Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2012

Le rituel est bien moins étendu dans le virtuel

Un jour, devant une œuvre d'art, cette maxime "Le visuel est bien plus étendu que le visible" m'avait intrigué. Ce n'était pas un ophtalmologue devenu artiste qui l'avait écrite. Une phrase dont je ne savais que faire et que j'avais notée pour un futur imprécis. Aujourd'hui, dans cet article inhabituel pour le site, je la fais ressortir en droit de réponse avec un titre transposé dans le virtuel. 

 

0.jpgSi le visuel présente des objets perçus essentiellement par l'œil, c'est par l'interprétation qu'il en est fait que tout peut changer. Les paramètres du vécu apporte l'idée de l'art et le cerveau s'en construit un art en fonction de sa sensibilité.

Sans éclats, sans émotions, sans surprise, le rituel prendrait le relais et, on l'espère, l'endormirait. Dans le monde du réel, de l'animé, déjà, il fallait secouer les consciences pour attirer les "clients". 

Dans le virtuel, l'inanimé, ce besoin est encore plus évident pour  animer et espérer une fréquentation de nouveaux "prospects", parfois acheteurs, parfois critiques.


 

0.jpg

La maxime sur le visuel, je l'avais trouvée écrite près des chevaliers qui se trouvent sur les deux photos, ci-contre.  

Un message subliminal, pour le moins.

C'est alors que, il y a déjà un mois d'ici, après un échanges de courriers sans tambours ni trompettes, qu'arriva celui-ci:

"Désolé je n'aime pas les caresses. Mais je n'apprécie guère plus la provocation pour la provocation. Je ne m'ennuie pas. Donc je n'ai pas un besoin effréné d'ennuyer les gens qui m'entourent.
a) je ne reçois de directives de personnes.
b) je gouverne ma vie comme je l'entends.
c) j'accepte la pluralité d'opinions mais non le dirigisme d'opinion.
Il ne me viendrait pas à l'idée de me présenter chez mes amis et de provoquer pour le seul plaisir les invités présents. La provocation engendre le mépris.
Il faut savoir faire preuve de jugement lorsque nous décidons de provoquer et d'insulter. Or de jugement tu n'en as aucun. Désolé de te le dire. Mais il faut que quelqu'un, un jour, te le dise. Et je le fais par amitié et après une montagne de patience. Or de patience je n'en ai plus. ".

0.jpgLire cela, après 6 ans d'enjoués "Mon cher Guy" en préambule, c'est comme ressentir, tout à coup, un durillon qui perce la semelle de sa chaussure.

Cacher que cela m'avait surpris et choqué, serait mentir, mais, j'ai pris l'habitude d'accepter toutes les appréciations positives ou négatives comme une critique constructive et sans garder rancune.

Il y fut répondu brièvement, courtoisement, me réservant une réponse plus circonstanciée, après analyse et en temporisant pour que les esprits échauffés se refroidissent.  

A froid, comme droit de réponse et après analyse de la situation, je qualifierai la conclusion de 'fausse', d'inappropriée' et de 'surannée" comme nous allons le voir.

Alors, enquête. 

Je ne peux évidemment, passer tout en revue ici. Il est vrai qu'une marmite, sous pression et sans exutoire, peut toujours exploser, au plus mauvais moment, à cause d'un couvercle maintenu mal arrimé sur le dessus.

Une semaine avant, une phrase  disait pourtant "Je saisis bien les propos de Guy. L'art est d'en saisir la quintessence et de rejeter les aspérités. Guy est entier. Je l'accepte ainsi. Passionné il ne laisse personne indifférent.". 

A l'origine du "trouble", si je ne me trompe pas, une présentation d’une œuvre d'art, présentée sous forme photographique, qui m'avait, immédiatement, inspiré une question "Est-ce un fond d'écran pour le futur Windows 8?". 

Cette question n'aurait jamais dû générer, au pire, autre chose qu'un sourire mais elle avait mis le feu aux poudres. Banalité qui avait éveillé des susceptibilités plus caractérielles. Dans mon "visuel", à moi, un fond d'écran peut très bien être vu comme une œuvre d'art. 

Dans ce cas, aucun croche-pied, aucun outrage, ni impertinence, il s'agit seulement de garder un tantinet d'originalité. 

Une réaction vive suivit derrière laquelle se cachaient un rituel, une habitude de bienséance qui espérait une appréciation qui frisait l'admiration, voire la flatterie. 

Le rituel, c'est comme un dogme, une sorte de boulet que l'on tire avec soi sans plus réfléchir.

Aujourd'hui, moins que hier, les dogmes ne font plus recette. Croire au Père Noël, c'est s'apercevoir que le naturel de la pugnacité resurgit au galop. Le parfum de scandale quoi que l'on dise pour s'en protéger soi-même, attire comme l'aimant. Probablement, parce que le scandale des autres permet de minimiser, voire de camoufler ses propres tares.

Internet ne fait pas défaut, il le précède même. 

Là, le rituel n'a plus sa place et lasse même plus vite que par le passé vu la profusion des informations, des images qui transitent via ce média moderne et interactif.

La maxime "pour vivre heureux, vivons caché" n'est plus de mise. Dès qu'on sort le bout du nez dehors, le risque existe, même ou surtout dans une bonne démocratie "vertueuse" qui se respecte. Brel chantait dans les "Vieux amants" , le "pire piège, c'est de vivre en paix pour des amants" et il avait raison, même en dehors des amants. La paix des braves ne se conçoit plus de la même manière et tout doit se renouveler plus vite.

Mais, voyons les mots utilisés.

La "provocation" engendre la curiosité. L'"insulte", elle, l'intrigue et l'étonnement, parfois amusées des spectateurs. Deux "techniques" de style qui augmentent la fréquentation et s'extraient des poncifs. Parler avec les tripes et un peu moins avec le coeur ou la tête, est devenu presque un "must" car ce ne sont plus deux interlocuteurs qui se rencontrent mais une armada qui va réagir en fonction de sa propre susceptibilité ou sensibilité.

0.jpgPour étayer cette thèse, je vais devoir rappeler et épingler, en post-it, quelques anciens articles dans celui-ci.

Il y a eu d'abord "Tout dire, tout écrire, tout caricaturer et puis en rire".

"Tabou casse-toi", un poisson d'avril à deux têtes chercheuses.

"La méchanceté, tout un art" qui démontrait que, dans le passé, déjà, pour garder une ambiance "consultée" par ses concitoyens, il fallait la garder "chaude", l'émailler de nouveautés et de quelques "piques" humoristiques, bien choisies, voire sarcastiques.

Connais l’homme pour mieux te connaître, un principe pour chercher à évaluer son "moi" au travers d'un jeu de quilles qui évolue plus vite que soi-même. 

Un rappel que le monde change et qu'étudier ne suffit pas pour réussir.

Choisir son réseau en demandant si l'interlocuteur voulait en faire partie sinon l'éjecter sans autre forme de procès.

La technique est pourtant bien simple pour s'attirer les bienfaits de ses interlocuteurs. Il suffit d'applaudir, de les "béatifier", en quelques mots bien choisis pour caresser dans le sens du poil. Le problème, cela intéresse qui?

Une forme "rebelle" serait d'éviter la monotonie, c'est oser aller à contre-courant des idées préconçues, même si c'est parfois difficile à entreprendre ou pénible à comprendre. Se rendre compte qu'une union se consomme et se consume dans la passivité l'est tout autant.

La controverse attire le regard et l'intrigue dans une "grande marre du virtuel et du réel".

"Et, je le fais par amitié et après une montagne de patience."

Pourquoi attendre que la montagne atteigne des sommets avant de faire tinter la clochette d'alarme? L'amitié, c'est aussi d'être vrai dans un choc de personnalités diverses et parfois totalement opposées. 

En résumé, les relations humaines virtuelles peuvent avoir un début fulgurant, une augmentation d'intensité et arrivées à maturité, s'éroder en revenant à la case "départ" sans remise en question.

Le "mépris" parle de ce "sentiment par lequel on juge la conduite de quelqu'un moralement condamnable, indigne d'estime car en dehors des conventions".

Les "conventions", le mot est lâché. Dans ce cas, ce serait  plus la métaphore du mot "mépris" qui en sortirait.  

Malheureux d'arriver à cette conclusion, me direz-vous et vous aurez probablement raison. 

0.jpgNous voilà donc chez "Cendrillon au Far West", en coulisse, avec Batman qui défraie la chronique au plein jour.

Sous Internet, les grands se font la guerre des mots, les moyens  jouent à la guérilla par paraphrases et les petits se croient déjà dans celui des éponymes mais sans filets. A un moment donné, il faut se rendre compte que l'on gène quand on est trop extraverti, que l'on pompe l'air des introvertis qui restent dans l'ombre des palmiers en fleurs, que l'on contredit même sans s'en apercevoir.   

Un consensus global crée un soupçon de collusion. La critique reste profitable, souhaitable. Pour rester crédible, elle doit seulement s'adapter aux circonstances et au bon niveau pour rester constructive et se résoudre à perdre quelques rituels en chemin.

Dans l'ombre, certains se croient à l'abri et continuent à avoir une petite vie pépère, indépendante, tout en la mettant à nu à la vue de tous. Attitude à hauts risques et se débiner ne marche pas mieux. 

Aujourd'hui, pour exister, il faut jouer le rôle du "Hurricanes Hunter", du chasseur de tornades dans la virtualité. Et comme il est dit sur le site de ces chasseurs "La question n'est pas de savoir s'il y aura des Cyclones, la question est de savoir quand...".

Lors d'un entretien récent, l'acteur, humoriste, chroniqueur, François Morel disait: "En étant prétentieux, même quand j'insulte, j'essaye de le faire avec style".

Il précisait en même temps "J'aime bien être d'accord avec moi. Les coups de gueule, c'est surprendre et parfois décevoir". A la base, c'est en débattre sur un sujet, trouver les failles de raisonnement de l'autre qu'on ne partage pas. Un risque de vulgarité, des réactions épidermiques, mais qui, du côté productif, mettent en survol stationnaire, les mouches du coche. 

Contrairement à ce que certains pourraient encore penser, Internet n'est pas un Minitel français. Celui-ci vient de fermer ses "robinets", ce 30 juin, après trente ans de loyaux services dans le strictement "local" lu par la concierge du coin.

Censurer de tels propos? Pourquoi le ferait-on, tant qu'il y a un droit de réponse disponible sur Internet, rien n'est jamais perdu.

Mathieu Madenian, un autre exemple qui fait mourir de rire ou mourir de haine. Pourquoi regarderais-je, si je n'aimais pas?

Du punch et encore du punch. Insulte ou insolence? Allez savoir.

Chacun a ses prétentions, parfois abusives, d'être rebelle ou non. La seule chose à se rappeler pour qu'elle soit percutante c'est qu'elle ne peut ressembler à ce qui a précédé. C'est dans cette différence que l'on détermine qui est dans la catégorie des vrais progressistes. Quant à la dichotomie "gauche - droite", elle n'est qu'un précepte qui ne se justifie plus qu'ainsi.

Comme le montre cette vidéo, pour les femmes, c'est parfois bien pire dans la rue, dans le réel, sans faire la mijaurée.

Dans le monde virtuel, aucun risque de recevoir le coup de poing en pleine g... ou le duel au chant du coq. Les distances entre interlocuteurs, les différences culturelles et de juridictions, les pseudonymes et tous les autres murs de cette impuissance, existent comme interfaces sans protéger réellement ses interlocuteurs. 

Les relations virtuelles ont perdu leur rituel, de fait. Les principes appris avec l'éducation puritaine qui disait "Tiens toi droit", "Mange ta soupe", "Obéis", "Sois sage avec ta famille, tes copains et amis"... ne passent plus la rampe.

C'est plutôt, sérieux s'abstenir... On veut s'éclater. Il faut qu'on slach, comme chante l'autre. Se payer, parfois, une tranche avec une tête de pique. Oser dire tout haut, avec franchise, ce que d'autres pensent tout bas, sans s'apercevoir du subterfuge.

Une série d'attitudes ont pris de l'âge derrière des révolutions culturelles comme celle de 68 et de bien d'autres. Désormais, il s'agit d'épater la "galerie" par son "toupet", parce que toutes les logiques de la sagesse, raisonnées ou non, ne collationnent plus tous les points de vue dans des conflits qui dépassent ceux des générations. 

Chez les People, Les Enfoirés sont passés, par la chanson, à la postérité, mais au pluriel et en majuscules. Quelques humoristes, quelques caricaturistes, sans le dire tout haut, mériteraient  la  même étiquette avec quelques pincées d'adrénaline, de sérotonine ou de dopamine pour arroser le tout.

Parler de "rupture numérique", c'est sauter une barrière. S'y inscrire en tant qu'enfoiré, ce n'est pas nécessairement pour y jouer le joli-cœur. C'est se mouiller la chemise. Avec cette optique, il faut s'attendre à ce que ça passe ou ça casse, pour éviter la désolation sans sourires, sans humour, sans rebonds avec un électroencéphalogramme plat. On est tous prisonnier du rôle que l'on s'est donné un jour.

Parler de consensus pour mettre l'église au milieu du village, c'est, souvent, passer le mur du son et laisser tout le monde sur sa propre idée préconçue. Il n'y a plus souvent que la remise en question, le nettoyage de printemps, la proactivité, l'inédit pour quérir l'originalité, devenue tellement chère qu'elle n'arrive qu'à des moments sublimes.

0.jpgMozart, présenté dernièrement  comme une Super Star dans un film documentaire (extraits qui parlent d'eux mêmes) répondait déjà à cette aspect de provocation pour étayer son génie musical. Première Pop-Star, il y était mis correspondance avec les Pop Stars de notre époque comme Madona, Michael Jackson, Jimmy Hendrix et de ceux qui entrent dans la légende des génies qui ont une vie courte mais intense.

"Plus on est mauvais, peste, corrosif et amoral, plus on est admiré" est-il dit dans le Vif. Badboys et Badgirls occupent la place publique, font du buzz pour répondre à l'attraction de leurs fans sur le Web ou ailleurs. Il n'y a pas seulement les "badxxx" qui ont quelque chose dans le pantalon, mais au moins, ils le montrent avec sincérité même si parfois, il faut le logiciel Photoshop pour rajeunir le portrait.

C'est peut-être avec la pièce "Hernani" de Hugo qui sort en 1830 et qui déclenche le tohu-bohu que sonne le glas du romantisme pour se ruer vers le scandale présent dans le néoclassique.

Le monde reste-t-il toujours à nous dans ce cas? Je l'ignore. Le dire serait chercher les ficelles qui maintiennent les "marionnettes".

Ainsi va le monde des rencontres d'opinions, de la pensée et des religions qui ont toutes, raisons et toutes, tort, à la fois.

Être d'un bloc comme un diamant brut n'est pas un problème, s'il est organisé avec de multiples facettes même s'il raie toujours un peu dans au fond de la casserole.

Parfois incisifs, ces "Réflexions du Miroir" et cet enfoiré, c'est évident. Il a pour but de ne pas être "trop sage", de creuser l'incommensurabilité légèreté de l'âme avec un miroir comme rétroviseur mais qui perd son tain, avec le temps, à force d'être utilisé.

C'est constater qu'il faut garder "Le prestige d'être simplement con" en mélangeant le sucre, le sel et le poivre. 

0.jpgAlors, résumer les idées, d'accord. Les tronquer ou, pire, les sauter, jamais. 

Oser, aujourd'hui, comme hier, c'est aussi le faire avant les autres. Les remakes n'ont jamais qu'une odeur de roussi. 

Logorrhément vôtre était un coup de gueule dans l'histoire de ce site. Ce billet-ci en est, donc, un autre. 

Je ne suis pas Janus avec deux visages, l'un qui dit blanc et l'autre, noir.

Non, je ne vais pas remettre le couvert des cordes sensibles. Je laisse toujours passer les orages, le temps que la caravane passe.

Sur la Toile ou ailleurs, nous avons tous un rôle à jouer, à respecter. J'aime le compromis. Je hais la compromission et le faire semblant pour, seulement, faire bien en bout de course.

Charismatique

Un article donnait les habitudes des 10 personnes les plus charismatiques 

  1. Elles écoutent plus qu'elles ne parlent
  2. Elles ne sont pas sélectives dans ce qu'elles entendent
  3. Elles vous consacrent toute leur attention
  4. Elles donnent avant de recevoir et souvent ne reçoivent jamais rien
  5. Elles ne sont pas imbues d’elles-mêmes…
  6. Parce qu'elles se rendent compte que d'autres personnes sont plus importantes
  7. Elles attirent l'attention sur les autres
  8. Elles choisissent leurs mots avec soin
  9. Elles n’évoquent pas les échecs des autres….
  10. Mais elles n’ont pas de scrupules à évoquer leurs propres échecs

Un autre, la recherche d'excellence avec les 6 règles pour devenir excellent dans n'importe quel domaine:

  1. Choisissez un domaine qui vous passionne.
  2. Commencez par le travail le plus difficile
  3. Pratiquez intensément
  4. Recherchez de temps en temps les retours d’un expert
  5. Faites régulièrement des pauses pour recharger vos batteries
  6. Ritualisez votre pratique

Dans une volonté de perfectionnisme?

Alors question, Le perfectionnisme est-il bénéfique ou néfaste?  "Le perfectionnisme consiste à rechercher l’excellence, en soumettant les autres aux mêmes normes, en planifiant, et en ayant de bonnes compétences en organisation. En revanche, le perfectionnisme malsain provient d’influences extérieures. Ces influences peuvent provenir de pression parentale, d’un besoin de reconnaissance, d’une tendance à ruminer les événements passés, ou d’une inquiétude intense à l’idée de faire des erreurs. Les perfectionnistes « sains » sont peu perméables à ces facteurs externes.". 

Un dernier, ce qu'est être créatif et se demander si Y a-t-il plus de personnes avec des désordres mentaux parmi les créatifs?

La réponse des analystes était "Oui".

La question subsidiaire était "Les créatifs sont-ils pour autant psychopathes? Là la réponse était "Non", les psychopathes sont même moins fréquents dans les milieux artistiques qu’en entreprise.

Ouf, sauvé par le gong...

Mais, qu'est-ce qui fait qu'un article, une vidéo ou un document devient viral sur la toile

Je vous le laisse le découvrir mais la réponse, en résumé, est « Le plus puissant prédicateur de vitalité est l’intensité de colère que l’article évoque.... A l'ère des images et des divertissements, à l'ère de la gratification émotionnelle immédiate, nous ne recherchons ni ne voulons l’honnêteté ou la réalité. La réalité est compliquée. La réalité est ennuyeuse. Nous sommes incapables, ou ne voulons pas nous confronter à sa confusion ».0.jpg

Pour revenir aux reproches initiaux, la provocation n'y était nullement contestée. Le mot "insulte" outrepasserait seulement l'objectif de l'enfoiré. L'insulte peut être offensante, intentionnelle ou accidentelle. Encore faut-il pouvoir y déceler la finesse pour pouvoir découvrir l'intérêt, y répliquer et ne pas s'y empêtrer à pieds joints.

Le livre d'humour de l'insulte répondrait-il mieux à la question? Je ne l'ai pas ouvert. 

Nous sommes fait de zigzags disait François Weyergans. Il faisait seulement l'éloge de la curiosité et de ce qui pouvait survenir et jouir de l'existence en essayant d'épargner les gens autour de soi. Si cela, par malheur, ratait et n'avait pas de sens, préconisait de chercher autre chose.

Il y a ce café serré qui me paraissait le mieux adapté, avec du marc au fond comme agent réconciliant. L'écouter, c'est pouffer de rire.

Mais, une dernière question: entre amis, la provocation, est-elle de mise et même permise?

Encore une question qui demande réflexion. Je suis tenté de  répondre, plus qu'ailleurs car, en principe, on se connaît depuis longtemps et que l'on doit s'être testé depuis le début de la relation amicale. L'amitié, jusqu'où peut-elle mener? Jusqu'au compromis ou la compromission qui arrive très vite à la servitude de la parole donnée implicitement ou explicitement?

"L'amitié, échange de bons procédés", en omettant de dire "... et de mauvais", c'est essayer d'oublier ce qui est dit dans la célèbre chanson de Luc de Larochellière "Cash city" qui dit en substance:

 Tout l'monde veut être une star mais personne veut être une planète
Tout l'monde traîne dans les bars où personne n'est honnête
Tout l'monde veut tout l'monde l'aime mais personne n'aime tout l'monde
Tout l'monde veut qu'tout l'monde l'aime
Oui mais personne personne personne n'aime tout l'monde

Dans l'histoire, il y a eu ce romancier essayiste, Léon Bloy, qui allait encore plus loin. Il faisait les délices de la polémique. Un entêté de l'« Absolu ». Tout l'irritait. Ses ennemis et même ses amis. Sans arriver à cette extrémité, le film qui l'évoquerait le mieux n'était-ce pas le "Vol au dessus d'un nid de coucou"?

"Un éléphant, cela trompe énormément" mettait en scène, quatre amis, qui s'adoraient, mais qui ne rataient aucune occasion pour s'envoyer des vertes et des pas mûres en fonction de leurs différences d'approche. "La vérité si je mens", suivait le même canevas, mais avec, cette fois, des cultures aux antipodes...

0.jpgLe "Happy end" dans un film n'existe que si le producteur, le réalisateur, le metteur en scène et le régisseur le veulent ensembles. Pourquoi feraient-ils le contraire de ce que les spectateurs en attendent si ce n'est pour exister, être reconnus différents par leurs pairs, ne fut-ce que partiellement ou de manière temporaire? 

La sagesse, c'est "Apprendre à être soi-même" comme disait Nietzsche et à vouloir garder sa liberté de parole en "se foutant du regard oblique des passants honnêtes" (Brassens). Quand à la critique, elle a souvent le privilège de servir à deux interlocuteurs récalcitrants.

Comme suite et fin de ce quiproquo, de cette polémique, j'ajouterai que si le visuel est bien plus étendu que le visible, l'humour, lui, doit devenir bien plus étendu que le risible. 

Alors, que dire à ceux qui suivent ce blog, sinon déchaînez-vous, déchargez-vous de votre électricité statique, si vous le désirez. C'est fait pour cela.

Vous serez, vous existerez... 

Quant au reproche final sur la patience, je répondrai, une fois encore, par une autre chanson, celle de Jean Ferrat à qui je laisse le dernier mot :

Faut-il pleurer, faut-il en rire
Fait-elle envie ou bien pitié
Je n'ai pas le cœur à le dire
On ne voit pas le temps passer


 

 L'enfoiré,

0.jpg

 

Citations:

  • « Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, je vous propose d'essayer la routine. Elle est mortelle », Paulo Coelho
  • « Je suis forcé de vociférer jusqu'à la fin, étant missionné pour le Témoignage. Nul moyen d'échapper », Léon Bloy
  • « Tous les voyages aujourd'hui sont polémiques, et se déplacer, c'est avant tout se démarquer. », Alain Finkielkraut

0.jpg

Commentaires

Sourire si cela semble déplacé, non pas par indifférence, par mépris ou par plaisir mais parce que tout cela me semble bien 'jeune' pour les personnes que nous sommes. Apprendre à se connaître un peu, ne pas se formaliser qu'un "enfoiré" soit un "enfoiré". Prendre ses distances quelques jours le temps de faire le tour du bocal et d'oublier. Un poisson rouge a une mémoire de trois secondes, le temps de faire le tour du bocal, il a oublié. Oublier très rapidement car un enfoiré reste un enfoiré qui s'il ne plaisait pas tel quel, voilà des années qu'on ne lui parlerait plus.

L'amitié c'est tout ça: Connaître assez bien l'autre pour en admettre les défauts qu'on ne supporterait de personne d'autre.
Ça ne s'explique pas et ça ne se met pas en équation, c'est une alchimie imprévisible. Savoir qu'au boulot, un enfoiré et soi, ça ferait de bonnes grosses étincelles. C'est dingue, le décalage entre la façon dont on se perçoit et la façon dont les autres nous perçoivent, femme, famille, amis proches y compris.
Ne pas être épargné par la maladie du décalage de perception, c'est avouer se percevoir comme un gentil géant vert, là où sa compagne et tout son entourage font atterrir "Déconnes pas Bébert, t'es pas un Bizounours. Tu fous la trouille aux gens sans même t'en rendre compte. C'est assez désagréable à entendre pourtant de se faire à la réalité des autres puisque c'est d'eux qu'il est question ...
Vivre et côtoyer un enfoiré, c'est 'à prendre ou à laisser', on ne peut pas s'étonner que certains 'laissent' si on ne s'étonne pas que certains 'prennent'. (et vice versa, ainsi va la vie).
Dommage, mais, la vie est faite de rencontres, de pertes de vue, de séparations plus ou moins rock'n' roll ... Il y a rien à en dire, c'est tout simplement la vie même si parfois "ça nous troue le cul".
Nous sommes tous des petites bestioles de sensibilité et d'interprétations ne nous en déplaise, donc il faut respecter le fait de ne pas avoir les mêmes 'sensibilités et interprétations'. C'est quasiment du Darwinisme de la relation humaine. Ce Darwinisme de la relation humaine fait en sorte que l'on ne se débarrasse pas du plancher, c'est peut-être pas un cadeau mais vu de sa fenêtre, cela n'est pas mal.
Faire un procès comme procureur, c'est faisable mais l'enfoiré n'apprendrait rien qu'il ne connaisse déjà sur lui même. Les chemins se recroisent, peut-être, cela fait partie des surprises de la vie.

Écrit par : Sun Tzu | 02/08/2012

Bonjour Guy
Bonjour Sun Tzu

J'ai un ami. Il parle peu. Il ne croit pas avoir beaucoup de choses à dire dans la vie. Nous sommes des amis depuis plus de trente ans. Je l'ai connu dans une vie antérieure tel qu'il est encore aujourd'hui. Est-ce la gêne? Est-ce l'ennui de vivre? Toujours est-il que cet ami a pris sa retraite. Il est plutôt casanier. Il aime le confort douillet de son bureau. Il écoute de la musique. Il lit. Regarde peu la télévision. Cet ami ne m'a jamais paru ennuyeux. Parce que j'ai respecté, en raison de notre grande amitié, sa nature et ses choix. Nous nous fréquentons. Une ou deux fois par mois. Il parle peu. Je tente de parler beaucoup. Cela lui plaît. En rien je tente de forcer sa porte pour qu'il accélère son début. Je le fais rire. Il rit de bon coeur. C'est un bon vivant en l'espèce. Parfois il se laisse aller à quelques phrases successives qui m'expliquent son point de vue. M'exaspère-t-il? Oui. Son silence est lourd.

Voilà. Histoire anodine.

Ce que je fais avec lui :

a) je m'adapte à son silence
b) je m'adapte à ces champs d'intérêt
c) je m'adapte à son rythme de vie

Ce que je ne fais pas avec lui :

a) imposer mon point de vue
b) vouloir le changer à tout prix pour qu'il entre dans le moule que je crois le meilleur pour lui
c) le brusquer
d) me montrer intrusif et impertinent
e) le bousculer, le tarabuster pour me montrer ce que je ne suis pas, un enfoiré
f) m'introduire auprès de ses amis ou de sa famille (que je connais évidemment très bien) pour les convaincre d'intervenir pour en modifier sa personnalité
g) exposer sur la place publique nos différends
h) n'exposer qu'un seul point de vue alors que je sais que ce qu'il demande est une économie de mots

Ce qu'il m'apporte

Une grande, une profonde et une fidèle amitié que pour rien au monde je ne voudrais compromettre.

Pourquoi le silence est-il aussi perturbateur dans certaines vies et pourquoi ne serait-il pas un havre de paix revendiqué simplement par certaines autres vies?

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 02/08/2012

Pierre,
Bonnes questions. Essayons de répondre.
Et oui, Pierre, le monde est fait de variétés, de pluralisme d'opinions (qui vont exploser avec la population du monde).
Comme je l'ai dit le Minitel est mort.
Ton ami ne fera pas exploser la charrette, il ne la fera pas beaucoup avancer non plus. Comment être ennuyeux quand on reste sans rien dire dans son coin?
Il y a des commandeurs et des commandés. Ainsi va le monde.
Je l'ai dit la vieillesse c'est encore pouvoir faire ce qu'on faisait avant mais en plus de temps
Si tu ne le sais pas, je suis très souvent sur AV que tu as connu. Pas pour lancer des articles, mais pour commenter.
Là, tu remarques comment les choses se perçoivent. Et ce n'est pas avec les petites cuillères, mais avec des couteaux bien tranchants.
Celui qui prend la mer, se doit de rencontrer la beauté d'une mer bleue ou d'une terrible tempête.
Que faites vous avec vos différents, une fois raconté?
De la semoule de riz?
Dans notre monde si tu ne veux pas te faire écraser, il faudra des enfoirés et de des anti-enfoirés et des malins...
C'est écrit.
Sun Tzu, je l'ai connu bien plus hard qu'aujourd'hui.
Il explique très bien l'amitié. Je ne l'aurais pas mieux dit.
Les reproches sont vains et surtout non productifs.
La paix du brave, c'est malheureusement, souvent six pieds sous terre.
La vie c'est autre chose.
Elle demande du punch. D'aller voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs...
et remarquer, en définitive, que le paradis n'existe nulle part.
Mais je suis occupé à répondre à un autre commentaire. J'en ferai part après.

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Une chanson qui va vient je trouve dans l'idée: http://www.youtube.com/watch?v=A3Xkk62uU3Y

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Mais je vois que je n'ai pas répondu. Point par point, comme il se doit, Pierre. Je n'élague jamais les problèmes et les questions posées.

a) imposer mon point de vue

>>> Qu'on le veuille ou non, on se laisse avoir par les convictions des autres. Cela commence dès le plus jeune âge avec les parents.
Cela continue par les médias, par tout ce qui nous entoure, par les expériences malheureuses.
Quant à mes billets, pourquoi crois-tu que je puise un peu partout avant de donner mon humble avis?
J'entre des commentaires dans lesquels je n'ai absolument pas les mêmes convictions. C'est ça imposer son point de vue?

b) vouloir le changer à tout prix pour qu'il entre dans le moule que je crois le meilleur pour lui

>>> La réponse est déjà dans le premier point. Le moule, chez moi, c'est plutôt au féminin que je les aime. Je suis belge je rappelle.

c) le brusquer

>>> Ca c'est plus dépendant de la carapace de son interlocuteur et de son expérience de vie.

d) me montrer intrusif et impertinent

>>> Intrusif? Qu'est ce que qu'un blog, un forum, sinon une intrusion dans la vie de quelqu'un d'autre qui le lit?
>>> Impertinent. Comme le sujet de l'article le dit, cela tient en suspension les mouches du coche.

e) le bousculer, le tarabuster pour me montrer ce que je ne suis pas, un enfoiré

>>> Et oui...

f) m'introduire auprès de ses amis ou de sa famille (que je connais évidemment très bien) pour les convaincre d'intervenir pour en modifier sa personnalité

>>> c'est ce qu'on peut appeler ce que font les religions. Je suis presque athée, donc, insensible

g) exposer sur la place publique nos différends

>>> Laver son linge sale en famille, quoi? et se retrouver gros gens sans solution? Nenni. Il y a plus dans plusieurs têtes que dans une petite série de tête bien formatées. C'est ça un forum. C'est oser sortir de l'aparté.

h) n'exposer qu'un seul point de vue alors que je sais que ce qu'il demande est une économie de mots

>>> Tu as raison, il ne faut pas secouer les neurones de celui qui n'en pas plus pour absorber un déluge de mots et d'idées..

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Guy

Lorsque tu écris : Dans notre monde si tu ne veux pas te fairte écraser, il faudra des enfoirés et de des anti-enfoirés et des malins... voilà bien une loi du talion de laquelle je m'éloigne considérablement. Guerroyer sur des forums est une chose. Appliquer cette règle auprès de mon cercle d'amis en est une autre. Je ne me tiens pas pour simplet parce que je fuis ces relations tumultueuses des provocateurs à la petite semaine. J'ai une toute autre opinion des relations amicales avec un cercle qui tend à se refermer aux influences extérieures avec l'âge.

;-)

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 02/08/2012

Merci Pierre,
Tu me voles les idées.

"J'ai une toute autre opinion des relations amicales avec un cercle qui tend à se refermer aux influences extérieures avec l'âge. "

Je connais parfaitement ce problème de vieillesse.
Je vais t'apprendre (enfin, si je ne l'ai pas écrit un jour) que je ne me suis jamais limité à des gens de mon âge.
Je suis allé au devant des beaucoup plus jeunes que moi et qui avaient déjà des opinions bien affirmées, bien nouvelles aussi.
Pourquoi faut-il toujours en faire des amis? Cela peut rester à des relations, des confrontations d'opinions.
Je connais très bien le problème de réduction de l'univers que subissent les gens âgés.
Pas de problème avec ça.
Je crois que tu lis trop souvent en diagonale, ce que j'écris.

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

L'enfoiré,
Tu lis aussi trop en diagonale.
Pierre parle d' "un cercle qui tend à se refermer aux influences extérieures avec l'âge", pas d'une "réduction de l'univers que subissent les gens âgés", ce qui n'est pas la même chose.
Avec l'âge, tu dois apprendre à te protéger des influences extérieures qui sont futiles, très nombreuses, et à te servir des infleucnes extérieures utiles, beaucoup plus rares.
Arthur

Écrit par : Arthur | 02/08/2012

N'aie crainte, je l'ai compris ainsi, mais se refermer aux influences avec l'âge, se termine toujours sur un replis sur soi, sur un groupe qui a les mêmes prérogatives et les mêmes idées.
Le texte ici, présent, était bien plus long, à l'origine. Il reprenait les idées que l'on trouve sur Internet, par l'intermédiaire de Facebook et de Google.
Tous deux sont dans l'erreur. Je l'ai écrit dans "Veux-tu être dans mon réseau", c'est pour cette raison que je ne l'ai pas repris.
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2011/09/29/veux-tu-etre-dans-mon-reseau.html
Le premier FB poussait les idées en écrivant sur le mur de quelqu'un d'autres, comme on lance une bouteille à la mer.
Le second, Google+, au contraire, essayait de créer des groupes, des cercles d'influence, dans lesquels il n'y a plus que les mêmes idées qui passent. Pas de sang neuf. Pas d'extrapolations. Ceux qui auraient l'audace de ne pas jouer le jeu, se verraient éjecté de fait.
Pourquoi y a-t-il deux personnes qui réussissent leur vie et d'autres pas, alors que tous deux ont été formés avec le même bagage intellectuel et financier?
Pourquoi crois-tu qu'il y a des gens qui vivent toujours bien quand les années ont sonné à la pendule d'argent comme chantait Brel?
Tu connais Annie Cordy, comme moi. Vois-tu où je veux en venir?
La rareté des influences extérieures utiles n'a rien à voir avec l'âge.
La rareté existe à tous les niveaux d'âge.
Est-ce que j'ai parlé d'âge quand j'ai écrit:
"le nettoyage de printemps, la proactivité, l'inédit pour quérir l'originalité, devenue tellement chère qu'elle n'arrive qu'à des moments sublimes."

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Lu dans le Vif d'aujourd'hui et que j'aime
Chacun sa vie (Christine Laurent, Rédactrice en chef)

Les droites gèrent les peurs. Les gauches, les humiliations dans la lutte des classes.
Lutte des classes considérée par la droite comme anachronique.
On observe la disparition des militants des partis idéologiques, l'affaiblissement des syndicats, des coopératives, des associations.
Il faut émanciper et sécuriser sans laxisme.
Il faudrait lutter contre les inégalités par l'entraide.
Supprimer les clientélismes, les particraties (spécialement en Belgique)
Un réformisme qui cherche son chemin sans le trouver.
"Les gens ne pensent pas, ils ressentent", disait Margareth Tchatcher

Un article parlait de Michel Daerden (qui est entre la vie et la mort actuellement)
( pour rappel un vieil article sur le personnage http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2006/10/23/notre-gainsbarde-a-nous.html )
De Bachus à Janus
Ses qualités/défauts étaient évalués comme : dominateur, ambitieux, querelleur, consciencieux, capricieux, mais surtout jovial.
Un besoin viscéral d'être utile.
Un style politique qui ne fait pas l'unanimité mais qui est aimé dans son environnement.
Il disait qu'il savait jusqu'où aller trop loin.

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Je me souviens d'un billet qui se demandait, à partir de quel moment, à partir de quel montant, on prenait le chemin de la droite.
Je me suis demandé quand on perd son caractère progressiste pour devenir conservateur.
Beaucoup plus intéressante, comme question.

Écrit par : L'enfoiré | 02/08/2012

Les apparences sont parfois trompeuses! Comment comprendre la logique interne de votre interlocuteur au cours d'un échange?

Il nous est arrivé à tous de nous trouver dans une situation dans laquelle nous échouons à convaincre notre interlocuteur, en dépit de l’imparable logique ou rationalité de nos arguments. Nous en sortons frustrés et parfois offensés. Mais souvent, l’imperméabilité de notre interlocuteur était justifiée par une logique que nous ignorions, ce ce qu’il appelle la « logique interne ».
Dans beaucoup de cas, ce qui nous semble un comportement déraisonnable ou illogique redevient compréhensible lorsque l’on connait les motivations et les contraintes sous-jacentes auxquelles votre interlocuteur est confronté. Plutôt que de se laisser gagner par la frustration, il vaut mieux essayer d’utiliser la perplexité que l’on ressent comme une signal qui doit conduire à rechercher ses causes

Il faut se renseigner sur les points suivants :
Les positions et histoires de vos interlocuteurs. Essayez de savoir comment ce sont passées les interactions précédentes avec les autres, et vous-mêmes. Interrogez au besoin leurs anciens responsables et collègues.
Leurs forces et faiblesses. Sont-ils obstinés, ou souples ? Sont-ils proactifs, ou indécis ? Ont-ils la soif d’apprendre, ou sont-ils du genre à tout savoir ?
Ce qu’ils recherchent dans l’interaction. Sont-ils motivés par l’argent, ou par des objectifs personnels ?
Les préjugés et les malentendus qui peuvent affecter la perception qu’ils ont de vous.
Vous pouvez comprendre les motivations de votre interlocuteur en étudiant son attitude au cours de l’interaction. S’il est agressif, par exemple, ce peut être un signe de défense d’un territoire.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=les-apparences-sont-parfois-trompeuses-comment-comprendre-la-logique-interne-de-votre-interlocuteur-au-cours-dun-echange&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm

Écrit par : L'enfoiré | 10/08/2012

Cessez de vous évaluer constamment

Nous avons tendance à juger toutes les personnes que nous rencontrons, même si nous avons été éduqués à ne pas le faire, mais souvent, la personne que nous jugeons le plus sévèrement, c’est nous-mêmes. Les personnes que nous rencontrons ne peuvent pas entendre les critiques que nous formulons à leur égard dans notre for intérieur et elles n'en souffrent donc pas. En revanche, nous ne sommes pas épargnés par nos propres critiques, note Paul Hudson dans Elite Daily.
Nous nous jugeons constamment, que ce soit sur le plan physique, sur notre présentation, mais aussi sur nos actions. Lorsque nous ne nous reprochons pas de ne pas être parfaits, nous nous reprochons d’avoir veillé trop tard pour faire des choses improductives, de ne pas faire assez d’exercice, ou de trop succomber à nos friandises préférées.
Une seule autocritique peut sembler petite et insignifiante, mais comme nous les répétons de nombreuses fois au quotidien, elles finissent par former un courant de négativité qui mine notre humeur et notre ego.
Au fil du temps, elles entament notre confiance en nous, et nous commençons à penser des choses de plus en plus négatives à propos de nous-mêmes. Nous nous posons des questions sur nos capacités, nos décisions, et notre capacité à prendre des décisions. Nous devenons le propre créateur de nos insécurités. Rien n’est pire que les insécurités, affirme Hudson : elles vous interdisent de devenir ce que vous avez en vous, elles éliminent vos possibilités de succès, et vous font vous sentir comme moins que rien.
Vous pouvez décider de changer, écrit-il S’il y a un aspect de vous-même qui ne vous plait pas, vous pouvez décider de faire un effort pour le modifier. Si vous vous apprêtez à faire des choses contre lesquelles vous souhaiteriez avoir le pouvoir de résister, vous pouvez décider de ne plus les faire. Il suffit de vous répéter continuellement au cours de la journée que vous ne le voulez plus. La même chose vaut pour les choses que vous voulez faire : vous devez en discuter avec vous-même.
La raison pour laquelle nous manquons si souvent de volonté, c’est parce que nous échouons à poursuivre ce monologue intérieur. Nous abandonnons, et réduisons notre voix intérieure au silence. Puis nous jugeons notre échec pour contrôler nos actions et nous nous taxons de faiblesse.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=cessez-de-vous-evaluer-constamment&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoire | 16/06/2013

Pourquoi les gaffes vous rendent plus séduisant

De prime abord, glisser sur une peau de banane, ou se tacher avec du ketchup ne semblent pas faire partie des meilleures méthodes pour séduire l’élu de votre cœur. Et pourtant… Si celui-ci ressent déjà quelque chose pour vous, les gaffes que vous pourrez faire auront pour effet de renforcer cette attirance. C’est ce que le professeur de psychologie Elliot Aronson a nommé le «pratfall effect » (un « pratfall » est une chute sur les fesses). Avant de parvenir à cette conclusion, Aronson a étudié les effets des gaffes sur notre potentiel de séduction et l’amabilité que nous dégageons. Ce phénomène s’explique par la raison suivante : la perfection humaine fait peur, elle est inhumaine, et donc et donc peu attirante.
Aronson avait mené une expérience au cours de laquelle il avait demandé à des sujets d’écouter des étudiants qui répondaient à des questions dans une émission. Certains des étudiants répondaient correctement à presque toutes les questions, tandis que d’autres ne parvenaient à donner la bonne réponse que dans 30% des cas. Lorsque l’on demandait aux participants de dire quels étaient les étudiants les plus compétents et les plus séduisants, ils répondaient que c’étaient ceux qui avaient le plus de réponses justes.
Cependant, dans la suite de l’expérience, les étudiants se renversent du café sur leur chemise, et ils s’en excusent. A la suite de cette maladresse, les chercheurs demandent aux participants de les noter à nouveau en matière de séduction et de compétence. Ils constatent que les étudiants qui avaient le mieux répondu aux questions étaient jugés encore plus séduisants, alors que ceux qui s’étaient montrés médiocres étaient encore plus mal jugés.
Les défauts mineurs d’un homme jugé compétent et séduisant sont donc perçus de façon positive et ils le rendent encore plus séduisant. En revanche, sur une personne incompétente et peu séduisante, les bévues auront l'effet inverse.

http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=pourquoi-les-gaffes-vous-rendent-plus-seduisant&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 28/08/2013

Les commentaires sont fermés.