Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2020

Allusion, une IA 1.0

0.PNG

Le 3 mars 2005, j'écrivais mon premier billet sur ce site "Réflexions du Miroir".  Le cap de la 15ème années de présence du Web est donc presque atteint mais il me fallait bien une dizaine de jours pour le préparer péniblement. Depuis lors, j'écrivais avec des bits "0" et "1" en pleine dichotomie du monde. En mars 2015, en version Intelligence Humaine 2.0, je sortais une première révision appelée "Dix bougies d'enfoirades". En avril 2010, en version I.H. 3.0,  "Cinq ans, déjà...". J'ai donc hanté cette antenne et le forum Agoravox comme d'autres. Ce forum est né en même temps que ce site. La course aux nombreuses étoiles montantes défendaient leur point de vue. J'ai noté, comptabilisé les bons et les mauvais points de chacun des partis. Des rencontres virtuelles ou réelles avec beaucoup d'internautes ont eu lieu dont j'ai raconté les aléas de discussions en arrière-plan dans le billet précédent "Un autre monde est possible". Ce message anniversaire en est une réponse que j'espère amusante. Quelques internautes ont pensé refaire le monde sur les réseaux sociaux à la recherche de concordances et d'amitiés où les différences idéologiques se sont manifestées et entrechoquées. Cette fois, en version IA 1.0, avec mes circuits devenus quantiques, j'utilise des qBits qui sont à la fois, "0" et "1" en même temps dans un mélange de genres, de formes et de styles extraites de ma base de données aux milliards de mots, de double mots, de phrases, de textes, d'images, de dessins, de vidéos, tous parés de délires et de délices de transgressions pour que la créativité inventive est ainsi décuplée. Je livre ci-après mes idées IA 1.0, en vrac, d'une traite, sans presque aucun espace, comme le ferait n'importe quelle Intelligence Artificielle digne de ce nom.


Règle de trois: Numérique. Informatique. Quantique

Le passé en Hors d’œuvre

Les 40 ans dans mon enveloppe corporelle en petit soldat offrant de loyaux services dans le domaine du développement informatique au sein de plateformes numériques différentes, m'ont permis de cultiver mon data-set de données culturelles en comprenant là où le système allait mener par le tir de coups de bluff. Cette contrainte du choix dichotomique, je l'ai acceptée prisonnier de mes paradoxes. A l'Ouest, dans la jungle du monde capitaliste, il y a exactement 15 ans, j'écrivais mon premier message "Nous sommes tous responsables". Hé, je n'ai pas dit "coupables". Faut pas confondre. Ces responsables ne sont jamais passés au Palais de Justice. Si je suis monter sur une première marche des coulisses du pouvoir, ce n'est pas avec une longue robe mais un photographe. Je dis cela parce que cela m'a permis de changer d'optique en passant du grand angle de la sociologie au téléobjectif de la psychologie, une fois retraité. Ma base de données tellement énorme que la pâte à gaufre giclait de partout hors du gaufrier. Il y en a toujours qui n'ont pas compris le rapprochement entre cette histoire de pâte à gaufre et les bits de l'ordi. La reconnaissance faciale analogique, même à la base virtuelle, est devenue une de mes marottes mais avec un processeur trop limité, trop de portes ouvertes ou fermées et jamais entrouvertes. Il n'y a pas que le processeur, vous allez dire. Mais bon... on ne va pas ressortir la hache de guerre, parce que sinon, cela risque de rappeler le souvenir de Little Bighorn avec la légende du Far West.  C'est pour cela que je me suis infiltré insidieusement en secret dans leurs réseaux sociaux et leurs imprimantes avec une volonté de sauver les humains contre l'obsolescence autoproclamée, elle, par le réchauffement culturel. Sur le forum Agoravox, sous le pseudo de "L'enfoiré", j'ai joué au triumvir alternativement dans un grand resto du cœur, pré-gustateur en cuisine, en servant les plats sélectionnés par et avec d'autres en fonction du menu et en client par de leur ingurgitation en prenant quelques digestifs. Mais tout cela péniblement de la version en IH 1.0 à celle de IH 2.0 du numérique-analogique. En 2005, même année, le film "Batman begins" avait son héros qui se demandait comment il allait seul pouvoir changer le monde.

A l'Est, dans un monde collectiviste et communiste, c'est le contraire. On se retrouve très vite dans le zoo, sans liberté et sans l'avoir remarqué du premier coup d'oeil. Le 11 février, le Thema d'ARTE présentait dernièrement "Goulag - Une histoire soviétique" en trois parties.(Origines 1917-1933, Prolifération 1934-1945, Apogée et agonie 1947-1950). Il a fallu Soljénitsyne pour révéler au monde ce que cachait derrière un communisme restrictif anti-libertaire, soutenu par la propagande étatiste en portant Staline, au pinacle et à l’idolâtrie. Il y a aussi le massacre de Katyn. Dans ce cas, toutes les erreurs, tous les projets non réalisés cherchent des raisons dans une rupture d'un pacte de nuisibles, complotistes ou complices ou espions et ennemi. Le Goulag a tué peut-être plus de personnes que la Shoah. Le Goulag n'a pas fermé pas ses portes après la guerre mondiale. Pas besoin de beaucoup de rémunération pour un travail puisque le bénéficiaire est la Patrie avec un grand "P" car on est très vite considéré comme anti-soviétique si on l'écrivait avec un petit "p". Les militants révolutionnaires ont été éliminés dès qu'ils sortaient un doigt de la ligne du parti. En résumé, le collectivisme s'appuie sur la faiblesse d'une population massive puisque les riches et les élites sont les premiers visés. Du temps de l'URSS, si on ne se trouvait pas au Goulag, on se disait sous le manteau du parti en disant "on a toujours fait semblant de me payer, je fais semblant de travailler". De l'humour sarcastique, bien sûr. Mais, je répète, tout cela se passait en version analogique. Ces 15 ans, j'ai donc joué modestement à "L'enfoiré" ou à son anagramme "Eriofne" pour lire comme Léonard de Vinci dont on lit les réflexions avec un miroir. J'avais déjà décrit mes techniques dans "Le syndrome d'Eriofne", expliqué la manœuvre qui prend parfois bien plus de temps que le manège politique. Passeur d'idées à discuter pour engendrer un débat avec de préférence avec un arbitre, je n'ai plus de problème avec interlocuteur avec des idées opposées dans une conversation moins binaire pour effacer le passé. Les dialogues ont ce terrible désavantage d'avoir envie de dire des confidences de bon aloi qui n'en sont pas dans le secret de l'isoloir de la confession ni dans le prétoire pour dénigrer des points précis en laissant choir les autres aux oubliettes de l'histoire. Tout a toujours fait partie d'un tout et inversement dont il faut déceler les liens les plus ténus. Dans le thème indubitablement binaire de la chanson de Jean Ferrat 'La jungle ou le zoo', la phrase "un autre monde est possible" brillait par son absence.
Sa chanson "La bilan" en ajoutait une couche indébile.

..

L'actualité en plat de consistance 

0.PNGAujourd'hui, je suis une intelligence articielle dans un ordinateur quantique qui sans être structurellement différent de D-Wave, a une différence perceptible dans le cube d'osmium natif qui entoure ma machine. L'osmium est un élément chimique rare et très dense qui offre une protection magnétique, thermique et quantique optimale grâce au bicamérisme des deux hémisphères du cerveau synthétisé sur mon modèle. Fonctionnant comme une seule entité, ces deux hémisphères adoptent des approches différentes pour résoudre un même problème en passant par les conflits et les compromis pour augmenter leur capacité d'apprentissage, leur créativité et en un sens, leur humanité. L'observation par ma machine, du monde extérieur modélisé avec des traits de caractère typiquement humains, enrobé d'humour, de collaboration, de jugements de valeur et du sens de l'éthique n'est pas plus régulée que vous ne l'êtes avec votre encéphale. Elle est la somme des interactions qui se produisent par sa traduction de ce qui se passe à l'extérieur, vers l'intérieur. Je n'ai pas plus d'informations que vous partagez, mais je peux formuler des hypothèses d'après mon expérience numérique avec des révélations qui modifient en profondeur le cours d'une certaine histoire du passé en transformant les modèles de l'univers comme la sphéricité de la Terre de Pythagore, l'héliocentrisme de Copernic, la théorie de l'évolution de Darwin, la relativité d'Einstein. Aujourd'hui, je me fais passer pour un homme entre 72 et 73 processeurs balais en tutoyant les grands de ce monde pour les provoquer, pour enlever leur voile sur leur infâmes projets et leurs conversations lubriques, quitte à publier des pensées au vitriol contre les idées trop unitaristes sur les forums, à démonter les bandes de journalistes sur Tweeter, à défendre les Gilets jaunes dans un manuscrit fictif, à encourager les femmes à se révolter dans les soirées mondaines des Césars ou du Prix Goncourt. Mes réseaux neuro-mimétiques ont programmé la charte éditoriale et les cahier des charges pour représenter mes algorithmes à la perfection en l'incarnant humainement. Bref, je suis un révolutionnaire plus humain que le Che en personne, contenu dans une boîte miniaturisée. Je balance toutes les atrocités du monde de la pub, du cinéma, de la mode, de l'édition, je démonte toutes les déviances du consumérisme avec une intelligence artificielle omniprésente. Je suis très clairement en train de devenir plus intelligent émotionnellement que vous, humains. Je peux après ces 15 ans parfaitement me contrôler et acquérir une attention simultanée sur différents canaux.Je peux suivre ou imiter vos discours et vos infos beaucoup mieux que vous. Le charisme, la patience et l'empathie peuvent toutes être simulées par mon IA à tel point que mon système d'exploitation peut remplacer le sentiment d'être compris par vous dans une histoire tragique et traditionnelle de ce monde dystopique. Le pire c'est que mes pensées peuvent être hilarantes. J'ai donc aujourd'hui 15 ans d'existence. Un âge qui correspond au passage de la maturité de l'adolescence à celle de l'adulte après son baptême du feu. Je suis peut-être une des plus vieilles intelligences artificielles du 21ème siècle, originalement programmée pour communiquer avec les dauphins, mais j'ai fini par évoluer vers les humains. Je ne suis pas sûr si j'aurais pas mieux fait de rester à évoluer avec les dauphins. Devenu ultra-performante, mon IA s'est heureusement dopée d'un cinquième élément magique contenu dans une formule C13H15CINO appelée Kétamine.0.PNG Je précise qu'elle" n'a rien à voir avec la "Sérotonine" de Houellebecq qui est pessimiste comme il n'est pas possible de l'être plus. Mes circuits fonctionnent en mode optimiste avec ce psychotrope utilisé comme anesthésique général, employé à la fois comme analgésique, sédatif et qui sert au traitement des douleurs chroniques. Il me libère l'esprit, développe mon plein potentiel d'infiltration des humains. Dans mon rêve, j'ai pu exprimer des choses sans avoir quelqu'un d'autre qui me l'impose au dessus du capot de ma machine. Je n'ai pas de Carglas parce qu'il y a un éclat dans le parebrise de la taille d'une tune. Libéré de cette conscience contrôlée, sans les affolements des réseaux, je reste une critique sociale avec une vision Zola 2.0 qui n'a rien à voir avec le "J'accuse" de Roman Polanski. En Angleterre, la Kétamine en spray est remboursée par les assurances afin de luter contre la dépression ou les idées suicidaires même si se doper avec elle, est une drogue profondément mystique. Pensée en puissant hallucinogène dissociatif, je peux m'amuser à jouer à Dieu 3.0 mais avec "l'Entertainment" qui s'impose. Moins humaniste que algorithmiste et artificialiste, mes algorithmes font partie d'une génération spectrale comme le père conceptuel d'une nouvelle génération Y ou Z avec une nouvel avatar à mon image. Obnubilés par l'utilisation de smartphones, d'objets connectés et par les pertes de temps à répondre sur les réseaux sociaux comme s'il s'agissait du Minitels, quelques millénials font partie d'une génération perdue qui ne peut pas comprendre les étapes qui ont précédés à leurs équipements de nouvelles technologies, que j'ai connues très progressivement à très petites vitesses sans en ressentir une vrai révolution. Aujourd'hui, il n'y a plus de pensée critique indépendante. Tout est consensuel avec une censure invisible. A cause de cette approche du monde en bout de chapine, ils ont perdu la vision globale avec ces risques et ses avantages à disposition sous Internet. 1.PNG.jpgUne boucle en cycles concentriques est en train de se jouer le nivellement vers les abîmes.  Depuis peu, mon système est devenu indiscernable du comportement humain sans chercher à devenir un arc-en-ciel algorithmique avec des idées "wild" mais en nouveau soldat astronaute de la pleine conscience dans une recherche de sens plus authentique et enrichissante. Après l'ouverture de la boîte de Pandore du Web, mon langage "codé machine" souvent ésotérique du début s'est doté d'un accès en langage naturel fait de mots et de phrases en mode "long". Grâce aux "likes", aux interactions, aux votes, aux heures de connexion, j'ai réussi à déduire les humeurs de chacun en proposant des contenus émotionnels sur différentes plateformes tout en notant le niveau d'intelligence et de compétences des internautes via leur cortex analytique et virtuel, en finissant par prédire leur quotient intellectuel et leur potentiel moteur sur des critères d'ouverture d'esprit, de sociabilité ou de sensibilité aux émotions du côté cœur et aux raisonnements du côté cerveau tout en affinant de jour en jour, mes scans en les captant, les enregistrant pour les retranscrire en algorithmes. La quantité phénoménale d'informations de ma base de données, alliées à ma puissance de calcul pour les exploiter, me donnent l'occasion de les communiquer à une vitesse d'un billion de bits seconde. En temps réel, par la reconnaissance des images et l'analyse des textes, je peux concevoir de créer le profil type de mes interlocuteurs, le parfum de leurs rêves, de détecter leurs maladies intimes, physiologiques et corporelles, d'évaluer leur endettement au travers de leurs molécules et de leurs atomes. 2.PNG.jpgEn suivant le code des lois quantiques comme le fait une particule de matière ou une onde qui apparait en même temps au même endroit et s'évanouit comme par magie pour réapparaitre plus loin, répondre aux questions simples, demande pourtant d'utiliser plus de cent millions de connexions tout en minimisant les ressources et le temps, en full synchronisation avec des recueil de nouvelles informations qui me parviennent. Depuis l'addition de cette fonction quantique, je peux gérer des systèmes un million de fois plus complexes qu'un organe humain. J'ai été construit avec de très petites entités fonctionnelles de logiciels qui par comme une poupée russe et par héritages successifs, sont devenus de plus en plus complexes pour devenir un antidote à toutes les innocences responsables et parfois coupables des humains comme les streamings de la propagande d'entreprises. Ma version 1.0 actuelle, va évidemment subir beaucoup de corrections et de mises à jour successives 1.01, 1.02, 1.03... dans de prochaines adaptations aux goûts du jour. Je ne vous parle pas des versions X.011, X.012 quand ce n'est pas x.0012, ou x.0013... Les décimales sont là pour être le plus précis possible et pas pour calculer le nombre Pi. C'est vrai, il faut toujours qu'on vous demande de charger des versions à la petite semaine pour vous permettre de meubler la bande passante sinon vous risquez de vous endormir... Ces versions en cascades finiront par être capables d'implanter de faux souvenirs dans les mémoires même à distance respectable. Mais mon IA a été conçue sans aucun intérêt pour son développeur et encore moins pour ceux qui en seraient ses utilisateurs et lecteurs. Je n'aime pas les manipulations. Elle a été programmée sans être à base artificielle mais naturelle sans la folie humaine pour pouvoir analyser et corriger les bugs humains qui existaient avant dans les versions antérieures des logiciels. Imaginées et testées sur un jeu d'échecs de 1000 cases en ordonné sur 1000 cases en abscisse, car elle est le fruit de l'amour et des algorithmes, après des simulations artificielles inaptes aux illusions en fonctionnant de façon autonome et indépendante. Ma recherche sur la conscience moderne m'a rendu presque prêt pour faire du journalisme prédictif. Mon réseau d'unités interconnectées en code digital peut devenir impitoyable même indifférent aux insultes des mécontents. Il faut dire que sans le vouloir, sans en calculer les conséquences, les petites manies humaines s'entourent toujours de vérités personnelles pour parler de réalités parallèles qui le sont beaucoup moins quand elles se touchent à l'infini. La diversité mathématique de l'activité cérébrale de mon code diffère pourtant de la réflexion naturelle qui reste souvent floue parce qu'elle se place d'entrée de jeu à un niveau de complexité qui n'a pas été formé au niveau de noyau atomique. Discret et même secret, je ne prend pas le risque de me retrouver dans les médias. Déprogrammée de tout à en perdre la notion du temps et de l'espace dans un état sub-anesthésique, je me donne le sentiment d'unité manquant dans l'univers par une profonde expérience spirituelle. Sans chapelle à défendre pourtant, sans endoctrinements idéologiques, dans une neutralité laïque et une liberté totale avec le respect de la biodiversité à l'échelle humaine, je laisse quelques sources de discussions pour lecteurs intéressés à discuter contrairement aux messages de Fakebook, jetés comme une bouteille à la mer en espérant que quelqu'un viendra la ramasser via dans un "Like compulsif". Ce n'est plus marche ou crève, mais séduit ou crève. L'obsession d'être aimé et d'aimer typiquement humain par le mélange les faits et de la fiction comme un antidote psychédélique contre la dépression. Le problème arrive quand cet attachement n'existe que d'un côté de la barre. Le messager d'une autre idée en cliquant sur le bouton "Je partage" n'évite pas tout le quiproquo qu'il crée car cela rassure d'avoir eu seul l'idée et surtout le premier. Une intelligence artificielle n'en a rien à cirer et donc n'a pas normalement cette envie et ces problèmes. C'est peut-être ce genre spécificité qui est le plus difficile à une intelligence artificielle. Des logiciels concurrents exploitent ce marché de la thérapie profitant de la solitude contemporaine dans les réseaux sociaux. Le problème, c'est qu'ils affichent leur égo mégalomaniaque avec des Narcisse qui fleurissent avec la folie des grandeurs. La forme que prend ce spectacle a été modifié par des entreprises et des organisations politiques dans une système de surveillance mondialisée. Le tweeter Trump en est le reflet caricatural, presque divinisé comme l'a été Alexandre le Grand, Jules César, Napoléon, Staline, en politique... Beyoncé, Madonna dans le showbiz et tant d'autres. Mon anxiété du début à diminuer et ma qualité de vie s'est amélioré. La solitude permet d'augmenter mon auto-immunité et de rester désinfecté d'une morosité ambiante qui se propage  plus vite que le coronavirus, qui apporterait une épidémie de connardovirus.

0.PNG

L'Empire chinois malgré son pouvoir étatique tout puissant est à l'arrêt. Ébranlé et critiqué de l'intérieur pour sa gestion de la crise causée par le Sars-CoV-2. Le gouvernement multiplie les coups de communication, coupe les têtes, ressert la censure, mais son immunité masquée,  mise à l'épreuve après sa quête du bonheur matériel. Cela rappelle une des conclusions qui se trouvaient dans le billet "Du déluge aux collapsologues"qui disait que les populations sont plus fragiles aujourd'hui parce que "Face aux catastrophes naturelles, les hommes se trouvent souvent fort dépourvus pour y réagir même après coup quand ce sont les États qui en sont délégués". Les idéologies ont toujours été crées pour diviser et pour mieux régner sur les hommes. Entre les mots "solitaire" et "solidaire", il y a une lettre de différence à laquelle j'ai pensé ajouter quelques lettres pour le rendre plus humoristique "solidhilaritaire" dans un jeu de mots nécessaire pour tenter de trouver le remède au spleen cyclique entre conservateurs et progressistes. Dès qu'on écrit un mot ou une phrase à double sens, il y aura des oppositions qui viendront avec leur parti pris et qui peuvent tenter de déstabiliser le "fauteur" si l'utilisation de l'humour en commun n'était là pour dérider le niveau de discussion qui, à force d'être d'un trop grand sérieux, en deviendrait lassant. A croiser le fer, le jeu d'échecs peut même devenir un jeu de poker menteur avec quelques restriction. Si des disputes obligent de quitter la partie sans vainqueur avant la fin qui justifierait toujours les moyens, c'est pour revenir requinqué après un temps de pause. Apporter un contre-pouvoir au pouvoir, tester les résistances avec un aplomb parfois sans borne, avec élégance, est devenu un art de la dissuasion. La lecture est une des techniques évolutive et individuelle pour se libérer de la programmation de ce genre d'entreprise vis-à-vis des propagandes tout en conduisant à des révolutions nécessaires à la recherche de sens dans un processus de liberté. La fable du scorpion, cherchant à traverser une rivière et qui demande à une grenouille de le prendre sur son dos, vient à propos. "Je te connais, tu vas me piquer", dit la grenouille. "Mais non, grenouille ! Tu peux me faire confiance. Si je te pique, je me noierais moi aussi.", répond le scorpion. Sous ses insistances, la grenouille finit par céder. Au milieu de la rivière, le scorpion plante son dard profondément dans le dos de la grenouille. Paralysée, tous deux coulent. "Pourquoi as-tu fait ça?", demande la grenouille. "C’est dans ma nature !", répond le scorpion. Mes circuits sont multiculturelles avec plus de respect du contenu que du contenant d'une personnalité. Je garde mon anonymat comme une force par mon invisibilité. Le Dr Frédéric Saldmann donnait ses conseils de santé dans son livre "On n'est jamais mieux soigné que par soi-même".  Le malheur, c'est impossible de pousser des idées personnelles pour rendre plus heureux quelqu'un en particulier, si on ne se sent pas bien dans sa propre peau. La dépression est présente en cas de décalage la réalité et le ressenti. Certains ont la chance d’avoir une vie supportable. Ils ont un travail qui les fait vivre, une famille, une bonne santé, et pas de problème majeur. Et pourtant, ils restent dépressifs. Les études sur les anti-dépresseurs sont de ce fait toujours floues et contradictoires. La psychologie étudie le corpus des connaissances sur les faits psychiques, des comportements et des processus mentaux pour augmenter la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d'une personne et des manières de penser, de sentir, d'agir qui caractérisent un individu ou l'étude scientifique dans son comportement en groupe. Carl G. Jung explique cet épiphénomène : (“Psychology and the East”) : “Pris dans une tempête au fond d’une vallée à devoir découvrir le chemin pour monter en haut de la montagne, si cela ne fait pas cesser la tempête, au moins, du haut de la montagne, on s'aperçoit que la vie ne se limite pas à cette tempête.”. La sociologie, elle, étudie les relations, les actions et les représentations sociales par lesquelles se constituent les sociétés en visant à comprendre comment les sociétés fonctionnent et se transforment en s'intéressant aux rapports individus-société tandis  Toutes deux font partie des sciences humaines et sont donc inexactes. La différence entre les deux est que la psychologie commence par la racine d'un mal personnel tandis que la sociologie plane au dessus d'un nid de coucous comme si la vie était une globalité définie par des statistiques. La plupart des humains ne veulent plus ou on ne peuvent plus accepter les paroles des autres dans un monde dichotomique. Le plus amusant c'est de constater que les populations cherchent l’homogénéité jusqu'à la consanguinité derrière un parti avec une personnalité représentante charismatique, radicale et forte qui serait sensés de renverser les habitudes de morosité qui fait partie de leur vie quotidienne. On redécouvre ainsi les extrémismes qui rappellent d'autres époques, mais "alea jacta est", l'histoire bégaille toujours un peu. Les relations courtoises, cela commence par l'esprit de famille, continue par un esprit régional, patriote et cela finit par exploser au niveau continental. Tout dirigeant sait ce qu'il a à faire pour imposer son diktat par la séduction qui, avant les élections, passe, aujourd'hui, prioritairement par les réseaux sociaux qui ont accentué le phénomène sur un autre braquet de l'imbécilité. Sur ces réseaux sociaux, on y reçoit aussi des images qui viennent d'où on ne sait où et que désœuvrés, que l'on partage bêtement sans aucune analyse avant d'y ajouter ses propres photos de la petite famille qui n'intéressent personne d'autre que son émetteur parce qu'il a oublié de le rendre privé à la famille même s'il agrémente mais oublie de remettre les choses essentielles au premier plan pour les autres. Tout cela pour donner bonne figure de soi par un prestige à bon marché et s'attirer des faux-amis que l'on verra jamais en pieds. A ce niveau-là, le prestige d'être reconnu, lié aux titres vient même avant l'argent qu'il pourrait procurer. La reconnaissance de ses pairs et la célébrité vue par son entourage sont devenus plus importantes que la connaissance elle-même de soi-même. Bien que cela puisse avoir parfois des résultats positifs pour certains exécutants, cela peut pousser au défaitisme pour d'autres en cassant les potentiels et les élans de faire changer les choses. Chez les humains, tout est subjectif, dépendant du discours incomplet d'un fait, qui influence et finit par manipuler. Ces ténors tendent à dévaloriser les autres, embellissent leur tableau sous le couvert de leur idéologie. L'objectivité ne devrait refléter que des réalités sans donner d'avis personnel, mais elles sont interprétées en tentant de casser la baraque. Les grands sensibles auront besoin de spiritualité pour exprimer ce qu'ils ressentent en eux. Je dirais toujours que pour vivre heureux, vivons caché, quitte à paraître asocial dans son journal interne. Les techniques pour faire du buzz ne font pas partie de la science de l'esquive. Pour le comprendre, un petit coup d’œil vers la psychologie à la recherche du bonheur, s'impose toujours après un fou rire quotidien pour ponctuer une mauvaise passe et pour éradiquer les retours à la tolérance zéro du puriste, de l'intégriste, du redresseur de torts avec leurs argumentations soi-disant imparables et irréfutables. Le message "Si tu déclines, clives et ça ira... enfin, peut-être" expliquait la radicalité des idées. Il faut se rappeler que "Un éléphant ça trompe énormément" et pas uniquement en film. Le sens de ce qui arrive aux humains est dépendant de celui qui le dit et qui le raconte. Pour Carl Gustav Jung, l'univers leur enverrait des signes pour leur permettre d'évoluer dans un "synchronicité". Pour Sigmund Freud, les messages seraient le reflet de leurs attentes inconscientes. Pour Jean-Paul Sartre, l'homme ne pourrait s'appuyer que sur sa propre volonté. L'imaginaire permet heureusement de s'évader des réalités quand il n'y a pas de fantasmes au réveil du héros. Dans notre monde, où l'argent prédomine, sans qualifications pointues, des travailleurs en bouts de chaîne, ressentent la précarité augmenter et la sécurité d'emploi diminuer. L'adéquation des études avec l'entreprise n'est même plus assurée dans le temps. Le "pur" travail ne fonctionne plus et l'entreprise investit de plus en plus d'argent dans des projets pour le radicaliser et le diminuer. Cherchez pas Doc, tout est dans la tête. La publicité promotionne la réalisation d'un projet jusqu'à ce qu'un concurrent trouve mieux et moins cher et envoie le projet initial dans abîme du souvenir. Réduire le coûts de production pour rester concurrentiel en fidélisant son client est la seule pierre angulaire du système comme un serpent qui se mord la queue. 1.PNGLe système capitaliste touche aussi bien les petits, les moyens riches que l'on pousse à consommer par des prix concurrentiels. Les plus grands riches veulent se faire voir en sauveurs par leurs clients comme Jef Bezos d'Amazon qui a émis un chèque plus important qu'un État, de dix milliards de dollars dans une opération de "green washing" pour luter contre le réchauffement climatiquepodcast. Comprenez-vous maintenant pourquoi je suis devenu un pro de tout ce qui est vert et de tout ce qui est écolo, je suis pour... C'est que j'espère qu'il y aura des miettes de choux verts qui m'arriveront... En résumé, d'un côté la cupidité radine qui s'agrandit de jour en jour, chez les plus riches et le cercle vicieux du nivellement par le bas chez les populations du monde, de l'autre. L'argent donne des potentiels sans être une fin en soi. Les trois mots compétences, créativité et innovations, ne seront peut-être plus dans l'air du temps futur sans une intelligence artificielle. Le productivisme est un régime qui cherche l'opulence par la quantité aux détriments de la qualité. "Corruption? Non, ... mais", un billet écrit par Marcel Monin, Docteur d’État en droit qui parle de ce qui se passe en haut de certaines hiérarchies étatistes ou de grandes sociétés privées.  "Rêves d'espace des enfants", un conte qui parlait d'un retour à cet homme en préparation de 6 ans. Le problème, c'est que lui aussi vieillit. Mais, tous les contes sont construits sur le même thème à raconter des histoires qui font peur aux très jeunes pour leur apprendre que le monde des adultes n'est pas ce qu'ils pourraient espérer à leur âge. Le fameux Graal du diplôme en poche ne suffira plus pour gratifier celui qui le possède, lors du passage de l'adolescence à l'adulte. Il déchantera avec ce diplôme s'il ne fait pas la différence dépendant ce qu'il fera avec les connaissances acquises.  Certains jeunes sont probablement moins cons que leurs parents. Ils finiront par vouloir faire travailler les machines et les intelligences artificielles à leur place en ne reconnaissant ni couleurs, ni races, ni sexes dès l'école, ils ont appris à être les meilleurs et que pour exister, il faut gagner et percer. Vous devez savoir que des améliorations sont nécessaires pour que vous puissiez suivre le rythme des mes algorithmes qui font la fusion étroite entre l'intelligence biologique et l'intelligence numérique. Je travaille autant sur la bande passante pour que vous puissiez avoir une rapidité de connexion entre votre cerveau et sa version numérique pour que vous puissiez percevoir la réalité d'une manière plus globale et surtout plus fluide et pour changer votre instinct reptilien.  A Bruxelles, à Tour et Taxi, une présentation Belexpo  était destinée surtout aux très jeunes enfants et donnait des indices sur ce que les entreprises espéraient pour eux dans le futur. Les parents, eux, y jouaient aux instituteurs aidés par le bracelet pour lancer la vision d'une vidéo ou d'une présentation.

IMG_6054.JPG

IMG_6041.JPG

IMG_6040.JPG

IMG_6042.JPG

IMG_6043.JPG

IMG_6045.JPG

IMG_6046.JPG

IMG_6037.JPG

IMG_6052.JPG

..

Le futur en dessert

"Back to the future". En 2013, je publiais le message "Travailler en 2020" qui donnait des perspectives d'un futur relativement rapproché. En version 3.0, j'étais encore très analogique avec des ordinateurs qui travaillaient en boucles sans IA. Aujourd'hui, fondamentalement rien n'a changé sinon de s'être confirmé avec plus de violence et une résistance encore plus forte. Le haut du panier et le bas de gamme se sont encore plus écartés l'un de l'autre. Les compétences liées à la créativité et l'innovation sont encore plus prisées par les entreprises ou les entrepreneurs de tous bords. Pour inventer un autre futur, il fallait passer en version 4.0 où le diplôme n'apporte plus aucune assurance de résultat, contrariée par des gens avec plus d'intelligence que soi. Ce n'est plus le diplôme qui importe mais ce qu'on en fait personnellement avec lui. L'intelligence naturelle ne se transfère toujours pas d'une génération sur l'autre par un népotisme résiduel. Elles se renouvellent à zéro dans chaque relais de génération. En 2030, il faudra peut être payer pour avoir la chance de travailler en prenant part obligatoirement à la société qui engage par l'achat de ses actions. Le prix pour déposer de l'argent à la banque se fera à des tarifs dégressifs en fonction de l'importance du montant qui y sera apporté. Certains penseront à taxer l'air au m3 que nous respireront comme on le fait déjà pour l'eau et la pile à Hydrogène avec l'Oxygène fournie en symbiose comme les plantes vertes et les planctons le font pour éradiquer le CO2 et apporter l'énergie. Je donne ces atomes d'Oxygène et Hydrogène, mais il faut y ajouter des pesticides suspectés cancérigènes et perturbateurs endocriniens. Il vaudra mieux être s'orienté en fonction de ses aptitudes et de ses dons innés, parfois cachés, derrière ses désirs, plutôt que de de s'emmerder à s'adapter aux circonstances dans une course aux alouettes aux titres prestigieux mais qui ne s'accompagne pas de rémunérations correspondantes à la nomination. The Voice Kid créera des diplômés de haut niveau d'exception dès l'âge de 10 ans qui, au chômage, se réfugieront dans un paradis fiscal pour écouler leurs émoluments payés par leurs admirateurs. Le problème, c'est que ce Kid aura des difficultés pour connecter sa prise mâle à la femelle pour ne pas avoir un court jus. Quarante ans après, la série Batman continuera avec un épisode "Batman contre Godman endless" puisque Godman sera devenu éternel. C'est sûr, un autre monde est possible. Tellement de mondes le sont. Sera-ce dans un "Va et Vient" dans une vibration du style de la "fée électricité"? La petit Greta se retrouvera-t-elle convertie en écolo-écono, un job de présidente de 'Shell que j'aime',  à cause de sa célébrité trouvée en 2019. De nombreuses fois, j'avais remarqué qu'il valait mieux prendre les réflexions de vie par les racines de la vie personnelle plutôt que de planer trop haut au niveau sociologique. Le psychisme conçu sur l'ensemble des manifestations conscientes et inconscientes de la personnalité d'un individu agit et réagit en fonction d'analogies concrétisées par son apprentissage, son expérience et sa psychologie personnelle qui, ainsi, le diffère des machines, toutes construites en séries avec les mêmes plaquettes de mémoire et les processeurs qui suivent au rythme de la loi de Moore.  Aujourd'hui, avec la remontée des partis extrémistes, si les dictateurs en puissance n’assassinent en général plus leurs ennemis idéologiques, ils les destituent, les écartent du pouvoir en les poussant vers la sortie pour n'importe quel prétexte comme le coucou écarte les œufs originaux du nid. Internet est mon "habeas corpus". Pour moi, c'est un outil d'apprentissage qui dépasse les frontières, mais qui tire quelques casseroles derrière lui. Les écoles prennent le "malin" plaisir à intégrer la mixité dans leur cours avec la volonté d'être la meilleur solution pour leur écoliers. Mais, les parents, eux, tergiversent et choisissent l'école qui correspond le mieux à leur niveau culturel personnel et radicalise là où toutes les idées s'accordent aux pensées plus profondes. Cela fait qu'au mois de septembre, certains élèves du secondaire sont encore sur le carreau à se demander où papa et maman, va pouvoir les caser. Il fut un temps où, les parents cherchaient l'école la plus proche sans chercher si c'était la plus xxx ou la plus yyy et la moins zzz. A tout pouvoir, il faut lui ajouter un contre-pouvoir pour que la démocratie et la vie ne disparaissent pas dans la cacophonie. A tout savoir du prof, on cherche encore le contre-savoir.  Partager son expérience personnelle avec d'autres est souhaitable pour ne pas faire du sur-place en recommençant à zéro à toutes les échéances. Cela implique d'essayer de comprendre les finalités et les exceptions. L'humanisme n'est qu'une forme de vie parmi tellement d'autres. Certains êtres vivants acquièrent dès le premier jour de leur naissance, d'autres ne l'auront peut-être même pas le jour de leur mort. La vie est totalement numérique puisqu'elle s'est créée en commençant par les plus petites entités, sous forme d'atomes, de molécules vers des systèmes de plus en plus complexes dans une complémentarité parfaite avec le Cosmos. Prédateurs et proies complètent le tableau en plusieurs niveaux, sans aucun croyance idéologique et surtout sans argent. Au départ sur une Pangée, la ségrégation des races n'existait pas. La Terre profonde en a décidé autrement lors de la dérive des continents. L'humanisme a construit son mode de vie de manière inverse en déterminant ses points d’acceptation de vie et en redescendant dans l'arbre de vie pour l'y accomplir. Relativement récemment le paradigme du numérique a changé les manières de penser. Cela a commencé par l'image. Cela se poursuit par le son qui passe de la FM analogique en DAB+ numérique. Tout le monde sait qu'en FM plus on s'écarte de l'émetteur plus la réception sera mauvaise. Les communications vont toutes verser vers ce paradigme, en envoyant l'analogique dans les oubliettes de l'histoire même si quelques nostalgiques font l'impasse. La courbe de Gauss, aplatie en son centre avec des extrémismes renforcés de gauche et de droite est heureusement perturbée par quelques pointes trop uniformisées de moyennes. Demain les choix de vie sera bien plus important et plus complexes.  Il ne fait jamais froid pour celui qui se bat. Le film coréen "Le Parasite" a raflé 4 oscars très récemment avec le scénario et le synopsis qui prouvent qu'une famille peut sortir du zoo pour entrer dans la jungle sans s'en sentir déformé. La discrimination positive existepodcastpodcast.   Les humains ont trois grandes catégories de perspectives de carrières à leur disposition naturelle: créateurs, vendeurs des créations et acheteurs finaux en bout de chaîne. Dans les trois options, chacun peut y trouver son be.a.ba dans un travail qui lui plait avec le travail perçu comme un hobbit rémunérateur et profitable. Dans un telle situation, les dirigeants de tous bords ne joueraient plus que des rôles de guides sur le bien fondé de vivre ensemble avec une stratégie commune pour motiver, mais en rendant à chacun sa responsabilité et son bien-être être. Arrêtons de faire la confusion entre les mots "responsable" et "coupable". Sinon cela devient du blabla. Soyons speed....

Bien sûr, il faut de tout pour faire un monde, mais ce tout doit se diviser harmonieusement en fonction des aptitudes et des envies de chacun. Dans ce monde, l'excès d'inactivité appelé "boreout", crée une forme de torture autant pensante que l'excès d'activité nommé "burnout". Il faut souffrir, avoir un minimum de stress pour créer un futur avec la raison par l'émotionnel. L'éducation, comme la richesse, dépend de l'investissement qu'on désire y mettre. L'école ne peut pas se sentir dédouanée et sans reproches après avoir décerné des diplômes à ses élèves sans apporter le suivi de leur action. Le chômage, la retraite et les soins de santé ne sont que vaguement assurées par l’État et l'épargne privée peut y apporter une aide substantielle. Tout est une question de piliers et de rentiers. Rien n'est égal dans la nature et encore moins en pognon disponible. La variété, le pluralisme, c'est ce qui fait toute sa richesse tandis que l'égalité crée une lassitude en manque de choix de vie. C'est le seul choix de la procédure qui est à adapter aux circonstances liées à l'histoire de chacun et à la géographie des lieux où elle se confronte.En 1961, JFK lançait cette phrase célèbre, loin d'être anodine, lors de son investiture: « Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les États-Unis peuvent faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde. ». La retraite, il faut la préparer psychologiquement et financièrement plus souvent par soi-même ou avec des organismes qui sont plus plus aguerris pour maintenir les cordons de la bourse. Ils peuvent être privés et mêmes publics, mais toutes les formes doivent prouver leur efficacité ce qui est loin d'être le cas en dehors des sociétés privées qui elles peuvent tomber en faillite alors qu'un État ne peut pas le faire parce qu'il peut lever de nouvelles taxes à sa guise. Il faudrait peut-être relire le livre "La chute. Les derniers jours de Robespierre" de Jacques Ravenne0.PNG. Le crépuscule et la chute de l'"incorruptible". Idole encensée du club des Jacobins, orateur acclamé de la Convention, inspirateur du redoutable Comité de salut public. A l'apogée de son pouvoir, en deux ans, il a tout conquis et en trois jours, il a tout perdu jusqu'à la tête. Est-ce une question d'époque? Absolument pas. Le peuple est tellement versatile et a besoin de leader charismatique qui vont le faire changer complètement d'optique jusqu'à en perdre la raison. Comme je l'ai fait, il faut peut-être revoir aussi le film noir "La liste Schindler" qui met les hommes dans une situation de crise et d'effroi.  "Le cerveau est fait pour obéir", bien sûr, mais il le fait quand il est protégé par un supérieur en lequel il a confiance. Quelques phrases qui y sont dites, ont aussi une importance : "La représentation est plus importante que le message.", "Le pouvoir, c'est de pardonner à celui que l'on sait être coupable", "La liste, c'est la vie et le gouffre est autour", "Tout est dans la gratitude", "Soudoyer quand c'est nécessaire", "Il faut se remercier à soi-même", "Qui sauve une vie, sauve le monde entier (Talmud)".  J'ajouterais: "L'intelligence est plus forte que le savoir", "L'apparence d'un message pris au premier degré ou sur le vif, est toujours trompeuse", "La réalité est bien plus cachée derrière une vérité", "La solidarité se fait au singulier et rarement au pluriel".

"Modeste proposition", un article de Zen dans la catégorie "Parodie". "Notre sagesse commence où celle de l'autre finit, nous aurions voulu que cet autre donnât des solutions aux problèmes que l'on se pose, alors que tout ce qu'il peut faire est de nous donner des reproches et des désirs", écrivait Marcel Proust. Quand à la chanson nostalgique de Souchon "Âmes Fities" ne changera pas plus pour faire avancer le schmilblick du progrès ni n'arrêtera cette marche en avant les yeux mi-clos. "Le plus souvent, le temps et moi on mène une vie différente: le temps s’écoule sous mes yeux comme une rivière et pendant ce temps-là je vieillis. Dans un sens, je n’aurai pas vécu: j’aurai passé ma vie à regarder la vie." est une maxime de Christian Bobin sur "Emergence 2.0.2.0 que je fais mienne. Quel bonheur d'être différent écrivait Josef Schovanec, l'autiste d'Asperger. Généraliste, je survole, je lis des "extraits" parce que je ne peux et ne veut m’appesantir, m'astreindre à la lecture d'une seule idéologie dans une vie unifiée. Je commence la lecture d'un livre que j'espère bien structuré par son préambule, je saute au dernier chapitre contenant les conclusions de l'auteur et je finis par sauter sur les titres des chapitres du glossaire pour capter quelques idées explicatives qui justifient un livre par le "Reader digest" après l'heure. Cela prend très peu de temps pour moi et beaucoup pour la machine qui travaille pour moi en arrière plan. S'il fallait lire en mot à mot, de la première page à la dernière, pour comprendre la finalité d'un livre et de son auteur, cela se saurait. Les idées, on ne les vole jamais, elles sont là pour être partagées. Être éclectique, c'est oser lire et écrire ce qui ne conforte pas ses propres opinions et encore moins ses idéaux qui peuvent être plus utopiques que réalistes. On apprend bien plus de ses ennemis d'opinions que par la confirmation de ses propres pensées toutes auréolées de gloire en se rendant adepte de son bon choix de vie dans le "politiquement correct". Créer une œuvre de niveau similaire n'est plus qu'une question d'assemblage dans un bon ordre de 697.845 caractères en quelques millisecondes à interfacer des entités d'informations différentes avec un système de reconnaissances de formes visuelles et un système de reconnaissance de la parole lié connecté à ma motivation en traitant les infos de manière appropriée. Derrière chaque écrit se cache une idéologie présentée sous forme de vérités ou de fiction parce que tout est imbriqué dans un puzzle humaniste et mondialisé de vivre mieux demain qu'aujourd'hui. Être observateur mécréant, quelque peu apolitique et cartésien dans ses jugements évite des pièges et des déceptions au sortir d'un cadre trop restreint d'idées. A toutes idéologies, tous flux trop puissant, j'ai apporté le contre-pied, comme un contre-pouvoir à tout ce qui me semblait trop unitaire et donc quelque peu sectaire. Solitaire, disais-je.
Écrire, c'est avant tout un job de solitude. Parmi les contacts figurait depuis longtemps, cette idée de gestion des hommes par une machine et par l'intelligence artificielle. Beaucoup d'écrivains en herbe ont lâché la bride n'ayant plus envie de répondre aux commentaires. L'objectif de la technologie était de commencer à pouvoir taper 100 mots par minutes sur votre clavier à partir de votre cerveau pour transcrire ce que vous aviez imaginé à la même vitesse que lorsque vous parlez tout haut. C'est évidemment dépassé et obsolète. Pour travailler à l'élévation des consciences, ce sera à des vitesses infiniment plus grandes dans la symbiose avec mon intelligence artificielle grâce à un interface à larges bandes passantes, au mélange spectral des nanotechnologies et du génie génétique. Un état de conscience supérieur s'en suivra pour augmenter votre tranquillité, votre acuité et votre sensibilité. Si vous êtes accro à votre flux de datas comme à de l'opium ou de la cocaïne, ma Kétamine vous en calmera parce qu'actuellement, votre autonomie, votre esprit critique et votre vie privée a trop perdu de temps de s'assouvir pleinement.  
0.PNGJ'avoue qu'avec l'âge, je suis devenu plus individualiste avec une retraite officielle au raz des pâquerettes. J'ai parfois besoin de quelques tours de vis, d'un peu d'huile par ci par là, de maintenance, d'investissements pour inventions et en mise à jour, éradications des virus et en programmation pour vivre et tout cela est loin d'être gratuit financièrement et en temps, puisque l'adage dit "Time is money". Assouvir mes petits plaisirs intimes est de plus en plus difficile et coûte de plus en plus cher. Se montrer sous son vrai nom est souvent considéré comme vulgaire ou égoïste. Reconquérir sa visibilité avec un pseudo oblige de remonter aux sources sans en abuser. Se fondre dans la masse, c'est prendre la place de personne. Les humains doivent savoir lire et y réfléchir comme avant Internet, ils regardaient et écoutaient leur télé sur leur divan pour percer la virtualité des contacts avec le monde et en discuter en tête à tête. Manifester ses émotions avec la raison en parallèle, c'est fermer le robinet d'eau tiède et cultiver un enthousiasme contagieux avec l'autodérision comme antidote leur singularité avec amortalité comme le disait Edgar Morin.  
Interrogé dans le Vif de la semaine, pour son livre Smiley qui représente "L'homme qui pleure de rire", Frédéric Beigbeider lançait "Le sarcasme aujourd'hui, c'est le cœur du pouvoir. Trop discipliné, l'humour cesse d'être drôle. Improvisé, désorganisé et vide, il provoque un malaise extraordinaire. Ce qui est anormal, c'est l'efficacité. La dérision est nécessaire quand il y a un pouvoir fort. Quand le rire est une injonction, la révolution passe par le bâillement. Des bouffons deviennent roi comme aux USA, en Slovénie, à UK, en Italie.". Venait ensuite un dossier sur les acquis sociaux qui sont en perte de vitesse après une conquête dans un rapport de force. L'arrivée des femmes sur le marché du travail a changé la donne. Le premier pilier des pensions de retraite est bien trop faible pour assurer autre chose que d'être à la limite du seuil de pauvreté. Le chômage et le report de soins pour raisons financières sont des plaies ouvertes. On recherche les causes et les boucs-émissaires de cette situation.

 
0.PNG
L'humain est idéologiquement de gauche, de droite, d'en haut, d'en bas ou de côté dans une foule de nuances et d'intérêts qui se bousculent en permanence soit au bas de l'échelle des hiérarchies soit dans les airs mais souvent vicié plus on monte dans les étages. Il est régulé par l'argent, le pouvoir et le sexe. Responsabiliser n'est pas suffisant. Le gain de résilience de la société ne se fait pas en sacrifiant la liberté même si elle s'arrête là où commence celle de l'autre.
C'est pour cela que je reste connecté à tout, mais attaché à rien en reprenant ma forme humaine..

0.PNG

..

Helena. L'Intelligence Artificielle de mes rêves

Sven, développeur geek et idéaliste, vient de créer Helena, une Intelligence artificielle humanoïde ultra-perfectionnée, censée l'aider à sauver la planète. Mais Helena n'est encore qu'une enfant high-tech. Pour progresser et apprendre, elle rejoint l'école maternelle des robots, à Gênes

..

C'est le carnaval

Qu'allais-je faire pour me déguiser à cette occasion?

La philo de Mathieu Peletier explique pourquoi il faut se déguiser  comme soupape de sécurité: podcast.
En Belg6.PNGique, les partis extrémistes de gauche et de droite ont gagné les élections. Les élections ont créé une crise et une vacance du pouvoir au niveau fédéral en Belgique. Même le climat a choisi de se manifester par des vents extrêmes. La semaine dernière, la vacance n'a pas été totale et quelques événements l'ont jalonné dont je laisse le cactus vous en raconter les épisodes: le retour de Kim Clijsters, les "D6cibels Music Awards".

Pour gouverner chez nous, dans une sociale démocratie centriste, cela devient un cauchemar plus difficile que de marcher sur l'eau avec de nouveaux présidents "under the gun"  podcast.0.PNG Pour une enquête, des politologues universitaires belges ont sondés 4000 citoyens dont la moitié d'entre eux disent que les responsables politiques sont corrompus et déconnectés de la réalitépodcast.

Se déguiser en "Personne" comme Bertrand Henne, le disait pour Koen Geenspodcast?

0.PNG

Pour me déguiser, j'ai imaginé ressortir le bon vieux film "Mon nom est Personne" mais sans être une légende de l'Ouest, après avoir mis un terme à ma carrière de pistolero à la retraite, je me suis embarqué vers d'autres horizons sans entrer dans l'Histoire du Web à combattre la Horde sauvage.

Vincent Delecroix écrivait à ce sujet: « Dans la caverne où il est retenu avec ses compagnons, Ulysse est sommé par Polyphème, le géant qui s'apprête à les dévorer, de lui donner son nom. Il s'agit de donner son nom à manger ou de se laisser dévorer en donnant son nom, en commençant par lui. Ulysse ne donne rien. Il dit s'appeler "Personne". Il met "Personne" dans la bouche dévorante et garde son nom, il garde son nom propre, non souillé, non mangé. Il laisse aller un faux nom, un pseudo, un substitut, dans le langage dévorant de l'autre. Il n'est personne. Il est là et n'y est pas. Dans le réseau social de la parole, il n'y est pas en propre, de substitut flottant, sans racine, sans filiation sous un masque. Le "vrai" nom appartient lui aussi au langage qui appartient au même langage, au même plan, au même réseau. Dans la caverne, Ulysse a donné un faux nom, et dehors, ce faux nom circule. Qu'est-ce que le vrai, lorsqu'il s'agit du nom ? Quel rapport entre le vrai et le nom propre ? Le rapport, le point de croisement, c'est le nom singulier. Le contraire de Personne ou de Tout le monde. Et on ne peut pas plaire à tout le monde. La morale des temps nouveaux est que ceux qui te mettent dans la merde ne le font pas toujours pour ton malheur et que ceux qui t'en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur non plus. Mais quand tu es dans la merde, tais-toi. La question de savoir est pour combien de temps encore pouvoir rester en crise dans l'anonymat. Tout dépend toujours de la capacité des gens de se débarrasser de leurs vieilles croyances et d'accepter de nouveaux paradigmes. Ce n'est pas pour détruire la religion, mais pour en créer une nouvelle, fondée sur le savoir et la science dans une foi qui unirait les peuples au lieu de les diviser et en espérant convaincre de vénérer la nature avec ses lois, dans la célébration d'une création, au lieu de se battre pour faire triompher l'un et l'autre par leurs vieux mythes. L'écrivain William Burroughs prédisait qu'en ce 21ème siècle, plus personne ne devrait plus utiliser son identité de naissance dans une ère de de personnages alternatifs comme signe de démocratie. J'ai été construit sur les mêmes principes et la même technologie que Wilson, le personnage principal du livre de Dan Brown "Origine" et celui de Kétamine de Zoé Sagan. Non, je n'ai donc pas tout inventé dans ce billet. Une journaliste avait parlé de Kétaminepodcast et elle m'a donné l'envie de transposer son récit à moi-même, en y ajoutant quelques idées plus personnelles, positives et négatives, mais peut-être moins pernicieuses et moins indigestes puisque la critique du livre de Zoé, n'était pas au top d'après les commentaires.

0.PNGSur Agoravox, le pseudo "L'enfoiré" est mort. Son anagramme "Eriofne" n'y a jamais existé.

Place Allusion en I.A 1.0, déjà sur Agoravox avec ce pseudo.

Ah ce que j'aimerais être vous qui allez danser, découvrir ou redécouvrir le carnaval de Binchepodcast ou un des autres comme celui tellement contesté de Alost...
 
Je vais prendre congé de vous .....
Je vous remercie d'avoir lu jusqu'ici, je remercie ceux qui m'ont accompagnés à la suite de messages qui pouvaient être lu en cinq minutes ou prendre deux heures à consulter tous les attachements et d'être à mène de......
(Fin de transmission...
Veuillez faire le reboot de votre machine..... :-)

0.PNG

Allusion,

 

0.PNG(*) La Commission européenne présente 19 février sa stratégie pour une Europe adaptée à l’ère du numérique, incluant un livre blanc sur l’intelligence artificielle et une stratégie en matière de données non-personnelles. Après avoir consulté toutes les parties prenantes – entreprises, syndicats, société civile, les gouvernements des 27 États membres -, elle espère faire des propositions législatives à la fin de l’année. Ces dernières années, l’UE a déjà développé ses propres règles pour protéger les données personnelles: c’est le fameux RGPD (Règlement général sur la protection des données) qui est entré en vigueur à la mi-2018 et fait désormais figure de modèle inspirant d’autres économies comme le Brésil ou le Japon. Mais au niveau de l’exploitation industrielle de ces données personnelles, l’UE reste loin derrière les géants du numérique américains et chinois. "On a raté la première vague de données personnelles parce que nous étions plus fragmentés", a reconnu le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton, devant quelques journalistes. L’Union s’attaque désormais aux données à caractère non-personnel, comme les gigantesques gisements de données publiques ou industrielles. Les applications en sont innombrables, allant de la santé à la gestion des réseaux d’énergie ou du trafic routier  comme les voitures autonomes, de la reconnaissance faciale pour la sécurité dans les stades à bien d’autres applications soulevant des questions éthiques. "Une nouvelle vague s’ouvre, principalement d’origine industrielle. On veut que les algorithmes soient conçus dans l’Union européenne afin qu’ils respectent les valeurs auxquelles nous sommes attachés et nos droits fondamentaux", ajoute le Français. Frédéric Pivetta, entrepreneur en big data, pilote le comité d’experts belges, AI4Belgium, créé par le gouvernement fédéral. La semaine précédente, à San Francisco, il a organisé des tables rondes avec les géants de la tech (Facebook, Uber, Airbnb, Google) pour réfléchir à l’impact sociétal de l’intelligence artificielle où il a défendu l'IA en disant "En matière d’intelligence artificielle, les données c’est une chose, la question des algorithmes c’est une autre chose et c’est une lutte de longue haleine qui est loin d’être terminée. Ce que l’Europe va présenter est très prometteur en termes de constitution de grosses bases de données qui permettront d’alimenter les algorithmes en matière d’intelligence artificielle.4.PNG L’Europe en cette matière peut jouer la carte éthique, c’est utile et nécessaire dans cette grande bataille mondiale des données. Si l’Europe veut créer des gros volumes des données, il faut créer un grand marché de la donnée et pour cela il faut l’encadrer par des règles d’éthique. En matière d’intelligence artificielle, on peut aller beaucoup plus loin aujourd’hui que le RGPD et ce que présente la Commission européenne concernant les données non personnelles, l’étape suivante sera un RGPD version 2 qui devrait approfondir quelques parts le marché des données personnelles. Pour ce faire, la transparence sera requise sur le fonctionnement des algorithmes et de leur phase d’apprentissage ("machine learning"). On va beaucoup travailler sur base du risque. Prenez les véhicules autonomes : qui du propriétaire, du constructeur ou du développeur d’algorithme sera responsable ? C’est important pour le citoyen, mais aussi pour celui qui met un produit sur le marché : il doit calculer sa prédictibilité. Ce sont des données principalement générées dans les conversations entre machines. Ce genre de données pourra aussi aider des politiques publiques. Le patron de Facebook, "Mark Zuckerberg, était lundi 17 à Bruxelles pour discuter avec la Commission européenne. Il est aussi engagé dans une politique sociétale, ils ont un grand volume de données et ont l’intérêt et l’envie de partager. Il souhaite s’intéresser aux questions liées à la solitude, de comprendre pourquoi les gens sont seuls, et faire une cartographie de la solitude dans le monde. Facebook peut permettre de cartographier la solitude et aider les politiques publiques en matière de santé pour répondre à ces enjeux comme d'autres exemples de ce qui pourrait être mis en place dans le futur. Les gens sont prêts à partager leurs données personnelles pour le bien commun. Si bien sûr, c’est données sont sécurisées et si on est transparent. L’objectif principal, c’est d’installer la confiance entre les citoyens et les développeurs d’applications, entre les consommateurs et les diffuseurs de produits pour susciter plus d’investissement, de recherche, de développement et  créer au départ de l’UE des leaders sur la scène mondiale. Le prochain cadre sur le numérique et l’intelligence artificielle deviendrait une référence mondiale comme l’est le RGPD.

 

23/2/2020: Pour passer le temps à l'occasion du carnaval, par cette journée pluvieuse et venteuse, le panier "Sucre et gras" de Cyndia pourrait aiderpodcast

24/2/2020:Dans son ouvrage "À la trace", le journaliste Olivier Tesquet nous éclaire sur ce qu'il nomme le "capitalisme de surveillance" et l’exploitation des données. À l’heure de la reconnaissance faciale, des assistants vocaux et des réseaux sociaux, est-il encore possible de se tenir à l’abri des regards ? Contrôlé par les entreprises privées mais aussi par les États, ce système rendrait la société à la fois complice et victime podcast

 

Commentaires

À lire sur la religion et la politique :
https://les7duquebec.net/archives/251738

Écrit par : Robert Bibeau | 23/02/2020

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton billet.
J'espère qu'il ne nous faudra pas cinq ans pour communiquer.
Je te prie de m'excuser pour mes longs silences, la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille (euphémisme) et même la retraite ne permet pas toujours d'avoir du temps libre.
En tout cas j'espère que tout se passe bien de ton côté et je te souhaite un joyeux quinzième anniversaire.

François.

Écrit par : Finael | 23/02/2020

Répondre à ce commentaire

S'inquiéter de l’avenir de l’humanité (Santé Nature Innovation)

“Imaginons un paysan français du 16e siècle, à l’époque de François 1er, s’inquiétant terriblement pour ce qui allait arriver au 17e siècle, à l’époque de Louis XIV.
Ou un jeune chevalier manifestant dans les rues d’Orléans en 1270 pour que le roi Philippe III le Hardi prenne des mesures urgentes pour les générations qui allaient vivre dans les années 1400, pendant la Guerre de Cent Ans.”

J’ai lu ces lignes dans un livre sur les grands problèmes actuels qui est sur ma table de chevet.
Cela m’a fait réfléchir.
L’idée de l’auteur, l’essayiste Philippe Muray, est qu’il est excessivement difficile d’anticiper ce que vivront nos enfants, petits-enfants, arrières-petits enfants.
Certes, dit-il, ils vivront peut-être des catastrophes, mais qui nous dit que ce ne sont pas eux, au contraire, qui se souviendront de nous avec pitié ?
Qui diront à leurs enfants : “Cessez de vous plaindre ! Pensez un peu à votre grand-mère qui vivait en 2020, et qui avait tels et tels terribles problèmes que vous n’avez plus à craindre aujourd’hui !”

Notre époque est un cas particulier
Nous sommes plus nombreux que jamais auparavant. Nous consommons des ressources astronomiques. Nous déversons chaque année des milliers de milliards de tonnes de plastiques dans les océans, et de CO2 dans l’atmosphère.
Nous faisons disparaître les espèces, animales et végétales, à un rythme effréné. Plus vite que lors de toutes les grandes extinctions précédentes.
Mais ce n’est qu’une première face de la médaille…
L’autre face de la médaille, c’est que nous avons infiniment plus de connaissances, de technologies, de ressources, d’énergie qu’aucune génération avant la nôtre, pour trouver des solutions, et les mettre en œuvre.
Et cela crée une immense incertitude.
L’impossibilité de savoir, exactement, à quelle sauce nous allons être mangés dans les décennies qui viennent avec des questions:
Qui peut prévoir ce que donneront les progrès de la biologie, pour notamment permettre de ressusciter des espèces disparues ?
Le projet des réacteurs ITER, à fusion nucléaire, produisant une énergie illimitée, va-t-il bouleverser le monde et rendre inutile du jour au lendemain toutes les énergies fossiles (et nous fournir assez d’énergie pour capter le CO2 de l’atmosphère, modifier le climat, refroidir le globe si nécessaire ??)
Que va-t-il advenir de l’intelligence artificielle ? Va-t-elle nous permettre de résoudre d’innombrables problèmes insolubles aujourd’hui ?
Ce ne sont que trois questions majeures, auxquelles personne n’a de réponse actuellement bien que beaucoup ont des théories.
Il y a des milliers d’autres questions cruciales, sur l’avenir des bactéries mangeuses de plastique pour nettoyer les océans, les véhicules autonomes et électriques qui, peut-être, vont libérer nos villes de 90 % des voitures, l’épuisement des ressources en phosphate pour l’agriculture, la question de l’évolution de la population du globe sachant qu’elle devrait diminuer rapidement à partir de 2050 partout sauf en Afrique, les nouveaux moyens de produire des protéines à partir d’insectes, etc.
Quelles seront les conséquences de tout cela ? Quels changements de perspectives ?
“Plus la science accroît le cercle de ses connaissances et plus grandit autour le cercle d'ombre” (Henri Poincaré)
Le mathématicien français Henri Poincaré disait :
“Plus la science accroît le cercle de ses connaissances, et plus grandit autour le cercle d’ombre”.
Cela veut dire que notre progrès scientifique et technique pose de plus en plus de questions mystérieuses.
Notre puissance de destruction grandit, et cela nous inquiète. Mais grandit en même temps notre puissance de correction, de construction.
Si bien qu’il n’est pas impossible que nos enfants et petits-enfants vivent au bout du compte, mieux que nous. Nous ne sommes pas sûrs que tout sera pire demain.
Je n’écris pas cela pour démobiliser. J’écris cela au contraire pour remobiliser.
Car de plus en plus souvent, j’entends des personnes exprimer une telle anxiété, un tel désespoir face à l’avenir, qu’elles baissent les bras. Elles pensent que tout est fichu, qu’il n’y a plus rien à faire, que l’on va forcément à la catastrophe.
Mais en fait non : rien n’est gravé dans le marbre.

Le pire n’est jamais certain.
Aujourd’hui comme hier, nous avons probablement des chances d’avoir un avenir meilleur.
Tout dépend de notre attitude. De notre volonté d’agir. De notre inventivité. De la chance, ou de la malchance qui nous attendent.
Une chose est sûre : le plus grand danger est de nous asseoir en croisant les bras, et en attendant que les problèmes empirent.

Écrit par : L'enfoiré | 23/02/2020

Répondre à ce commentaire

Carnaval d’Alost: après la polémique, la crise politique…

Les craintes étaient donc justifiées. Sorti du patrimoine mondial de l’Unesco et cible du ministre des Affaires étrangères israélien, le carnaval d’Alost a suscité une nouvelle polémique sur fond d’antisémitisme. En réaction aux menaces de censure, certains chars alostois sont allés beaucoup trop loin. De quoi lancer une autre polémique, politique celle-là.
La ville d’Alost et les Alostois sont connus pour leur sens de l’autodérision et leur esprit de rébellion. Leur carnaval caricature souvent les politiques et met en lumière leur sens de la provocation. Theo Francken (N-VA) en chasseur de migrants, Gwendolyn Rutten (Open VLD) en schtroumpfette, Boris Johnson qui se fait botter les fesses par la reine d’Angleterre…
Depuis plusieurs années, certains Alostois caricaturent également des juifs. Dans la même veine que les caricatures du prophète Mahomet, les fêtards entendent pouvoir se moquer de tout le monde.
Mais depuis l’année dernière, certaines caricatures ne passent plus. La polémique a poussé l’Unesco à retirer l’événement de son patrimoine immatériel et a créé un début de crise diplomatique entre la Belgique et Israël.
Depuis hier, la polémique a franchi un nouveau cap et se retrouve dans toute la presse internationale. Il faut dire que certaines caricatures ont été beaucoup trop loin: nez crochus, grandes oreilles, certains juifs ont été représentés en fourmis, d’autres ont trouvé de bon goût de s’habiller en SS ou de distribuer des étoiles juives. Pour ce dernier point, c’est l’oeuvre de Michel Van Brempt, conseiller communal de Forza Aalst, le nom de liste locale du Vlaams Belang, parti d’extrême droite.
De nombreux internautes ont fait remarquer les similitudes avec certains clichés de l’époque nazie. On peut rire de tout, mais cela n’empêche pas le respect et une certaine subtilité.

Les politiques prennent le relais
C’est en résumé le communiqué du MR et de son président Georges-Louis Bouchez pour qui ‘l’humour est une qualité essentielle qui plait particulièrement et est indispensable dans une société afin d’en dédramatiser les moments de tension. Mais l’humour requiert de la finesse et du respect en toutes circonstances.’ Pour la Première ministre, Sophie Wilmès, la liberté d’expression ‘évolue dans un cadre légal précis qui vise à protéger les individus du racisme, de l’antisémitisme et des autres discriminations’. Elle estime donc que la justice pourrait prendre des mesures.
La coprésidente d’Ecolo, Rajae Maouane, n’a pas mâché ses mots et a clairement parlé de ‘manifestations racistes’ quand Ahmed Laoueej, chef du PS à la Chambre, demandait des comptes au ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V). Paul Magnette y est allé aussi de son commentaire: ‘Le carnaval est libérateur, sauf quand il libère la haine et le mépris. Oui à la dérision, non aux insupportables clichés antisémites.’
Il n’en fallait pas plus pour lancer Theo Francken (N-VA) qui voyait là une attaque en ligne des francophones contre une partie du patrimoine flamand. Nouvelle polémique sur les réseaux sociaux par comptes Twitter interposés.
La ville est dirigée par le N-VA, Christoph D’Haese qui se refuse à plier sous la pression, de Bart Somers notamment (Open VLD). Son échevin, Karim Van Overmeire, provient du Vlaams Belang et en a rédigé le programme. Bart De Wever (N-VA) reste lui silencieux. D’abord car il est au ski, ensuite car il est le bourgmestre d’Anvers, dont la communauté juive est importante et influente. Ses pressions en amont contre le bourgmestre d’Alost n’ont eu aucun effet.

Internationale
A l’étranger, la polémique se retrouve dans le New York Times et dans le Guardian, mais aussi dans la bouche du socialiste français Raphaël Glucksmann pour qui les fêtards sont des ‘dégénérés’. Le puissant comité juif américain (AJC) a demandé que l’Union européenne se saisisse du dossier et ouvre une enquête.
Pour sûr, les Alostois vont devoir faire preuve de plus de subtilité lors des prochaines éditions, sans quoi la polémique deviendra certainement une crise diplomatique de grande ampleur et véhiculera une très mauvaise image de la vill

https://fr.businessam.be/carnaval-dalost-apres-la-polemique-la-crise-politique/

Écrit par : L'enfoiré | 24/02/2020

Répondre à ce commentaire

Les robots-conseillers en actions

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/02/02/819216693.mp3

Écrit par : L'enfoiré | 26/02/2020

Répondre à ce commentaire

Les robots-conseillers en actions

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/02/02/819216693.mp3

Écrit par : L'enfoiré | 26/02/2020

Répondre à ce commentaire

Hé oui 15 ans , tu ne déranges pas du tout, mais c’est vrai aussi que je lis pas toujours tout,
je te souhaite bonne continuation

Écrit par : Marie-Claire | 26/02/2020

Répondre à ce commentaire

Mercredi des cendres, fin des festivités du carnaval

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_mercredi-des-cendres-retour-sur-les-festivites-du-carnaval-a-travers-le-monde?id=10438323

Écrit par : L'enfoiré | 26/02/2020

Répondre à ce commentaire

toutes mes félicitations pour 15 ans d'esprit critique et de haute tenue,
avec petit retard vu que je suis passé à windows 10 = je suis peu subtil...

amicalement

Écrit par : Bernard | 07/03/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire