Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2007

L'alterologie (2)

Volet 1: Les périodes troubles (1945-1962

Volet 2 : L'âge tendre de l'espoir (1963-1989)


La première période trouble passée (1945-1962), beaucoup de pays occidentaux vont connaître une période de presque euphorie pendant laquelle l'espoir d'un monde meilleur parait s'ouvrir devant eux. De nouvelles inventions semblent pouvoir donner des ailes aux ambitions. Dans beaucoup de secteurs, la sécurité d'emploi est assurée. Un travailleur Japonais entre dans une entreprise et n'en sort qu'en fin de carrière. Les grandes sociétés pourvoyeuses de main d'œuvre en abondance tels la sidérurgie, le textile rassemblent à elles seules un gros pourcentage des disponibilités employés-ouvriers. Le pouvoir socialiste, les syndicats surveillent le déroulement des opérations. L'inflation, toujours présente en période de développement intense, n'est peut être pas sous contrôle mais un index réajuste en continu le niveau de vie. Le "baby boom" est en marche avec confiance. L'exposition universelle de Bruxelles en 1958 a apporté le reflet prometteur de ce qui allait arriver les prochaines décades.

Étudions les points importants qui ont jalonnés cette période que l'on peut qualifier de faste en continuant à suivre notre cahier des charges définit dans le premier chapitre : "Et si cela s'était passé autrement?".


 

medium_L_alterologie_27.jpg

Si l'indépendance du Congo dans l'urgence n'avait pas été prématurée ou mal agencée? Un court arrêt le 30 juin 1960, pour nous le demander.

Je crois que la réponse est dans la question. Poussés dans le dos par des extrémistes avides de pouvoir nouveaux, le Congo se retrouvait sans expérience de la liberté ni de formations suffisantes pour assumer la transition et la prise en charge d'un pays aussi vaste. Les troubles qui suivirent n'auraient pas été aussi violents. Coups d'état en 1965, crise, troubles toujours menés avec un esprit rejetant les derniers occupants. La démocratie a aujourd'hui encore des difficultés à s'installer. Mais je laisserai les intéressés s'exprimer eux-mêmes sur le sujet.

______________________________________________________

medium_L_alterologie_32.jpg

Si Kennedy, n'avait pas été poussé pour raisons de prestige et de revanche sur leur fierté secouée, de promettre la lune avant la fin de la décade?

Après les réussites russes du 4 octobre 1957 avec Spoutnik (et son bip-bip caractéristique), de Gagarine qui, le 12 avril 1961, fut le 1er homme de l'espace, il fallait réagir.

La course à l'espace n'aurait pas eu lieu avec autant de potentiel, d'urgence avec des budgets moins étendus. Nous n'aurions certainement pas eu de télécommunications aussi efficaces, la télévision n'aurait pas eu le punch que nous lui connaissons, la captation de l'énergie solaire par les cellules photoélectriques serait encore au niveau expérimental, les expériences scientifiques n'auraient pu apporter des avancées dans les domaines variés comme la médecine, la technologie, la météorologie. Le 21 juillet 1969, ce premier pas avait lieu sur le sol lunaire. Le Lehm, la station spatiale (ISS) en orbite autour de la terre. Les Navettes remplaçant progressivement les fusées pour permettre le retour sur terre. 1986 Challenger, 2004 Columbia ralentiront cet élan, mais ne pourront le stopper.

Et dire que jusqu'il y a peu, certains pensaient encore que la marche sur la lune avait été une fiction générée en studio!

______________________________________________________ 

medium_L_alterologie_33.jpg

Si, le 3 décembre 1967, au Cap, le Docteur Barnard n'avait pas repoussé les limites d'une pensée figée.

Avant lui, on pensait que le cœur faisait partie intégrante du corps sans espoir de le greffer par transplantation dans le corps d'une autre personne? Washkanski, 1er transplanté, souffrant d'insuffisance cardiaque, n'a malheureusement pas pu survivre pendant longtemps avec son nouveau cœur, mais l'expérience a pu faire découvrir le problème de rejet d'un corps étranger et lancer la recherche de médicaments pouvant contrecarrer cette réaction naturelle. Aujourd'hui, plus de 40.000 transplantations ont eu lieu, un nombre considérable d'anciens malades du cœur vivent très bien après cette opération de transplantation qui se pratique tous les jours dans le monde avec un pourcentage de réussites important. Trouver des donneurs est encore le seul problème actuellement.

______________________________________________________ 

medium_L_alterologie_29.jpg

Si le 2 août 1964, dans le golfe de Tonkin, avait été une journée bien calme pendant laquelle le Nord Vietnam n'avait pas attaqué deux destroyers US (ou que ceux-ci avaient été dans leur base) dans un remake de Pearl Harbour?

Une escalade de la violence n'aurait peut-être pas précipité la guerre du Vietnam. La guerre froide s'était réchauffée par belligérants interposés. Dix gouvernements successifs au régime de Diem dans le Sud n'ont pu le stabiliser. Le Vietnam Nord et le Viêt-Cong, appuyés par L'URSS et la république populaire de Chine du côté Nord et le Vietnam Sud soutenus par les US et 40 autres pays, l'engrenage de la guerre pouvait commencer. Les B52 larguèrent ensuite leurs bombes au napalm. La guérilla contre les armes lourdes US. Devant les pertes humaines et le coût de cette guerre, l'opposition croissante intérieure contre celle-ci se manifesta en mouvements hippies pour la paix et l'opposition extérieure internationale menant au 27 janvier 1973 à la signature du cesser le feu. Saigon tomba le 30 avril et la capitulation était signée. Les produits chimiques utilisés pour la déforestation ont ouvert la voie à des guerres chimiques et biologiques et ont laissé 30 ans plus tard d'importantes malformations génétiques chez les populations bombardées. Ces huit années ont causé la mort de 2 millions de Vietnamiens (+ 3 millions de blessés), 57.000 Américains tués et 153.000 blessés. David avait vaincu Goliath, mais à quel prix.

______________________________________________________

medium_L_alterologie_39.jpg

Si 4 ans après avoir reçu le Prix Nobel de Paix, le pasteur Martin Luther King n'avait pas été assassiné le 4 avril 1968?

Par la lutte pour l'égalité des races et la non-violence, le pasteur aurait pu continuer son mouvement pour le droit des Noirs et son fameux "I have a dream" aurait pu représenter plus une réalité qu'un rêve. Les noirs, n'auraient-ils pas eu plus de chance de sortir de la marginalisation qui existe encore aux USA?

______________________________________________________

medium_L_alterologie_40.jpg

Si, le 3 février 1969, une personnalité charismatique telle que Yasser Arafat n'avait pas été élu chef de l'OLP?

Tour à tour au devant de la scène ou relégué dans l'exil, Yasser Arafat s'est retrouvé, jusqu'à sa mort le 11 novembre 2004, l'emblème d'un peuple Palestinien opprimé ou mis à l'écart. Se poser cette question est une question très dépendante du point de vue. Pourtant, il faut bien l'avouer, son caractère entier, dépassé souvent par sa droite plus belliqueuse, sa volonté sans partage d'une Palestine retrouvée, a empêché d'arriver à une paix durable. Lors des accords d'Oslo, le 13 septembre 1993, il prenait, entouré de Bill Clinton et d'Yitzhak Rabin, des résolutions sans lendemain. L'année suivante, il partageait le prix Nobel de la Paix avec les cosignataires Israéliens. Les épisodes de l'intifada recommencèrent pourtant plusieurs fois. En cette année 2005, son successeur, plus pacifiste et pondéré, a renoué le dialogue souvent rompu avec les adversaires de toujours. Gaza est en passe d'être libéré de tous les colons. Espérons que l'on n'a pas uniquement élargi les mûrs de la prison. Les élections de mars 2006 en Israël semblent enfin ouvrir une ère plus propice d'entente cordiale si pas de paix. N'a-t-on pas de ce côté du monde perdu beaucoup de temps avec de multiples "faucons" au pouvoir? L'avenir seul répondra à cette question.

______________________________________________________ 

medium_L_alterologie_42.jpg

Si comme dans l'antiquité, les Jeux Olympiques permettaient pendant cette courte durée de mettre les armes et les nationalismes au vestiaire?

Ce 5 septembre 1972 à Munich allait rappeler une première fois au monde que le sport est souvent rattrapé par la politique. La tragédie éclatait dans le rang des athlètes par une action terroriste. Le boycott des JO de 1980 à Moscou par les Américains, la RFA et quelques autres pays en fut une autre preuve.

Le sport et rien que le sport. C'est le problème.

______________________________________________________

medium_L_alterologie_52.jpg

Si la presse n'avait pas eu un pouvoir insoupçonné vis-à-vis de la politique?

Ce 8 juin 1974, l'affaire du Watergate mettait un terme à la carrière du 37ème président des États Unis après deux ans d'enquête. Nixon, après avoir nié jusqu'au bout son implication dans les écoutes téléphoniques, était forcé de démissionner. La force de la presse, sa liberté d'action, le droit de ne pas révéler ses sources, arrivaient enfin à maturité. Elle a dû souvent le payer au prix fort avec le reportage des conflits et des situations dans les pays sous le joug de la dictature. Tant que la presse aura une réelle envie d'informer, l'homme de la rue aura toujours son mot à dire.

______________________________________________________ 

Si le Shah d'Iran avait compris le danger potentiel de l'intégrisme?

Ce 22 janvier 1979, il n'aurait pas dû quitter l'Iran et laisser la place au régime de l'imam Khomeiny qui allait plonger le pays dans une purge de tous les modérés du régime précédent. Une folie justicière à la Robespierre n'allait plus connaître de bornes jusqu'à la mort de celui-ci.

______________________________________________________ 

Si Tito avait eu un successeur et pour continuer son socialisme à la yougoslave?

Tito qui avait maintenu, d'une main de fer, un pays fédéral comme la Yougoslavie, qui compte plusieurs ethnies, langues, écritures. Si, une fois disparu, le 4 mai 1980, il avait pu être succédé par quelqu'un de la même trempe, la crise économique, la paralysie des institutions, les haines renfrognées seraient-elles venues à la surface en poussant les gens à ne plus vouloir vivre ensemble et à choisir l'indépendance nationaliste pendant les dix années qui suivirent? Hélas, les années 90 prouveront le contraire et une guerre raciale, fratricide sans merci devait se dérouler pendant cinq ans. Mais cela fait partie de l'épisode suivante. 

______________________________________________________ 

Si les ordinateurs n'avaient pas quitté le milieu des sociétés et conservé leur taille importante?

Sans les précurseurs et le géant IBM qui le lançait, en juillet 1980, le Personal Computer, n'aurait pas été à la portée de tous et Internet n'aurait pas été la révolution de la connaissance humaine et le moyen qui a rapproché les hommes. Le monde ne serait jamais devenu subitement aussi petit quand Internet s'est pointé.

______________________________________________________ 

medium_L_alterologie_55.jpg

Si l'accident nucléaire de Tchernobyl du 26 avril 1986 n'avait pas eu lieu ?

Le monde n'aurait pas appris le degré de vétusté des installations soviétiques et la vigilance n'aurait pas été plus grande et d'autres catastrophes auraient pu se produire. Les victimes ont été nombreuses, cela ne fait plus aucun doute aujourd'hui. Les chiffres avoués ont été avancés par les autorités à plus de 30.000 victimes et 50.000 déportés. Le site abandonné pour des dizaines d'années. L'augmentation du nombre de cancers attribués aux radiations qui sont tombées sur l'Europe entière n'a pu évidemment être évaluée à sa juste mesure. Des statistiques existent certainement. Le coup de semonce a peut-être été néanmoins salutaire comme dans toutes les catastrophes. D'autres centrales du même type que Tchernobyl existent encore et fournissent encore de l'électricité aux anciens pays soviétiques. L'Union Soviétique toujours très discrète auparavant a dû rectifier son attitude vis-à-vis des autres pays. Des contrôles plus réguliers ont été décidés. Les pays se sont sentis plus solidaire devant le danger commun.
Les sous-marins nucléaires laissés à l'abandon sans entretien dans le nord de la Sibérie par manque de capitaux risquent également de ressortir d'une manière plus insidieuse sans laisser de traces.

______________________________________________________ 

Si l'esprit de liberté n'avait pas germé dans la tête de certains, une envie d'égalité parmi les hommes, de démocratie auraient-elles pu prendre tant d'ampleur? Le printemps 1968 a été le détonateur d'une série d'événements en cascade.

Tous ce qui va suivre n'aurait probablement pas eu lieu.

Violentes manifestations après l'attentat contre l'étudiant Rudi Dutschke en Allemagne le 11 avril. Initialisée par un beau Printemps de Prague le 15 avril, réprimée le 20 août par l'invasion des chars soviétiques, la liberté se réveille à l'Est comme à l'Ouest.

A partir des premiers heures du 3 au 7 mai, Paris avec ses étudiants connaissent un Mai 68 complet de paralysie du pays, de barricades, de démissions gouvernementales et le retour du Général De Gaule. "Sous les pavés, la plage", illusion?

En août, c'est au tour de la Tchécoslovaquie d'exprimer son envie de changement. L'invasion des chars soviétiques mettent fin à Prague à l'expérience du "socialisme à visage humain".

En 1985, avec le nouveau pèlerin Gorbatchev, laissant derrière lui Brejnev, Andropov et Tchernenko, les derniers bastions du communisme pur et dur, prend le pouvoir en URSS. La Glasnost et la Perestroïka, de nouveaux mots qui deviennent familiers dans le monde. Les voyages d'hommes d'états se multiplient. Son prix Nobel de la Paix en 1990 lui a apporté une preuve d'estime des pays occidentaux alors qu'à l'intérieur cela pas toujours été le cas. Il signera la fin de la guerre froide en novembre de la même année.
L'année 1989 fut celle pendant laquelle tout se précipite dans un aboutissement riche par la volonté des hommes d'assumer leur destin. Les heures du despotisme sont comptées.

Le 9 mai, le Code Napoléon est remis en chantier et réévalue le poids de l'instigateur d'un crime.
Le 4 juin, les étudiants chinois se voient réprimés sur la
place Tien An men par les massacres perpétrés par leur gouvernement. Ils sont matés dans le sang dans leur élan contre révolutionnaire et une impitoyable répression s'en suit. Être parmi les premiers ne donne jamais beaucoup de chance de réussite. L'ouest serait-il encore attaqué économiquement aujourd'hui si des salaires démocratiques avaient été aux mains de la masse des travailleurs chinois responsables?

Le 8 juillet, le chanteur Renaud rassemble 100.000 personnes derrière lui pour protester contre le faste du Bicentenaire et de la venue des Sept Grands du 14 juillet (sans Cendrillon). Slogan "Dette, apartheid, colonies, ça suffit comme ça".

1er août, parution des livres de Soljenitsyne à Moscou après des années de Goulag.

15 août, De Klerk devient président de l'Afrique du Sud, accédant suivant, ses dires, à une "nouvelle ère" et mettant fin à l'apartheid du moins dans la Constitution. Nelson Mandela, chef de l'ANC, avait été emprisonné en 1962 pour avoir résisté au régime de l'apartheid. Il sortira de prison le 13 février 1990.

Le 24 août, la Pologne et le syndicat Solidarnosc sous Lech Walesa au départ des chantiers de Gdansk ont fait parler d'eux et, au grand dam de Jaruzelski, l'investiture de Tadeusz Mazowiecki commence dans le non-communisme.

Le 10 septembre, la Hongrie ouvre ses frontières. Des milliers de réfugiés de RDA se projettent dans la brèche.

Le 29 septembre, l'armée Vietnamienne quitte le Cambodge laissant 60.000 morts derrière elle.

Le 30 octobre, l'engouement d'un nouveau "Far West" fait descendre des milliers d'allemands de l'Est dans les rues de Leipzig. Réformes et démocratie dans toutes les bouches. L'instabilité et l'esprit d'insurrection sont maximales dans ce renouveau.

Le 10 novembre, le Mur de Berlin, qui sépare les deux parties de la ville, s'effondre et la réunification de l'Allemagne peut commencer.

Le 26 décembre, la Roumanie est libérée du ce qu'on a appelé tyran des Carpates, Ceausescu.

L'URSS n'aura plus qu'à bien se tenir dans son idéologie communiste. On connaît la suite.

______________________________________________________ 

Remarques de conclusion:

Que ceux qui n'aiment pas l'histoire me pardonnent. Peut-être n'ont-ils, d'ailleurs, pas atteint la lecture de ces dernières lignes.

Cette revue de quelques 27 années de petites et de grandes histoires dans l'Histoire avec un grand 'H' le fut avec l'énumération des dates qui n'étaient là que pour en suivre le fil. Cette vision légèrement biaisée par l'alterologie montre simplement que les événements de l'histoire, mémoire du monde, n'arrivent jamais par hasard et que si on veut l'oublier nous serons toujours condamnés de la revivre. La suite au prochain numéro.

 SUITE: "La période du doute (1990-2006)

L'enfoiré, 

 

Citations :

  • "Notre histoire est telle que tout à coup, des gens ordinaires sont confrontés à des décisions majeures d'une manière à laquelle les gens ordinaires ne sont en général pas confrontés", John Maxwell Coetzee
  • "L'histoire se répète de manière caricaturale", Grégoire Bouillier
  • "Chaque histoire s'accompagne d'un nombre indéterminé d'anti-histoires dont chacune est complémentaire des autres", Claude Lévi-Strauss
.

 

A suivre, la semaine prochaine : (Période 1990-2005 : La période du doute)

 

Les commentaires sont fermés.