Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2006

Le Père Noêl n'en a rien à cirer

Période de fête, fin d'année. Fête, comment, pour quoi et surtout pour qui? J'aurais pu paraphraser cet article "Le Père Noël est une ordure". Mais, y ajouter une couche en contre pied ne sera qu’une manière de dire "qu'on savait". fête

N'y a-t-il vraiment plus de saison?

Oui, c'est peut-être le cas. Le climat est trop doux en hiver et trop pluvieux en été. Les événements de la vie sont logés à la même enseigne.

Tout se dessine, se planifie, se crée à contre temps. La consommation a elle aussi de l'avance à l'allumage.

Prévoir, c'est bien, planifier les choses, c'est encore mieux.


Passer à l'acte en désynchronisation n'est pas une obligation voulue par le consommateur mais plutôt par le fournisseur qui ne sait plus où donner de la tête pour étendre sa période de chasse.

Car la chasse est ouverte bien avant les dates précisées par le calendrier.

La mode, depuis longtemps, embraye les collections, une, si pas deux, saisons avant l'apparition dans les étalages. Le secret qui l'entoure, s'il existe, n'est pas obligatoirement infranchissable.

Les appareils de tous types sont "bénévolement" présentés à la salive des consommateurs bien avant leur sortie dans les magazines agréés.

Les galettes des rois sont à proximité des fours de boulangers bien avant la date fatidique. Les œufs de Pâques pourraient voir le petit "oiseau" sortir de sa coquille chocolatée et cassé cette coque en chocolat avant que celui-ci ne se fonde dans les douceurs anormales de fin d'automnes.

Dès mars, les grandes surfaces ont déjà négocié, âprement, les jouets de la hotte de ce bon Père Noël.

Alors, le Père Noël, lui, n'en a vraiment plus rien à cirer et s'empresse de prendre son traîneau bien avant que la glace n'ait rendu son chemin trop glissant.

Ses prédécesseurs, Halloween, pour inverser la tristesse du lendemain par la peur du sacré et Saint Nicolas, ensuite, qui vient entre temps de remiser sa crosse au vestiaire et de laisser des traces, encore visibles, par les sillons de son char.

fêteLes commerçants n'en ont cure de cette fuite en avant. Ils s'inquiètent surtout des invendus. Ceux-ci sont déjà sur les tablettes. Ils feront partie des soldes de janvier, pendant lesquelles les tiroirs-caisses resteront une dernière fois ouverts. Ces soldes n'auront que l'embarras d'un choix seulement contraint par les législations en place. Ce créneau de temps offert, bien précis, aura bien des détracteurs au sujet de dates qui ne correspondent jamais à ce que tous corps de métier serait en droit de prétendre.

Un peu plus tard, le summum de la préparation, le Carnaval de Rio, lui, fera les choux gras en précurseur du sacré "mardi gras". Ce ne sera, certes, pas perdu pour tout le monde dans la liesse proche de la transe. Les touristes seront là, moins économes que d'habitude dans les hôtels de luxe. Nous sommes dans le domaine de "L'Anti Crise", comme je le lisais hier encore sur l'enseigne d'un magasin voisin. Mais, chacun voudra, là-bas, seulement paraître, l'espace de quelques heures, de quelques jours, ce qu'il n'a en réalité jamais été: riche. Etiquette, quand tu nous colles à la peau!

Comble des combles: le livre qui sort tous les ans, la "Chronique", celle de 2006" s'arrête bizarrement en octobre 2006. Ce sera aux lecteurs d'inventer novembre et décembre de cette année 2006 qui s'achève.

Et si on s'était trompé de date? Si au lieu de la nuit du 24 décembre, Jésus était né, disons le 12 janvier? Nous serions en pleines soldes. Quel bénéfice, quelle épargne pour nous, pauvres pêcheurs.

Entre temps, on trouve déjà des galettes de roi dans les pâtisseries. Pourquoi pas des oeufs de Pâques ? Ce serait déjà ça de pris.

Que veut-on? Une fête perpétuelle? Si oui, ne faudrait-il pas accorder, à tous, les moyens de cette politique?

fêteSociété de consommation ou de "cons sommation" ?

Et pour quel but? Sommes-nous sommé d'être "con"? Qui est ce "sommeur"?

Celui qui somme et additionne, bien haut, au sommet, pourrais-je dire.

Et maintenant, que la fête commence...

A la date du réveillon, invités, une fois arrivés à la table de ce Père Noël généreux, que se passe-t-il?

Tout le monde doit être joyeux, bien entendu. La radio, allumée dans le coin de la pièce entonne la belle musique du "Noël blanc", neige synchronisée que plus personne ne voit plus de son vivant en naturel.

Précision, je ne suis qu'un habitant de Bruxelles, loin des Iles Canaries. Une autre fois, là-bas, en cette période, j'ai encore été plus amusé de voir la neige artificielle sous le soleil ardent d'un éternel printemps.

Mais il faut jouer le jeu. On doit rire, sortir les chapeaux et souffler dans les trompettes de fantaisie.

C'est un "must". Pas question de tergiverser et de s'enfermer dans sa coquille avec la tête pince sans rire habituelle.

Il faut mettre les choses de la vie entre parenthèses. La "connerie" est autorisée et peut continuer puisqu'on l'a commencé devant les échoppes qui ont mis les petits plats dans les grands pour attirer les regards et les envies.

Les parenthèses évoquées plus haut sont de types divers. Elles s'habillent d'artifices divers et inattendus. En fait, chacun en a en secret.

Tout est mis, pourtant, en sourdine, latent, près à ressortir au moindre écart de langage ou de gestuel.

Les leurres, les masques sont mis, oui. Le sourire figé avec les punaises bien écartées sur les joues ne peuvent sauter. On s'y emploie. Madame a fait ses recommandations à Monsieur avant la réunion de "fortune".

La "fortune", voilà le sujet de discorde dans de grandes familles, par excellence. Sujet tabou qu'il ne faut pas sortir sans risque de faire éclater des jalousies qui s'ignorent, plongées au fond de hiérarchies de la civilisation des semblables mais pas des pareils.

Un peu plus tard que minuit, les cadeaux ont été distribués. Derniers sourires devant la porte et après le "ouf" de soulagement: ça s'est bien passé. La famille est restée solide, solidaire ou d'un air solide. Rideau.

En parallèle, le home des Seniors du coin de la rue a vécu les choses en fanfares et flonflons. Les retrouvailles avec les enfants ont été très chaleureuses, du moins en apparence. Les souhaits ont fait semblant que le monde était rose bonbon. Tout y était d'ailleurs rose et bonbon. Il faut toujours sauver le look et les apparences, non?

Pourtant, parfois bien avant la naissance du petit Jésus, qui n'en finit jamais de renaître tous les ans, les yeux et les dialogues se sont refermés de part et d'autre des tables. Les discussions ont tourné en silences partagés. Les sujets ne se sont accordés plus aussi aisément. On n'était pas parvenu à faire semblant complètement que l'on ne venait pas couramment visiter la "toute vieille qu'en finit pas de vibrer et qu'on attend qu'elle crève vu que c'est elle qu'a l'oseille" ("Ces gens-là" de Jacques Brel). L'éclatement tragique de la famille est passé par là. Ce n'est pas le cimetière des éléphants qui est visité car on n'y trouvait pas d'ivoire ni de défenses.

La petite vieille était contente malgré tout. C'était le principal. Elle a pensé avec nostalgie à sa copine qui n'avait pu descendre dans le réfectoire avec les autres. Elle devait, très probablement, regarder avec un oeil de dépit cette télévision comme tous les autres jours. Personne n'était venu. Un soir comme un autre, en somme: elle a entendu, tant qu'elle pouvait, "la pendule d'argent qui ronronne au salon" ("Les vieux" de Jacques Brel, qui, encore une fois, avait tout compris dans ses chansons).

Quant aux convives, qu'auront-ils penser de la fête de Noël?

La réponse se trouve derrière les paroles que des couples prononceront une fois le perron franchi pour rentrer chez eux.

- Tu n'as pas trouver que la dinde était dure. Elle manquait de sauces. Pas assez cuite, peut-être. Ta mère devrait se recycler chez un vrai chef de la cuisine. Et, puis, pendant le dîner, Tante Juliette, devrait changer de disque et parler du présent au lieu d'entamer la vieille chanson que hier tout allait bien mieux.

- Ta mère avait n'en a pas raté une l'année passe. Mais, es-tu sûr de pouvoir conduire, quand je me rappelle où tu as mené la voiture?

Dans la voiture, il y a eu depuis, beaucoup d'images et plus beaucoup de sons, à l'avant. A l'arrière, par contre, les enfants étaient déjà occupé à casser le jouet électronique tout neuf en le confondant avec une balle pelote.

Heureusement, il y a les réunions plus intimes, avec regards incorporés de haut en bas et de bas en haut. Pour les enfants, Noël veut encore dire quelque chose. Le merveilleux est là. Chez eux, la flèche qui se trouve sur le sapin ne peut être penchée. Les bougies doivent clignoter en clins d'oeil. Ils voient tout, ces bougres, ces jeunes tiges clairvoyantes. Avec fébrilité, ils vont ouvrir à minuit les paquets disposés au pied du sapin. Les enfants sont le rêve de ceux qui n'auront pas de véritable Noël.

Dehors, ce n'est pas l'euphorie, en effet, mais c'est l'apaisement. Des sans-abris ont reçu le paquet traditionnel. On est plus généreux dans le monde des vivants pendant cette période. La bouteille sous le bras a donné l'illusion que tout aurait pu être chouette. Mais le monde est ce qu'il est: il dit vague, il divague, il se trompe très souvent.

Allez, encore un petit coup de vin, de champagne ou, plus prosaïquement, dans ce cas, de bière.

fêteLe lendemain matin, tout est au repos. Les lumières extérieures sont restées allumées, oubliées volontairement pour que les derniers fêtards ne perdent pas leur chemin embué de frimas sous leurs yeux moins frais.

Avec le recul, je ne parviens pas perdre de vue la masse de résidus, de détritus que les poubelles auront à encaisser les heures qui viennent. Pour couronner le tout, que d'emballages cadeaux vont les rejoindre sans aucune forme de procès.

Maintenant, les cadeaux, ils sont là.

Jouets, appareils électriques, souvent dévoreurs d'énergie, vont agrémenter la vie des petits et des grands, au moins pour un temps. Quand on aime, on ne compte pas, ni en argent, ni en voltage consommés. De plus, cela aurait mauvais genre de refuser un cadeau offert par Tantine ou le gadget dédicacé par un ami, mais qui, en somme, ne servira pas à grand chose. C'est couru d'avance. C'est la rançon du progrès.

La console de jeu rutilante va au moins grâce aux loupiotes donner bonne figure à l'ensemble. Le High-Tech a eu évidement sa place à côté du sapin. Ces outils de communication n'aboutissent-ils pas à l'abolissions des voyages pollueurs?

fêtePas vraiment. l'Echo titrait ce 23 décembre: "Faire du shopping à Noël de l'autre côté du monde et au même prix".

Tu parles....

La faiblesse du dollar (1,32) face à l'euro, dévaluée de 20% en 18 mois, a donné des idées aux Européens à faire leurs emplettes aux Etats-Unis (ticket 400 euros) l'espace d'un weekend. Hong-Kong et Singapour, aussi, allaient, d'après l'article, bientôt détrôner New-York et surtout sapper les efforts de vente de produits "made in Europe". La tronçonneuse est en marche devant son arbre de vie. Une fois de plus, retour à la case départ du transport tout azimut en totale insouciance de la question du pétrole en perdition, d'une part, et du commerce bien de chez nous, de l'autre.

Au total, la fête de Noël a fait quelques heureux. Les magasins ont écoulé huîtres, foie gras, dindes, saumons d'élevage d'Ecosse qui auront dépeuplé la mer, cerises importées du Chili, girolles arrivées du Canada par avion... enfin, tout ce qui fait une fête vraie ou une vraie fête, on ne sait plus très bien quelle est la bonne formule.

La photo du groupe, de la famille, tout souriant, en témoignera pendant quelques mois encore avant de se réfugier dans le tiroir de la commode.

Demain, on sélectionnera les cadeaux. Les utiles, d'un côté, les inutiles de l'autre. On ira, sans le raconter, sur eBay pour vendre à bon compte ceux qui gênent ou qui auront des doublons dans leur nombre. Je répète, il faut bien se préparer pour les soldes qui approchent et surtout pouvoir les payer avec des prix même rabotés.

Et puis, dans ce monde de brutes, il y a l'espoir. Nous sommes au 2ème anniversaire de la catastrophe du tsunami avec l'énorme volonté de tous les pays d'être solidaires à la détresse des sinistrés dans une partie du monde inconnue de la plupart. C'était arrivé à Noël 2004, un comble. Il n'y a vraiment plus aucune respect pour les trêves.

Tous voulaient reconstruire biens et esprits en perdition dans un élan de générosité sans précédent. Faudra-t-il seulement des moments tragiques pour réveiller nos consciences d'homme?

Le Père Noël n'en a vraiment rien à cirer. Il ne pense même pas qu'il reste des gens qui solitaires, redoutent cette période de l'année.

fêteDans l'Echo du 30 décembre, Hans Werner Sinn écrivait :

"Au Moyen Âge, un voyageur turc sillonna l'Europe centrale et septentrionale, distribuant des cadeaux aux enfants et se présentant comme la réincarnation du saint Nicolas grec, évêque du IVe siècle. Tout comme le sapin, Sankt Niklaus devint un personnage central des Noëls allemands. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces traditions arrivèrent aux États-Unis avec des immigrants, les Pennsylvania Dutch, et de là le père Noël acquit une renommée mondiale, ne serait ce que sur les bouteilles de Coca-Cola."

Tes rennes s'impatientent, Père Noël. Il est temps de reprendre la route du grand Nord. On ne te recyclera plus qu'une seule fois par an, sois sans crainte.

Mais, avant de partir, Père Noël, puis-je tirer à ta barbe? Elle est si belle et si blanche qu'on se demande où se cache le vrai sous elle.

A l'année prochaine, bon vent et bonne année, tout de même.

 

fête



 

L'enfoiré,

 

Le Père Noël sera passé aussi sur Agoravox avec d'autres commentaires

 

Citations :

 

  • "Pour préparer un arbre de Noël, il faut trois choses, outre les ornements et l'arbre, la foi dans les beaux jours à venir.", Zahrad

  • "L'adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote.", Pierre Desproges

  • "Noël n'est pas un jour ni une saison, c'est un état d'esprit.", Calvin Coolidge

Commentaires

Bonjour Guy, l'enfoiré

J'aime ce pavé. Malgré son côté un peu rustre, il démontre une grande sensibilité malgré tout à cette fête de Noël. Non par son côté chrétien mais par son humanisme. N'en avons-nous pas besoin par les temps qui courent ? Tu sais comment je suis ? Une petite phrase retient toute mon attention et je m'y colle. Cette fois-ci, tu as su me rejoindre en écrivant simplement ceci : « parfois bien avant la naissance du petit Jésus, qui n'en finit jamais de renaître tous les ans, les yeux et les dialogues se sont refermés de part et d'autre des tables. Les discussions ont tourné en silences partagés ».

Les silences partagés ne sont pas bien loin de la solitude qui, parfois, est salutaire, qui, parfois, est insupportable. Oui le silence partagé peut avoir un côté magnifique, noble et bienfaisant. C'est ce côté que je veux résolument retenir, maintenant.

Mes meilleurs voeux t'accompagnent, ainsi que ton épouse et ta famille. Il n'y a que la frontière des yeux, il n'y a pas de frontière lorsque le coeur parle.

Pierre R. Chantelois
(Montréal - Québec)

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 25/12/2007

Bonjour ou bonsoir Pierre et au Canada,

Oui, comme à mon habitude, j'assemble et je rassemble des idées qui viennent avec le temps.
Tu l'as compris, la Noël, pour moi, n'est pas une période de grande joie. C'est fait pour les enfants exclusivement. Et c'est tant mieux pour eux et pour cette innocence apportée par le rêve, tellement nécessaire dans ce monde. Je n'ai pas de suivant donc je dois recherché ailleurs, à des moments propices mes gouts de plaisir et de franche rigolade que j'adore. Alors, j'ai essayé de voir au travers des murs d'autres familles. Est-ce si différents? La cotillons de la fête sont-ils là pour accentuer ou pour créer de toute pièce cette fête?
Je me suis aperçu, en parlant avec mon entourage, que la 2ème option était plus souvent le cas. La ressemblance avec son voisin redonne alors un peu de courage. On se retrouve en définitive dans une grande famille plus solidaire qu'il n'y parait. Le reste est simulacre.
Le silence est la manière de sortir de discussions qui tourneraient à l'orage. Alors, on tient l'église au milieu de l'église. C'est tellement pratique.
Oui, je suis cynique, rustre. C'est ma manière de mettre les choses sur la table. Et elle est parfois très grande cette maudite table.

Écrit par : L'Enfoiré | 25/12/2007

Guy, l'enfoiré

Nous nous rejoignons fort bien : Le silence est la manière de sortir de discussions qui tourneraient à l'orage. Alors, on tient l'église au milieu de l'église. C'est tellement pratique.

Pierre R. Chantelois

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 25/12/2007

En voilà, au moins un qui est d'accord avec moi
Voilà, une nouvelle fois, Bert

http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/cafe-serre-286621

Écrit par : L'enfoiré | 17/12/2010

Bonjour Guy,
Je n'aime pas les fêtes de fin d'année
Mais, comme beaucoup, je fais "bonne figure" pour la familleet surtout les petits enfants, ceux qui croient encore au Père Noël me font craquer.
Meilleurs voeux pour toi et tes proches
Bonne journée

Écrit par : Moïsette | 18/12/2010

Bonjour Moïsette,
Meilleurs vœux à tous.
Noël est plus tôt cette année.
Il y a la neige, les lumières et le Père Noël a dû mettre des chaînes à ses bouts de car, pardon, à ses caribous. :-)
Bonne journée

Écrit par : L'enfoiré | 18/12/2010

Bonnes fêtes de fin d'année Guy.

Par chez-moi ce sera un jour comme un autre, dans la famille personne ne vit noël comme une fête obligatoire .

Pas d'orgie de bouffe ni de cadeaux, on sait très bien se faire le cadeau de se rendre des services quand c'est utile .
Un bon café comme d'habitude et une bonne partie de cartes comme d'habitude, que demander de mieux ?

J'ai beaucoup plus peur de la conception de nöël du côté de ma compagne, là c'est l'extrême opposé, je me tais car je n'ai rien d'agréable à dire sur le sujet ...
Je redoute déjà la visite de sa fille qui est inconditionnelle de la futilité et du kitch.

Bon je ne vais pas être méchant mais je m'attends à encore voir une débauche de bibelots les plus kitchs du monde qui n'ont pas leur place dans notre 30M2...
Le pire c'est que je sais que je vais devoir les garder ET les exposer, j'ai froid dans le dos par avance .

D'ailleurs dernièrement j'ai reçu une sacrée définition de la convivialité par mon frère : "Tu ne bois pas une goutte d'alcool alors tu ne peux pas être convivial" (Ha ha ha)

Brrrr, il faut que j'oublie, inutile de se faire souffrir avant l'inévitable orgie consumériste ...

Écrit par : Sun Tzu | 18/12/2010

Bonne fin d'année Sun Tzu,
Ce billet est vieux de 4 ans. Pas de changements dans mon esprit. Une période douce amère.
La différence: le Noël blanc est avance contrairement à ce que préconisais dans le texte.
Comme je dis souvent, vivement janvier et le printemps.
Le Café serré du flamand Bert Kreusman (ci-dessus) m'a bien fait rigoler.
Mon magazine télé cherchait à comprendre pourquoi on n'aime pas la période de Noël.
Cet édito
http://vanrinsg.hautetfort.com/files/No%C3%ABl.jpg
nous prouve qu'après avoir gavé ce que l'on mangerait, il ne reste qu'à gaver nous-mêmes.

Le 24, Club présentera "Drôle de Noël" de Picard-Dreyfus.
Commentaire en est: "Fiction au scénario lelouchien, hommes et femmes vont se rencontrer, se quitter, s'éblouir et s'aimer. Pour tous, cette nuit de Noël marquera une rupture nette. Construit comme un conte avec ses gagnants et ses perdants, cette histoire analyse avec finesse et clairvoyance les angoisses propres aux fêtes familiales : si, pour les enfants, Noël est associé à la magie des lumières et à l'ouverture des cadeaux, chez ces adultes, cette soirée est synonyme de grand déballage psychologique et de nouveaux battements de coeur."

Il faut souvent se chatouiller pour faire rire ou se faire pleurer.

Écrit par : Sun Tzu | 19/12/2010

Surtout ne pas parler d'argent et de fortune! c'est bien vrai!

Écrit par : cedricx | 19/12/2013

Bonjour cedrick,
Très difficile de l'oublier celui-là.
Tout le rappelle à lui.

Écrit par : L'enfoiré | 19/12/2013

Les commentaires sont fermés.