Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2009

Peter & Co remasterisés

Le Principe de Peter, qui s'en souvient encore? Où en est-il en temps de crise?

0.jpgVous vous rendez compte, le Principe de Peter a quarante ans d'âge. En 1969, Laurence J. Peter et Raymond Hull publiaient leur livre aux États-Unis sous le titre "Le Principe de Peter".

Si on rafraîchissait ce principe, voulu satirique et qui n'est d'ailleurs pas unique en son genre?

Lire la suite

19/08/2009

Changer ensemble pour seulement être

L'idée est lancée depuis quelques temps: "Il faut changer ou mourir". Des réformes, en France, on en est arrivé à l'indigestion. Sommes-nous condamnés à ne jamais stabiliser les potentiels acquis? Sommes-nous des mutants perpétuels plus rapide que l'évolution elle-même?

0.jpgDans la presse, on lisait "Dans une économie globale, basée sur la connaissance, les cycles d'innovation se font de plus en plus rapide".

C'était en septembre 2006, vous vous rendez compte, cela fait bien un siècle, après tout ce qui s'est passé depuis.

Lire la suite

14/06/2009

Qui mène la danse?

Dans la presse, on s'interroge de plus en plus, de qui sont les meneurs de notre monde. Et si c'était nous?

0.jpgIl y a d'abord eu le trimestriel "Dossiers secrets d'Etat" qui lançait son enquête sous forme d'interview et avait pour titre "Les vrais dirigeants de la planète". Ce genre d'informations est à la mode. Le mystère est à l'honneur. On aime.

Daniel Estulin a mené l'enquête sur des groupes occultes. Il avait un grand père colonel au KGB, disait-il et ceci donnerait un certain crédit à ses déclarations. Il était interrogé sur les groupes qui prennent les décisions au plus haut niveau et souvent dans l'ombre: le Groupe Bilderberg qui aurait agit dans le secret lors de la Conférence du G20. La question était de savoir si le Monde allait vers une oligarchie au niveau mondial.

Lire la suite

19/05/2009

La bonne nouvelle et la mauvaise

Commençons par la bonne nouvelle, celle de Nouriel Roubini, lui, qui avait prédit la crise et la récession. "La bonne nouvelle, c'est que toutes les interventions publiques ont sérieusement réduit le risque de dépression". La mauvaise nouvelle est plus intime, plus insidieuse.

0.jpgFin septembre 2008: "Nous n'échapperons pas à la pire récession depuis quarante ans". Moins défaitiste, aujourd'hui, qu'il le laissait entendre au début des crises en cascades. Le spectre de la crise des années 30 n'est pas identique. A l'époque, devant les chutes, cela ressemblait. Comparaison n'est pas raison. Et le monde n'en finit pas de bouger de plus en plus vite pour ne pas revivre les mêmes circonstances.

Lire la suite

11/03/2009

Le rapport du "Rapport de la CIA"

En 2005, Alexandre Adler s'intéressait au rapport de la CIA et à ce qui serait le monde en 2020. Vision à l'américaine en suivant le rapport NIC 2020 (2003). Nous sommes 4 ans plus tard. Cette vision tient-elle toujours la route?

0.jpgJe me proposais récemment de revenir sur des exemples de futurologie en fin de l'article "Futurologues en goguette".

Adler affirme que les Américains ne seraient pas ce que l'on croit des antidarwiniens avec des préjugés tel que le décrivait Michael Moore en réaction à l'ère de G.W. Bush. Ce sont des diplomates, des officiers du renseignement de la CIA qui possèdent leurs propres organismes de recherche et d'évolution mais qui sont, eux aussi, très peu tournés vers le futur et l'extrapolation du passé sur le futur. Un rapport établit par 25 experts indépendants de milieux divers, entre autres, par les futurologues comme Ted Gordon, Jim Dewar et Ged Davis.

Lire la suite

19/02/2009

Rien que de bonnes nouvelles ?

Quand on s'adresse aux supérieurs, il vaut mieux rester positif. C'est bon pour la santé, pour son avenir, pour tout quoi... La positivité n'est pas qu'un leurre. Elle s'entretient de jour en jour par la contrainte et pas toujours par le consentement de ses acteurs.

Je parlais d'un hypothétique "porte-parole" de manière parodique dans mon article précédent. Nous ne sommes pas dans une période d'euphorie. Pas de secret. Cet article ne fera pas de révélations, mais une constatation par l'intérieur des sociétés, de la Société et de ses travers.

Lire la suite

11/12/2008

De pilier en pilier

Une vie d’activité pour épargner. Au bout, le pactole ou parfois, le salaire de la peur...

vieEn Belgique, ça y est, on a notre plan de relance après d'âpres négociations (2 milliards soit 0,6% du PIB). En période de crise avec une dette qui s'élève à 309,64 milliards d'euros.

Savoir comment les travailleurs, les actifs vont être évalués et pouvoir en vivre, demain, était stressant surtout quand le pouvoir d'achat vacille. 

Lire la suite

04/12/2008

L'éconologie, rêve ou réalité?

D'un côté l'écologie, de l'autre l'économie. On a vite fait de créer le néologisme "éconologie" et en plus, cela va plaire mais avec une logique toute particulière. Surtout en pensant à qui cela profite. Alors, réconciliation, l'inconciliable...

0.jpgCela devait arriver avec la crise: le conflit d'intérêts entre l'économie et l'écologie. Pas un clash, mais presque...

Le 2 décembre, manifestation à Bruxelles pour s'opposer aux mesures du plan européen de lutte contre le réchauffement climatique, accusé de mettre en danger les emplois dans l'industrie sidérurgique.

Réactions normales de bonne foi du côté des partisans plus écologiques. Consommer pour vivre à l'intérieur ou chercher à survivre contre les éléments extérieurs, c'est le dilemme d'aujourd'hui.

Lire la suite

22/10/2008

Et la raison fut

Lundi 13 octobre, on observait un vif rebond à New York. Le 15, rechute en Europe. Un "lundi rose" qui virait au rouge, deux jours plus tard. Depuis, la chute semble freiner sa course en plus de douceurs mais toujours aussi volatile. La Bourse, c'est comme la vie, cela respire. Alors, tirer une leçon d'une crise ou de plusieurs? C'est le même prix...

0.jpgA quand la sortie du tunnel? Qui oserait le dire aujourd'hui? Le brouillard de l'inconnu? Rien ne déplait autant la Bourse que les inconnues. Le pessimisme s'est propagé et a été tellement fort qu'il faudra du temps pour relancer la confiance.

L'optimiste a fait semblant de ne rien entendre. Le neutre a été attentiste, ouvert à toutes les rumeurs pour virer au quart de tour. Le pessimiste a perdu, à jamais, son épargne dans les statistiques.

Lire la suite

05/10/2008

L'Amérique, présidence pragmatique ?

Que de choses n'a-t-on pas dit et écrit pour définir ce qu'est avoir l'esprit américain? Du "Grand Satan" au "monde de demain". L'Europe, au milieu, s'interroge sur les différences et les résultats des élections américaines qui pourraient influencer le monde entier. Cette fois, dans l'incompréhension totale de ce qui lui est arrivé suite aux dérives de cette Amérique. Après la crise, un peu de confiance revient avec le coup de poker de 700 milliards de dollars. "Bien loin de la "vieille Europe", l'Amérique, mais encore..." Article qui avait été ébauché dans "Tout va mal, non peut-être..."


 Les USA ont l'habitude de se retrouver dans l'opposition dans un état de (presque) guerre. Adulés ou mal aimés, les États Unis contre tous, mal compris de tous. Cela l'a toujours obligé d'ouvrir, plus que partout ailleurs, la bourse au budget militaire.

Lire la suite

29/07/2008

Onde de Magnitude Capitale

L'OMC (l'Organisation Mondiale du Commerce) a, pourrait-on dire, une "banane de discorde" dans les discussions à Genève. Mais, si cela n'était que cela...

onde-de-magnitude-caitale_00.jpgLes négociations de l'OMC à Genève se déroulent dans un climat tendu. Pierre Defraigne, Directeur de la Fondation Madariaga (pour la prévention des conflits) était invité à la radio ce 28 juillet. Le clivage entre pays riches et pays émergents était le point d'accrochage, d'ancrage entre des blocs mouvants dans le temps. J'en avais déjà eu un article sur le sujet "On Me Cochone l'OMC".

Lire la suite

23/06/2008

Le CapitaMal

Nous subissons un "problème" dans la vie des entreprises que certains appellent "malheur" de nos générations jeunes. Le Capital. D'où vient-il? Comment en est-on arrivé là après une transition d'à peine un demi-siècle. La nostalgie de la génération du Baby Boom est-elle une sensation de vieux "dégénérés" insensibles comme le laisserait supposer certaines conversations entre jeunes ? 

1.jpgSi la Bourse n'existait pas telle quelle, telle que nous la connaissons? Et si l'argent n'était pas le nerf de la guerre? Et si...

J'ai eu le plaisir de rappeler les principes et dérives de la Bourse dans "Spéculons en paix" et dans "Le spéculte".

Aujourd'hui, on se pose la question "Krachera, krachera pas?" comme si cela allait résoudre les problèmes. Les crises ont existé dans le passé et le marché s'est toujours régulé et redressé.

Lire la suite

29/04/2008

Enlève-moi, mes puces

Le "Question à la Une" du 22 avril a de quoi inquiéter. Les puces sont là. Ne préparez pas vos insecticides. Celles-là sont faites "maison", électroniques. La technologie est passée par là. "Big brother" aussi. Les RFID vont apprendre beaucoup de choses sur nous à notre insu. Démocratie en danger? "Confiance, ce n'est qu'une fausse alerte", disent certains. Mais encore...

Le code-barres, c'est décidément ringard.

Cette fois, il faudra compter sur la Radio Frequency Identification (RFID) et elle va générer un risque bien plus important dans notre vie de citoyen au quotidien. Celui-ci a peur d'être fiché. Il va être servi.

Lire la suite

18/02/2008

Tout pour rien ou rien pour tout

L'antagonisme entre le virtuel et concret est de plus en plus troublant. Internet fait penser que tout peut s'acquérir sans bourse déliée. La réalité dans les magasins va dans l'autre sens. Où est la faille? Le prix des choses et celui des hommes ne seraient-ils plus en équilibre? Entre rêve et réalité?

commerce,prix- Tu vas quand même pas payer pour cela? Tu as vu, c'est gratuit ou presque sur Internet: logiciels freeware, tickets d'avion, le magazine de la télé et j'en passe. T'es fou d'acheter cela dans le commerce.

La Toile fait subir ce revirement à la pensée et à l'action réactive sans réflexion. Dans le même temps, on assiste à une augmentation du coût de la vie pour les denrées de base.

Lire la suite

05/02/2008

Morcelé, il en restera toujours quelque chose

La complexité du monde s'accroît de jour en jour. Autant l'aborder de la meilleure manière en la réduisant au maximum. Il en va de même au bas de l'échelle et à son sommet.

scienceCe fait incontestable devient insupportable pour certains et des solutions pour organiser ce fatras de procédures, de fonctionnalités, de spécialités requises ont été recherchée dans tous les domaines. Nous ne sommes plus capables de "réinventer la roue" pour répondre à des problèmes ponctuels.

Le "clé sur porte" ne peut plus être envisagé que dans de rares exceptions. Microsoft a été le premier à comprendre ce concept "fonction-logiciel".

Tout au long de l'histoire de l'informatique, les fonctionnalités nécessaires au traitement de l'information ont dû s'adapter de software en software, de version (release) en version.

Lire la suite

30/01/2008

Le spéculte

Retour dans les arcanes de la Bourse par la petite porte mais avec des résultats négatifs que cette porte-là fait entrevoir. Comment gagner en bourse sans se fouler outre mesure? Pas de miracle. De la réflexion, c'est tout ou presque.

bourseJe ne reviendrai pas à l'étude que j'avais entreprise pour éclaircir les différentes idées tournant autour de la bourse. Si l'envie vous en dit, il s'intitulait "Spéculons en paix".

J'y rappelais les tenants et aboutissants de ce moyen financier de faire marcher les affaires: le besoin des entreprises d'avoir du cash-flow pour s'épanouir et les particuliers qui ont l'argent pour investir et pouvoir récolter l'usufruit de leurs placements.

Lire la suite

17/01/2008

Riche à la super

Le club des riches s'agrandit. De nouveaux participants se sont inscrits sur les listes du magazine "Fortune". La mondialisation aurait-elle fait des petits? Pardon, des "gros".

argentLe NouvelObs n° 2248 de décembre 2007 parlait du pouvoir d'achat et des promesses en trompe l'oeil. Le "travailler plus pour gagner plus" avait ses détracteurs et parfois du plomb dans l'aile. Peu de Français seraient concernés.

Si la durée du travail et le payement des RTT pouvait être discuté, il fallait relativiser cette annonce. Même le patron d'une grande entreprise n'y trouvait pas ses petits et craignait pour le futur management de cette allocation réallouée. Plus vite dit que fait, donc. La souplesse a un prix. Le "président du pouvoir d'achat", comme l'a appelé Sarkozy, ne parlait évidemment pas des aléas de son système.

Lire la suite

29/12/2007

Home sweet home

Est-ce la sédentarité ou le nomadisme que l'on colle à la modernité? Tout dépend de qui en parle. La flexibilité est demandée par l'activité humaine mondialisée. Le cocooning, la raréfaction des matières énergétiques vont à contre courant. Quel chemin sauvera l'homme? 

ce48da787416d5e11f2cea40ab435b96.jpgAu début, pour peu que l'on suive les enseignements des paléontologues et anthropologues, l'homme serait apparu sur terre en Centre Afrique et en Asie. Très vite, suivant les animaux dans leur transhumance, il va chercher sa subsistance ailleurs, à voyager, dirait-on aujourd'hui. Le nomadisme était son moyen naturel dicté par la nature de perpétuer son existence dans les générations suivantes. Plus aucun endroit et ni espace ne lui échappaient.

Lire la suite

13/12/2007

Statistiquement vôtre

Les statistiques mènent le bal. Elles analysent et peuvent décider de notre avenir. Le font-elles correctement? L'informatique y a ajouté le nec plus ultra. C'est à voir.

calcul,statistiqueQuand on n'a pas la boule de cristal pour imaginer l'avenir, que reste-t-il?
Les chiffres, les statistiques, les analyses, les extrapolations, les graphiques liées aux probabilités... Tout, quoi. Tout est bon pour éclairer ou donner une vision du chemin futur pour éviter de prendre les décisions que l'on regrettera et se donner le maximum de chance de ne pas se tromper.

Lire la suite

22/11/2007

LobsterBies

Les "Lobbies", le "lobbying", les mots souvent utilisés. Que cachent ses mots? Qui en sont les instruments? Pourtant, on se rend très vite compte que les repas qui s'y servent sont agrémentés de ce crustacé de grande renommée: le "lobster". Tiens, comme eux. L'origine du mot "Lobby": "vestibule qui attend dans le couloir". Comme, le homard !

d56602587396ec7c2a97f41db1e64830.jpg"Questions à la Une", le 23 mai 2007, parlait de ces groupements qui se font payer pour conseiller ceux qui peuvent payer leur conseils d'expert.

En voici, l'annonce:

Lire la suite