieur et je me suis attribué le rôle de Ministre des Affaires étrangères. Matérialiste, elle a raté sa vocation de d'architecte d'intérieur ou dans la mode, aurait pu être une autre Chanel. Personnellement, je n'ai pas de goût à cela. Tout est basé sur la confiance. Je l'adore et elle m'adore. Elle ne me lit pas mais je parle de ce que j'écris et j'écoute ses réactions. Je suis un cas, dit-elle. Je suis surtout des cas_à_strophes, répondis-je. Tout management se doit de répartir les tâches en fonction des potentiels, de ses limites et de ses prérogatives pour qu'un couple fonctionne. Faire du forcing ne marche jamais. Dans une première période, j'ai tout appris dans une petite équipe constituée en startup  Dans la seconde de la multinationale américaine, mon management m'a forcé à la solitude entre le marteau et l'enclume derrière une hiérarchie machiavélique. J'avais compris ce qu'était l'holocratie. J'avais été parfaitement dans mon rôle de chercheur de solutions aux problèmes informatiques qui semblaient parfois insolubles pour d'autres. A la retraite, j'ai gardé mon pré-carré, plus de stress. Mon épouse, aussi, depuis plus longtemps sans interférence avec des autres. Je le suis encore dans un effet miroir dans cette phase réflexion de la retraite. Ma solitude, je l'ai résolue par une "Solitude et métamorphoses" qui en période du Covid, ne m'a affecté qu'en surface. Ma devise est "Tout est dans tout et inversement". C'est dire qu'il faut rechercher les liens entre ces "tout" dans des vérités cumulées.
Tu as l'esprit de la grande famille. Tu as décidé d'avoir plusieurs enfants et de petits-enfants. Moi pas.
Je sais très bien qu'en tant que grand-parent, tu retrouves ta jeunesse dans la deuxième génération qui vient après toi. C'est ton choix de vie n'est pas le mien. Tu aimes l'esprit de famille. J'en suis fort aise mais la famille garde ses secrets. Tu m'en as raconté quelques-uns. Il est vrai qu'on aime parler de bons points de son histoire et un peu moins des mauvais points plus cachés. C'est dire que l'on peut âprement se tromper sur ce qu'est une famille en général.

Tu m'as dit que tu te considérais comme pauvre. Moi, jamais.

En 2020, j'ai fait un pèlerinage à l'endroit où j'ai passé mes premières années. Tu fais de la course en jogging en groupe en pariant. Moi, je marche et je cours seul en pariant sur ma forme du moment sans me comparer aux autres. C'est pendant ces promenades que jaillissent des idées neuves pour des billets suivants. "S'efforcer de persévérer dans son être, c'est découvrir ce qui comble hors du regard des autres" a écrit Spinoza. La lutte pour la reconnaissance d'autrui reste dans un espace restreint.

Les réseaux sociaux ne sont pas la vraie vie. Ce ne sont que des subsets de cette vie.  Pour téléphoner, il ne faut qu'un GSM. Il est considéré comme obsolète réservé aux vieux. Le smartphone, l'outil "miracle", est de notre temps, est une usine à gaz. Je ne l'utilise que rarement. Je déteste devoir entrer mes caractères avec mes pouces devant un écran qui reste trop minimaliste pour moi.
- Il y a une seule vérité que tu ignores.

- Là, vu mon expérience sur le net, je m'insurge en faux si c'est la vérité de Jésus dont tu es fan d'après ce que tu m'as souvent fait sentir.
0.jpg

...

Jésus dans tous ses états

Le Vif de cette semaine avec ce titre.

0.png

0.png

0.png

 
Dieu n'est-il pas un dictateur qui rassemble des commandements diffusés par ses disciples et qui impose le sacrifice et la prière pour vivre dans un au-dela dont personne ne revient ? 
Chacun à sa propre vérité. Tellement, il y a de vérités, j'ai écrit "La vérité, ça n'existe pas".
Aujourd'hui, le "Lève-toi et marche", peut se faire grâce à la science
podcast
Tu m'as dit, un jour, que tu nageais entre deux eaux avec un passé de campagnard et un futur dans un secteur intellectuel et un environnement que tu ne partageais pas. Je suis un citadin.
Le billet "L'esprit de compétition, privilège ou contrainte?" vint en parallèle avec une annonce du décès à Madagascar de mon ami Alain alias Sapenhine. J'ai beaucoup dialogué avec lui malgré le fait que nous n'avions pas de formation et d'idéologies identiques. Lui aimait suivre la forme et moi, le fond.
Etre intello, généraliste, progressiste, solitaire et mécréant à priori de tout, est toujours un cocktail explosif.
Devenu une personnalité relativement forte, j'ai toujours aidé ceux qui, plus faibles, se laissent influencer par plus forts qu'eux. 
Bizarrement, j'ai aussi recherché les contacts qui avaient des concepts opposés aux miens. Avec ce genre de difficultés comme cures de l'esprit, il y a des effets secondaires à assumer sous forme de clashes dans un "Kaléidoscope d'identités partagées" avec une ouverture d'esprit à 360°, sans compromissions dans un sport subtil d'équilibre.
Quand tu as un contact avec un caractère semblable, tu consolides peut-être le tien et tes idées mais tu n'apprends rien de nouveau pour te faire réfléchir aux tiens. Tout est discutable positivement ou négativement. La dichotomie existe dans le paradigme du numérique actuel par son côté binaire mais pas dans le genre humain qui veut définir ce qu'est le bien ou le mal. ("Le bien et le mal, une question branchée ?"). Ces deux concepts sont complémentaires sans être schizophrène pour autant avec la morale. Prendre le risque d'une action paye toujours plus qu'une obligation dans n'importe quel domaine.
La diversité des opinions est universelle. La perfection n'existe pas. L'inventivité et l'imagination deviendront les seuls moyens de résistance face à la puissance des machines quand elles ne seront plus uniquement numériques et dichotomiques en se rapprochant des hommes. Je n'ai rien appris comparativement à notre multinationale. C'est dans la startup qui a précédé où j'ai tout appris au niveau système de mon métier et à la mesure stratégique d'une société. Très jeune, j'avais compris que nous vivions dans un monde où l'argent est roi. 0.jpgConstatation qui m'a appris le goût d'investir avec plus de risques, tout en étant croyant en moi-même.
En période de blocus, ChatGPT doit être sollicité par les étudiants pour trouver des réponses à leurs questionnements. Ses réponses sont très générales, pas convaincantes et sans sensibilité psychologique. Personnellement, la psychologie ne m'avait pas passionné jusqu'au moment où un membre de mon équipe s'est donné la mort alors que personne ne l'avait jamais ressenti ses problèmes. Tu sais de qui je parle alors rendons à César ce qui appartient à César.    
Un jour, tu m'as demandé d'intervenir avec du sang neuf dans ton club d'Echecs. Challenge que j'ai accepté parce que si je connaissais le mot "Hello", je ne savais rien des points ELO de ce jeu. Quand je suis intervenu en candide, ton site a dépassé une fréquentation inhabituelle avec ma nouvelle signature de "Eriofne" pour ne pas me faire reconnaitre. J'ai testé ainsi le contournement des problèmes de cet environnement et de ses contacts avec lequel tu avais des difficultés.
- Tu ne peux pas tester tes contacts et chercher à percer les secrets de ceux qui ne le veulent pas.
- Détrompe-toi. Si c'est difficile d'arriver jusqu'à l'os, contourner les problèmes est jouissif. Quand la franchise mutuelle ne règne pas dans un environnement, il faut arracher les mots en tirant les vers du nez avec souplesse, sans être coincé avec des opinions qui dérangent. "Oser" est un mot qui se perd dans les brumes du désespoir. Un échange virtuel via internet ne permet pas de voir les réactions et les tics du visage des interlocuteurs. Donc, on ne peut que présumer des grimaces.   
J'ai testé toute ma vie des logiques et des logiciels. Apprendre les verbes "tester" et "oser" sont devenus des exercices de souplesse identique dans mes relations avec autrui surtout quand cela manque d'une franchise évidente. Sache que mes journées commencent avec des cactus sous les fesses.

Lundi, le cactus parlait de l'enseignement avec les idées de Caroline Désir, ministre de l'enseignement
podcast
Si j'avais eu des enfants, ils auraient été dans des écoles du type "Decroly" ou "Fresnay" là où l'enseignement se pratique par les deux bouts
Angèle a suivi des cours dans une école catholique stricte et échouait lamentablement. Une école catholique est basée sur la contrainte et les punitions en brisant, au besoin, les personnalités si elles sont contraires au parti pris par le professeur. Dans une école du type ouvert, comme dans l'école Decroly à Uccle, tout est revenu dans l'ordre pour elle. Pas de professeurs y enseignent, seulement des guides de vie avec le respect de la personnalité qu'ils construisent. Pas étonnant qu'elle est devenue une idole symbolique pour les jeunes filles et un peu moins pour les parents. 
Je lisais que Valeria, une apprentie journaliste, était partie à la rencontre d'une légende déchue : la Veneno, une ancienne star trans qui a secoué l'Espagne à la fin des années 1990. Valérie s'attachait à raconter son parcours d'excès, de noirceur et d'extravagances pour éclairer sa propre identité.

 
Le charisme d'un personnage se gagne ou se perd à cause de voiles opaques dans une intelligence réelle qui n'a rien à voir avec les connaissances.
Vois-tu, il y a moyen de rire de tout, même avec l'humour noir. L'humour est une ADM, une arme de dérision massive quand on s'inclue dans le processus pour désarçonner un adversaire éventuel qui se la pète en voulant casser la baraque.
Le "Tabou, casse-toi" n'est pas toujours le bienvenu.
- J'ai été à Singapour, en Nouvelle-Calédonie et au Danemark.
- Était-ce pour le travail ou pour les vacances ? Tu te souviens de Fred qui est parti pour une semaine en Australie pour un benchmark dans une "Odyssée en boomerang".  
Dans le domaine des vacances culturelles, j'ai rempli mon quota. L'important n'est pas d'aller dans un pays ou un autre, c'est ce qu'on en retire comme souvenirs personnels. Tous mes voyages sont suivis par l'écriture à chaud d'un billet.
-
 Je ne te comprendrai jamais. Tu ne veux rien comprendre par toi- même ?
-
Je suis donc un con donc mais avec "Le prestige d'être simplement "con". On est toujours le con de quelqu'un à se vouloir du bien on finit par se faire du mal. Sais-tu au moins ce qu'est un généraliste ? Tu ne l'étais pas. Un médecin généraliste n'a pas étudié de spécialités, mais il connait tous les concepts générateurs d'une science de la médecine. La pénurie de généralistes est énorme pour diverses raisons. Il connait le "système" et connait les principes et nommer les spécialistes qui vont pouvoir aider plus finement son patient en lui donnant des médicaments antidouleurs pour le faire patienter puisque qu'il faut souvent beaucoup de temps pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. Analogie avec ma manière de penser se retrouve dans ma curiosité de tout avec l'intérêt associé. 

0.pngLa curiosité, quand on y réfléchi, est une terrible chose humaine. Il me reste souvent à trier des vêtements au Goodwill, cette différence entre la valeur de marché et l'actif net du bilan par son juste prix entre actifs et passifs.
E
crire, c'est s'investir avec extraversion et philosophie sans langue de bois.
L
'exclusion pénètre la trame profonde de notre identité présent et futur. Les étiquettes "médiocre", "passable", "moyen" peuvent détruire une personne faible en utilisant des mots comme "bon", "bien", "vrai", "juste" mais en cachant la diversité de quelqu'un avant d'analyser et de juger. La course à la performance, au perfectionnisme, à la compétition ruine tous les espoirs.
 Notre succès repose souvent sur l'appréciation et l'échec d'autres alors qu'il faut chercher à "Réussir par ses propres échecs"..
J
'ai été formé dans une petite startup qui m'a tout appris au niveau des concepts du système numérique "from scratch". C'est complètement différent de ce qui a suivi.
Aujourd'hui, j
'ai le temps de lire des livres de plusieurs centaines de pages sans les stress de la phase précédente.

0.pngComme je l'ai déjà écrit (et c'est très important de le comprendre) : quand je lis quelque chose, c'est pour apprendre, mais j'écris ensuite pour le plaisir.
J
e ne pourrais pas rester planter sur un sujet particulier très longtemps.

- Je n’ai pas lu tes courriels précédents puisque je t’ai bloqué depuis quelques temps. J'ai lu en diagonale pour ne pas perdre mon temps précieux avec tes biais cognitifs.
-
En diagonale, c'est déjà un bon point. "Biais cognitif" dis-tu ? Signer "Allusion" veut dire "Manière d'éveiller l'idée d'une personne ou d'une chose sans en faire expressément mention". C'est à dire "sans prendre position" et "sans conviction" à penser que j'ai raison. Cela a été dit depuis le début, mais tu n'as pas suivi comme tu n'as pas tout suivi.
- Tu utilises des « nudges » à la recherche de lecteurs dont tu prétends n’avoir pas besoin puisque tu écris pour toi.
-
- Cet anglicisme « nudges désigne un outil conçu pour modifier nos comportements au quotidien, sous la forme d'une incitation discrète traduit littéralement par « coup de coude » ou plutôt « coup de pouce ». Le mot "allusion" n'est-il pas synonyme ?
A
pparemment, tu ne lis pas, tu extrapoles ce que tu lis. "Je pense oui, mais je ne crois pas sans en avoir la preuve à la suite de tests répétés que je peux reproduire. Je suis un scientifique de formation. N'oublie surtout pas sinon on dévie dans cette conversation. A l'ULB, on apprenait les "Fleurs du mâle" et on chantait "à bas la calotte". L'informatique a été une extrapolation dans lesquelles je me sentais parfaitement plus alaise.
- 
Quelqu’un a écrit fort à propos sur www.francoislemay.ca « Si tu mets des bijoux dans une boîte, elle devient une boîte à bijoux. A l'inverse, si tu y mets des déchets, elle devient une poubelle. C'est pareil pour ta tête ».
0.png- Bien sûr. Le tout est d'être bien dans sa tête. Si tu n'as pas un esprit fort aujourd'hui, tu coules. Les fakenews sur lesquels on tombe dans les réseaux sociaux, sont destinés à la poubelle. Il faut être spécialiste des déchets pour les identifier au travers de la com et de la propagande des réseaux que l'on dit "sociaux". J'ai été en Israël. Tu aurais probablement aimé y aller. Pour moi, ce fut "Un nouveau pont trop loin".
- Va à la rencontre de vrais chrétiens et ne te contente pas de faire suivre les comportements de soi-disant chrétiens relatés avec un malin plaisir dans les médias pour le buzz. Parle avec eux, les vrais, au lieu de réfléchir sur eux, de les tester … ! Est-ce un effort surhumain que de discerner les vrais des faux ?
-
Tu oublies une nouvelle fois que j'habite Bruxelles, dans laquelle il y 184 nationalités et 104 langues différentes d'après la déclaration de son bourgmestre, Philippe Close. J'habite dans un microcosme de cet acabit. Vais-je uniquement rencontrer des chrétiens ? Non, une foule d'idéologies. Neutre, je reste ouvert à toutes les idées puisque je suis très cartésien et athée par mon apprentissage.

- Et tu dis que tu fais un bilan avec ça ?

-  Un enfoiré cherche son miroir quelque part. Pour faire le bilan, avec le Miroir comme professeur, que de sujets n'ai-je pas vu défiler dans les domaines les plus divers en filigrane avec certains thèmes, certaines idées fondamentales transpirant pour qui savait en déceler les messages et les leitmotivs. Un préambule suivit plus personnel par le titre "Réflexions du Miroir" déphasé avec des réflexions en bordure des idées reçues. L'actualité, la politique, l'histoire, la philosophie, la vie du bureau m'ont entraîné dans les dédales de la pensée. L'idée que personne ne m'aimerait pas, ne m'effleure même pas. 
 Endurci, en déplaisant parfois, cela peut m'amuser mais je n'ai jamais pris de risques s'ils n'étaient pas calculés.
0.pngT
outes les idées s'usent avec le temps. Il faut les remplacer, les moderniser. Quand le tain du miroir érode, il faut prendre du recul à l'affût d'une bonne tournure de phrase en oubliant la forme policée pour faire ressortir le fond. 
J
e ne suis pas là pour donner de leçon même si certains peuvent l'avoir pensé. Une analyse de moi-même a toujours été à la base de mes pensées et de mes écrits.
A
ujourd'hui, je n'ai plus rien à vendre et plus rien à craindre du stress.
J
e suis devenu un "écri_vain" sur Internet et pas sur papier. J'ai toujours privilégié le le zeste de suspense plutôt que la forme. C'est une erreur. Il faut écouter ce qu'on écrit comme le font les récits écrits et dits dans les séquences "L'Heure H".
Les références personnelles sont comme des dessins d'une époque qui se répercutent sur le présent et parfois dans le futur. Les commentaires ont toujours été appréciés dans des échanges d'idées pluralistes enrichissants pour les deux côtés.
Je me suis constitué une bibliothèque de moments choisis dans une vie qui passe trop vite et une occasion de compléter mes à priori, dans des discussions qui m’ont parfois passionné. En chemin, j'ai rencontré virtuellement des gens intéressants et d'autres moins. Certains lecteurs se sont accrochés pendant un temps, ont lâché la bride et cédé la place à d'autres. Je ne leur en veux pas. Le principe de l'originalité volontaire, au rythme léger d'un billet hebdomadaire, restait mon rythme essentiel.
L
'information est comme un puzzle dont les pièces sont là pour reconstituer l'image complète. "Pay for the ride not for the traffic" dit une pub.

La franchise peut vexer les âmes sensibles bien nées. L'hypocrisie peut les tuer. C'est pourquoi, il faut parfois vexer pour exprimer sa différence.
D
u côté "images sélectionnées", Nicolas Vadot comble parfaitement mes textes "en dessinant à gauche en pensant à droite ou en dessinant à droite en pensant à gauche", comme le disait Alex Vizorek à son sujet.
L
'avantage des forums, c'est de confronter les idées et les diverses sources pour s'évader dans d'autres horizons à la recherche de son propre chemin en discutant de tout et de rien avec beaucoup de trolls et de trolleybus.
J
e n'ai jamais apprécié les discussions avec la constatation "je n'ai rien compris" sans explication. Alors, je "répépète" depuis le début si nécessaire. Alors, un conseil cher Arthur?, "Woke de là... Ne te laisse pas influencer par les joli-cœurs.
M
ême si ce n'était pas totalement altruiste, mes articles sont là pour apporter une part d'expériences aux plus jeunes qui ne jouissent plus des chances dont j'ai pu disposer bien malgré moi à une autre époque de jeunesse avec aucune
nostalgie à dire que tout était mieux avant. La question se pose "est-ce acceptable pour qui et en fonction de quoi ?". Les sens de l'additions fonctionnent par expérimentations pour découvrir ce qui se cache de l'autre côté du miroir avec tout l'art de l'endurance.

2.jpg

Cette époque est seulement différente dans une période de festival de Cannes ou d'un ailleurs.
 Mais au fait, d'où vient ce mot "festival"  ?podcast.
Quand on se veut résilient, on peut faire semblant d'aller jusqu'au bout en contournant l'adversaire et l'adversité en lançant des trucs inattendus qui laissent des ouvertures et parfois, de recevoir en retour, sur sa tronche virtuelle.
Sébastien a pris sa retraite d'amuseur public et il se lâche. Moi aussi.

 - Bravo ! « 12 points » comme à l’Eurovision ! Par un « nudge », tu as réussi à ce que je te réponde. C’est tout ce que tu voulais, non ?0.jpg
-
Merci pour ton coup de téléphone, pour ton attention et tes interprétations d'une situation que je connais. Nous sommes dans une ambiance de communication avec la liberté d'expression (pas comme en Iran) et des gadgets autour de nous. Mais mon smartphone n'est utilisé que quand c'est nécessaire, sans plus. Le téléphone portable est la pire des inventions. Il vous promet que chacun est joignable tout le temps et partout, alors que le jeu est faussé. Les gens n'appellent pas pour apporter de bonnes nouvelles mais pour parler de leurs malheurs, de dénigrer tout ce qui ne correspond pas à eux et que vous en êtes le dépositaire. Dans des cas extrêmes, dans un suprême effort, ils vous parlent de ce qu'ils ont à cacher. Ce weekend de Pentecôte, le printemps renait de ses cendres et je sens que mon vélo va prendre des kilomètres au compteur. Dimanche, les 20 kms de Bruxelles. Je vais peut-être signer Saint Guy pour la raison que tu écouteras ce podcast podcast
C
éline Dion est en standby à cause de sa maladie et ce qui arrive à son fils qu'elle ne voit plus était programmé.
S
tromae est actuellement en dépression.
Je te dis
"merci" pour tes commentaires en attendant son retour.

 

Allusion

....

28/5/2023 : 20 kilomètres de Bruxellespodcast

Photos de 2015 et 2023

Festival de Cannes : Résultatspodcast

5.png

6.png

7.png

20/11/2023 : QR au sujet de la motivation au travail
podcast

Commentaires

Olivier Vandecasteele : le Belge est arrivé et a retrouvé sa famille sur le tarmac de l'aéroport de Melsbroeklivier
Vandecasteele, le travailleur humanitaire détenu en Iran depuis le 24 février 2022, a été libéré et est en route vers la Belgique, a annoncé vendredi vers 11h30 le Premier ministre, Alexander De Croo. Selon nos informations, il devrait arriver ce vendredi soir à l’aéroport de Melsbroek.

La famille d'Olivier Vandecasteele vient d'être reçue au Lambermont par le Premier ministre Alexander De Croo et la ministre des Affaires Etrangères Hadja Lahbib.

"Au moment où je m’adresse à vous, le belge Olivier Vandecasteele est en chemin pour la Belgique. Si tout se déroule comme prévu, il sera parmi nous ce soir. Enfin libre. La nuit dernière, Olivier a été conduit jusqu’à Oman où il a été pris en charge par une équipe de militaires belges et de diplomates. Il y a passé ce matin un certain nombre d’examens médicaux en vue d’évaluer son état de santé et de permettre son retour dans les meilleures conditions possibles. Ce retour d’Olivier Vandecasteele est un soulagement. J’ai pu annoncer sa libération à sa famille tôt, ce matin", a déclaré Alexander De Croo.
Le Premier ministre salue également "le courage et la force de ses proches". "Je pense à ses parents, ses sœurs, son meilleur ami" a-t-il déclaré.

https://www.rtbf.be/article/direct-olivier-vandecasteele-le-belge-est-arrive-a-l-aeroport-de-melsbroek-11203500?utm_campaign=RTBFFLASHInfo+26-05-2023+%282%29&utm_medium=email&utm_source=newsletter&actId=ebwp0YMB8s2ofF7SuoOrunV1qzzpVLXuEJ4pcD7nu-UT2rLvmursV1AKR-R8pAj9&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=544200

Écrit par : Allusion | 26/05/2023

Répondre à ce commentaire

Chefs religieux officiels ou autoproclamés, ils ont en commun le prestige, l’autorité et l’influence qu’ils exercent sur leurs disciples, que ce soit dans le cadre des grandes religions historiques ou de sectes plus obscures. Leur statut ne les empêche cependant pas toujours de succomber aux mêmes démons qui peuvent se cacher à l’intérieur de tout un chacun.
Poussés par leurs croyances ou par des intérêts purement pragmatiques, ces chefs religieux se sont rendus coupables de crimes allant de l’abus de pouvoir aux meurtres de masse, en passant par toute la palette des vices (et sévices) humains.
Vers la fin des années 1960, Charles Manson fonde une secte inspirée du mouvement hippie, mais à saveur religieuse puisque son gourou se prétend être la réincarnation du Christ. Il diffuse ses prophéties apocalyptiques à sa « famille », majoritairement composée de jeunes filles qui l’idolâtrent. En 1969, ses adeptes commettent sous son influence neuf meurtres à Los Angeles, dont celui de l’actrice Sharon Tate. Bien que Manson n’eût pas été présent sur la scène des crimes, il est condamné à la peine de mort, une sentence ensuite commuée à la prison à vie.
Guy Desnoyers était curé à Uruffe, dans l’est de la France, lorsqu’il a assassiné sa maîtresse enceinte en 1956, puis ouvert son ventre pour poignarder l’enfant qu’elle portait de lui afin d’éviter un scandale de trop. Le curé avait déjà eu d’autres maîtresses, y compris une adolescente de 16 ans, mais le village avait jusque-là fermé les yeux. L’Église aurait cependant exercé son influence pour lui éviter la peine capitale. Il a été condamné à la prison à vie mais libéré en 1978, sans bruit.
Le cheikh Omar Abdel Rahman a été condamné aux États-Unis à la réclusion criminelle à perpétuité pour son rôle dans l’attentat de 1993 contre le World Trade Center, à New York. Une voiture piégée y avait fait six morts et un millier de blessés. Le prédicateur égyptien, une des figures majeures de l’islamisme radical des années 1980-1990, avait fui son pays natal où ses discours islamistes enflammés lui avaient valu d’être dans la ligne de mire des autorités. Il continuait à délivrer ses prêches dans des mosquées américaines et aurait été associé à d’autres actes terroristes.
Le fondateur de la secte japonaise Aum, Shoko Asahara, a dirigé plusieurs crimes, notamment l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995. Au total, la secte est responsable de la mort de 29 personnes, ce qui vaudra à son gourou d’être exécuté en 2018.
Aum, à l’origine un club de yoga, avait été reconnu comme organisme religieux en 1989. Principalement bouddhiste, la secte empruntait aussi quelques traits à l'hindouisme et adoptait une vision apocalyptique inspirée du christianisme.
Rabbin d’une synagogue réformée du New Jersey, Fred J. Neulander a été condamné en 2003 à la prison à perpétuité pour avoir commandité le meurtre de son épouse, dont il voulait se débarrasser après s’être entiché d’une autre femme. Fred et Carol Neulander étaient mariés depuis 29 ans et avaient trois enfants adultes lorsque le crime a été commis par deux hommes payés par le rabbin en 1994. La victime a été matraquée à mort.
Warren Jeffs, leader de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (FLDS), basée dans l’Utah, a été condamné en 2011 à la prison à perpétuité pour abus et agressions contre des mineures. Son église, dissidente du mormonisme, est l’une de celles pratiquant encore la polygamie, une tradition abandonnée par les Mormons dès la fin du 19e siècle. Sur les 78 « femmes officielles » de Jeffs, 24 n’avaient pas l’âge légal.
Winston Blackmore, évêque de la communauté de Bountiful en Colombie-Britannique a été reconnu coupable de polygamie en 2017 et assigné à résidence pour une période de six mois. Il avait 25 épouses, tandis que son co-accusé James Oler, condamné à trois mois d’assignation à résidence, en avait cinq. Les poursuites contre cette secte canadienne affiliée à la FLDS étaient entravées depuis les années 1990 par une incertitude concernant la constitutionalité des lois sur la polygamie, qui auraient pu être vues comme violant la liberté religieuse.
Après la condamnation du gourou hindou Prakashanand Saraswati en 2011 pour agressions contre des mineures, un tribunal américain l’a relâché afin de lui permettre de passer la fin de semaine chez lui. Le gourou en a profité pour disparaître, trouvant probablement refuge en Inde. Saraswati aurait des centaines de milliers d’adeptes à travers le monde. C’est lorsqu’il était leader d’un ashram au Texas qu’il s’est rendu coupable d’attouchements et d’atteinte à la pudeur contre trois adolescentes dont les familles suivaient son enseignement spirituel.
Samuel Mullet, un évêque amish de l’Ohio, a été condamné en 2013 à quinze ans de prison pour « crime haineux ». Il avait ordonné à quinze membres de sa communauté de couper la barbe de neuf de leurs coreligionnaires. Ceci est considéré comme un affront pour les Amish, qui laissent pousser leur barbe une fois qu’ils sont mariés, conformément à leur interprétation des préceptes bibliques. La motivation de Mullet : les victimes lui avaient semble-t-il montré des signes de résistance et il avait ainsi voulu les ramener dans le droit chemin.
En 2020, l’ancien prêtre français Bernard Preynat a été reconnu coupable d’agressions contre dix mineurs, mais n’a toutefois écopé que de cinq ans de prison en raison de l’ancienneté des faits. Les agressions ont été commises contre des scouts, dont Preynat avait la charge entre 1985 et 1991. Durant le procès, il n’a pas caché son attirance pour les jeunes garçons. Des cardinaux – et L’Église catholique – auraient gardé le silence sur ses agissements, comme cela a été le cas à plusieurs reprises dans des affaires de pédophilie.
Roch Thériault, gourou canadien qui se prétendait prophète et se faisait appeler Moïse, a été condamné à la prison à vie en 1993 pour le meurtre d’une de ses disciples. Celle-ci était décédée après qu’il eut tenté de l’opérer à froid pour lui retirer une partie de l’intestin. Lorsque les ossements de la victime ont été retrouvés, Thériault était déjà incarcéré pour voies de fait graves contre une autre membre de sa secte : il lui avait amputé le bras au couteau, sous prétexte de vouloir lui sauver la vie.
En 2015, L’évêque anglican Peter Ball a été reconnu coupable d’attentats à la pudeur et d’inconduite dans la fonction publique, écopant alors d’une peine de 32 mois de prison. Sa condamnation n’est survenue que 22 ans après les premières plaintes de jeunes hommes contre lui, l’Église d’Angleterre et la Couronne ayant en effet tenté d’étouffer l’affaire. Son amitié avec le prince Charles est particulièrement montrée du doigt pour expliquer les retards de la justice.
Le rabbin Ezra Sheinberg, dirigeant d’une yeshiva (centre d’étude de la Torah et du Talmud) dans le nord d’Israël, a été condamné en 2018 à sept ans et demi de prison pour avoir abusé de huit femmes. Le rabbin se servait de sa position de prestige pour attirer ses victimes qui s’adressaient à lui pour obtenir des conseils religieux et des bénédictions en matière de fécondité. Il leur offrait des séances de « relaxation » et finissait par leur imposer des rapports intimes.
En 2005, le prêtre orthodoxe géorgien Basil Mkalavishvili a été condamné par un tribunal de Tbilissi à six ans de prison pour violence contre des minorités religieuses, mais fut libéré après seulement quatre ans. Le père Mkalavishvili aurait mené des centaines d’attaques contre des Témoins de Jéhovah et des Baptistes, mais seulement trois d’entre elles ont été jugées.
Un pasteur évangélique de la ville de Québec, Paul Mukendi, a écopé en 2020 de huit ans de prison pour avoir imposé des relations intimes à l’une de ses fidèles. Le juge a vu une circonstance aggravante dans le fait que Mukendi eut abusé de l’autorité que lui confère son statut d’homme de Dieu pour intimider la victime, celui-ci étant même allé jusqu’à la menacer de mort. Deux autres plaintes pour des faits similaires sont également portées contre le pasteur.
Près de 40 victimes avaient porté plainte contre le prêtre catholique australien John Denham pour des actes de pédophilie, survenus alors qu’il enseignait dans des écoles de garçons. Ces agressions contre des enfants s’étaient poursuivies pendant près d’une vingtaine d’années, sans que le prêtre soit inquiété par sa hiérarchie, malgré les rumeurs qui circulaient à son sujet. Il a été condamné à la peine maximale en 2010, soit 19 ans de prison.
Roderick Watkins, un responsable des Témoins de Jéhovah dans l’Arkansas, a été condamné en 2019 à une peine de 80 ans de prison dans une affaire de pédophilie. Dix personnes, des garçons comme des filles, l’avaient alors accusé de les avoir agressées. Selon la mère d’une des victimes, ses supérieurs en avaient été informés, et ces derniers s’étaient contentés de simplement le relever de ses fonctions. Chez les Témoins de Jéhovah, les affaires de ce genre sont traitées à l’interne mais s'il n'y a pas deux témoins oculaires, le dossier est classé.
Les voies de la justice sont parfois impénétrables. Fred Phelps, pasteur baptiste de l’Église de Westboro dans le Kansas avait organisé des manifestations, proféré des insultes et mené de virulentes campagnes contre les homosexuels depuis les années 1990, et jusqu’à son décès en 2014. La Cour Suprême des États-Unis a toutefois jugé en 2011 que ses activités homophobes relevaient de la liberté d’expression. Phelps a tout au plus été condamné à deux légères peines de prison avec sursis pour troubles à l’ordre public.
Les circonstances empêchent parfois la culpabilité d’un individu d’être démontrée lors d’un procès. À titre d’exemple, l’Américain Jim Jones.
Pasteur protestant, il fonde en 1955 la secte du « Temple du Peuple » qui, à ses débuts, est saluée pour ses réalisations sociales. La brutalité et les violences qui y règnent finissent toutefois par être révélées et le révérend Jones choisit alors de s’installer avec ses disciples au Guyana. Lorsque son village est visité par une commission d’enquête en 1978, plusieurs des membres de la délégation sont tués dans une fusillade, probablement commanditée par Jones. Celui-ci pousse ensuite 908 de ses fidèles à l’accompagner dans un « suicide collectif
L’islamiste Oussama Ben Laden est devenu le terroriste le plus célèbre de ce début de siècle après diverses attaques contre des intérêts américains, notamment les attentats du 11 septembre 2001. Bien qu’il en ait revendiqué la responsabilité, il n’a jamais comparu devant un tribunal pour en répondre.
Chef du réseau Al-Qaïda, l’ancien homme d’affaires d’origine saoudienne était le porte-étendard de l’islamisme militant. Son association avec les Talibans afghans, qui refusaient de l’extrader vers les États-Unis, a provoqué la longue guerre en Afghanistan. Traqué pendant des années, Ben Laden a finalement été tué en 2011 par des troupes d’élite américaines.
Toute personne est présumée innocente jusqu’à preuve de sa culpabilité. Le prêtre franco-rwandais Marcel Hitayezu bénéficie encore de cette présomption d’innocence, bien qu’il ait été mis en examen en France pour son rôle dans le génocide au Rwanda. Alors qu’il était prêtre à Mubuga en 1994, il est accusé d'avoir « privé de vivres et d'eau des Tutsi s'étant réfugiés dans son église » et d'avoir « fourni des vivres aux miliciens interahamwe ayant attaqué les Tutsi réfugiés » dans le bâtiment, selon le Parquet national antiterroriste.

https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/ces-chefs-religieux-ont-%C3%A9t%C3%A9-reconnus-coupables-de-crimes/ss-AA1bMJAC?ocid=NL_FRBE_A1_00010101_1_1&bep_ref=1&bep_csid=115996#image=1

Écrit par : Allusion | 28/05/2023

Répondre à ce commentaire

La chanteuse canadienne Céline Dion a été contrainte de prendre une décision radicale : tous les concerts jusqu'en 2024 ont été annulés.
Une décision triste mais nécessaire, prise pour poursuivre le traitement qu'elle suit depuis environ deux ans. La chanteuse lutte contre une maladie neurologique rare qui l'affaiblit et ne lui permet pas de remonter sur scène avec la même détermination qui l'a toujours caractérisée.
En raison de cette maladie, Céline Dion souffre de spasmes musculaires et de raideurs. Alors qu'elle avait décidé de reprendre son activité, les conséquences de la maladie l'ont contrainte à s'arrêter à nouveau.
Céline Dion avait prévu une tournée européenne avec de nombreuses étapes, notamment en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Hollande, en Norvège et dans d'autres pays. La chanteuse a promis qu'elle reviendrait se produire dans tous ces endroits.
La chanteuse a laissé un message à ses fans : "Je suis vraiment désolée de vous décevoir une fois de plus. Je travaille dur pour reprendre des forces, mais les tournées peuvent être très difficiles, même quand on est à 100 %. Il vaut mieux tout annuler jusqu'à ce que je sois vraiment prête à remonter sur scène. Je veux que tout le monde le sache

https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/c%C3%A9line-dion-annule-tous-ses-concerts-jusqu-en-2024-une-d%C3%A9cision-drastique-due-%C3%A0-des-probl%C3%A8mes-de-sant%C3%A9/ss-AA1bQ23i?ocid=msedgntp&cvid=32164d08250140228d50be535e5516e8&ei=8#image=1

Écrit par : Allusion | 29/05/2023

Répondre à ce commentaire

Un crime odieux a attiré l'attention du Brésil et du monde entier. Le 22 mai, l'acteur de 44 ans Jeff Machado a été retrouvé mort dans un coffre, enterré sous deux mètres de béton, dans l'arrière-cour d'une maison à Rio de Janeiro.
Avant cela, la mère de l'acteur soupçonnait qu'il s'était passé quelque chose d'étrange. Elle avait reçu des messages qu'elle n'a pas reconnus comme étant de son fils. Le rapport de sa disparition a été officialisé le 27 janvier.
Jeff avait disparu depuis janvier 2023. À l'époque, l'acteur incarnait un soldat philistin dans le feuilleton brésilien "Reis", diffusé sur Record TV.
Selon les informations fournies par CNN Brasil, lorsqu'il a été trouvé, le corps de l'acteur présentait une marque d'asphyxie, ses bras étaient attachés au-dessus de sa tête et il avait des blessures au cou.
Il n'y a toujours pas de version officielle de ce qui s'est passé, expliquant pourquoi l'acteur a été assassiné, mais les enquêtes se poursuivent.
Des médias tels que le site Internet "Metrópoles" assurent que la police de Rio de Janeiro a déjà une hypothèse sur la façon dont il est mort et qui seraient les personnes impliquées dans le crime.
Selon G1, le corps de Jeff a été retrouvé les mains et les pieds attachés avec du ruban adhésif, déjà en état de momification. Il avait également un chiffon dans la bouche et un fil téléphonique autour du cou avec des traces d'étranglement.
Le corps de l'acteur ne présentait aucun autre symptôme de violence. Selon le rapport d'autopsie, publié le 25 mai, la cause du décès n'a pas pu être déterminée avec précision, en raison de l'état avancé de décomposition du corps.
Cependant, la principale hypothèse contenue dans le rapport d'autopsie est l'étranglement. La possibilité avait déjà été évoquée par l'avocat accompagnant la famille de Jeff Machado, Jairo Magalhães, le 24 mai, lorsqu'il a eu accès à l'enquête et mentionné la présence de ce fil.
Comme l'a révélé la mère de l'acteur dans une interview à TV Globo, la famille soupçonne un "nouvel ami" de l'acteur qui, selon eux, l'aurait approché par "intérêt".
Comme l'a expliqué la mère, la nouvelle connaissance de son fils lui a assuré que cela l'aiderait à "réussir dans la vie".
"Cette malle appartient à Jeff, elle est similaire à une autre qu'il a chez lui et ils l'ont prise là-bas. C'est un autre indice qui a conduit le commissariat à soupçonner qui était impliqué dans l'affaire, c'est-à-dire une personne qui avait accès au domicile de Jeff", a déclaré Jairo Magalhães, avocat de la famille.
L'avocat a également révélé que le corps de l'acteur avait été retrouvé dans la cour d'une résidence louée par un ami de l'acteur, aujourd'hui principal suspect dans la mort.
L'acteur menait une vie paisible et familiale, entouré de ses chiens et avec un mode de vie sain, dans lequel se distinguait son goût pour l'exercice et le surf.
Jeff aimait ses chiens inconditionnellement et aurait fait n'importe quoi pour eux. Les animaux ont été abandonnés dans les rues de la municipalité de Paciência (RJ) et ont été finalement secourus par l'ONG Indefesos.
Grâce aux puces contenues dans les animaux, les représentants de l'institution ont pu parler à quelqu'un qui se faisait passer pour l'acteur. Cet imposteur aurait dit qu'il avait laissé ses huit chiens de race setter chez une amie, alors qu'il se trouvait dans un autre État pour des raisons professionnelles.
Quelques jours plus tard, comme l'a rapporté "Fantástico" sur TV Globo, un homme se présentant comme Giovani a déclaré à l'ONG Indefesos qu'il avait contribué à l'abandon des animaux.
Selon CNN Brésil, le sauvetage des chiens était important pour prouver, dans un premier temps, que Jeff avait réellement disparu, car la famille considérait qu'il était improbable que l'acteur puisse abandonner ses chiens.
Dans le rapport, l'avocat, Jairo Magalhães, a déclaré : "Grâce à cet abandon des chiens, qui étaient tous munis de puces, il a été facile de les identifier. Tout le monde sait qu'il avait un amour inconditionnel pour les chiens".
Jefferson Machado a eu une carrière de plus de 20 ans dans le monde du divertissement, où il a travaillé comme mannequin, acteur et présentateur.
La découverte du corps sans vie de l'acteur et les circonstances dans lesquelles il a été retrouvé sont devenues virales ces derniers jours, car elles ont bouleversé tout le pays.

https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/le-corps-de-l-acteur-br%C3%A9silien-jeff-machado-disparu-depuis-janvier-a-%C3%A9t%C3%A9-retrouv%C3%A9-enferm%C3%A9-dans-une-malle-et-enterr%C3%A9/ss-AA1bVpoy?ocid=msedgntp&cvid=696427e029504f12b349940ffa9e2f06&ei=10#image=1

Écrit par : Allusion | 31/05/2023

Répondre à ce commentaire

Alexander De Croo sur les otages : « Non, on n’a pas payé, non, il n’y a pas d’autres promesses à l’Iran »

Il y avait deux volets à l’opération Blackstone, explique le Premier ministre : la libération d’Olivier Vandecasteele, puis celle des otages autrichiens et danois. Le fruit d’une âpre négociation orchestrée par les services belges.
A peine rentré de Moldavie, Alexander De Croo s’apprête à enchaîner kern et conseil des ministres. Avant de se replonger dans la fiscalité et l’épargne belges, le Premier ministre s’offre un (rapide) petit-déjeuner. Le temps d’un entretien, annonciateur d’une bonne nouvelle : la libération de trois nouveaux otages.

https://www.lesoir.be/517152/article/2023-06-02/alexander-de-croo-sur-les-otages-non-na-pas-paye-non-il-ny-pas-dautres-promesses?utm_source=a_la_une&utm_medium=newsletter_le_soir&utm_campaign=a_la_une_02062023&utm_term=alexander-de-croo-sur-les-otages-non-na-pas-paye-non-il-ny-pas-dautres-promesses&utm_content=Article1&m_i=40l4%2BFGC0Hcsi4goHH05X1wTKpMlUGxlmCgtN3gz5%2BtZbYEqZI8XxXlwrZsdIPUUjQi5YUvjXPgTHPOiG2mTs1l3KxKt4Z&m_i=12f18UNyhuX2B0ws8bwXaYSU2qtgQil8PGNbNMLRrwbWSMei95K%2Bk85ujDO4hfzom8%2BH9XCP0puG2NLchSxDpmvIUbU91Z&M_BT=182323752210

Écrit par : Allusion | 02/06/2023

Répondre à ce commentaire

Comment garder un cerveau plus jeune plus longtemps : le rôle primordial du sommeil

Certains facteurs du vieillissement cognitif ou d’Alzheimer restent inévitables. Mais la recherche avance et identifie de plus en plus de comportements susceptibles de reculer l’échéance.
Les nombreux facteurs de risque impliqués dans le vieillissement cognitif et la maladie d’Alzheimer ne se recouvrent pas toujours, mais sont souvent communs. Depuis 2017, des chercheurs du GIGA-CRC-In Vivo Imaging de l’Université de Liège mènent une vaste étude sur le sujet. Baptisée CoFitAge (Cognitive Fitness in Aging), elle distingue les facteurs de vieillissement cognitif sur lesquels nous n’avons aucune prise (sexe, âge, certaines caractéristiques génétiques) et ceux que nous pouvons infléchir.

En “cultivant” nos fonctions cérébrales, on conserverait nos aptitudes cognitives plus longtemps. © Adobe Stock
Les nombreux facteurs de risque impliqués dans le vieillissement cognitif et la maladie d’Alzheimer ne se recouvrent pas toujours, mais sont souvent communs. Depuis 2017, des chercheurs du GIGA-CRC-In Vivo Imaging de l’Université de Liège mènent une vaste étude sur le sujet. Baptisée CoFitAge (Cognitive Fitness in Aging), elle distingue les facteurs de vieillissement cognitif sur lesquels nous n’avons aucune prise (sexe, âge, certaines caractéristiques génétiques) et ceux que nous pouvons infléchir.

Parmi ceux-ci, la “réserve cognitive”, constituée de différents éléments censés intervenir de façon cruciale : posséder un niveau scolaire élevé, avoir un style de vie actif, exercer une profession d’une certaine complexité, s’adonner à des loisirs culturellement enrichissants, faire de l’exercice, avoir un réseau social étoffé, parler plusieurs langues… Ces ingrédients favoriseraient la flexibilité mentale, offrant ainsi des voies alternatives lorsque, sous le poids du vieillissement ou de la maladie, les voies cérébrales traditionnellement utilisées précédemment remplissent moins bien ou ne remplissent plus leur fonction. Plus prosaïquement, on pourrait parler en termes de “pièces de rechange”.


L’enjeu-clé du sommeil
“Mais l’état affectif joue aussi un rôle, explique la professeure Fabienne Collette, codirectrice du GIGA-CRC-In Vivo Imaging. Des symptômes dépressifs ou une anxiété très élevée sont associés à un risque accru, y compris de maladie d’Alzheimer.” Elle insiste également sur ce qu’il est convenu d’appeler la “charge allostatique”, une usure biologique globale découlant de l’adaptation constante de notre organisme à l’environnement. Le prix à payer peut être lourd, sous forme d’hypertension, de diabète, d’excès de cholestérol, d’inflammation chronique ou encore d’un fonctionnement excessif du système nerveux sympathique, qui prépare l’organisme à l’action, notamment en augmentant la tension artérielle et en accélérant l’activité cardiaque et respiratoire. “Nos études montrent que deux des marqueurs de la charge allostatique - un mauvais métabolisme des lipides et une activité excessive du système nerveux sympathique - sont les plus étroitement associés à une moins bonne cognition”, rapporte Fabienne Collette. Ne pas manger trop gras et se relaxer constituerait une arme contre le vieillissement cognitif.
Un autre élément figure au cœur du débat : le sommeil. Un facteur modifiable qui occupe une place de choix dans l’étude CoFitAge. Insuffisant ou de mauvaise qualité, il va de pair, lui aussi, avec un accroissement du risque de déclin cognitif et de maladie d’Alzheimer. Une réalité que les travaux scientifiques ont bien documentée aujourd’hui même si les mécanismes en jeu restent peu compris. Or, de nombreuses personnes, dont de plus en plus de jeunes, consultent pour insomnies chroniques. À l’origine des plaintes des adolescents : des comportements qualifiés de “socio-électroniques” liés à l’utilisation en soirée, voire la nuit, de smart­phones, tablettes, etc. L’exposition à la lumière des écrans à des heures tardives perturbe les rythmes biologiques veille-sommeil, tandis que l’activité sur les réseaux sociaux et la consultation d’informations sur Internet entretiennent l’éveil et risquent de faire le lit - si l’on peut dire - d’une forme de dépendance. En lacérant leur sommeil, les jeunes générations accélèrent-elles le vieillissement cognitif qui les touchera tôt ou tard ? La question mérite d’être posée.

Vidange cérébrale
La théorie qui interpelle le plus les chercheurs dans le domaine des liens entre le sommeil et la maladie d’Alzheimer est assurément celle qui propose l’existence d’une fonction du sommeil restée dans l’ombre jusqu’il y a peu. Dite glymphatique, elle consisterait en l’élimination durant le sommeil, par la circulation du liquide céphalorachidien (qui ­baigne notre cerveau), des substances toxiques accumulées dans le système nerveux central au cours de l’éveil en raison de l’activité cellulaire qui lui est associée. Il peut s’agir entre autres de lactate, d’énolase, de gaz carbonique, mais également de protéines bêta-amyloïdes et de protéines tau, dont l’implication dans la maladie d’Alzheimer est bien connue lorsqu’elles forment des agrégats dans le cerveau.
Proposée en 2013 par le groupe de Lulu Xie, de l’Université de Rochester aux États-Unis, la théorie de la fonction glymphatique du sommeil a été ­confirmée et approfondie par d’autres labora­toires. Xie et son équipe ont découvert que l’espace séparant les neurones augmente durant le sommeil et sous anesthésie, parallèlement à la réduction de leur volume. En d’autres termes, les “voies d’évacuation” étant plus largement ouvertes durant le sommeil, c’est à ce moment que les neurones se “vidangeraient” de leurs toxines. Dès lors, un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité empêcherait la bonne élimination des protéines toxiques à l’origine des lésions caractéristiques de la maladie d’Alzheimer et en favoriserait la survenue.

Vieillissez, mais comme un jeune
Selon Gilles Vandewalle, chercheur qualifié du FNRS et, lui aussi, codirecteur du GIGA-CRC-In Vivo Imaging, le lien entre le sommeil et la maladie d’Alzheimer semble aller dans les deux sens. Autrement dit, la présence de protéines amyloïdes et tau dans le cerveau perturbe le sommeil alors qu’un sommeil perturbé favorise l’accumulation de protéines toxiques. “Un cercle vicieux”, résume-t-il. En outre, les données épidémiologiques ­tendent à faire de l’insomnie un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer. Les apnées du sommeil en représenteraient un autre. Pourquoi? Deux explications, sans doute complémentaires, sont envisageables. Par les fréquents micro-réveils (et réveils) qu’elles induisent, les apnées sont non seulement à l’origine d’une fragmentation du sommeil, mais sont également associées à des diminutions de la quantité d’oxygène disponible dans le sang, ce qui est potentiellement dommageable pour le cerveau.
Par ailleurs, les chercheurs de l’ULiège ont montré que plus la dynamique du fonctionnement cérébral des personnes âgées demeure proche de celle des individus jeunes, meilleures semblent être leurs aptitudes cognitives au cours du vieillissement et moins élevé pourrait être le risque de cheminer vers la maladie d’Alzheimer. “Chez les sujets jeunes, le cerveau devient de plus en plus réactif aux stimulations à mesure que la journée s’écoule, explique Gilles Vandewalle. Et en cas de veille prolongée, c’est-à-dire lorsqu’on reste actif pendant la nuit, cette réactivité continue à s’accroître, parfois au-delà de l’optimum. Chez les sujets âgés, les choses sont différentes. En effet, on observe une augmentation de l’excitabilité du cortex chez certains d’entre eux, mais une diminution chez d’autres. Or, on constate que les performances cognitives des seconds sont moins bonnes.”

Hygiène de vie
Gilles Vandewalle se veut néanmoins porteur d’une bonne nouvelle. Selon les travaux de son équipe, la façon dont le cerveau réagit chez une personne éveillée n’est pas uniquement dépendante de la quantité d’amas de protéines amy­loïdes ou de ­protéines tau qui s’y sont formés. “Bien que l’accumulation de tels amas qui constituent la signature anatomopathologique de la maladie d’Alzheimer ait une incidence négative sur le sommeil, notre cognition dépendrait en partie d’éléments sur lesquels nous ­pouvons agir.” Il est imaginable que des mesures d’hygiène de vie, comme pratiquer de l’exercice physique, aller dormir à heure fixe ou absorber moins de caféine ou autre stimulant en soirée, seraient de nature à favoriser un sommeil de meilleure qualité indépendamment de la présence d’amas protéiques au niveau cérébral. De telles mesures pourraient alors influer positivement sur la dynamique du fonctionnement cérébral à l’éveil - une dynamique alors aussi proche que possible de celle observée chez les sujets jeunes - et bonifier de la sorte les performances cognitives.
Autre point, assez interpellant : d’après des études coordonnées par Christina Schmidt, chercheuse qualifiée du FNRS au sein du GIGA-CRC-In Vivo Imaging, la sieste diurne pratiquée par des personnes âgées pourrait avoir des effets délétères sur le plan cognitif si elle est relativement longue et érigée en habitude de vie. Cette intrusion chronique de périodes de sommeil durant l’éveil nuirait aux performances cognitives des aînés, notamment au niveau de la mémoire épisodique, cette composante de la mémoire qui nous permet de nous remémorer des événements que nous avons personnellement vécus, tel un dîner au ­restaurant avec des amis.

https://moustique.lalibre.be/actu/sante/2023/09/10/comment-garder-un-cerveau-plus-jeune-plus-longtemps-le-role-primordial-du-sommeil-269162?ncxid=3BD192FD4E88FD3116BD1764C57F6283&m_i=Ogud1uhoHmh%2B4W2I6JJqQXTsA3J4m0tDFxNbGHwdvVW_yMvrJ9ZxfEEGs5V7AYX4Lk6FyKcW33rSsTfx26K7Jb4BEZRdm1eOO5&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=20230910_MOUSTIQUE_WEEKEND&utm_content=&utm_term=2023-09-10_20230910_MOUSTIQUE_WEEKEND&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=20230910_MOUSTIQUE_WEEKEND&utm_content=__&utm_term=_6971&m_i=dStwlu_g4n6VzdrnRFDPVZAZ05lgrBPkrEsm6y4LZBTQgBVp6lCNhTJLNKr2x0wdPDdwGTn7q9EQpDSq1d6yGvQoK2_OTaJddp

Écrit par : Allusion | 10/09/2023

Répondre à ce commentaire

Jésus Christ: que savez-vous vraiment à son sujet ?

Jésus-Christ est une figure centrale du christianisme, l'histoire de sa vie constituant le fondement du Nouveau Testament. Selon les croyances de chacun, Jésus peut être considéré comme le Messie ou comme un personnage historique (ou les deux). Si la Bible nous éclaire sur sa vie, il ne reste que peu de documents historiques de son époque. Par conséquent, les historiens laïques ont du mal à trouver des informations sur Jésus au-delà des textes religieux. Néanmoins, les dernières décennies ont été marquées par des découvertes intrigantes. Certaines corroborent les récits bibliques, tandis que d'autres racontent une histoire très différente...
Bien que les références à Jésus au-delà de la Bible soient limitées, l'historien André Chevitarese explique qu'une poignée d'auteurs ont consigné des détails intéressants sur sa vie.
Les récits écrits les plus connus sont associés à Flavius Josèphe, un érudit juif du 1er siècle de notre ère. Dans son ouvrage "Antiquités des Juifs", il mentionne Jésus à deux reprises.
Spécialiste des sciences médico-légales, le chercheur britannique Richard Neave a utilisé son expertise pour reconstituer le visage d'un adulte moyen de l'époque où vivait Jésus. Le résultat a révélé un homme à la peau foncée et aux cheveux courts, ce qui contraste fortement avec la représentation conventionnelle de Jésus comme un individu à la peau claire, aux cheveux longs et aux yeux bleus.
L'Évangile de Luc souligne que Jésus possédait des connaissances considérables dès son plus jeune âge.
Un fait souvent ignoré est que la Bible ne rapporte pas que Jésus ait condamné l'homosexualité. En fait, il ne l'a même jamais mentionnée.
Malgré la célébration généralisée de Noël le 25 décembre, il convient de noter que le Nouveau Testament ne précise pas le jour réel de la naissance de Jésus.
Sur la base de recherches, il est suggéré que la naissance de Jésus a plus probablement eu lieu entre mai et novembre, les mois les plus chauds en Israël.
Après avoir aperçu l'étoile annonçant la naissance du Christ, les Rois mages se sont mis en route vers Bethléem. Des chercheurs ont retracé leur itinéraire probable et ont déterminé qu'il leur aurait fallu environ deux ans pour atteindre leur destination. Cela signifie qu'ils n'ont pas pu rendre visite à Jésus dans l'étable peu après sa naissance.
Selon les astronomes, l'étoile qui a annoncé la naissance de Jésus pourrait résulter d'une conjonction entre Saturne et Jupiter. Cet événement astronomique a eu lieu dans la constellation des Poissons en l'an 7 avant notre ère.
La ville de Nazareth n'avait que peu d'importance et était relativement petite. Elle est même gentiment moquée dans l'Évangile de Jean. Dans ce contexte, l'apôtre Philippe informe Nathanaël que le Messie a été découvert à Nazareth, ce à quoi Nathanaël répond: "Est-ce que quelque chose de bon peut venir de Nazareth ?"
Le terme grec désignant la profession de Jésus est "tekton". Bien que la traduction la plus courante soit "charpentier", les spécialistes précisent que ce terme englobe les artisans et les constructeurs. Il est plus probable que Jésus ait travaillé comme maçon.
Sa lignée remonte au roi David, un personnage connu pour sa richesse considérable dans l'histoire biblique. Divers aspects de la vie de Jésus indiquent également que sa famille était relativement aisée.
L'idée fausse selon laquelle Jésus est pauvre vient probablement du fait qu'il est né dans une étable. Cependant, cela est principalement dû à des circonstances malheureuses. Un recensement était en cours à Bethléem au moment même où Marie était en train d'accoucher, ce qui a entraîné un afflux de personnes des régions voisines dans la ville. Toutes les auberges étant déjà occupées, le couple n'a eu d'autre choix que de chercher refuge dans une étable pour que Marie puisse accoucher.
Lors de sa crucifixion, Jésus aurait été vêtu d'une tunique particulière, typiquement portée par les personnes les plus riches de l'époque. La Bible raconte que les soldats se sont même battus entre eux pour savoir qui allait garder ses vêtements.
Certains respectent les enseignements attribués à Jésus, mais rejettent l'idée que ces enseignements lui ont été divinement accordés par Dieu.
Pour les athées chrétiens, Jésus n'est pas considéré comme le descendant d'une divinité omnipotente, mais plutôt comme un philosophe et un humaniste.
Dans le Coran, le texte sacré de l'islam, Jésus est cité plus souvent que le prophète Mahomet. Jésus est mentionné 25 fois, alors que Mahomet ne l'est que 4 fois.
Dans l'islam, Jésus est reconnu comme un prophète, bien qu'il ne soit pas considéré comme le fils de Dieu. Il est intéressant de noter que la tombe de Jésus-Christ est située à côté de celle de Mahomet à Médine, en Arabie saoudite.
Lors du tournage du film de 2004 de Mel Gibson, "La Passion du Christ", deux personnes ont été frappées par la foudre. L'une d'entre elles était Jim Caviezel, l'acteur qui incarnait Jésus dans le film.
Une statue de Jésus de 20 m située à côté d'une église à Monroe, dans l'Ohio, a été touchée par un éclair qui l'a faite s'enflammer. Elle a été complètement détruite.
Selon les récits historiques, Jésus avait quatre frères et au moins deux sœurs. Ses frères s'appelaient Jacques, Joseph, Jude et Simon. Certaines théories suggèrent que ses frères auraient pu être les fils de son père issus d'un précédent mariage ou même des cousins. Dans la Bible, le frère de Jésus, Jacques (photo), est tragiquement lapidé à mort.
Après 15 ans de fouilles, l'archéologue Amit Re'em et son équipe ont réussi à mettre au jour le palais d'Hérode. Situé dans la région ouest de Jérusalem, ce palais est historiquement reconnu comme le site où Jésus a été condamné à mort
Un étonnant texte ancien datant du 9e siècle de notre ère a été vérifié par des historiens et révélé au public en 2012. Ce document, parfois appelé "l'évangile perdu", suggère que Jésus était marié. Le texte contient également des références au nom de Marie, ce qui a amené certains à penser que sa femme aurait pu être Marie-Madeleine.
Les preuves indiquent que Jésus ne portait probablement que la partie horizontale de la croix, connue sous le nom de patibulum. En raison de son poids d'environ 27 kg, il a probablement traîné la croix au lieu de la porter sur son dos.
Contrairement aux représentations courantes, la compréhension historique suggère que Jésus n'a pas été crucifié par les mains, mais plutôt par les poignets. Si ses mains avaient été utilisées, elles se seraient probablement déchirées sous le poids de son corps et il serait tombé.
Alors que le processus de mort par crucifixion peut théoriquement durer des jours, Jésus est mort environ six heures après le début de la crucifixion. La crucifixion a eu lieu vers 9 heures du matin, et il est décédé vers 15 heures l'après-midi.
Les historiens ont déduit que la mort de Jésus a probablement eu lieu en l'an 30 ou 33 de notre ère. Des indices tirés de documents concernant des personnages tels que Ponce Pilate et Tibère suggèrent que l'année 33 de notre ère est plus vraisemblablement l'année de sa mort.

https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/j%C3%A9sus-christ-que-savez-vous-vraiment-%C3%A0-son-sujet/ss-AA1fLNy1?ocid=msedgdhp&pc=U531&cvid=a87fe5063f8544cf8f251a08ec56755b&ei=16#image=1

Écrit par : Allusion | 20/09/2023

Répondre à ce commentaire

@Réflexions du miroir (et @d'autres)
Pour les 4 évangélistes, il n’a été jamais question d’établir une carte d’identité (de donner tous les renseignements : aspect physique, sexe, lieu et date de naissance, statut marital, profession, adresse, etc.) ou même une biographie de Jésus, mais bien de témoigner de ce qu’IL a dit (surtout en paraboles) et fait (enseignements, miracles), et de Qui Il est.
Plutôt que de publier en commentaires un article succinct MSN.COM ou un résumé du livre « Le Bâtard de Nazareth » dans ton journal, lis le livre « https://www.fr.fnac.be/a17158274/Jean-Staune-Jesus-l-enquete » ou visionne le film « Jésus l’enquête » et reviens avec des commentaires plus sérieux.

Écrit par : Arthur | 30/09/2023

Répondre à ce commentaire

Est-ce absurde de concrétiser et d'associer des aspects physiques à ce qu'on dit en paraboles ?
Je me souviens d'un livre qui parlait de la confrontation entre un évêque, Jean-Michel di Falco, et un mécréant, comme il se nomme lui-même, Frédéric Beigbeder, sous le titre de "Je crois, moi non plus" dans lequel Beigbeder écrivait "J'aimerais rencontrer Jesus et qu'il dise comme James Bond pour se présenter "Bond, James Bond"' qui dirait pour Jesus, "Christ, Jesus Christ".
Merci pour la référence de "Jesus L'enquête" par Jean Staune avec ceci en préambule :
'Que l'on soit croyant ou non, il est clair que Jésus est la personnalité ayant eue le plus d'impact sur l'histoire de l'humanité. Mais que sait-on exactement de lui ?
Une enquête qui ramène le lecteur 2000 ans en arrière, basée sur des sources réelles indiscutables, mais souvent peu connues, même par les plus passionnés. Pendant longtemps, l'expression populaire "Paroles d'Evangile " montrait que l'on prenait leur contenu au pied de la lettre. Puis, avec la modernité est venue la critique des textes, et certains auteurs.

C'est ton billet qui paraitra au début de la semaine prochaine auquel je répondrai par après

Écrit par : Allusion | 30/09/2023

La folie de ces figures de l’Histoire présageait la vérité

Toutes ces choses qui rendent notre quotidien meilleur et qui nous semblent aujourd’hui anodines, n’ont pas été acquises aussi facilement qu’on le pense. En effet, tout au long de l’Histoire nous avons remis en question bon nombre de concepts, qu’il s’agisse de la pénicilline ou même encore… de l’avion ! Il s’avère que ces découvertes dont nous nous méfions dans le passé, devinrent révolutionnaires par la suite.
Bien que ces diverses innovations développées au fil des années furent une aubaine pour l’humanité, nous allons découvrir qu’elles renferment une face plus sombre de l’Histoire… Derrière ces inventions se cachent différentes personnalités dotées d’une grande intelligence et créativité. Malheureusement, à cette époque, le monde n’était pas prêt pour accepter certaines nouveautés et ce ne fut pas sans conséquences. Nombreux sont les inventeurs dont l’imagination fut perçue comme résultant de la folie, et n’ayant pas eu l’occasion de voir leur travail apprécié à sa juste valeur de leur vivant.
Néanmoins, ces héros de l’humanité autrefois considérés fous ont réussi à marquer leur époque, et ce, jusqu'à aujourd’hui.

Joseph Lister
Difficile d’imaginer qu’à peine quelques centaines d’années nous séparent de la découverte de la théorie des germes par Louis Pasteur en 1870. Auparavant, les interventions chirurgicales étaient réalisées sans que les médecins ne stérilisent la zone d’opération ou ne se lavent les mains.
Ce physicien anglais a su prouver que la pollution ou encore la théorie du miasme n’étaient pas la cause des épidémies de l’époque, et il a développé le premier spray antiseptique. Cependant, des décennies se sont écoulées avant que le corps médical puisse reconnaître que leur manque d’hygiène soit la véritable raison de la transmission de nombreuses infections.

Ignaz Semmelweis
Un acte aussi simple que se laver les mains n’existait pas jusqu’à ce que ce médecin hongrois oblige ses étudiants à se stériliser les mains après leur retour d’autopsies, à l’aide d’un liquide spécial. On en constate rapidement les bienfaits, car c’est seulement après la mise en place de cette nouvelle règle que le taux d’infection au sein de l’hôpital a diminué.
Frustré par le manque d’hygiène de l’époque, Ignaz Semmelweis a décidé de partager sa découverte aux pays voisins de la Hongrie, mais l’Europe est restée réfractaire à cette idée. Ironiquement, il perdit la vie suite à une blessure infectée à la main qui ne fut pas traitée
correctement par les médecins.

John Snow
Ce médecin anglais est celui qui a découvert la cause de l’épidémie du choléra d’origine hydrique à Londres, en 1854. C’est grâce à de solides preuves empiriques qu’il a pu soutenir sa théorie et en faire part publiquement.
En effet, il a décidé d’étudier l’eau consommée par tous les patients atteints du choléra et a constaté qu’elle provenait de la même source. Mais comme pour ces confrères, cet argument a été rejeté et l’opinion médicale dominante a demeuré en faveur de la théorie du miasme. Et ce,
jusqu’à ce que des preuves de contamination dans les sources d’eau étudiées soient finalement identifiées.

Robert Goddard
Il est étonnant de penser qu'aujourd’hui, ce physicien américain, inventeur de la fusée à carburant liquide, et l’homme qui a donné son nom au centre spatial Goddard de la NASA, puisse avoir été considérablement ridiculisé lorsqu'il a proposé pour la première fois la possibilité d’une exploration spatiale par la propulsion d’une fusée.
Bien avant le lancement de Spoutnik en 1957, année de la première exploration spatiale, Robert Goddard a publié un article en 1919 intitulé "Une méthode pour atteindre des altitudes extrêmes". Cet écrit est maintenant considéré comme l’un des principes fondamentaux de la
science des fusées et Robert Goddard lui-même comme le père de l’ère spatiale. Pourtant, son travail
n’a jamais obtenu le respect qu’il méritait et il a été dénigré durant toute son existence.

Aristaque de Samos
Aristaque de Samos n’est autre qu’un astronome grec né en 310 avant av. J.-C., qui a développé l’une des théories les plus révolutionnaires de l’Histoire de l’humanité, et ce, des années avant qu’elle ne soit officiellement prouvée…
Durant de longues années, nous avons reconnu la terre comme étant le centre de notre système solaire, tandis que Aristaque de Samos détenait déjà la théorie de l’héliocentrisme: l’hypothèse que les étoiles et la terre tournent autour du soleil. Les moqueries ne l’ont pas
épargné lui non plus en comparaison aux croyances de l’époque. Mais à partir de 1610, les critiques ont pu cesser, car la théorie de l’héliocentrisme a été approuvée par Galilée, célèbre astronome de la Renaissance.

Alice Evans
Comme c’était généralement le cas au 19e siècle, au sein de la communauté scientifique, les travaux révolutionnaires d’Alice Evans au sujet de la pasteurisation ont été largement ignorés parce qu’elle était une femme.
À travers des décennies d’études et de recherches, elle a prouvé que la consommation de produits laitiers non pasteurisés pouvait amener les individus à contracter une infection bactérienne dangereuse nommée "brucellose". Elle a donc recommandé que tous les produits
laitiers soient soumis à un processus de pasteurisation afin d’éviter toute forme de contamination. La communauté scientifique ainsi que l’industrie laitière a commis l’erreur de ne pas prendre son étude au sérieux. Il a fallu attendre encore dix ans avant que la pasteurisation soit reconnue et devienne une pratique courante.

Marcello Malpighi
Ce physicien italien du 17e siècle est considéré comme le père fondateur de l'anatomie microscopique. Il a mené les travaux préparatoires sur la physiologie et en particulier sur l'étude du cerveau.
Malpighi et ses idées ont largement été rejetés dans sa ville natale, Bologne, où il a étudié, enseigné et pratiqué durant la majeure partie de sa vie. En effet, ses interprétations à propos du corps humain étaient encore trop révolutionnaires pour l'époque, et son héritage était inconnu. Vers la fin de sa vie, il a été victime de violation de domicile et d'agression physique, jusqu'à ce que sa maison soit incendiée et qu'il soit obligé de fuir à Rome sous la protection du Pape.

Les Frères Wright
Wilbur et Orville sont entrés dans l'Histoire comme les inventeurs de l'avion, un appareil qui changea le fonctionnement du commerce, des relations internationales et du tourisme.
Malgré cette innovation révolutionnaire, cet engin volant n'a pas eu un succès instantané. Le gouvernement américain a refusé d'apporter l'aide nécessaire aux Frères Wright durant plusieurs années, et ces derniers ont dû demander le soutien de la France.

General William Mitchell
Bien que le monde entier se soit rendu compte de l'importance du potentiel des avions, ils n'ont pas été utilisés durant des décennies. Le général de l'armée américaine, William Mitchell, un vétéran de la Première Guerre Mondiale, a ardemment milité pour la création d'une division aérienne au sein de l'armée. Malheureusement, il n'a pas vécu assez longtemps pour voir son travail apprécié de son vivant.
Chaque fois que le général Mitchell se déplaçait pour une expansion des unités aériennes de l'armée américaine, il était ignoré et renvoyé par ses supérieurs. La cour a décidé de le condamner lorsqu'il a dénoncé le refus de l'armée d'évoluer. Quelques années après sa mort, une division complète de l'armée de l'air s'est révélé décisive durant la Seconde Guerre mondiale.

Giordano Bruno
L'influence et la participation de Giordano Bruno, dans l'occultisme et les arts sombres, dissimulaient bien ces croyances scientifiques. Les idées de ce philosophe et théoricien du 16e siècle à propos de la nature et de l'univers ont probablement causé sa mort...
Proto-cosmologue, il a rapidement évoqué un modèle héliocentrique du système solaire. Il a même affirmé que l'univers dans son ensemble n'a pas de centre et est en fait, un plan infini. Cette idée ainsi que d'autres croyances hérétiques au 15ème siècle ont conduit l'Eglise Catholique à l'exécuter. Aujourd'hui, la majeure partie des astronomes partage la même croyance que Giordano Bruno, celle d'un univers infini.

William Harvey
Il a été le premier individu à avoir décrit le système circulatoire du corps correctement. Ce pionnier de l'anatomie et de la physiologie a suggéré que le sang circule jusqu'au cœur et non jusqu'au foie comme le pensait depuis des centaines d'années.
Les croyances intégrées depuis si longtemps sont difficiles à remettre en question, c'est pourquoi les découvertes de William Harvey ont été accueillies avec méfiance et animosité. Face à ce rejet, il s'est reclué pour le reste de sa vie bien qu'il soit considéré aujourd'hui comme un héro de l'anatomie.

Henry Freeman
Henry Freeman, pêcheur et sauveteur né en 1835, a été l'un des premiers promoteurs de l'utilisation de gilets de sauvetage en liège dans l'industrie maritime. Malheureusement, la plupart de ses efforts pour rendre leur utilisation obligatoire n'ont pas été pris en considération.
Freeman et son équipe de sauveteurs ont été envoyés dans une violente tempête qui a causé la destruction de plus de 200 bateaux au sein de la Côte Est de l'Angleterre. Tous les sauveteurs ont disparu, à l'exception d'un qui portait un gilet de sauvetage: Henry Freeman. C'est seulement après cette catastrophe que le gilet de sauvetage est devenu populaire.

Barbara McClintock
Aujourd'hui, Barbara McClintock reste la seule femme à avoir reçu le prix Nobel de physiologie et de médecine. Mais au milieu du 20e siècle, elle était encore la risée de la communauté scientifique.
Ses recherches à propos de la nature de l'ADN étant trop avancées pour ses contemporains, elle a été examinée de prêt. Des décennies plus tard, la communauté scientifique a réalisé qu'il existait bel et bien certains gènes appelés "transposon" et a donné raison à Barbara McClintock.

Alexander Fleming
Alexander Fleming n'est autre que l'inventeur qui a découvert la pénicilline, une invention souvent appelée "la plus grande victoire jamais remportée sur la maladie". Mais ce biologiste écossais n'a pas été reconnu instantanément comme le héros des antibiotiques, tel qu'il l'est aujourd'hui.
Plus d'une dizaine d'années après sa découverte, il a tenté d'expliquer l'importance et le potentiel de son produit contre les infections. Il a publié ses recherches dans des revues spécialisées et a présenté ses arguments devant de nombreux groupes scientifiques, en vain. C'est uniquement lorsque ses collègues Ernest Chain et Howard Florey ont purifié la pénicilline et stabilisé l'antibiotique que son utilité a été reconnue.

https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/la-folie-de-ces-figures-de-l-histoire-pr%C3%A9sageait-la-v%C3%A9rit%C3%A9/ss-AA1kJHaR?ocid=msedgntp&cvid=2eb724f9cc3d4ad5bb8a44745c5b3f0a&ei=7#image=1

Écrit par : Allusion | 29/11/2023

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire