Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2009

Viens chez moi, j'habite chez une copine

Un titre de film "Viens chez moi, j'habite chez une copine", m'inspirait un article "provoc". Pour accrocher l'attention? Non, pour établir des statistiques, pour apporter des conclusions et pour mettre à plat certains points dans lequel certains événements sportifs ou autres sont tombés si on n'osait pas y regarder d'un peu plus près.

evénementL'été est la période des événements sportifs par excellence. Si les compétitions de foot sont en mode mineur jusqu'au mois d'août, d'autres sortent leur épingle du jeu. Alors il y a Roland-Garros, puis Wimbledon pour le tennis. Après les Tours réalisés par la Petite Reine, c'est le Tour de France qui couronne la saison avant de remiser les vélos au vestiaire jusqu'à l'année prochaine ou penser à d'autres horizons là où il est attendu à plus petite échelle.


Beaucoup d'organisations, de nos jours, organisent des événements sportifs, des « event » dirait-on : le Giro en Belgique, Mémorial Yvo Van Damme, et, j'en passe. En vacances, il faut bien meubler les instants d'inoccupation et sortir du farniente offert par la piscine des hôtels. Ici, je ne reprendrai que les sports qui défraient la chronique pendant cette période. Une série d'activités plus ou moins généralisée, plus ou moins monopolisée prennent place. A qui profite tout cela?

evénementAux organisateurs, bien sûr. Les sponsors, par les retombées, ensuite. Aux sportifs de haut niveau qui, par le jeu de la compétition, se verront sur le podium avec le titre de champion et un prix qui montera exponentiellement. Les premiers recevront le pont d'or. Mais très vite, cela deviendra des cacahuètes de moins en moins grasses, pour les suivants. Les spectateurs supporters auront gagné quelques moments d'adrénaline devant leur petit écran ou sur les bords de ces "event". Dans l'automobile, si besoin est, voici une preuve que les organisateurs font la pluie et le beau temps.

evénementLe sport est l'opium du peuple, dit quelqu'un. C'est presque devenu un rite, une religion. Et cela n'a pas de prix, une religion. En fait, pour le fan, ce n'est pas toujours le sport qui intéresse mais l'ambiance, l'impression de force qu'il apporte. La compétition a de ses dons pour attirer le supporter en lui donnant l'excitation désirée.

Les caractéristiques et préoccupations d’un « event » réussi, pour attirer son public, pourraient compter les étapes et préliminaires suivantes:

evénement

  • médiatiser et sponsoriser le spectacle: plus il y a de monde, mieux c’est et plus ça rapportera.

  • Un « business plan », calculé par certains mais connu seulement de certains qui empocheront les bénéfices et écarteront ceux qui sont mêlés de plus près avec l'idée commune du profit quitte à sauter ceux qui ne se plieraient pas à certains sacrifices.

  • Les coûts de l'opération sont supportés par les sponsors pour la réalisation mais c'est la collectivité qui en supportera la maintenance et l'intendance.

  • Monte des ASBL et travailler avec des bénévoles qui reçoivent des défraiements pour leurs frais et des petits cadeaux qui remplacent généralement les salaires.

  • Pas de calendrier « protégé » pour un tel « event ». Le initiateur de l’événement choisit la date qui lui convient, sans pitié pour les autres organisateurs. Aucun apport extérieur, les initiés, seuls. Pas de colle donc pour associer les desiderata de chacun.

  • evénementSouvent, le créateur de l’événement n’y connaît rien à l’activité exercée, mais son seul réseau de relations devrait normalement suffire.

  • Plus le créateur d’ « event » est important et puissant, plus il sera potentiellement écouté et plus il se permettra des risques avec moins d'assurances en contre partie. Les organismes publics se plieront ou passeront leur tour.

  • Prépondérance de la publicité et les meilleurs supports médiatiques.

  • Lobjectif principal n’est plus d’amuser le public mais de le faire participer et, surtout, faire sortir un maximum d’argent de leur poche.

  • Pour le même « event », on peut rencontrer des activités qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre, mais qui trouvent place ensemble par le souci de rentabilité. Alors tout est pour le mieux.

Comme on le voit, le demandeur n'est pas nécessairement le payeur à toutes les étapes. Comme les retombées ne sont pas chiffrables, mais seulement évaluées, sans feedback, ils dépendent de la publicité qu'il en est faite. L' « event » est présenté de ce fait par la seule force du marketing.

evénementDès lors, pour faire partie des élues, les villes demandent le passage du Tour, chez elles. Le Tour de France sort, très souvent, des frontières de l'hexagone lors de certaines étapes. Est-ce normal? Pas de réponse. Elle serait tendancieuse. Trajet variable d'année en année, décidé, bien avant la compétition. Prestige et espérance de faire "marcher" les commerces aux alentours et s'assurer de l'obéissance de ces villes pour éteindre dans l’œuf toutes revendications. Tout n'est, pourtant, pas bénéfice intégral. En plus de la manne apparente, qu'apporte le Tour de France, il y a les coûts que les villes doivent assumer pour les recevoir. Certains événements ne rentrent pas toujours dans leurs frais. La population, elle, passive, n'a pas l'habitude d'exprimer son accord ou son désaccord. Le Tour et sa caravane passent et certains habitants, parfois, "trépassent". Les citoyens travailleurs se retrouvent naturellement bloqués en attendant qu'elle passe cette put... de caravane. Pas de forcing, car c'est la gendarmerie qui remettra le récalcitrant dans le droit chemin. Sans oublier les résidus qui traînent sur la route en dehors de la volonté des organisateurs. Pendant la course, pour surveiller, il y aura les différentes polices qui payeront leur tribut à la grande messe du sport. La maintenance et l'entretien des routes finiront le travail. Tout cela, en définitive, pour quelques minutes d'excitation et quelques babioles en souvenirs que les organisateurs ont jeté dans la foule pour attirer le chaland en tête du peloton. "Moins cher, c'est illégal", dirait-on, avec humour, selon la formule publicitaire consacrée.

evénementLe sport cycliste est, cette année et jusqu'à nouvel ordre, sans dopage. Un véritable renouveau. Tout le monde l'espérait un jour. On est contant mais peut-être n'est ce qu'une partie remise. Chercher à se dépasser, esprit de corps, d'accord, mais... On fait parfois la mauvaise oreille. Le "team spirit" n'est pas toujours au beau fixe. Comme tous les ans, il y a eu des drames de l'imprudence.

Statistiquement, c'est imperceptible. Deux spectateurs qui se sont fait renversés par une moto suiveuse et un motocycliste, qui, ailleurs, s'est tué en percutant un obstacle non prévu.

Quand on ne "travaille" plus en circuit fermé, la sécurité devient un casse-tête et responsabiliser la population et les organisateurs ne serait pas le bienvenu dans une opération "call".

evénementProfessionnaliser une course, ne sera jamais une mince affaire, ni gratuite.

A mettre aux profits et pertes de la course, donc?

En Belgique, Eddy Merckx, en son temps, a créé beaucoup de vocations pour le cyclisme, dès 1969. Qui oserait l'en blâmer? Pas moi. La petite Reine attire de nouveaux zèles parmi les jeunes. Peut-être, faudra-t-il, un jour, oublier la bagnole pour entrer en ville pour imiter Londres et ce sera tant mieux. Mais, actuellement, la ville n'est pas encore le champ privé de la bicyclette en pelotons, n'en déplaise aux écologistes et aux convaincus comme moi.

evénementLes plus grandes compétitions comme les Jeux Olympiques ont très souvent sous-estimées leurs investissements et les frais ne sont récupérés que bien des années après.

Il est vrai qu'il faille parfois viser très haut pour faire rebondir une ville. La ville de Barcelone avec les jeux de 1992, celle de Séville sont des exemples de réussites mais dont les frais ne se sont soldées que bien longtemps après l'événement. Un an après, la Chine, avec les 30 milliards de dollars, est certainement dans une période difficile de consolidation après leurs prestigieuses prestations en vitrine pour le monde. Cela même, si son lifting est loin d'être terminé et qu'elle espère en 2010, remettre le couvert à Shanghai. L'environnement de Pékin, lui, a retrouvé le smog, même si l'économie a progressé de deux points. Prestige, quand tu nous tiens...

evénementLa recherche du meilleur, du champion, du mieux adapté, de la meilleure équipe a, pourtant, quelques effets secondaires. Le sport de haut niveau peut donner quelques doutes et quelques soucis en fin de carrière, quand on aura dépassé le point de non retour qui existe toujours quelque part. Mais, le spectateur se dit: "comme ils sont payés pour le faire, pourquoi s'en inquiéter?

evénementC'est comme pour tous les métiers: il y a quelques marches ratés et des "laisser pour compte". Mohamed Ali, malgré ses problèmes de santé actuels, dont l'origine ne fait aucun doute, dit que si c'était à refaire, il le referait. La renommée est-elle à ce prix? Être sous les feux de la rampe et parmi les « people » avec contrepoids de fin de carrière très dur à supporter. Car un jour, il faut descendre du podium et descendre est souvent plus dur qu'y monter.

Le sport de haut niveau et ses dérives, on en a déjà parlé. Le prestige, la gloire et l'argent en sont devenus les moteurs principaux au sport en général et a perdu un certain plaisir pour le pratiquer.

evénementEt dire, qu'il y a quelques spectateurs qui entendant l'énormité des montants des prix alloués aux champions, ne manquent pas de hurler à l'injustice. Ils ont déjà oublié qu'ils sont eux-mêmes les patrons et les sponsors de leur propres "vices" derrière la petite lucarne.

Combattre contre son prochain dans une lutte même à la loyale restera pourtant une idéologie complexe dans ses retombées. Les sociétés commerciales poussent à ce genre d'exercice pour attiser cette envie de compétition et pour augmenter les chances d'écraser le concurrent. La compétition, en solitaire, celle qui privilégie le combat avec soi-même, dans l'endurance, elle, n'a pas autant de valeur marchande.

La mondialisation de ces événements et la télé aident naturellement pour cacher quelques côtés moins positifs.

Les événements sont ce qu'ils sont. Ils arrivent à date fixe, mais doivent aussi se digérer vaille que vaille à date fixe aussi.

En Belgique, en mai 2008, Red Bull investissait dans sa pub à Bruxelles pour la Fête de l'Iris. Accord entre la ville de Bruxelles pour égailler les foules. J'ai cherché le symbole, sans le trouver.

evénementVous en souvenez peut-être, cela s'appelait "Europe rêve ou réalité". Red Bull ne fait pas l'unanimité et la Santé l'a même interdit un temps. La Taurine, présente dans le corps humain, a été expérimentée sur les GIs durant les guerres de Corée et du Vietnam, comme anti-stress, tout en créant des maux de tête et à l'extrême des hémorragies cérébrales. Alors, qui est la copine de l'autre dans ces événements?

evénementChez nous, le tennis, au féminin, a eu ses heures de gloire.

Justine Henin a raccroché sa raquette de compétition au vestiaire pour entamer une autre étape de sa vie. Elle était avide de vivre une autre vie, peut-être "sa" vie.

Kim Clijsters, après avoir quitté la compétition, nostalgique des podiums, veut y revenir. Le nationalisme revivrait pendant ses moments d'excitation et de gloire nostalgique? Pour preuve, il s'est souvent éteint dans l'esprit des supporteurs après leur disparition des écrans de télévision et des écrans marqueurs. Tout passe, tout lasse. (*)

Le foot recommence fin juillet. "Sportifez-nous", écrivais-je un jour où c'était nécessaire quand le moral est dans les talons plutôt que dans la pointe des pieds.

evénementÇà, s'est du sport. Oui, mais, encore une fois, pour qui?

Car, il y a les autres? Les spectateurs, malgré eux. Ceux qui ne sont pas intéressés par les sports en général ou en particulier et tout ce qui s'y rattachent. Parce qu'il y a ceux pour qui le sport, cela les emm... quoi.

evénementIl n'y a pas que les sports d'ailleurs pour trouver de l'opposition. Il y a des endroits qui sont sacrifiés aux "events" surtout en été. J'entendais, récemment, à la radio que la place Flagey de Bruxelles, renouvelée récemment, avait incité les riverains à lancer plusieurs plaintes pour cause de nuisances que ces événements engendrent.

On ne se demande pas, si, lors des manifestations sportives, les nuisances du bruit des télés, elles-mêmes, n'ont pas gêné ceux qui n'en ont rien à cirer.

evénementAucune statistique n'existe, non plus, pour déterminer le nombre de querelles de ménage que le sport a généré dans l'intimité des couples lors du choix des programmes de la télé.

Plaintes, mécontents. Les « antis » en tout existent. Ceux qui n'apprécient pas et j'en connais. Sont-ils négligeables pour autant?

Je me le suis demandé. Je leur dédie cet article.

Pourquoi s'en faire? Tant qu'on a la santé et les moyens, pourquoi pas?

Après nous, si ce n'est les mouches, que serait-ce? « Nous irons tous au paradis », chantait Polnareff. Peut-être.

evénementRien ne vaut, peut-être, une bonne et belle fête locale, qu'on aura organisé soi-même, en prévenant des nuisances, dans un environnement qui s'adaptera au mieux à tout propos et en ayant respecté la quiétude pour le maximum de personnes. Pour cela, il faut en connaître tous les points positifs et négatifs et ne pas faire confiance au premier venu.

Le principe de "mens sana in corpore sano" dans le contexte du respect des règles du "jeu" est une idéologie à plébisciter. Elle donne de la forme et de la longévité à ses participants.

evénementJe suis loin d'être un "anti-sport". Modestement, je pratique jogging et vélo en solitaire et cela à mon rythme. Je ne serai que très rarement celui qu'on dit "sportif", dans un fauteuil, avec la petite lucarne dans le regard. Courir, prendre son vélo peuvent très bien, sans la recherche d'une victoire quelconque, sans chercher à se comparer, mais m'assurer le meilleur combat avec moi-même en oubliant le spectacle. Compter en heures et plus en kilomètres parcourus. Ne plus rien à prouver à quiconque, c'est aussi une philosophie.

Pierre de Coubertin disait que le principal est de participer. Rien n'est plus juste. Un autre, Stephen Leacock, « Évitez soigneusement de faire du sport : il y a des gens qui sont payés pour ça. ». Comme quoi, tout est dans la nature de l'homme et de sa diversité.

evénementAlors, si un jour, la copine qui habite toujours le même quartier, sollicitée alors qu'elle n'en a rien à faire avec le sport, présentait l'addition, on pourrait lui répondre franchement avec des arguments bien réfléchis et incontestables.

Aimer le sport avec tous points positifs et négatifs, jusqu'à plus soif, question d'âge ou de sexe? Plutôt d'antécédents. Le football, une histoire de famille, disait Jean-Luc Dehaene. Mais, si aimer le sport est la question, en comprendre tous les sens et l'assumer, l'est tout autant.

evénementAlors, à vos boîte à compteurs, vos suggestions et vos votes pour et contre.

Avocat du diable, si vous avez quelques instants, de passer par ici, venez à mon secours.

 « Ave, Caesar! Morituri te salutant!»

  

L'enfoiré,

 

Sur Agoravox, de Grands ou de Petits sportifs?

Remerciements tout particulier à Kroll pour ses caricatures. Bonne vacances à lui.

 

Citations:evénement

  • « Le moment où l'on perd les illusions, les passions de la jeunesse, laisse souvent des regrets ; mais quelquefois on hait le prestige qui nous a trompé. », Chamfort

  • « Je crois avoir identifié les raisons de l'extraordinaire engouement de mes contemporains pour des sports qu'ils n'exercent pas personnellement. C'est un folklore que la caution de quelques intellos finit par transformer en patrimoine. », Philippe Bouvard

  • « Baisser les bras dans une compétition sous prétexte qu'on ne peut terminer premier est incompatible avec l'esprit du sport. », Eric Tabarly

  • « Faire l'amour est la seule activité sportive où l'on préfère s'entraîner que marquer un but. », Anonyme

 

(*) Mise à jour septembre 2009: Kim Clayesters a gagné l'US Open et Justine Hénin annonce son retour à la compétition. Le sport, à ce niveau est une drogue

 

evénementMise à jour 21 juin 2014: La coupe du monde du foot bat son plein.

 

evénementMise à jour 25 janvier 2017: encore du foot dans une réflexion "stadier"
podcast

Commentaires

"Courir, prendre son vélo peuvent très bien, sans la recherche d'une victoire quelconque, sans chercher à se comparer, mais s'assurer le meilleur combat av"

On ne peut mieux résumer les faits : le meilleur des sports est celui qu'on pratique soi-même (cyclotourisme en l'occurence)seul ou en groupe et loin d' un cyclisme pro robotisé aux pratiquants obligatoirement dopés pour satisfaire les exigences du direct à la télévision et le sponsor , sans quoi ils seraient probablement au chômdu.
La remarque est valable pour tout sport .
Je pratique le vélo mais ne dédaigne pas de passer 1 heure ou 2 lors du TDF (étapes de montagne), pour la beauté des paysages que la TV déroule sou s nos regards ébahis .
Un peu de sadisme me conduit à regarder la lucarne dans l'attente d'une défaillance qui ajouterait un peu de piment à un spectacle de plus en plus stéréotypé et lassant .

Un nationalisme exacerbé m'a fait admirer les prestations de "Eddy vitesse" en son temps mais j'avoue que le cyclisme ne me captive plus guère

Écrit par : marcel | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Marcel,
Je suppose que le chomdu, c'est le chomage.
Non ,a remarque n'est pas pour tous les sports. Le foot n'est pas un sport en solitaire.
Passez à TDF pour cela? Encore une fois, hors course à mes yeux.
Passe à National Geographic pour cela. Il y a de nouvelles chaines toutes destinées pour cela.
Les paysages défileront bien mieux sans être interrompus par des coups de pédale. Rien mélanger SVP. Ca donne le tournis.

Écrit par : L'Enfoiré | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

« Les citoyens travailleurs se retrouvent naturellement bloqués en attendant qu'elle passe cette put... de caravane ».

Mon cher Guy

Je retrouve, dans cette analyse assez complète, ce qui se passe l'été chez nous, au Québec. Frénésie, interruption de services publics, branle-bas dans la cité, le cyclisme ou autres événements sportifs occupent une place prépondérante dans la vie montréalaise et semblent même marquer le pas tant ils sont imposants.

Je me suis retrouvé, personnellement, dans cette toute petite phrase : « Courir, prendre son vélo peuvent très bien, sans la recherche d'une victoire quelconque, sans chercher à se comparer, mais s'assurer le meilleur combat avec soi-même en oubliant le spectacle ». La clinique de cardiologie m'a gracieusement fourni un podomètre. Ma moyenne de pas quotidiens se situe entre 14 000 et 24 000. C'est modeste mais cela me garde un peu la forme. L'autre forme, celle de l'esprit, de se mesure pas, tant s'en faut, au podomètre ;-)

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Cher Pierre,
J'ai depuis longtemps remarqué des ressemblance entre Montréal et Bruxelles. Il n'y pas que moi d'ailleurs.
Catherine Lara disait ""J'aime tellement Bruxelles, qu'à plusieurs reprises, j'ai failli y habiter. Sincèrement, si ma vieille maman de 95 ans n'était plus de ce monde, je serais déjà votre voisine. La Belgique est une terre d'accueil que je compare parfois avec Québec. On y trouve de la tendresse, de l'amitié, de la douceur de vivre et un bien-être qui n'existent pas à Paris".
Le sport, c'est aussi le cas.
La médecine préconise le vélo après un problème cardiaque.
Mais il ne faut pas penser s'intégrer au Tour de France.
Là, c'est la cata.
J'ai connu des gens qui ont dû rabaisser le rythme.
Moi, je n'ai pas attendu.

Écrit par : L'enfoiré | 05/08/2009

Répondre à ce commentaire

Guy

Cette citation de Catherine Lara est touchante. Merci de me la rappeler. C'est un peu pour cela que nous aimons si fortement nos villes respectives. Je garde un souvenir profondément marqué de Bruxelles. Surtout le resto chez Léon, si mythique, à mes yeux.

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 06/08/2009

Répondre à ce commentaire

En parlant du TDF qui passe assez régulièrement par mon tout petit pays, j'entends souvent la réflexion...: Ce qui est "chouette" avec le TDF, c'est que le public bénéfice d'un "spectacle" gratuit!
Ben pas pour tout le monde, les "citoyens contribuables" devront mettre la main au portefeuille et passer à la caisse d'une manière ou d'une autre! Les villes qui "invitent" l'arrivée ou le départ d'une étape du TDF n'ont jamais demandé l'avis de la population et je suis pas certaine que les quelques minutes de franchissement de la ligne d'arrivée, méritent des semaines d'emmerdes pour le commun des mortels qui s'en fout pas mal du TDF! J'aime bien le regarder à la TV...J'ai eu l'occasion de "le vivre" à Neuchâtel qui fut une ville étape dans les années 90, quand j'y habitais! Ben non merci! Des jours de bordels, de blocage de circulation dans la ville pour quelques secondes de lauriers! On ne fait pas autant de chichis avec "notre Tour de Romandie" ( ok, c'est pas comparable)! Cela dit, pour moi, le TDF ne devrait se dérouler qu'en France, car à force, on devrais l'appeler le tour d'Europe! Pourquoi s'étaler...la France est déjà si grande...et si belle!
Je ne parlerai même pas des championnats du Monde de Foot et autres organisations de " pompes à fric sportives" ! Pour moi, le sport c'est autre chose, c'est une activité physique saine, sans dépassement de soi dans la performance , car le sport n'est pas BON pour la santé; c'est l'activité physique qui EST indispensable à nous maintenir en bon état de fonctionnement!
Les blessures dîtes "sportives" sont un non sens! Les "sports de l'extrême" une hérésie ! Plutôt que de parler de sports en parlant de foot, de vélo ou de tennis professionnel, je parlerai moi de "Jobs et de jeux physiques professionnels rémunérateurs !

Quand je regarde cette polémique sur les fameuses combinaisons des nageurs qui "gagnent des courses et font exploser les chronos à coup de nouveaux records qu'on homologue ...aujourd'hui , alors qu'on annonce qu'en 2010, elles seront tout simplement interdites...non mais de qui se moque-t'on? N'est-il pas plus "logique" que de les interdire de suite? Ahhhh mais ma bonne-dame, faut gagner du pognon avant, on doit liquider le stock, rentabiliser la recherche technologique...et après, tout le monde s'en fout! Dans cet élan, j'ai juste envie de remercier l'ami Phelps qui a fait quelques pieds de nez aux autres en gagnant sans elle...mais j'espère juste, que l'exploit ne sera pas entaché par d'autres travers...
Allez, vive le sport...d'ailleurs, faut que je m'y mette, j'ai les poubelles à sortir, les courses à faire, le ménage, le repassage, le jardinage, pis après, faut aller sortir le chien, laver la voiture et si j'ai le temps, j'irai revisiter Bruxelles...à pieds, car le tour de ville en bus qui roulent au diesel, c'est pas sain, hein?
A bientôt donc...

Écrit par : Miss Canthus | 06/08/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Miss,
Tu as parfaitement compris le motif de mon billet.
Quand j'ai lu TDF de Marcel, je n'ai même pas fait le rapprochement. Crime de lèse majesté et de l'ignorance.
La France est en effet, un pays à la dimension du sport cycliste. Pas besoin d'en sortir. Montagnes, plat, longues distances et beaux paysages, tout y est.
Nous avons aussi des courses en Belgique, mais c'est un parcours fixé une fois pour toute en général (du moins, je crois, encore une fois pas spécialiste). Le sport n'est bon pour la santé que quand on ne dépasse pas certaines limites. Les excès comme en tout, on en subit un jour les retombées et elles peuvent être désastreuses.
Au tennis, j'aime beaucoup votre champion car il ne le prend pas de haut. Il sent la simplicité.
Je suis bien d'accord le sport, on le connait tous les jours.
C'est la vie, tout simplement.

Écrit par : L'enfoiré | 06/08/2009

Répondre à ce commentaire

Bon si j'ai bien compris, le tour de la Belgique ou celui de TDF présente quelques compléxités.

Les records sont tous faits à priori pour êtres battus, je me suis en ce qui me concerne toujours contenté de la couronne de lauriers.

Du sport il faut en faire tous les jours, le simple fait de vivre comporte déjà le plus sport le plus passionnat de la terre ou de notre passage.

Tous les sports sont sujets à cautions aussi diverses que multiples mais ce qui semble masqué c'est l'appat du gain je comprends pas non plus le fait d'interdire, d'autoriser, bientôt nous allons avoir des normes C.E. voir mondiales.

Puis nous constatons que pas grand chose est appliqué en l'espace de l'exploit, il faut juste un peu de recul pour le comprendre.

Suivre un copain qui habite chez une copine, ressemble un peu au film tiré ou en permanence chacun court à la suite de l'autre.

Il n'y pas pour autant de solution.

Les visions de records dépendent aussi de la passion que chacun peut avoir pour tel ou tel sport, enfin il me semble, c'est comme regarder les faits à la télévision ne vaut-il pas mieux pratiquer peu et en tirer un grand profit, où de regarder beaucoup et secreter l'impossible.

Puis dans les compétitions, ou les circuits mits en place les champions eux-mêmes deviennent-ils pas des machines?

Alors, laissez un commentaire en un lieu, c'est un "sport" en divers domaines.

Que voila un sujet à larges spectres.
En ce qui me concerne je trouve toujours une ressemblance là, où se trouvent des "ami(e)s" puisque que l'espace de vie ressemble à une forme d'exploits que la mer, les océans ne brisent.

Tout peut être envisagé, alors chacun (e) à ses manettes il suffit d'appuyer pour avancer, le bon sens finit toujours par avancer positivement.

Le jour succéde à la nuit, mais il fait jour sur l'astre terre 24H/24 et nous sommes tantôt dans le blanc tantôt dans le noir.

Il existe le monde de St Exupéry, alotrs je vais esayer de dessiner un mouton à la condition de ne tondre personne, en ce qui me concerne je m'en suis occupé tout seul et la nature fait le solde.

Le Panda

Écrit par : LE PANDA | 06/08/2009

Répondre à ce commentaire

Panda,
Tu es un digne représentant de notre civilisation. Je ne conteste pas, je constate. C'est un choix. Toujours en porte à faux à la recherche de quelque chose. Tu travailles en vase clos, je te l'ai dit.
Tu conserves des aprioris d'être le meilleur ou de tenter de l'être.
Je vais t'apporter une autre philosophie, une autre culture, parce que pour comprendre sa manière d'être il faut passer par prendre un peu de recul ailleurs.
L'émission d'Ushuya d'hier, m'a fait beaucoup réfléchir. Beaucoup de peuplades primitives, de nomades d'un peu partout (steppes, bushmen, ...) dans le monde étaient visités.
Alors, Nicolas Hulot a posé question toute simple, « à nos yeux »: « Mais, qu'est-ce qui vous manque le plus chez vous? ». La réponse: ...... silence. On ne comprenait pas la question.
On n'a pas de désir. On vit. C'est tout. Le lendemain est comme aujourd'hui. Pas de chef en vérité, un chamane qui joue un peu ce rôle mais au niveau spirituel.
Les records, on s'en fout comme de sa première chemise. Les lauriers, de même.
Si ce n'est pas de la philosophie, qu'est-ce?
Ta 3ème phrase est par contre vrai.
Notre civilisation a besoin de normes, de règles artificielles et humaines. Et on court, chacun à la suite de l'autre, en râlant en permanence parce que ce n'est pas fait comme on le veut.
La leur, c'est la nature seule qui impose sa loi. On réagit en conséquence et on ne se tire pas dans les pattes. On est seulement vigilant et près à résister aux autres peuplades.
Oui, absolument, c'est un article à plusieurs volets et il faut l'ouvrir en conséquence. Creusez et vous trouverez les vérités et les raisons du pourquoi de notre monde...
On en oublie trop vite les sources du mal. Elle est en nous et dans les directions que l'on prend.
Tu l'abordes avec tes yeux. Mais c'est à aborder autour d'une table ou un forum.
Souvent, les hommes ne sont pas prêts à remonter aux sources. Le pluralisme d'idées, j'en suis un plus fervent admirateur. Un forum, c'est une des forme d'accès à une des vérité la plus commune possible. Et là, il n'y a plus de chefs ou de subalternes. Pas de diplomatie, un échange total en fonction de son vécu et pas en fonction de son QI.
J'espère que je me suis fait comprendre.

Écrit par : L'enfoiré | 07/08/2009

Répondre à ce commentaire

Guy,

Je reprends ton introduction sur mon commentaire.

Tu es un digne représentant de notre civilisation. Je ne conteste pas, je constate. C'est un choix.

Tu me vois ravi façon d'écrire que sois percu ainsi et cela ne me dérange n aucune manière, le simple fait d'être un digne représentant de notre civilisitation peut expliquer que je vive peut-être avec mon temps et celui des autres.

Toujours en porte à faux à la recherche de quelque chose.

Toujours à la recherche d'un renouveau permanent c'est une certitude, en position de pote à faux, cela c'est ton opinion et je la partage pas du tout. Mais merci de le constater ou de l'entériner.


Tu travailles en vase clos, je te l'ai dit.

Je ne traiavialle le Forum en ce qui me concerne est un témoignage de ce que je peut-être, mais surtout ho grand dieu jamais en vase clos, mais certaines circonstances font que l'âge avancant le Forum représente actuellement un blog actualisé et personne ne peut prédire, ce qu'il peut devenir, pas même moi.

Tu conserves des aprioris d'être le meilleur ou de tenter de l'être.

Absolument, pas mais je te donne acte de tes propos comme je l'ai toujours fait et de cela je t'en remercie.

Je ne suis un homme de la télévision moderne, je préfére le contact sur le terrain lorsque je le peux.

Ce que je fais c'est toujours sur un "coup de coeur" et un ressenti trés fort en dehors de dérives que nous pouvons avoir tout un chacun dans le cas contraire nous ne serions pas humains.

Les recors en s'n fout tout les lauriers c'est ce que tu penses, mais je ne partage pas du tout ce point de vue, une médaille d'or, d'argent, ou de bronze,vaut autant plus que si un record est battu, je puis te donner des chiffres mais cela ne ferait pas avancer l'oeuf, je pense que tu vois ce que je veux dire.

Creusez et vous trouverez les vérités et les raisons du pourquoi de notre monde...

En ce qui me concerne je ne me sns nullement capable de le faire et ce n'est point un défi, mais il me semble que personne au monde ne peut avoir la prétention de mettre en aplication ce type d'élément, à moins que le solde soit les points de suspensions.

On en oublie trop vite les sources du mal. Elle est en nous et dans les directions que l'on prend.


Heureusment je suis en accord avec cela et je le compléte à tort ou raison en disant qu si nous ne faisions pas ainsi, les autres ne pourraient pas comprendre leurs erreurs et l'instigateur qu je puis être non plus.
Puis les directions que l'on prend sont bien souvent dictées par des circonstances que l'on se surprend soi-même plus souvent que certains le pensent.

Dans la mesure ou les hommes ne soient pas disposés à remonter aux sources, il y a toujours une émulsion héritage à multiples facettes que nous sommes incapables de maitrise dans son intégralité, le contraire feraient de nous des robots diriogés par les mains de l'homme, donc je n'y vois aucune avancée.

J'ai du louper un épisode dans la fin de ton commentaire, mais c'est bien le vécu d'une maniére ou d'une autre qui détermine le Q.I. dans la mesure ou je ne mélange jamais les cultures et les civilisations et le pseudo Q.I. qui en ce qui me concerne laisse pas une épreuve à combattre pour se montrer, mais sert à certains à connaitre ses limites.

Par contre effectivement le bâton et la carotte c'est intelligent pour qui et quoi?

Nous pourrions débattre à fin de vie sur des pensées qui ne sont pas toujours universelles, mais je me garde bien de prétendre avoir inventé quoi que ce soit, j'ai fais mieux ou moins bien, puisque le principal à mes yeux reste toujours de tenter de particper en fonction de nos propres moyens.

Un combat peut-être solitaire, mais c'est aussi un "joyau" que certains pensent trouver par hasard ou chance et ils ne trouvent jamais ni l'un ni l'autre.
Il y a des pages de notre arrivée à notre départ que nous vivons en fonction des traces que nous laissons.

La compétention autant que cela en soit une, c'est l'amour qui lui effectivement ne peut en aucun cas s'acheter il se partage.

J'ose croire que tout comme toi je me suis fais aussi comprendre.

Mais je laisse toutes les portes ouvertes à tous débats auquel chacun veut bien participer sans aucune obligation de vainqueur, les primes sont virtuelles dans un camp comme dans l'autre me semble t-il.

Bien à toi et merci de m'avoir amené à te répondre sur divers points que je pensais à torts ou raisons avoir compris.

Le Panda

Écrit par : LE PANDA | 07/08/2009

Répondre à ce commentaire

L'enfoiré

Je rappellerai simplement ces mots d'Antoine Albalat : « Il est rare qu'on ait le discernement et le courage d'être purement et simplement ce que l'on est ».

Je partage pleinement ce constat selon lequel : « Les records, on s'en fout comme de sa première chemise. Les lauriers, de même ». Il faut dans la vie séparer le principal de l'accessoire.

Et sur ces forums d'opinion, que j'ai désertés, il ne faut point ignorer que, comme l'enseigne Montaigne, « Les hommes sont tourmentés par les opinions qu'ils ont des choses, non par les choses mêmes ».

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

Cette frénésie d’agiter les membres dans tout les sens pour gaspiller l’énergie pourrait paraitre drôle à beaucoup d’extraterrestres. Mais là où ils se fendraient vraiment la poire c’est en regardant les gens qui regardent des gens s’agiter en tout sens.

Sans parler de l’acharnement des commentateurs à nous faire croire qu’il y a du suspens alors que c’est loin d’être toujours le cas... L’opium du peuple, vraiment.

Écrit par : Lachésis | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

Pierre,
Je rappelle un point très important à mon article qui passe inapperçu et qui pourtant explique beaucoup de chose sur le comportement de chacun.
"Aimer le sport avec tous points positifs et négatifs, jusqu'à plus soif, question d'âge ou de sexe? Plutôt d'antécédents."
Sur un sujet pareil, je m'apprettais à une controverse très vive avec ma dernière phrase : "Avocat du diable, si vous avez quelques instants, de passer par ici, venez à mon secours." Cela n'a pas vraiment été nécessaire, ni ici, ni ailleurs. Ici, il était question de la philosophie du sport, plutôt que du sport lui-même.

Mon article suivant va peut-être l'expliquer.
Il est en construction, mais je peux dire déjà qu'il sera aussi plein de vérités.

Écrit par : L'enfoiré | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

Lachésis,
Ton commentaire, j'y ai déjà répondu ailleurs.
Je vais aller plus loin encore.
Tu sais qu'il y a toujours un beau-frère chez les humristes. en France, c'est celui de Anne Roumanoff, en Belgique, c'est celui de Marc Herman ( http://www.youtube.com/watch?v=OkRovPPAOpc )
J'en ai un aussi de beau frère.
Lui, un grand "sportif" devant le petit écran.
Un jour, je lui ai sorti cette question lors d'un match de foot:
"Comment se fait-il que l'on court à s'en perdre les poumons derrière une balle pour dès qu'on l'a, la transférer vers quelqu'un d'autre?".
Il est resté sans réponse avec un sourire agacé.

Écrit par : L'enfoiré | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

« Aimer le sport avec tous points positifs et négatifs, jusqu'à plus soif, question d'âge ou de sexe? Plutôt d'antécédents »

L'enfoiré

N'y a-t-il pas aussi une question de culture? Que dire de ces parents qui, en tout sportif qu'ils sont derrière un cola ou des croustilles, contraignent leur fille ou leur fils à des compétitions et qui les forcent à la culture de gagner? Non pour satisfaire l'enfant lui-même, mais pour combler l'égo du parent, qui n'a de vedettariat, à se mettre sous la dent, que dans son salon et devant sa télé?

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

Pierre, Le football aux Etats-Unis n'est pas celui que l'on connait. Bien sûr certains sports ne sont pas internationaux. Le criquet, le base ball, les combats de sumo par exemple sont directement liés au pays. Il y a aussi la raison culturelle, du prestige qui dans un pays, décideront d'un sport plutôt qu'un autre. Il est clair que certains sports, équitation, golf et même tennis n'étaient réservés qu'à des classes privilégiées.
Car la culture, c'est quelque chose qui se forme en fonction du pouvoir d'achat aussi. J'ai choisi en particulier le vélo, le tennis et le football, parce qu'à eux seuls, chez nous ils représentaient un gros pourcentages d'adhérants.
Le problème n'est d'ailleurs pas le sport en lui-même, mais ses excès. Et ceux-ci sont de diverses formes.
Comme je l'ai dit, il se cache une idéologie derrière tous les sports: vaincre l'autre, l'enfoncer, le faire disparaitre des marquoires, pour prendre sa place.
Perdre des adversaires dans la vie du travail, s'est risquer de perdre des chances de progrès.
Quand aux parents, ils ne seront jamais que les suiveurs de ce qui se passe ailleurs.

Écrit par : L'Enfoiré | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

Maintenant, une question essentielle: est-ce que la pratique d'un sport à son rythme permet-elle d'allonger la vie?
Là, rien n'est moins sûr. Je pense pas qu'un médecin ait affirmé cela dans un paris. L'exercice permettra seulement d'en améliorer la fin. L'esprit aussi a son écho à faire valoir.
Bien vieillir demande un peu de tête et un peu de jambes.
Là, je suis gracier et mon avocat du diable, je pourrai le renvoyer.

Écrit par : L'Enfoiré | 09/08/2009

Répondre à ce commentaire

L'enfoiré

Vraiment une excellente question à laquelle je ne saurais répondre, n'étant ni spécialiste ni un adepte à l'allongement de la vie ;-)

Pierre R. Chantelois

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 10/08/2009

Répondre à ce commentaire

Une autre affaire du même type: l'Eurovision.
Paul Hermant reprenait le flambeau sur le sujet.

http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/la-chronique-de-paul-hermant-222401

Écrit par : L'enfoiré | 31/05/2010

Répondre à ce commentaire

Voilà qu'il y aurait trop de concerts à Bruxelles
http://blog.lesoir.be/frontstage/2011/08/09/trop-de-concerts-a-bruxelles/

Dire cela le jour où on plante le Meyboom à Bruxelles?
http://www.lesoir.be/regions/bruxelles/2011-08-09/le-meyboom-plante-pour-la-703e-fois-855811.php

Écrit par : L'enfoiré | 09/08/2011

Répondre à ce commentaire

Enfoiré

Très drôle

Merci

Écrit par : C’est Nabum | 27/05/2014

Répondre à ce commentaire

Mais ceci pourrait être aussi une manière de répondre avec humour

http://www.rtbf.be/video/detail_cafe-serre-de-laurence-bibot-06-06-14?id=1933205

Écrit par : L'enfoiré | 06/06/2014

L'opinion d'Alex qui se Qatarise pour l'occasion
http://www.lesoir.be/566404/article/debats/chroniques/2014-06-08/chronique-d-alex-vizorek-qatar-rit%E2%80%A6

Écrit par : L'enfoiré | 08/06/2014

Répondre à ce commentaire

Encore du foot dans une réflexion "stadier"

http://vanrinsg.hautetfort.com/media/02/02/1609837389.mp3

Écrit par : L'enfoiré | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire