Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2021

Le Kid a cent ans

0.PNGLa carrière de Chaplin au cinéma s'étire sur 65 ans avec plus de 80 films.  Acteur, réalisateur, scénariste, producteur et compositeur, devenu idole du cinéma muet et burlesque à partir des années 1910. Sa vie publique et privée font l'objet d'adulations comme de controverses.

 Le tournage du film muet "The Kid", commencé en août 1919, sort le 6 février 1921 sur les écrans.

Chaplin transpose sa propre enfance dans celle du jeune Jackie Coogan, âgé alors de quatre ans. 


...

Ses débuts.

Charlie Chaplin est né le probablement à Londres et mort le 25 décembre, jour de Noël, en en Suisse à Corsier-sur-Vevey. Une soixantaine de court métrages avec le surnom "Charlot", de "vagabond", de « Little Tramp » ou d' « Immigrant ».

Il commence sa vie entre des parents artistes de music-hall. Une mère qu'il adore, qui joue de petits rôles sous le pseudo Lili Harley. Elle est en grandes difficultés financières qui finissent par un désordre mental et un placement en hôpital psychiatrique. Un père toujours absent, alcoolique joue des rôles importants qu'elle mais ne paye pas ses pensions alimentaires. Le couple se sépare deux ans après sa naissance. 

Dans la misère, Charlie est placé dans un hospice où humiliations, injustices et déchirements entre rires et larmes sont monnaie courante.

A 5 ans, lorsque sa mère perd la voix, Charlie la remplace sur scène  après avoir assisté à ses prestations. Dans un scénario au style de Oliver Twist, très débrouillard, il invente des scénettes avec le modèle de sa mère, il y ajoute des pantomimes. Avec une confiance en soi inébranlable, il imagine qu'il est devenu le plus grand acteur du monde.

L'école buissonnière, il connait parfaitement. A 10 ans, en imitateur de tout ce qu'il rencontre, il apprend les claquettes en dansant à cloche-pied et à jongler. En 1903, alors âgé de 14 ans, incarne le groom Billy de Sherlock Holmes aux côtés de Harry Arthur Saintsbury.

Engagé au Music Hall dans la troupe de "Fred Karno Picture" de "Maming Dance".

En 1908, il est heureux de quitter Londres et Kennington Road

Il part avec la troupe à Paris, la ville lumière qu'il espère et fait du show aux Folies Bergères. Départ en bateau pour New York où tout devrait être possible d'après lui, puis San Francisco toujours avec l'équipe Karno.

Il se rend compte que les classes sociales y sont tout autant présentes, sinon plus qu'en Europe. L'argent est le cheval de bataille pour réaliser ses rêves.

En 1913, à Hollywood, il quitte Karno et entre chez Keystone où Mack Sennett exprime des idées cinématographiques souvent opposées aux siennes. Il pense être viré et se retrouve, au contraire, avec une augmentation de cachet, malgré sa jeunesse. Pour se vieillir, il change de look avec une moustache et des vêtements, de clochard élégant du style de Max Linder et un rire ingénieux qui se produit par la réaction du personnage aux dépends des riches et des pauvres.

Populaire, ia "chaplinite" s'intensifie. Elle envahit le monde entier. Imité, piraté dans des contrefaçons, il change plusieurs fois de patronage avec, à chaque fois, une augmentation de plus en plus extravagante de ses cachets.     

0.PNGArthur Jefferson alias Stan Laurel devient son ami et parfois même sa doublure.

Le  sa première apparition est remarquée sur scène dans une comédie burlesque de 13 minutes produite par Henry Lehrman,  dans "Pour gagner sa vie" (Making a Living)".

  En poilu, dans la scénette "Charlot soldat",  il caricature la vie des soldats dans les tranchées de la grande guerre. Dans un sketch, Charlot y capture le Kaiser alors qu'il se trouve en mission de reconnaissance en territoire ennemi.

En 1917, les Etats Unis entrent en guerre. Trop chétif pour devenir soldat, il est réformé mais grâce sa célébrité lui sert dans sa collecte de fonds pour soutenir l'effort de guerre.

En 1918, premier mariage avec Mildred Harris qui pensait être enceinte. C'est une fausse couche. Quand elle tombe réellement enceinte, elle accouche d'un garçon qui meurt trois jours plus tard, le . Cette tragédie personnelle entraînera son divorce en expliquera dans son autobiographie en disant que son couple n'était « absolument pas faits l'un pour l'autre ». Selon lui, cette union a affecté sa créativité. 

En 1919, il cofonde la société United Artists avec Douglas Fairbanks, Mary Pickford et David Griffith et obtient ainsi le contrôle total sur ses futures œuvres.

La réalisation d'"Une idylle aux champs", tournée un hommage au ballet L'Après-midi d'un faune, lui est difficile sans (re)connaitre Claude Debussy. Une scénette le montre se faire assommer en rêvant qu'il danse avec des nymphes dans la forêt.

En 1918, en producteur au sein de la "First National", il sort "Une vie de chien" dans lequel il prend soin d'un chien blanc qui découvre un portefeuille plein de billets. 

...

La gestation du "Kid"

0.PNGEn Charlot, il envisage de se rendre tuteur d'un jeune garçon mais son projet est résolument plus important que prévu. 

Marqué par les thèmes de la pauvreté et de la séparation, le film "The Kid" associe la comédie et le drame. Ce qui est loin d'être courant pour l'époque.

Lita Grey est choisie dans un rôle d'un ange dans le film. Il en tombe amoureux. 

Pour éviter la controverse d'avoir été mise enceinte, Chaplin se marie en secret à nouveau, à Los Angeles. 

Il l'insère dans des rôles de 36 scénettes de moins de 30 minutes en jouant les  amoureux.

En 1919, dans le cadre de la mer, le film "Une journée de plaisir" apaise et temporise son projet "The Kid".

En 1920, "Charlot et le Masque de fer" est suivi par son désir de retourner une première fois en Grande-Bretagne après avoir rempli son contrat avec la "First National Picture".

 La réalisation du projet du "Kid" dure plus de neuf mois.

Avec ses 68 minutes, il devient le premier et plus long film du cinéma. Succès dès sa sortie, le film est distribué dans plus de 50 pays pendant les trois années qui suivent.

Caricature de la vie des petites gens de l'époque, le film plait.  

...

Contexte des années 20 et suivantes

 En producteur de films, ses sources d'inspiration se reflètent dès lors dans ses expériences de sa vie privée.

Pour réaliser son rêve de devenir self-made man, il a compris le besoin d'acquérir de l'argent.

Pendant la Première Guerre mondiale, surtout en France, pendant que les hommes sont au front, les femmes profitent d'un vent de liberté en exerçant des tâches traditionnellement masculines aux champs, à l'usine ou au bureau. Les années 20 qui suivent, créent ainsi le début du féminisme pendant des Années folles.   

En 1922, "Jour de paye" Film dans lequel Charlot tient le rôle d’un ouvrier dominé par sa femme dont le tournage du film est mis en boîte en un mois à peine.

En 1923, "Le Pèlerin" Evadé de prison et devenu vagabond, Charlot devient pasteur par et pour les habitants d'une petite ville.

En 1924, alors qu'elle avait 16 ans, Lita Grey tombe enceinte de Chaplin, âgé de 35. Pour ne pas être emprisonné pour avoir eu des rapports sexuels avec une mineure, il l'épouse dans le plus grand secret au Mexique pour éviter un scandale. Ils ont eu deux enfants, Charles Chaplin Jr. (1925-1968) et Sydney Chaplin (1926-2009).

En 1925, "La ruée vers l'or". Une ruée vers l'or commencée  le 24 janvier 1848, à l'origine du mythe californienpodcast.

Dans "Les Mendiants de la vie", tournés en extérieurs avec microphones pour les scènes parlantes, elle interprète le rôle d'une fille de la campagne en fuite qui croise des clochards. 

Le cinéma parlant s'installe progressivement mais Chaplin refuse de s'y soumettre.

En 1928, "Cirque". Dans le film, Charlot est à nouveau affamé et sans le sou. 

Peu d'intérêts en commun avec son épouse, Lita Grey. Ils divorcent après un procès, une pension alimentaire d'un million de dollars. Cela entraine un début de dépression de Chaplin. 

En 1931, "Lumières de la ville" est un film inspiré par le marasme du crash boursier de de 1929, pendant lequel le chômage explose et qui renvoie les femmes dans leur foyer, dans des cours d'art ménager pour filles avec l'appui de mesures discriminatoires. Ce film, s'il est sonore, c'est par dérision puisqu'on n'y parle pas. 

Il veut prendre une sorte de vacances par un retour Europe où il est accueilli comme une chef d'Etat et rencontre toutes les célébrités. Il fait oublier ses mauvaises manières en faisant le pitre. 

De retour aux Etats Unis, après une visite dans les usines Ford, il devient critique vis-à-vis du colonialisme et du capitalisme.  

En 1936, "Les temps modernes", film dans lequel il se place en opposition au machinisme. Il marie Paulette Goddard qui l'inspire pour le film et devient sa muse.

Pastichant "Je cherche après Titine" il danse et chante dans une langue inconnue.


La Commission des activités américaines le traite de communiste en pleine période du Maccartisme et les enquêtes du FBI et du Congrès lui font perdre son visa américain. 

Chaplin se rend compte du péril du nazisme pour le monde naissant en Europe. Pour un acteur comme lui, Hitler est un trop bon acteur naturel pour influencer les foules.   

En octobre 1940, malgré les avertissement, il sort la satire politique et antimilitariste  "Le dictateur" dans lequel, provocateur et sulfureux contre le fascisme, il se moque ouvertement de Hitler par le pastiche contre le postiche. Les dates de naissance de Chaplin et d'Hitler n'ont que quatre jours de différence en avril 1889. Le clown Charlot devient ainsi prophète et cela ne plait pas à tout le monde.

Aux Etats Unis, il ne fait plus l'unanimité. Son audace a fait faiblir son étoile. Cela n'empêche pas qu'il obtienne un Oscar du meilleur scénario pour ce film.

Le FBI continue de l'espionner et essaye par tous les moyens de le mettre en défaut par ses relations sexuelles. Procès en paternité ne parviennent pas à le faire tomber et abandonner le cinéma. 

En 1943, il épouse sa 4ème et dernière femme, Oona O’Neill que Chaplin rencontre lorsqu'elle postule pour un rôle dans le film "Ombre et substance" dont Chaplin a acheté les droits du film mais qui reste dans les archives sans réalisation. 

En 1947, "Monsieur Verdoux" est un film avec un humour macabre, une critique sociale des bourgeois, mêlée de misanthropie et de misogynie, inspiré par les crimes de Landru qui se termine par un procès dans lequel il lance "après le meurtre d'une personne, on devient un bandit et pour un million,  on devient un héros" en référence aux bombes nucléaires sur le Japon. Il est hué. Il obtient pourtant un deuxième Oscar du meilleur scénario. Edgar Hoover l'a dans son collimateur et Chaplin est interrogé dans villa à Beverly Hill accusé de communisme alors qu'il se considère comme citoyen du monde.

En 1952, "Feux de la rampe".  A 63 ans, Chaplin fait ses adieux à son personnage fétiche de Charlot avec ce film testament. Il veut créer un relais avec la génération suivante en inventant l'histoire d'un vieux chanteur de music-hall à la retraite. Il y veut aider une jeune danseuse de ballet à apprendre à évoluer et à danser en public dans un duo entre Chaplin et Buster Keaton.

Il part avec sa famille à Londres, où il est acclamé il choisit de s'établir en Suisse. Il n'obtient plus de visa pour retourner en Amérique. 

En 1954, Il publie son autobiographie dans "Histoire de ma vie" et forme ainsi un bilan de sa vie par le panorama complet de son œuvre depuis les films muets jusqu’à ceux qui ont marqué l’histoire du cinéma, avec les raisons pour lesquelles il n'a pas voulu suivre l'évolution du cinéma par le cinéma parlant et les films en couleurs que très tardivement.

En 1957, "Un roi à New York" est un film plutôt futuriste pour l'époque, dans lequel il est question d'une révolution dans son pays, d'un roi presque ruiné, privé de ses biens immobiliers confisqués par les révolutionnaires alors que le trésor royal volé par son propre Premier Ministre, qui s'enfuit en Amérique du Sud. Pour créer un monde idéal à l'aide à l'énergie atomique, à la mode, il tente d'entrer en contact avec l'"Atomic Energy Commission". Grâce à son expérience théâtrale, comme interprète du monologue d'Hamlet avec « folie et vigueur », il est proposé pour certaines publicités télévisuelles, qu'il accepte après des réticences à cause de ses problèmes d'argent. A la suite de théories sur le passeport, les monopoles, la bombe A, l'homme est empêché de jouir de son droit naturel par son antagonisme avec la forme de gouvernement. Lavé de tout soupçon après une audience maccarthyste, il est invité à venir en Europe avec ses parents.

Pour Chaplin, après15 ans d'harcèlements, les Etats Unis sont devenus un pays lugubre où on apprend la délation 

En 1967, "La Comtesse de Hong Kong" est son seul film romantique en couleurs et dernière production personnelle avec Marlon Brando et Sophia Lauren comme premiers rôles et deux de ses propres enfants en seconds rôles.

En 1971, Chaplin apporte une nouvelle version du "Kid" en ajoutant des scènes de maternité et en composant lui-même la musique du film.

En 1972, il obtient un visa de 15 jours pour les Etats Unis pour venir chercher son Oscar d'honneur pour toute sa carrière. Il retrouve son ami Groucho Marx. Dans la salle, parmi les invités il y a Jackie Coogan, lui qui a été le Kid dans sa jeunesse et qui a poursuivi sa carrière d'acteur. 

1.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNG

0.PNGChaplin, anobli par la reine d'Angleterre, des décorations et des distinctions par dizaines.

Marié quatre fois, possède une longue descendance dont les enfants féminines sont souvent devenues des artistes, des danseuses ou des comédiennes. 

Egocentrique, il a aimé être adulé par la foule.  

0.PNGLe jour de Noël de 1977, il s'éteint à l'âge de 88 ans, entouré par sa grande famille, au manoir de Ban dans le village suisse de Corsier-sur-Vevey au bord du Lac Léman dans laquelle il a vécu pendant les 25 dernières années de sa vie, à l'abri des journalistes et des paparazzi.

France4 présentait dimanche dernier "Charlie Chaplin, le génie de la liberté" en disant de lui qu'il a mis son talent au service d'un idéal de justice et de liberté. Son meilleur scénario est celui de son propre destin, inscrit dans l'histoire politique et artistique du 20ème siècle. Son indépendance financière est la clef de sa liberté artistique et de son engagement humaniste".


La représentation de sa vie à l'écran l'a rendu riche jusqu'à l'obsession. 

A son époque, Chaplin est considéré comme l'acteur le plus riche du monde.

Sa relation avec l'argent est équivoque, écartelé entre les idéaux qui l'ont bâti et la vie confortable qui s'offre à lui en fin de vie. La question reste toujours la même, "comment survivre au succès sans se perdre"?

"L'argent et la beauté font bon ménage. Si j'étais communiste, je serais un drôle de coco", dit-il.

Pendant le terrible hiver de 1954, il rencontre l'abbé Pierre pour lui faire don d'une partie de son Prix international de la paix, dont l'argent provenait probablement du bloc de l'Est, ce qui pourrait se retourner contre lui…

 Comment remonter le temps avec humour si ce n'est par "les Brigades du Tigre à dents de sabre" 

...

Et après Chaplin?

0.PNGLe cinéma parlant a mis le mime dont les expressions principales par les attitudes, les mimiques et les gestes, entre parenthèses ce qui fait perdre l'évocation d'un récit interprété par l'imaginaire du spectateur.

Le mime Marcel Marceau n'est plus depuis 2007.

Quant à la couleur, le livre de Aude Gouminne "Ils vivaient en couleurs" explique ce que la couleur aurait pu apporter aux photos et peut-être aussi aux films de Charlotpodcast

Aujourd'hui, la photo en noir et blanc n'est plus pratiquée que par des artistes photographes spécialistes.

Au cinéma, en 2011, le film "The Artist" avec Jean Dujardin dans le rôle principal, fait revivre l'époque de 1927 et obtient cinq Oscars. 

0.PNGQuant à Charlot, c'est toujours le "Kid" qui reste principalement dans les mémoires.

En 2002, ce thème se retrouve en Iran par Abbas Kiarostami dans le film "Le vent nous emportera". 

Charlie Chaplin voulait-il changer l'enfer de la vie en paradis par le rêve européen et y introduire l'idéologie collectiviste en vieux capitaliste?

Probablement pas.

Mais, pour résumer Charlot, c'est surtout une leçon qui dit que même maladroit, galant et joli cœur, il suffit d'être astucieux pour se sortir sans encombre du pétrin dans lequel il ne faut pas manquer une occasion de se plonger. C'est par sa précieuse capacité de réaction immédiate, déconcertante et par la provocation pour ses antagonistes, que l'on finit toujours par en sortir.

Le contraste entre son enfance et sa fin, entre son décor d'indigent de son enfance et de l'opulence de sa fin, est total. 

Aujourd'hui, à cause de ce Covid, on ne peut toujours pas retourner au cinéma.

0.PNG

Pince avec ou sans rire devant la caméra, Chaplin inspire toujours les clowns et incite toujours les enfants à rire en "Enfantastiques"


 

Annexe 1: Londres et les Londoniens en 1875, dessiné par Gustave Doré

Annexe 2: Les femmes des années 20

Allusion,

 

10/2/2021: La plus me Thomas Gunzigpodcast

Commentaires

Les nazis et l'argent : au coeur du IIIe Reich

Comment l’Allemagne hitlérienne a-t-elle pu avec peu de devises, un chômage de masse, d’insuffisantes ressources naturelles et un appareil industriel limité déclencher ce cataclysme que fut la Seconde Guerre mondiale et occuper une grande partie du territoire européen ? Étayé par des travaux récents d’historiens et nourri d’archives rares, un passionnant décryptage.

Quand il arrive à la chancellerie du Reich le 30 janvier 1933, Hitler est à la tête d’un pays à genoux, ruiné par l’hyperinflation des années 1920 puis par la Grande Dépression. Suivant la feuille de route qu’il a tracée en 1925 dans Mein Kampf, le Führer vise trois grands desseins : la remilitarisation du pays – qui lui est interdite par le traité de Versailles –, la destruction des échanges internationaux, et l’expansion vers l’est. Le régime hitlérien, qui a réinstitué en 1934 la conscription, entend réarmer en toute discrétion. Un astucieux montage financier permet de produire chars, avions et munitions en échappant aux radars de la Société des nations. Lançant de grands chantiers d’infrastructures qui sortent des millions de chômeurs de la misère, l’Allemagne nazie met en œuvre parallèlement une répression politique et syndicale qui rassure le patronat, et institutionnalise les persécutions envers la communauté juive, dont les biens sont spoliés. Des programmes sont également mis sur pied pour pallier le manque de matières premières (carburant, fer, charbon, caoutchouc…) indispensables à l’effort de guerre. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les pays occupés par les armées du IIIe Reich, la France en tête, sont pillés sans vergogne…

Bureaux d'études
Comment l’Allemagne hitlérienne a-t-elle pu avec peu de devises, un chômage de masse, d’insuffisantes ressources naturelles et un appareil industriel limité déclencher ce cataclysme que fut la Seconde Guerre mondiale et occuper une grande partie du territoire européen ? Nourri d’archives rares et illustré d’originales animations d’inspiration dadaïstes, Les nazis et l’argent - Au coeur du IIIe Reich décrypte la manière dont les questions économiques ont joué un rôle majeur dans la mise en œuvre de la funeste idéologie du IIIe Reich, des foyers allemands poussés à l’épargne aux bureaux d’études sommés de rationaliser les productions d’armement, en passant par un ravitaillement des troupes allemandes au détriment des populations des territoires occupés. S’appuyant sur les travaux récents d'historiens européens (les Britanniques Adam Tooze et Richard Overy, l’Allemand Frank Bajohr et la Française Marie-Bénédicte Vincent), Gil Rabier met en lumière la façon dont ce régime monstrueux, lancé dans une guerre idéologique à outrance, a surmonté ses difficultés économiques, industrielles, monétaires et alimentaires par la manipulation financière, la prédation, la corruption, la spoliation, le travail forcé et le crime de masse.

https://www.arte.tv/fr/videos/087957-000-A/les-nazis-et-l-argent-au-coeur-du-iiie-reich/

Écrit par : Allusion | 10/02/2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire