Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2010

Salaires en augmentation? Non, c'est pas pour rire

Le complément d'enquête du 13 décembre comparait les salaires français avec ceux qui étaient pratiqués ailleurs. En Allemagne, les métallos viennent de décrocher 1.200 € de primes, l’emploi à vie et des hausses de salaires. Dans la Silicon Valley, Google et Facebook se font la guerre pour retenir le personnel. Les ouvriers chinois, pour la première fois, se sont mis en grève et ont obtenu des augmentations allant jusqu’à 70 %. 0.jpg

Curieux d'oser parler d'augmentation de salaires à ceux qui n'auraient pas de travail.

A entendre que les dividendes, les stocks options, les bénéfices explosaient dans les entreprises, devrait déjà avoir l'art de  mettre en boule. Et pas en boule de Noël même si  la pointe argentée plantée au sommet de l'arbre, on voulait la planter ailleurs... 


En France, après des années de modérations salariales, pour cause de crise ou suite aux 35 heures, le pouvoir d’achat est grignoté par l’inflation. Le "travailler plus pour gagner plus" faisait rêver à des jours meilleurs. Les rêves ont du plomb dans l'aile. C'est plutôt travailler plus pour gagner moins.

1.jpg

L'OCDE, nous apprend qu'en Belgique , 23,5% des jeunes de 15 à 24 ans sont inscrits au chômage.

Trop ou trop peu de compétences, pas assez d'expériences,  connaissances des langues insuffisantes, trop cher. Il y a assez de raison pour expliquer l'austérité et les crises. Le self-made man n'a plus aucune chance dans l'inflation des diplômes demandés, des qualifications très spécifiques soit disant obligatoires pour des jobs qui ne le demanderont peut-être jamais. Pour corser le tout, voilà que travailler jusqu'à 70 ans ne sauverait pas les pensions. Il faudrait créer 33.000 emplois tous les ans. Peuchère, dirait-on en occitan... 

On est résolument loin de l'époque où les travailleurs belges étaient recherchés pour combler un manque de ressources humaines. 0.jpgIl faut dire qu'il y a plus de 40 ans, second pays le plus riche d'Europe après la Suisse. Pas de dette extérieure, un seul gouvernement, neufs provinces et un taux d'imposition parmi les plus bas du continent. Aujourd'hui, trois régions, trois communautés, des impôts les plus élevés du monde et sept fois plus de politiciens. 

Mais, passons. La Belgique, ce n'est pas le bout du monde. 

L'enquête de l'émission " Complément d'enquête " a mis pleins d'idées sur la table des réflexions. Elles tombent bien à propos avant de se souhaiter les bons voeux pour l'année prochaine.

1.jpgDans un tel environnement, disons "troublé", les augmentations de salaires consentis sont devenues de véritables "sucettes à l'anis" alors que les tentations n'ont fait que grandir grâce à la publicité et que les distorsions, les injustices sont devenues de plus en plus criantes et difficiles à supporter.

Une austérité conjoncturelle qui devient structurelle, des crises en cascades, des concurrents de plus en plus agressifs dans un marché ouvert international qui engendre une recherche des prix plancher, si pas en sous-sol. Casser les prix à tous prix ou mourir,  cela peut marcher mais pas si un retour au zéro absolu se trouve en fin de course.

Le film "Un idiot à Paris" initiait l'émission pour rappeler ce que pouvait être un patron en 1967. A cette époque, pourtant, on pouvait espérer des augmentations sans même les demander. Il y avait des barêmes dans le secteur public, des mid-points dans le privé, pour limiter les trop grands écarts entre les salariés chargés d'une  même tâche. Mais il y avait des dérogations, des primes d'encouragement, de réelles augmentations de salaires. Depuis quelques années, les crises se succèdent et elles ont bon dos pour ne plus passer à la caisse pour récompenser les plus méritants.

Sur les plateaux de l'émission, un sketch d'une demande d'augmentation de salaire, était représentatif des difficultés. Tentative à double tranchant que les travailleurs ne se transmettent  plus que par des revendications syndicales globales quand le pouvoir d'achat ne suit plus. 0.jpg

 Les médias nous informent souvent que les États-Unis sont dans des difficultés sans nom. La Californie est en faillite. Enfin, tout dépend du secteur d'activité et de l'environnement.

Si, les failles s'appelaient, au départ, "subprimes", elles deviennent, parfois, des "surprimes".  

Dans la Silicon Valley, la guerre des talents est ouverte ou plutôt, rouverte.On y travaille tous les jours dans les secteurs de pointes. De jeunes patrons lancent des start-up. Les idées germent, foisonnent. Les idées y sont payées apparemment, au prix fort. Les patrons sont en quête perpétuelle pour séduire et embaucher les meilleurs informaticiens. 1.jpgLes étapes pour intéresser passent par un environnement de travail agréable, des salaires substantiels, la prise de participation, les bonus et les stock options dans des packages bien ficelés. 240.000$ par an avec des stock options qui multiplieraient le salaire par 3 si la société progresse, était-il constaté. On cherche des passionnés au travail et ensuite, les river à leur ordinateur. Être compétent, pour seule règle. Mais, rendre l'ambiance de travail la plus agréable possible ne suffit pas toujours. Le "money money" garde sa persuasion principale même s'il ne fait pas nécessairement dans la durée.

L'espace de travail selon Google n'a visiblement rien de désagréable.

Google vient de majorer tous les salaires de 10% pour contrer la fuite des cerveaux vers Facebook. Aveux de faiblesse, disent les employés. Les entreprises au top, hier, cèdent la place à leur challenger à un rythme accéléré. Yahoo, en perte de vitesse, supprimait 600 emplois dans le même temps. Car tout n'est pas "blue sky" dans ce combat de titans. Il faut être "disruptive" et non plus "incremental" comme le disait un des interlocuteurs. Du nouveau, toujours du nouveau. On veut des "rock stars", pas du réchauffé et cela jusqu'à être attaqué sur ses propres bases ou en attendant le prochain bug. 0.jpg

"Manger ou être mangé". Rêver en attendant de passer au cauchemar.

De ce côté de l'Atlantique, c'est la frilosité du côté salaires. Au mieux, ils suivent vaguement l'index des prix à la consommation. En Belgique, l'État cherche des informaticiens. Oui, mais à quel prix? La situation n'est pas différente en France.

Libéralisation de la croissance

Pour appuyer l'idée qu'il fallait augmenter les salaires, Jacques Attali allait plus loin, à contre courant. Il affirmait que la crise des subprimes trouve son origine dans la stagnation des salaires aux États-Unis des années qui ont précédé. Dans le circuit de consommations de plus en plus énergique, posséder sa maison était devenu un "must" pour l'Américain moyen. Tant que les prix des maisons progressaient à la même vitesse que les salaires, pas de problème. Quand ce ne fut plus le cas, emprunter  de plus en plus restait la seule solution. 

Contrairement à l'idée reçue, les salaires ne sont pas l'ennemi de la croissance, constatait-il. Plus les salaires sont élevés, plus les motivations existent, plus la compétitivité augmente. L'écart entre les salaires bruts et nets est prise comme la raison principale des distorsions. L'injustice actuelle se retrouve dans les 80% de la croissance réservée à seulement 5% de la population.1.jpg

Les impôts prélevés par les taxes directes sont trop importantes et font passer le salaire net des Français en dessous de celui des Allemands. Il prèche pour les taxes indirectes sur la consommation.

Innover et rester compétitif ou mourir progressivement. Tel est le modèle très libéral préconisé. Bandé ses muscles et ses neurones, si on a les moyens. Dans le cas contraire, c'est rester à quai. Le libéralisme qui n'aurait pas de contradicteurs si l'application n'avait par quelques aspects très négatifs dans la manière d'attribuer, arbitrairement, les prix aux choses et aux hommes.

La séquence classique des ouvriers français qui revendique une augmentation de 20 euros par mois et qui n'arrive à aucun résultat, montrait le gap énorme qui existe entre les moyens de production et leur rétrocessions. Pas de dialogue à part, la perte des acquis sociaux en opposition à l'usine qui doit rester pérenne.

Dans l'ombre, les dividendes des actionnaires ont progressé de 1007% dans le même temps. Entre 2003 et 2010, la moyenne des salaires ont progressé de 8% tandis que les dividendes de 120%.

La coopérative ouvrière était présentée comme antidote, comme solution à cette injustice. La faillite d'une entreprise reprise par ses ouvriers qui devenaient actionnaires  et propriétaires de leur propre usine et qui reçoivent des participations aux résultats. Un conseil d'administration en bleu et blanc de travail. Cela semble être une bonne solution trop souvent oubliée.

La Chine considérée par ces Occidentaux comme l'"usine du monde", se rebiffe. La loi de l'enfant unique a rendu la main d'oeuvre plus raréfiée. Après des grèves, des suicides, les salaires ont bondi cette année. 

Mais rien n'a vraiment changé, d'après l'émission, si ce n'est des filets de protection sous les fenêtres de l'entreprise de Foxconn. En cause, l'augmentation des salaires est allée de pair avec l'accélération des cadences et l'augmentation du stress.

1.jpgJusqu'où aller trop loin dans un sens comme dans l'autre? Jusque quand la Chine resistera au courant d'air d'Internet?

La culture de la discipline des parents chinois ne se retrouve plus chez les jeunes sous le chapeau d'Internet.

Le "Made in China" n'est plus nécessairement bon marché et la compétition devient plus équilibrée entre les productions orientales et occidentales.

Rééquilibrage en vue? Peut-être. 0.jpg

En Belgique, la priorité serait de trouver des accords interprofessionnels pour 2011 et 2012 en augmentant les salaires et les allocations sociales. Retour en France. De petites entreprises familiales s'organisent mais elles se retrouvent vite à la corde, à la recherche du profit pour payer les intérêts de leurs investissements initiaux et pour se constituer des fonds propres après déduction des nombreuses charges. Ils gagnent en liberté mais en difficultés pour couvrir leurs propres frais et prévoir leur retraite.

Intéresser pour motiver ou travail forcé, ce n'est pas la même option.

Suivant une enquête demandée par un société d'interim, un employé sur deux est satisfait de son manager et un sur cinq le jetterait bien par la fenêtre si le bureau n'était pas au rez-de-chaussée. Les points faibles d'un manager aux yeux des employés restent la communication, le charisme et la faiblesse du feedback sur leur travail. Le bon manager communique clairement, inspire la confiance, est honnête et sait écouter. 

Alors, pour combler les déficits, des auto-entrepreneurs tentent de jouer sur deux tableaux: rester salarié, devenir des hommes à tout faire, des handyman qui doivent rester moins cher que les gens de métier, quitte à être traqué par les autorités pour délit de non-payement de charges sociales.

Trouver la niche qui intéresse le consommateur, calmer les ardeurs du fisc, trouver le juste prix, rester en harmonie avec soi-même... Une perle du travail ou la quadrature du cercle?

Quelques principes de bases existent et sont servis bien chauds par des conseilleurs qui comme chacun sait, ne sont jamais les payeurs:1.jpg

"Concevoir la vie de travail pour soutenir ce que l'on veut vraiment avec le plus de passion. Le travail peut être un amusement, mais il doit sortir de l'esclavage et le stress du métro-boulot-dodo. Tenir ses neurones en éveil. Occuper son temps au mieux, pour qu'il ne soit pas perdu pour soi-même et pour les autres. Garder des objectifs réalistes. Oser dire "mon temps est plus important que le vôtre" et “Vous n'êtes pas importants” est une bonne cure.
Si cela ne marche pas passer apprendre quelque chose de nouveau."

YES. Un bon programme d'équilibres très subtils et un choix très personnel que l'on peut se souhaiter en fin d'année et qu'on oublie bien vite dans les rigueurs de l'hiver qui suivent.

Cette fois, pas de citations pour ce billet.

Trop nombreuses, trop lourds. Le Père Noël n'en a toujours rien cirer. Un peu fainéant, cette année, il n'a aucune envie d'en sélectionner dans sa hotte.

1.jpgCe personnage illustre aime les histoires vraies qui finissent bien, style du conte de fées, au besoin des contes moins légers et au pire, des théorèmes incontestables. Alors, donnons lui, un de chaque.

Vendeur de gaufres au suc' à New-York0.jpg

Imaginez que vous vous promenez du côté de Broadway, tout à coup une odeur de gaufre vous caresse les narines. Cela vient d'une camionnette jaune qui arbore un drapeau belge et une enseigne "Belgian Wafels". Un certain Thomas De Geest est devant ses fers. Il y a une dizaine d'années, il était consultant chez IBM. Il gagnait 100.000$ par an, à cette époque. Envoyé partout dans le monde, il rencontre sa "future" qui lui fait hésiter de continuer. Il voudrait faire autre chose. Elle le pousse vers son plan B. En 2007, il trouve ce chaînon manquant à New York. Au diable la sécurité, la stabilité. Pour y arriver, il n'y avait qu'à apprendre à cuire des gaufres, à y ajouter de la chantilly, des fraises, du chocolat belge, à adapter ses recettes aux goûts locaux. Les gaufres de Liège et de Bruxelles deviennent, parfois, des gaufres boulettes ou avec sauce barbecue. Qu'importe, nous sommes sur Big Apple. Ses connaissances en management on fait le reste. Son site vous apprendra la suite avec quelques wafeleurs et wafelettes hebdomadaires.         

Conte du chômeur à Redmon1.jpg

Un chômeur postule pour un poste de déboucheur des toilettes chez Microsoft.

Le directeur des ressources humaines le convoque pour l'entretien, puis lui fait passer un test avec une ventouse toute neuve. Le résultat est à la hauteur des ambitions. Le DRH essaye le lieu d'aisance et remarque que tout est parfait, propre, après avoir poussé le bouton ad hoc.

Heureux, il lui dit : "Tu es engagé, donne-moi ton email et je t'enverrai le formulaire rempli ainsi que la date et l'heure auxquelles tu devras te présenter pour commencer ton travail."

L'homme désespéré, répond qu'il ne possède pas d'ordinateur, et donc pas d'email.

Le DRH lui dit alors qu'il est désolé, mais que s'il n'a pas d'email, cela signifie que virtuellement il n'existe pas et, comme il n'existe pas, il ne peut avoir le job.

L'homme sort, désespéré, sans savoir que faire, avec seulement 10 dollars en poche. Alors il décide d'aller au supermarché et d'acheter une caisse de 10kgs de fraises.

Il fait donc du porte à porte pour vendre ses fraises au kilo, et en moins de deux heures, réussit à doubler son capital. Il répète l'opération encore trois fois et revient chez lui avec 60 dollars.

Alors, il réalise qu'il pourrait survivre de cette manière. Il part de chez lui, tous les jours plus tôt, et revient chez lui, plus tard, et ainsi triple ou quadruple son argent chaque jour.

Peu de temps après, il achète une charrette, puis l'échange contre un camion et peu de temps après, se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.

5 ans passent. L'homme est maintenant propriétaire d'un des plus grands réseaux de distribution alimentaire des États-Unis.

Il pense alors au futur de sa famille, et décide de prendre une assurance vie. Il appelle un assureur, choisit un plan d'assurance et quand la conversation prend fin, l'assureur lui demande son email pour lui envoyer la proposition.

L'homme dit alors qu'il n'a pas d'email! Curieux, lui dit l'assureur, vous n'avez pas d'email et vous êtes arrivé à construire cet empire, imaginez où vous seriez si vous aviez un email.

L'homme réfléchit et répond : "Je serais déboucheur de toilettes chez Microsoft."0.jpg

Moralité 1: Internet ne solutionne pas ta vie.

Moralité 2: Si tu n'as pas d'email et que tu travailles beaucoup, tu peux devenir millionnaire.

Moralité 3: Tu as lu ce message sous forme de conte, c'est sûr, tu es donc plus proche d'un déboucheur de toilettes que d'un millionnaire.

Ne répondez pas, ni ne commentez ce conte... L'idiot à Paris des débuts a déménagé. Il est parti, loin. Parti pour vendre des fraises, là où elles poussent toute l'année !!!

0.jpg

24/2/2014: Les Etats-Unis ne sont pas les meilleurs sans qualifications 

A New-York, Luis Vasquez, dominicain d'origine, prend les transports en commun du Bronx jusqu'au restaurant MacDo où il travaille (MickeyD comme il l'appelle). Il paye 2,5$ pour s'y rendre.

Au travail, il reçoit 8$ par heure, soit 0,75 $ au dessus du minimum. Il travaille 24 heures par semaine et parfois il est renvoyé dans son foyer quand on n'a pas besoin de lui. 

1,5 million de travailleurs (2% de la population active) travaillent au salaire minimum.

Le CEO de MacDonnald, lui gagne 2000$ par heure.

La priorité d'Obama pour 2014, c'est de porter le salaire minimum à 10,10$ l'heure.

85% du parti démocrate et 50% du parti républicain sont d'accord.

Le problème c'est que 500.000 emplois qui dépendent de clients seraient en problème. 

Théorème du Salaire
Le "Théorème du Salaire" de Dilbert établit que "les Ingénieurs et les Scientifiques ne peuvent JAMAIS gagner autant que les hommes d'affaires et que les commerciaux".
Ce théorème peut maintenant s'appuyer sur une démonstration mathématique qui s'appuie sur les deux postulats suivants :
Postulat n° 1 : Connaissance = Puissance.
Postulat n° 2 : Temps = Argent.
Tout ingénieur sait que : Puissance = Travail / Temps
 Donc : Connaissance = Travail / Argent
On obtient alors facilement : Argent = Travail / Connaissance
Ainsi, comme les règles de l'arithmétique le disent, si la Connaissance tend vers zéro, l'Argent tend vers l'infini, sans se soucier de la charge de travail.
A l'inverse, si la connaissance tend vers l'infini, l'argent diminue vers le néant en continuant à travailler.
Conclusions : Moins vous en connaissez, plus vous gagnez d'argent !!!
Plus vous travaillez, moins vous gagnerez d'argent, c'est arithmétiquement prouvé. CQFD.

Depuis lors, "J'M'amuse", comme disait Fernand Raynaud dans un sketch.

Joyeux Noël et bonnes augmentations de ... (à compléter)


 

L'enfoiré,

 

Mise à jour de 09 avril 2013: Sur 30 caricatures en provenance de l'immigration par semaine, 3 sont acceptées.en cause les règles de l'immigration et les visas délivrés au compte-gouttes. Un maximum de 65.000 par an et par pays.  

Mise à jour 17 septembre 2015les salaires pratiqués en Belgique

 

0.jpg

0.jpg

 

 

Sur Agoravox, l'argent a-t-il une odeur?

Commentaires

Guy
J'avoue ne pas trop comprendre les conneries de concurrence entre site et pseudonymes, à moins que je ne comprenne que trop bien.

Sur le net je suis comme dans la vie réelle, je suis impulsif donc je réponds parfois mais passé cet instant d'égarement je finis par ignorer totalement ou déserter le lieu de rencontre .

Au travail on en rencontre énormément des types agressifs, des gars qui crachent leur névrose à la tête de tout ce qui passe, pour le peu que ce qu'ils ont en face d'eu soit moins névrosé qu'eux-même.

Là aussi, pour 1000 euros par mois je veut bien travailler mais travailler et me faire emmerder par des malades mentaux dont la place est plus sur le divan d'un psy qu'au boulot, c'est hors de question .
Là aussi je suis capable de tout laisser en plan et de rentrer chez moi en moins de 5 minutes.
(j'ai du le faire des dizaines de fois, les seules fois ou je ne l'ai pas fait ça a mal fini)

La nature humaine sur le plan du travail n'a plus beaucoup de secrets pour moi j'ai déjà organisé mes catégories .
Cela passe du malade mental qui se défoule là où il ne peut pas le faire dehors sans risquer de se faire déplumer, de l'incompétent qui masque ses carences par des coups de vice, du petit chef trouillard qui préfére placer les incompétents vicieux aux postes clés pour se les mettre dans la poche etc...

Tous ces types rampent comme des larves dès que tu les oblige à assumer comme des hommes, le problème c'est qu'au final tu es licencié et en plus tu dois payer quelques miliers d'euros selon l'état dans lequel tu les a laissé.

Désormais je fuis, c'est la meilleure chose à faire tant que le système est une machine à faire la promotion de l'incompétence et la maladie mentale .
Tu avais écrit "la compétence n'est plus seule", c'est tellement vrai, je dirai même que tout ce qui est anexe est plus important que la compétence .

Je n'ai pas de temps à perdre avec de la connerie, je n'aime pas les malades comme Momo et bien d'autres, je passe leur chemin et je les laisse baigner dans le milieu qu'ils se créent et qui leur va si bien : La fange, leur milieu de vie naturel

Onn emporte toujours ce que l'on a avec soi, autant dire qu'on n'échapppe pas à soi-même.
Chacun vit dans le milieu naturel fait pour l'accceuillir, on choisit ses fréquentations en fonction de cela que ce soit sur internet ou ailleurs ;-)

J'ai toujours aimé les grands espaces une marre de fange ne me convient ni sur internet, ni dans la vie réelle .
On s'évertue à mettre les malades en prison alors que c'est inutile la prison de leur cerveau est bien plus méchante, il suffit de les priver temporairement de l'usage de la vue et nous économiserions des milliards .

Je ne risquerai pas mon équilibre personnel pour 1500 euros alors gratuitement sur internet je te laisse deviner ...

Écrit par : Sun Tzu | 19/12/2010

Répondre à ce commentaire

Sun Tzu,
J'ai attendu de répondre à ce commentaire qui se prêtait mieux à ce billet.
L'agressivité est une conséquence d'une situation mal vécues.
La canaliser est difficile, mais possible avec un peu de psychologie sur Internet, si on s'extrait de la virtualité.
La vraie vie, celle du travail, de la vie, c'est plus difficile, car il y a une dépendance "parent-enfant", "employeur-employé".
"Catégoriser" ses interlocuteurs est tout le secret.
Trouver les failles et les points forts, les utiliser comme le ferait un judoka. Connaître aussi ses propres points positifs et négatifs.
Je ne me suis jamais plié au "nice to have". Garder des priorités bien comprises.

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy

Bravo à toi et on article!

Écrit par : Victor | 19/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy, un de tes meilleurs articles tant il est clair et synthétique tout en abordant tous les aspects .

Pour ton passage sur l'augmentation des dividendes il est important de préciser que la croissance du bénéfice des entreprises a augmenté exponentiellement là où les salaires ont augmenté linérairement et faiblement ces 30 dernières années .
+45% de bénéfices contre +6% de salaire ces trente dernières années, c'est de cet ordre là !!!

Les entrerpises n'ont jamais été aussi riches .
(il faut que je te retrouve le synoptique c'est hallucinant )
----------

Foxconn c'est une autre affaire même si le management est en cause.
Cette boite a crée un tsunami avec des gros soucis sur les sockets 1156 destinés aux processeurs haut de gamme Intel .
C'est une catastrophe pour les fabricants de cartes mères, les intégrateurs, les vendeurs EOM, etc...
Tout le monde en a bavé avec cette histoire .

Quand le socket grille le processeur qui est responsable et est-ce que mon processeur est encore garanti par Intel ????
Voilà qui a résservé de superbes batailles à tous niveaux du producteur au consommateur en passant par les partenaires .

Forcément le stress et la chasse aux sorcières ont suivi chez Foxconn ...

http://www.pcworld.fr/2009/10/15/materiel/carte-mere/plateforme-intel-p55-express-core-i7-core-i5-socket-lga-1156/453341/

Le gros souci pour Foxconn c'est que ce style de produits est quasiment "commercialisé" par les geeks et les Over-Clockeurs ...
Les entreprises de hardware fournissent le matériel aux sites et revues de hard pour qu'ils publient des tests et des benchmarks à l'attention du consommateur final .

Déjà que la quête du saint graal du processeur qui encaisse l'Over-Clocking extrême est permanente et très aléatoire alors si en plus les sockets grillent les processeurs ça devient "no-way" ...
Ca tue le marché une péripétie comme cela, heureusement qu'ils ont réagi immédiatement le feedback est immédiat chez nous et il est international car tous les over-clockeurs fréquentent et sont en compétition avec d'autres équipes d'O/C .

-----------

-"Le bon manager communique clairement, inspire la confiance, est honnête et sait écouter. "

C'est fini ça, désormais c'est place au management par la terreur !
Tout le monde manipule tout le monde, il n'est même plus question de Judo il est question de mensonge, d'arnaque, de pressions, de chantage permanent, de menaces .

On ne demande plus aux cadres que de savoir manipuler comme des bourrins, comme carotte on leur propose des primes sur objectifs mais aucune carotte pour leurs employés, c'est bien plus économique de rincer un cadre que de rincer tous les employés d'un service .

L'entreprise actuelle est la plus grande machine à névrose du XX ème siècle .
Terminé la démocratie les temps sont à la truando-cratie, que ce soit dans le seceur public ou privé, la pieuvre a tout envahi .

Je pourrai écrire une pleïade sur la management actuel !

--------------

"Alors, pour combler les déficits, des auto-entrepreneurs tentent de jouer sur deux tableaux"

Pour devenir auto-entrepreneur il faut vraiment ne rien avoir écouté à la formation "auto-entrepreneur" .
C'est vraiment le statut le moins viable du monde.

Auto-entrepreneur la machine à fabriquer de la misère à moindre coût, le type qui a inventé cette folie mériterai la lapidation en place publique !
(laisse-le moi une heure dans ma cave ça devrai suffire ...)

Les seuls auto-entrepreneurs qui s'en sortent sont ceux qui truandent à fond, tout le monde est au courant.

Je ne vais pas m'étendre sur le sujet tant ils est à vomir, il suffit de regarder les chiffres des deux premières années et de voir les études d'impact social qui suivent, c'est catastrophique .

Écrit par : Sun zu | 20/12/2010

Répondre à ce commentaire

Sun Tzu,

Clair et pourtant avec une finalité non comprise sur AV.
Comme squelette de l'article, j'ai voulu suivre l'émission auquel il se réfère.
-----
A force de diminuer les coûts, même si les revenus n'augmentent plus fortement, les bénéfices augmentent. C'est aussi de l'arithmétique simple.
-----
On ne parlait pas des soucis qu'a créé Foxconn dans ce qu'ils produisent. Donc, merci pour ce complément d'informations.
----
Au sujet du management, ce que tu dis est exact. Il fait de plus en plus souvent partie d'une hiérarchie et le "middle management" est devenu des porte-paroles sans pouvoirs réels ayant trop peur d'ouvrir le bec et d'être viré lui-même.
Devenus cadres, ils ont reçus des grades en chocolat.
C'est une véritable chaîne de complots qui s'est organisé où les infos ne parviennent plus à ceux qui ne ont besoin.
Il est loin le temps du paternalisme et d'être appelé par son nom propre, plutôt que par une ou plusieurs compétence "x" et "y".
-----
Le statut d'auto-entrepreneur, c'est la partie que je connaissais le moins.
Il offre la liberté en plus, disait un des pratiquants. Mais si la liberté est chère payée, est-ce encore une liberté?
-----
Le cas "bizarre" a été celui de ce belge qui vend des gaufres. Je lui ai laissé un petit hello sur son site pour l'avertir que je parlais de lui.
Il a fait ce qu'il aimait faire et ça c'est le point principal de cet article. Ajuster ses besoins a ses motivations.
-----
J'ai terminé par un peu d'humour. Mais l'humour, on n'aime pas quand on vit dans la sinistrose.

Écrit par : L'enfoiré | 20/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy,

Non seulement les bénéfices augmentent mais en plus les entreprises font migrer de plus en plus de charges sur les employés, je m'explique :

-"Mode écologique de mes fesses" là où existait le bus d'entreprise pour les employés désormais les entrepises exigent permis de voiture plus véhicule .
Même si ce n'est pas indispensable pour le travail, même si avoir ou non une voiture relève de la spère privée, même si ce n'est ni légal ni spécifié dans l'énnonce de l'annonce .

De ce fait d'un salaire tu peux retirer 250 euros par mois pour le véhicule "non obligatoire" mais "imposé par la discrimination à l'embauche". (moins 250 euros/mois sur le salaire, au niveau de la rénumération nous reculons de 30 ans)

-Les frais de déplacement et de repas ne sont plus du tout indemnisés à leur juste valeur (quand ils sont encore indemnisés), demandes à tous les commerciaux de ton entourage...

-Les outils et les tenues de travail sont désormais ceux des employés, c'est de plus en plus fréquent .

-Les mutuelle et autres avantages jadis occtroyés par le CE sont désormais inexistants voire moins avantageux que pris individuellement .

La liste est énormissime on pourrai en faire un article.
Nous sommes au retour au salaire de la peur, "la masse" bosse pour la gloire ou la peur certainement pas pour autre chose à moins de se mentir à sois-même.
---------------


Pour le middle management c'est exactement ce que tu dis, on les tient par la peur et parfois quelques primes sur objectifs ridicules au regard de ce que le managemeent actuel "par la terreur" fait économiser à l'entreprise.
Désormais le middle manager est avant tout un menteur pathologique dictateur avec les faibles et servile avec les puissants . (un type qui n'a pas de testicules mais qui joue les cadors)
-------

Le statut auto-entrepreneur est super :
40 000 euros de CA annuel MAXIMUM, sinon c'est taxes à 80% de ce qu'il y a au desssus des 40 000 euros mais en plus l'obligation de passer en SARL .

Sauf que le type qui est arrivé à ses un ans d'activité doit payer ses charges sociales à 50%.
Même s'il a fait ses 40 000 euros il ne restera pas grand chose une fois les charges payées et n'importe quel expert comptable te dira que dans de telles conditions il est mathématiquement impossible de passer en SARL ou de débloquer le moindre crédit pour le faire .

L'auto-entrepreneur travaille en son nom propre, s'il a des dettes il perd ses biens personnels .

L'auto-entrepreneur perd la sécurité sociale et ses droits à l'assurance chômage .

L'auto-entrepreneur est souvent en réalité un salarié déguisé à qui on donne la gloriolle de nom de "sous-traitant" .
Souvent le type travaille pour son ancienne entreprise qui lui a dit à mots à peine voilés : "Soit on te vire, soit on te fait travailler comme sous-traitant" .
(c'est ça la réalité du système de la mafia Sarkoyste, d'ailleurs ils devraient être en taule pour la pluspart que ce soit Woerth, Chirac, Balladur, Pasqua ... Pour les autres ils sortent de taule comme Juppé, balkany etc... il a de très bonnes "références immorales le Sarkozyg !!!!)

http://www.google.fr/search?hl=fr&&sa=X&ei=0Y8PTc6eFcyQjAe92fjFDg&ved=0CBcQBSgA&q=statut+auto+entrepreneur+cauchemar&spell=1

--------------
Pour l'humour je ne suis pas bon du tout je n'aime vraiment que l'humour intolérable, politiquement incorrect et noir d'encre, j'ai un petit côté sadique non dissimulé .

-------------------------------------------------

Toute forme d'esclavage rêve du jour ou elle brisera ses chaînes, c'est un rêve plus intelligent et palpable que le lotto .

Ils sont en train de réinventer l'esclavage, de moins en moins de gens en sont dupes .
Justement à cause de cette prise de conscience nous pouvons prévoir une réaction à moyen terme, sauf que la raction sera en peu de temps à la même hauteur de violence que les dizaines d'années de névrose accumulée ...

Il ne faudra pas venir pleurer, torturer juste pour le plaisir, un gros actionnaire par-ci un politicard par là, un Ruppert Murdoch et un madoff pour le déssert .
La mort serai trop douce pour ces machins là, la vie dans la souffrance les fera attérir de leur mégalomanie et de leur mépris . (le tout sous couvert de recherche scientifique "effets de la torture sur des types au dessus de tous les autres. Est-ce qu'un type qui vaut en moyenne 180 fois plus qu'un autre résiste 180 fois mieux à la torture physique et morale" ...)

Rien de revanchard, c'est juste une expérience scientifique afin de collecter des données pour le bien de l'humanité .

Il faut juste attendre que l'effet de mode le permette, tout est permis seulement il faut que ce soit au bon endroit, dans le bon contexte, au bon moment .

Écrit par : Sun Tzu | 20/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy

J'oubliais mais c'est important.
Avant le seconde guerre mondiale aux USA les revenus des plus débilement rénumérés étaient taxés à 90%, personne n'en parle maintenant nous faisant croire que les USA ont toujours été le pays sans impôts .
----------

Pour qu'un minimum de logique mais aussi par souci de pragmatiqme et assurer un VRAI travail pour un salaire il faut immédiatement interdire le cumul du moindre mandat électif ET mandat électif cumulé à une rénumération d'un travail dans une entreprise privée .

Le premier point parce qu'il est impossible de travailler à deux endroits différents en même temps à moins d'avoir le don d'ubiquité .
Le second point au nom du conflit d'intérêt flagrant et de la corruption qui ronge nos pseudo démocraties .
------------

Tant que nous y sommes il faut interdire strictement toute forme de financement privé des campagnes politiques et des partis .
La politique est un service public trop souvent acheté par des Bettencourt et compagnie .
Je me fous de savoir comment ils se débrouillent pour trouver le fric, qu'ils vendent des produits dérivés ou je ne sais quoi !
------------

Pour la recherche scientifique et les enquêtes sanitaires etc...
Mise au secret en double aveugle des études et secret total des scientifiques qui dirigent les études .
La moindre forme de corruption punie par la réclusion criminelle assortie d'une période de sureté de 10 ans.
L'intérêt général n'a pas de prix .
-------------

Fin totale de l'immunité parlementaire ET au nom de l'exemplarité doublement des peines potentielles en cas de délit d'un élu .
----------

Justice remise à plat complète du système, il faut qu'il arrêtent de nous prendre pour des crétins, on voit des coupables d'homicide moins punis que de petits actes de délinquance .
Une conséquence une peine incompressible et une fourchette entre minima et maxima à plaider .
Quand je vois des "femmes" qui tuent quatre de leurs enfants et passent moins d'un an effectif en prison, il ne faut pas déconner à moins que le "déni de président" soit enfin reconnu (par la science la plus inexacte qui soit) la psycho/psychia .

Il faut un tarif incompressible pour chaque chose, pour l'instant c'est vraiment un gros n'importe-quoi .

Écrit par : Sun Tzu | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Un chiffre incontestable : Les bénéfices des entreprises augmentent de 7.5% pas an depuis 60 ans !!!!

Dans le même temps la part de prestations sociales, de charges et de salaires est de plus en plus petite sur le chiffre d'affaire au point d'en être à un record historiquement bas chaque année depuis vingt ans .

La réalité met à mal la propagande merdiatique et gouvernemenale, jamais les entreprises n'ont autant fait de bénéfices .

La dictature de l'actionnariat roi doit immédiatement se terminer, il faut saigner les actionnaires dictateurs à mort par le biais de taxes .
J'ai bien dit à mort, la récréation est terminée !

Écrit par : Sun Tzu | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Sun Tzu,

Merci pour toutes ses commentaires de France.

Je ne vais pas dire que la Belgique soit différente, mais il y a des visions différentes.
Le problème écologique du transport a été résolu par le remplacement des véhicules de manière plus rapide. Ce qui veut dire une mise en circulation de véhicules à la pointe de la technologie écologique. Pour le particulier des primes à l'achat de voitures propres. Il y a une voiture de société sur cinq. http://www.dhnet.be/infos/societe/article/313404/20-de-voitures-de-societe-en-belgique.html
----------
Les auto-entrepreneurs existent ici aussi, mais s'il est basé avec un bon projet, des aides de l'était sont possibles.
Les règles de freelance en Belgique: http://www.securex.be/fr/starters/faq/index.html?gclid=CMf2koum_aUCFcM33god4SHGnw
-----
Le meilleure société à mon avis, est celle dont je parlais. Une faillite et une reprise par les ouvriers et employés qui deviennent actionnaires.
----
Les impôts aux States sont loin d'être nuls mais les taux se stabilisent dans les hauts plafonds.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Imp%C3%B4t_sur_les_soci%C3%A9t%C3%A9s_aux_%C3%89tats-Unis
----
Le cumuls des mandats est aussi à relever:
http://www.cumuleo.be/
-----
De tous les commentaires, ici et ailleurs, je retire un étonnement.
Personne n'a parlé des expatriés alors que cette partie n'était pas dénuée d'intérêts.
J'en avais déjà parlé précédemment.
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2010/10/20/le-beurre-se-fabrique-a-l-etranger.html

Écrit par : L'enfoiré | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy

La voiture et d'ailleurs l'écologie et la croissance ne sont pas vraiment compatibles, c'est là où ils nous prennent pour des abrutis .
Pour être écologiques des mesures rapides et gratuites sont à portée de crayon ministériel, sauf que ça va tuer quelques emplois au passage .
Il suffit d'interdire la publicité papier ce serai déjà un très bon point .

Interdire les suremballages voire taxer chaque transport non ferroviaire, les entreprises en ont les moyens avec les bénéfices pharaoniques qui sont en perpétuelle croissance contrairement aux idées reçues . (on peut même taxer les produits venant de l'étranger par ce biais )
Là on me dira que ça risque de plomber la consommation, c'est du pur vent à 4000% qu'ils trouvent d'autres conneries à opposer comme par exemple le traité Européen qui a obligé la France à démanteler son réseau ferré de fret pour rentrer dans les chiffres de l'UE...

Idem pour la voiture, la voiture obligatoire pour tous érigé en dogme est une connerie sans nom .
Là aussi nous ne voulons pas changer le fusil d'épaule pour ne pas perdre des emploi mais surtout du bénéfice .
L'emploi c'est juste ce qui permet de rendre populaire une opposition, le fric est le réel prétexte .

Regarde les gens bloqués dans les aéroports sans aucune information ces derniers temps, tout le monde est tellement complice de la folie vendeuse qu'aucun journal n'a dit la vérité :

La compagnies aériennes n'avaient aucun intérêt à informer et risquer de perdre quelques heures à la reprise des vols et quelques places vides .
Ils ont donc décidé de prendre en ôtage leurs clients pour être certains que leurs avions seraient bourrés dès les premières minutes de la reprise du trafic aérien .
Voilà la vérité toute crue .
Le client est devenu un otage dans bien trop de domaines tout comme le salarié smicard est un otage du salaire de la peur .
-------

Auto-entrepreneur c'est nul de chez nul, SARL c'est la seule solution viable .
Auto-entrepreneur c'est chômeur déguisé, c'est comme cadre avec un statut cadre sans aucun vrai pouvoir de cadre.
--------

Salariés devenant actionnaires, oui mais là aussi c'est au cas par cas .
Les entreprises se conduisent comme des bandits de grand chemin, contre cela je pondrai des lois pour mettre systématiquement en examen les dirigeants et éplucher leurs comptes .
Toute boite qui délocalise devrait être obligée de rembourser rubis sur l'ongle toutes les presations et avantages sociaux qu'elle a accumulé sous réserve de 10 ans d'inculpation d'abus de biens sociaux pour son dirigeant .

Les grosses boites sont celles qui délocalisent mais aussi celles pour lesquelles l'administration offre le plus d'avantages, de primes et de cadeaux fiscaux .

Après cela on nous dira que l'artisanat est le premier employeur de France, sauf que les artisans sont discriminés administrativement parlant en ce qui concerne les avantages .
-----

Les impôts c'est bien beau mais les truands courent les rues .
carlos Ghosn le patron de PSA ne déclare que 10% de ses revenus, l'affaire est connue de tous dans le milieu ...
On est très loin des 180 fois le smic, on s'approche des 1800 fois le smic en réalité .

Tu ne trouvera aucun article qui donne le même chiffre sur les salaires des grands patrons, même les revues les plus sérieuses . C'est bien beau tout ça mais on ne parle plus des parachutes dorés pour multi millionaires qui sont payés plus que 180 employés productifs ....

C'est une véritable chasse aux sorcières internationale qu'il faut mettre en branle, (enquête dans tous les sens, on rigolerai bien et beaucoup seraient surpris) à défaut une bonne chasse à l'homme me conviendrai, pour que les risques correspondent au salaire .
----------

Le cumul des mandats ne devrai pas exister, c'est le plus bel exemple de glandage à un prix fou .
------

Je ne vois pas comment on rétablira le démocratie dans la mafiocratie actuelle avec des mesurettes pour amuser la galerie .

Je sais je ne suis pas cool, tout cela n'est tellement pas sérieux que j'ai du mal à être sérieux dans mes propos .

Et si on les noyait tous dans un bain d'or en fusion ?
Au moins ils atteindraient le but de leur vie : Être riche au point de pisser de l'or ;-)

Écrit par : Sun Tzu | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Sun Tzu,

Il n'y a rien qui est exempt de points négatifs. Tout est une question de compromis de rapport prix/performance.
Si tu te rappelles ceci:
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2010/10/09/l-absence-de-progres-peut-nuire-gravement-a-la-vie.html
On ne retourne jamais en arrière. Le transport ne fait pas dans le détail. Le train ne va pas jusqu'à l'endroit de la distribution et les gares ne sont pas partout. Plus nombreuses, les trains deviendraient des omnibus.
Alors, il faut trouver un juste milieu:
http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/planete-rail-et-voiture-electrique-288245
En France, les distances sont encore plus grandes. Ne parlons pas des États-Unis, la France devient un jouet. Ce n'est pas pour rien qu'il y a plus de voitures. Los Angeles, ce n'est une ville, c'est un pays avec une foule de quartiers comme mégapole. J'y ai été, je peux en parler.
Il n'y aucun transport en commun qui remédierait au problème dans un pays moderne. Tout se tient. Le travail, la pollution, la vie.
Client otage, exact. Testeur du système, même et gratuitement, en plus.
Pas besoin de prendre l'avion, ton magasin grande surface le fait en permanence.
Dans peu de temps, plus de caissières. On étudie et on teste...
Je ne sais si tu as vu la vidéo de l'émission. Les reportages étaient intéressants. Cas par cas, pour les salariés actionnaires, tout à fait. Tu connais ce qui s'est passé avec ces entreprises qui vivent en autarcie en Israël: les kibboutz. Il n'en existe presque plus.
Nous sommes tous différents. Certains sont plus fainéants et d'autres doivent rattraper les premiers pour combler leur absence.
Tout cela fait parie de l'étude des anthropologues.
Je t'ai parlé de Jorion. Il est anthropologue et pas économiste. C'est la raison pour laquelle, je continue à l'écouter et pas pour ses connaissances d'économiste.
Le cumul des mandats est un problème seulement si le split des mandats ne coûte pas encore plus cher.
Pissser de l'or....???
Amusant...
Ne quitte pas, c'est presque le sujet de mon article suivant. :-)

Écrit par : L'enfoiré | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Pour finir, une dernière pour la route de l'article lui-même.
Une question: en combien de temps, ai-je doublé mon salaire de débutant?
Je te laisse réfléchir.
:-)

Écrit par : L'enfoiré | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy
Pour ton salaire je n'en ai aucune idée mais pour le miens je sais qu'il a été divisé par deux en moins de cinq ans et pour les vingt années suivantes .
Je gagnais le double à peine sorti de l'IUT ....
----
Pour le transport ce que tu dis est vrai.
En revanche il ne faut pass se voiler la face, l'Europe nous a obligé à réduire les gares de frêt pour atteindre le bon pourcentage technocratiquement décidé .
Il est évident qu'il serai plus écologique et sécuritaire de passer les frontières européennes en train puis dispatcher les marchandises par camion .
Là encore c'est une volonté politique, irréalisable depuis l'europe puisque le train est parti vers la privatisation .
(ceci-dit les assurances obligatoires prouvent que public ou privé ce n'est pas le souci)
----
Client otage :
Tu as entendu parler du médiator le médicament de tous les dangers.
La vérité sur ce médicament je viens de l'apprendre d'un professionnel de santé :
La Médiator était prescrrit par les spécialistes, le généraliste ne peut pas se permettre de changer l'oradonnance du spécialiste, donc il la renouvelait .
Les professionnels de santé en connaissaient les dangers même avant que ce médicament soit interdit à l'étranger .
Les pouvoirs publics étaient parfaitement au courant .

Il s'avére que le médiator est fabriqué par un des rescapés des laboratoires Français.
Ce laboratoire finance les campagnes politiques de droite comme de gauche .

Voilà comment on laisse des médicaments mortels sur le commerce . CORRUPTION !!!!

Nous sommes arrivés à un tel point de corruption que les politiques sont obligés de créer des lois contre leurs propres abus .
En cas de mensonge sur leur patrimoine ils risquent 30 000 euros d'amende mais ont totalement effacé la possibilité de peine de prison .
Ce que ne disent pas les médias c'est que cette loi leur permet d'échapper à la loi fiscale faite pour tout administré, au nom de l'impossibilité de la double peine .
Au final cette loi de pacotille est plus que favorable à l'impunité des politiques là où la loi pour le citoyen est 100 fois plus sévère .

Les journalistes sont des baltringues complices de nous prendre pour des cons OUI !
---------------

Les fainéants c'est voulu voire même organisé .
J'ai expliqué de A à Z comment a été articficiellement organisée la pénurie d'emploi . (sur cent pâpiers)
Les fainéants sont une des composantes de la chose, pas les initiateurs de cette pénurie organisée .
-----

On ne refera pas le monde nous avons la chance de vivre une période charnière et nous sommes témoins du début de ce qui va initier une transformation de la société .

Quand les politiques commencent à accumuler les lois pour se protéger du régime général du justiciable c'est que ça commence à sentir la poudre ....

Tant que la majorité des citoyens ne voyaient rien de la voyoucratie ou corruptocratie ça passait .
En 2010 ils ne font plus illusion, avec la belle grande crise qui se profile tout le monde va se tirer dans les pattes .

Je suis toujours branché Aristote, si j'en crois ce qu'il écrivait nous arrivons à la fin du système actuel. (il faut être patient la fin ne se fait pas en une année mais sur les 10 à 15 prochaines années)

Écrit par : Sun Tzu | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Merci encore pour tes réponses.
Mon salaire a été doublé en 2 ans. Inimaginable aujourd'hui.
Un jeune qui commence, et j'en ai connu est démotivé par des petits encouragements qui ne lui apportera rien de plus.
Je travaillais dans un secteur de pointe, c'est vrai. Et si je n'avais pas reçu ces "pushs" successifs, je serais probablement parti à l'étranger pour voir si l'herbe n'y était pas plus verte.
-----
Pour les camions, rien de plus juste.
La Belgique est aussi un pays de passage. On ne paye pas de taxes pour emprunter les routes, pas de péage. Ils n'y a plus que des camions. Ils deviennent les endroits de stockage ambulants de marchandises.
-----
Je ne connaissais pas le "mediator". Merci pour l'info.
Pour le domaine des médicaments, je me permets de te parler de ce billet http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/03/23/vies-en-conserves.html
La corruption existe dans tous les domaines et de haut en bas de la société. Sans vouloir la pardonner, réaliser les choses plus vite et à moindre coûts est une règle de vie. Plus on est haut, plus elle touche plus de monde. L'éthique est un mot récent.
-----
J'ai utilisé le mot "fainéants" mais, il faut se rappeler que nous sommes tous différents avec des potentiels qui ne sont pas nécessairement au top de ce qui est nécessaire. Hors, manque d'argent, pour remercier on pousse les gens à des postes auxquels ils ne sont pas destinés pour arriver au fameux principe de Peter.
----
Tu as raison de parler de remise en question, de mutation. Dans l'histoire, souvent elles ont été longues, notre monde va plus vite. Est-ce qu'elle pourra suivre le rythme?
Les risques d'hyperinflation guettent.

Nous sommes en fin d'année. Laisse-moi tout de même te souhaiter le meilleur pour la suivante. L'espoir fait vivre... :-)

Écrit par : L'enfoiré | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy, bonnes fêtes à toi également mais surtout et avant tout une santé sans faille qui te permette de faire tout ce que tu aimes .

Je n'ai vraiment pas à me plaindre, je rale comme cela sur de la théorie sociétale et sur le monde tel que je le rêve mais j'arrive à vivre ma vie et m'adapter à toute circonstance sans névroser, c'est ça l'essentiel .

-----
Les risque nous guettent c'est vrai mais comment croire qu'il est possible de vivre éternellement sur la monnaie de singe, la corruption, l'intérêt de la minorité aux frais de la majorité etc ...

Tout l'histoire n'est faite que d'événements de rectification violents, nous n'y échapperons pas c'est une constante .

Il peuvent ne pas avoir le courage de réformer la finance en tous cas je n'ai jamais vu les banques réaliser autant de travaux de rénovation alors qu'il y a deux ans on nous demandait de les sauver ...

Rien que dans ma ville 70% des branques sont en train de rénover leurs locaux de A à Z ça saute aux yeux.

Encore une arnaque qui a fonctionné plein pot avec la complicité de nos politiques, à force de pousser le bouchon trop loin il finit par sauter .

Les affaires les moins pertinentes sortent sans arrêt, si tu y ajoutes les affaire pertinentes dont nous avons parlé dans nos commentaires ça commence à faire beaucoup trop pour n'importe quel système politique que ce soit .

On ne pourra pas amuser la galerie avec des conneriesde second ordre éternellement ...

Écrit par : Sun Tzu | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord. Je te laisserai ces derniers mots pleins de bons sens.

Écrit par : L'enfoiré | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Guy

L'affaire du Médiator, mes allégations d'hier se confirment officiellement aujourd'hui .

Sarkozy a travaillé plusisers années pour le labo du Médiator, a ensuite décoré de la légion d'honneur en personne Servier le PDG du laboratoire .

Servier avoue avoir financé généreusement tant l'UMP que le RPR .

Tous ceux qui gravitent autour du laboratoire dénnoncent les méthodes mafieuses de Servier and Co, "de véritables méthodes mafieuses et de menaces physiques taient monnaie courante envers les employés" .


http://www.francesoir.fr/medecine/mediator-servier-aurait-cherche-neutraliser-des-experts-medicaux.76430

----------
Je confirme mes propositions de rendre illégal les mandats publics cumulés avec les emplois privés et également interdire tout financement privé des partis politiques ainsi que les "études" réalisés par nos politiques en fonction pour des gouvernements étrangers .
(trop facile que de se servir des outils et du pouvoir mis à disposition dans le cadre de leur mandat pour se faire du pognon !)

Finito la politique mafieuse, les mandats politiques doivent signer le glas de toute forme de vie privée, les gaziers sont des personnages publics représentatifs de la France et de ses citoyens censés travailler pour les institutions publiques .

Même sous ces conditions nous arriverions à trouver des candidats, je rassure tout le monde .
Nous devrions avoir accès à tous leurs agendans et leurs comptes bancaires comme pratiqué en Norvège .
--------
une partie de ce que je propose est résumé dans mes commentaires içi :

http://les7duquebec.wordpress.com/2010/11/15/le-scenario-du-mieux-2/

J'en ai encore dans les cartons, il y en aura pour tout le monde !

Écrit par : Sun tzu | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

Sarkozy a vraiment plongé dans toutes les affaires "juteuses".
Il a un passé en béton armé. Karashi, Médiator...
Ici, on se retrouve presque avec une affaire de sang contaminé.
Cela me rappelle le film "Le Fugitif"
http://www.dailymotion.com/video/x2p6y5_le-fugitif-trailer_shortfilms
Un autre que je viens de voir
"La constance du jardinier" sur le dypraxa
http://www.youtube.com/watch?v=FO4d2owsCpg

Mais la fiction est souvent dépassé par les réalités.

Écrit par : L'enfoiré | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

Si je comprends bien on est dans la panade !!! Ne pas se mettre en auto entrepreneur ,ne pas miser sur médiator ! Faire croire que le virtuel c'est les chiottes et de surcroît se dire qu'on va bientôt être augmenté !! ( euh , Nowel est passé , rien au pied du sapin , même pas un cercueil ) :)
Sympa votre blog :)
Bonne journée

Écrit par : Marie | 26/12/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Marie,
Dans la panade et une véritable tornade blanche, cette fin année.
Mais quelque part, le malheur est bon.
Essayez de remarcher dans la neige poudreuse, d'y courir, c'est divin.
Nowel est passé, mais il rapporte aussi du renouveau.
Un cercueil, je ne lui permettrais pas d'apporter.
Bonne année pour vous

Écrit par : L'enfoiré | 26/12/2010

Répondre à ce commentaire

Le cercueil était une boutade ! rire , Je n'en veux pas bon plus :)
Merci d'avoir répondu , le jour se lève et je vais me promener sur le marché ! Voulez-vous quelques chose ? ( je taquine )
A bientôt :)

Écrit par : Marie | 26/12/2010

Répondre à ce commentaire

Gagner beaucoup ne veut rien dire du tout, tout dépend du coût des produits indispensables à la vie .

Quand on regarde les revenus de certains on fait "wahoooo", ensuite quand on regarde ce que leur coûte leur survie on peut beaucoup relativiser .
C'est une des choses que nous a prouvé la crise aux USA, bien peu nombreux sont les Madoff, la grande majorité sont des larbins sur la corde raide en permanence .

Accumuler plusieurs jobs pour arriver à se loger, se soigner ou se nourrir même si à la fin du mois les zéros sont nombreux ils servent juste à décorer ....

Jamais dans l'histoire les entreprises et les actionnaires n'ont fait autant de bénéfices et en ont redistribué proportionnellement si peu aux états et aux salariés .
C'est à mes yeux le seul constat qui a du sens .

Plus clairement quand un "big boss" ou politicard vient jouer les pleurnichards dans mon poste de télévision j'ai tendance à fantasmer sur la torture ...
(télé-réalité "torture contre torture" on ferai même du fric et une audience record, la boucle serai bouclée pris à leurs propres préceptes de "la loi du marché". Miam miam y'a bon ! )

Écrit par : Sun tzu | 29/12/2010

Répondre à ce commentaire

Quels sont les jobs les plus appréciés et ceux qui le sont le moins
La réponse: http://www.rtbf.be/info/emissions/article_ecomatin?id=6177003&eid=5017893

Écrit par : L'enfoiré | 27/05/2011

Répondre à ce commentaire

Ben t'as pas mal de nouveaux commentateurs/vendeurs à regarder les pseudos et les blogs vers lesquels ils pointent.
Commentaires très constructifs à chaque fois (je te laisse les relire. LOL

Écrit par : Sun Tzu | 14/08/2011

Répondre à ce commentaire

Tant que cela ne devient pas trop "vendeur"... :-)
Encore, une fois, je l'ai dit. Je préfère une bonne douche froide, mais bien épicée, à une douche trop chaude, sans sel.
Je ne vais pas le répéter.
;-)

Écrit par : L'enfoiré | 14/08/2011

44% des Belges souhaitant s'expatrier choisiraient les Etats-Unis, puis la France et le Canada

Comme le rapporte De Morgen, les bureaux d'études the Network et The Intelligence Group ont réalisé l’enquête “Global Talent Mobility Research” sur la mobilité du travail au niveau mondial relative aux aspirations des professionnels en ce qui concerne le lieu de destination s'ils étaient amenés s'expatrier.
Pour ce faire, un échantillon de 947 citoyens belges a été interrogé. Les résultats montrent que 44% se dirgigeraient vers les Etats-Unis, 41% vers la France et 41% vers le Canada. S'ensuivent le Royaume-Uni à 38%, l'australie à 34%. Nele Verlinden, porte-parole de Stepstone.be interrogé par rapport à la Belgique précise que lors de la décision : "La langue est un critère de choix important".
En ce qui concerne les pays"émergents", l'Afrique du Sud est en 13ème position, la Chine 20ème, le Brésil 23ème et l'Inde 27ème. Pour cette enquête mondiale, 162.495 chercheurs d'emploi ont été sondés. La Belgique n'est que 23ème au classement des lieux d'expatriation et cela s'explique selon Michel Tubbax, Managing Director de StepStone Belgique par le fait que rares sont les multinationales dont le siège est établi dans notre pays.

Source: http://www.express.be/money/?action=view&cat=wealthrepublic&item=les-impots-de-mark-zuckerberg-pour-2012-2-milliards-de-dollars&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 10/02/2012

Répondre à ce commentaire

'On peut trouver du travail, mais il faut accepter de se baisser'

Au Danemark, les producteurs de fraises ont du mal à trouver la main d’œuvre nécessaire pour la cueillette des fruits, et ils embauchent des travailleurs venus d’Europe de l’Est pour faire ce travail que les Danois refusent de faire. Dans le même temps, on discute d’une possible augmentation des allocations chômage. Ce débat est inapproprié, juge le quotidien Jyllands-Posten :
« Le chômage est un problème mal vécu parce que les gens ressentent qu’ils sont incapables et inutiles. Pour cette raison, la société doit lutter continuellement pour maintenir un taux d’emploi élevé et donner aux chômeurs les moyens de leur subsistance. Mais ce débat politique prouve que le gouvernement et le parlement n’ont pas compris le lien entre donner et recevoir, parce qu’ils ne comprennent pas pourquoi les fraises danoises devraient être cueillies par quelques uns des 162.500 chômeurs danois.
De nombreux chômeurs se considèrent surqualifiés pour la cueillette des fraises, mais cela est difficile à expliquer à Sergiu Fierut, un avocat roumain qui m’a dit qu’il gagnait beaucoup d’argent en cueillant les fraises au Danemark, même s’il n’a pas abandonné son rêve de pratiquer son métier d’avocat.
On ne pourra pas parler d'un véritable problème de chômage au Danemark tant qu'il faudra faire venir des travailleurs étrangers pour tenir un nombre impressionnant d’emplois, parce que les chômeurs danois ne veulent littéralement pas s’abaisser pour faire ces travaux».

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=on-peut-trouver-du-travail-mais-il-faut-accepter-de-se-baisser&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=


Ici, tout de suite, une réaction: le salarié n'est pas là pour boucher les trous et gagner un salaire de misère et saisonnier

Écrit par : L'enfoiré | 07/07/2012

Répondre à ce commentaire

Alors un très bon billet.
C'est la première fois que je lis ce petit blog, et je suis d'ors et déjà conquise !!
Tu as d'autres lectures à me conseiller (globalement) à ce sujet (peut-être un autre billet sur un site) ?

Encore bravo !

Écrit par : Cma Avocats | 13/05/2013

Répondre à ce commentaire

En provenance d'un cabinet d'avocats qui s'intéresse au contentieux du travail, recevoir de telles félicitations... c'est la gloire assurée. :-)

D'autres lectures sur le travail?
Oui, le travail avec une vision à moins de 10 ans...
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2012/11/02/travailler-en-2020.html

Écrit par : L'enfoiré | 13/05/2013

A partir de la Belgian connexion de la Silicon Valley
"Ici pas de problème économique. Pas de concept de chômage dans le cocon de la Valley.
"Viser la lune, réussir ou rater, il n'y a rien entre les deux"; créateur de Sparkcentral
En Europe, ce qui manque, c'est un cadre. Pendant mes études, je n'ai jamais rencontré un entrepreneur qui aurait pu m'aider pour me lancer", créateur de Lawgives.

Écrit par : L'enfoiré | 09/12/2013

Répondre à ce commentaire

Salaires brut vus à la loupe

Ouvrier salaire brut:
21.958,90 € Personne isolée
Le coût salarial total est beaucoup plus élevé parce qu'en plus du salaire brut, l'employeur verse encore les cotisations à la sécurité sociale.

Jusqu'à l'année dernière, c'est en Belgique que ce coût salarial total était le plus élevé. Mais en 2013, la France la dépasse.

L'ouvrier isolé de cet exemple touche 57% du coût salarial total. Si l'on corrige les salaires étrangers avec le prix des maisons en Belgique et le coût de la vie, les ouvriers de six pays s'en sortent moins bien.

Pays, Combien vous reste-t-il? , Combien pouvez-vous dépenser?

SUISSE 83,45%39,65%
IRLANDE 78,68%73,22%
GB 76,82%40,67%
LUXEMBOURG 75,86%62,15%
MALTE 70,36%87,33%
PAYS-BAS 67,38%61,82%
DANEMARK 66,15%52,20%
ESPAGNE 61,31%67,41%
SUEDE 61,09%51,88%
POLOGNE 58,42%80,26%
ALLEMAGNE 58,30%62,25%
GRÈCE 58,05%71,65%
AUTRICHE 57,99%60,35%
BELGIQUE 56,55%56,55%
PORTUGAL 56,16%71,34%
ITALIE 55,08%55,57%
TCHEQUIE 54,72%73,18%
SLOVAQUIE 54,27%70,85%
FRANCE 47,53%31,51%

http://www.lecho.be/dossier/salaires?utm_source=SIM&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=

Écrit par : L'enfoiré | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les Etats-Unis ne sont pas meilleurs sans qualifications
A New-York, Luis Vasquez, dominicain d'origine, prend les transports en commun du Bronx jusqu'au restaurant MacDo où il travaille (MickeyD comme il l'appelle). Il paye 2,5$ pour s'y rendre.
Au travail, il reçoit 8$ par heure, soit 0,75 $ au dessus du minimum. Il travaille 24 heures par semaine et parfois il est renvoyé dans son foyer quand on n'a pas besoin de lui.
1,5 million de travailleurs (2% de la population active) travaillent au salaire minimum.
Le CEO de MacDonnald, lui gagne 2000$ par heure.
La priorité d'Obama pour 2014, c'est de porter le salaire minimum à 10,10$ l'heure.
85% du parti démocrate et 50% du parti républicain sont d'accord.
Le problème c'est que 500.000 emplois qui dépendent de clients seraient en problème.

Écrit par : L'enfoiré | 24/02/2014

Répondre à ce commentaire

Si vous pensez que votre augmentation de salaire tarde à venir, jetez donc un coup d'oeil sur ces deux graphiques

Qu’ont Angela Merkel, David Cameron, Shinzo Abe, Barack Obama et une série de banquiers centraux en commun? Tous, sans exception, ont appelé à une augmentation des salaires (minimum, le cas échéant) dans leur pays. Le mois dernier, Cameron a invité les entreprises à « donner une augmentation de salaire à la Grande-Bretagne », le 1er janvier dernier, Merkel, a introduit le salaire minimum dans son pays ; en Novembre 2014, une série d'États américains ont approuvé des hausses du salaire minimum, tandis que le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a prôné « une sorte de mécanisme, une main visible nécessaire pour augmenter les salaires », devant un parterre d’économistes rassemblés à l’occasion d’une conférence donnée par la Fed à Jackson Hole.
Kuroda ne faisait qu’exprimer ce qu’un nombre grandissant de politiciens pensent tout bas: ils estiment de plus en plus que leur intervention est nécessaire pour introduire des augmentations de salaires, plutôt que laisser le marché du travail le faire librement. Dans un rapport publié l’année dernière, les analystes de Goldman Sachs avaient conclu d’une certaine manière que « la main invisible » ne faisait plus correctement son travail, d’une certaine manière, et qu’une reprise de l’activité économique ne conduisait plus nécessairement à une hausse des salaires :
La faiblesse de la croissance des salaires réels, comparée avec la vigueur des données économiques er des indicateurs du marché du travail en particulier, est déconcertante ».
La banque d'affaires avait illustré son propos sur la base de ce graphique repris par Quartz. Il montre l’évolution des taux de croissance des salaires nominaux, et l’on voit que ces augmentations ont été de plus en plus malingres au fil du temps :
On peut concevoir que les augmentations de salaire se fassent plus rares en période de récession, mais depuis la mi-2009, on observe une reprise économique dans le monde. En 2012, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee ont qualifié ce phénomène de « Great Decoupling » (‘Le Grand découplage’).
Dans des conditions normales, les salaires devraient progresser uniformément avec la productivité. Mais pour diverses raisons, cela ne s’est pas produit dans la plupart des pays occidentaux. L’une des causes de ce phénomène est la politique que les gouvernements ont pu mener pour lutter contre le chômage, comme la création de types de contrats de travail à bas salaires, tels que les « mini-jobs » en Allemagne. En Belgique, ces dernières années, on a prôné la « modération salariale ». Aux États-Unis, les gens gagnent aujourd'hui à peu près le même salaire ajusté de l’inflation que dans les années 1970.
Mais ces mesures d’austérité pour résoudre la crise et les faibles croissances de salaires qu’elles ont engendrées ont souvent mis les dirigeants qui les ont appliquées en difficulté politique. Désormais, ils cherchent à regagner les faveurs des électeurs en adoptant un nouveau langage, et à encourager les entreprises à pratiquer des augmentations de salaires.
Ainsi, le plus grand employeur des Etats-Unis, Walmart, a promis le mois dernier une augmentation de salaire pour 500.000 de ses 1,4 million d’employés. D'autres grands noms du commerce de détail lui ont emboîté le pas. Au Japon, Toyota a annoncé la semaine dernière qu'elle pratiquerait prochainement une de ses plus grandes augmentations de salaire de l'histoire récente. En Allemagne, le syndicat IG Metall, le plus grand syndicat du pays, a annoncé le mois dernier qu’il venait de conclure un accord avec les employeurs de la région du Bade-Wurtemberg pour augmenter les salaires de 3,4% à partir du mois d’avril prochain.
Cependant, des salaires plus élevés entament les profits des entreprises, ce qui pose un problème particulièrement sensible pour les sociétés cotées, qui pourrait avoir des répercussions politiques.
Enfin, beaucoup d’économistes soutiennent que l'augmentation de salaire est la meilleure façon de stimuler l'économie, notamment dans cette période de déflation, et que les gouvernements doivent maintenant faire des économies sur leurs dépenses. « Tout ce qui peut être fait pour stimuler la demande aura un fort impact sur l'économie réelle », affirme Michael Burda, professeur d'économie à l'Université Humboldt de Berlin.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=si-vous-pensez-que-votre-augmentation-de-salaire-tarde-a-venir-jetez-donc-un-coup-doeil-sur-ces-deux-graphiques&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 17/03/2015

Répondre à ce commentaire

Noël à Seattle: désormais, tous les salariés de cette entreprise seront payés l'équivalent de 65.000 euros annuels

Le New York Times rapporte cette histoire insolite d’un employeur américain qui a décidé de mettre en pratique les résultats d’une étude sur le lien entre le revenu et le bonheur : il offre désormais à ses employés un salaire minimum de 70.000 dollars annuels.
Dan Price, fondateur de Gravity Payments, une entreprise de traitement des paiements par carte bancaire basée à Seattle, a eu cette idée après avoir lu un article consacré aux travaux du psychologue Daniel Kahneman, prix Nobel d'économie 2002, et de l'économiste Angus Deaton, auteurs d’une étude datant de 2010 qui expliquait que pour les gens qui gagnent moins de 70.000 dollars annuels, tout supplément de revenu apporte une grande différence dans leur existence. Cependant, à partir de 75.000 dollars annuels, les chercheurs ont observé que les signes témoignant du bien-être émotionnel ne changeaient plus, même s’il était possible de se faire davantage plaisir.
Lundi dernier, il a donc annoncé à ses 120 employés médusés qu’au cours des 3 prochaines années, chacun d’eux, quelque soit son emploi, gagnerait un salaire de 70.000 dollars annuels.
Pour pouvoir se permettre de payer de tels salaires, Price a renoncé à son salaire d’un million de dollars, et désormais, il ne se verse plus que 70.000 dollars. Il compte également puiser dans les bénéfices de la société à réaliser au titre de cette année. Ceux-ci devraient atteindre 2,2 millions de dollars.
Une telle opération devrait conduire au doublement du poste salaires dans les comptes de la société.
Price affirme qu’il ne le fait pas pour des raisons politiques, ou de communication, mais que des amis et des salariés lui ont expliqué à quel point il était devenu difficile de joindre les deux bouts, même avec un salaire bien supérieur au salaire minimum américain, et qu’il voulait, d’une certaine manière, régler le problème de l’inégalité sans que cela se fasse au détriment des clients de son entreprise.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=management&item=noel-a-seattle-desormais-tous-les-salaries-de-cette-entreprise-seront-pays-lquivalent-de-65000-euros-annuels&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoire | 16/04/2015

Répondre à ce commentaire

Les startups de la Silicon Valley ne peuvent pas recruter de responsable en dessous de 500 000 dollars par an

Dans la lutte qu’elles se livrent pour s’accaparer les meilleurs talents dans les domaines de l’ingénierie des sciences, des données, de l’intelligence artificielle et du marketing numérique, les firmes de haute technologie de la Silicon Valley sont contraintes d’offrir des salaires de plus en plus importants pour attirer les employés les plus convoités, rapporte The Economist.
Même les nouvelles recrues peuvent miser sur un salaire équivalent à 120 000 $ pour les postes en bas de la hiérarchie, un montant qui est supérieur à ce que peuvent gagner leurs semblables dans les banques de Wall Street.
Les cadres intermédiaires ayant des compétences techniques, appelés à travailler pour des entreprises telles qu’Apple, Google et Facebook, peuvent gagner des millions de dollars par an, si l’on inclut les stock-options. Récemment, le patron d’une start-up de la région se plaignait qu’il ne parvenait pas à trouver de COO (‘chief operating officer’, c’est-à-dire chef d’exploitation) compétent à moins de 500 000 $ par an.
Ces salaires astronomiques sont bien sûr liés au coût exorbitant de la vie à la Silicon Valley (41 % plus élevé que la moyenne des États-Unis). Les prix de l’immobilier sont l’un des facteurs importants de cette surenchère, mais ils ne sont pas le plus important. C’est en effet principalement la recherche de talents qui détermine les salaires offerts.
Contrairement aux meilleurs avocats ou médecins, qui ne peuvent consulter qu’un nombre limité de clients chaque jour, les cadres riches d’une expertise technique exceptionnelle peuvent transformer une entreprise, parce qu’ils sont capables de créer des produits qui sont bien plus séduisants, et de ce fait, bien plus lucratifs, explique Marco Zappacosta de Thumbtack, un marché numérique.

Les stocks options
Selon le magazine, 3 sociétés, nommément Google, Facebook et Amazon, s’accaparent 30 % de tous les informaticiens américains. Ces firmes paient non seulement très bien leurs employés, mais elles disposent aussi d’un atout important au moment du recrutement, compte tenu des montants énormes de stock-options qu’elles sont capables de promettre à leur candidat.
L’année dernière, Alphabet, la société holding qui possède le moteur de recherche Google, a annoncé qu’elle avait payé près de 5,3 milliards de rémunérations sous forme d’actions, soit l’équivalent d’un 5e de ses bénéfices bruts. Cela correspond à une moyenne d’environ 85 000 $ par employé à temps plein.
A titre de comparaison, les sociétés cotées qui ne sont pas actives dans le secteur de la technologie dépensent en moyenne moins de 1 % de leur chiffre d’affaires en stock-options. Les entreprises de technologies consacrent jusqu’à 5 fois ce montant. L’année dernière, Facebook a donné à ses employés l’équivalent de 17 % de son chiffre d’affaires en stock-options ; Twitter, malgré ses difficultés financières, leur a même versé 31 % de son chiffre d’affaires.

Source: https://fr.express.live/2016/11/08/startups-silicon-valley-inflation-salaires/

Écrit par : L'enfoiré | 12/11/2016

Répondre à ce commentaire

De plus en plus de start-ups choisissent Los Angeles

En quelques années seulement, le secteur de la technologie a explosé dans la ville de Los Angeles, et celle-ci est en passe de devenir la nouvelle Mecque des start-ups. En conséquence, de plus en plus de capital-risqueurs de la Silicon Valley et de San Francisco descendent à Los Angeles pour trouver de nouveaux projets intéressants.
Ainsi, en 2016, les start-ups de la ville ont levé 3 milliards de dollars de capitaux, soit près de 6 fois plus qu’en 2012 selon CB Insights, une firme de recherche.
Los Angeles est donc devenue le 3e pôle pour les start-ups aux États-Unis, après San Francisco et New York. Elle présente plusieurs avantages : de bonnes universités, un climat agréable, une culture détendue, la proximité avec San Francisco, et des coûts bien plus bas.

Snap et les autres
Selon Michael Schneider, qui dirige Services, une start-up de relation client, il lui aurait fallu lever 40 % de capitaux en plus pour acquérir le même espace et travailler avec le même effectif, s’il avait choisi de s’installer à San Francisco.
Il est plus difficile de trouver les informaticiens expérimentés à Los Angeles, mais ils ont tendance à être plus loyaux, notamment parce qu’il y a moins de firmes pour les débaucher. En outre, les start-ups locales ont les moyens de convaincre les ingénieurs d’autres régions de venir s’installer à Los Angeles.
La start-up la plus réputée de Los Angeles est probablement Snap, qui est mieux connue pour son application de messagerie éphémère « SnapChat », et qui est désormais évaluée à 18 milliards de dollars. Mais on trouve aussi Dollar Shave Club, Ring et Riot Games.

Source: https://fr.express.live/2016/11/10/los-angeles-boom-startups-technologie/

Écrit par : L'enfoiré | 12/11/2016

Écrire un commentaire