Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2007

Forêt de Soignes, forêt soignée

Forêt de Soignes, poumon de la région bruxelloise. Ses points d’intérêt multiples. Son histoire mouvementée.

nature,ecologiePour mon départ de la vie active, mes collègues m’avaient préparé un cadeau: le livre illustré « La forêt de Soignes » de Dick van der Ben aux éditions Racines. Le 21 juillet, fête nationale belge, oblige, parlons-en de ce joyaux naturel belge qui s'incruste au sud de Bruxelles en partageant ses sols avec la ville et les habitations.


L’inspiration a été du parcours par ce choix judicieux. Le cadeau n’était pas innocent : 250 pages illustrées de textes et d’images d’endroits que je connais pour les avoir parcourus, les avoir arpentés en long et en large.

En ces temps de crise politique au sortir d'un vote électoral difficile et où la Belgique se cherche, existe-t-il un endroit plus propice à la réflexion? Et bien non. Où a lieu actuellement les dernières négociation du formateur du gouvernement? Je vous le donne en mille: dans le Prieuré de Val Duchesse, réouvert pour l'occasion. Ne dira-t-on pas un jour comme dicton: "De l'arbre jaillit la lumière" ?

Mon article « Extase automnale » avait été écrit à l’abri de sa végétation sous une lumière nostalgique et les couleurs chatoyantes de l’automne.

Depuis des années, en toutes saisons, à pied, à vélo ou en jogging, mais pas à cheval, quoique j’aurais pu, pas mal d’endroits de cette forêt sont passés tout azimut devant mes yeux émerveillés.

Le Rouge-Cloître, en plein milieu de la commune d’Auderghem, est un point de départ. Endroit de rassemblement de beaucoup de randonnées, près de l’ADEPS, il abrite une abbaye ancestrale qui date de la fin du 14ème siècle.
nature,ecologieEn 1385, première chapelle dédiée à Saint Paul. Autour, une série d’habitations d’époque abrite désormais des locaux réservés aux artistes. Expositions, ateliers se succèdent à rythme soutenu. Un peu à l’étroit jusqu’il y a peu, il est actuellement en pleine phase de restauration et d’élargissement du champ de vision sur les étangs et les maisons historiques. La maison du meunier se fait photographier et la roue à eau de la maison du pécheur roule sous le courant sans discontinuer. L'apogée de ce site, on le situe vers 1725. L'église a été  ravagée par un incendie en 1805. Subsistent une manufacture de coton, une teinturerie, une brasserie, une champignonnière et un restaurant.

nature,ecologieLes étangs ne manquent pas et n’ont jamais été délaissés par les pécheurs qui ne se préoccupent pas de l’effervescence de leur entourage. Perdus dans une paix à peine troublée par le bruit de fond de l’autoroute proche, ils se préoccupent d’empiler les poissons. Tableau de chasse qu’ils sont près de montrer à la première question d’un passager des chemins environnants. Les joggeurs et les cyclistes vaquent à leur sport favori en parallèle se souciant peu des frémissements qu’ils pourraient générer dans l’esprit d’un canard Colvert, d’une poule d’eau.

Rester dans vos chemins respectifs et les problèmes seront bien gérés.

Mais auparavant, que s’est-il passé ?

Cette fois, il s’agissait d’en parcourir l’histoire. Son passé traverse allègrement toutes les périodes du néolithique, du crétacé, du jurassique en s’enfilant au passage des étages aux noms plus tortueux les uns que les autres mais se terminant par « -ien ».

Ce n’est pas Jurassic Parc, quoique…

L’humus qui compose ses sols se décompose en "moder" et en "mor".

L’époque de pleistocène s’est partagée en périodes tempérées et froides Plus d’une vingtaine de glaciations se sont succédées. De 1830 à nos jours, la température moyenne par décennie a progressé de 8,8°C à 10°C.

Seul 75% de pluviosité atteint le sol. Le reste est perdu par évaporation et perdu pour l’écosystème. Le feuillu alimente pourtant mieux les nappes phréatiques que le résineux. Climat subocéanique humide et variable. L’ouragan de 1990 laisse des traces encore visibles de son passage. Des successions d’étés secs et d’hivers rigoureux ont une action mais moins visibles.

Mais la forêt se soigne auparavant et aujourd’hui. On y veille avec œil distrait ou responsable.

L’époque romaine (57 AC-407 PC) n’a pas laissé de trace.

Clovis et Charlemagne en dépeuplant les campagnes feront regagner du terrain à la forêt. Les ducs de Brabant (1190-1404) tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à ces forêts pour la chasse et pour l’abondance des rentrées financières procurées sous la forme de charbon de bois.

Les lieux-dits « Trois Fontaines », Tervueren sont du lot des privilégiés.nature,ecologie

Les communautés religieuses vont y rechercher des endroits propices à la méditation. Privilèges qui leur seront accordés par des autorisations de défricher.

L’abbaye de Forest est édifiée en premier, prélude aux croisades en 1096. L'abbaye de la Cambre suivra.

Les Ducs de Bourgogne (1404-1482), les Habsbourg (1482-1555), les Espagnols (1555-1700) érigent l’abbaye de Boetendael avec son Val des pénitents. Charles-Quint accorde une attention soutenue et des dons à l'Abbaye du Rouge-Cloître et poursuit le développement de son église en y ajoutant des vitraux.

nature,ecologieLe couvent des capucins de Tervueren abritera l’archiduchesse Isabelle dans ses derniers instants.

Les Autrichiens (1714-1794) pacifient et restaurent une sécurité perdue dans le vandalisme et les vols. Les hêtres sont plantés en masse.

Les régimes français (1794-1814), hollandais (1815-1830) nationalisent les biens forestiers. La gestion des bois passe ainsi aux mains étrangères qui s'attachent à réparer les altérations.

L’état belge (1830) achète enfin la forêt de Soignes, dont il ne reste que 4400 ha, pour une somme de 8 millions de florins.

L’écologie et le social vont progressivement prendre le relais. Les chênes, merisiers, frênes vont apporter l’équilibre manquant et effacer la monoculture du hêtre.

Aujourd’hui, la forêt se partage arbitrairement entre des limites linguistiques avec des règles et des spécificités différentes au sauté d’un chemin, digne d'une histoire belge. 2500 ha sont désormais administrés par la Région flamande.

nature,ecologie

 

Le chateau de la Hulpe s'offre des séquoias géants en plein progrès dans le gigantisme, mélangés avec les essences les plus exotiques. La fondation Folon s'y est installé dans ce parc de Solvay.

L’arboretum de Tervueren, promenade royale, réserve pas très loin des surprises par la variété de ses arbres de collection et complète les jardins botaniques.

Forêt de Soignes soignée, c'est incontestable. Le forestier s'est rendu compte assez récemment des avantages de la diversité des espèces qui remplaceront la monoculture des hêtres. La forêt ne serait-elle pas un microcosme allégorique de notre monde? Seule différence, peut-être, les arbres ne se parlent pas. En apparence, du moins.

Pendant ce temps, les routes amputent, les lisières des agglomérations rongent, les tempêtes écornent, les pluies acides, les ordures, le bruit polluent et font dépérir les chênes.

"Trois minutes pour la planète" parlait des avantages d'avoir une forêt saine ce 11 juillet 2007 à la RTBF.

Comment faire aimer la forêt si ce n’est en donnant accès à tous à sa beauté toujours renouvelée. Touristes, passants, cyclistes, jogueurs, sportifs agressent lentement sans le vouloir malgré les précautions prises.

Vaste dilemme de notre temps.

De tous les temps.

Bonne fête Belgique.

 

L'enfoiré,

 

Citations:

  •  « On dit souvent que les arbres nous empêchent de voir la forêt ; il est tout aussi juste de dire qu'on ne voit pas les arbres à cause de la forêt. », Ilya Ehrenbourg
  • « Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt. », Jules Renard

  • « Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent. », François René de Chateaubriand

  • « Auprès de mon arbre, je vivais heureux », Georges Brassens

 

 

Mise à jour juillet 2010: La forêt est appelée à entrer au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Rouge-Cloître s'éclatte avec des Sortillèges 

Défense du patrimoine et de l'environnement à la ceinture verte de Bruxelles

Sur Agoravox, la forêt inspire 

Commentaires

Et bien l'Enfoiré, je ne sais bientôt plus où je dois te laisser mes impressions, hein?
Bon, du coup, je les ai mises sur Naturavox , une fois, hein?
Amicalement Miss canthus

Écrit par : Miss Canthus | 20/07/2007

Et je t'y ai répondu. Merci, Miss.
Je ne pouvais te laisser indifférente avec un tel article.

Écrit par : L'enfoiré | 20/07/2007

Les commentaires sont fermés.