Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2005

Le poids des mots face aux idées

Sensibilité, tu nous en donnes du fil à retordre !

Le poids des mots faces aux idées.jpgUne réaction irritée d'un collègue à une leçon mise en exergue par notre Société est à l'origine de ce billet. Certains l'ont, peut-être, lu d'un oeil distrait, cela n'a pas été le cas pour tous.
Ce article intitulé "Negative Words and Phrases You Should Avoid" était sensé tenter de corriger l'utilisation abusive de mots anglais qui semblaient trop 'abrasifs' ou 'subversifs' et pouvant porter atteinte à la sensibilité de l'interlocuteur ou le blesser.


Alan Fairweather, un expert en développement du business est l'auteur de “How to Get More Sales” et est à la base de l'article contenant ces 'découvertes' dont on nous faisait l'écho et que l'on va analyser ensemble.
Je vous en donne
le lien car si vous recherchez le bouquin en magasin, je crois que vous pourrez le trouver en librairie dans le rayon 'comique' ou 'insolite'.

Ces mots devraient donc d'après les conseils être évités ou bannis du vocabulaire de la personne bien élevée. Dans les exemples qui ont suivi, j'ai eu du mal à trouver un blasphème quelconque.
Serait-ce dire que la langue aurait plus de subtilités ou que les habitants outre atlantique seraient plus susceptibles qu'il n'y parait.
Il est vrai que ces recommandations se combinent avec l'attitude à prendre face au Client. Parti est donc pris.
Il faut sortir les gants de velours pour ne pas perdre ce Client.
Etre insulté, n'est pas acceptable mais à lire ce genre de restrictions ne me parait, ainsi qu'à mon collègue, comme étant 'légèrement' surfait.
Apparemment on aurait presque peur d'appeler un chat par son nom.
Le poids des mots doit refléter l'idée. Dénaturée par des mots édulcorés, celle-ci ne veut plus rien dire.
Certains mots, il est vrai, doivent être réservés à un auditoire averti. Dans un autre contexte particulier, ils peuvent arriver à choquer.
J'ai été accusé par certains 'détracteurs' de démoraliser les troupes. Alors, en cette période de vacances, changeons de régistre et je suis prêt à parier que vous allez ricaner, avoir un sourire, des sous ($) rires ou rares, un rire franc dépendant de votre sensibilité.

Selon ce professeur improvisé, des mots seraient donc trop puissants ou négatifs.
Attention, âme sensible s'abstenir, écarter les enfants.
Il faudra un minimum de connaissance anglaise pour en déceler la 'turpitude'.

Accrochez-vous, ça va secouer !

- "Have to" et l'exemple est : "You'll have to speak to the boss"
ce qui devrait se traduire en top language: "Are you willing to speak to the boss".
Je viens de le voir mon boss, j'ai pas entendu ça.
Ah, j'ai compris.


- "I can't do that" à remplacer par "I'm unable to ... because"
Compris cinq sur cinq...

- "I'll try to get to that project today", dites plutôt: "This is what I can do today".
De plus en plus clair

- "I agree with what you are saying, but..."
Aille, le dernier mot, la bourde, ce qu'il ne fallait pas dire !

- "I'm sorry about that mistake",
'sorry' et 'mistake', quels vilains mots.

- J'ajouterai par mon expérience: remplacer "There's a problem" par "There's an issue"
C'est la même chose, mais ça le camoufle un peu plus.

On arrive dans la tranche "Hard": les Mots Toxiques.
Là, c'est vraiment le carré blanc et les enfants sont au lit.

- "It won't work" pour "Here's how it might work"

- "We don't do it that way" pour "Here's what we actually do"

- "You are wrong" pour "Let's look at the fact"

Là, je suffoque, c'est franchement du domaine de l'insoutenable.

On doit enlever la négation de notre vocabulaire.
Si vous faites cela, le Client n'osera plus vous dire "non", sic.

Non, malgré les apparences, cet article n'est pas paru le 15 juillet 1946 après les congés payés face à de nouvelles résolutions, mais ce 22 juillet 2005, et je ne suis pas vendeur pour avoir eu la primeur de l'info.

On ne parle pas de corde dans une maison de pendu, mais on s'inquiète des raisons de son acte dès le lendemain.
Soyons "Open Mind".
Les mots sont là pour s'en servir avec leur force ou leur faiblesse, la question c'est de savoir "comment" et "quand".

Mon collègue, irrité, a donc réagi vertement à cette 'leçon'.
J'ai préféré, quant à moi, y répondre au deuxième degré.
Lire sur les lignes ou entre elles, à vous de choisir la version selon votre susceptibilité !

L'enfoiré

Citations :

  • "La source principale des associations d'idées réside dans la définition des mots.", Paul Robert
  • "Non est un joli mot, mais il faut être le premier à le dire.", Hugo Pratt
  • "Il ne faut pas cracher sur les jeux de mots. Les plus mauvais vont aux meilleurs amis. C'est l'ineffable prix de l'intimité", Danniel Pennac
  • "Moi au moins je ne mache pas mes mots, sauf les mots "chewing-gum" et "steack coriace", Philippe Geluck
  • "Entre deux mots, il faut choisir le moindre", Paul Claudel
  • "Il faut avec les mots de tout le monde écrire comme personne", Colette
  • "Le mot est l'excuse de la pensée", Jules Renard
  • "On ne résout jamais un problème en jouant sur les mots", Marc Gendron
  • "L'ironie ne déssèche pas, elle lutte contre les mauvaises herbes", Jules Renard

Les commentaires sont fermés.