Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2007

Très chère originalité

La recherche de l'originalité a été de tous temps une source de préoccupation majeure de l'homme actif et créatif. Beaucoup d’occasions d’exprimer son « moi » se présentent à chacun d’entre nous. Le potentiel existe surtout dans le domaine artistique. Sera-t-il utilisé ailleurs dans toutes les activités humaines ? Voilà, entre autres, la question.

medium_Tres_chere_originalite_Dali.jpgL'art en général est le domaine de prédilection. Le cinéma, la chanson, la mode, la publicité, la peinture, la littérature et bien d'autres disciplines de la culture ont créé les mouvements d'idées les plus originales, des impulsions nouvelles qui ont secoué le conformisme et les idées reçues. En mal d'originalité? Je vous conseillerais d'aller voir des oeuvres de Dali à Figueres dans son théâtre-musée qu'il a qualifié lui-même de "gigantesque objet surréaliste". Cela remue l'esprit le plus platonique. L'originalité en peinture s'évade et, parfois, s'éparpille bien loin des villes et des endroits propices à création.


Et puis, pas loin, sur Agoravox, nous en avons deux que je connaisse. Notre fameux Demian West, l'"Agoravox Man", par excellence, qui écrit comme il peint à grands coups de couleurs saisissantes... Ensuite, il y a Miss Canthus, qu'une journaliste a trouvé par des traces d'une peinture émotive et en a fait écho dans un petit village de Suisse. Peut-être d'autres, encore, sur cet Agora que je fréquente et hante souvent.

 

medium_Tres_chere_originalite_Swarovski.jpgDans le domaine des bijoux et de l'esthétique, je crois qu'il faut citer entre autres la réussite de Daniel Swarovski qui se taille une place de choix en imposant son style dans les domaines différents de la cristallerie, des montres, des bijoux et accessoires en miniature ou de toutes sortes à condition d'y ajouter la touche de beauté. Les trésors ne sont pas nécessairement là où on les attend. C'est très vrai dans le haut de gamme aussi. La plus ancien bijoutier de Belgique, la joaillerie Wolfers a dû s'adapter en 1987. La faillite a ses lois et ses raisons: les clients avaient changé de cap et avaient quitté les bijoux tape à l'oeil; le train de vie hors normes de la maison n'était plus de mise. Depuis, la créativité a été le maître mot et les clients nouvelles vagues sont réapparus. 95% des bijoux en provenance d'héritage rentrent et doivent se transformer en du nouveau. Le clinquant bon chic, bon genre s'est transformé en création pour ouvrir de nouvelles portes dont le bijoutier n'aurait jamais pensé dans ses rêves les plus fous. Les valeurs ont changé. Les bijoux ne sont plus là à force de "cailloux" mais par leur agencement entre eux pour attirer un autre regard. Le client, lui-même, est devenu le pourvoyeur d'idées en imaginant ce qu'il voudrait voir faire avec son goût propre. Restaurer n'est plus remettre les "billes" au même endroit. Donc, il faut être prêt à faire autre chose et orienter le client dans sa "folie". Il y a 150 ans, Fabergé l'avait bien compris. Il n'avait pas besoin de faire l'oeuf pour pondre des merveilles.

 

medium_Tres_chere_originalite_Bresson.jpgLa photo, tout le monde en fait aujourd'hui surtout depuis la révolution numérique. Pourtant, prendre le moment qui flashe dans l'esprit n'est pas encore dans l'esprit du commun des mortels. Certaines photos resteront à jamais greffées aux personnages qui ont eu l'idée de déceler et de fixer l'instant et de pousser sur le bouton de l'appareil au meilleur espace-temps. Henri-Cartier Bresson, pour ne citer que lui, a surtout un clic d'avance précédé par le déclic de la surprise.

 

medium_Tres_chere_originalite_SoldatRose.jpgLa chanson occupe une place très importante dans l'esprit de tous. Elle se fredonne mentalement pendant une courte période ou parvient à effacer le temps. Pour passer la rampe, très peu de choses, sinon ce petit plus qu'est l'originalité. Ce n'est pas seulement un "problème" de voix. La musique, les paroliers et les interprètes s'efforcent de donner le maximum de chance à ce morceau de plaisir musical. Les chanteurs vont les représenter par leur présence et leur charisme plus connu du public. Chacun a son rôle à jouer dans cette entreprise d'équipe. Tout est bon, pour rester dans les mémoires du consommateur de chansons. L'imagination n'a pas beaucoup de limites et s'en donne à cœur joie avec quelques prédominances tout de même telles que l'amour et les liens affectifs en création, en dislocation. J'ose affirmer que 95% des chansons sont construites autour de ce thème. C'est dire que l'originalité est difficile à trouver pour continuer à émouvoir l'auditoire. Les "redites" existent ou dépassent de loin les idées nouvelles. Le Français est ce qu'il est. Il a ses propres rimes immuables. Celles-ci n'ont souvent pas la même chance de plaire aux passionnés de la première heure. Le risque est grand de faire fausse route, de tomber sur un bide, et il faut souvent un des éléments de l'équipe en "tripartite" qui ressorte par sa puissance d'invention pour effacer temporairement un écho trop connu. Nostalgique d'une époque, peut-être, je dois tout de même faire remarquer le nombre croissant de shows télévisés qui ressortent les chansons de ces derniers quarante ans et les font entonner par des jeunes d'aujourd'hui qui y trouvent manifestement du plaisir. Prendre des ensembles de notes d'une œuvre qui a eu son histoire demande le paiement de droits d'auteurs (ou "copyright") à ses initiateurs. Parfois, ceux-ci sont subrepticement oubliés et ce n'est pas la célèbre chanteuse, Madonna, qui hante nos radios qui aura pu échapper à la reconnaissance de l'invention d'autrui. Est-ce judicieux de recourir à ce genre de pratique ou est-ce un manque d'imagination pour créer de nouveaux airs et des paroles qui feront preuve d'imagination en sortant du lot? A mon avis, une faiblesse notoire est à reconnaître d'entrée de jeu et cela, même si la nouvelle version ne copie pas réellement l'original. Les médias n'aident pas toujours à faire découvrir l'idée et l'air qui sort de l'ordinaire. Quand, il s'agit de faire la promotion d'un disque, ils se sentent obligés de passer en radio le même air de la couverture à longueur de journée. Est-ce dire que les autres plages du disque ne valent rien. Ce serait triste de penser ainsi ou de le découvrir en réalité. Allez, jetons la pierre. Certains l'ont dit à mi-mots: "On manque d'originalité dans la chanson". Je l'ai dit plus haut, les chansons d'amour meublent un peu trop. Les problèmes du couple sont importants mais de là à oublier le reste... Les jeunes chanteurs Rafaël, Benabar, Olivia Ruiz, Chimène Badie surtout avec son disque "Le miroir", la petite bruxelloise Zoe avec son 1er album "Tout va bien" ont un succès d'estime certain. Pour leur voix? C'est une question de goût, mais, pour moi, par un souci d'originalité et de volonté d'exprimer leur temps. Serge Gainsbourg, Michel Berger l'ont fait à leur époque. Sortir des sentiers battus, il faut en avoir le courage pour le moins. Preuve de début de saison que l'originalité apporte des fruits, les lauréats du Concours de l'Eurovision qui avec LORDI§ Hard Rock Hallelujah. Ce ne sera pas le CD que j'emporterai sur une île déserte, oui. On aime ou on déteste, mais cela ne laisse de toute manière pas indifférent. De toute manière, créer un tube, c'est bien. Rester "entubé", c'est encore mieux. Chercher l'originalité de l'impresario est l'étape suivante. En arrière plan, le regretté Pierre Delanoë, qui a fait souvent le lien entre tous les artistes de la chanson. La chanson française et son histoire.

 

 

medium_Tres_chere_originalite_Minimoys.jpgLe cinéma est malheureusement souvent en manque d'originalité. Les "Guerre des Etoiles", remake par excellence, ou "King Kong" à la sauce noir et blanc, du début, version articulation souple, ensuite, et celle, plus récente, mélangeant ce gorille avec des dinosaures, restera King Kong avec son scénario bien figé. Cette fois, le monde scientifique s'est penché sur le cas en se demandant si une telle bête pouvait subsister sur cette bonne vieille terre. La réponse a été fermement 'Impossible'. Rien ne pourra changer l'appétit gourmand mais à l'horizon rétréci d'histoires bien "gentilles". Les films catastrophes posent la même question : "Faut-il une grande production au budget considérable pour combler le manque d'originalité?" C'est surtout aux Etats-Unis que le cinéma est en crise de nouveautés et de producteurs. On n'aligne plus que des suites ou des remakes dans la production de 2005 et 2006 ne seront pas en reste dans la partie. La télé, envahie de films de violence n'est plus là pour distraire ou faire rire. Et pourtant, en cherchant bien, il y a des petits bijoux d'originalité. Petit, oui, c'est sûr quand on parle d'"Arthur et les Minimoys" (Noel 2006) de Luc Bresson. Son 11ème et dernier film est un chef d'oeuvre qui met Walt Disney sur les roses de l'archétype. Cinq ans de préparation pour ce film d'animation intégrant vivants humains sur notre planète et les Minimoys, personnages de dessins animés, qui se posent dans le milieu de la miniature où tout est possible. Luc Besson a toujours été le vilain petit canard, plongeur depuis ses 6 ans, sans instruction très poussée et qui a fait de l'ombre aux plus grands du cinéma mondial. Tous ses films, pas seulement "Le Grand bleu" (1988), ont brillé par une volonté d'originalité. Chez Drucker, ce 3 décembre 2006, il confirmait son désir de changer de métier et de se consacrer à un destin plus généreux encore envers ses semblables, les "hommes" . Son originalité aura sans aucun doute des surprises qui auront un écho tout aussi important. Et puis, il y a le cocorico, l'équipe des Bronzés qui ne fait pas regretter de faire partie du monde francophone.

 

medium_Tres_chere_originalite_Bigard.jpg

Le théâtre, par contre, se paie du remake dans 80% des cas. L'originalité est ailleurs. L'interprétation, les décors, voilà l'endroit où la prestation trouvera son côté qui sort son épingle du jeu. Le scénario, le texte sont connus de tous. L'originalité peut trouver une chance accrue par l'innocence, l'ignorance d'une interprétation précédente. Oublier que l'on est le énième à avoir à monter une pièce et ne penser qu'à la création au risque de se planter peut-être mais qui aura le mérite de ne pas copier. "Le Bourgeois Gentilhomme" de Molière ayant Jean-Marie Bigard comme Monsieur Jourdain, cela a décoiffé! Le metteur en scène peut avoir l'idée de génie et donner cette originalité par personnes interposées. Les pièces qui font le plus d'entrées sont celles qui redonnent les bonnes "ficelles", les bonnes vieilles reprises bien connues et parfois éculées.

 

medium_tres_chere_originalite_JamesBrown.2.jpg

Et puis, comment ai-je pu les oublier, les caricaturistes, qui avec humour, brossent avec quelques traits acidulés, une ambiance, une actualité, un personnage politique ou lambda pour en faire un texte complet sans ou avec quelques mots d'arrière boutique.

Les caricatures ont une force inimaginable. Il suffit de se rappeler de celles qui ont "fleuris" en début 2006 sur des sujets hautement délicats.

Je tiens à les remercier tous, certains m'auront laissé le champ libre pour agrémenter mes articles. Je vais reprendre mes grands favoris : Kif, Kroll, Kanar.

 

medium_Tres_chere_originalite_Canteloup.jpgFaire rire à tout prix. Bien plus difficile que de faire pleurer aujourd'hui. Pourtant, certains s'y emploient à cette dure tâche car en période de crise, on en redemande. La mode actuelle est aux imitateurs de personnalités du spectacle et de la politique. Et, cela marche. Mais, sans vouloir dénigrer du tout, un imitateur ne crée en général pas de personnage. Il en joue un autre en utilisant ses travers, ses mimiques, ses bides pour faire rire. Créer un personnage de toute pièce, c'est une autre paire de manches. Je compte parmi les maîtres de la Création, et si j'en oublie qu'on me pardonne, des "Fernand Raynaud", des "Raymond Devos" qui, avec leur personnage typique, leur originalité personnelle ont écrasé les planches du spectacle par leur présence. Beaucoup d'imitateurs qui captent les mimiques de leurs modèles en les pastichant. Michel Drucker accueillait, ce dimanche 31 décembre, sous le générique "Bienvenue au Club". Le Club Med a été l'école du rire et de l'originalité par excellence. Avaient leur place méritée dans l'émission: Anne Roumanoff, avec justement l'époque d'aujourd'hui comme fil rouge, Nathalie Corré, actrice originale du non moins original sujet "Monologue du Vagin", la Bande Dehouf révélée par Nicolas Canteloup, devenu un habitué, Tex, tout en secousses de rires, Vincent Lagaf. Sans oublier, le soir, Shirley et Dino pour nous faire éclater. Les regrettés, Alex MetayeElie Kakou, qui avaient aussi leur ticket par la mémoire des enregistreurs, en hommages. Oubliés, peut-être involontairement le couple célèbre d'un jour de gloire Coluche et Thierry Le Luron.

 

medium_Tres_chere_originalite_Lacroix.jpgEntre la mode et le fait d'être à la mode, je vois une différence absolument essentielle. La mode de création est une obligation d'originalité vraie, peut-être plus difficile que bien d'autres. Avoir à créer quelque chose de différent tous les ans, sortir des sentiers battus, l'exception pour mettre en valeur le corps des femmes et un peu celui des hommes par les atouts d'une parure vestimentaire est un art que j'apprécie même si ce n'est pas mon premier choix. Être à la mode pour avoir la primeur de porter des vêtements qui ont le malheur de faire partie de la saison et, par là, espérer ne plus ressembler à la voisine. Le prêt-à-porter peut être élégant mais on ne se trouve pas dans la même cours. Une année avec des habits "en court", une autre "en long", des couleurs imposées sont les dernières limites pour ceux qui sont parfois en manque de nouveautés. Pourtant, arrivé dans l'année, ce qui a été planifié par la mode, commence réellement à se porter, à se voir, se revoir avec un ensemble de parures de même type dessinées par la copie et par le "prêt à porter", qu'on ne peut plus vraiment parler d'originalité mais de similitude de comportements, d'uniformisation dans la volonté de se montrer à l'autre. Cette pensée qui obnubile la gente féminine touche également son compagnon par contagion. N'est-ce pas un peu bizarre ce besoin de sortir du lot en se tournant en définitive dans la pratique vers une obligation de tous se ressembler l'espace d'une saison en restant "in"? Le "beau" est subjectif et ce qui est considéré comme tel, un jour, disparaît pour suivre le phénomène de mode qui pousse au changement par seul souci de consommation. Pas besoin d'y ajouter richesse pour trouver le chemin de l'originalité. Mais nous ne sommes manifestement pas dans le "low cost". Faut-il être anorexique, image donnée par les mannequins, pour le porter? C'est un autre débat. Entre Lacroix, Chanel, Gauthier, Laggerfeld et bien d'autres, même combat, presque même budget, mais même souci de plaire par le côté esthétique vestimentaire en sortant des chemins battis du prêt-à-porter.

 

medium_Tres_chere_originalite_Internet.jpgSur la toile d'Internet, voilà bien l'endroit où l'originalité a mis ses jalons avec force et détermination. Tout est bon pour attirer le regard. Cependant, là aussi, il faut rester vigilant. Yahoo, par exemple, est l'exemple de la réussite et pourtant... L'Echo avait, ce 21 novembre 2006, un petit article dont le titre était : "Yahoo! s'étalerait comme du beurre de cacahuète" en relation avec un mémo critique "Manifeste du beurre de cacahuète" écrit par Brad Garlinghouse (nom prédestiné), patron de la division de messagerie du portail. Un mémo interne à la maison a, en effet, circulé pour appeler à un recentrage stratégique du portail internet du géant en proie à une concurrence féroce. Les priorités devaient être définies précisément pour éviter que le beurre ne s'étale sur trop de tartines et surtout sur celles des autres. 15% des effectifs seront malheureusement sacrifiés. Une originalité, cette fois, très douteuse...

 

medium_Tres_chere_originalite_Ecriture.jpgL'écriture, domaine de prédilection de l'association des mots et des phrases dans les coulisses de l'explosion de ce qui s'imprime tous les jours. Chacun s'y met. Cela se retrouvera sur papier ou virtuellement sur les blogs. On ne peut citer tous les génies en herbe de l'écriture. Amélie Nothomb émerge grâce à un parfum d'audace et d'humilité. Elle est belge. Serait-ce pour cela que je la cite ici?

  

Comment oublier le monde professionnel? Les entreprises sont elles aussi à la recherche d'une originalité qui rapportera une avancée considérable dans leur positionnement vis-à-vis de la concurrence. Innover et innover encore. Des pôles de compétitivité se dessinent pour faire sortir du lot toutes idées novatrices par la recherche fondamentale ou appliquée. Les intérêts notionnels nouvellement installés en Belgique défiscalisent les investissements du capital à risque. La réduction des charges à l'embauche est malheureusement fort compliquée. Il ne faudra pas perdre l'habitude de "bosser" avec des idées "géniales" dans la tête pour sortir la tête. Avoir un financier au sommet n'arrange rien. Le capital à risque reste manifestement le maillon faible de ce côté de l'atlantique.

Original, Richard Branson insiste sur les vertus de la diversification de son groupe Virgin. La division Virgin Galatic imagine le tourisme spatial avec navette, Space-Ship 2 qui sortira en fin d'année du hangar. Premier vol, prévu dans 2 ans. Prix du ticket: 200.000 $.

Le 31 octobre, le journal l'Echo titrait "Ceux qui ont testé la prime à l'innovation s'en félicitent". Il constatait pourtant qu'un employeur sur mille a eu recours à cet incitant à la créativité. Une citation de Mecasoft en mécanique de précision qui mettait à l'oeuvre un de leur ingénieur pour construire la plus petite paire de ciseaux, record qui s'établissait à une longueur de 0,95 mm. 

Oser des projets de l'originalité demande toujours du courage. Sortir du rang et ne pas faire comme tout le monde, demande plus d'effort qu'il n'y paraît. Le public ou les utilisateurs des inventions n'aiment pas les idées novatrices.

 

medium_Tres_chere_originalite_Gendarme.jpg

La politique, comme je le disais dans l'article sur la démocratie et les partis ("Au diable, les partis"), est aussi sujette à un immobilisme de masse. Pour qu'un parti challenger puisse sortir de l'opposition, il faut quelques 75% d'intentions de votes, pour avoir une chance de gagner les élections. Les habitudes ont la vie dure.

Pourtant, les idées, ça ne court pas les rues. Il vaut peut-être mieux, diront certains. Et, pourtant, il n'y a qu'elles qui paient. Elles sont payées par une masse de "volontaires" qui sont prêts à essayer le nouveau et, par là, à se rendre original et sortir de l'ordinaire.

 

Conclusions: L'originalité, ce n'est pas inné, ce n'est pas transmissible, ça ne s'invente pas, ça se construit à force de travail. Le forcing ne sert à rien. Ca peut s'improviser, mais c'est très volatile et passager. Soudain, la voilà, sans crier gare. La repérer et l'adapter en pratique conclut la bonne approche. En général, une "bonne fin" justifie les moyens. La méthode, les ingrédients, la technique d'approche des problèmes et l'endroit où on s'écrie tout à coup "Eureka" n'ont pas de limites. L'inspiration peut venir par un concours de circonstances ou avec la chance. De l'audace parachève la trouvaille.

Prendre du recul, se poser la question du 'pourquoi' de certaines situations aident à la concentration nécessaire à la réflexion. Beaucoup de fausses pistes sur le chemin. L'esprit de controverse rapporte des résultats. L'originalité, ce n'est pas nécessairement être original soi-même, tout seul dans son coin. C'est aussi la trouver chez les autres, la détecter, l'apprécier, la partager et enfin la remonter à la surface. Eddy Barclay a été un grand découvreur de talents. Trop souvent, le plagiat est avancé comme la pire des injures pour le créateur. Je ne suis pas tout à fait d'accord. Le "copy-paste" n'est pas obligatoirement inutile s'il permet de faire sortir l'idée géniale pour la gratifier d'idées encore plus neuves. Souvent, l'originalité se cache, car elle a peur d'apparaître au grand jour. Un "push" fortuit et révélateur peut survenir. Ne pas naître avec la même "plaquette électronique" dans le cerveau que le voisin apporte une responsabilité que tout "inventeur" assume difficilement ou après de nombreuses questions: "Vais-je être compris?", "Ne suis-je pas trop tôt pour sortir ce qui a germé de manière impromptue dans ma "petite" tête?, "Apporterai-je un éclairage neuf au schmilblick de la vie?". Je n'ai volontairement pas repris dans la liste de questions l'aspect financier quoique, aujourd'hui, malheureusement, il reste bien souvent primordial.

Sans le "flash", il existe cependant d'heureuses surprises. Certains, en effet, seront "protégés" de l'"éclair" pendant toute leur vie. D'autres devront assumer leurs idées dans le calme ou la tempête en étant obligé parfois d'y renoncer comme ce fut le cas de Galilée au Moyen Age par exemple.

 

Alors, la question piège: "Jusqu'où aller trop loin?".

medium_Tres_chere_originalite_Burningman.jpgEtre original, quelle bonne idée, mais pousser cette volonté dans les dernières limites de l'entendement, il y a de la marge. Le journal l'Echo du 4 septembre 2006 parlait de la créativité au pouvoir au coeur du Nevada au sujet du festival "Burning Man" à Black Rock City. Ce gentil projet, événement mêlant créativité et innovation frise aussi la démesure et il faut bien le dire la folie. Une gigantesque oeuvre d'art en bois érigée avec la collaboration de 80 personnes, pour ensuite... y bouter le feu et plier bagages sans aucune forme de procès. Il y a des baffes qui se perdent. Evénement culturel et artistique annuel destiné à favoriser la société créative libre de toutes contraintes idéologiques ou de respect des dimensions humaines. Le souci du développement durable serait du voyage dans les concepts mais, par cet "extra", très loin de la réalisation. Seule condition, le désert de Névada doit reprendre, après cet "party", son aspect qu'il n'aurait, peut être, pas dû quitter par la suite. Une vingtaine d'années auparavant, d'après la légende, un homme en mal d'amour aurait construit la statue de sa bien aimée en bois pour l'envoyer ensuite ad patres en l'immolant par le feu. Quelques 150 kilomètres de lattes de bois ont été assemblées avec 500.000 clous ont été nécessaires pour construire un géant de 15 mètres de haut, avec un diamètre de 60 mètres, et réaliser la dernière invention trouvée pour remémorer la légende.

"Cet engin spatial symbolise le voyage dans le futur que nous venons d'accomplir. Ce futur est un endroit de liberté, il constitue un droit acquis. Notre société aspire plus que toute autre chose à la liberté. Au lieu de cela, nous ne cessons de réfléchir et de calculer pour tout ce que nous entreprenons, ce qui tue la créativité" disait, optimiste, le concepteur. Complètement à côté de la plaque dirais-je. J'espère seulement que la photo sera bonne et utilisable pour la pub que l'on veut en donner. Image de société oblige. Le côté écologique n'a qu'à penser à autre chose.


Chacun a son rôle à jouer sur terre. L’assumer le mieux possible à son niveau propre apporte réconfort et compensation. Oser et oser encore.

Mais, je suis très certainement resté endormi trop longtemps et ai oublié beaucoup d'adeptes en fonction de tous les commentaires que vous n'allez pas manquer de m'envoyer pour me secouer.

A mes yeux, ces "êtres créateurs imaginatifs" sont nos "bouées de sauvetage" dans toutes les disciplines pour construire le monde de demain. Voilà bien le plus beau métier du monde. C'est mon credo.

Merci, les artistes, on ne vous oublie pas...

 

L'enfoiré,

 

Et, si vous voulez être original par vos commentaires sur Agoravox

PS: Cet article n'est absolument pas sponsorisé par des firmes commerciales quelles qu'elles soient. Je ne suis ici que pour donner un avis humble d'un observateur émerveillé qui a forcément ses préférés.

 

Bonne année 2007, aux originaux et autres, bien entendu.

 

Citations:

  • "L'art et le métier ne sont pas deux choses séparées. Invention et génie ne peuvent se passer ni de savoir ni de méthode.", Jacques Copeau
  • "Chaque homme s'invente lui-même. Mais c'est une invention dont il ne connaît pas le terme.", Louis Lavelle
  • "Original est le seul mot que les gens connaissent pour étiqueter ceux qui vivent différemment d'eux.", Marc Gendron
  • "Faire un truc que les autres ne font pas, c'est déjà passer pour un original. Au moins, on n'encourt pas la comparaison.", Romain Bouteille
  • "Une erreur originale vaut mieux qu'une vérité banale." , Fiodor Dostoïevsky
  • "On dit que: Lorsqu'une oeuvre de Mozart s'achève, le silence qui suit est encore de Mozart. Moi, c'est pareil, quand j'ai dit une connerie, le silence qui suit à l'air très con aussi", Philippe Geluck 

Commentaires

Que voilà beaucoup d'honneur à ma petite personne, cher Guy !
mais comme à ton habitude , tu parles beaucoup et de tout, mais qu'est-ce que tu parles bien...!
Très modestement, Miss canthus

Écrit par : Miss Canthus | 04/01/2007

Cher enfoiré,
Tu nous fais miroiter de belles réflexions, c’est du grand art ! Mais merde, il y en mare, à chaque fois qu’il y a un génie français, il est en réalité Belge ! Voilà que vous nous piquez Nothomb à présent.
Heureusement, par soucis d’équité, on vous a refourgué un « cas raté », si je peux dire, en la personne de Vandamme.
Il est loin le temps ou le génie s’arrêtait aux frontières de la France, comme le faisait remarquer Maupassant au 19ème dans une missive adressée à son ami Russe. Tu nous fais souffrir, nous les français qui ont appris petit que Papin avait inventé la machine à vapeur (qu’en dirait Watt !). Le miroir nous malmène !

Écrit par : Fabien | 05/01/2007

Cher Fabien,
Merci de reconnaître "notre réalité Belge". Vous, Français, devez vous rendre compte que le monde francophone a évolué, et pas un peu. Longtemps, et sans broncher, nous nous sommes farci une foule d'histoires belges qui provenaient du grand voisin du Sud. Nos frites ne sont pas des "french fries".
Ces derniers temps, retour de manivelle. Les commentaires sur Agoravox le prouvent, on aime bien les petits belges.
C'est vrai qu'on s'exporte bien, chez nous. Nous sommes aussi partout dans le monde à promouvoir, en sus, notre esprit frondeur.
Tu cites Vandamme, je vois de qui tu parles. J'en ai un autre, José van Dam que nous revendiquons aussi:
http://www.scena.org/lsm/sm6-2/VanDam-fr.html
Si tu es passé sur Agoravox, Demian parle d'autres faits d'histoires belges. Ce n'est pas "à la Cesar" mais Asterix n'est pas loin.
Notre manière de nous présenter ne sera jamais à l'américaine avec mention sur teeshirt "Proud to be American".
Merci pour ces commentaires franco-suisses.
Nous aimons aussi barboter dans vos eaux et dans vos montagnes. A+

Écrit par : L'enfoiré | 05/01/2007

Marc Gendron ; un écrivain original

Parmi les citations du post-scriptum à ton article, il y en a une de Marc Gendron (Original est le seul mot que les gens connaissent pour étiqueter ceux qui vivent différemment d'eux) Il y a un très beau site sur cet écrivain... original : http://www.marcgendron.com

Écrit par : Jean-Claude | 13/02/2007

Les commentaires sont fermés.