Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2007

Le saint des enfants sages et investisseurs

Saint Nicolas, ça vous dit? Non, on ne le fête pas en France, ou alors très peu. En Belgique, Allemagne, Autriche, Pologne, Pays Bas et en Suisse, par contre, les bambins en sont encore toujours aussi fous. Normal, quand il y a des cadeaux à la clé. Alors, on pense à investir en sagesse et en son avenir par effet retard.

cbad644cc9440bdf31a259a65937ede8.jpgL'article d'aujourd'hui est avec mention spéciale comme à la télé sous l'écran (-7).

Cette mention est évidemment là pour ne pas faire sortir les plus petits de ce rêve de la tendre enfance.

Bien avant la date de fête du 6 décembre, comme tous les ans, Saint Nicolas est arrivé sur son char avec le Père Fouettard et ses acolytes comme antidotes à un manque de sagesse pour les enfants. Les grands magasins ont chacun leur trône et invitent les bambins bien en file indienne accompagnés des parents plus ou moins agités.


Dans le Nord de la Belgique, on parle de Sinterklaas. Mais il vient aussi apporté sa tradition et ses jouets et les friandises dans la cheminée des enfants qui n'ont pas démérité en sagesse. Pour entrer dans les candidats aux cadeaux, le bambin doit s'appliquer à laisser la veille de l'eau et quelques carottes pour l'âne de ce saint homme et surtout tellement généreux. Anciennement le pain d'épice, puis, les spéculoos, le massepain sont les friandises de prédilection qui devraient revenir en échange de son investissement.

Mais qui est-il celui qui a donné naissance à la Noël pour bien d'autres pays?

On situe sa naissance et sa "boutique" en Turquie, à Myra, J'ai y personnellement vu son tombeau en 1992 dans l'église Noël Baba. Pas beaucoup de vestiges à découvrir. Tout est dans le symbole. Saint populaire si il en est, depuis, lors. On découvre même son tombeau.

Excursion classique proposée lors de tous voyage en Turquie avec les habitations troglodytes de l'acropole rupestre de Kale, en arrière-plan.

Wikipedia ne nous rassure pas: "Bien que destinée aux enfants, une des légendes de saint Nicolas est plutôt effrayante. « Ils étaient trois petits enfants, qui s'en allaient glaner aux champs », comme dit la chanson. Perdus, ils demandèrent l'hospitalité chez un boucher qui ne trouva rien de mieux que de les tuer, les découper et les mettre au saloir. Saint Nicolas vint à passer sept ans plus tard et demanda à son tour l'hospitalité. Il insista pour manger le petit salé préparé sept ans plus tôt. Le boucher s'enfuit et saint Nicolas ressuscita les trois enfants. ».

Mazette...Sinistre ! Cela commençait vraiment mal.

Alors, flash back, dans mes souvenirs. Entre cinquante et soixante ans, cela fait un bail et pourtant ils sont bien là.

Vais-je annoncer que j'ai tiré à la barbe de saint homme pour voir si elle était bien vrai et n'allait pas se trouver dans mes mains? Et bien, non. J'y ai cru et suffisamment longtemps.

Déjà pragmatique et cartésien, je ne pouvais croire que ce que je découvrais de mes petits yeux innocents.

Mes parents ont entretenu ce doute avec le maximum de "doigtés". Ils s'y entendaient à "effacer subrepticement" mes petits dons de la cheminée et mes doutes au sujet d'une éventuelle "arnaque".

Puis progressivement, au fur et à mesure que les années avançaient, ce "cartésianisme" est devenu de l'investissement. Il y avait les cadeaux à la clé, de plus en plus grands, en fonction mon propre progrès dans les hauteurs.

Alors, être sage, en calculateur, il fallait analyser les pertes et profits. Le bonus malus avait des points plus gros l'un qu'un l'autre. Pas encore de graphiques boursiers pour se donner le maximum de chance, mais on n'en était pas loin.

69e2a8268443c9078601d809d99bd23f.jpgÉvidemment, des copains avaient des déclarations contraires à mes songes calculateurs. Le pot aux roses était déjà tombé au sol depuis longtemps pour eux. La male aux trésors chocolatés annuelle aussi. Alors, stop ou encore? Question bien vite réglée. Faire semblant et la fermer et tout le monde était d'ailleurs content.

Pragmatique et investisseur, je vous dis.

Tout s'acheva par une rectification en douceur de l'"office donateur". Investir n'était plus rentable et puis cela se compliquait pour le générateur pourvoyeur de cadeaux à barbe et pour le gamin qui, vraiment, avait trop grandi. La sagesse ne suffisait plus. De plus, l'investissement comprenait des "actions" supplémentaires. Par exemple: réussir les calculs avec plus d'exactitude à l'école.

Bien plus tard, les jouets avaient pris un coup de vieux et s'étaient réfugiés dans les boîtes de rangement. Ce saint des enfants sages et investisseurs s'est représenté à mon questionnement.

D'abord, à l'étape étudiant.

Le présentateur Jean-Claude Menessier de la RTB (Le "F" n'était pas encore découvert)  lançait l'opération 48.81.00 en 1957. Jean-Claude, comme on le nommait, un peu avant la Saint Nicolas, lançait son "Nous savions que nous pouvions compter sur vous" dans les écoles. Récolter les jouets qui ne servaient plus pour les réserver à des jeunes qui ne connaissaient pas ce Saint Nicolas. On s'est monopolisé dans ce but avec ardeur. Plus tard, cette opération s'orienta vers d'autres débouchés plus nobles, peut-être. Quand on grandit, on reconsidère toujours. Jean-Claude, Saint Nicolas ne l'avait pas oublié non plus, c'est sûr. Sa notoriété s'était bien fait étendue.

f2f3208513f4125e17bee0c70c602d36.jpgLes magasins, eux, n'y ont pas perdu au change. Encore des investisseurs des temps modernes. Bien avant l'événement du 6 décembre, les vitrines ne désemplissent pas en jouets plus fantastiques les uns que les autres. La pub télé relaie cette folie. On investit, donc, toujours.

Chacun a eu et aura ses "chocolats".

Merci, Saint Nicolas, merci, les enfants devraient avouer la poupée qui fait "maman" quand on la couche.

Tu peux revenir, Saint Nicolas.685790a64a453d591d11da254ae2c2cf.jpg Pas mal d'adultes attendraient ton retour. 

Je veux bien en remettre dans ma cheminée de ces grosses carottes bien juteuses avec une petite boisson avec des gouttes perlantes sur le verre.

Maintenant, qu'en est-il avec la situation de ta visite 2007, Saint Nicolas ? As-tu eu les mêmes chances de remplir ta hotte?

Un cocktail de jeux de société pullulent, d'après tes envoyés dans nos magasins. Auras-tu assez de monnaie pour faire tes emplettes? Le coût de la vie ne t'impressionne pas? Tu es confiant. Magnifique. 

Non, Français, vous avez raté le coche (à part, peut-être, dans le Nord, près de chez nous). Dépêchez-vous d'appeler le Père Noël. Il trépigne d'impatience.

C'est un Enfoiré qui vous le dit.88b105e87efddfeb514ea99b00632b55.jpg:

"Le mystère, ça paie".

Est-ce dire que la croyance gratuite est payante?

Je n'irai pas jusque là. J'ai quelque peu grandi depuis, quoi que...

 

L'enfoiré,

 

Citations: 

  • « Lorsque ma femme me fait un cadeau, j'éprouve deux surprises : d'abord le cadeau et ensuite de le payer. », Maurice Donnay

  • « Un cadeau qui ne peut pas être jeté n'est pas un cadeau mais un piège. », Tad Williams

  • « Les cadeaux sont comme les conseils : ils font plaisir surtout à ceux qui les donnent. », Emile Henriot

 

fête,enfantMise à jour 27 octobre 2013: 500 manifestants pour défendre le «Père Fouettard» aux Pays-Bas Qualifié de racisme par l'ONU

Commentaires

500 manifestants pour défendre le «Père Fouettard» aux Pays-Bas Qualifié de racisme par l'ONU
http://www.lesoir.be/348691/article/actualite/monde/2013-10-26/500-manifestants-pour-defendre-pere-fouettard-aux-pays-bas

Écrit par : L'enfoiré | 27/10/2013

Les commentaires sont fermés.