Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2008

QI, un Quotient Immature?

Pour se démarquer de ses semblables, on cherche et on trouve le QI. Ce quotient de l'intelligence, un miracle de la nature ou une erreur empoisonnée dans un jeu de "gagnant" ou de "perdant"?

science,humourLe 1er novembre dernier, TF1 présentait "Le Grand Quiz du cerveau". Tout le monde pouvait y jouer et surtout y gagner. Il n'était pas question de QI, ni de culture générale, disait-on d'emblée, mais certainement de compétition dans la recherche de la performance. Évaluer son potentiel par la vivacité du cerveau. Donc, un peu de talent et de l'intelligence, pure et dure.

Intelligence, faculté de comprendre et aptitude à relier les éléments qui ne le pourraient pas, à cause de son absence. Elle peut être intellectuelle, pratique, intuitive, musicale...

Le premier "mental test" date de 1890 par l'Américain McKeen Catell


20 ans d'existence de l'émission journalière, "Questions pour un champion", prouve qu'on continue à s'y intéresser, à s'en passionner, à s'émerveiller plus de la capacité de la mémoire des candidats que par l'intelligence.

L'attraction est là, tournée vers l'extraordinaire. C'est du jeu, pas de l'éducation. La plupart des téléspectateurs ne se souviendront même pas des réponses aux questions posées. Alors, est-ce un plus d'avoir ce "talent inné", cette "science infuse" pour être admiré ou seulement une reconnaissance de différences pour sortir du lot? Cette différence ne retrouve pas son origine dans la génétique. Elle vient donc d'ailleurs, mais il y a encore contestation sur le processus qui la génère.

Quand on parle de surdoués dans l'histoire, on pense de suite à Mozart, à Einstein et à quelques autres. Avec cette différence, une réussite et une carrière bien remplie devraient suivre d'office. On les appelle les HP, les Hauts Potentiels, les surdoués. Ils ont un QI supérieur à 130 (soit 2,2% de la population). Mais ils ne sont pas parfaits et surtout, ne s'estime pas comme tel, que du contraire. Il faut distinguer "surdoué" et "HP" (Haut Potentiel). Les surdoués le sont en tout. Les "HP" sont souvent hypersensibles et complexes. 

Sans que rien ne le laissait supposer, pas d'antécédents, voilà que tout jeune, le "gosse" apparaît plus éveillé, plus conscient des choses qui l'entourent, plus désireux d'en connaître plus encore. Les parents, au lieu d'avoir une place en tant qu'éducateur, se ressentent, étonnés, comme accompagnateur impuissant essayant de susciter ce pouvoir. Catalyseur de progrès rapides du rejeton, le parent devra, par ce fait, s'impliquer beaucoup plus habituellement. "Envoyé spécial" y consacrait une émission et présentait les dangers de se braquer sur cette idée de vouloir atteindre le nirvana de l'intelligence.science,humour

Pourtant, ces surdoués ont souvent une mauvaise écriture car leur main ne va pas assez vite pour suivre le cerveau. Ils se permettent de réaliser plusieurs choses en même temps. De la multiprogrammation à l'échelle humaine? Le langage est assez alambiqué et sort du cadre, dès l'âge de l'enfance. L'informatique n'est plus un jeu, pour eux. C'est devenu une forme d'expression de projets. Les parents pensent dès lors, corriger cette impression de perdre son temps, de ne plus être en synchro avec les disponibilités intellectuelles. La solution la plus courante se trouve en sautant de classe. Ce n'est pourtant pas la bonne solution, car elle fait entrer dans l'anormalité. Accentuer les points forts, oui, mais en gardant les manettes à la bonne hauteur. Pour ces prodiges, pourquoi ne pas jouer un rôle complémentaire aux enseignants à destination des moins doués?

Sortir de l'impression qu'ils sont certains d'avoir raison et ne donner, en définitive, que des preuves toutefois peu compréhensibles. D'où une agressivité dans le comportement par rapport aux autres. Le jeu reste la manière de progresser dans la vie pour dissocier le réel de l'imaginatif. Entre le premier et le dernier de classe, existe très souvent un passage plus étroit dans les résultats.

Qu'en tirer de ce QI hors mesure? Pas nécessairement le meilleur. A entendre ceux qui en jouissent de cette "exception", seraient même handicapés et seraient plus à plaindre qu'à rêver. Handicap qui se réfugie dans la solitude. Donc aucune assurance pour une vie réussie.

Mais, le réel surdoué, même dans cette solution, n'a pas été choyé par le destin, loin s'en faut.

science,humourIl se sentira par la suite toujours en porte à faux parmi ses condisciples moins "gâtés". Un besoin de sauter les étapes se fera sentir pour lui. Les échelons n'auront pas les mêmes écartements et ne pas s'en rendre compte assez vite pourrait générer frustrations et malentendus. Ce qui à première vue se présentait comme avantage suscitant fierté des parents va se retourner alors en désenchantement qui peuvent dégénérer en crises aiguës et drames de la dépression.

Ne pas se sentir à la bonne "hauteur" de son entourage, c'est être exclu d'office. Alors, ceux qui s'en vanteraient, en tireraient-ils un avantage ou un inconvénient ou, pire, une légère motivation du côté de la paranoïa?

La science s'intéresse à cette exception. Le "Sciences et Avenir" de novembre écrivait une "Spéciale intelligence". D'après l'article, un super neurone serait à l'origine du développement de l'intelligence. Il conduirait l'information au travers de connexions électriques par les synapses (Connectique avec microcircuits électriques, appelée "Patch Clamp"). Le néocortex serait plus puissant, plus efficace que les animaux, mais pas tellement différent. Un néocortex frontal de 238 à 329 cm3 n'utilise que 36 à 39%, ce qui correspond dans la masse à celui de l'orang-outang. Cet interneurone serait la source de nos réactions en chaîne une fois simulées. En 1904, le psychologue Charles Spearman tentait d'expliquer ce qu'est l'intelligence dans "General Intelligence, objectively determined and measured". Le facteur "g" qu'il y définissait, serait à l'origine du "QI".

Pas de gène du QI. Améliorer son QI, depuis un siècle, le genre humain progresse de 3 points tous les dix ans. Entre 0 et 5 ans, il est prouvé que les enfants peuvent en accroître leur potentiel, mais il n'y a pas de recherche s'intéressant au ralentissement ou au déclin en fin de vie. Le test de Wechsler (Wisc) s'intéresse aux formes diverses de l'intelligence, mais privilégie la logique et les mathématiques. La liste complète de ces formes est pourtant très large.

  • la logicomathématique: qui se tourne vers la logique et les mathématiques (ex:Einstein).

  • langagière: qui permet d'exprimer la pensée sous forme de vocables.

  • musicale: qui permet de créer avec le rythme et la mélodie (ex: Mozart)

  • kinesthétique: qui fait parler le corps

  • spatiale: qui représente mentalement l'environnement (ex:Picasso)

  • interpersonnelle: aptitude à comprendre les autres et à vivre en société (ex:Freud)

  • intrapersonnelle: caractérisée par l'introspection. Connaîs toi, toi-même (ex:Proust)

  • naturaliste: qui permet de classifier les éléments

  • existentielle: qui touche à la philosophie pour extrapoler.

"The Rain man" présentait l'autisme et le "syndrome savant", comme un retard mental et un dysfonctionnement de l'hémisphère gauche du cerveau (représentant la logique et le symbolisme) à l'avantage d'un excès de l'hémisphère droit (création). Le syndrome de chromosome X fragile, une manière de l'expliquer?  "Le cerveau" a toujours intéressé le monde du cinéma.

Le QI serait donc un potentiel dans une catégorie précise mais qui resterait sans valeur, sans la réalisation avec le talent. Avoir l'espoir pour les parents d'avoir un enfant brillant et intelligent est louable. L'éducation et la stimulation sont les moyens de base. Le QI ne serait pas utile sans un bon QE, un bon Quotient Émotionnel (le QE) et serait à évaluer en fonction de la personnalité. Le test du QI donne une aptitude à réussir un test. Sans plus.  

Un peu de philosophie? Le monde ne s'en retrouve d'ailleurs pas plus ou moins mal. Pas besoin d'analyses très fines pour remarquer que chacun a sa pierre à placer dans la construction de ce monde d'humains. Le statu de suiveur n'est pas dénué de sens. Il y aura, comme dans le règne animal, des commandants et des commandés. La demande de bas en haut et de haut en bas n'en sera que plus exacerbée et monopolisatrice de temps utiles et d'attention soutenue en commun. L'esprit d'équipe donne une chance aux grandes réalisations et non pas l'aparté. La méthode maïeutique va se révéler la plus adaptée à la situation pour aiguiser un don appuyé et précoce. Faire découvrir par lui-même les solutions aux problèmes, orienter un dialogue simple mais aussi complet que possible en pleine compréhension de part et d'autre vont accélérer les progrès à un rythme inattendu. Détecter de manière plus fine la pointe de l'intérêt pour pouvoir y ajouter une touche de plaisir à l'apprentissage complétera un tableau qui deviendrait ainsi plus idyllique. La lecture, le calcul, comme goûts initiaux de l'étude demanderont un temps important pour les parents.

science,humourMais, si d'aventure, vous vous sentez plus tout de même trop près du "ras des pâquerettes" des chiffres ou avec une logique "inattendue", n'ayez ni honte ni désespoir de n'avoir pas pu monter plus vite et plus haut. L'école n'est qu'une première étape de la vie. S'intéresser à tout, lire, regardez l'entourage stimulent cette intelligence. L'expérience aura son mot à dire au cours de toute une vie et non pas par ces seules premières 20 res années. Tellement de paramètres entrent en compte pour faire ou ne pas faire une vie réussie dans la pluralité des options de cette intelligence. La confiance en soi n'est certainement pas des moindres. Dans le moyen de gamme, on n'y est pas si mal, en définitive. On ne s'aime pas dans les extrêmes. Être bien dans sa peau n'est ce pas le principal? Pauvres surdoués. Toujours rester incompris des autres, toujours s'ennuyer auprès d'eux, n'est certes pas la panacée. Intelligence, à user, mais sans abuser. Talents, à user sans modération. Effet Barnum, s'abstenir.

science,humourLes pâquerettes se décantent si bien en "je t'aime, beaucoup, à la folie...". En somme, c'est un monde tout bête, avec un ciel bleu, une mer bleue et une forêt verte et encore pas toujours. Le culte de la personnalité, ce n'est pas aussi réjouissant qu'il n'y paraisse.

Comment sommes-nous passé de l'arbre à l'"app"?

Réussirons-nous à tenir la distance par rapport au nouvelles machines?

Le QI d'une population semble augmenter tous les dix ans de trois à cinq points. Avec une limite qui tendrait vers l'infini, ce serait au désavantage d'autres formes du savoir comme l'intuition, la rage de vaincre.  

Pourquoi pas une tête à moitié bien faite, additionnée à une tête à moitié bien pleine? Dans notre monde relationnel avec une Toile de fond, la technicité n'est plus seule pour apporter le succès.

Comme disait Coluche, en parlant des Belges, qui auraient, bizarrement, un verre plein et un verre vide sur la table de nuit. Parce, tout simplement, qu'il y a des jours où on a soif et d'autres pendant lesquels on n'a pas soif du tout. CQFD.

Tout est une question de logique, non?

QI, l'histoire d'une imposture puisque le QE, ce quotient émotionnel prend la suprématie sur le QI pour 80%.

Pourquoi pas un QI de 130 de Pierre Desproges?

"L'intelligence est le seul outil qui permet à l'homme de mesurer l'étendue de son malheur" disait-il.

Je ne pouvais trouver meilleur fin.

 

L'enfoiré,

 

20081106 Obama Rushmore.jpgPS. En pleine actu, cet article !

Bravo pour l'intelligence du choix de la nouvelle présidence aux USA.

Quand je disais que le QI augmentait de 3 points tous les 10 ans.

N'est-ce pas une preuve?

 

Maintenant, Barack,  "Mets de l'huile"..


 

Citations:

 

  • "Le talent sans génie est peu de chose. Le génie sans talent n'est rien", Paul Valéry

  • "La chance d'avoir du talent ne suffit pas ; il faut encore le talent d'avoir de la chance.", Hector Berlioz

  • "Je suis épuisé. C'est horriblement fatigant d'être intelligent", Francis Weber

  • "Les diplômes sont faits pour les gens qui n'ont pas de talent. Vous avez du talent ? Ne vous emmerdez pas à passer le bac", Pierres Desproges

  • "Si vous avez un QI de 150, revendez 30 points à quelqu'un. Vous avez besoin d'être intelligent, mais pas d'être un génie", W. Buffett

 

"L'intelligence sociale" de Karl Albrecht a aussi son mot à dire.

QI, histoire d'une imposture

Le 29 août 2012, La Première rediffusait le documentaire : "Qi, une histoire d'une imposture"
Ce serrait "La capacité à agir dans un but déterminé, à penser rationnellement et à avoir des rapports efficaces avec son environnement". Alfred Binet avait tenté d'évaluer ses élèves. William Stern lançait le concept de QI avec sa méthode.
David Wechsler développe une batterie de tests pour dresser des statistiques.
David Wechsler sortait "La Mesure de l'intelligence d'adulte" en 1956. 
Il n'existe pas une mais des intelligences. Howard Gardner, sortait "Les Formes de l'intelligence" en 1997 et "Les 5 formes d'intelligence pour affronter l'avenir" en 2009. 
QI entre 80 et 130. Inférieur pour les sou-doués et supérieur pour les surdoués. 

science,humour

Mise à jour 1 février 2016: Le JT parle de la baisse de notre quotient intellectuel en occident (http://www.rtbf.be/auvio/detail_jt-19h30?id=2181987 de 24:30-28:00     )science,humour

par rapport avec celui des pays asiatiques comme la Corée qui est en hausse.

Raison invoquée: la pollution, notre monde hyper-connecté qui n'utilise plus sa mémoire avec le Smartphone comme substitut et qui crée une dépendance face à la rapidité de trouver l'info désirée.science,humour Des zones du cerveau sont stimulées. Il faudra adapter les tests de QI en fonctions des novelles technologies.

Rivaliser avec le monde de l'artificiel est devenu un problème crucial.

Avons-nous renoncé à notre leadership en occident?

Des sommes considérables sont investies dans l'école en Asie.

Commentaires

Guy,

Le gros QI est un handicap social à ne souhaiter à personne.

Le QI est une mesure allant jusqu'à 200, donc ceux qui te disent avoir un QI de 240 ... ont ajouté un 2. ;-)
C'est une mesure de maturité psychologique par rapport à l'âge physique.

Le QI est une chose, encore faut-il savoir que le gros QI implique un systématique déficit de QE (quotient émotionnel).
Le QE est d'une importance capitale, il permet de se faire comprendre des autres et de communiquer.

Un enfant doué avec un gros QI est avant tout un enfant isolé et très seul.
Les différences se font sentir dès le départ et sont entretenues par tous, volontairement ou involontairement.

Le doué s'ennuie en cours et est interdit de participer afin de laisser les autres élèves se creuser la tête.
Encore une fois il se retrouve isolé.
Il ne travaille pas, ne révise pas, inutile, pour lui c'est déjà imprimé, donc il passe souvent pour un fainéant qui a de la chance et réussit honteusement sans aucun mérite.
Coupable d'avoir quelques outrageantes facilités .
Les profs l'isolent, les enfants l'isolent, les parents le voient comme un fainéant.

Dans les matières extra-scolaires, le doué est encore en décalage total avec les enfants de son âge.
Ses goûts l'orientent naturellement vers des centres d'intérêt étrangers aux semblables de son âge.

Psychologiquement trop vieux pour ceux de son âge et physiquement trop jeune pour les plus grands, il entre dans la spirale infernale de l'isolement.

Sentimentalement il ne se sent à l'aise qu'avec des femmes plus mûres que lui, ayant des aspirations bien différentes que celles des gens de son âge.
Encore là, il est jugé et condamné à n'être qu'un type bizarre.

Arrivé à l'armée là aussi il est très rapidement isolé .
Les test de NG (niveau Général) le font remarquer dès le départ.
Toutes les nouvelles recrues viennent regarder à quoi ressemble le curieux animal ayant un NG de 20/20.
Les gradés ne savent absolument pas comment gérer le phénomène exigeant explications, là où ils ne sont pas habitués à en donner.
Dans le meilleur des cas il sera affecté dans un régiment hyper spécialisé étant devenu ingérable dans l'inutilité d'origine.
Là il pourra enfin trouver une forme de respect mais surement pas de complicité avec ses copains de chambrée.
Encore une fois isolé.

Dans le monde du travail, le doué est très rapidement la cible à abattre.
Non seulement il fais de la concurrence déloyale envers les anciens mais en plus il veut tout comprendre et tout savoir.
Son déficit pathologique de QE le rend très rapidement indésirable, il est nuisible à l'équipe, donc à l'entreprise.
Là où les autres voient un problème fatiguant, lui il voit une partie de jeu qu'il veut gagner, il parait donc totalement léger là où au contraire il est sur-motivé.
Jamais réellement à sa place, d'ailleurs est-ce qu'il existe une place pour ce genre d'individus ?
"La technicité n'est plus seule" c'est bien là tout son malheur.

Jadis les parents découvraient le QI de leur enfant en allant très inquiets chez le psy, leur enfant est très bizarre, ils ne le comprennent pas, il n'est pas comme les autres il doit être fou.

Désormais les parents font tester leur enfant par fièreté d'avoir éventuellement cédé LEUR bon patrimoine génétique.
Ils y vont non pas pour leur enfant pois pour s'auto-féliciter, se faire tester eux même par enfant interposé .
Inconscients des conséquences d'un tel handicap .

Bien souvent leur enfant restera isolé et incompris.
Il ne comprendra pas non plus les autres, ce malgré les nombreux ouvrages psychologiques et sociologiques ingurgités.
Il pourra mettre en œuvre ce qu'il a appris en ce domaine pour de tierces personnes mais son déficit de QE l'empêchera d'en appliquer les recettes à sa propre personne, sa perception des choses étant biaisée.

Tout au mieux l'enfant doué trouvera sa place dans une activité utile exutoire aux frustrations ne nécessitant pas ou peu de relations sociales.
Avec de la chance, il réussira à se rendre utile sans s'exposer à un décalage inévitable généré par d'éventuelles relations sociales.

Malheureusement il restera toujours en décalage avec les gens de son âge mais pourra trouver refuge et amitié qu'avec ses ainés .
Amitié toute relative, puisque les années aidant toutes ces déconvenues sociales laissent des traces.

OUI être un enfant doué est exactement ce que je ne souhaiterai à aucun enfant.
Un enfant doué est un enfant qui n'a pas eu d'enfance réelle ou très peu, trop rapidement rattrapé par des préoccupations d'adultes.
Toujours trop mûr, tout en donnant sans cesse l'impression d'un manque de maturité s'amusant de problèmes qui fatiguent ses semblables.

Un enfant doué est avant tout un enfant qui restera seul et incompris.
S'il est assez solide pour supporter ce état de fait c'est déjà une grande victoire .

Les parents du doué disent "mon enfant cet étranger", le doué dit "mes parents ces pauvres gens".

Être doué signifie vivre sur une autre planète, dites, vous ne voulez pas faire un enfant et l'envoyer dès le plus jeune âge seul sur Mars n'est-ce pas ?
Alors ne souhaitez pas avoir un enfant surdoué, c'est une calamité !

Doué rime avec isolé, qu'on se le dise !

Écrit par : Liberty | 06/11/2008

Liberty,

Tout d’abord merci pour ce témoignage qui flaire bon la vérité et le vécu.

On est toujours le parent pauvre ou le parent riche de quelqu’un.
Sentiment que l’on ressent adulte. Alors, il y a la suite, la progéniture qui va apporter ce qu’on a pas eu. Quand cela ne marche pas, ce sont les déceptions de part et d’autres. Les engueulades qui ne comprennent pas.

Quand c’est trop puissant, trop différent, il est normal de s’inquiéter. Mais de quoi s’inquiéter ? D’être différent ou de vouloir briller par un intermédiaire ?

Je le répète, il faut des différences. Cela fait partie de la vie et des obligations pour vivre ensemble. Certains seront patrons, d’autres des exécutants. Du moment que le fluide passe entre les deux dans la compréhension mutuelle du but à atteindre.

Merci d’avoir cité un vieil article que j’avais écrit dans ce sens « La technicité n’est plus seule ».

On n’apprend pas à partager et au « team spirit ». On dit qu’on l’aime mais en le disant, on pense en background à ce qu’on va faire le soir avec les copains qui, eux, comprennent les « problèmes les plus intimes » devant une bière ou un coup de rouge.

Perso, je n’ai pas fait partie des surdoués dans l’enfance. Peur d’être ou ne pas être dans les temps pour répondre aux questions. Une petite réserve de courage, oui. On appelle ça de la pro-activité ou de la radio-activité, c’est selon l’interlocuteur. Pas question de faire de la multi en lisant deux pages à la fois. Les deux yeux sont rivés sur les mots et pas de dispersion. Pas question d’écrire une bafouille sur un coin de table qui en fouille les entrailles sans bides.

Écrit par : L'enfoiré | 06/11/2008

Guy,

A la relecture je trouve très pertinent le parallèle autistes / Gros QI, les conséquences se ressemblent = faible QE .

Donc gros QI = maladie
(même si je reconnais que je vais faire bondir plus d'une personne avec ces propos mais je puis les argumenter)

Tout est dit de la réalité de cet eldorado intellectuel largement vu "que du bon côté" en faisant abstraction des conséquences désastreuses .(pour le principal intéressé)

Écrit par : Liberty | 07/11/2008

Liberty,

"Eldorado intellectuel"?

Il y a le vrai et les faux. Là, on touche une autre catégorie de ceux qui s'y croyaient déjà.
Mais de cela, il faudrait déjà tout un autre chapitre pour en parler. Celui-là n'a pas de bons ou de mauvais côtés. Nous touchons à la virtualité des désirs et du "paraître".

Écrit par : L'enfoiré | 07/11/2008

Guy,

Ben les vrais se différencient juste parce qu'ils ne voient pas tout en rose bonbon, "tout est payant dans ce bas monde".

La virtualité du paraître, le type atteint par cette calamité ne désire qu'une seule chose parfois : "être comme tout le monde"

On ne crie jamais en public "je suis content car je ne suis pas normal", on se terre dans un trou de souris, le naturel reviens bien assez vite au galop pour nous différencier !
Si ça se contrôlait ce serai top !
Mais ce n'est pas le cas...
Envahissant comme maladie et marginalisante ...

Écrit par : Libery | 07/11/2008

Liberty,

Crier "je suis content car je ne suis pas normal" serait se démarquer trop.
La majorité veullent cependant un peu plus de ... ou un peu moins de ... que le voisin.
Pour cela, quand le QI est faible, il y a les artifices, les tatouillages, les habits excentriques....
Quand le QI est au sommet, il y a le bagout, aimer s'entendre parler, faire étallage, au besoin s'enregistrer pour être sûr de plaire.
Ceux qui restent au milieu, comptent les points de l'excédent, parfois envieux, parfois totalement insensibles.
Mais, le monde se construit avec tout cela.
Je ne sais s'il s'autorégule, mais cela y ressemble.

Écrit par : L'enfoiré | 09/11/2008

Guy,

"Ceux qui restent au milieu, comptent les points de l'excédent, parfois envieux, parfois totalement insensibles."

Totalement insensibles oui ;-)
Si la vie était si simple qu'elle pourrait être mesurée en potentiel de réussite ou je ne sais quoi, ce serai bien plus facile.

Mais non, il y a tellement de variables, de relativité, que nous sommes obligés malheureusement d'accepter de ne pas maitriser grand chose .
Au mieux, quand nous avons le vent en poupe nous pouvons nous donner l'illusion de maitriser le sujet mais ....

Pour vivre heureux vivons cachés ;-)

Écrit par : Liberty | 10/11/2008

Le Nouvel Obs du 9 juillet 2009 se posait la question de savoir "Que sont-ils devenus" Bachelier à l'âge du brévet.
Qu'ont-il fait de leur avance? Une Cécile réalise son rêve. Après "sauver Willy", elle se retrouve avec les orque. Peut-être un QI de 130 à comparer avec l'animal? Une enfance chaotique. Un autre OVNI, biologiste à l'université de Laval au Quebec. "Ils ont de telles facilités qu'ils n'ont jamais acquis le sens de l'effort et de la méthode" est-il dit. La compétition à ce prix? Les complexes pour le peloton?

Écrit par : L'Enfoiré | 09/07/2009

Voilà qu le Science et Vie de mai relance l'affaire.
Ils parlent du QI des bactéries qui a pu être mesuré.
"Elles sont capables de communiquer, de prendre des décisions et de s'adapter au milieu"
Le professeur Ben-Jacob s'est penché sur cette découverte. "en raison de leurs capacités d'auto-organsisation ils génèrent d'étonnants motifs en fonction du problèe auxquels elles sont confrontéesLeur cerveau, c'est leur génome dans l'ADN.
Le Mycobacterium tuberculosis est bête et méchant.
Le Paenibacillus vortex est l'Einstein microbien.
Ils s'adaptent à la dureté du milieu et changent de motif pour optimiser leur taux d'expansion.

Dans quelques générations, ne deviendront-ils pas champions aux échecs? :-)

Écrit par : L'enfoiré | 13/05/2011

Comment pouvez-vous développer votre QI?

On croit souvent que le QI est inné, comme les yeux bleus, que l’on nait avec et qu’on ne peut le faire évoluer. Mais c’est un mythe, et de plus en plus de recherches démontrent qu’il peut non seulement s’élever au cours des années, mais aussi baisser.
En fait, ce sont les nouvelles tâches qui stimulent le mieux le cerveau. En 2008, des chercheurs de l’université d’Hambourg ont demandé à une vingtaine de jeunes adultes de s’entraîner intensivement à jongler pendant un mois. Ils ont constaté que leur matière grise avait commencé à se développer dans leur cerveau dès leur seconde semaine d’entrainement. Et cette matière grise s’est réduite lorsqu’ils ont cessé de s’entraîner, alors qu’ils savaient toujours jongler.
Au fil du temps, les modifications des scores du QI ne reflètent pas les réelles améliorations apportées à l’intellect par la pratique d’activités telles qu’un travail complexe, la pratique d’un instrument de musique, les études de haut niveau et les nouvelles expériences de la vie. L’école en général fait gagner plusieurs points de QI par an, a conclu Stephen Ceci, un professeur de psychologie développementale à Cornell. Il explique que l’école permet d’apporter un bagage de connaissances, que ce soit du domaine de la culture générale, ou du raisonnement mathématique, que la vie ne nous aurait probablement pas donné.
E. Glenn Schellenberg, un professeur de psychologie à l’Université de Toronto, a démontré que les leçons de musique permettaient de faire progresser le QI tout au long de l’existence. Selon une recherche effectuée en 2006, des cours de musique donnés à des enfants pendant 6 ans permettraient d’élever leur QI de 7,5 points en moyenne ; lorsqu’ils deviennent adolescents, les leçons de musique ne leur font plus gagner que 2 points de QI. Cependant, des scientifiques de l’Université du Kansas ont montré que les musiciens qui avaient pratiqué leur art activement pendant une décennie ou plus présentaient des QI supérieurs à ceux des autres, même lorsqu’ils avaient dépassé la soixantaine.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=comment-pouvez-vous-developper-votre-qi&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_term=QI%2c%20intelligence%2c%20le%E7on%2c%20musique%2c%20pratique%2c%20%E9cole%2c%20nouveaut%E9%2c%20t%E2che%2c%20apprentissage&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 06/12/2011

QI, histoire d'une imposture

Le 29 août, La Première rediffusait le documentaire :
http://www.dailymotion.com/video/xkozps_docu-france5-qi-histoire-d-une-imposture-lun-22-aout-2011_tv

Ce serrait "La capacité à agir dans un but déterminé, à penser rationnellement et à avoir des rapports efficaces avec son environnement". Alfred Binet avait tenté d'évaluer ses élèves. William Stern lançait le concept de QI avec sa méthode.
David Wechsler développe une batterie de tests pour dresser des statistiques.
David Wechsler sortait "La Mesure de l'intelligence d'adulte" en 1956.
Il n'existe pas une mais des intelligences. Howard Gardner, sortait "Les Formes de l'intelligence" en 1997 et "Les 5 formes d'intelligence pour affronter l'avenir" en 2009.
QI entre 80 et 130. Inférieur pour les sou-doués et supérieur pour les surdoués.

Écrit par : L'enfoiré | 30/08/2012

L'humanité est-elle vraiment en train de s'abrutir?

Une étude américaine de l’université de Standford, publiée dans la revue « Trends in Genetics », explique que l’intelligence et le comportement émotionnel humain dépendent du fonctionnement optimal des gènes. Pour les experts, l’humanité aurait atteint son paroxysme d’intelligence il y a à 2.000 ans à 6.000 ans. Depuis lors, les gènes relatifs à nos capacités intellectuelles auraient connu des mutations se devant à notre mode de vie. Or, ces mutations sont nuisibles pour les gènes du développement intellectuel car elles réduisent leur efficacité. Ces mutations ne seraient pas corrigées dans notre société moderne.
« Le développement de nos capacités intellectuelles et l’optimisation des milliers de gènes de l’intelligence ont probablement eu lieu au sein de groupes de personnes divers, bien avant nos ancêtres d’Afrique », explique l’auteur du rapport, le professeur Gerald Crabtree de l’université de Standford. A cette époque non-verbale, l’intelligence était la clé pour subsister et il y avait une importante pression évolutive sur les gènes du développement intellectuel, atteignant ainsi son pic maximum. Il est probable qu’avec le développement de l’agriculture, puis de l’urbanisation, l’intelligence ait connu son premier déclin.
« Un chasseur-cueilleur qui ne trouvait pas une solution correcte pour fournir de la nourriture ou un abri pour sa famille était probablement destiné à mourir, avec sa progéniture. Aujourd’hui, un cadre moderne de Wall Street qui commet une erreur conceptuelle semblable recevra un bonus substantiel et sera un partenaire plus attirant. La sélection extrême appartient au passé », estime le biologiste. Le développement des facultés mentales dépend d’une combinaison de 2.000 à 5.000 gènes. Selon les calculs sur la fréquence avec laquelle les mutations délétères se produisent dans le génome, dans 3.000 ans, soit 120 générations plus tard, toutes les personnes auront acquis deux ou plusieurs mutations nuisibles. Pour Crabtree, si un homme de l’époque d’Athènes de 1.000 av. J-C débarquait au sein de cette société future, cet être serait sûrement un des plus intelligents de tous. « La combinaison de moins de pression sélective et d'un nombre important subissant les mutations provoquent l'érosion de nos capacités intellectuelles et émotionelles ».
Toutefois, cette dégradation est lente. Les technologies futures apporteront certainement leurs solutions, explique le professeur. Les scientifiques auront le temps d’étudier les mutations nuisibles et leurs interactions avec des facteurs externes comme l’environnement, Ils pourront corriger n’importe quelle mutation au sein des cellules de notre organisme, à n’importe quel stade du développement. « Le processus brutal de sélection naturelle ne sera alors plus du tout nécessaire », conclut le chercheur.
Cette théorie a provoqué les réactions de plusieurs scientifiques. Robin Dunbar, anthropologue de l’université d’Oxford, estime que le biologiste part du principe que l’intelligence humaine sert à construire des habitats ou à chasser. Il ne s’agit pas du véritable critère conditionnant la taille du cerveau humain qui dépend également de la complexité du monde social qui ne disparaîtra pas de si tôt, estime Dunbar dans The Telegraph. « Aucun doute que l’ingéniosité de la science trouvera des solutions si nous ne faisons pas tout sauter avant ». Le professeur Steve Jones, généticien à la University College London, estime dans The Independent, que l’étude de Crabtree est un cas classique de science de faculté des arts : « Peu importe l'hypothèse, donnez-moi les données et là il n'y en a aucune ». « Je pourrais juste aussi bien argumenter que ces mutations ont réduit notre agressivité, notre dépression et la longueur de notre pénis mais aucun journal ne le publierait. Alors pourquoi publie t-il cela ? »

Source: http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=lhumanite-est-elle-vraiment-en-train-de-sabrutir&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 14/11/2012

Voici 2 traits de personnalité beaucoup plus efficaces que votre QI

Il existe deux traits de caractère qu’il est possible de parfaire et qui sont 4 fois plus susceptibles de prédire vos chances de succès que votre QI.
Selon les conclusions d’une nouvelle étude, être ouvert aux expériences et être consciencieux est quatre fois plus important que l’intelligence lors de la prédiction de la réussite scolaire. D’une part, les personnes qui accueillent les nouvelles expériences avec enthousiasme seraient davantage imaginatives, plus à l’écoute de leurs sentiments, curieuses intellectuellement et avides de changements. D’autre part, les personnes consciencieuses font preuve de discipline et sont plus aptes à planifier les choses à l’avance.
Pour Arthur Poropat, auteur de l’étude et expert de la personnalité et de la performance, actuellement, l’accent est exagérément mis sur l’intelligence. « En ce qui concerne l’apprentissage, la personnalité est plus utile que l’intelligence tant pour les enseignants que pour les étudiants. En d’autres termes, la quantité d’efforts que l’étudiant est prêt à mettre en œuvre et la direction dans laquelle il concentre ses efforts sont tout aussi importants que son intelligence. Ainsi, un étudiant doté d’une forte personnalité obtiendra plus vite un grade élevé qu’un de ses pairs doté d’une personnalité moyenne », explique le spécialiste.
Pour cette étude publiée dans la revue Learning and Individual Differences, des données issues de dizaines de milliers d’étudiants ont été analysées.
« Les tests d'intelligence ont toujours été étroitement liés à l'enseignement et aux diplômes et de ce fait on s'y fiait pout prédire qui réussirait. L’impact de la personnalité en ce qui concerne les études se révèle surprenant tant pour les chercheurs en éducation que pour toutes les personnes qui estiment qu’elles ont bien réussi dans le domaine scolaire car elles sont intelligentes ».
La bonne nouvelle, c’est que l’on peut former les personnes à l’ouverture d’esprit et à la conscience. « Certains éducateurs ont formé leurs étudiants à tous les aspects de la conscience et à l’ouverture d’esprit, ce qui conduit à une capacité d’apprentissage plus importante », conclut Poropat.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=hr&item=voici-2-traits-de-personnalite-beaucoup-plus-efficaces-que-votre-qi&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 23/12/2014

Le JT parle de la baisse de notre quotient intellectuel en occident (http://www.rtbf.be/auvio/detail_jt-19h30?id=2181987 de 24:30-28:00 )science,humour
par rapport avec celui des pays asiatiques comme la Corée qui est en hausse.
Raison invoquée: la pollution, notre monde hyper-connecté qui n'utilise plus sa mémoire avec le Smartphone comme substitut et qui crée une dépendance face à la rapidité de trouver l'info désirée.science,humour Des zones du cerveau sont stimulées. Il faudra adapter les tests de QI en fonctions des novelles technologies.
Rivaliser avec le monde de l'artificiel est devenu un problème crucial.
Avons-nous renoncé à notre leadership en occident?
Des sommes considérables sont investies dans l'école en Asie.

Écrit par : L'enfoiré | 02/02/2017

Les commentaires sont fermés.