Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2007

L'enseignement par l'autre bout

Dans toutes les écoles, on se cherche. Pourtant,  dans le passé, certains se sont trouvés. Ils ont pensé qu’enseigner n’était pas seulement partager un savoir mais une manière de partager ce savoir. Ovide Decroly (1871-1932) est de ceux-là.

educationDans la Grèce antique, il y a eu ce philosophe, Socrate qui a prononcé la phrase célèbre « Connais-toi toi-même ». Principe qui a perdu de l’actualité dans les paroles mais n’a pas perdu une ride dans l’utilité d’y recourir.

Trop souvent, on s’accroche aux programmes des cours comme seul lien avec la réalité nécessaire à la création d’un être près à vivre sa vie. J'ai eu l'occasion ici de relever l'importance de la lecture dans « Eloge de la lecture ». Le Soir remarquait que les élèves ne progressaient pas assez vite.  Les tests prouvent que les facilités de lecture décroissent entre la 2ème primaire et la fin du secondaire. Comprendre ce qu'on lit est devenu un problème pour les jeunes.


Ovide Decroly, médecin et psychologue, et aussi d’autres ont manifesté l’envie de sortir des chemins battus par l’habitude. Il a réformé profonde de l'enseignement par une méthode globale d'apprentissage et de la lecture. Aujourd'hui encore, l'éducation n'a toujours pas trouver son chemin qui pourrait satisfaire tous les élèves de la terre. Si ce n'était pas le cas, tous les enfants se retrouveraient avec les mêmes chances pour s'engager dans la vie et le travail. Tout est une question au cas par cas en fonctions des affinités des intéressés.

Ce pédagogue a fondé une école à Bruxelles à son nom, on vient de fêter, le 12 mai dernier, son centième anniversaire.

Soigner des enfants troublés de la parole était son souci initial. Une méthode de pédagogie tout à fait originale en a été le prolongement. Elle séduit toujours par ce que pour certains reste une nouveauté.

Jeune, il était tellement doué qu’il n’aimait pas les études et se sentait perdre son temps. Alors, il transita par de multiples disciplines : médecine, anatomie pathologique, neuropsychiatrie. Passionné de sciences naturelles et surtout humaines. Les enfants présentant des troubles de la parole ou anormaux ont eu son attention à la Polyclinique de Bruxelles. Visionnaire, il étudie les comportements des enfants et imagine une technique d’apprentissage révolutionnaire pour l’époque toujours d’application à Uccle. Cette technique forme aujourd’hui des dizaines de jeunes qui font partie souvent de l’élite.

De l’école expérimentale pour enfants « irréguliers », il est passé à l’extension de sa pédagogie à ceux que l’on dit « normaux ».

L’enseignement, en ce début du 20ème siècle, n’est pas encore obligatoire, mais cela ne tardera plus et il valait mieux s’y préparer de la manière la plus efficace.

Son système éducatif va y arriver même si le scandale tente de lui barrer le chemin. La mixité, instaurée en 1907, personne n’en comprend la finalité trente ans avant son instauration dans l’enseignement traditionnel. Ses filles vont servir de cobaye à sa méthode durant leur prime jeunesse.

Cette méthode est loin d’être gagnée d’avance et relève plus de l’œuf de Colomb à mettre en concurrence avec l’ornière des programmes. Difficile dans sa mise en œuvre, elle constitue en résumé, une méthode de construction de la vie par l’observation de l’enseignant et l’expérience apportée par la vie.

Originale et tellement actuelle, elle est en continuelle évolution. Les choses changent vite, la méthode s’adapte aussi vite que possible. Pas de temps mort.

Des travaux de groupes ou personnels sont à la base de cet enseignement. Les résultats sont analysés et font corriger l’enseignement en fonction. La remise en question permanente du corps enseignant accentue la difficulté de l’enseignement. Les personnalités naissantes sont repérées et jouent le jeu pour construire l’apprentissage des autres moins « fortunés » dans les initiatives et la création. Une seule orientation des enseignants est ajoutée à cet exercice d’équilibre entre « roue libre » et « enseignement programmé ». Les fondements sont :

  • L'éducation guidée par les centres d'intérêts de l'enfant.

  • Apprentissage sans ordre prédéfinit et vu dans sa globalisation.

  • Réactivité voulue de l'enfant tout azimut dans le pratique et dans le temps et l'espace.

  • La découverte des choses de la vie par l'enfant en cadrant au mieux avec la matière à enseigner.

Cet équilibre hasardeux, parfois risqué car très dépendant de l'aptitude de l'élève, doit être accepté de fait par les parents. Retourner au traditionnel est un exercice dangereux.

Cette école souffre d’une réputation d’élitiste et réservée à une élite financièrement forte. Elle n’a pas d’équivalente ailleurs à Bruxelles.

La rue Haute, au centre du Bruxelles populaire, a pourtant eu la chance de voir cet enseignement pratiqué dans une école. Au Niger, à Niamey, une autre école s’enorgueillit d’en faire partie.

L’élève doit coller à cette voie qui est certainement difficile. Pas de talent qui reste caché. Oser l’exprimer est la règle du jeu. Taiseux s’abstenir. L'intérêt des enfants dans les connaissances du monde est la condition sine qua non. Son développement restera entre ses propres mains. Sa croissance dépendra de son degré d'implication. Encore faut-il générer son intérêt au moment opportun. L'ouverture par la communication dans les deux sens est aussi une manière moderne de dialoguer dans la vie de travail. Les relations de haut en bas ne sont plus la règle même pendant cette partie jeune de la vie. Internet ne reconnaît plus les hiérarchies surannées. Il suffit d'écouter les jeunes dans « Quand les jeunes s'en mêlent ». Dans le passé, il faut bien l'avouer, écouter les jeunes n'a vraiment pas été le préoccupation majeure. Le programme et rien que le programme.

Et l'école, elle-même, comment se porte-t-elle?

Les inscriptions à Uccle sont naturellement limitées et on se dispute les places disponibles. Mille élèves ont la chance de trouver une occasion d’expérimenter la méthode et le contingent est complet. École libre subventionnée sans rapport sans confession. Donc, des subventions pour l’enseignement mais pas pour le bâtiment lui-même pris en charge par une ASBL des parents.

Alors, pour départager les méthodologies, il faudra se retourner sur l'expérience et les résultats d'exploitation de manière objective et drastique. Quels sont ceux qui ont réussi après un passage dans l'école? La théorie n'a de sens que si la pratique la confirme.

Personnellement, je n'ai pas fait partie de cet enseignement ancien et nouveau à la fois. Je peux seulement donner une expérience sur une méthode qui semblait suivre le même cheminement.

Je n'aimais pas les mathématiques et cela jusqu'à l'âge de 15 ans. Un professeur dont je me suis rappelé le nom sans difficulté, le professeur de math, Nicolaï (athénée d'Anderlecht, dans les années 60-65), a éveillé mon intérêt en parlant de mathématiques en sortant du carcan des programmes et en parlant du tangible de la vie pratique. Étudiants, nous savions comment l'orienter vers des sujets de traverses qu'il aimait et que nous aimions tout autant. Si ce n'est pas un partage profitable bien compris, comment appellerait-on cela?

Mes résultats aux examens ont été différents et donnent la preuve non par la pratique de l'intérêt de ce qui n'est pas inscrit dans les programmes de formation des professeurs de demain.

De l’audace pour tous les acteurs en communion d’envies est un méthode efficace. Voilà l’exigence d’un enseignement différent de l’habitude mais tellement demandée par la vie moderne préconisée par les entreprises. Celle-ci désirent de plus en plus des initiatives et des prises de positions de son personnel.

Mais cela aussi est un problème humain et de pluralisme d'idées et de possibilités qui est aussi une chance pour notre planète. La tolérance, le respect et la solidarité sont les dernières pierres angulaires de cet enseignement. Pourquoi ne pas trouver son chemin en se débrouillant par soi même?

Autres écoles du même type, ce sont celles de Freinet et Montessori avec les mêmes règles de refuser l'enseignement magistral trop confortable pour les profs. Éduquer sans compétition, sans système qui casse la personne par l'échec et évaluer l'élève par rapport à son évolution.

"Pour la vie, par la vie", comme on dit chez les élèves de l'école Decroly.

 

L’enfoiré,

 

Agoravox a aussi un oeil sur l'article

 

Citations:

  • "Un professeur devrait avoir toute autorité et peu de pouvoir.", Thomas Szasz

  • "La jeunesse ressent un plaisir incroyable lorsqu'on commence à se lier à elle", Fénelon

  • "Education - Ce qui manque à l'ignorant pour reconnaître qu'il ne sait rien.", Albert Brie

 

Les commentaires sont fermés.