Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2008

Automne en "zwanze"

Automne en zwanze_00.jpgÇa y est, l'automne est parti. Que d'événements, que de surprises bonnes ou mauvaises dans notre ville de Bruxelles et ailleurs. Les photos annexées seront bien de chez moi, par contre. Y verrez-vous la crise? Question de point de vue et de réflexions. Avec la zwanze de chez les zinneke?


Je vous avais déjà parlé avec enthousiasme et poésie de cette arrière-saison dans « Extase automnale ». Ma manière de voir était, alors, champêtre et forestière, arbitrée par une peu de nostalgie et de couleurs. Automne, saison qui fait s'étioler les feuilles des arbres dans les bois et la forêt de Soignes très proches de Bruxelles. Deux ans, déjà, nous n'en sommes plus là. On dirait même qu'il y a un siècle.

La verdure, le vert et les autres couleurs, souvent complémentaires, se trouvaient encore dans la ville, ses parcs et ses jardins au début. On s'harmonisait avec la saison au mieux. On se personnalisait en montrant des choses.

Comme toujours, la pluie avait, peut-être, lavé le soleil en coin, mais ne l'avait pas effacé totalement. Le ciel gris, lui, avait donné la couleur de référence pour les photographes en mettant tout le monde d'accord du côté de l'exposition. La neige, elle aussi, par deux fois nous a déposé ses flocons dans nos rues, en y répandant une certaine pagaille sans commune mesure avec les routes du reste du pays. Espérons que la compensation des pistes de ski a été suffisamment efficace pour faire oublier les inconvénients. Après, résurrection, les jardins, les jardinets de la ville s'y sont mis à cœur joie pour donner les couleurs perdues, remplacées par un peu de blancheur très vite salie dans un dernier baroud d'honneur. Les couleurs rouges des fleurs, la rousseur des arbres ont repris du poil de la bête avant de mourir, fanées, sur le sol.

Pour swinguer, comme d'habitude, nous avons eu des événements sportifs, festifs et d'anniversaires. Des fêtes, des anniversaires, un dimanche sans voiture, un marathon se sont invités en séquences pour réveiller le sport qui est en nous.

Tout aurait pu s'endormir avant l'hiver pour suivre la nature, fatiguée du soleil trop ardent de l'été.

Cette fois, à Bruxelles, coups de tonnerres, turbulences de tout ordre. Il a fallu s'accrocher et pas seulement à cause du vent.

Que d'activités moins naturelles ont jalonné ces journées d'automne.

Oh, temps, suspend ton vol, a-t-on envie de dire, cette fois, pour calmer le jeu.

Les taux d'intérêts en hausse, les subprimes, la perte de pouvoir d'achat, nous commencions, presque, si pas à nous y habituer, à nous y faire. D'autres coups de semonces, bien plus troublants, dont on se rappèlera très longtemps, surgirent. Les droits constitutionnels, les trois pouvoirs que l'on disait autonomes, se retrouvaient ensemble dans les problèmes menant le moral dans les talons de tous. Les finances, les banques, les augmentations du chômage se sont mises à réveiller notre instinct de panique et de perte de confiance tout azimut.

Alors, nos gouvernements se sont fait réchauffer les oreilles et se sont relancés dans des idées de Plans avec un labyrinthe de complexités dans lequel le Minotaure se perdrait, encore, aujourd'hui.

20081030Banquier et sorciers.jpg

Halloween a perdu un peu de sa ferveur, cette année. Il faut dire que pour se faire peur pas besoin de masques de carnaval ou de tenues de squelettes. Trois bourgmestres, les trois mousquetaires de la périphérie, trépignent d'impatience avec les voix des électeurs en poche avec la peur de prendre froid sans écharpe. Les "faciliteiten" n'étaient, décidément, plus ce qu'elles étaient. La politique a ses raisons que la raison arithmétique ne connaît pas.

20081208Saint Nicolas.jpg

 

Saint Nicolas, lui, est aussi revenu. Il a fait le plein des enfants sages avec toujours autant d"impatience. Il a fait semblant comme d'habitude avec sa besace, un peu plus chiche que les années précédentes. C'est le Père Fouettard qui avait eu la vedette pour les adultes. Rien n'était vraiment comme avant.

 

20080919Offensif Defensif.jpg20081115G20.jpg20081212Plan de relance.jpg

 

 

.

.

.

.

Des plans de relance, en cascade se succédèrent à rythme constant. Style « busherie », style "Sarko" avec G20, intégré ou style très, très local. Chacun son truc en plumes.

 

Et puis, il y a eu le 4 novembre, un sursaut, Obama recevait son ticket d'entrée pour la Maison Blanche. Un Messie? Faut pas rêver. Sarko préparait sa sortie dans un dernier sommet. Le pétrole qui n'est plus noir, après une chute à plus du tiers du prix de l'été ne réjouit qu'à moitié.

Mais, revenons en Belgique.

20081004Crise sur le Retour.jpg20081007Paribas Fortis.jpg20081018Crise Fortis.jpg20081215Fortis retour.jpg.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

.

.

.

.

L'affaire Fortis, le Fortisgate, thriller de l'automne avec tous ses rebondissements. "Fort Triste".

Confiance...

 

Pour chercher les responsabilités, il y a eu la guerre contre les paradis fiscaux, contre les parachutes dorés pour protéger ce qui restait en caisse.

20081028Parachute doré.jpgC'est sûr, la Revue 2009 au Théâtre des Galeries n'aura aucune peine à nous faire rire sur nos petites "défaillances".

Dans le même temps, la Grand Place s'est préparée, en silence, aux fêtes de fin d'année. L'entreprise d'électricité y a mis sa version pour combler le trou noir.

Les vitrines étaient un peu moins illuminées que de coutume. Le marché aux poissons continuait à accueillir ses patineurs sur glace. Et on patinait, on patinait à s'en étourdir. Tout était loin de s'endormir.

Pourquoi pas, un karaoké? Une vieille chanson me vient à l'esprit. Le "Temps des cerises", revisité, très légèrement adapté. Une lettre seule, mais en version de "Noir Désir" pour la musique:

 

« Quand nous chanterons le temps des c(e)rises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête …
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des c(e)rises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des c(e)rises
Où l’on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreille …
c(e)rises d’amour aux robes pareilles
Tombant sur la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des c(e)rises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant

Quand vous en serez au temps des c(e)rises
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Évitez les belles …
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai point sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des c(e)rises
Vous aurez aussi vos peines d’amour

J’aimerai toujours le temps des c(e)rises
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte …
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne pourra jamais fermer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des c(e)rises
Et le souvenir que je garde au cœur"

 

Quand on n'a plus les ressources, que reste-t-il, sinon l'humour. Alors, on compte les pieds en gardant la rime. Tout le monde se sent dans un carcan, aujourd'hui, imbriqué dans un "système" préprogrammé.

Un automne classique, cela aurait fait mauvais genre. Rikiki, même.20081108Crise en thème.jpg

On n'aurait vraiment rien eu à se raconter, à tchater.

L'hiver est donc là. Préparer vos moufles, la petite laine et vos grattoirs pour le verglas qui a la terrible habitude de se durcir sur les vitres de nos voitures... Le principal, l'honneur est resté sauf. Les femmes et les enfants d'abord... comme on dit dans ces cas-là.

"Ecoutez d'où ma peine vient", chante Souchon plus récemment.

Le gouvernement pourrait le chanter aussi. La politique engluée dans les problèmes des 3 pouvoirs que l'on pensait séparés? Fallait y penser.

 

Mais tout cela est en images aussi avec les commentaires sous ce lien signé par ...20081218Démission Leterme.jpg

L'Enfoiré,

Autre interprétation que j'ai appréciée pour la paix qui s'en dégage: la chronique de Paul Hermant du 19/12.

Automne en zwanze_90.jpgJoyeuses fêtes à vous, lecteurs...

Encore merci, aussi, à Pierre Kroll pour ses caricatures toujours bien en ligne

Sur Agoravox, de la zwanze?

Citations:

  • « Rien de pire que de souffrir d'une dépression nerveuse en plein automne. L'automne est une circonstance aggravante. », Diane Meur
  • « La politique est le seul métier qui se passe d'apprentissage, sans doute parce que les fautes en sont supportées par d'autres que par ceux qui les ont commises. », Achille Tournier
  • « La vague inquiétude Qui fait que l'homme craint son désir accompli. », Victor Hugo
  • «  L'automne est le printemps de l'hiver. », Henri de Toulouse-Lautrec

Commentaires

L'enfoiré

La bonne humeur est un cadeau, soit le caractère y est favorable soit pas .
En ces temps de crise certains sont plus touchés que d'autres, pour ma part rien ne change "on ne prends rien à celui qui n'a rien" ...

Les caricatures de Kroll sont géniales et résument à elles seules bien des choses ...

Noir désir ? Bravo Monsieur l'enfoiré, j'ai toute leur discographie donc je les aime ...

2008 ne me fais ni chaud, ni froid, "dans la chute ce qui comte c'est l'atterrissage"...

2009, 10, 11, 12, m'intéressent beaucoup plus !

Comme je suis un peu devin je puis te prédire d'avance que les chiffres et statistiques Françaises seront historiquement truqués en 2009.
L'institut de statistique INSEE, délocalisée, privatisée, Lagarde aux finances est déjà en train de nous refaire le coup de Tchernobil : "Tout le monde est touché sauf les Français, ayez confiance" .

Pour ce qui est de la séparation des pouvoirs, nous avons pu voir qu'aucun gouvernement ne respecte plus sa constitution, aucun !
Des USA à la Belgique en passant par la France, un tas de vieux séniles au conseil constitutionnel, et au sénat, payés à un prix fou pour faire des promenades dans les parcs en déambulateur ...

Pour les Faciliteiten, imagines le bordel au niveau de l'Europe...
Nous ne sommes pas du même avis mais pour moi la Belgique est un des laboratoires de l'Europe .

Les barrières de la langue, les différences financières, les différences culturelles, font qu'en période de crise les vieux communautarismes pètent comme du silex !

Bonjour la montée des extrémismes !

Nos politiques Européens tentent de faire passer le bébé "aux forceps", attention aux séquelles sur l'enfant, un enfant ce n'est pas un an de galère mais toute une vie !

Déjà entre politiques ils ne sont pas capables de s'entendre à 27, alors imagine ce que donnera l'entente entre 732 938 773 citoyens ...

2008 on a eu peur, après on aura mal ...

Écrit par : Liberty | 20/12/2008

Liberty,

L'humour caustique de Kroll, j'adore. Je lui ai dit.
Le titre de mon article aurait pu être « Automne en zwanze ou en transe ».
« Noir désir » a défrayé la chronique pour une autre raison, il n'y pas si longtemps.
Prédire les années qui viennent avec la France comme fond de teint?
La France n'est-elle pas le pays des Droits de l'Ohm (unité de résistance électrique dans un système international)? Mais je dois avoir fait une erreur d'orthographe quelque part...
J'ai déjà souvent parlé de Bruxelles dans mes articles. Je connais bien. Parfait zinneke, pur souche.
Pays de contrastes la Belgique. Tempéré. Aucune catastrophes majeures à déplorer. De l'eau à volonté mais chère. Pas d'erreur, les cultures, les langues, les coutumes différentes devaient se rassembler à Bruxelles. Le melting pot n'est pas uniquement une affaire de BD. Les 27 ne sont qu'une partie de ce qu'on peut y trouver. Pas encore de martiens, du moins je crois.
Bruxelles est la Ville, laboratoire de l'Europe. Absolument. Et en concentré en plus. A dimension humaine dans son cœur, dans sa city, un peu à l'étroit dans son environnement. Il faudra trouver une solution pour cela. J'ai parfois une tendance à me sentir comme une éprouvette dans les mains d'un alchimiste.
On test tout par ici. Jusqu'aux extrêmes. Parfois très en avance sur son temps. On vient de loin pour comprendre comment ça marche. « De pilier à pilier » vient de parler des moyens pour préparer une retraite à la Belge. L'indexation automatique des salaires. Toutes des « inventions » belges qui tiennent jusqu'à nouvel ordre.
Tester la séparation des pouvoirs, une nouvelle approche inédite jusqu'ici. Les « faciliteiten », on en parlait pour quelques communes. Voilà qu'on les cherche ailleurs.
L'Europe aux forceps? Absolument. Une fois que les vannes sont ouvertes, que le bouchon est tiré, c'est comme le vin il faut le boire sinon cela s'évapore. La mondialisation a été voulue par tous les bords. Il fallait écouler les excédents de nos productions. Donc, il faut assumer.

Écrit par : L'Enfoiré | 20/12/2008

L'enfoiré

Mon cher enfoiré. Vous avez un don particulier : la prémonition. Vous écrivez : le Fortisgate, thriller de l'automne avec tous ses rebondissements. "Fort Triste". Si triste qu'il a causé la chute du gouvernement.

J'aime beaucoup, vous vous en doutiez bien, ces réflexions d'automne qui précèdent les neiges et les gelures de l'hiver. Nous avons tant de points communs : nous préparons, chacun de nos côtés de l'Atlantique, nos moufles, la petite laine et nos grattoirs pour le verglas.

Je suis en retard. Mais lorsque la poésie est le fondement du message, je me dis que le retard n'est plus une réalité mais une virtualité.

Mes meilleurs vœux cher ami. Meilleurs vœux aux membres de votre famille. Meilleurs vœux à Liberty que je relis avec grand plaisir.

Pierre R. Chantelois
Montréal (Québec)

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 23/12/2008

Chère Pierre,

« Prémonition ». Pas vraiment, je suis une éponge de l'info. Je la suis de près. J'étais plus poétique encore dans la l'article sur le même sujet, il y a deux ans et que j'ai relu pour l'occasion.
Toujours intéressant de se relire. Samedi, j'irai à la pèche au comique à la Revue politique de l'année dont je parle dans l'article. Les scenarii auront, probablement, été fixés depuis longtemps et pourtant l'actualité ne s'arrête pas et pourrait refaire une suite sans aucun problème.
J'ai encore une séquence de l'année passé. Avec l'accent de chez nous, cela vaut aussi le déplacement.
J'espère que les photos et la vidéo, liés en fin d'article, auront mis l'eau à la bouche et qu vous aimez cela. C'est un peu mon souhait de meilleurs vœux pour des fêtes réussies et une année 2009, un peu moins grise qu'annoncée pour la terre entière, cette fois.

Écrit par : L'Enfoiré | 23/12/2008

Les commentaires sont fermés.