Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2015

La marée russe à la Costa Brava

Thalassa du 7 juillet parlait de la Costa Brava et de Lloret de Mar jouxtant Tossa de Mar. Après des voyages en 2006, 2007, 2009 à Tossa de Mar, me voici de retour en 2015 pour me rendre compte de l'ampleur des changements.


Dans la vidéo de Thalassa (clic sur l'image ci-dessous), il était question de Russes qui, à Lloret del Mar, achetaient progressivement de belles villas et habitations, relativement bon marchés pour eux, parfois à la moitié du prix pratiqué avant la crise. 

(cliquez sur l'image ci-dessous)

0.jpg Les Russes ont quitté la Côte d'Azur, devenue trop chère ou pas assez rentable.

Un Price Earning ratio trop élevé et donc défavorable.

Les sanctions contre Poutine et la position le l'UE ont aussi eu raison de leur décision de changement de cap même s'ils y louent des yachts plus petits. Sur la côte d’Azur, cette évolution correspondait à une diminution de 15% de fréquentations et un pourcentage d'affaires de 40% en moins.

Les poupées russes, délaissées par leur conjoint, ont ouvert de petites entreprises sur le côtes de la Costa Brava.

Elles ont connu le luxe, les bijoux, les diamants, la vodka et veulent aujourd'hui, recréer une Russie en miniature sur la côte catalane avec le soleil et la Méditerranée, en plus.

Des centaines de villas et maisons inoccupées ont été bradées par les Espagnols suite à la crise.

Trop d'opportunités pour des investisseurs étrangers y sont présentes.

La présence russes a détrôné celle de tous les vacanciers précédents comme les Allemands, les Néerlandais et les Français.

Ils viennent évidemment en avion après avoir atterri à Barcelone et pas en car ou en voiture comme pour les autres nationalités. Aucune plaque de voitures avec "RU" pour les dénombrer. Ce n'est qu'en regardant les vitrines des magasins et en écoutant autour de soi, que l'on peut se faire une meilleure idée.

Il y a six ans, lors de ma dernière visite à la Costa Brava, je n'avais pas pu constater un changement de cet ordre.

Voir sur place ce qui s’y passe s'imposait.

Les Russes sont-ils devenus de nouveaux "envahisseurs", de nouveaux "migrants" d'un autre niveau?

Si les migrants de Syrie créent la polémique dans les États d'Europe, ce genre de migrants "économique" ne font pas de vagues dans les médias.

Migration touristique avec résidences secondaires ou une migration de réfugiés politiques fortunés?

La vidéo parle de classe moyenne aisée russe qui à la suite d'une visite touristique, convoite la Costa Brava pour s'y installer. Elle a pris tellement d’extension qu'elle a perturbé les populations de la région dans leurs habitudes

0.jpgLe tourisme russe y a vu des affaires rentables dans toute la Catalogne. Leur présence se ressent par une nouvelle consommation russe toujours en progrès. Si elle est peut-être rentable pour la Catalogne, l'est-il pour sa population?

Progressivement, les Catalans cèdent terres, maisons, magasins à bas prix et prennent insensiblement les habitudes d'une autre culture que la leur.

Beaucoup de chantiers ont été arrêtés et la main d’œuvre licenciée.

Les subprimes à l'espagnole ne sont pas plus tendres que celle qui s'est produite aux État-Unis.

C'est évident, les affaires des agences destinés à la communauté russe marchent bien.

Mais pour d'autres moins nantis, cette arrivée massive est aussi une voie qui fait flamber les prix de la vie courante.

S'ils ont encore des biens immobiliers à vendre, les prix de ceux-ci peuvent encore chuter et les banques continuer à confisquer leurs biens pour les forcer à rembourser leurs dettes.

Il est dit dans la vidéo que les habitants acceptent cette nouvelle arrivée massive, mais, attentistes, restent méfiants.

Forcés, ils apprennent le russe pour trouver un emploi dans l'industrie du tourisme. 

Si l'intention de ces Russes est de spéculer, cela leur serait inacceptable.

Quand on entend un Russe de la vidéo de départ: "Placement sûr comme dans une banque alors qu'on ne sait pas ce que va devenir l'anarchie en Russie", nous ne sommes pas loin de l'idée.

Au moment où la Catalogne voudrait gagner son indépendance vis-à-vis de l'Espagne, par un référendum ce weekend, si c'est pour perdre leur entité catalane et se retrouver envahis par l'argent de réfugiés riches, ce n'est pas nécessairement la meilleure solution...

Mais du référendum, nous en parlerons dans le billet de la semaine prochaine. 

Puis, il y a les retraités qui voudraient s'installer pour écouler leurs derniers deniers.

Une anecdote, un tantinet humoristique, m'avait été communiquée:

"Le 26 Juillet, au large des Iles d'Hyères, deux embarcations étaient à la dérive pleine de retraités français en situation précaire.
- Nous avions l'intention de jeter nos passeports par dessus bord et de nous présenter comme demandeurs d'asile de façon à pouvoir bénéficier d'un droit au logement avec forfait, eau-gaz-électricité gratuit, soins, assurances, pécule de vacances spécial vacances au pays d'origine, téléphone,TV et internet gratuits...", disaient-ils. Ils ont écopé d'un avertissement et ont été reconduits chez eux en bus".

Revenons à la Tossa touristique... 

De Lloret de Mar, le Guide du Routard n'en parle quasiment pas.

Ce n'est pas leur tasse de thé et encore moins leur tasse de vodka.

Je n'y suis pas retourné.

0.jpgDe Tossa de Mar par contre, là, le Guide donne toujours pas mal de bons points et qu'il fallait encore en profiter.

Pour atteindre la crique de Tossa de Mar, il faut quitter la route principale et commencer une descente de 16 kilomètres en lacets pour atteindre sa crique contrairement aux villes de Lloret et Blanes, traversées par cette route.

Si je ne me trompe pas, Tossa de Mar a reçu une présence importante de Russes qui semble plus légère qu Lloret.

Le fait que la plupart des enseignes touristiques, des menus des restaurants sont traduits sept langues dont le catalan, le espagnol, l'allemand, le français, l'anglais, l'italien et le russe, n'est pourtant pas une exception.

0.jpgCertains hôtels, sans l'annoncer, sont gérés par des Russes et le personnel est partiellement d'origine russe, ukrainienne avec des connaissances polyglottes.

Histoire de Tossa ------->>>

0.jpgLa villa romaine dels Ametllers est l'une des plus intéressantes de la côte qui se trouvait dans l'ancienne province de Tarraco.

Villa de campagne dont les fouilles ont révélé les vestiges de thermes, d'un hypocauste et de bien d'autres choses qui font foi d'une activité agricole et de pêche importante exportée par cabotage.

Au Moyen Age, Tossa était devenue un relais de chasse pour les contes barcelonais.

Puis, la ville s'était transformée en minuscule village de pêcheur.

A la deuxième moitié du 20ème siècle, elle attira des artistes et des intellectuels.

Les peintres y viennent de passage ou s'y installèrent comme Marie Laurencin, Olga Sacharoff, Marc Chagal, André Masson...

Quand Georges Bataille, Henri Michaux et Jules Supervielle arrivèrent tout changea.

En 1936, naquit même un mouvement libertaire, anti-fasciste engagé.

Dans les années 50, le film "Pandora and the Flying Dutchman" va en faire un station balnéaire.

0.jpgSynopsis: "Pandora Reynolds, une chanteuse américaine de passage en Espagne, fascine tous les hommes. Elle refuse la demande en mariage d'un poète, Demarest, qui se suicide. Deux autres hommes sont amoureux d'elle : Stephen, le pilote de course, et Montalvo, le matador. Un jour, elle se rend à la nage sur un étrange bateau au large du port d'Esperanza. Il s'agit de Tossa de Mar. Elle y rencontre un mystérieux navigateur, Hendrick Van der Zee, qui la fascine à son tour. L'histoire est racontée par un témoin, Geoffrey, qui a découvert un manuscrit ancien qui donne une version inédite du mythe du Hollandais volant".

Une statue de Ava Gardner (sculptée par Cio Abelli) regarde désormais la mer pour rappeler l'évènement, là où a été tourné le film.

Le nom "Pandora" se retrouvent en ville comme enseigne de magasins avec les photos du film.

Ava Gardner retourna plusieurs fois à Tossa.

Une anecdote raconte qu'une nuit d'amour de Ava Gardner avec le torero Luis Miguel Dominguin obligea celui-ci à sauter du lit en criant "Je ne peux m'empêcher de raconter ce qui m'arrive aux copains"

Un air de Riviera est bien sensible à Tossa avec son château fort et ses tours rondes caractéristiques de cette époque de châteaux.

Les remparts de l'ancienne forteresse datent du 17ème siècle.

La "casa de Battle de Sac", devenue Museu Municipal, rappelle les évènements de la ville et en particulier, les restes des découvertes à la Villa Romana des Ametllers qui détient des vestiges d'un jardin, de thermes avec des mosaïques de l'époque romaine.

Au sommet de la ville, le Phare présente une exposition de phares dans le monde.

Les criques de Cala s'es Codolar, les calanques  Bono, Pola et Giverola Llevado.

Au sommet, l'eglisia de Sant Vicenç du 17ème siècle est en ruine depuis qu'elle a subi une explosion alors qu'elle servait d’entrepôt de munitions, mais cela de dépareille pas le paysage.

Au bas, les ruelles de la Vila Vella n'est pas en reste pour donner l'impression du vieux mixé au moderne.

Combien de matins à courir dans ces artères, n'ai-je pas passé?

0.jpgAu levé du jour, des ruelles sans personne. Des plages comme la Platja Gran, déserte que l'on ratisse pour en supprimer les traces de présence des hommes de la veille.

Des randonnées pédestres nombreuses vers Sant Grau, Puig de ses Cadiretes, Montslor et Van de Roc permettent de suivre des chemins sauvages qui longent les criques comme la cala Fuedera dans des montées relativement faciles.

Conclusions:Tossa est restée aussi belle et accueillante.

Les Catalans de la Costa Brava aiment les rencontres internationales, les artistes et les cultures différentes.

0.jpgLe 1er mai 2015, 600 blogueurs ont été invités par la Costa Brava au congrès mondial « TBEX Costa Brava Catalunya ». Le but visé était d'obtenir des citations et illustrations de la destination Costa-Brava-Girona, fondées sur l'expérience de leurs auteurs.

Olivier Douzou, dans son livre "Costa Brava", décrit un "caniche précieux ramené d’Espagne par l’oncle José. Un chien tout en plâtre et paillette et qui a la faculté de prévoir le temps. Quand il est bleu, il fait beau, quand il est rose, il pleut. Pierre finit par le briser et le temps comme toute sa journée va s’en trouver déréglé".

Un caniche brisé, passe encore.

Un Catalan brisé, ce n'est pas la même situation.

Alors que dire?

Spacibo, спасибо, Catalonia d'avoir recueilli les Russes, d'avoir prévu l'utilisation d'une nouvelle langue russe, de boire de la vodka en dansant kalinka...

La sardane catalane, peut-être, reviendra-t-elle plus tard, si les Catalans n'auront pas oublié...

Les photos de Tossa de Mar comme point de ralliement (clic).

0.jpgNous sommes à la veille d'un jour important.

Si aujourd'hui, on parle de Lionel Messi du FC Barcelone, blessé au genou et absent pendant huit semaines, demain, les Catalans iront aux urnes pour un vrai-faux référendum qui pourrait changer la vie politique en Catalogne et partiellement celle de l'Europe.

Les séparatistes promettent de mettre en oeuvre le processus de sécession.

Mais de cela, nous en parlerons la semaine prochaine pour la suite de l'aventure avec les résultats...

 

L'enfoiré,

 

Proverbes catalans:

  • "Le bonheur n'est pas pour qui le cherche; il est pour qui le trouve."
  • "Pour payer et mourir, on a toujours le temps."
  • "Quand nous avons le sac, il nous manque le blé ; quand nous avons le blé, il nous manque le sac".

Les commentaires sont fermés.