Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2005

Ronfle en douceur, mon amour

Anodin ce "petit" bruit? Tout dépend pour qui. Alors, des solutions existent, drastiques ou humoristiques... 

medium_Ronfle_en_douceur_mon_amour_00.jpgNon, je ne déBLOG pas et, non, vous n’avez pas zappé malencontreusement sur "Docteur, dites-moi tout". Vous êtes toujours sur canal «Réflexions du Miroir».

Après les sujets assez sinistres de l'actualité, il fallait apporter une touche d'humour aujourd'hui.


Si je veux vous parler de ce problème de ronflement, c’est que, quoique généralement bénin, c'est un sujet dont on parle peu mais qui fait rire rien qu’à la pensée de la séquence mémorable de « La Grande Vadrouille ». Mais l'acte génère malheureusement de véritables fausses notes dans la partition des couples les plus soudés.

Dix millions de Français en sont affectés. Principalement des hommes (tiens, curieux !).  Donc, ce n'est pas rien.
Au départ, après la constatation de sa "moitié’", la réaction immédiate du "fautif" est de nier farouchement.
Par la suite, la répétition du phénomène apporte l’inévitable reproche d’un ton péremptoire : « tu m’as, encore une fois, empêché de dormir, tu as ronflé toute la nuit ».
1.jpgLa moutarde monte alors doucement à l’appendice incriminé.
Chaque mot a son pouvoir ‘maléfique’. La balle commence à passer de main en main et sa réception devient de plus en plus "hard".
Vous vous rebiffez : " tu ne pourrais pas chercher à soigner tes insomnies", "des bouchons pourraient te sauver ", "je n'y peux tout de même rien" et j’en passe…
Là, le bouchon saute. Ca commence fort et il y a des jours où il n’y a vraiment pas trop de difficulté à devoir aller travailler.
Pourtant des solutions existent, parait-il, mais leur efficacité va souvent de pair avec la complexité de sa mise en pratique.

  • Eviter de dormir sur le dos.   ..."Ouais! Vite dit…"
  • Garder l'alcool pour l'après-midi
  • Changer le matelas tous les 10 ans.    ... "A qui la note?" 
  • Perdre les quelques kilos qui se sont engrangés ... "à l'insu de votre plein-gré".
  • Les produits pharmaceutiques (‘Douce nuit’ and co..) que l'on se vaporise dans le fond de la gorge avant de s'endormir.     ... "Sont-ce des placebos? Cela ne marche pas à tous les coups et si c'est efficace pour certain ce ne l'est pas pour longtemps."
  • Des appareils à se placer sur le visage (dilatateur de narine).   ..."Gadget?"
  • Masque respiratoire relié à une machine délivrant de l'air.      ..."Mon dieu, que ça va être pratique et madame n'aura pas de problème à faire un cauchemar à la vue de son partenaire!"  
  • L’intervention chirurgicale (consistant à enlever la luette et une partie du voile du palais).      ..."Mais, le jeu en vaut-il la chandelle?"

Une analyse du problème est souvent requise chez un oto-rhino-laryngologiste (excusez du peu) dans une clinique avec hospitalisation pour déterminer, preuve à l'appui, l'ampleur du problème et la médication à y apporter. Les grands moyens sont nécessaires: électrodes et "tutti quanti".1.jpg 

Il existe pourtant un moment où il n'est plus permis de faire la sourde oreille (et cela, pour les "deux victimes"). Je veux parler des apnées du sommeil. Ce n'est plus anodin du tout dans ce cas.  Au risque de s'en étouffer, dix secondes sont parfois nécessaires pour retrouver sa respiration et l'air qui s'infiltre dans les poumons. Cet apnée peut entrainer fatigue et  somnolences le lendemain tout d'abord. Mais troubles cardiaques et infarctus sont aussi du voyage, si l'on n'y prend garde. 

Le sommeil n'est vraiment plus de tout repos !

Mais, jusqu'ici, je ne connais l'apnée qu'en piscine. Je ne m'étendrai donc pas plus longtemps (bien que ce serait une idée d'à propos vu le sujet de l'article).    

Je ne suis pas médecin et je puiserai dans Internet pour en chercher les causes au ronflement: "Le ronflement est dû à un rétrécissement du passage au fond de la gorge. Durant le sommeil, le voile du palais, la luette et la langue se relâchent. Si ces différents organes sont trop volumineux, ils peuvent entraîner une obstruction des voies respiratoires. En passant, l’air fait alors vibrer ces tissus, provoquant le ronflement. Le problème est souvent lié à une surcharge pondérale. Il peut être également causé par des repas trop arrosés ou la prise de somnifères, qui provoquent un relâchement excessif des muscles. Chez les enfants, des amygdales trop grosses peuvent être responsables du ronflement. Dans certains cas, le problème peut aussi être dû à une obstruction nasale (sinusite chronique, déviation de la cloison, allergies…)" 

Maintenant que vous connaissez les causes, la manière d'aborder le problème et peut-être le moyen d'y trouver le remède, allez-vous pouvoir dormir plus tranquille?

Cherchez votre voie en allant sur les forums. Ca n'aide toujours pas efficacement, mais ça vous permet de ne plus vous sentir seul dans l'"épreuve".

Mais en y réfléchissant bien, n'est-ce pas le moment de conseiller à votre tendre épouse de prendre un verre de ce bon whisky après le bon diner de ce soir, de l'inviter à lire un livre, bien callée sur le dos, avant de vous endormir ensemble?

Encore, une fois, on ne règle rien mais on pourra y ajouter un peu d'accords musicaux en commun.

"Une petite musique de nuit", en quelque sorte, mais sans Mozart et surtout sans baguette ! 

 

L'enfoiré

 

Commentaire d'un internaute québecois:

"Il faudrait poursuivre les fabricants de matelas pour les tenir responsables du ronflage. De plus, il faudrait une loi obligeant les fabricants de matelas d'inscrire un avertissement sur leurs matelas, qui serait : « Si vous vous endormez vous risquez de ronfler.» Pire, il faudrait enseigner aux gens comment ne pas dormir. Dormir, de toute façon, est une perte de temps. Par conséquent, il faudrait faire payer plus d'impôt aux gens qui ronflent. La société n'a pas à payer pour ceux qui se complaisent dans le vice du sommeil. En effet, des gens qui se laissent aller au sommeil, sont des gens irresponsables. Non vraiment, je vous le dis, dormir est une manque de fierté. Tous ceux qui ronflent la nuit devraient être montrés du doigt publiquement."

 

PS. Coïncidence: TF1 programmait, ce 16 novembre, une émission totalement consacrée au sommeil (que je n'ai vu que partiellement). J'espère que chacun y a pu trouver réponse à son "petit" problème.   

 

Citations :

  • " Ronfler, c'est dormir tout haut", Jules Renard
  • "- Est-ce que les histoires que vous racontez ne vous empêchent pas de dormir ?
     - Si, mais comme ce sont des histoires à dormir debout, je récupère !", Raymond Devos
  • "Un beau corps de femme est la meilleure lampe de chevet. Dormir à deux rend la nuit moins opaque", Malcolm de Chazal
  • "L'homme: chauffage d'appoint qui ronfle", Rita Rudner
  • "L'homme, le matin, il tousse, il crache. Le midi, il pète, il rote. La nuit, il ronfle, il bave et le reste du temps, il se gratte les couilles.", Philippe Léotard 

Les commentaires sont fermés.