Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2006

Rencontre avec une bulle de savon

Folles rêveries mise en boîte.

1.jpgComment se fait-il que je n'ai jamais pu retenir les histoires de mes rêves vécus certainement mais qui n'ont pas laissé de traces?
Frustré, je me suis vu conter de belles histoires bien invraisemblables, mais aussi bien plus précises qu'elles ne devraient si l'on y prête attention. Etait-ce un peu romancé avec des "trous" complétés par l'auteur? Je ne puis évidemment le dire. Dans le domaine de l'esprit que de choses bien peu vraisemblables ou surnaturelles peuvent ressortir au réveil d'une nuit agitée.


Mes nuits ne seraient-elles qu'un "naufrage" dans les limbes de l'inconscient sans taches, ni reliques amusantes à pouvoir raconter? Les insomnies ont leur place mais n'apportent aucune fantaisie qu'il serait agréable de noter. Ma moitié m'avait déjà servi certaines remarques adéquates relatées dans "Ronfle en douceur, mon amour".
Alors? N'aurai-je pas ce plaisir, un jour?

Un matin pourtant, d'une manière bien imprévue, un évènement étrange se passa sans crier gare. Au sortir du lit, comme tous les jours, un phénomène, une apparition se manifestèrent sous l'aspect d'une "bulle de savon".
Situation bien insolite que d'avoir cette "bulle", fragile, empruntant les couleurs irisées de l'arc-en ciel, se berçant au dessus de ma tête sans bruit, imperceptible. A y regarder de plus prêt et sans oser casser le charme tranquille, je me suis rendu compte que mon rêve y était présent par images compressées, défilant en douceur devant mes yeux ébahis.

Surpris, je n'osais y croire. Le frottement de mes yeux pour accélérer le réveil n'apporta aucun secours. Le film continuait. La bulle était toujours là à me narguer dans son mouvement lent de rotation. Combien de temps ce mirage allait-il durer? Ce n'était pas moi qui allais rompre ce sortilège privilégié. Le film de la nuit continua son cheminement en me révélant les événements qui avaient dû occuper mon subconscient pendant une partie de mon sommeil.
Cela ne devait pas durer, je m'en rendais bien compte, mais j'espérais néanmoins que cela continue encore et encore.

Tout à coup, alors que l'histoire n'avait pas encore atteint son achèvement, la bulle de savon éclata. Une goutte d'eau prit sa place. Elle sauta en l'air, tout d'abord, pour s'écraser, ensuite, sur le sol sans bruit. Interloqué, je ne pus détourner mon regard de l'endroit où la "chose" avait vécu les instants d'avant. Pendant de longs instants de silence et de curiosité, je ne pus ressentir que de la tristesse et surtout un goût de trop peu. Pourquoi le sortilège n'avait pas pu aller au bout de son destin? Cette fois, comme tout le monde, comment allais-je sortir une histoire à raconter de tout cela? Je ne voyais pas. Allait-on me prendre pour un fou et me conseiller de prendre l'aspirine nécessaire à une reprise d'esprit salutaire? La vie n'est pas faite de spectacles miraculeux et la vie normale devait reprendre son cours. La journée continua comme si rien de "spécial" ne l'avait commencée.

Pourtant le soir, le moment venu, je me mis à repenser à cette petite goutte d'eau enrobant un air à l'étroit. Ce soir-là, je mis plus de temps à m'endormir me demandant quelle attitude prendre, quelle pensée avait bien pu générer cette vision éphémère. J'étais prêt à adopter toutes positions susceptibles de recréer les meilleures conditions de l'hallucination du matin. Bien longtemps après, le sommeil fut le plus fort et ce ne fut que le lendemain que je repris mes esprits. Vite un coup d'œil alentour. Rien. Le charme était-il rompu? La magie de l'instant n'était pas au rendez-vous. Un deuxième tour d'horizon ne fut pas plus fructueux.

Un peu déçu, le lever et le reste de la journée se déroulèrent comme si rien n'avait pu altérer le cours normal des journées précédentes. Les journées suivantes ne furent pas différentes. Le côté magique avait bel et bien disparu sans espoir de retour.

J'avais presque oublié l'évènement quand, un matin, l'extraordinaire se reproduisit une nouvelle fois. Bien plus présente, moins fugace encore que la précédente apparition, la bulle de savon, fidèle selon son bon vouloir se retrouvait au même endroit. Mais la situation allait prendre un tour bien plus étrange encore. La bulle de savon ne se retrouva bientôt plus à côté de moi, mais en plus, tout à coup, je me retrouvai à l'intérieur d'elle. Cette fois, je me retrouvais dans mon rêve qui continuait et dont les images se bousculaient en visions bien inhabituelles. L'impression était tellement fantastique que le réel s'effaça complètement pour faire place à l'imaginaire. Les personnages qui chevauchaient follement dans la même scène que moi, arrivaient à me parler, m'intimaient de poursuivre ma route.

Cette fois, encore, le doute n'était plus permis. Je me retrouvais acteur vivant dans mon rêve sans plus pouvoir y échapper. Les minutes qui allaient suivre se devaient d'être inoubliables et fantasmagoriques.  Il fallait les vivre avec passion sous peine de représailles artificielles. Les paysages défilaient à une vitesse bien peu imaginable. Le monde prenait des couleurs, des hauteurs, des largeurs qui émerveilleraient n'importe qui dans la même situation. Cette fois, j'allais me souvenir de tout tellement les images étaient prenantes, se bousculaient et surprenaient en même temps.

La quatrième dimension, j'y étais. Je le savais sans savoir pourquoi. Combien de temps avait duré ce rêve, je ne pourrais le dire. On dit dans la théorie de la relativité que plus l'acteur va vite, plus il aura de chances de vivre plus longtemps par rapport à ceux qui sont restés à quai. Donc, allais-je à destination avoir sauté quelques étapes?

Un coup de frein subit et voilà que le voyage s'arrêta net. La bulle, une nouvelle fois explosa avec un éclat plus important encore et je me retrouvai dans mon lit, étourdi, mais ravi. L'aventure avait pris un tournant magnifique.

medium_Rencontre_avec_une_bulle_de_savon_1.3.jpgMais qu'est-ce qui avait bien pu orienter mon rêve de cette façon?

Était-ce la bulle informatique dont on avait parlé la semaine d'avant?

De toute manière, cette fois, je savais que j'avais beaucoup de choses à raconter aux collègues.

L'enfoiré,

Citations:

  • "Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur", Walt Disney
  • "Rêve de grandes choses, cela te permettra au moins d'en faire de toutes petites", Jules Renard.
  • "Rêver est souvent une manière de compenser pour ce que nous n'avons pas ou n'osons pas", Roch Carrier

Commentaires

Cher Enfoiré poète,

Lewis Carroll n'aurait pas mieux raconté la bulle ! Parfois, quand je te lis, subjugué par la poésie de tes récits, je me demande pourquoi tu ne te lances pas dans la fiction.
Quel talent !

Écrit par : Fabien | 20/09/2006

Cher Fabien,

C'est une première pour moi d'effleurer ce genre un peu poétique. Content que cela a plu à quelqu'un.
J'y ai pensé, en effet, de me lancer dans une fiction.
Ce genre demande un scénario complet.
Le sujet, je l'ai. Un "peu spécial", comme à l'habitude.
La préface est dans la boîte.
Il n'y a plus qu'à broder au milieu.
Je ne suis pas encore certain que le sujet ne sera pas trop osé à "l'enfoiré".
A suivre (ou non).
merci pour les compliments

Écrit par : L'enfoiré | 23/09/2006

je m'absente durant quelques temps de la toile et que lis-je...en me reconnectant?
Un histoire..., mais une belle histoire!

Légère, légère et légère à souhait cette "particule pleine de limpidité", cette "molécule pleine de subtilité", cette bulle... "instant éphémère à mille et une facettes" que vous nous proposez cher Enfoiré!
Puis les bulles...l'Enfoiré, c'est du "courant" en Belgique (avec toutes ces bandes dessinées et les gens...chez vous...ont tous des têtes de personnages de BD, où plutôt le contraire...c'est les gens qui ont inspiré les BD...!!! )

Vous avez le Verbe et le Mot naturellement greffés dans vos entrailles, L'Enfoiré; Vous en possédez en outre le talent, qui s'est sans nul doute magnifié avec les couleurs des saisons d'une vie.. qu'attendez-vous?
"Noircissez le papier"( pendant qu'il en reste!!!), usez votre calvier jusqu'à la "trame"...et laisser venir les mots, les images au travers de "cette bulle" !
Vous offrirez des " bulles d'air" dans les journées de ceux qui auront reçu un savon....
Bien amicalement....Miss Canthus

Écrit par : Miss Canthus | 06/10/2006

Rêver un impossible rêve avec humour

http://www.rtbf.be/video/detail_cafe-serre-de-thomas-gunzig-rendez-nous-la-vierge-de-jalhay?id=1903980

ou un rappel du passé
https://www.youtube.com/watch?v=aeUHNktbL4E

Écrit par : L'enfoiré | 19/03/2014

Les commentaires sont fermés.