Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2008

L'Amérique, présidence pragmatique ?

Que de choses n'a-t-on pas dit et écrit pour définir ce qu'est avoir l'esprit américain? Du "Grand Satan" au "monde de demain". L'Europe, au milieu, s'interroge sur les différences et les résultats des élections américaines qui pourraient influencer le monde entier. Cette fois, dans l'incompréhension totale de ce qui lui est arrivé suite aux dérives de cette Amérique. Après la crise, un peu de confiance revient avec le coup de poker de 700 milliards de dollars. "Bien loin de la "vieille Europe", l'Amérique, mais encore..." Article qui avait été ébauché dans "Tout va mal, non peut-être..."


 Les USA ont l'habitude de se retrouver dans l'opposition dans un état de (presque) guerre. Adulés ou mal aimés, les États Unis contre tous, mal compris de tous. Cela l'a toujours obligé d'ouvrir, plus que partout ailleurs, la bourse au budget militaire.


Une armée qui coûte de plus en plus cher. Guerre militaire, commerciale, religieuse et psychologique, interventionnisme, ingérence sont les sources de cette dichotomie entre pro et contra dans le monde. En un mot, l'américanisme.
Au besoin seuls contre tous, les Américains sont unis malgré tout dans un parfait ensemble ou hétéroclites comme en ce qui concerne la peine de mort exécutée selon le niveau de conservatisme plus présent, selon le Sénateur qui occupe le siège de l'État, la possession des armes aussi. Mais, en final, toujours prêts de se retrouver derrière leur président. Pays de tous les extrêmes, religieux, au besoin sectaire. Population prude et, en même temps, extravagante sexuellement. Mais, il ne faut pas croire que les États n'ont pas leur spécificité ou qu'ils soient "unis" dans tous les cas et actions. La taux de taxe locale est spécifique et décidé par le Gouverneur de l'État.

0.jpgLes papiers d'identités ne sont pas utilisés, pratiquement, ils sont souvent remplacés par le permis de conduire. Pourtant la sécurité est devenu une obsession. La violence et la compétition fait partie de la vie américaine. La possession des armes fait partie de la normalité et se retrouve dans un amendement de la Constitution.

L'argent, comme passe partout, comme un passeport. "Quand Wall Street s'enrhume, le monde tousse" est-il souvent dit à juste titre. Frais minimum pour les transactions boursières. Aucune entrave importante aux transactions. La taxe Tobin est reportée "ad vitam aeternam". Le côté social, on y pense pour une autre vie.

Du côté social, la sécurité d'emploi se compte, chez nous, en mois de dédits par année d'ancienneté. Aux USA, on compte en semaines pour la même période et on dit merci en partant sur le champ. La crainte de perdre son emploi n'est pas un leurre. Mais, l'instinct pousse à dire que la société avait raison de réduire son personnel. Prester après une mise à pieds qui y penserait? On ne doit pas se représenter, c'est tout. On travaille bien après le temps présumé en Europe de la pension. Les grosses pensions ont été confiées à des organismes assureurs qui ont placé l'argent en Bourse avec des espérances presque "obligatoires" d'obtenir du "double digit". La Floride sera le nouvel habitat pour ceux qui ont réussi. Pour les autres, on recommence une autre carrière en servant dans les cafés ou les restaurants et cela parfois, jusqu'à plus soif. La grève, qui y penserait vraiment comme on peut le faire en Europe? On manifeste sur l'autre trottoir de l'entreprise après un renvoi. Bien caché derrière une foule organisée ou derrière un panneau de revendication sous l'œil vigilant de la police. Une avidité de consommations, un fétichisme libertaire qui trouve son répondant dans le marketing de l'American dream. Refus de toute ingérence, de tout interventionnisme de l'État. La faillite au détour du chemin pour ceux qui y ont cru et se sont retrouvés SDF dans sa voiture ou son camping car.

La santé, pas question de réelles mutualisation à l'européenne. Ce n'est pas la solidarité.  Point. On paye cher pour des assurances tous risques qui sont plafonnées très vite. La liberté, toute la liberté c'est pour ceux qui ont les moyens d'en profiter. Il ne faut pas croire que les Américains sont nos cousins. Ils ont fondé leur pays sur l'immigration et sur l'absence d'État. Autre point.

Un paradoxe, aussi: plus d'universités prestigieuses qu'ailleurs et plus d'ignorants.

Le marché du "prêt", du "crédit" se fait concurrence en offrant les meilleurs conditions, mais pas de restrictions ni de limitations. La carte de crédit "Western Union", arrivée en 1914 sur le marché, était en métal. Suivie par la "Diner's Club" en 1950 sous forme de carnet pour les payements. Mais, c'est l' « American Express » qui va lancer, en 1957, la "carte plastique" et accentuer tous les excès de l'endettement.

Tout est, dès lors, possible. Et on y croit, vraiment, presque aveuglement. Le capital à risque fait partie des mœurs et trouve mieux qu'en Europe, des acheteurs décuplant, peut-être artificiellement, le potentiel par son effet levier. Tout s'efface devant celui qui réussit. Peu importe la méthode, tout est dans la finalité.

On aime d'ailleurs en faire la pub de ses avoirs. Il y a des visites guidées en bateau, autour de Fort Lauderdale, pour découvrir toutes les maisons et villas somptueuses, appartenant aux amateurs du showbiz ou d'ailleurs, en leur donnant la valeur au plus juste. C'est dire que l'impôt sur les grandes fortunes n'impressionne pas trop. Qui oserait voler la poule aux œufs d'or? Le dernier refus des républicains du plan Paulson confirme cet état d'esprit. Sur les canaux, on a l'habitude d'entendre au micro : "on the left side: this house is about 5 millions of dollars, on the rigth, this one, 8 millions". Un Européen qui entendrait cela, se retrouvera saoulé par le mot "dollar" perdu dans les conversions mentales et les chiffres. Le fisc européen entend en Europe et c'est une descente pour dresser l'inventaire et établir un impôt sur les grosses fortunes.

Toujours est-il que quand l'Américain a un grand projet en tête, il est prêt à mettre sur la table ses dollars sans tergiverser. Il est fier de pouvoir dire ce qu'il gagne. 

Prêts à fermer ses frontières à tous les produits qui ne correspondraient pas à sa propre production. Ouvrir ou fermer les robinets des échanges internationaux en fonction de la force que les USA sont prêt à contrer ou non.

0.jpg"Proud to be, american".

Mais de quelle Amérique parle-t-on et à quel prix ?

Auparavant, il y avait le Nord, industriel et le Sud, agricole et esclavagiste qui avaient fait sécession dans leurs conceptions.

Aujourd'hui, c'est plutôt de manière générique, un centre, agricole, conservateur et républicain. Les Amish ne sont que le reflet d'une stabilisation, symbole d'un arrêt du temps. Les Mormons, extrapolation de l'église chrétienne qui s'est intéressée aux générations et à la généalogie dans le monde. Les côtes sont plus démocrates et progressistes avec les universités prestigieuses. L'Américain n'a pas souvent un passeport à sa disposition voyageant dans le pays avec une semaine de vacances au Mexique, mais le plus souvent il restera aux Etats-Unis. Souvent monolingue, il va s'exercer à l'espagnol. La culture et les habitudes européennes lui restent inconnues.

Il l'exige par contre de tous ressortissants étrangers, assortis d'un Visa. Sécurité renforcée jusqu'à la paranoïa oblige.

Mais qu'est-ce qu'un Américain connaît de l'Europe?

Pas grand chose. Il a des noms de villes européennes qui se retrouvent chez eux, alors, pourquoi chercherait-il à s'inquiéter outre mesure.

Pragmatique jusque dans ses relations avec l'étranger en visite chez lui. Une rencontre fortuite avec cet autre va désarçonner celui-ci par l'abordage aisé, la franchise dans ce qui semble une relation forte. "My name is John, were're you from?". Contacts rapides, discussions joviales. Puis retour à case départ en oubliant tout aussi vite que le contact a eu lieu.

Superficialité, caractérisée simplement pour comparer avec son propre statut de vie. Alors, en dehors de son entreprise, l'étranger peut lui parler de politique. Il n'en pensera pas moins après sa visite. Toujours ancré soit républicain, soit démocrate.

En politique, l'Européen a l'habitude de penser et de mettre en opposition droite et gauche. L'Amérique n'a que la droite démocrate et l'extrême droite conservatrice. Tous deux utilisent le pouvoir de l'argent comme seules ressources. Qui a le maximum d'appuis financiers, qui a les meilleurs discours préparés dans le moindre détail par les meilleurs routiers de l'information médiatique, gagne les élections.

Par contre de la religion, il vaut mieux garder ses convictions laïques "à la française" pour soi. Un morceau de religieux plane toujours au dessus de la tête de l'américain, il n'y est pas encore arrivé à la complète laïcité et, parfois, il a un relent de créationnisme en réserve.

Fédération politique qui garde des attaches historiques et privilégiées avec la Grande-Bretagne ou démocrates républicains, plus enclins au confédéralisme. Démocrates contre républicains. La démocratie à l'américaine n'a pas grand chose à voir avec celle que l'on connaît de ce côté de l'Atlantique. Elle est résolument libérale.

Les élections sont souvent mal comprises dans son parcours en plusieurs étapes qui trouvent ses racines dans l'histoire.

Comme, l'écrivait Paul Jorion, ici: "Pour être électeur aux Etats-Unis, il faut prendre l’initiative de s’inscrire sur les registres électoraux et, lorsqu’on entreprend cette démarche, il faut se déclarer «démocrate», «républicain» ou «indépendant». L’affiliation a priori dans un camp où dans l’autre vous donne le droit de participer aux élections primaires du parti dont vous vous réclamez lors des campagnes présidentielles. Ces primaires opèrent au sein d’un parti le tri parmi ceux qui envisagent une candidature à la présidence. Dans la plupart des États de l’Union, seuls les électeurs du parti en question ont le droit de prendre part aux primaires, dans certains autres, tous sont admis, encourageant les «ennemis» à voter de manière à handicaper le candidat qui leur semble le plus dangereux pour leur propre camp. Les indépendants constituent à chaque élection une importante masse flottante et ce sont eux avant tout qu’il s’agit de séduire puisqu’on peut se désintéresser de l’électorat convaincu d’avance. Comme ils glissent selon les cas du camp démocrate au camp républicain ou inversement, on considère a priori que les indépendants sont «centristes».".

La campagne commence dès le début de l'année précédent la prise de pouvoir du président. Souvent, des "caucus", réunissant les électeurs dans chaque camp républicain et démocrate s'organisent. Suivit par un vote dans tous les États pour les "primaires". Éliminer pour ne garder qu'un candidat dans une Convention dans les deux directions traditionnelles. Dans le camp des démocrates, Miss Clinton et Obama se sont bataillés cette fois, jusqu'au bout pour obtenir les voies des Grands Électeurs selon les prédispositions selon les États. Des délégués par État et en fonction de l'importance de celui-ci, sont nommés de part et d'autre pour représenter les électeurs. Mais ce n'est pas nécessairement le maximum de votes préférentiels qui forment le président. Le gagnant d'un Etat remporte tout. Les "Grands électeurs" forment le collège électoral pour voter en principe pour leur parti. Le président et le vice président sortent des urnes dès que 270 voix sont dépassés. Le vice président devient son "backup" et pourra se présenter après les deux mandats de 4 ans si le président parvient à conserver la confiance entre les deux. En 2000, G.W.Busch a remporté la présidence contre Al Gore à cause de cette règle.

"Démocratie, démocratie et demi", pourrait-on dire, par opposition ou par la crainte d'une opposition vis-à-vis d'un autre système de gestion. Fondée au XVIIIème siècle, dans un contexte différent qui justifie malgré tout la situation d'aujourd'hui. On parlait, à l'époque de "the people" sous la suprématie d'un État, loin d'être unis avec les autres. "The people" faisait l'"économie" de prendre en considération les Noirs, les Indiens et les femmes. Des intérêts particuliers cachaient des motivations bien moins égalitaires. Au mieux, une classe moyenne, volontaire, devaient répandre la bonne parole avec un rôle de représentant autonome, fidèle et humble devant un Etat fort.

En 1776, à Philadelphie, seulement, 55 personnes faisant partie des classes les plus riches, minorité aristocratique appartenant jusqu'aux trafiquants d'esclaves, décidèrent de la Déclaration d'Indépendance pour 2,6 millions d'Américains. Une Constitution, en 1787, mélangée avec "Le Fédéraliste" étaient signés. "La République est préférable à la Démocratie" disait James Madison. L'idée: "Le peuple n'est pas en mesure de réfléchir à l'intérêt "général". Les élections présidentielles sont encore emprunts de cette méfiance en envoyant 538 "intermédiaires", Grands Électeurs, dont le nombre est déterminé en fonction de la taille de l'État que chacun d'eux représente.

Nouveau Monde, paradis ou enfer que nous montrent les "feuilletons de Malibu" ou de "Dallas, avec son Univers impitoyable"? Cela dépend, pour qui? Liberté comme leitmotiv jusque dans l'excès mais dans un canevas bien précis. Religieux protestants laissant la porte ouverte aux sectes et aux gourous aidés médiatiquement.

Une histoire longue de 3 à 4 siècles. Tout est bon pour faire de l'histoire. Il suffit de se rendre à Saint Augustine pour le constater.

Comme les Américains prennent leur image dans leur président, il serait intéressant de remonter dans leur histoire.

Je pourrais remonter jusqu'au "number one", George Washington pour remonter dans ce passé qui continue à impressionner dans l'incompréhension d'une vision sous "mirage". Mais une "vie d'homme", dans ses successions d'événements, suffit pour en déterminer le parcours général. Je commencerai donc justement après Herbert Clark Hoover qui a vu couler la première pierre empoisonnée de la Grande Dépression sans trouver lui-même les remèdes avant son éviction en 1932.

(32) F.D. Roosevelt 1933-45 Démocrate

Infirme, il gagne les élections contre Hoover qui prônait trop l'approche "individualiste robuste" trop peu conforme à la réalité de l'époque de crise de 1929. Pour se redresser après la Grande Dépression et redonner l'espoir à la population, il invente la sécurité sociale à l'américaine basée en gros sur les théories de l'économiste John Maynard Keynes. L'homme du "New Deal". Il augmente les impôts sur les hauts revenus. Il installe un contrôle accru sur les banques et remets beaucoup de chômeurs au travail. Il maintient les USA hors de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à l'attaque de Pearl Harbor. Il est le seul président à avoir été élu 4 fois. A la Conférence de Yalta, qui devait décider de l'Europe, il est miné par la maladie et se laisse berner par Staline et Churchill.

(33) Harry Truman 1945-53 Démocrate

Le perdant des sondages qui gagne contre Thomas Dewey qui manque cruellement de charisme. Mal préparé, pourtant, à reprendre le gouvernail après la mort de son prédécesseur à la longueur de règne extraordinaire, il subit les effets de la Guerre froide, de la guerre de Corée, du blocus de Berlin. Il décide de lancer les bombes atomiques basées sur les dire des scientifiques et l'envie d'en finir au plus vite en voyant les retours désastreux de la guerre avec le Japon. Par le Plan Marshal, il espère reconstruire l'Europe. Le "Fair Deal" ajoute des couches à la sécurité sociale, à l'enseignement, à la santé.

(34) Dwight Eisenhower 1953-61 Républicain

Ike pour les intimes. Slogan "It's time to change" après 20 ans de présidents démocrates au pouvoir, il remporte les élections. Après une carrière militaire héroïque aux côté de McArthur et lors du débarquement. Actif sur la scène mondiale, mais reste peu connu chez lui. Fin de la guerre de Corée. Gestion militaire. La classe moyenne mise en place. La Théorie des Dominos lui permet de faire opposition au communisme. Les changements réels en fin de mandat ne sont pas nombreux, ni substantiels. Il a diminué les impôts mais augmenté énormément le budget de la Défense pour contrer la montée de l'URSS. Il fut le premier à essayer de supprimer la ségrégation raciale dans l'enseignement.

(35) JF Kennedy 1961-63 Démocrate

Le plus jeune des candidats. Lors de son intronisation, il lance "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays". Il fait une erreur d'appréciation à la Baie des Cochon à Cuba. Castro s'en retrouve très fort. Khrouchtchev installe des missiles à proximité des USA, épée de Damoclès. Cela mène le monde au bord d'un cataclysme nucléaire dans une partie de poker réglée heureusement par le retrait des missiles. La guerre froide s'entretient en douceur, en tentions et en profondeur. La loi pour l'égalité des droits se construit. L'ère de l'aérospatiale est lancée par lui pour la fin de la décade. La NASA reçoit tous les moyens financiers pour raison de prestige et de revanche vis-à-vis de l'avancée de l'URSS dans l'espace. Il est assassiné et un mythe naît autour d'une commission Warren qui va se conclure avec beaucoup d'imprécision. Le mythe est entretenu par un espoir raté de jeunesse. JFK a été plus un symbole mort que vivant.

(36) Lyndon Johnson 1963-69 Démocrate

Le Vice président reprend les problèmes non résolus. Il signe le "Civil Rights" et le « Voting Right Act ». La guerre du Vietnam commence mais il crée la "Great Society".

(37) Richard Nixon 1969-74 Républicain

Il améliore la politique extérieure. Visite en Chine et Brejnev en Russie. La guerre du Vietnam se termine sur une victoire communiste. La convertibilité du dollar n'est plus fixée. Il est destitué après impeachment suite au Watergate.

(38) Gerald Ford 1974-77 Républicain

Seul président qui n'a jamais été élu. Il tente de maîtriser l'inflation pour relancer l'économie.

(39) Jimmy Carter 1977-81 Démocrate

Sudiste, il prône l'égalité raciale et l'écologie. Il crée 8 millions d'emplois, après une période de mauvaises conjonctures économiques et réduit le déficit public sans pouvoir le faire pour l'inflation. Les otages en Iran chez Khomeini empêchent une partie de son action. Il obtient le prix Nobel de la Paix après les accords de paix entre Israël et l'Egypte, conclus à Camp David.

(40) Ronald Reagan 1981-89 Républicain

Vieil acteur d'Hollywood de films de cow-boys sur le retour. Autre style que Jimmy Carter. Très populaire, il installe le show médiatique dans son action avec l'optimisme du rêve américain. Il relance la croissance après une faible croissance plombée par une inflation galopante. Augmenter les bénéfices, il baisse les dépenses publiques et augmente les dettes de l'État, mais augmente le budget de la Défense (35%en plus) en pensant à un rêve de bouclier antimissile IDS dans un anticommunisme de chasse aux sorcières jusqu'à l'arrivée de Gorbatchev. Ses discours sont pourtant à mettre entre parenthèses aujourd'hui: "The economic ills we suffer] will go away because we as Americans have the capacity now [...], to do whatever needs to be done to preserve this last and greatest bastion of freedom. In this present crisis, government is not the solution to our problem ; government is the problem. »)"

(41) George H Bush 1989-93 Républicain

Il entraîne les Alliés dans une première guerre contre l'Irak. Il augmente les impôts pour la payer. Il assiste à la chute du mur de Berlin.

(42) Bill Clinton 1993-2001 Démocrate

Il diminue le chômage et la criminalité. Le budget en équilibre depuis longtemps lui permet d'ouvrir la bourse pour des projets plus sociaux. Les Accords de Dayton, Camp David et le rapprochement des Israéliens et des Palestiniens sont à son actif. Il chasse avec les Alliés les Serbes du Kosovo. Ses relations intimes avec Monika, qu'il avait niées, vont le contraindre à prendre plus de réserves car une procédure d'empeachment était lancée contre lui.

(43) George Walker Bush 2001-2009 Républicain

0.jpgBaisse d'impôts. Religieux, il est contre l'avortement et les homosexuels. Son refus vis-à-vis du Protocole de Kyoto le rend mal aimé en Europe. Le 11/9/2001 lui permet de se lancer seul en guerre contre un terroriste qui aurait des armes à destruction massives en Irak. Déficit record destiné au Département de la Défense en Irak. La guerre d'Afghanistan avec les Talibans était une mise en bouche laissée, inachevée, aux bons soins des Européens. La faillite du système financier dans un nouveau crash créé par les subprimes dont on ne connaît pas les limites. Les banques sautent. Par deux fois, les européens étaient mieux disposés vis-à-vis d'Al Gore et de John Kerry

 

(44) Barack Obama, démocrate contre McCain, républicain 2009-...

En présence, Barack Obama, 47 ans, challenger des Républicains, le "Kennedy noir", classé 3ème sur la liste des cent personnes les plus influentes au monde et John McCain, 72 ans, vétéran du Vietnam qui, élu en 2009, serait le plus vieux lors de son élection et aussi 5ème sur la même liste toujours d'après le Time. 

0.jpgD'après les Américains, le plus mauvais président fut le 29ème, le Républicain, Warren Gamaliel Harding (1921-23). Considéré comme une marionnette du monde des affaires qui a laissé progresser la corruption avec des discours creux. Son successeur (30), le Républicain, Calvin Coolidge (1923-29) a joué sur le velours avec une croissance générale sans rien faire, laissant le crash de la Grande Dépression à son successeur. Le plus populaire, Ronald Reagan qui respirait la confiance en soi et qui s'est entouré de collaborateurs de haut niveau. Le mythe fut pour JFK.

En 2000, G.W. Bush, pour contrer les démocrates qui laissaient l'Amérique à la hauteur de ses ambitions avec une croissance constante depuis plusieurs années et un budget excédentaire, avait protesté contre les interventions à l'étranger de l'administration Clinton qui se devait de recréer une nation plus "humble". Après ses deux mandats, avec un déficit record et la crise des subprimes, les USA réapprennent désormais l'humilité forcée. La Russie tourne le dos à l'OMC avec ses 8% de croissance. La Chine et d'autres pays asiatiques prennent, depuis 8 ans, leur revanche en copiant le système capitaliste. Entre-temps, la contamination du virus américain s'est répandue, minant toutes les économies du monde.

Comme on le voit, le balancier Républicain-Démocrate fonctionne selon une alternance entre période de croissance ou de décroissance, entre ouvertures et replis des 0.jpgvues sur le monde. "Une croissance bien régulée dans le sens de l'intégration de l'ensemble de la population", comme le proposait récemment encore Joseph Stiglitz serait à recommander. Une législation antitrust comme remède de cheval. Le protectionnisme reaganien, l'autorégulation prônée par Bush ne fonctionnent plus quand on pavoise à l'OMC et que la complexité des marchés augmente. A long terme, comme disait la célèbre formule de Keynes, c'est la mort.

L'héritage de Bush ne laissera, avec le temps, pas un souvenir impérissable aux Américains et au monde. 0.jpgIl a fallu seulement le deuxième mandat pour s'en rendre compte. Une récession, l'augmentation du chômage devront trouver une autre solide stratégie pour rétablir la confiance perdue dans le "système économique globalisé". L'Américain est reconnu comme étant pragmatique et change sa politique par coups de tête, sans trop tergiverser, n'hésitant pas à tourner le dos à ses propres thèses. Au vu du clash, de la crise des subprimes commencé en février 2007, poursuivi par le crash mondial du système financier et des banques qui, pour une fois, prouve ne pas être à la hauteur de ses ambitions.

0.jpgGW Bush fait passer des réglementations avant de quitter la Maison Blanche (31/10/2008). Le 28 octobre, Arte présentait le film documentaire "Being W." par Karl Zero et Michel Royer. Aura-t-il détrôné Warren Gamaliel Harding?Aux élections du 4 novembre, en présence le démocrate Barack Obama avec Joe Biden et le républicain John McCain avec Sarah Palin. Match du futur contre le passé? Le monde a déjà choisi. Reste l'Amérique à le faire. Yes, we can.

Alors, nous Européens, ce "vieux" continent, même si nous ne marchons pas sur ses plates bandes du pragmatisme, pourquoi ne pas proposer de chanter : "Amérique, ta démocratie était impitoyable, mais, cette fois, "Mets de l'huile".

0.jpg

 

Riche comme un président américain... Oui, bien sûr. Mais si on rapprochait les richesses en recalculant à un taux commun, ce serait G. Washington, premier président des USA qui avec ses 525 millions de dollars qui tiendrait la palme.

0.jpgImportant propriétaire terrien qui avait 300 esclaves à son service. Son épouse, Martha, à l'origine.

Il y a eu les héritiers de familles fortunées comme J.F.Kennedy avec 1 milliards de dollars, mais qui n'a pas pu en profiter.

Les Hooper et Johnson sont les seules à construire leur fortune.0.jpg

Quant à Bill Clinton qui arrive dans les dix premiers, ce sont ses livres et les invitations qui le font monter sur le podium.

G.W.Bush avec ses 35 millions de dollars ne s'y trouve pas. 

 

0.jpg

2.jpg

1.jpg

 

L'enfoiré,

 

Sources: "Le Vif L'Express", "Le monde diplomatique", et personnelle.

 

Citations:

  • « Chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux d'une Amérique imaginaire qu'on croit être là mais qu'on ne voit pas. », Andy Warhol

  • « Il n'y a pas de chute de l'Amérique pour la simple raison que l'Amérique n'a jamais été innocente. Il est impossible de perdre ce qu'on n'a jamais possédé. », James Ellroy

  • « Pour les Européens, la vie est une carrière ; pour les Américains, c'est un hasard. », Mary McCarthy

Commentaires

L'enfoiré
Bravo 2 fois : 1 pour ce super travail de résumé ; 2 pour m'avoir totalement surpris dans le discours sans concessions.

L'anti américanisme primaire est une réaction de peur et d'aversion d'une société sans système social tel que nous le connaissons .

Retenons le positif des USA.
Une grande réactivité .
Un protectionnisme économique qui impose fermement les règles du jeu sur les produits d'importation.
Une liberté d'entreprendre.
Une capacité à offrir des portes de sorties, la possibilité de changer 15 fois de métier n'étant pas perçue comme une tare mais une volonté .
Des facultés vivant quasi en autogestion, ouvertes sur le monde de l'entreprise .
Une législation qui laisse beaucoup d'indépendance aux gouverneurs des états (à garder pour l'europe).

Plus surprenant de ma part :
Un certain patriotisme et une cohésion entretenus par la façon moderne de pratiquer une religion avec de l'action sociale à tous les niveaux .
Brassens chantait "sans le latin la messe nous emmerde", en 2008 comparons l'église américaine et la Française, il n'y a pas photo !
Quand j'entends les églises américaines le dimanche j'ai envie de sourire et de chanter, en france j'ai envie de pleurer ...
Leur pratique est tout sauf sinistre et catastrophique, la mentalité est différente .
Amstrong chantait l'espoir pendant que nous broyons du noir.

Conclusion ce pays n'est pas celui de Candy où tout le monde il est gentil, loin s'en faut .
La donne est tout de même plus claire que sous nos latitudes, le mythe de l'état providence n'existe pas, chacun sait à quoi s'en tenir sans rêver.

Ni le capitalisme ni le communisme n'ont fait leurs preuves .
Nous avons une voie juste à trouver désormais, cette crise pourrait inciter à y réfléchir.

Ce qui viens de se passer, c'est la prise d'otage involontaire de l'état par les circuits financier .
Il y a de quoi donner des frayeurs au prochain président des USA.
Peut être de tout ça pourrai donner l'envie de ne plus pourvoir être pris en otage ....

Écrit par : Liberty | 05/10/2008

Salut Liberty,

Grand merci pour l’appréciation élogieuse.
Quand j’analyse une situation, je vais dans le détail de mes souvenirs en y greffant en plus l’expérience et les idées des autres.
J’y ai été 2 fois seulement mais j’ai bien écouté. J’ai beaucoup d’anecdotes à raconter que je ne pouvais évidemment introduire. J’ai eu aussi quelques trente ans d’expérience presque quotidiens avec nos amis américains. Donc, il y a quelque chose qui reste et qui en ressort.
J’ai fait cette analyse avec les Chinois. Je n’y ai jamais été. Donc, je me devais de me référer surtout à des gens qui y ont vécu.
Non ne sommes pas la septième merveille du monde sur notre vieux continent. Ils ne sont pas la huitième sur leur nouveau monde.
Réactifs, les Américains, tout à fait. On change quand on sent qu’on dérape. Cela se fait à 180° si c’est nécessaire. En Europe, on vire de quelques degrés. Avant l’OMC, quand le Japon attaquait sur le champ des automobiles, il y a eu protectionnisme. Quand la Chine a montré son nez dans le domaine des textiles, cela a bardé. Le Yuan devait changer sa parité pour correspondre à la valorisation américaine du dollar.
Regarde ce qui se passe récemment avec le contrat entraînant Boeing et Airbus avec les avions militaires.
Cela change dès que le bénéfice de rejeter l’adversaire est plus important quand on le laisse entrer. L’offshore outsourcing est du genre. Le low cost, on peut s’y acclimater, pas le manque de mains d’œuvre bon marché pour réaliser la production.
La souplesse du travail est imposée d’office. Beaucoup d’Américains travaillent avec plus de 50 kms de déplacement pour aller au bureau. Quand c’est trop loin, il y a l’avion et le départ du lundi au vendredi du home sweet home.
Changer de métier n’est absolument pas un problème et on sait attendre ta formation dans le nouveau job. On investit pour toi et aussi pour le chef de l’entreprise.
Les législations sont très différentes d’état en état. Le pourcentage de taxe est adapté en fonction des Etats.
Le patriotisme est l’agent de coalition de l’état. La foi dans la religion est l’espérance spirituelle. « God bless America », jamais Europa. Tu ne verras que peut de gens qui parlent en critique de politique comme tu peux en trouver en France.
Le rêve, c’est toujours d’avoir plus de bien matériel pour la famille et pour rassembler les amis du quartier. La banque prête au meilleur taux. On peut même acheter autre chose avec la différence. Le rebond sera dans le nouveau président. Un peu de patience. Ce ne sera pas un quinquennat, à peine 4 ans et si cela ne marche pas, on trouvera une « Gate » avec Water ou autre chose devant.

Écrit par : L'enfoiré | 05/10/2008

L'enfoiré
Tu as mis le doigt sur une chose qui me choque : la critique politique.
Dernièrement j'avoue avoir été assez colère de voir notre assemblée nationale, le PS critiquant systématiquement toute action du gouvernement (même les mesures qu'ils réclamaient eux même),
C'est incohérent et peu constructif .
Aux USA nous avons vu, tant Obama que Mc Cain, faire un seul homme pour le plan Paulson, visant l'intéret général plus que les querelles de clocher .
Ils se sentent américains comme nous devrions nous sentir européens. (le cas Merkel était parlant)

Je ne puis que confirmer mon secret espoir de voir cette crise changer les règles du jeu .
Un plus grand contrôle des banques serai bienvenu.
Mon idée de label "prêt à investissement clair" pourrait permettre de prêter à d'autres banques en sachant que les actifs serviront à alimenter une économie moins lucrative que les "junk funds" mais bien moins risquée.
Pourquoi pas pour la banque prêteuse, savoir quels investissements sont faits avec ce qu'ils prêtent ?

C'est un ensemble qui pourra redonner confiance aux circuits financiers .

Pour la mobilité géographique nous en sommes loin, le prix de l'essence n'est pas le même, les contraintes également.
Pour nous donner de la mobilité il faut également nous en donner les moyens .

La consommation comme seul facteur de développement économique est une visée à court terme, nous pourrions imaginer une consommation avec une rentabilité fiancière sur le long terme .
Il suffit de regarder les postes de dépense pour le comprendre, si la consommation induit des conséquences économiques sur la santé publique ou sur l'écologie, au final nous la payons très cher, mais plus tard . (pour soigner et nettoyer)

Un commerce raisonné et raisonnable en légiférant sur ce qui coûte le moins sur le long terme .
Les états européens raisonnent trop sur le court terme : Consommez n'importe quoi pour alimenter l'économie donc la croissance, donc que j'ai un bon bilan après mes 5 ans, ensuite "je refile le bébé au successeur.. ."

Il faut l'admettre l'économie ne changera pas à 100%, les pays en développement ne sont plus en occident .
Donc désormais il nous faut changer de mode de raisonnement, le ralentissement économique occidental est inévitable, autant en faire un ralentissement choisi plus que subi.
Ralentir ce qui coûte cher à la collectivité au final.
C'est la seule forme de protectionnisme qui vaille .

L'offre s'adaptera au marché si elle n'a pas le choix, limiter les matières grasses, interdire les graisses trans, limiter le sel, le sucre, tous le produits ayant un impact sur la santé mais qui réduisent les coûts de production.
Bref, avoir une réelle politique de développement durable et de santé publique .

Il faut redonner des rèles européennes à tous les circuits financiers et de la consommation pour viser le long terme .
Si nous investissons sur le long terme nous pourrions voir des investissements étrangers arriver sur nos marchés, parce que nos marchés seraient plus sûrs .

Exemple : Investir dans des entreprises qui ne risquent pas de voir leurs produits interdits tôt ou tard est moins lucratif mais plus rassurant.

Je suis convaincu que nous pourrions réussir ce challenge si les états européens arrivent à ce concerter et légiférer sur le sujet .
Ce que nous perdrons en consommation nous l'économiserons sur la santé, les produits plus sains arriveraient sur le marché puisqu'il y aurait une demande .

Là je rêve peut être ...

Écrit par : Liberty | 06/10/2008

Liberty,

Voilà peut-être encore une différence avec la France. Les coups bas en dessous de la ceinture se font pendant la période pré élection aux USA. Palin qui a lancé que Obama faisait copain copain avec les terroristes. On dit n’importe quoi et cela passe. On creuse dans le passé la moindre incartade, du candidat ou de sa famille surtout plus on s’approche du bout. Les dernières cartes volent bas. On l’a fait en France, mais très peu. On le fait maintenant, en France, mais avec effet retard. Où sont les rêveurs ?
Le Plan Paulson n’a pas été accepté dans sa première mouture par les Républicains.
Tout le monde est conscient aujourd’hui que la situation doit changer. Mc Cain a un handicap majeur, la Maison Blanche abrite un républicain très impopulaire actuellement. Mais c’est tout. Une partie de l’Amérique est affreusement conservatrice, bien plus que ne le pourrait être un européen. On tient à ses amendements pour garder ses armes à la maison. On prie pour qu’on ne les utilise qu’à bon escient.
La mobilité est obligatoire aux States. Si tu marches sur un trottoir, la police te demande ce que tu y fais. Les distances entre les villes sont énormes. Circuler est vital, donc le pétrole l’est aussi. Los Angeles, tu peux y vivre dans un quartier sans jamais connaître l’autre.
Je l’ai survolé, je sais ce que c’est. Tu ne peux imaginer dans ce cas ne plus avoir de pétrole.
Je reviendrai pour le reste de tes commentaires.

Écrit par : L'enfoiré | 06/10/2008

Liberty (suite),

Une rentabilité sur le long terme, c’est ce qu’on appelle pompeusement aujourd’hui de « Développement durable ». Je me suis amusé dans un texte jamais paru à analyser les mots.
Parce que le problème, on énonce une théorie, mais de là à mettre en pratique. On fait de beaux schémas… Elle tourne autour de l’écologie : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_durable
En fait, on fait déjà la première partie du chemin : on cherche le moins cher, mais on ne le fait que sur le court terme.
Quand tu vois la durée de vie d’un politique au sommet, d’un GM d’une multinationale et le besoin de répondre par trimestre, il n’y a pas moyen de travailler dans le long terme.
C’est un virage complet en ce domaine.
Ralentir ce qui coûte cher ? Cela dépend de la rentabilité finale et globale. L’Art coûte cher et pourtant si tu fermes les robinets, tu perds toute l’émotivité pour ne garder que le technique.
Pourquoi crois-tu que je comprenne parfaitement les artistes qui veulent vivre de leur art et que l’on veut mettre au pain sec sans rentrées financières comme un chômeur ?
La santé, vaste sujet. Elle n’est pas une science exacte du tout. Un médicament qui marche avec toi, ne marchera pas avec moi. Ce n’est pas aussi simple.
Les entreprises qui risquent de faire un « bide » avec leur production. Cela arrive tous les jours. C’est ce qu’on appelle un « test » de validité dans notre métier à tous deux.
Les produits interdits comme l’opium existent parce qu’on en a besoin aussi pour la médecine. Donc pas question d’oublier cela. Il y a parfois plusieurs finalités aux produits.
Cela fait partie de la diversité dont on pourrait aussi un jour tirer un profit qu’on n’avait pas remarqué de prime abord.
L’évolution a et fera une foule d’erreurs dans son progrès. L’homme progressera aussi par coups de sondes. La demande d’un produit vient de l’imagination et du rapprochement avec les besoins d’un moment et pas nécessairement du tien et du mien.
Donc, réfléchir avant tout pour réduire les bévues d’accord, mais faut pas rêver, aussi.
L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Écrit par : L'enfoiré | 06/10/2008

Effectivement, la rentabilité calculée par trimestre est hérétique, ce qui prouve que les marchés financiers ont besoin de confiance mais ne font pas confiance .

Ralentir ce qui coute cher, j'entendais par là ralentir les usages de produits posant des soucis de santé publique et de déchets écologiques .

Nous savons parfaitement les abus de produits inoffensifs à faible dose mais dangereux à haute dose .
Exemple la pizza du supermarché qui contient la totalité des apports journaliers en sel .(il y a des dizaines de cas du genre, nous faisons pareil avec les graisses)
C'est certain vendre le sel ou de la graisse au prix de la pizza c'est lucratif mais au final ça déclenche des maladies longues et coûteuses .
Les emplois ne sont pas menacés, seules les recettes de cuisine sont menacées .

Les pertes existeront, nous ne demandons pas de ne plus produire mais de produire de meilleure qualité quitte à la payer, afin de ne pas déclencher des maladies graves et coûteuses pour la communauté.

Bien entendu je n'ignore pas que nous ne sommes pas tous égaux physiologiquement, mais le principe de précaution devrait donner des limites aux recettes industrielles.

Tout comme les états devraient donner des limites au système financier, qui paye la facture à la fin ?
Le citoyen et l'état, quoi qu'il arrive nous subissons les conséquences en bout de chaîne, il serai normal que nous ayons notre mot à dire .

Donnant donnant, plus de libéralisme mais plus de contrôles et de règles aussi .
Je rêve surement mais la crise actuelle est une opportunité pour essayer d'agir autrement, il faut profiter de cette crise plus que de la subir .

Écrit par : Liberty | 07/10/2008

Liberty,

Pour faire confiance, c’est vrai, il faut montrer l’exemple en ouvrant le crédit entre les banques.
Il faut aussi clamer le jeu pour ne pas sombrer.
Jouer au poker, c’est fini pour un temps plus long que prévu.
Payer au juste prix. La fameuse relation « prix - performance ». Je mes souviens d’un vendeur d’une grande surface qui avait oser dire « il faut être riche pour acheter trop bon marché ».
L’Etat, c’est plus « lui » (Louis XIV) mais nous. Absolument.
« Il faut profiter de cette crise plus que de la subir »
Merci, pour cette conclusion. Sinon, c’est toujours reculer pour mieux sauter.
Je ne sais si tu te souviens de mon article « Enfin, la faim », absolument en contre-pieds.
Mon dernier jouait dans le même effort.

Écrit par : L'enfoiré | 07/10/2008

L'enfoiré
Nous pouvons profiter de cette crise la preuve : Les Anglais profitent pour nationaliser partiellement les banques .

Je pense que le choc sera encore rude à l'avenir, nous n'avons pas fini de payer les conséquences de cette crise .

C'est exactement le moment pour les états qui mettent la main au portefeuille de pouvoir imposer une régulation .

Vu ce que tout le monde a perdu, il est temps non seulement de se concerter entre européens mais aussi avec les américains pour se prémunir contre ce genre d'événements .

La crise immobilière aux USA est compréhensible puisqu'il y a plus d'offre que de demande à cause des junk funds.
La chute des valeurs immobilières en France est moins logique puisque le marché n'a pas changé, tout ce qui a changé c'est la difficulté à trouver du crédit . (moins de demandes uniquement)
Ceci n'explique absolument pas que des biens immobiliers perdent un tiers de leur valeur içi.(l'offre n'a pas augmenté)

Ce qui prouve que l'immobilier était plus que sur-évalué ...

Là aussi il y aura des comptes à rendre et des leçons à en tirer.
Le marché était déconnecté de la réalité .

Nous allons devoir jouer enfin "au juste prix" ...

Écrit par : Liberty | 07/10/2008

Liberty,

Pas beaucoup à ajouter à ce commentaire.
Les junk bonds n'ont pas de liens directs avec le problème de l'immobilier.
Les "junk bonds" sont parfois dus à un mauvais rating ou trop élevés émis par les organismes d'évaluation comme Moody's et Standard and Poor's. Tu sais les AAA qui deviennent progressivement des BBB- dans le temps, sur lesquels se basent toutes les banques pour conseiller leur clients.
Ces rating sont toujours basés sur les années précédentes. On en donne un PER (Price Earning Ratio). si ce ne l'était pas, on pourrait parler de délits d'initiés. Aux USA, on a tenté de résoudre le problème en demandant des résultats consolidés par trimestre. Résultats plus aucunes prévisions à long terme.
L'immobilier, c'est un problème d'ouverture à la propriété aux plus de gens possibles sans régulation, sans recherche de la solvabilité. Des taux d'intérêts bas au départ mais qui montent après quelques années. C'est magnifique tant que la conjoncture reste positive. Dans le cas contraire, les maisons en garantie reviennent aux banques qui ne savent plus les vendre. Tel est pris qui croyait prendre.

Écrit par : L'enfoiré | 07/10/2008

Tout le monde sait, depuis le 4 novembre, que Barack Obama sera le 44ème président des USA.
Pragmatisme, le dollar reprend de la vigueur sur l'euro.

http://www.lesoir.be/actualite/economie/fortis-et-kbc-tirent-la-2008-11-11-660260.shtml

Écrit par : L'enfoiré | 11/11/2008

Guy,

Oui le dollar reprend de la vigueur sur l'Euro, mais tout laisse penser que :

1/ Nous avons été moins touchés que les USA.

2/ Le conséquences de la crise n'en sont qu'à leur début.

3/ Les effets d'annonce sont vitaux pour redonner confiance dans le marché.

4/ Les USA ont besoin d'être en position de force pour le G20.

5/ L'économie des USA est totalement bouleversée, restructuration, nationalisation, décentralisations, virage de stratégie commerciale à 180°.

Pragmatiques et réactifs oui, mais attendons un peu le bilan d'ici quelques années avant de nous prononcer.
C'est comme le poker, le bluff fais partie du jeu ;-)

Écrit par : Liberty | 12/11/2008

L'enfoiré

Pour avoir vécu toutes ces années à côté de l'Oncle Sam, pour l'avoir visité plus d'une cinquantaine de fois, pour avoir passé quelques jours en été et parfois en hiver avec les parents aux États-Unis, j'aime bien ce portrait de l'Amérique. (Je préfère dire : les États-Unis). Perception assez juste d'une société à l'image d'American Express (la première carte était une carte comptant : il fallait rembourser la totalité de la facture dès réception).

Bravo. Un site que je vais inscrire dans mes prochains articles au titre de référence.

Amicalement

Pierre R.

Ecrit par : Pierre R. Chantelois | 22/01/2009

Pierre,

Deux visites sur place, Floride en 81, l'Ouest en 93.
Par contre, il y a des mails et des contacts téléphoniques qui ne trompent pas sur les personnalités.
C'est vrai la confusion entre Amérique et Etats-Unis est réelle. On parle des Américains et pas des Etatsuniens.
Merci pour l'info, l'American Express n'était donc pas une carte de crédit, au départ. J'ignorais. Travaillant pour les Américains, c'était la seule carte acceptée pour les frais, mais elle était comprise dans le package des allocations. En France, elle est encore loin d'être acceptée partout.

Ecrit par : L'Enfoiré | 22/01/2009

Écrit par : Pierre R | 30/01/2009

Riche comme un président américain...

Parmi les présidents américains encore en vie, c’est Bill Clinton qui est le plus fortuné.
Oui, bien sûr. Mais si on rapprochait les richesses en recalculant à un taux commun, ce serait G. Washington, premier président des USA qui avec ses 525 millions de dollars qui tiendrait la palme.
Important propriétaire terrien qui avait 300 esclaves à son service. Son épouse, Martha, à l'origine.
Il y a eu les héritiers de familles fortunées comme J.F.Kennedy avec 1 milliards de dollars, mais qui n'a pas pu en profiter.
Les Hooper et Johnson sont les seules à construire leur fortune.
Quant à Bill Clinton qui arrive dans les dix premiers, ce sont ses livres et les invitations qui le font monter sur le podium.
G.W.Bush avec ses 35 millions de dollars ne s'y trouve pas.

Écrit par : L'enfoiré | 19/02/2013

Les commentaires sont fermés.