Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2011

L'Est ostalgique ?

Une génération depuis la fin de l'URSS. Vive la Russie et ses satellites. La nostalgie est pourtant toujours là, latente. La Roumanie n'arrive pas à suivre le mouvement d'Est en Ouest sans une certaine "ostalgie".

0.jpgLa démocratie à l'occidentale donne-t-elle des soucis et des regrets? Pas sous cet aspect, mais latente, une certaine nostalgie de l'Est de papa est bien présente dans les pays de l'ancienne URSS.
Nostalgie que l'on a appelé l'ostalgie en relation avec l'esprit nostalgique de la RDA. C'est, plutôt, du socialisme, fondé sur la propriété collective, que par le communisme pur et dur, vécu par le passé que cette nostalgie prend forme.

Au lendemain de la chute du Mur de Berlin, les partisans d'une "démocratisation" rassemblaient à peine 5% des voies. Les autres attendaient la chute du communisme avec impatience. Faire le deuil de l'ancien système, personne n'y pensait. Les progressistes, appelés les Ossis, avaient tout rejeter sans réfléchir avec le rêve de l'Ouest en tête dont ils ne connaissaient que des clichés transitées par les ondes hertziennes en provenance des pays dit "démocratiques" qui devaient théoriquement leur apporter liberté et succès. Cette "ostalgie", depuis, existe avec une connotation indéfinissable qui serait ni positive ni négative. Mélancolie lancinante qui dirait que c'était, seulement, mieux "avant".  En est ressorti des Ostalgies-Partys qui passent par des chansons du passé, des produits alimentaires du terroir, des émissions radio et des télés nostalgiques. Les vieilles Trabant ressortent des garages lors des fêtes.

Parmi les déçus du "système capitaliste", ce ne sont pas seulement les "vieux", les anciens. Non politisés, dans les campagnes, beaucoup d'anciens pouvaient vivre une vie entière sans connaître le moindre problème avec une "règle du jeu" réglée par la seule proximité et la solidarité. Il est vrai que tous n'ont pas connue les affres de la Stasi, c'est, à fortiori, le cas pour la nouvelle génération qui, déçu, vivent  mal les contraintes de la vie à l'occidentale. Le droit à la parole et son besoin sont très dépendants de ses utilisateurs et parfois, de ses commanditaire.

La liberté donne le vertige à certains si elle n'est pas modulée ou non préparée avec l'expérience du temps. La compétition "tranquille" conviviale et familiale a été perdue  pour devenir une "struggle for life" avec les inégalités, imposées de fait, au bout du tunnel.  De plus, dans ses fondements, l'idéologie communiste avait incontestablement des points positifs. Société sans classe, sans État, sans propriété privée sinon collective, mais dans laquelle le travail était garanti, cela peut être bien mieux que dans les pays occidentaux. La conquête du travail pour les femmes n'existait pas en RDA où 86% des femmes travaillaient et n'étaient pas limités à 56% comme c'est le cas aujourd'hui. On trouvait des logements bon marchés. On jouissait d'une santé presque gratuite et pas moins performante. Mais les salaires ne prenaient pas des altitudes incompréhensibles comme on le connaît dans les pays occidentaux. Ce choc d'idéologies est encore sensible à Cuba, mais qui vit dans un esprit révolutionnaire permanent. 1.jpg

Face à une évolution explosive, trop vite, trop forte, la Chine éprouvera, tôt ou tard, cette même "ostalgie" de temps plus calmes des campagnes, face aux mégapoles envahissantes.   

Cette liberté donne envie à ceux qui en ont été sevrés trop longtemps comme nous le rappellent les événements récents des régimes "dynastiques modernes" en Tunisie, en Jordanie, au Yemen et en Égypte. 1.jpgRévolution de la liberté plutôt qu'une image du jasmin.  La différence, avec le cas des pays de l'Est, c'est que, cette fois, cette stratégie du soulèvement n'entrait pas dans les projets de l'Occident. Comme c'est le cas, en général, les nostagiques du gouvernement des pro-Moubarak, qui ont profité de la situation pendant 30 ans, se sont réveillés en fomantant une quasi guerre civile.

Pas de doute, la sécurité dans les pays de l'Est avait été conçue avec des règles énergiques de contrôle. 20110202Moubarak out.jpgAprès avoir voulu copier le modèle des pays de l'Ouest, les plus mal lotis de l'Est, récupérés, l'ont appris à leurs dépends.  La liberté n'est pas une fin en soi, mais un moyen d'améliorer une situation. 

Les goûts ne changent pas rapidement, par effet de mode, mais par des évolutions successives, moins révolutionnaires qu'il n'y parait, mais suite à un dégoût, une usure vis-à-vis d'une situation détériorée qui perdure.

Une génération,  depuis 1989 et la chute du Mur de Berlin. Qui s'en souviendra encore demain sans les anniversaires et quand la liesse est complètement retombée?
Juste après ces moments de la "révolution", 1250 milliards d'euros avaient été investis dans les Länder de l'Est. Des 9,7 millions d'emplois qui existaient alors, il n'en restait que 6 millions en 2004.
 
La blessure s'est creusée par ces Ossis pour qui seul comptait le progrès et les efforts dans une phrase qui rompait toutes discussions avec les anciens. "Nous n'avons plus besoin de vos compétences, vous êtes des inutiles". A l'Ouest, ce n'est guère différent entre "jeunes" et "vieux". Mais progressivement, l'instruction aidant, les choses évoluent dans plus de "consanguinité" du raisonnement.   
 La métaphysique de la liberté comme véhicule unique de la pensée a conduit le libertarianisme vers l'exploitation, presqu'un esclavage de l'homme par ou pour un "système" et certains autres hommes qui en font partie, dans une décadence de l'absolu.
  
Du temps de la "vieille garde" en URSS, la blague qui circulait sous le manteau des ouvriers était "Eux font semblant de nous payer, nous on fait semblant de travailler".

Déjà en 1880, le droit à la paresse faisait partie des pensées de Paul Lafargue. A cette époque, celui-ci trouvait ridicule de ne pas distribuer uniformément le travail au lieu d'avoir une indigestion de tâches réservées sur quelques têtes et dans un temps de plus en plus raccourcis. La différence, la limite à ne pas dépasser, apparaissait immédiatement. Elle existe toujours, entre ouvriers et employés dans la prise en charge du travail n'est pas dans la manière de la rémunérer ou la compenser à sa juste valeur. Prendre du temps pour soi pour se sentir bien rend une efficacité plus raisonnable, sortir de l'agenda rempli à ras bord, sont encore des valeurs justes.

Chanteur engagé,  Jean Ferrat, avait une profonde conviction dans le communiste. Dans sa chanson "La jungle ou le zoo", il avait ressenti le mouvement obligatoire du replis en voyant s'effondrer le communisme de l'URSS et découvrant que tout n'était pas aussi rose derrière le rideau de fer avec un idéal communiste dévié de sa nature par les pouvoirs vieillissants de ses dirigeants. Gouverner sans se remettre en question, c'est toujours programmer un étouffement.

Le Kollectiv de l'Est et son "confort" qui se construisaient entre besoins individuels et collectifs, a généré, sans nul doute, plus de sentiments de solidarité que ne peut le faire le mode occidental.

Mikhaël Bakounine préconisait un idéalisme rationnel avec une organisation sociale qui irait de bas en haut par la fédération des travailleurs avec des échelons associatifs progressifs de communes, de régions, de nations pour arriver au niveau international et universel.

0.jpgPassons à la Roumanie. Pourquoi elle? Parce que le contraste entre "anciens" et "modernes" y est, semble-t-il, encore plus difficile à supporter. La croissance est négative (-1,9%). En 2009, un prêt de 20 milliards d'euros ont été demandé au FMI qui a demandé en échange un régime d'austérité sans précédent. Salaires de la fonction publique diminués de 25% en 2010 (350 euros). TVA augmentée de 4 points. Retraites gelées (200 euros).  
Si en 2007, la CE avait mis à disposition 3,7 milliards d'euros pour financer des programmes pour améliorer le sort des minorités marginalisées (2 millions de ROM). 38 millions seulement ont été utilisés. En 2010, des milliers de fonctionnaires licenciés.

Dans les années 70, de la Roumanie, je n'ai eu que des impressions, des intuitions d'un avant qui nécessitait un "nettoyage de printemps" et une ouverture vers l'occident. Elle n'est pas arrivée au printemps. Ce fut à la Noël de 1989 qu'elle s'est concrétisée. Une envie, par certains, de sortir des sentiers trop limités qui brimaient les envies.

Nous sommes 20 ans, plus tard. De ces années d'avant, cet article, "Roumanie, le coup d'Etat de 1989", donnait un reflet intéressant. Après un quart de siècle de cauchemar et dix jours sanglants, le 26 décembre, le sort du "génie des Carpates", alias le "Danube de la pensée", du dictateur Nicolae Ceausescu,  est réglé en cinquante-deux minutes, au cours d'un procès à huis clos et est exécuté avec son éminence grise, son épouse Elena. Ceausescu vivant dans son monde devenu mégalomane, coupé des réalités, n'a rien compris de ce qu'on lui reprochait. Mais, alors, comment une telle "dictature" reste-t-elle en place, sans que la population ne bronche? Il suffit d'une étincelle pour soulever un peuple s'il est bien préparé à un "coup d'Etat". En externe, d'autres pays ou des gens en internes, y trouvent leurs avantages. La seule fin de changer l'histoire justifie les moyens, après coup. Le manipulation de l'affaire de Timisoara a malheureusement été découverte, un mois plus tard.

Gorbatchev a été, pour les États-Unis, l'homme providentiel qui allait redorer le blason des échecs américains au Vietnam. Plus jeune, "Gorby" pouvait incarner et propager l'esprit du progrès jeune à l'occidentale. Des Ossis étaient probablement là pour le seconder, en secret ou plus ouvertement, pour protéger des intérêts particuliers.

Dans "Terre des affranchis", Liliane Lazar parlait de sa Roumanie natale avec des yeux d'occidentaux. Avec son livre, elle a connu le succès par son avantage dont elle pouvait tirer par les deux faces d'un même problème. Son "Nouveau Monde" était vu par sa vision  personnelle progressiste. Elle démontrait aussi à ses fans occidentaux qu'ils vivaient, eux, dans le meilleurs des mondes et cela pouvait les rassurer.  
Le ratio restera très dépendant de chacun et de son perçu d'une même situation.
Les hommes ne font pas l'histoire, c'est l'histoire qui les fait.   
Comme un peu partout en Europe, la Roumanie participe à la montée de la droite, voire de l'extrême droite. La gauche, dénigrée, niaisé, non productive de progrès. Avec 8,65% des voies en 2009, le PRM a  obtenu 2 mandataires européens: Vadim Tudor, chef du Parti de la Grande Roumanie et Gigi Becali, dirigeant d'un club de football et qui a quelques casseroles de corruptions aux pieds. Anti-Roms, anti-Hongrois, de surcroit dans un nationalisme affirmé, partisan de la Grande Roumanie. Les Hongrois ne le sont  pas moins avec la vision de leur "Grande Hongrie" d'antan. Hongrois qui viennent de prendre la présidence européenne dans un certain remous avec une nouvelle loi promulguée qui déstabilise les droits de la presse.
 
1.jpgLa chercheuse roumaine,  Nina Georgescu, vit à Bucarest. Elle m'a proposé de publier une de ses analyses qui tente d'expliquer la situation actuelle de sa Roumanie.
Avant de vous le laisser lire, je reprends un de ses commentaires déjà éloquents sur la situation à l'intérieur de la Roumanie: "Dans la période des années 1970 le système socialiste mondial se consolidait. Il était déjà devenu attractif sur le plan mondial. Le Socialisme était un concurrent pour le Capitalisme sur le plan politique, économique et social. Le système socialiste mondial représentait 26 % de la surface terrestre. Plus de 30 % de la population du monde était socialiste. Ce système détenait 12 % du volume du commerce mondial, donnait 32 % du volume du Produit Brut mondial et plus de 40 % de la production des biens matériels. En 1975, sur un total de 650 millions de salaires, 220 millions revenaient aux pays socialistes. Ceci confirme l'aspect important du nombre des salariés engagés dans la production matérielle. Cela, tout en restantfaire partie du modèle culturel de la modernité, par l’industrialisation socialiste, par l’urbanisme, par l’enseignement de masse et par l’accès à la culture pour toutes les couches sociales. Aujourd'hui, avec le capitalisme, la vie est de plus en plus difficile puisque tous les prix augmentent, produits alimentaires, chauffage, électricité, eau potable. Le pétrole roumain a été vendu pour des prunes aux Autrichiens par nos gouvernements et gouvernants qui ont suivi et suivent encore les conseils du FMI et des Conseillers occidentaux présents parmi nos ministères. Chez nous, le pétrole est vendu plus chers qu'en Autriche. Le gaz et l'eau potable n'appartiennent plus à la Roumanie mais a la France.  L'ostalgie Caron.jpgLes pensions civiles et surtout militaires ont été diminuées, pour certaines catégories jusqu'à 70 %. Pour Dumitru Prunariu, le premier cosmonaute roumain, les 3 ou 4 années d'entraînement  qu'il a suivi en Union Soviétique avant et pendant son voyage dans le Cosmos, ne sont pas reconnus pour sa retraite. Après 1989, nous sommes devenus une nouvelle colonie avec un niveau de vie, en chute libre pour la majorité des Roumains.  Le nombre des sans-abris, des sans boulot augmente tous les jours. Cette situation de survie en est devenue explosive. Le comble est qu'on nous dit que nous sommes dans la bonne direction du redressement.".
 
A l'origine de ce recul en arrière, elle y voit une autre "Thérapie du Choc". Son article est paru dans des journaux locaux et sur les sites de piatza.net et de sudulextrem.ro.
Je lui cède la place, après un rappel d'un poème de Bertold Brecht qui pose une question gênante:
 
   Je suis assis au bord de la route
   Le chauffeur change une roue
   Je ne me sens pas bien là d'où je viens
   Je ne me sens pas bien là où je vais
   Pourquoi est-ce que j'observe le changement de roue
   Avec impatience?
 

 
L'enfoiré,
 
 
La Thérapie du Choc ou le Léninisme renversé de Jeffrey Sachs

Dans les années 1989-1991, le Socialisme de l’Europe de l’Est a reçu un lourd coup souterrain, qui n’a pas été compris par la plus grande partie de la population des pays de l’Est et de l’Ouest. Ce coup était présenté sous le concept de Révolution avec de profondes résonances positives dans la mémoire de l'humanité.

Cette manœuvre politique-militaire faite sous le patronage des États-Unis et de l’OTAN a conduit au renversement et à la destruction du Socialisme européen que j’ai nommée - la guerre secrète des années 1989-1991 – et dont le nom codifié de CIA est « Covert Operation ». Ce fut la plus grande victoire de l’histoire des services secrets adversaires du Socialisme.

Après les métamorphoses politiques, imposées aux sociétés socialistes européennes sous la couverture de révolutions, toute l’Europe de l’Est se retrouvait dans une situation bizarre et bouleversée. Les émergents des dites révolutions avaient accaparé le pouvoir politique de ces États. Mais combien de partisans étaient-ils?  A peine une poignée de gens dans chaque pays socialiste.

Il restait un puissant mode de production qui était soutenu par des centaines de millions de gens. Et ce mode de production se trouvait à la base de la société socialiste existante. Cela se fit par des changements du mode de production, dans ses éléments composants, dans les relations et les forces de la production, pour finaliser le changement de toute la superstructure et du changement de la vie spirituelle.

Il restait le fondement économique de la société socialiste basée sur la propriété socialiste sur les principaux moyens de production et sur les relations de collaboration et d’aide réciproque. Toute l’essence de la société socialiste devait être changée. Ce changement ne pouvait pas se faire du jour au lendemain. Pas de durée fixée, ni de dépenses nécessaires en faveur de qui se produisait ce changement. Dans un but manipulateur, cette période a été nommée «Transition» par les commissaires politiques étrangers et autochtones.

En réalité, cette période de changements radicaux de société fut rapide. Trop rapide. Pas une transition mais une rupture brutale du Socialisme et de l’abdication de la souveraineté économique des pays est-européens. En plus, la transition du système socialiste vers un autre système non nommé, n’a pas été présentée comme une option aux nations socialistes mais comme une obligation. Passage abrupte en démantelant les structures économiques socialistes sans que celles-ci puissent être remplacées par les structures de l'économie de marché capitalistes. Celles-ci n’avaient même pas commencé à en prendre les contours en précisant qu’il s’agissait d’un processus de transformation radicale de la société socialiste en société capitaliste primitive. Le résultat de ces destructions a été un gigantesque saut dans un espace vide sans substance.

L'histoire nous prouve que tous les passages d’un régime à un autre régime, devrait assurer une meilleure évolution pour les conditions de vie des populations des pays respectifs. Sans cette finalité, le changement ne se justifie pas.

Dans ce processus imposé, dans cette nouvelle zone géopolitique dans laquelle sont impliqués les États-Unis, la Transition a eu comme base théorique, doctrinaire, l'idée libérale américaine et anglaise des années ’80, présentée à l'époque par Margaret Thatcher et Ronald Reagan, qui exprimait, au fond, un néolibéralisme extrémiste.

A partir de 1990, le Roumanie et d'autres pays socialistes européens, à la suite de l'abdication de la souveraineté politique, lorsque les émergents ont accaparé le pouvoir, le néolibéralisme s'est accaparé de l'État par la « Thérapie de Choc » de Sachs, par le Consensus de Washington et par la contribution roumaine de l’académicien Tudorel Postolache. La voie du Chaos a été considérée par lui comme seule alternative comme transition vers l'économie de marché. Le 20 avril 1990, l’Esquisse de Perspective de la Roumanie, adoptée par le Gouvernement Provisoire, n’a été qu’une astuce pour pouvoir assumer d’une manière dissimulée le Plan de Sachs.

En dehors de la libéralisation des prix, du commerce extérieur, il était aussi proposé que la première Loi du Parlement de Roumanie soit celle de la Propriété, de la privatisation sur une large échelle de la richesse publique, sans consultation des citoyens par referendum. Modèle pour orienter non seulement les Gouvernements de Roumanie qui ont eu pour but de remodeler toute la vie économique et sociale en conformité avec les objectifs économiques et politiques, par la stratégie qu’avait les États-Unis dans l’Europe de l’Est.

Jusqu’en 1997, la Roumanie a assumé le Plan de Sachs d’une manière dissimulée sous le nom de « La Thérapie de Choc ». Les autres Gouvernements des pays de l’Europe de l’Est ont adopté, dès le commencement, ce Plan d’une manière plus visible.

Résultats: arrêt brusque, immédiat du rôle de l'État dans le réglage du fonctionnement de l'économie. Ce fut le feu vert donné à la majorité des Gouvernements néolibéraux occidentaux, aux institutions économiques financières internationales et aux agents économiques du Groupe G7, pour pénétrer, sans efforts, dans les régions de l’Europe de l’Est, avec leurs produits et leur capital vers la globalisation et l'intégration rapide en Europe.

Le 13 janvier 1990, la « Transition », conçue selon le Plan du professeur de l'Université de Harvard, Jeffrey Sachs, fut lancé par la Revue « The Economist » dans une étude sous le titre significatif: « What is to be Done? » .

Dans le même style que Lénine, cette étude mais dans une forme inversée, comme Peter Gowan l'écrit dans « La théorie néolibérale et sa mise en œuvre dans l’Europe de l’Est»en précisant que ce n’est pas seulement une question de style,  mais qu'elle concerne toute la méthodologie. Le programme comprend le renon à la collectivisation des grandes exploitations agricoles, au morcellement de l’industrialisation, l’abandon de l’instruction de masse, de la modernisation, à l’urbanisme, à la recherche, dans une thèse de remodelage de la vie.

Le comble est qu'on entend dire que les pays socialistes auraient sollicité eux-mêmes les services de Sachs. La journaliste Silvia Benedetti affirme dans un article,  que «Sachs, une fois arrivé dans les pays socialistes, a travaillé avec des équipes locales discrètes formées d’environ 10 jeunes économistes et a formé ses économistes en collaboration avec des Universités pro-occidentales et avec le soutien de la presse nationale».

Doué de qualités incontestables de diplomate, Sachs a su tisser des contacts privilégiés avec des gens politiques clé des gouvernements, tout en refusant d'être payé par les pays socialistes qu’il a conseillés.

La Thérapie de Choc de Sachs est une théorie américaine de laboratoire qui n’a jamais été utilisée que sous la forme de la Thérapie de Choc, élaborée par Milton Friedman. En 1975, celui-ci est le premier économiste américain qui a utilisé ce terme de Thérapie de Choc à Santiago de Chili et pas pour une crise économique majeure dans le monde réel  . La journaliste canadienne, Naomi Klein, montre dans son livre «La Doctrine du Choc: la naissance du Capitalisme des désastres» (Stratégie du Choc) que la  Thérapie de Choc de Friedman, selon laquelle une contraction subite ébranlera l'économie vers l'amélioration, n’a pas été vérifiée. Elle montre qu’il y a une ressemblance frappante entre la logique de Friedman et la logique des psychiatres des années 40-50 qui recommandaient à leurs malades des électrochocs en étant convaincus que l’introduction délibérée des crises convulsives fortifiantes rechargeait d’une manière miraculeuse le système d'opération de la mémoire de ces malades. C'est ainsi que conseilleur d'Augusto Pinochet, après l'élimination en 1973 de Salvador Allende, il voulait mettre en œuvre sa "Thérapie" dans l'économie du Chili.

Pinochet fut le premier leader politique de notre planète à tester la Thérapie de Choc  en transformant son pays en un laboratoire pour les théoriciens américains.

Le « New-York Times » écrivit à propos de ce sujet : « Il n’arrive pas souvent qu’à un économiste de premier rang, dont les perspectives sont si robustes, lui soit offerte la chance de pouvoir tester ses prescriptions spécifiques pour la remise en bon état d’une économie si malade. Il est encore plus inhabituel le cas lorsque le client de l'économiste respectif est, par hasard, un autre pays et non pas son propre pays ».

Tel que présenté dans son livre "Capitalisme et Liberté", pour Friedman, la Thérapie de Choc,  est le seul « médicament miracle » qui doit être administré à une économie malade. Trois objectifs : la privatisation massive et rapide, l'élimination du contrôle du Gouvernement sur l'économie et la diminution des dépenses sociales dans une courte période de temps, avec une récupération ultérieure rapide. Il utilise le mot "choc" d’une manière obsessionnelle et souligne que l’utilisation d’une thérapie graduelle n’est pas un bon choix.

Le miracle économique promis à la "sauce FRIEDMAN" ne s’est pas produit.

Au contraire, l'économie qui était déjà dans le chaos financier en Chili, a jeté le pays dans de vraies convulsions, le chômage, l'inflation,... à des niveaux alarmants.

Pinochet, et son conseiller, Sergio di Castro, ont détruit le système d’assistance sociale, en réduisant brusquement les dépenses sociales à hauteur de 27 % , jusqu’en 1980, lorsque ces dépenses ne représentaient plus que la moitié en comparaison avec la période de Allende.

Même la Revue « The Economist » qui passe pour le journal de l'économie du marché libre, en parlant de ces réductions de dépenses sociales, les a nommées comme étant « une orgie de l’automutilation».

La Sante et l'Éducation qui ont été les plus frappées.   

Dans les anciens pays socialistes, elle n’a pas produit une transition, mais elle a provoqué une rupture catégorique avec la société socialiste, pour exclure toute possibilité de restauration du Socialisme comme idéologie, comme doctrine, comme mouvement social et comme système d’organisation économique et social. 

Nina GEORGESCU (E-mail : georgescu.nina@yahoo.fr)

 

Des nostalgiques ou des ostalgiques sur Agoravox?

Commentaires

L'Egypte, l'Est tout en une vidéo
http://www.lesoir.be/actualite/monde/2011-02-01/maree-humaine-au-caire-contre-moubarak-live-819054.php

Écrit par : L'enfoiré | 01/02/2011

Si on parle de l’Europe , l’intérêt du publique pour le contenu de l’information est spécial. Et ceci parce que l’histoire de l’Europe est devenue de plus en plus agitée après les métamorphoses politiques secrètes subies par l’Europe de l’Est en 1989-1991. Ces métamorphoses ont conduit à la surprenante extension de l’OTAN dans cette zone géopolitique signalant un danger de guerre après la destruction du socialisme européen. Ces métamorphoses ont conduit à l’intégration des anciens pays socialistes en UE, à une guerre civile en Yougoslavie (1995), au bombardement de la Yougoslavie par l’OTAN en 1999, le premier bombardement en Europe après la 2ème Guerre Mondiale, aux révolutions oranges en Ukraine et rose en Géorgie après 1991.
Comme suite à tout ce qui précède, le 3 avril 1999, la Fédération Internationale des Journalistes qui est la plus large organisation de profile attirait l’attention aux journalistes qui présentaient les événements de Yougoslavie, de garder leur objectivité et de ne pas se laisser entrainer dans des actions de désinformation. (voir le Dossier des documents ultra-secrets , le Journal roumain ZIUA du 10/04/1999)
La F.I.J. devait en savoir quelques choses . Et ce qu’elle savait concernait certainement les faux contenus.
Et puis parlons un peu des mensonges des médias occidentaux concernant les événements de décembre 1989 en Roumanie. Ces mensonges ont été dévoilés par plusieurs journalistes de Belgique, de France, des États-Unis, d’Allemagne et de Salvador qui ont été présents en décembre 1989 en Roumanie, à Timisoara et à Bucarest. Par exemple, le journaliste Gérald de Selys de la Radio-Tv belge, dans son ouvrage « Média mensonges » qui a été publié à Bruxelles en 1980 montre que les mensonges concernant ce qui s’est passé à Timisoara en décembre 1989 « c’est une manipulation sans precedent dans l’histoire de la presse et l’imposture n’a été dénoncée que très peu «  ( L’historien roumain Ioan Scurtu , son article « Mensonges médias »).
Un autre journaliste, Michel Castex , qui a dirigé à Bucarest l’équipe de journalistes de l’Agence France Presse (AFP) et a analysé sur place les événements de 1989 est arrivé a la conclusion qu’il s’agissait « d’une intoxication remarquable, sans précédent, dans laquelle est tombée la presse occidentale, dans son ouvrage « Un mensonge gros comme le siècle. Roumanie, histoire d’une manipulation » publié à Paris en 1990. Il écrit que les médias occidentaux se sont laissés intoxiques par les sources eues à leur disposition.
La manipulation de l’opinion publique avait commencé bien avant 1989. Elle a eu un caractère organise, planifie et contrôle des 1973 quand a été élaboré le Plan de la Guerre Secrète pour la destruction globale du système socialiste.
La manipulation avait comme but de réaliser l’objectif européen et américain de déstabiliser profondément la Roumanie par une campagne de masse internationale, basée sur une désinformation flagrante et hostile. Le facteur fort dans cette action a été l’antenne radio l’Europe Libre financée par la CIA. Nous faisons cette précision pour montrer le rôle très important que l’Europe Libre a eu dans les opérations de désinformations qui ont préparé les événements de 1989.
Je rappelle seulement l’ « Opération Villages Roumains » déclenchée en 1988 à Bruxelles , une action qui a eu comme résultat une image négative de la Roumanie, c'est-à-dire « Roumanie, le pays des villages détruits et de la famine ». Le slogan utilise dans cette action était : « Sauvez les villages roumains ». La France et d’autres États ont réagit a ce slogan.
Aux mensonges des médias occidentaux ont contribué pleinement aussi la presse, la radio et la tv roumaine, devenue depuis le 22 décembre 1989 la Télévision Roumaine Libre.
Tel que vous avez pu constater toutes ces informations ont eu un faux contenu.
Un exemple de contenu correcte, vrai , est l’affirmation du célèbre analyste français Ignacio Ramonet qui disait que : « les médias qui étaient la critique la plus redoutable sont devenus des simples subalternes obédiants » (voir Le Monde Diplomatique de juin 2004).
L’importance du contenu des informations lancées par les médias est énorme. N’oublions pas Napoléon qui disait : « Quatre journaux hostiles ont plus de valeur que 100.000 gens dans mes compagnes «  (le général dr.Eugen Badalan , gral.(r) dr.Valentin Arsenie , gral.de brigade (r) dr. Gheorghe Vaduva , Essais sur l’art stratégique , page 46 , Ed. Militaire , Bucarest , 2005).
L'exemple de mon pays , la Roumanie, ou le consensus de l’opinion publique n’a pas été le même que le consensus des médias concernant le bombardement de Belgrade par l’OTAN en 1999.
Pendant le déroulement de l’ intervention militaire, bien que l’opinion publique roumaine se situait du cote de la population serbe – situation relevée par les sondages d’opinion faits à l’époque – les structures médias diffusaient leur propre opinion, ou les opinions les plus proches possibles du point de vue imposé officiellement.
Ni aux États-Unis qui ont la prétention que la démocratie est chez soi et souhaitent exporter leur démocratie dans tout le monde, les choses ne se présentent pas mieux.
Souvenez-vous de la transmission CNN connue dans le monde entier,
lorsque par des moyens de manipulation qui ont été reconnus ultérieurement, par écrasement et par post-procession du son , une jeune réfugiée de Bagdad, qui avait connu les horreurs de la vie de là bas, racontait que ces horreurs étaient l’œuvre des troupes de Saddam Hussein qui terrorisaient la population civile, surtout les femmes et les enfants des maternités.
Il a été prouvé plus tard que cette jeune femme était la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington. Mais le démenti qui a été donné ultérieurement n’a été malheureusement que pour l’histoire. Le mal avait été fait et le but était obtenu. Par un faux contenu de l’information les médias américains avaient obtenu une opinion publique favorable pour leur intervention militaire directe en IRAK.
Dans cet exemple tout aussi comme dans le cas des événements de décembre 1989 de Roumanie, il s’agit d’un attentat au principe de la réalité : le truquage de l’événement, la falsification de la vérité, de la guerre, qu’elle soit préventive (comme en Irak) , ou Guerre Secrète comme en Roumanie et dans toute l’Europe socialiste.
De cette manière, l’immixtion des médias est devenue une prémisse pour tout évènement conflictuel .
Dans le cas de l’Europe socialiste la Guerre Secrète a été faite sous la couverture des dites Révolutions. Les médias d’aujourd’hui , la plus part d’entre eux , ne sont plus tel qu’on disait souvent « la voix des sans voix » .
Les médias qui étaient l’expression de la plus redoutable critique sont devenus, comme disait Ignacio Ramonet , un simple subalterne obédiant.

Écrit par : Nina Georgescu | 13/02/2011

Bonjour Nina,
Au sujet de l'OTAN, le lien suivant http://www.voltairenet.org/achat-en-ligne/pdf/otan/Synopsis-Armees-Secretes-de-lOTAN.pdf et que je reprenais dans mon billet sur les 80ties, explique très bien le phénomène.
Le système socialiste a été niaisé dans ces années 80 comme non progressiste.
Dans n'importe quel système, il y a des excès dans lesquels il ne faut pas tomber.
J'ai appris beaucoup de choses avec votre version des faits qui viennent de l'endroit où les choses se passent, se vivent.
C'est exactement cette vision que je préfère.
Les médias dépendent de tellement de phénomènes parasites.
La politique aime y faire appel quand cela les intéressent.
"un simple subalterne obédiant" Absolument. Intermédiaire entre une source et une arrivée après un traitement de l'information.
Tiens comme pour l'informatique que l'on appelle TIC Technologie (ou Traitement) de l'Information et de la Communication.

Écrit par : L'enfoiré | 13/02/2011

L'ombre de Staline

http://www.rtbf.be/video/detail_l-ombre-de-staline?id=1889966

Écrit par : L'enfoiré | 30/01/2014

Les commentaires sont fermés.