Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

Faux contacts

La  guerre en Syrie a créé une migration massive de réfugiés vers l'Europe. Serait-ce une bombe à retardement vu le nombre grandissant? Est-ce complet en Europe?

0.jpgDe l'exode de réfugiés, ARTE en a présenté le documentaire "Défis de l'accueil" (vidéo) qui expliquait parfaitement l'ampleur des problèmes des réfugiés et de tout ce qui se trame aux frontières intérieures de l'Europe. Tout y est dit dans le détail.
 
Je ne vais pas vous faire l'injure de vous raconter cela à nouveau. Parcourir les différentes manières de réagir de chacun me parait plus intéressant.
 
La guerre en Syrie a déjà fait 250.000 victimes 


Essayer de comprendre l'embrouillamini de groupes ethniques, je fais encore appel à Pierre Servent podcast et Jean-Pierre Filiu podcastqui pourraient le faire.
 
Hier, un premier pas, un accord entre les Etats Unis et la Russie pour la cessation des hostilités. Les subtilités du langage diplomatique veulent que cela ne veut même pas dire un cessez-le-feu.   
On s'y emploie à Genève, mais ce sont des discussions qui n'en finissent pas.
Réaliser la quadrature du cercle à côté de cela, c'est du bidon.
 
Donc, en 2016, le problème est loin d'être passé aux oubliettes de l'histoire. 

Alors, les chocs des cultures et les différences de manières de vivre vont perdurer. Ce n'est pas nécessairement mauvais, mais il faut y être préparé et accepter à faire le premier pas vers l'autre.

Les médias ne font plus qu'en parler de ces boot-people qui s'engagent sur des bateaux de fortune.

Pourtant, rien à voir avec l'"Exodus" que chantait Piaf.


Daniel Cohn-Bendit, invité du Grand Oral le 26 janvier, disait "Il faut un commissaire européen à l'intégration et à l'asile".

La Convention de Dublin permet à un pays européen d'examiner une demande d'asile en fonction d'une autre Convention, celle de Genève qui date déjà de 1949 qui a été amendé jusqu'en 2005 qui a permis de renforcer la protection des civils, notamment lors de conflits armés non internationaux. Ce qui est le cas actuellement.

0.jpgUn commissaire comme un gendarme ferait-il office de bienfaisance, comme il proposait ? Encore faut-il qu'il y ait une Europe dans ce sens. 

Au départ en Turquie jusqu'en Angleterre, les réfugiés passent par tous les pays intermédiaires dans un exode qui rappelle la fuite d'Egypte.

De la migration, j'en avais déjà touché quelques mots par les manières de "Migrer pour vivre ou survivre". Nous n'en sommes plus là.

L'Europe, une terre d'asile, ceinturée de frontières fictivement "Schengenisée" se demande s'il ne faut pas resserrer les boulons en réintroduisant les anciennes frontières étatiques. Étatiques, "Etats tics" voyons. 

0.jpgAngela Merkel, enthousiaste, a d'abord fait le grand saut en ouvrant ses frontières aux immigrés.
En embuscade, le mouvement islamophobe Pegida lui a vite fait comprendre qu'il fallait remettre le bouchon sur la bouteille qui fuyait. 
 
Louis Michel avait pété les plombs et piqué une colère en dénonçant les agissements de la Hongrie, de l'Autriche, de la Pologne et du Danemark.
Pays qui n'avaient pas la même conception de ce qu'est l'Europe, une terre d'asile ancestrale. Erreur de conception ou erreur dans la réalisation? 
 
Nos valeurs humanistes, plutôt que chrétiennes, n'étaient pas au même diapason.
 
La Belgique tentait de trier les arrivants pour finir par faire la chasse aux campements des migrants sur son littoral. 
 
0.jpgA Calais, cela puait le désordre dans l'attente de s'évader vers l'Angleterre.
Ce fut à la côte belge, que les réfugiés se sont déplacés dans ce but.  
En jetant du pain aux mouettes, un bourgmestre de la Flandre occidentale s'était rendu compte que celles-ci revenaient et conseilla à ses cohabitants de ne plus nourrir les migrants pour ne pas en faire venir d'autres.
Tollé sur les réseaux sociaux.  Ce ne sont pas des valets puants:podcast
Déboutés dans leurs demandes d'asiles qui traînait dans la procédure alors qu’ils nourrissaient d’autres espoirs mythiques ou paradisiaques. 
Une campagne de dissuasion avait probablement aussi joué un rôle important dans leur décision.

0.jpg"Mais bon sang, il faut ouvrir l'accès aux emplois pour tous dans l'égalité des chances" proposait Kohn-Bendit pour sortir de cette crise.
 
On est con, personne n'y aurait pensé...
"Il faut être solidaire avec les populations et coexister pour donner une possibilité d'intégration à ces naufragés de l'immigration", surenchérit-il. 
 
L'Europe veut payer la Turquie de 3 milliards de dollars pour qu'elle maintienne les réfugiés chez elle.
 
0.jpg"L'afflux de migrants vers l’Europe se poursuivant sans trêve, les mois d’hiver placent les populations comme les autorités devant des difficultés nouvelles. Face à la crise persistante, l’Union européenne est au pied du mur. Quel prix est-elle prête à payer, et jusqu’où pousser les compromis ? Quelles seront les conséquences, en termes de relations diplomatiques, des tendances au repli manifestées par certains États ? En dépit des débats sur la politique migratoire européenne, l’urgence est bien là : les nouveaux arrivants ont un besoin immédiat de logements décents et d’un soutien matériel et financier. Autant de défis exacerbés par l’arrivée de l’hiver. En Allemagne comme en France, il s’agit de tirer un premier bilan des actions des derniers mois. On retrouve les travailleurs sociaux et gestionnaires de crise travaillant au plus près des migrants, qui exposent les difficultés rencontrées, les impasses, et présentent également des exemples d’accueil réussi".  
 
La réponse au défi de l'accueil est peut-être dans la lettre ouverte humoristique au migrants de Guillermo Guiz:podcastqui quand Théo Francken dit "Les demandeurs d'asile sont sans gênes", il réplique: podcast

L'asile est toujours une position d'attente de mieux et jamais une fin en soi. 

Les problèmes majeurs viennent par après.0.jpg
 
Une question me vient: Sommes-nous toujours intégrés dans notre pays?
La concurrence existe déjà à bord, hors des rivages européens mais à l'intérieur. On se regarde pour voir qui sera la prochaine victime du "Système". 
 
La main d'oeuvre qualifiée ne donnerait-elle pas un autre effet retour sur le prix de la main d'oeuvre locale?
Quoiqu'on dise, c'est souvent dans un nouveau nivellement par le bas que se passe l'échange des bons services.  
L'équivalence des diplômes quand ceux-ci existent, sera-t-elle assurée?
 
Auparavant, il y a eu le flux des ouvriers polonais qui on fait office pendant longtemps de casses-prix. Depuis, ce flux s'est dilué entre ceux qui sont restés et d'autres qui sont repartis en Pologne qui perdant sa main d'oeuvre, demandait de revenir à la mère patrie.
 
En 2015, venu des States, il y a eu l'uberisation des activités qui s'est engouffrée dans le gouffre béant laissé par les anciens en place. La souplesse et l'efficacité sans les règles institutionnalisées et les traités de travail, ont permis de tendre les prix vers le bas et de ramener les coûts au minimum. Le propre fonctionnement de confort relatif à l’égard défraîchi de ses clients en a été la cause. 
L’éviter aurait été de ne pas scier la branche sur laquelle se trouvent ceux qui veulent être payé un maximum mais payer un minimum. Toujours le même problème d'adapter ses habitudes avec de nouveaux comportements et de nouvelles cultures d’entreprise pour maintenir le lien entre coût et le retour sur investissement.
 
Si les immigrés s'intègrent dans le marché de l'emploi, ils vont à leur tour accélérer ce nivellement vers plus bas, puisque d'où ils viennent, les niveaux de vie sont bien plus bas et qu'il seraient prêts à toutes les concessions pour gagner un emploi. A la frontière turque, Kilis a vu sa population doubler et c'est ce qui s'est passé. 

0.jpgLe 31 décembre, à Cologne, les dérives sexuelles ont créé un refroidissement dans l'acceptation des émigrés. 

A l'examen, il s'agissait d'une majorité de suspects marocains et algériens...

Les amalgames sont du parcours en suivant les échos médiatisés.

Au carnaval comme ailleurs, la justice reste la même partout... comme la "real politic" qui va, tôt ou tard, chambouler tous les bons sentiments par d'anciennes habitudes culturelles.

L'immigration a petites doses se réalise sans grands émois particuliers. Cette fois, c'est l’afflux de demandeurs d'asile qui oblige à se poser des questions stratégiques.  
L'Europe est un continent considéré comme riche qui pourrait assumer par petits groupes. Mais ici, c'est pas à la cuillère, mais à la grande louche.
En un an, il s'agit d'un millions de personnes qui ont cherché un refuge.
 
L'appel d'air d'immigrés pour l'Allemagne était justifié pour satisfaire son économie et par un besoin de travailleurs plus ou moins qualifiés qui deviendront, un jour, de nouveaux consommateurs. 
 
La crainte de rencontrer une autre culture aux normes et au niveau de vie totalement différente, est pourtant bien présente.
  
Que coûte un réfugié actuellement en Belgique ?
 
"Question à la Une" tentait de répondre et concluait que les émigrants rapportent plus qu'ils ne coûtent. 
A Fedasil,  le coût s'élève à 40.83 euros par jour  pour sa formation et son intégration.
Les CPAS prennent la relève pendant quelques mois avant de passer la "patate chaude" au CGRA.0.jpg 
Le prix global de l'intégration de l'immigration en Belgique s'élève à 512,6 millions d'euros pour 2015.
 
En 2016, ce sera une nouvelle tranche qu'il faudra mettre en plus sur la table en fonction des besoins.
L'écart entre le taux d'emploi d'un immigré et d'un demandeur d'emploi d'origine belge démontre la discrimination. 
La valorisation des compétences est le point crucial dont dépend les bénéfices éventuels pour le pays.   
On apprenait qu'ils bouleversent nos manières de résoudre un problème en réparant un appareil qui ne fonctionne plus, alors que nous le renouvelons. 
Les réparations, un business oublié par les "capitalistes".
Non, les migrants ne sont pas tous sur les mêmes secteurs de travail.  
 
0.jpg"Se sentir vivre est plus important pour un immigré que de faire fortune", ajoutait l'un d'entre eux.
 
L'égalisation des bénéfices dans une saine concurrence sans privilèges dans une relation du prix-performance et d'efforts consentis, est encore à établir.
 
Apprendre la langue locale, vaincre la discrimination à l'emploi sont des points primordiaux pour l'immigré et peut-être aussi pour celui qui l'accueille.
 
Qu'on le veuille ou non, l'anglais transnational, le globish comme on l'appelle, est le favori dans un échange de premier niveau.
 
Peu importe la langue, tout dépend du message transmis pour générer correctement la migration. Il faudra ajuster les discours comme de dire qu'il n'y a pas de paradis, pas d'oasis dans le nord... contrairement à ce que disent ces passeurs. 
 
Bruxelles peut être considéré comme un "trou d'enfer" comme le lançait Donald Trump en pensant aux échos que la ville avec les attentats à Paris. 
Molenbeek s'est mise, bien malgré elle, à la une de l'actualité dans le monde. Ce qui a apporté une nouvelle couche aux besoins de contrôles et de sécurité.
Bruxelles, ne l'a-t-on pas considéré comme le laboratoire de l'Europe?
La sécurité a pris des allures de paranoïa dans un climat de suspicion . 
  
On pouvait lire que nos entreprises se sont ruées sur les services de "screening" de leurs salariés.
Plus de 1500 habilitations de sécurité ont été délivrées au privé par les Autorités Nationales de Sécurité.
Le but est de pouvoir vérifier les zones sensibles de l'intimité des collaborateurs de l'entreprise. Ce ne sont plus seulement les questions que posent les caméras de sécurité. 
Nous sommes en plein dans un goulot d'étranglement sous la surveillance de "Big Brother" et en bouchon devant des tunnels qui, en perdition, ne s'ouvrent plus.  
 
0.jpgManifestement, la tour de Babel s'effrite à sa base et plus personne n'est bénéficiaire sous cet angle de vue.
 
Au travail, tout le monde a peur de se voir éjecté de la vie publique et sociale pour des raisons de rationalisation tout azimut.
 
Le sauve qui peut est général et s'intègre à la concurrence débridée des us et coutumes.
 
Les premiers gagnants de cette exode ont été les passeurs, les trafiquants de migrants. Qui seront les gagnants ensuite.
 
L'image du corps sans vie du petit Aylan, gisant sur une plage de Bodrum, a fait le tour du monde. Une vague d’indignation planétaire suivit et a contraint l’Union européenne à entrouvrir ses portes aux réfugiés venus de Syrie et d’Irak en guerre.
Des migrants économiques se sont naturellement intégrés dans le mouvement.

0.jpg

0.jpg

0.jpg

0.jpg

Aujourd'hui, la Turquie se charge de punir ces passeurs sans scrupules et le père de la victime.
L'Otan va intervenir... Oui, mais, un peu tard et c'est peut-être, aussi, une mauvaise cible pour régler le problème à la source...
  
Alors quand on lit que "Le vice-président de l’UE Timmermans dit que 60% des demandes d’asile sont injustifiées’ par son porte-parole, cela fait réfléchir. 
 
Nous devons nous concentrer sur les politiques de retour. La sympathie des citoyens à l'égard des demandeurs d'asile sera affaiblie si les personnes qui n'ont pas droit à une protection internationale sont également autorisés à rester en Europe”. 
Le Liban accueille 1.4 million de réfugiés sur 4 millions d’habitants. 
0.jpg
 
Parlons en chiffres.
Les dernières migrations représentent 0,2% de la population européenne. 
Une relation avec nos 0,2% de croissance?
Les prédictions pour 2035 disent qu'il y aura 400.000 Wallons de souche ou de "non-souchés".
Entre 1989 et 2015, la population y a progressé de 0,4% par an. La surface habitable a augmenté de 35% presque dans le même temps.
Dans la région bruxelloise, la population a atteint 1,2 millions d'habitants. 
 
Tous les pays européens ont apporté leur solution à la crise des réfugiés avec une vue très spécifique et dans un désordre indescriptible...
0.jpgpar les Hollandais et un renvoi à la case départ en Turquie...
par les Danois par la confiscation de leurs biens...
par les Polonais en étant contre les quotas..
par les Français qui attendent de voir venir...
par les Hongrois et une politique hostile à l'égard des migrants...
par les Anglais en fermant le tunnel du Channel avec le NIMBY...
par les Autrichiens qui y voient une sorte de Pic de Dante...
par les Belges qui, par surréalisme, cherche le Dieu du "Tout nouveau testament" et font des arrêts sur image dans les bouchons en cherchant les pellicules sur la tête dégarnie de Magritte... 
 
0.jpg"Le chants désespérés sont les chants les plus beaux", écrivait Alfred de Musset.
 
La question dialectique serait-elle de faire ressortir le fascisme en Europe?
Non. Pas vraiment, mais un peu tout de même.
 
Donc il faut trouver des solutions win-win et sortir des ghettoïsation comme on le voit trop souvent à Bruxelles. 
Pour cela, il faudrait pouvoir se parler dans une langue commune et pas uniquement avec les enfants d'immigrants qui scolarisés, n'ont pas les problèmes des parents toujours greffés à la langue d'origine.
 
Par ici, personne ne penserait parcourir l'Europe à pied. On voyage en avion en low-cost, en train ou en voiture... Tous unis contre la vie chic et pas chère... 
On est pourri par l'argent et par cette économie de la consommation à outrance capitalistique.
Les vases communicants existent mais il faut trouver le lien d'équilibre par un intérêt en commun dans une sorte de PPCM, de Plus Petit Commun Multiple. 
 
Un asile ailleurs qu'en Europe occidentale?
Au Nord, en Russie ou faire le grand saut jusqu'au Canada...
Michaëlle Jean était invitée à la radio pour parler de la Francophonie et du Canada. D'origine haïtienne, elle a aussi fait partie de réfugiés  podcast.
Le lendemain, il était dit comment l'immigration s'y passait très bien:podcast
 
0.jpgCool, quoi, mais à petites doses....
 
L'Europe est un vieux continent qui a connu toutes les tribulations de son histoire.
Le Canada a une superficie immense et peu d'habitants. 
Moins de 4 habitants par km2 au Canada et 367 hab/km2 dans la petite Belgique....
 

Il y a cent ans, Einstein avait prédit la relativité générale, l'existences des ondes gravitationnelles et la relation intégrée entre l'espace et temps.
Elle est aujourd'hui prouvée. 0.jpg

Cette situation de la migration massive ne serait-elle pas une nouvelle preuve?
Plus on a de temps, moins on a d'espace et plus on a d'espace, moins on a de temps.
   
Je cherchais un titre pour ce billet. C'est Alex Vizorek qui me l'a donné avec son billet d'humour sur nos bons poulets qui vont être assignés dans le "Plan canal" (je n'ai pas dit "dans le canal").
Ce sera donc "Faux contacts": podcasten hommage à Manu Thoreau qui nous a quitté il y a presque 16 ans.
  
En attendant, cherchons quelques Kendji qui font rêver :
 
  
... sans plomb dans l'aile, mais avec du plomb dans la cervelle.
  
En Europe, il faut le savoir, nous sommes "solide comme un rock" mais avec des tunnels de mobilités et des portails poreux "Made in China"....

 
... alors, puisque nous sommes à la veille de la Saint Valentin, faites l'amour et pas la guerre... 
 
 
Eriofne,
 
 
 
Citations:
  • La logique est le dernier refuge des gens sans imagination.”, Oscar Wilde
  • La violence est le dernier refuge de l'incompétence.”, Isaac Asimov 

 

0.jpg

Mise à jour 24 février 2016
: Cela s'excite à Calais. Alors qu'il faut venir à la Côte tranquillement.0.jpg

 

0.jpg

0.jpg

1.jpg0.jpg

Commentaires

La Turquie va ouvrir les portes et laisser les 2,7 millions de réfugiés se ruer sur l’Europe’

Jeudi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti l’Union européenne qu’il pourrait ouvrir les portes de son pays et laisser près de 2,7 millions de réfugiés se ruer sur l’Europe, affirme EUObserver.
“Le mot “idiot” n’est pas écrit sur nos fronts” , a déclaré le président. “Nous serons patients, mais nous ferons ce que nous avons à faire”.
Cette semaine, le site grec euro2day.gr avait rapporté qu’au cours du sommet du G20 qui se tenait à Antalya, Erdogan avait dit à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne : “Nous pouvons ouvrir les portes de la Grèce et de la Bulgarie n’importe quand, et mettre les réfugiés dans des bus”. Il avait ensuite confirmé ses dires : “Je suis fier de ce que j’ai dit. Nous avons défendu les droits de la Turquie et des réfugiés. Et nous leur avons dit [aux Européens, ndlr] +Désolé, nous allons ouvrir les portes et dire au revoir aux migrants+”.
Aux termes d’un accord conclu avec l’UE en novembre, la Turquie s’était engagée à stopper le flux de migrants à destination des pays membres de l’UE, contre une aide financière de 3 milliards d’euros, entre autres. Mais mercredi, la Commission européenne a publié un rapport reconnaissant que la Turquie avait fait des progrès, mais qu’elle devait en faire plus pour empêcher les migrants de passer dans les pays du bloc.
Mais l’UE n’était pas la seule à être visée. Le président turc a aussi mis la pression sur l’ONU, qu’il accuse de ne pas en faire assez pour les réfugiés. “Honte à vous, honte à vous”, a-t-il dit, ajoutant que l’Organisation devrait exhorter ses membres de prendre des réfugiés se trouvant en Turquie. Depuis le début de la guerre en Syrie, son pays a consacré plus de 8 milliards d’euros aux réfugiés.
Erdogan répondait ainsi aux déclarations faites par le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, qui avait annoncé plus tôt dans la journée que l’Organisation avait accepté de déployer des navires en Mer Egée. La mission serait dirigée par l’Allemagne, et elle aurait pour but de surveiller les côtes turques. “Ce n’est pas pour stopper les bateaux de réfugiés ou les repousser”, a dit Stoltenberg. Apparemment, la mission aurait plutôt comme objectif de recueillir des informations pour arrêter les trafiquants.

Coût
Le ministre grec des migrations Yiannis Mouzalas a indiqué à son parlement jeudi que le coût de la crise des réfugiés dépasserait le milliard d’euros pour son pays cette année, ce qui représente plus de 0,5% du PIB grec. Le ministre allemand de la Construction, Barbara Hendricks, a quant à elle indiqué que son pays devrait engager 1,3 milliard d’euros supplémentaires pour les réfugiés dans son pays, afin de financer des logements sociaux.

Source: http://fr.express.live/2016/02/12/la-turquie-va-ouvrir-les-portes-et-laisser-les-27-millions-de-refugies-se-ruer-sur-leurope/

Écrit par : L'enfoiré | 15/02/2016

La politique d’accueil des migrants de Merkel est illégale

En Allemagne, le Premier ministre de la Bavière, Horst Seehofer, pourtant de la même formation politique que la chancelière Angela Merkel, L’Union Sociale Chrétienne (CSU), a déclaré cette semaine que la politique d’accueil des migrants de cette dernière correspondait “au règne de l’injustice” (ou illégalité, en fonction de la traduction). Il décidera ce mois-ci si la Bavière doit porter plainte contre le gouvernement fédéral, indique The Economist.
Il n’est pas le seul à évoquer l’illégalité éventuelle de la politique de la Chancelière. Un ex-président du Tribunal constitutionnel, Hans-Jürgen Papier, lui aussi membre de la CSU, affirme que l’on ne peut techniquement réclamer l’asile en Allemagne lorsque l’on est arrivé par des voies terrestres. Dépuis 1993, un amendement prévoit que les personnes provenant de pays sûrs ne peuvent solliciter l’asile. Or, les 9 pays limitrophes de l’Allemagne sont considérés comme étant sûrs.
Au niveau européen, l’accord de Dublin prévoit la même chose, en indiquant que les migrants doivent solliciter l’asile dans le premier pays du bloc où ils arrivent.
Bien sûr, les politiciens allemands ont la possibilité d’assouplir ces conditions, mais compte tenu du volume de migrants entrés dans le pays l’année dernière – 1,1 million – , une telle décision n’aurait jamais dû être laissée à la seule discrétion de Mme Merkel, et une consultation du Parlement s’imposait.

Au plan fédéral
Pour Udo di Fabio, un autre ancien juge du tribunal constitutionnel, c’est au plan fédéral que se pose le problème. Dans la République Fédérale d’Allemagne, l’Etat fédéral, les 16 länders, comme les municipalités, disposent de pouvoirs et d’obligations les uns vis à vis des autres. Or, avec la crise des réfugiés, leurs prérogatives se sont embrouillées. Si le niveau fédéral, qui est en charge du contrôle aux frontières et qui accorde l’asile, néglige ses responsabilités et laisse le chaos s’installer dans le pays, cela peut empêcher le länder de Bavière d’assurer la sécurité publique, et d’autres obligations.
Il est possible que le tribunal constitutionnel allemand refuse de trancher sur un dossier aussi brûlant. Mais ce débat risque de déchirer la coalition au pouvoir, et de miner le soutien qui reste à la chancelière… S’il ne lui fournit pas une merveilleuse échappatoire politique pour reculer sur la politique d’asile allemande, et adopter une posture plus populaire.

Source: http://fr.express.live/2016/02/18/la-politique-daccueil-des-migrants-de-merkel-est-illegale/

Écrit par : L'enfoiré | 19/02/2016

“La réintroduction des frontières est une erreur”

Quiconque pense que la réintroduction des frontières permettra d’améliorer la sécurité en Europe est naïf, affirme l’auteur italien Roberto Saviano dans un article d’opinion publié dans un certain nombre de journaux européens, dont Le Soir:
Les pays de l’UE pensent arrêter les migrants et le terrorisme en érigeant des frontières, mais c’est une erreur, dit-il. Il explique que les organisations criminelles n’ont pas besoin d’emprunter des voies clandestines, et qu’elles peuvent fonctionner dans tous les pays, quel que soit le nombre de réfugiés qui se rendent dans ce pays.
Ils rappelle que les terroristes qui sont passés à l’acte dans les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan étaient issus de la seconde génération d’immigration. “Tel est l’élément essentiel permettant de comprendre qu’arrêter Schengen ne reviendrait qu’à anéantir l’intégration européenne. (…) Arrêter Schengen aurait pour conséquence de mettre à mort le projet initial, à savoir la construction des Etats-Unis d’Europe”. Il n’est plus possible de se défendre en érigeant des murs et des enceintes, comme autrefois, lorsque l’on construisait des châteaux. L’histoire nous a enseigné que ceux-ci ne sont le prétexte que de nouvelles attaques.
En outre, il est illusoire de vouloir arrêter les personnes physiques, en omettant les mouvements de capitaux, car ce sont ceux-ci qui financent ces mouvements terroristes. Or, ces capitaux transitent en provenance de pays du Moyen-Orient par des voies tout à fait légales. “La France a le Luxembourg. L’Allemagne, le Liechtenstein. L’Espagne, Andorre. L’Italie, la République de Saint-Marin. Le monde entier, la Suisse. Nous parlons ici de paradis fiscaux qui attirent, dans le meilleur des cas, des fraudeurs fiscaux, mais aussi des organisations criminelles et financières en plein cœur de l’Europe”.
“Le cœur de la réflexion est là : le problème, ce sont les capitaux, non les êtres humains”. L’Europe n’est donc pas victime du terrorisme et de l’immigration incontrôlée en raison de sa surexposition, mais plutôt de son incapacité à gérer les flux financiers et contrôler le blanchiment d’argent. “C’est la guerre des pouvoirs financiers qui rend l’Europe de moins en moins sûre”, conclut-il.

L’écrivain italien Roberto Saviano est un héros de la trempe de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, qui ont été tous deux tués par la mafia dans les années 90 du siècle dernier. Saviano a passé la majeure partie de ces 10 dernières années à écrire sur les pratiques criminelles de la mafia napolitaine, connue sous le nom de Camorra. Son livre ‘Gomorra’ (2008) s’est vendu à des millions d’exemplaires et il a été traduit dans 20 langues.
Mais la vie de Saviano est un enfer, car il paie un lourd tribut pour l’œuvre de sa vie. Depuis le 13 octobre 2006, il vit sous protection policière, et il est accompagné de 5 à 7 carabinieri – le corps d’élite qui est responsable de sa sécurité – partout où il se rend.

Source: http://fr.express.live/2016/02/19/la-reintroduction-des-frontieres-est-une-erreur/

Écrit par : L'enfoiré | 19/02/2016

La vraie crise des réfugiés n’est pas en Europe

Si vous pensez que les migrants du monde se dirigent tous vers la prospère Europe, et que celle-ci vit une crise des réfugiés, pensez-y à deux fois, dit Christian Caryl de Foreign Policy. La grande majorité se retrouve dans des pays à peine meilleurs que ceux qu’ils ont fuis.
La Jordanie, par exemple. Elle est loin d’être riche mais a quand même accueilli presque 700.000 réfugiés, provenant principalement de Syrie et d’Iraq. C’est environ un dixième de sa population. Jusqu’à présent, elle s’est adaptée admirablement : mais pour combien de temps ? Peu de pays pourraient survivre à un changement « sismique » de population.
Ou prenez l’Ethiopie : c’est la cinquième nation d’accueil de réfugiés au monde, mais elle est au bord d’une famine qui menace 15 millions de personnes.
Comparées à des pays comme ceux-là, les nations européennes, malgré toutes leurs protestations concernant la crise des réfugiés, devraient facilement être capables de gérer le flux. Mieux encore, si elles essayaient sérieusement de mettre sur pied des politiques d’intégration profonde et de sécurité commune, elles pourraient même en tirer profit.
Quant aux nations riches qui se protègent géographiquement d’une immigration non-régulée – les USA, le Canada et le Japon- elles devraient aussi réaliser qu’il s’agit d’un problème qui demande une vraie réponse mondiale.
Elles sont en position d’agir : des pays comme la Jordanie et l’Ethiopie peuvent seulement demander de l’aide. « Le monde d’aujourd’hui est trop petit pour permettre qu’une partie de celui-ci sombre dans le chaos et le désespoir», conclut Caryl.

Source: http://fr.express.live/2016/02/29/vraie-crise-refugies-nest-europe/

Écrit par : L'enfoiré | 29/02/2016

La Turquie réclame 3 milliards d’euros supplémentaires à l’UE pour la crise des réfugiés

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a indiqué que la Turquie souhaite le versement de 3 milliards d’euros additionnels d’ici 2018 pour stopper l’afflux de réfugiés vers l’Europe, rapporte le Deutsche Welle. Cette somme s’ajouterait aux 3 milliards d’aide financière qui ont déjà été consentis par Bruxelles à ce pays pour le même objectif.
En outre, la Turquie a également demandé à l’UE d’accélérer l’entrée en vigueur de la libre circulation dans l’espace Schengen pour les ressortissants turcs, et d’avancer sur la question de l’adhésion du pays à l’UE, deux engagements corollaires qui faisaient partie de l’accord sur le versement des 3 milliards d’euros d’aide financière.

Des échanges de migrants
Selon Schultz, les dirigeants européens débattraient de cette possibilité. Ils étudieraient actuellement la possibilité de procéder à des échanges: pour chaque migrant que la Turquie reprendrait sur son sol, l’UE s’engagerait à en accueillir un autre provenant de ses camps de réfugiés. “Pour chaque Syrien arrivé sur une île grecque repris par la Turquie, un autre Syrien provenant de Turquie sera réinstallé dans l’un des Etats membres de l’UE, peut-on lire dans la proposition.
Celle-ci prévoit également l’évacuation intégrale des îles grecques des réfugiés qui y vivent actuellement par l’UE. Le bloc “ne reprendrait que ceux qui effectueraient la traversée après une date qui reste à déterminer”. Le document indique que les coûts de ces déplacements seront pris en charge par l’UE.

Source: http://fr.express.live/2016/03/07/la-turquie-reclame-3-milliards-deuros-supplementaires-a-lue-pour-la-crise-des-refugies/

Écrit par : L'enfoiré | 09/03/2016

A part le PPE (droite), tous les groupes politiques représentés au Parlement européen sont critiques envers l’accord euro-turc.
«Nous donnons les clés de l’Europe au sultan Erdogan», dit Verhofstadt

http://www.lesoir.be/1145292/article/actualite/union-europeenne/2016-03-09/verhofstadt-nous-donnons-cles-l-europe-au-sultan-erdogan

Écrit par : L'enfoiré | 09/03/2016

Combien de réfugiés la Belgique accueillera-t-elle en 2016 et 2017?

Le Bureau fédéral du Plan a mis à jour leurs perspectives démographiques. Consécutivement à la crise migratoire en Belgique, la population devrait augmenter mais pas de manière exceptionnelle, rapporte Le Soir.
La projection table sur un flux additionnel de 70.000 réfugiés ou bénéficiaires de la protection subsidiaire sur les années 2016 et 2017 prises ensemble. À long terme, la croissance moyenne de la population entre 2020 et 2060 serait de 40.000 habitants par an (pour 50.000 habitants sur la période 1991-2014).
Cette hypothèse est évidemment entourée d’incertitudes importantes étant donné le caractère imprévisible de nombreux facteurs, indique le Bureau du Plan.

Un ralentissement du rythme de croissance de la population à long terme
A l’horizon 2060, la population en Belgique augmente de 1,8 million par rapport à 2015, soit une augmentation de 16%. Le solde migratoire externe (39.954 en 2014), soit la différence entre les immigrations et les émigrations internationales, se situe à long terme à 20.000 individus par an. Le solde migratoire externe est le principal facteur de croissance de la population à l’échelle du pays.
Au niveau des régions, la croissance moyenne de la population entre 2020 et 2060 serait d’environ 8.000 habitants supplémentaires par an dans la Région de Bruxelles-Capitale, 17.000 dans la Région flamande et 11.000 dans la Région wallonne. La croissance annuelle sur cette période serait inférieure à celle observée sur la période 1991-2014 pour chacune des trois régions.
L’incertitude sur cette hypothèse à court terme ne doit cependant pas occulter l’incertitude qui pèse sur les autres déterminants de la croissance (migration, fécondité, mortalité), à court et à long terme, conclut le Bureau du Plan.

Source: http://fr.express.live/2016/03/15/crise-migratoire-70-000-habitants-supplementaires-belgique-2016-2017/

Écrit par : L'enfoiré | 16/03/2016

La Syrienne Samar Yazbek, raconte dans son livre "Les portes du néant " son exil en France commencé en 2011.
http://www.babelio.com/livres/Yazbek-Les-portes-du-neant/826259
"L’exil signifie marcher dans une rue et savoir que vous n’êtes pas à votre place", dit-elle

Écrit par : L'enfoiré | 17/03/2016

Le cosmonaute syrien devenu réfugié

Muhammed Faris n’est que l’un des millions de réfugiés syriens, mais il n’y a pas si longtemps, il était cosmonaute et héros national, indique Rosie Garthwaite, du Gardian.
En 1978, Faris est devenu le premier cosmonaute arabe professionnel à aller dans l’espace, voyageant avec l’équipe soviétique jusqu’à la station Mir. « Ces 7 jours, 23 heures et 5 minutes ont changé ma vie », dit Faris. « Quand vous avez vu tout le monde depuis une fenêtre, il n’existe plus de vous et eux, plus de politique. »
Faris est revenu en héros national. Des rues, une école et un aéroport portent son nom. Pourtant, le dirigeant syrien, Hafez al-Assad, a refusé sa demande de fonder un institut national des sciences spatiales. « Il voulait garder les gens ignorants et divisés, avec une compréhension limitée. C’est ainsi que les dictateurs restent au pouvoir. »
Faris a, au contraire, dû enseigner à des jeunes hommes comment piloter des jets de combat puis, à la mort d’Assad, il a été assigné comme conseiller militaire de son fils, Bashar al-Hassad.
Lorsque les manifestations de 2011 se sont transformées en guerre civile, Faris s’est échappé avec sa femme et ses trois enfants par la frontière turque. Il regarde les événements depuis Istanbul avec un désespoir croissant.
« De là-haut, lorsque la terre était si petite, j’ai vraiment ressenti au plus profond que je pourrais faire une grande différence pour le monde. Cela n’a pas été facile », dit-il.

Source: http://fr.express.live/2016/03/23/le-cosmonaute-syrien-devenu-refugie/

Écrit par : L'enfoiré | 24/03/2016

QUAND L'AMÉRIQUE SERA LATINE

S'ils sont 55 millions aujourd'hui, les Latinos dépasseront les 100 millions en 2030 aux États-Unis. Une révolution démographique qui transforme profondément le pays sur les plans économique, social, culturel et politique. Ainsi, à la veille des élections présidentielles américaines, le vote latino constitue un enjeu majeur pour conquérir la Maison-Blanche. En pleine expansion, cette minorité est déjà devenue majoritaire en Californie, reflet du futur visage de l'Amérique. Elle fait en même temps écho à celui d'hier, quand le Sud-Ouest du pays était encore territoire mexicain - avant la guerre de 1846-1848. Dans cette nation d'immigration, cette population bilingue, jeune et entreprenante, revitalise les régions sur le déclin.

Immigration salvatrice
De Los Angeles à El Paso, ville-frontière du Texas, en passant par Miami et Ottumwa, bourgade de l'Iowa, Roxanne Frias, Américaine d'origine mexicaine, est allée à la rencontre de cette communauté singulière d'immigrés, dont les ancêtres peuplaient pour certains le pays avant même l'arrivée des Anglo-Saxons. Elle a notamment interrogé les plus jeunes sur leur parcours, leurs frustrations et leurs espoirs, désormais encouragés par l'éducation, après de longues années de luttes contre le racisme et les discriminations. Le film suit aussi au plus près l'intégration des Latinos dans le Middle West, où les habitants assistent, non sans bienveillance, à l'implantation "salvatrice" de ces familles venues du Mexique, du Honduras et d'autres pays de l'Amérique latine. Entre analyses d'experts et scènes du quotidien, une immersion sensible au coeur d'un phénomène inédit, lequel est en passe de forger une nouvelle identité panaméricaine.

http://www.arte.tv/guide/fr/057398-000-A/quand-l-amerique-sera-latine?autoplay=1

Écrit par : L'enfoiré | 19/07/2016

Les commentaires sont fermés.