Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2012

Montréal, la francophone

Je connais Pierre Chantelois depuis six ans en tant que blogueur de textes. Depuis sa création, je consulte son blog orienté photos "Les beautés de Montréal". La Belgique, mon pays, s'y est insérée. Des photos échangées, un peu de poésie. Récemment, une sorte de compétition amicale sur le thème de nos automnes respectifs. Aller plus loin. Sortir des seuls clichés. L'inviter à dire ce qu'il pense de sa ville, y ajouter un texte plus personnel, plus intime. Voici la vision de sa ville, Montréal, qu'il m'a offerte.. Je vous confie à lui dans ce voyage et en fin, une surprise.

Mon ami Guy – lorsqu’il m’a demandé de présenter dans ses pages une vision personnelle de Montréal – a fait preuve d’une grande cruauté à mon égard. C’est un doux reproche que je lui adresse. Mais diantre comment parle-t-on de la ville qu’on habite depuis plus de soixante-cinq ans. Je viens de vous faire une première confidence, vous l’aurez remarqué. Sous quel angle devrais-je aborder cette périlleuse mission? Montréal n’est pas Bruxelles. Montréal est une ville résolument moderne, nord-américaine, sans architecture particulière, avec ses quartiers anciens, ses quartiers modernes et ses quartiers de grande pauvreté. Montréal est toutefois une ville de destination prisée par les touristes. Pour aucune majeure. Elle est située au Québec, pays francophone dans une mer nord-américaine. Au Québec, nous nous identifions d’abord en tant que québécois avant d’être canadien. Montréal est la ville avec une majorité francophone et une minorité anglophone. Elle est le pôle économique du Québec, la ville de Québec étant la capitale. Au Québec, nous avons deux réseaux d’éducation importants : les commissions scolaires francophone et anglophone. Nous avons deux réseaux de santé francophone et anglophone. Le Québec a fait l’objet de deux référendums pour solliciter la population si elle désire ou non son indépendance et son détachement du Canada. À deux reprises, la population a manifesté, avec des majorités variables, son rejet de cette option d’indépendance. Et le débat se poursuit toujours. Voilà campée en quelques mots la ville dans laquelle j’habite, le pays pour lequel je souhaite depuis cinquante ans son indépendance.


0.jpg


La population de la ville de Montréal est de 1.649 519 habitants. La population de la grande agglomération de Montréal est de 1.886 481 habitants. En 2011, selon les statistiques émises par Citoyenneté et immigration Canada, au total, 26 090 jeunes étrangers fréquentaient un établissement collégial ou universitaire montréalais, soit un nombre inégalé pour la métropole. La population du Québec a atteint, en 2012, le chiffre de 8.013 073 habitants.
Approximativement, 6 millions de Québécois sont francophones, plus de 600 000 sont anglophones, environ 75.000 sont Amérindiens et Inuits. Près de 80% des Québécoises et des Québécois habitent dans les localités situées le long du Saint-Laurent. Environ 35% habitent à Montréal (sans compter la grande zone métropolitaine qui l'entoure). Avec ses habitants, Montréal concentre plus de 45% de l’ensemble de la population du Québec et regroupe 3,5 millions d’âmes (la population actuelle du «Grand Toronto» est de 4,8 millions habitants) (Source).

0.jpg


Le Québec pourrait compter 9,2 millions habitants en 2056. Si les tendances récentes en matière de fécondité et d'immigration se maintiennent, le Québec connaîtra un accroissement de sa population d'ici 2056, selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ). La population québécoise a franchi le cap des 8 millions habitants fin septembre 2011 et s'établira à 9,2 millions dans moins de 50 ans. (C'est la première fois depuis au moins 25 ans que les statisticiens de l'ISQ avancent que la population québécoise ne déclinera pas à moyen ou à long terme.) (Source)
Un récent sondage CROP indiquant que les anglophones, particulièrement les plus jeunes, envisagent que Montréal puisse devenir plus tard une ville où l'anglais prédominera. Plus de 77 pour cent des personnes sondées estime notamment que la métropole deviendra à prédominance anglophone, alors que le reste du Québec devrait conserver son aspect francophone, indique le sondage (Source)
Pour contrer cette tendance, un député de l’Opposition au Parlement du Québec, Pierre Curzi, a proposé que le français soit décrété langue commune, que l'affichage d'une raison sociale ait obligatoirement un nom générique francophone et qu'une entreprise obtienne un certificat de conformité à la Charte pour obtenir un contrat public. Le projet de loi, déposé par le député Curzi, modifie considérablement la Charte québécoise de la langue française adoptée en 1977 par le gouvernement de René Lévesque. Le gouvernement actuel, dirigé par le premier ministre Jean Charest, n’est pas favorable à la réouverture d’un débat sur l’avenir du français au Québec en raison de ses positions fédéralistes et de son appartenance à la Fédération canadienne. Toujours selon l'opposition au Parlement du Québec, le gouvernement cacherait une dizaine d’études commandées au cours des dernières années et portant sur le fonctionnement du fédéralisme canadien. Les études portent sur divers sujets, allant du droit constitutionnel à l’avenir du Québec au sein de la fédération canadienne.

0.jpg

Nous retrouvons sur le territoire de Montréal deux grandes universités anglophones, McGill et Concordia, et du côté francophone, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ainsi que l’Université de Montréal. L’Université Concordia offre plus de 180 programmes de premier cycle dans 4 facultés (Arts et sciences, Génie et informatique, Beaux-arts, École de gestion John-Molson), et 70 programmes de maîtrises et de doctorats. L'Université McGill compte, pour sa part, onze facultés et onze écoles, dans des disciplines aussi variées que le droit, la musique ou les études religieuses et propose plus de 300 programmes d’études sur deux campus.
L’Université du Québec à Montréal (UQAM) est composée de sept facultés (Arts, Éducation, Lettres, langues et communications, Science politique et droit, Sciences, Sciences de la gestion, Sciences humaines) et elle offre 116 programmes de premier cycle, 96 programmes d’études supérieures, 13 centres de recherche, 21 chaires d’enseignement et de recherche, 9 chaires de recherche du Canada, et 2 instituts. Enfin, l'Université de Montréal, avec ses écoles affiliées, HEC et l'École Polytechnique, reçoit 7 000 étudiants internationaux en provenance de 120 pays et elle se fonde sur 800 projets de collaboration internationale en enseignement et en recherche. Elle dispose aussi de 600 ententes internationales ciblées dans 90 pays. Elle regroupe 450 chaires et unités de recherche et un grand réseau de bibliothèques.

0.jpg

Avec ses 1.782.835 habitants, la région de Montréal regroupe 25 % de la population québécoise. Elle offre une qualité de vie enviable et est reconnue pour son ouverture, son dynamisme artistique, sa vigueur économique et sa vitalité culturelle. Le coût de la vie y est abordable comparativement à celui observé dans d’autres régions métropolitaines de même envergure. Montréal est une ville sûre, où l’on peut vivre en toute tranquillité.
La région de Montréal est constituée de la ville de Montréal et des villes de banlieue suivantes : Beaconsfield, Baie-D’Urfé, Côte-Saint-Luc, Dollard-Des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, L’Ïle-Dorval, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Mont-Royal, Pointe-Claire, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville, Westmount.

0.jpg


Le Stade olympique est un monument unique au monde : évoquant des mains gigantesques aux doigts recourbés, les 34 consoles en porte-à-faux, auxquelles s'ajoutent quatre consoles tronquées à la base de la Tour, déterminent la géométrie d'ensemble du Stade. Elles supportent l'anneau technique, la toiture et les tableaux d'affichage électronique. L'anneau technique peut se comparer à une maison de deux étages; au premier étage sont logés les équipements de ventilation et le rez-de-chaussée abrite l'éclairage du Stade constitué de 1.146 lumières de 2000 watts. Le stade peut contenir 53.858 personnes et jusqu'à 62.000 avec l'ajout de gradins. C’est le monument le plus visité de la grande région de Montréal.

0.jpg


La métropole du Québec bat au rythme des multiples cultures qui la composent. La ville de Montréal jouit d’une renommée internationale auprès des nombreux touristes qui affluent de partout en toute saison pour la visiter. Ville moderne et de haute-technologie, elle attire également les investisseurs de nombreux pays. Montréal offre une gamme complète d’événements et de festivals, et ce, durant toute l’année. Se succèdent festivals de musique, d’humour, de gastronomie, de sport, ainsi que des festivals d’envergure internationale. Tous prennent part à la fête, les résidents comme les touristes. Certains événements reviennent d’année en année, tandis que d’autres sont une chance unique de prendre part à une fête.

0.jpg


Françoise Ligier, dans Le Français dans le monde, a écrit un beau texte sur les escaliers de Montréal. Notamment ceci : « Pourquoi, dans un pays de neige et de glace comme le vôtre, avoir construit ces successions d’escaliers pour relier la rue aux logements du deuxième et parfois du troisième étage ? Telle est la question la plus fréquemment posée aux Montréalais. Qu’ils soient simples, doubles, jumelés ou en rangée, qu’ils soient en échelle, à quartier tournant, en spirale, en colimaçon, au gracieux déhanchement ou au tortillement mathématique, en forme de L, de S ou de T… ils étonnent. Ils peuvent être humbles ou somptueux, discrets ou flamboyants, gris souris, jaune d’or, vert émeraude… Lorsqu’un chat dort sur leurs marches, qu’un écureuil trotte sur leur rampe la queue en l’air ou qu’une bicyclette y est coquettement appuyée, ils sont abondamment photographiés. Sous un épais manteau de neige, ils peuvent aussi ressembler à une descente de toboggan. Et on rit beaucoup lorsque quelqu’un, sous l’effet du verglas, les descend alors qu’il voulait les monter… Au printemps, les Montréalais lavent et astiquent ces escaliers : ils effacent ainsi toute trace de l’hiver et leur rendent, à coup de pinceaux, une nouvelle jeunesse ».

0.jpg


Montréal est l’objet également de poésies. Des poètes ont exprimé à l’égard de leur ville d’origine ou d’adoption des sentiments partagés.
« Il y a des villes dont les vents rendent fou. Entrer dans une ville, c’est la comparer. L’aimer et la métaphore surgit. Certaines villes ont plus d’imagination que d’autres. À l’image des artisans qui la façonnent. Puisque la ville est la création de l’humain. Souvent elle les inspire. La ville est un joyau précis et précieux d’une civilisation. En Amérique, c’est plein de villes super-écran. De villes King-Kong aux dentitions dinosauriennes !
Et Montréal qui s’était barricadée du fleuve. L’île voulait être d’abord sûre de ne pas partir avec lui. Mais maintenant cette confiance retrouvée. Des fenêtres s’ouvrent sur le Saint-Laurent. L’histoire installée, elle lorgne l’avenir. Les villes sont des folies dont on ne saurait se passer.
Dans les villes on peut jouer : aux oiseaux comme aux fourmis. Certains jours on voit les nuages, en bas ! Et sur les murs de la ville des graffitis assiègent le conformisme de la cravate. La ville se défend de tout statu quo. Il y a, par contre, des villes plus féminines, d’autres plus masculines. Montréal est une ville androgyne. D’où son côté à la fois rond et pointu. »
Jean DAOUST in « Montréal des écrivains » L’Hexagone, 1988

0.jpg


Comment terminer cette présentation sur la ville que j’habite, sur la ville que j’aime, sur la ville qui me nourrit d’espoir, de déceptions, d’illusions et de désillusions? Montréal est une ville paisible. Avec des soubresauts. Montréal est une ville prématurément usée en raison de la négligence et de l’insouciance d’une succession de maires imprévoyants. Montréal est une ville qui se développe sans un plan précis pour protéger sa beauté. Montréal s’anglicise parce que les nouvelles générations rejettent les espoirs des plus vieilles générations. Montréal se cherche. Montréal vit ses conflits de ville culturelle et de pôle économique. Montréal est trop jeune pour apprécier son patrimoine culturel et architectural. Montréal se bat contre des fantômes qui s’opposent à elle et la fait mal paraître. Montréal multiculturelle est coincée entre l’obligation de défendre sa langue et de s’ouvrir aux grands courants culturels du monde. Montréal regarde tristement le flux d’immigration préférer la langue anglaise et ainsi renier des années de combat pour faire du Québec une terre d’accueil francophone. Montréal c’est tout cela. Naviguer entre la jeunesse et la vieillesse, entre la culture et les impératifs commerciaux et économiques, entre ses traditions centenaires et les influences d’une modernité qui lui est totalement étrangère et véhiculée par un flux migratoire. Montréal en définitive est une ville qui migrera vers un avenir métamorphosé par ses résidents d’aujourd’hui et par les générations de demain. Je ne serai plus là pour vivre ces profonds changements. Entre temps, je vis au présent l’évolution de ma ville et je n’ai guère le temps de conjuguer au futur mes craintes et mes désillusions sur Montréal demain.

0.jpg

 

Je remercie, Pierre, d'avoir pris le temps d'aller au fond de sa pensée pour nous faire comprendre ce que peut ressentir quelqu'un qui vit sa vie dans cette ville de Montréal et dans un pays, qui est 327 fois plus grand que le mien. Il dit que Montréal n'est pas Bruxelles et pourtant, je lui ai trouvé des caractères de ressemblance qu'il serait trop long d'énumérer ici.

0.jpg

Il y en a un que je retiens de vos billets quotidiens: l'envie de faire la fête.

Ce 5 et 6 mai, alors que l'on s'apprête au deuxième tour des élections en France, c'est notre fête, la Fête de l'IRIS.

Je vous ai donc réservé une surprise.

Des caisses à savons, nous en avions eu en 2008 pour la même occasion. Il faisait, alors, 25°C. Cette fois, il faudra se contenter de 10°C.

Alors, pour les photos de ce matin, avant toutes les télés du monde : les voici.

 

Commentaires

Bonjour Guy

Merci d'avoir ouvert cette fenêtre sur Montréal. Il y a tant à dire du Québec. Je n'ai pu que résumer schématiquement ce qu'il faudrait en une année pour expliquer un peu l'Histoire du Québec. Merci

Pierre R Chantelois

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 05/05/2012

Bonjour Pierre,
Je me doute bien qu'un article ne suffit pas.
En fait je suis à l'écoute du Canada. Le monde est devenu un village.
TV5Monde et Kiosque sont du parcours.
Ce qui m'a valu cet article
"Un Canada, pas aussi "dry" que cela "
http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2007/02/19/canada-pas-si-sec-que-cela.html
Rappelez-vous, j'ai même lors d'un article remplacé ma belgitude en parlant avec les mots de chez vous.
Plusieurs de mes articles sont jalonnés par des références sur le Québec.

Si j'ai sorti cet article-ci c'est que je vous réservais une surprise.
C'est la fête de l'Iris à Bruxelles. La fête de la ville.....

Écrit par : L'enfoiré | 05/05/2012

Quelle délicate attention. Merci. Vive Bruxelles, Vive Montréal, Vive la fête de l'Iris. La Fête de l'Iris refuse de s'endormir sur ses lauriers

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 05/05/2012

Très bel article, et très belles photos de MONTRÉAL !

J' aimerais pouvoir visiter cette ville un jour, mais aussi en tant qu' amateur de contrés désertes, j' aimerais traverser le CANADA du nord en traîneau comme l' avait fait fait NICOLAS-VANIER, si ma santé me le permet un jour, avant mon dernier voyage. ( C' est a dire le taxi qui fait l' aller mais pas le retour !...).

La région de QUEBEC est une région magnifique.



V. BOURGADE.

Écrit par : vincent bourgade | 05/06/2012

J' aimerais aussi visiter BRUXELLES et ses canneaux, ses parc, ses jardins, ses musés, voir un peu son histoire, etc, etc...

Mais avec mon état de santé actuel, je ne peu plus voyager seul, et meme pour les concerts, je me fait accompagné, car j' ai peur qu' il m' arrive un souci de santé en cours de voyage.


Bien cordialement.



V. BOURGADE.

Écrit par : vincent bourgade | 05/06/2012

1. Montréal, dit-on, est une jolie fille qui ne sait pas s'habiller. En hiver peut-être ; mais quand le printemps la réveille et qu'elle s'habille de vert, elle vibre d'une énergie toute neuve qui fait d'elle la plus sexy des villes. Pour célébrer ce grand événement, Emmanuelle Gaume va au "piknik électronique", grand rendez-vous des DJ en plein air sur l'île Sainte-Hélène. Puis elle arpente le Montréal des terrasses et des jardins avec l'urbaniste David Hanna. Elle fait un tour de piste avec "La racaille" - moitié pin-up, moitié rockeuse -, l'équipe féminine de "Roller Derby" de la ville. Cette première journée s'achève avec les deux cent dix danseurs du chorégraphe Sylvain Aymart dans un gigantesque ballet de nuit qui embrase le coeur de la ville.
http://videos.arte.tv/fr/videos/prochain-arret-montreal-1-5--7058886.html

2. C'est la ville où le monde entier s'est donné rendez-vous. Autrefois disputée entre Français et Anglais, la métropole québécoise abrite aujourd'hui pas moins de cent vingt communautés culturelles différentes. Emmanuelle Gaume perce le secret de la barbe de dragon dans le quartier chinois, croise la procession de Santo Cristo dans le quartier portugais, flâne au marché de la petite Italie. Enfin, elle découvre la poésie militante d'un rap algonquin et le hijab sportif d'une styliste iranienne.
http://videos.arte.tv/fr/videos/prochain-arret-montreal-2-5--7060744.html

3. Avec un fleuve pour berceau et un parc national en son centre, Montréal est l'archétype de la ville à la campagne. Alors Emmanuelle Gaume se met au vert. Elle va goûter des tomates qui poussent dans une gigantesque ferme bio installée sur un toit. Elle va voir les surfeurs qui font du "stand up paddle" en plein coeur de la ville sur le fleuve Saint-Laurent. Dans la forêt de la montagne Saint-Hilaire, elle fait le plein de sons et de bruitages pour composer un morceau avec les musiciens naturalistes du groupe National Parcs. Enfin, elle explore le parc sauvage du Mont Royal, poumon vert en plein centre-ville.
http://videos.arte.tv/fr/videos/prochain-arret-montreal-3-5--7062110.html

4. http://videos.arte.tv/fr/videos/prochain-arret-montreal-4-5--7065750.html

5. Oasis de liberté durant la prohibition, Montréal continue aujourd'hui de faire ce que bon lui semble. Emmanuelle Gaume rend visite à son digne représentant, le sculpteur Armand Vaillancourt, avant de filer au Robin des Bois, restaurant où chacun met la main à la pâte, puis dans une discothèque atypique, le Wheel Club, où se mêlent plusieurs générations.
http://videos.arte.tv/fr/videos/prochain-arret-montreal-5-5--7068380.html

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2012

Les commentaires sont fermés.