Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2010

Les tabous toujours au programme ?

L'éducation des jeunes et surtout des moins jeunes est un problème de reconnaissance des tabous.

educationPresque 4 ans, depuis "Demandez le programme et corrigez-le". Le but comparer les modèles d'apprentissage dans certains pays européens. Force est de constater que depuis la situation s'est durcie. L'éducation est-elle une affaire de situation conjoncturelle ou structurelle? Les tabous du diplôme, bien que bien accrochés dans les habitudes, ne sont-ils pas à remettre en question eu égard de certains événements ou faits nouveaux?


Dernièrement, le film "La journée de la jupe" avait été présenté sur ARTE et sur d'autres chaînes pour lancer un électrochoc dans les esprits des différents acteurs intéressés par l'éducation dans nos écoles.

L'instruction et l'éducation sont devenus de réels sables mouvants. Entre les deux, on ne sait plus très bien qui fait (ou qui devrait faire) quoi et pourquoi. Anticiper les mouvements et les mutations générées par l'évolution de plus en plus rapide des techniques est devenu un véritable cauchemar. De nouvelles spécialités sortent du chapeau notre inconscient. Alors, on suit, on réagit à l'événement au coup par coup et on investit dans le présent pour extrapoler à très courte vue. Plus question de comparer avec le passé. Celui-ci est dépassé. Les écoles sont devenues multiculturelles, multifonctionnelles. Les problèmes du voile à l'école, pour ne citer que cela, n'ont pas encore trouvé de réponse bien nettes. La direction, prise par les éducateurs, n'est plus celle de leur propre volonté. En porte à faux entre ce qui devrait être enseigné comme doctrine et ce qu'elle découvre sur le terrain, plus politique et en relation avec le côté multi-ethnique. L'enseignant, encore réactif, en a marre de réajuster le tir en permanence suite aux sursauts ministériels. Des événements totalement indépendants de l'école justifient la révision du parcours du combattant de l'enseignant qui ne sait plus à quel saint se vouer. Non seulement, l'apprentissage des matières scolaires n'est pas ajusté aux besoins réels de la société, mais l'éducation de la citoyenneté, elle-même, ne l'est pas non plus. Le goût pour les études s'étiole aussi chez ses ouailles. Les sciences n'attirent plus, même si les débouchés existent et ne sont pas limités par un numerus clausus.

Plein de bonnes volontés, ils se réfugient derrière des programmes de plus en plus lourds et ... l'absence du succès assuré. Le risque n'est plus motivant pour émerveiller.

L'enfant est devenu un adulte avant l'âge confronté, très tôt, avec des problèmes de notre modernité qui ne sont pas de son âge et qu'il consomme en sautant la lecture du mode d'emploi et en éliminant, de fait, les effets secondaires. On ne joue plus dans la rue avec ses condisciples, on les coudoie dans la virtualité, sur une toile, par chats interposés. Le stress s'est invité au passage. On se prépare devant les écrans d'ordinateurs par l'intermédiaire de jeux vidéo à une vie plus dure et plus éprouvante que dans la réalité. La compétition, la lutte pour l'existence dans une vie reconstituée dans le virtuelle, fait partie de ce jeu dont on ne mesure les effets qu'après coup chez les jeunes.

L'adolescence était l'âge critique, il ne l'est plus seul pour les mêmes raisons. Dans un monde, où rêver n'est plus accorder à ceux qui en ont le pouvoir, le rêve est effacé d'un trait de plume. Il faut aller plus vite et sauter l'étape de construction de sa personnalité pour tomber dans le préformaté.education

Le long fleuve tranquille ne trouve plus son embouchure. Du coup, un réajustement au niveau parental est peut-être, plus important que professoral.

L'éducation au niveau parental, de premier niveau, n'existe plus, ni au départ, ni dans la continuation et sans repêchage possible s'il n'est pas corrigé très vite. On assume, vaille que vaille, parce que la situation est devant soi sans garde fou. Les excès ou les pénuries vont très vite se manifester. Les grandes questions de la condition humaine, de la coutume n'ont jamais été imprimées dans les gènes. Le désir d'enfanter est vite supplanté par la peur d'être parent dès les premiers déboires. Peur incomprise qui se transmet aux intéressés par simple contagion. Les parents sont de moins en moins là dans un temps synchronisé avec la présence de leur précieux "butin" de  vie pour vérifier leur progrès de l'opération "construction".

educationPour s'attirer le maximum d'ouvertures, ils tentent d'adhérer dans le club de ses jeunes en "copain". Chaque partie veut rester dans le coup et partager ainsi la même jeunesse. Et c'est vrai, chacun devrait en profiter. Mûrir ensemble n'est pourtant plus à l'ordre du jour dans les deux camps quand les conflits s'amoncellent. L'autorité bien comprise, un modèle de vie restent le fil rouge de toutes bonnes éducations, mais pour cela il faut du temps, beaucoup de temps.

A la maison, pour garder l'église au milieu du village, on n'aime plus trop s'embarrasser de discussions ou de disputes orageuses. Le drapeau blanc est mis. Bien planté dans un terrain miné des conflits de générations. Même la vie de couple n'est plus dans les mœurs comme exemple pour ces jeunes. Les divorces, les disputes, les faibles plages de temps imparties dans les trous restants de la vie active n’apportent pas l'envie et le risque de créer une famille avec l'autonomie financière en prime pour le jeune qui se cherche. Les lois veulent s'harmoniser avec l'air du temps et cherche à diminuer le temps nécessaire pour concrétiser une volonté de séparation en ne prenant pas trop fait et cause de la génération descendante. Insidieusement, tout se met en place de manière inversée dans le miroir sans tain de la vie.

educationInternet et tout ce qui l'entoure a apporté ce cataclysme dans la manière de donner et de partager l'information. Bientôt des conversations entre parent et enfant par clavier interposé. Plus question de penser qu'il ait pu exister une vie avant ces révolutions successives de la communication tout azimut. Le virtuel de la communication de l'info, le virtuel de la présence parentale, le virtuel de la sécurité ailleurs que dans le giron parental mènent le Web vers le "World Enterprise Beatitude". Dans le monde virtuel, quand le héros reçoit un coup de poing ou de couteau, il réapparaît comme de si rien n'était dans le feuilleton suivant. Dans le réel, la blessure ne se cicatrise jamais, elle s'auto-reconstruit.

Les conséquences de cet état d'esprit ne sont pas minces du côté de la manière de grandir, des solutions pour apprendre, du risque pour l'économie qui se cherche des moyens de produire plus grâce à des coûts réduits au minimum. La motivation de créer sa propre voie, sa propre entreprise avec risques intégrés dans le processus n'est plus à la pointe des revendications.

Quand les études deviennent des investissements à fonds perdus, c'est encore pire. Parfois, les études se prolongent obligatoirement ou volontairement dans un seul souci de sécurité. Obligatoirement, car la sécurité du lendemain, le "cocooning" des parents atteignent aussi les jeunes. L'étudiant tend, alors, à s'aligner pour se donner le maximum de chances dans son imaginaire en diversifiant ses possibilités de carrières quitte à devenir sur-qualifié et donc inaccessible ou trop pointu, plus tard, sur le marché de l'emploi. Les licences et les diplômes se récoltent un à un, dans la douleur des études consenties ou forcées. Alors, tant que cela peut durer, le jeune estime que la situation sera plus cool chez les parents pour le bénéfice de chacun, puisque apparemment, les parents assument et n’expriment pas le besoin de retourner à une époque moins "chahutée". La durée de l'adolescence varie de ce fait de 12 à 30 ans. On ne rêve plus, on compte ou on décompte.

Le suivant dans la lignée, quand il aperçoit le grand frère quitter le foyer paternel pour vivre sa propre vie, avec une tête bien pleine, rester sur le carreau, les envies de l'imiter deviennent toutes théoriques.

Le livre "Ainsi soit-il" de Philippe Van Meerbecke en parle en tant que pédopsychiatre et neuropsychiatre. Fonder une famille devient le problème majeur. Alors, quand cela se corse en plus en constatant, par effet miroir, que le papa de retour à la maison prématurément du travail avec un autre papier en poche, signé pour rupture de contrat, cela décourage encore plus. Si les affaires semblent marcher au vu des résultats financiers des entreprises, les restructurations en cascades, le chômage est en augmentation constante. La crise, pardon, les crises, ont fait perdre l'espoir dans un avenir meilleur.

La vie de prof est de moins en moins facile. La formation avec les programmes scolaires sont toujours là, il faut les passer à la génération suivante et espérer que le reste va se construire sur le tas. Semblable en surface et pourtant très différent en profondeur, le métier de formateur n'est plus ce qu'il était avec une formule ex cathedra. L'école, dépassée par les événements est là pour instruire et faire des hommes heureux dans une carrière professionnelle, ne passe plus qu'un programme. C'est devenu réagir à l'attaque d'un adolescent dans la "douceur" quand la défensive se mue en offensive dans la pratique. L'instruction, avec l'estrade intermédiaire, est passée de mode, et c'est tant mieux. L'autorité de ce type faisait perdre dans l'immobilisme, trop d'occasions de rencontrer les idées neuves en cassant les personnalités. Actuellement, l'étape choisie est en opposition à 180°, avec les risques de mauvaises compréhensions de ce qu'est la vie d'adulte.

La collaboration avec l'esprit d'équipe comme toile de fond, plus d'autorité pure mais non dure, une camaraderie naturelle seraient une solution à privilégier. L'obligation de compétition efface toutes ces envies. Ce qui mène à donner des chances aux meilleurs en laissant les autres en manque. Technique, qui mène à l'extrapolation, compensée en parallèles par de "faux participants", de faux "Rambo" organisés en bandes. Alors, pour le Rambo, motiver son attention par l'instruction n'est  plus la bouée de secours, c'est une perte de temps. La violence est une solution automatique pour s'affirmer, sans se construire.

Le "plus" pour motiver et intéresser à son époque n'est malheureusement plus à la portée de tout enseignant, pris par le temps, formé sur des bases dogmatiques et très vite obsolètes dans un programme lourd et condensé. Les repères ne sont plus là pour les orienter vers de nouvelles recherches.  Les limites non précisées, non ajustées avec celles des autres concitoyens sont à l'origine des dérives que nous connaissons aujourd'hui. Dernièrement, tollé quand une école envisageait de présenter un texte à réfléchir qui imaginait des situations violentes et qui demandait une dissertation sur le sujet. Les adultes n'auraient-ils pas encore remarqué que la violence est présentée et regardée quotidiennement par les jeunes sur toutes les télévisions du monde ou insérée dans les programmes vidéo de jeu? L'insécurité généralisée qui s'y regarde avec un œil plus attentif que pour les adultes, crée des envies d'extériorisation, de reconnaissance par la bravade pour narguer l'autorité.

On observe parfois bizarrement les deux extrêmes. Imiter un prédécesseur dans un acte de fausse "bravoure", en dédaignant les autres et virer dans la délinquance ou appuyer par le retour à la croyance religieuse, pratiquer le "don de soi" et cela, jusqu'à la mort. Les nouveaux jeux du foulard pour frôler la mort de près n'en sont qu'une représentation. Les médias feront le tam-tam nécessaire pour justifier les deux idéologies de base. La religion en aura gagné un martyr de plus. Le bon gain n'est pas dans la prise matérielle du bien d'autrui mais dans l'exemple et la prise fonctionnelle de l'autre qui parait mieux fonctionner pour faire évoluer le bien commun.

Une réflexion, une remise en question fondamentale des méthodes et processus, malheureusement sans modèle, s'imposent quand la règle de vie naturelle n'est plus très bien définie. A la veille de bouleversements économiques et écologiques, cette prise de contact avec la dure réalité des réformes se fait évidemment après coup, sans préparation ni tests préalables. En retard d'une guerre, en somme.

Alors, on cherche des solutions tout azimut. Par le départ de la compréhension est certainement une bonne approche des problèmes.

Alors, il y a eu PISA qui désigne le "Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves", et auquel participent 32 pays, avec la coordination de l'OCDE. Ce programme a pour ambition de mesurer les connaissances et les compétences acquises par les jeunes. Évaluations internationales qui dès les années 60, se sont posés la question de millions d'élèves par le monde, des dizaines de systèmes éducatifs et comment se comparer, comment mieux se comprendre les uns les autres et donc, mieux se comprendre soi-même.

On parle aussi de socle de compétence. Ce n'est pas évident de s'attacher à quelques dimensions seulement pour pouvoir trouver un terrain de comparaison. Grosso modo la lecture, la langue, les mathématiques et les sciences sont les domaines sur lesquels, il y a eu un consensus parce ce qu'ils pouvaient être mis à la disposition de la société le plus facilement.

Pouvoir lire, pouvoir comprendre sa langue, pouvoir compter, l'essentiel d'avant.

La diversité, face à des systèmes culturels, des origines culturelles différentes, est venue s'ajouter. Comment objectiver dans ce cas?

Malgré des analyses fines, on ne peut pas détecter par le biais linguistique ou culturel toutes ces épreuves. Le thermomètre, PISA ne permet que de se situer par rapport aux autres externes et pas, en interne, dans chacun des pays concernés, où là, on se cherche encore.

Le fameux acquis, le suivi des acquis démontrait que les compétences en langues, en mathématiques, en sciences, continuent à être loin de la performance demandée.

Dans la pratique, on remarque que les compétences sont très dispersées. La moyenne ne représente pas grand chose. Souvent tirée vers le bas par beaucoup d'élèves faibles qui plombe les résultats. L'origine sociale, véritablement, devrait être tenue comme facteur de correction.

Le niveau socio-économique qui prime sur la plupart des autres caractéristiques des élèves, le fait d'être immigré, n'a quasi pas d'impact par rapport au niveau socio-économique. C'est vraiment un problème de traitement des élèves défavorisés en général et non pas de problème particulier par rapport aux élèves issus de l'immigration. La réflexion doit être intégrée dans la problématique globale du traitement des élèves fragilisés au niveau scolaire ou social.

Du coup, la diversité est devenu primordiale. S'inscrire dans une école de choix  est devenu un problème d'égalité des chances plutôt que de corriger l'erreur de la différence.

educationLa semaine passée, le Nouvel Obs titrait un de ses articles "Grandes écoles: comment rester entre soi?". Comment pratiquer l'ouverture et la mixité sociale?

"Nous sommes contre les quotas de boursiers dans les grandes écoles et les niveaux des concours doivent être les mêmes pour tous", disait le directeur de L'ESSEC, Pierre Tapie avec le souci de l'idéologie républicaine en réplique avec la ministre Valérie Pécresse, qui proposait 30% de boursiers, pour éviter les filtres sociaux. "Discrimination positive", renvoie l'ascenseur. Élitisme, malthusianisme dans un faux numerus clausus. Résultats, les Grandes écoles dans le CGE ne scolarisent que 5% des  étudiants français et diplôment en moyenne tous les ans, 162 étudiants chacun. Les concours sont devenus discriminants et peu adaptés, par trop abstraits, pour se greffer en harmonie dans un profils souhaitable pour une société humaine. Le concours traditionnel ne mesure pas nécessairement le mérite mais force au filtre social. Les "cordées de la réussite" augmentent les chances de plus d'étudiants dans la quantité plutôt que, seulement, dans la seule qualité académique ou géographique.

En Belgique, respecter l'égalité des chances a, pourtant, entraîné des problèmes inextricables et non encore élucidés, lors des inscriptions des élèves dans les écoles du secondaire. Les parents se sont vus, en fille, dans des rues pendant des heures et des jours, pour inscrire leur rejetons. Pour rectifier, l'année suivante, les inscriptions se sont vu tiré au sort. Cette année, nouveau décret dans des listes d'attentes. Comme si ce n'était pas les écoles elle-même qui ne devaient pas se chercher une voie dans l'égalité des valeurs et moins dans l'élitisme concurrentielle entre elles sur la seule renommée.

Les éducateurs de tous bords doivent y mettre un coup dans la rectification de leurs méthodes en les alignant avec les nouvelles normes. Agressivité égale peur remplacée par la sécurité autoritaire et présente dans le futur, égale envie de passer à l'étape suivante constructive d'une existence responsable. Canaliser la violence dans des projets motivants est la seule voie royale. Parler, disserter est une obligation pour ouvrir l'esprit dans la responsabilité et la parfaite reconnaissance de ce que peut être une vie heureuse grâce à soi et uniquement à soi.

Dans un second temps, il sera possible de rouvrir les vannes de la connaissance et penser évaluer les résultats des "chères études". PISA aura son heure de gloire, c'est sûr. Les systèmes éducatifs n'auront seulement pas mis la charrette avant les bœufs. Le socle de la compétence, cité pompeusement et tellement prisée par l'entreprise aura des bases citoyennes moins techniciennes mais plus humaines.

La conception de l'école consiste à sélectionner très tôt. Il faudrait s'attaquer à la racine. Dès le primaire.

Le Science et Vie d'octobre 2009 parlait des connaissances naïves qui entrent à l'école. "Dès sa perception du monde, un enfant tire des conclusions qui, pour lui, ont valeur de vérités. Ces connaissances naïves freinent l'acquisition de savoirs objectifs." Réconcilier logique et intuition est un test qui pourrait abolir les tabous du programme. En France, l'article constatait que 10% des élèves de 3ème ne maîtrisaient pas les compétences de base en mathématiques. La capabilité de la lecture, elle, n'est même pas vérifiée. Le repérage des savoirs "naïfs" de manière expérimentale pour les intégrer aux savoirs proposés en classe pourrait donner un push au résultat final. Le "Projet Coeff", assisté par ordinateur et un programme baptisé "Pirates". Orientation intuitive dans la réalité vécue tous les jours, pour apporter des réponses à un problème. "L'objectif des exercices demandés est d'inciter les élèves à adopter un autre point de vue sur la division, de passer de la représentation de partage à la représentation de distribution". Si le succès est au rendez-vous, la logique et l'intuition, associés, permettraient d'aller plus loin et plus vite. L'élève ne s'adapte, donc, pas à l'école, mais cette dernière s'adapterait à l'élève pour changer.

"Avoir une brique dans le ventre" comme se dit le belge, n'est pas nécessairement réservé à la construction d'une seule maison. Une responsabilité humaine se construit à base de briques rouges et de beaucoup de ciment gris. Elle n'est plus limiter dans le temps. De plus, une maison pour une vie qui y pense encore, aujourd'hui, vu qu'avoir une profession unique pendant cette vie n'est plus assurée. L'enseignant et les étudiants n'auront plus d'âge et devront se remettre à niveau pour suivre l'évolution des connaissances. Dans la "bagarre", il y aura aussi les "self made men" qui réussiront aussi dans la vie et qui auront aussi leurs mots à dire avec une expérience longue comme le bras.

Faudra-t-il abolir les tabous dans le mortier de cette communication et s'émerveiller de leurs avantages?

Pas de doute, l'éducation reste un sujet à rebondissements avec des sources et des résultats spécifiques et aléatoires.

 

L'enfoiré,

Sur Agoravox, des enseignants ou/et des étudiants?

Citations:

  • « Education – Ce qui manque à l'ignorant pour reconnaître qu'il ne sait rien » Albert Brie

  • « L'Education est un progrès social... L'éducation est non pas une préparation à la vie, l'éducation est la vie même », John Dewe

  • « La violence n'est pas le but. La violence est le moyen. » , Georges Franju

 

Commentaires

L'enfoiré

Encore un pavé dans la mare. C'est bien. Un débat de fond devrait s'amorcer à partir d'une telle analyse. Mais voilà. Tout le fondement est là : qui s'intéresse vraiment aux débats de fond? Ces jours-ci, sans minimiser la portée de votre analyse, permettez-moi de vous dire qu'ici, dans notre coin de pays, le premier ministre a convoqué une rencontre des leaders économiques. Une des questions qu'il a posées est la suivante : « Je vous demande quels gestes peut-on poser pour mieux arrimer nos programmes de formation générale, de formation professionnelle et de formation technique aux besoins du marché du travail? » Je serais tenté d'opposer à cette question de notre premier ministre votre propre constat : « L'enseignant et les étudiants n'auront plus d'âge et devront se remettre à niveau pour suivre l'évolution des connaissances. Dans la "bagarre", il y aura aussi les "self made men" qui réussiront aussi dans la vie et qui auront aussi leurs mots à dire avec une expérience longue comme le bras ».

Pierre R. Chantelois

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 21/01/2010

Désolé pour la mare. ;-)
J'ai partiellement répondu à la suite du commentaire de Chantecler
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-tabous-toujours-au-programme-68439#forum2402171

L'enseignement n'est plus réservé qu'aux premières années de la vie.
Vu que la longueur de vie augmente et qu'on se retrouve avec 5 générations en compétition, il s'agira de répondre au cas par cas dans l'époque où l'on vit.
La conclusion principale de mon article: l'éducation permanente.
Albert Jacquard dans son livre "Le compte à rebours a-t-il commencé" a un chapitre entier sur le sujet.
http://www.paperblog.fr/1736871/albert-jacquard-le-compte-a-rebours-a-t-il-commence-editions-stock-2009/

Quand je m'endors, le soir, Je suis toujours très heureux de me sentir moins idiot que la veille.

Écrit par : L'enfoiré | 21/01/2010

RSA, une bonne chose pour les non-étudiants seulement.
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-rsa-quoi-de-neuf-68616

Étudier est-ce considéré comme un plus pour la société?

Écrit par : L'enfoiré | 23/01/2010

L'enfoiré

"L'éducation permanente", attention à ne pas avaler les couleuvres trop rapidement !

Tant qu'une minorité a besoin d'asservir une majorité pour créer un faux marché, les cartes sont truquées .
Tout ce qui est rare est cher, la rareté de l'emploi en fait la valeur, les "raisons économiques" c'est de la pure foutaise, une pure diversion pour abrutis.

Par exemple, TOTAL viens de s'offrir 300% de bénéfices, ça ne les empêche pas de se séparer de 300 salariés à Dunkerque ... (pourtant le marché est là, les bénéfices sont là )

On peut se former tant qu'on veut nous avons à faire à des truands ( pense au principe de Peters )....

Se former, s'éduquer, d'accord mais surtout le faire pour sois même sans penser à un "retour sur investissement" .

Nous ne sommes pas d'accord sur ce point mais nous vivons dans une époque de truandage institutionnalisé .

On peut parler de faits divers et de pourris, les plus gros pourris sont à la tête, ce n'est pas la peine de faire la morale aux jeunes, ils ont des yeux pour voir !

Des PDG qui se palpent 18 millions d'euro par an c'est plus que 6 Loto par an !!!!
Cela ne les empêche pas de délocaliser pour se shooter au fric un peu plus, au diable la qualité, au diable les salariés qui pour certains ont sacrifié leur vie personnelle pour faire vivre "l'entreprise" .

Avec moi le souci serai rapidement réglé à la 12,7, "tu as voulu faire le mafieux et tu as perdu mon gars !" .

Zéro pitié ! (comme eux !)
Pour eux seul "le chiffre" compte, pour moi "seul l'intérêt général" compte !

J'aimerai bien passer à la dague de combat un type qui se paye plus de 15 millions d'euro par an, juste pour voir si son sang est en or, juste pour voir si la terre et son entreprise s'arrêtent de tourner ....
Personne n'est irremplaçable sinon la mort de certains PDG signeraient la mort de leur entreprise .

Conclusion : De tels salaires c'est de la foutaise, c'est juste des salaires de mercenaires internationaux, des "soldiers of fortune" (en plus lâches et qui prennent moins de risques pour leur santé)

Ce n'est pas la compétences qu'on cherche, la formation c'est une excuse, ce sont des esclaves qu'on recherche .
Quand Nike délocalise pour faire fabriquer ses produits par des gamins de 13 ans, c'est certainement pas parce que les gamins de 13 ans ont Bac+8 !!!

Écrit par : Sun Tzu | 25/01/2010

Salut Sun Tzu,

"Tout ce qui est rare est cher".
Absolument. Le succès n'est jamais assuré, mais si on ajoute ses pions sur l'échiquier et ses envies de réussir.
Quand j'ai raccroché, j'ai pensé qu'il y aurait des possibilités à l'école du 3ème âge. De l'astro-physique, voilà, ma pensée de départ.
C'était du rêve. Rien n'est structuré
J'ai participé dans des forums qui parlaient du keynésisme comme solution. Cette théorie n'est qu'obsolète dans la formulation de ce qu'on appelle "plein emploi" pour résoudre les crises.
En fait ce qui manque, ce sont les mots "... du temps".
Il faut meubler son temps, mais pas nécessairement avec du travail qui pourrait être rentable avec du travail qui plait.
Je sais que tu n'aimes pas Attali. J'ai lu son livre "Survivre aux crises". Ses théories vont parfaitement dans ce que tu dis ici. Ses 7 règles qui jalonnent son livre sont:
Respect de soi-même", Intensité, empathie, résilience, créativité, ubiquité, pensée révolutionnaires. Et retour à la première en boucle.
Et je suis près de les voter pour ces formules.

Hier sur ARTE, l'émission "Yourope" présentait de jeunes roumains, pleins de fougue et qui réussissaient très jeunes. Peu d'expérience, mais déjà carriéristes parce qu'il n'y avait pas beaucoup de concurrence du côté des cadres. Plus confiance dans les anciens du temps de Ceausescu.
Pas de loisirs évidemment. Ils viendront après.

Les employés et l'environnement de Google étaient aussi présentés. Une relation de confiance, absence de contrôles, le travail en s'amusant, un environnement créé en fonction des des desiderata des employés. Une drogue du travail, c'est sûr, où on est disponible 24h sur 24.

Voilà, l'économie capitaliste qui se tourne vers l'économie participative.
Le jour, où on comprendra qu'on est tous dans le même goulet d'étranglement.
Cela, il faudra y penser un jour: le travail sera alors, vraiment "la santé" comme chantait Salvador.

Les salaires de la peur ou de la participation à un système où tout le monde gagne ou perd en même temps. Une économie de marché où tout serait produit, vendu et acheté par la coopérative.
Voilà, un avenir possible.

Écrit par : L'enfoiré | 25/01/2010

L'enfoiré

Attali j'aime un peu plus depuis que je connais un peu plus.
Il a osé dire "en France il n'y a pratiquement pas d'antisémitisme" , ce qui est vrai mais néanmoins est courageux de dire, tant les pro-sionistes (pro-nazi) font la loi aux postes clés .

Ce qui nous manque réellement pour redonner le gout d'apprendre ce n'est pas des mesures à la Sarko pour amuser la galerie. (un faux-cul et un lâche de première catégorie)

Pour le fun à son sujet : http://www.lesmotsontunsens.com/ump-vrai-parti-pirate-francais-6798

Comment donner le gout d'apprendre aux jeunes, sachant que même pas encore diplômés ils sont déjà des chômeurs en puissance .

Le deal va être compliqué sachant qu'ils vont vivre moins bien que leurs parents tout en étant beaucoup plus instruits .
Que le diplôme quel qu'il soit sera très vite "démodé et dévalorisé" et ne leur assurera pas un emploi .

Je ne parle même pas du sabotage du travail, si au moins on pouvait bosser dans les règles de l'art ...

La lutte des classes c'est dépassé, ça c'est organisé par nos despotes-litiques, car la lutte des classes n'a jamais eu autant de sens qu'à notre époque .

Và donc expliquer à certains jeunes que l'avenir c'est la formation, alors même que tous les exemples venus d'en haut prouvent que la seule valeur qui compte c'est l'arrivisme, le mensonge, la manipulation, le fric mais pas le travail, l'apparence mais pas le fond, etc...

Le pouvoir de l'inconscient est énorme, pas besoin d'intellectualiser pour décoder les messages de la société .

Réhabiliter la valeur formation et la valeur travail c'est de la schizophrénie, cela fait 35 ans qu'ils ne cessent de les dévaluer !!!!!

Écrit par : Sun Tzu | 25/01/2010

Sun Tzu,
Je viens d'entendre à la radio, que, ce soir, TF1 fera le lien entre Sarkozy et son électorat.
Tout ce que tu dis est exact. Je crois avoir dit la même chose dans mon article.
Et en France, certains jeunes s'en sont rendu compte et son aller ailleurs, parfois bien loin et dans des pays où on s'étonne de les retrouver.
Mon article, "L'avant d'après" allait aussi essayer de chercher les raisons dans l'histoire.
L'article de demain, je suis sûr qu'il va te bidonner.

Écrit par : L'enfoiré | 25/01/2010

Sun Tzu,
J'ai regardé une partie de l'émission sur TF1.
Un peu moins endormante que d'habitude avec des journalistes. Des gens du terrain.
1. Une jeune BAC+5 au chômage. Il est reconnu que 23,8% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage.
Raison: mauvaive adéquation entre les jeunes sortis des études et les besoins des entreprises.
Mais Sarkozy dit que la situation est occupée à changer.
2. Un syndicaliste de plus de 50 ans, ouvrier chez un sous-traitant de Renault, qui ne partage plus que le chômage plutôt que de partager le travail. Les délocalisations sont responsables.
10% de la population est considéré dans l'activité des automobiles. 2/3 des sous-traitants sont étrangers. Sarkosy acquiesce mais se trouve poussé dans un coin.
3. Un patron de PME qui remarque qu'investir n'est plus possible. La bulle a mené du crédit bon marché au crédit nul.
Sakozy dit que grâce à son action de suppression de la taxe professionnelle, les entreprises ont eu un balon d'oxygène.

A toi de donner ta version.

Écrit par : L'enfoiré | 26/01/2010

L'enfoiré

Ma version est claire et sans appel :
J'ai travaillé sur TOUTES les promesses de campagne et TOUS les thèmes de campagne de Sarkozy .

J'aurais commencé à lui faire comprendre par des questions choisies qu'il n'a tenu aucune promesse, en revanche ce qu'il n'était pas démagogique il n'en a pas parlé dans sa campagne mais a fait voter des lois spéciales Neuilly :Bouclier fiscal, et gentillette invitation à rapatrier leurs fonds pour les évadés fiscaux là où il aurait été NORMAL de les verbaliser au prorata du montant et du nombre d'années de fraude fiscale !

Je lui aurais parlé de son fils et de son thème "la méritocratie" en lui demandant : Hormis ses "prédispositions naturelles" qu'est-ce qu'a mérité un gamin de 22 ans n'ayant pas même fini ses études et ayant des notes déplorables !

Je lui aurai parlé du faux CV de Rachida Dati pour savoir si c'est admissible de tricher sans être sanctionnée à un tel niveau .

Je lui aurai demandé où est passé son thème sur le "patrons voyous" là où toutes les études Européennes pointent la France du doigt en la matière ?

Je lui aurait signifié qu'il avait dit vouloir être jugé sur les résultats, trois ans après :
Le chômage a explosé, le chômage de logue durée n'a jamais été aussi fort (et celui ci n'a rien à voir avec la crise),

les frais de bouche et de représentation de l'Élysée ont augmenté de 300%, les déficits publics ont explosé,

la délinquance ne recule pas elle s'aggrave (la violence aux personnes en tête, c'est ça le plus grave),

le respect de la constitution est-ce que Sarkozy veut créer la VI ème république avec la justice à ses bottes ?

Je lui aurai demandé s'il trouvait normal d'avoir un pédé-raste ministre de la culture, là où le Royaume Uni qu'il prend souvent en exemple l'aurait viré immédiatement !

Je lui aurai parlé de Kadhafi qui plante sa tente dans les jardins de l'élysée, en lui disant que ce n'est pas la peine de nous parler de terrorisme puisque les terroristes sont ses amis et ses invités.

Je lui aurai demandé ce que l'identité nationale signifie pour lui, puisqu'il est immigré Hongrois et ne se dérange pas pour violer la constitution Française.

Je lui aurai demandé où est passée sa promesse "dans un an plus un seul Français ne dormira dans la rue" .

Je lui aurai demandé quand s'appliquera sa loi sur le logement opposable, votée et applicable immédiatement, les promoteurs immobiliers conservent encore des logements vides dans les grandes villes pour organiser une pénurie et faire monter les prix du marché artificiellement !

Je lui aurai demandé si les droits d'auteur s'appliquaient à lui, car l'UMP est le parti politique le plus épinglé pour ce genre d'affaires : http://www.lesmotsontunsens.com/ump-vrai-parti-pirate-francais-6798

Je lui aurai demandé s'il considérait que ses propos sont des outrages, puisque arborer une pancarte "casse toi pov con" menait directement en garde à vue ! (donc il a commis maints outrages sur ses employeurs ; Les administrés)

Lui qui dénonce le communautarisme, je lui aurai demandé s'il est normal qu'il soit le premier président en fonction qui accompagne ses ministres au diner du CRIF, ce en pleine opération "plomb durci" à Gaza que le CRIF a dit soutenir !!!
C'est le soutien manifeste à SON communautarisme (papa était Juif), et un soutien honteux à une action illégale en vertu du droit international et des résolutions de l'ONU .

En bref, ayant travaillé au cœur de la bête j'avais tous les éléments pour bien lui faire comprendre que c'est un menteur un faux cul et un dictateur !

J'attends 2012 avec impatience, non pas que nous ayons trouvé un opposant crédible mais rien que pour les débats en tête à tête .
Lui ou tout candidat UMP, vont s'en prendre plus dans la tête que jamais nous n'avons vu, là je vais m'amuser !

(je sors de l'hôpital mais j'ai encore ma hargne intacte)

Écrit par : Sun Tzu | 26/01/2010

Sun Tzu,
Merci pour ton expérience dans le domaine.
En 2004, nous avons eu la DLU (déclaration libératoire unique) http://minfin.fgov.be/portail1/fr/dlu/welcomedlufr.html
Contrairement à ce qui avait été espéré, ce ne sont que les petits poissons qui ont rapatrié les avoirs.
Les gros poissons sont aux Caïmans, au Delaware, à l'île Jersey, Hong Kong pour ne citer que quelques uns.
Un an et demi pour cet article : http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2008/06/10/chronique-d-un-chasse-croise-de-bling-bling.html

Demain, chez nous, un Questions à la une sur le sujet :
http://www.programme.tv/questions-a-la-une-2481949.php

Nicolas Sarkozy menace-t-il la liberté de la presse ?
Le prochain patron de l'audiovisuel public français sera désigné directement par Nicolas Sarkozy, qui n'hésite pas à se renseigner sur la vie privée des journalistes qui couvrent l'actualité de l'Elysée. Quelle est la latitude de critique des journalistes français ?

J'espère que je pourrais te faire parvenir l'adresse pour en avoir le contenu

Écrit par : L'enfoiré | 26/01/2010

L'enfoiré

Aux deux questions à la une je réponds directement OUI !

Sarkozy a fait viré des journalistes, il en a fait placer d'autres en garde à vue, pour d'autres encore garde à vue et menaces pour qu'ils dévoilent leurs sources ...

Les journalistes s'auto-censurent tout seuls, carriérisme oblige, ce ne sont pas des héros c'est des acteurs :

Tu n'entendra jamais un seul journaliste douter de l'intégralité du 11 septembre (et pourtant il y en a des choses plus que louches là dedans) .

Tu n'entendras jamais un journaliste dire qu'il est possible que Ben Laden soit mort, pourtant nous n'avons aucune preuve fiable du contraire !
Bénazir Bhutto a déclaré avoir eu les détails de sa mort, le lendemain elle était assassinée !!!

Tu n'entendras jamais un journaliste relativiser la véracité des sondages, un QCM ne peut en aucun cas laisser de choix aux sondés .

Tu n'entendras jamais un journaliste parler du lobby pro-Israélien en France, son influence sur notre politique qui sert en premier les intérets Israéliens et ensuite ceux de la France, ni du fait que 1% de Juifs sont représentés à plus 20% à l'assemblée nationale Française ....(et beaucoup plus si on prend les "half" comme Sarkozy)

Tu n'entendras jamais les journalistes dire avant les "débats" que les questions des citoyens sont communiquées à l'avance aux politiques .
Pourtant une émission sans préparer les réponses ça ne s'est JAMAIS fait en France !!!

Donc ma réponse aux deux questions est OUI !

-------------------------

Pour les journalistes aucun ne dit que l'Irak et l'Afghanistan c'est pour contrôler l'énergie tout en faisant le ménage pour Israël .(gagnant/gagnant)

Aucun ne dit que nous ne pourrons jamais surveiller des milliers de kilomètres de gazoduc et d'oléoducs.

Après ce que nous avons fait subir à ces deux pays, pas mal de citoyens iront se débarrasser de leurs bouteilles de gaz à côté des installations ... (perdant/perdant)

Les Afghans étaient entraînés maintenant nous venons d'offrir plus de 9 ans d'entraînement aux Irakiens .

Les Pakistanais non Musulmans rêvent de venger les 700 civils innocents morts cette année .
Même les Talibans sont ravis des attaques de drones US car le Pakistan n'a jamais vécu un aussi fort sentiment anti-Américain . (AFP)

La facture va être salée : Guerres + Installations techniques + Maintenance des installations + Surveillance des installations + Instabilité de ces régions + Anti-Américanisme absolu inédit ....

Ce sera les barils de gaz et de pétrole les plus cher de l'histoire de l'humanité .
L'exemple le plus débile de mauvais calculs économiques/stratégiques/politiques.

De véritables cons dangereux qui nous ont pondu ça !
(à éliminer le plus rapidement possible pour notre survie)

Écrit par : Sun Tzu | 26/01/2010

Slu l'enfoiré,

magnifique résumé des bonnes questions à poser...digne de Levi Strauss.

Tiens, je te mets le lien vers un bon activiste ump qui a cru à ces discours et probablement abandonné malgré le joli travail...

http://bilan-promesses-sarkozy.aceboard.fr/

Le mec était bien parti avec une mise en scène digne d'une pièce en deux actes et à mon avis, il a du dévisser au bout de quelques mois...

Je n'ai pas l'audace de le relancer au vu de mes interventions plus que pointues qui ont peut-être participé à le décourager définitivement. Mais tu verras, le site est très bien foutu. Je peux même intervenr sur mes propres messages et les rectifier...A+, L.S.

Écrit par : Lisa Sion | 26/01/2010

Le numerus clausus remplacé par une solution "équilibré et raisonnable"
http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-01-27/numerus-clausus-autre-chose-que-le-moratoire-750686.shtml

Écrit par : L'enfoiré | 28/01/2010

Le NouvelObs publie cette semaine un article qui fait peur.
"Je veux plus aller à l'école"
"La phobie scolaire explose. De plus en plus d'adolescents développent une peur irrationnelle qui les empêchent, physiquement, de passer la porte de leur collège et de suivre leurs cours.

Écrit par : L'enfoiré | 17/02/2010

Qu'elle dommage d avoir arrêté le débat depuis si longtemps j aurais voulu poursuivre cet échange avec vous
Cordialement

Écrit par : manu | 15/05/2011

Manu,
Vous pouvez toujours, j'en serais honoré. :-)

Écrit par : L'enfoiré | 15/05/2011

Les commentaires sont fermés.