Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2020

Faut pas prendre les cons pour des gens (1)

0.PNGBonjour à tous et toutes (ou vice versa) confinés,
Nous sommes en période de confinement à cause de ce putain de virus en et à couronne de laurier, ce fantôme masqué.
On nous a mis en prison, privé de liberté, avec comme les vrais prisonniers, une promenade dans la cour de la prison qui est seulement, dans ce cas, étendue à un kilomètre à la ronde pour seule différence.
Ce matin, j'ai entendu qu'il y avait des bandes dessinées avec ce titre.

Alors, m'est tout de suite revenu des souvenirs...


Si vous êtes lecteurs de ce blog, vous avez compris que l'humour trash et parfois très noir peut faire partie de mes longs billets construits par l'intégration d'analyses plus sérieuses. J'aime le drastiquement drôle. Alors j'ai décidé de sortir quelques exemples de ce genre de parution de manière plus fréquente. Pas pour faire de la pub. J'aime écrire mais je peux pas ou je sais pas (désolé, mais en belge, 'pouvoir' et 'savoir' sont deux mots qui se confondent très facilement)... dessiner. Dans le cas contraire, peut-être aurais dessiné des bandes dessinées plutôt que d'écrire des textes qui ne sont plus dans l'air du temps. Alors, j'ai appelé des spécialistes pour introduire une note parallèle à ce que j'écris.
Il y a un billet qui m'a beaucoup servi pendant ces 15 ans de vie de ce blog,
Il s'appelait "Le prestige d'être simplement 'con'", dans lequel le nom "Pignon" apparait très souvent.
J'ai travaillé dans un secteur où on ne mangeait pas et où on ne se mouchait pas avec le dos de la cuillère,
"Aller avec le dos de la cuiller" est une expression française qui signifie faire les choses directement et sans restriction. A l'origine cette expression Française supposait que personne ne pouvait manger aisément avec le dos de la cuiller. Et utiliser sa cuiller à l'endroit permettait de souper commodément,
Quand je me souviens de ce billet "Un autre monde est possible", j'ai la larme à l’œil.
Pas de tristesse, mais de sourires contenus.
J'ai eu l'impression que certains se sont sentis tellement sérieux qu'ils allaient m'émouvoir en faisant péter la cafetière.
Désolé pour ceux-là, je ne suis pas celui que vous croyez, enfin plutôt que vous pensez, parce que, mécréant notoire, le mot "croire" est sorti de mon vocabulaire.
Qu'on se le dise, je n'aime pas les puristes et ceux qui deviennent intégristes à force de pratiquer leur pratique sans douter.
"Être sans conviction" de gauche, de droite, d'en haut, d'en bas, comme je le suis, encore un concept de vie qui a suscité des critiques acerbes qui toujours ont été détournées.
Comme je l'écrivais récemment, dans n'importe quel parti, je me serais senti très vite à l'étroit.
Mais je suis "laïque", généraliste et éclectique. C'est à dire que j'accepte toutes discussions parfois à la limite de l'acceptable tant qu'on reste dans les limites d'une ligne rouge.
Cette putain de ligne jaune, si vous saviez combien de fois l'ai-je dépassé pour connaitre la résistance d'un interlocuteur, vous ne pouvez l'imaginer.
Un jour, un grand copain de jadis (il a disparu corps et biens) m'a appris l'histoire et l'existence de Sun Tsu et de "l'Art de la Guerre".
Sa leçon a été une nouvelle règle de conduite personnelle.

La doctrine de Sun Tsu : « la meilleure manière de combattre l’ennemi, c’est de le connaître ».
Mais il n'y a pas qu'en période de confinement que l'on se cache pour être heureux,
Il y a aussi une certaine hypocrisie qui même si elle n'est pas revendiquée, existe de fait.


Il y a confinement et finement con à prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages au col_vert.

Il suffit de jeter un coup d’œil aux "A propos" des écrivains et commentateurs en herbe. La mention "Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description" apparait dans quelques 80% des cas.
Le site n'a pas encore compris qu'une mention plus explicite devrait être demandée d'entrée de jeu.
S'il y a quelque chose qui est dit et qui est interdit par la loi, retrouver son auteur n'est pas très difficile.
Alors pourquoi aucune mention pour se définir quelque peu?
Ce n'est pas un CV que l'on demande, il ne faut pas se faire engager quelque part. Les places sont prises sur les forums comme ailleurs.
Comme j'ai écrit, bientôt il faudra payer de ses deniers pour obtenir un travail en achetant des actions de l'entreprise qui vous embauche et que vous devrez "aimer" et "soutenir" avec fierté et financièrement lors du contrat.
Non, lors d'une inscription dans un forum, avoir une petite description personnelle, c'est seulement pour ne pas nager dans le brouillard et la choucroute.
Ce ne serait pas trop mal s'il y avait en plus quelques données personnelles qui s'ajouteraient pour savoir à qui on a affaire.
Plus la conversation devenait tendue dans ce genre de forum, plus j'en ajoutais une couche.
Mon interlocuteur devenait de ce fait "ma victime".
Ne jamais attaquer de front est une tactique de sécurité quand on ne connait pas son adversaire.
La meilleur connerie, la meilleure blague et le meilleur fou-rire sont ceux que l'on ne prépare pas, qui d'où on ne sait.
J'ai eu une collègue avec qui j'ai rigolé presque toutes les heures. J'en ai parlé dans un billet qui s'appelait "Rendre à César".
Elle disait que j'avais toujours quelque chose à mettre dans le trou.
Ma feinte la plus récente fut une réplique inattendue.
"Avec ce confinement, il y a du monde devant le magasin une demi-heure avant l'ouverture", dis l'un.
"Ben, oui, ils étaient là parce qu'ils attendaient Johnny Halliday, parce qu'on avait oublié de leur dire qu'il était mort depuis deux ans", répondis-je.
Je n'ai fait pouffé de rire qu'une personne sur deux.
Je n'aime pas ce qu'on appelle le "politiquement correct" très souvent appris dans les collège de l'éducation judéo-chrétienne.0.PNG Les étudiants vont se MOOCe de l'univ jusqu'en juin sur l'écran noir de leurs nuits blanches là où on se fait son cinéma.
Parfois, il y a des interlocuteurs qui se disent athée et quand on voit ce qu'ils écrivent, cela sent la "fleur bleue" de cette éducation.
Vous ne savez peut-être pas que dans les forums, on se nomme très souvent par des pseudos les plus alambiqués ou même par des noms d'emprunts pour noyer le poisson qui ne correspondent pas à ce qui est écrit sur la carte d'identité.
Pierre Chantelois, le Québecois, a signé par un pseudonyme aussi qui paraissait son véritable nom.
Son dernier billet sur son blog "Les beautés de Montréal" date du 28 avril 2013.
J'aimais beaucoup son site de photos et sa manière d'écrire en littéraire confirmé.
Quand m'est arrivé les réflexions de Pierre le Québecois, Sun Tsu a pris ma défense en commentaire avec ce commentaire: "Sourire si cela semble déplacé, non pas par indifférence, par mépris ou par plaisir mais parce que tout cela me semble bien 'jeune' pour les personnes que nous sommes. Apprendre à se connaître un peu, ne pas se formaliser qu'un "enfoiré" soit un "enfoiré". Prendre ses distances quelques jours le temps de faire le tour du bocal et d'oublier. Un poisson rouge a une mémoire de trois secondes, le temps de faire le tour du bocal, il a oublié. Oublier très rapidement car un enfoiré reste un enfoiré qui s'il ne plaisait pas tel quel, voilà des années qu'on ne lui parlerait plus. L'amitié c'est tout ça: Connaître assez bien l'autre pour en admettre les défauts qu'on ne supporterait de personne d'autre.
Ça ne s'explique pas et ça ne se met pas en équation, c'est une alchimie imprévisible. Savoir qu'au boulot, un enfoiré et soi, ça ferait de bonnes grosses étincelles. C'est dingue, le décalage entre la façon dont on se perçoit et la façon dont les autres nous perçoivent, femme, famille, amis proches y compris. Ne pas être épargné par la maladie du décalage de perception, c'est avouer se percevoir comme un gentil géant vert, là où sa compagne et tout son entourage font atterrir "Déconnes pas Bébert, t'es pas un Bizounours. Tu fous la trouille aux gens sans même t'en rendre compte. C'est assez désagréable à entendre pourtant de se faire à la réalité des autres puisque c'est d'eux qu'il est question ... Vivre et côtoyer un enfoiré, c'est 'à prendre ou à laisser', on ne peut pas s'étonner que certains 'laissent' si on ne s'étonne pas que certains 'prennent'. (et vice versa, ainsi va la vie). Dommage, mais, la vie est faite de rencontres, de pertes de vue, de séparations plus ou moins rock'n' roll ... Il y a rien à en dire, c'est tout simplement la vie même si parfois "ça nous troue le cul".
Nous sommes tous des petites bestioles de sensibilité et d'interprétations ne nous en déplaise, donc il faut respecter le fait de ne pas avoir les mêmes 'sensibilités et interprétations'. C'est quasiment du Darwinisme de la relation humaine. Ce Darwinisme de la relation humaine fait en sorte que l'on ne se débarrasse pas du plancher, c'est peut-être pas un cadeau mais vu de sa fenêtre, cela n'est pas mal.
Faire un procès comme procureur, c'est faisable mais l'enfoiré n'apprendrait rien qu'il ne connaisse déjà sur lui même. Les chemins se recroisent, peut-être, cela fait partie des surprises de la vie".
J
e ne pouvais dire mieux.
Je ne suis pas littéraire de formation et plutôt, scientifique et très numériquement vôtre.
Je retiens mieux les chiffres que les noms propres pour les associer avec la tête correspondante.
Peut-être est-il besoin au sujet de cette crise sanitaire des avantages et des inconvénients de notre sacro-sainte démocratie.
En Chine, au sacro-saint parti unique, la décision de mettre tout le pays en quarantaine n'a pas nécessité de passer par une foule d'autorisations et de tergiversations pour être décidée quand l'urgence le nécessite et quand elle a fait l'erreur de ne pas considérer l'alerte d'un de ses médecins.
Le philosophe Mathieu Pelletier rappelait cette différence: podcast.
Je sens que le site "Les mots délicieusement surannés" va me servir plus d'une fois dans ce genre de courts billets de la catégorie "Parodie et humour".
Utiliser un pseudo, je m'en fous et je les ai utilisés au moins trois "L'enfoiré", "Eriofne" et récemment "Allusion".
Pour certains, je suis une "grande gueule".
Ce qui m'amuse encore plus et m'incite encore plus à le prouver.

Commençons par le dernier Cactus
podcast.
Vous êtes prévenu, on va désormais mettre bas les masques du haut moral en mettant les masques sur la bouche contre cet enfoiré de virus dont on ne sait quasiment rien par manque de recul.


Pour une fois, je signerai...

Guy

 

Le temps du confinement:podcast

L'origine du mot "quarantaine":podcast

Dans la région d'en bas, il y a "P" comme papier "Q" comme cuvette:
podcast

Corona suite (n+1):podcast

Commentaires

"Le Covid-19 Un point complet sur la maladie" par Bernard Dugué

La doctrine de Sun Tse : « la meilleure manière de combattre l’ennemi, c’est de le connaître »

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-covid-19-un-point-complet-sur-222565

Écrit par : L'enfoiré | 24/03/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire