Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2009

L'après "Point mort"

L'année passé, à la même époque, je parlais de la mort sous l'angle de la science (Point mort").  Cette fois, j'aborderai le sujet par le côté économique, mercantile.J'ai oublié de vous dire le principal, c'est la fête de la Toussaint, celles des morts, aussi. Et les morts, on les aime avec humour et respect.

0.jpg

Beaucoup de points finaux mais qui ont tous un avant et un après. La mort, un sujet difficilement classable dans la catégorie "parodie".

Encore une fois, Halloween est passé dans la confidentialité de ce côté de l'Atlantique. Les sorcières ont remisé leurs ballets et  leurs masques de terreur jusqu'à l'année prochaine. Elles ne feront plus peur. Fête très rentable pour les commerçants était-il rappelé pour l'occasion.


L'après point mort.jpgLa Toussaint, elle, fête catholique, tombe un dimanche.

Jour de repos, de récupération, donc, pour ceux qui travaillent. Cette année, les cimetières vont faire le plein de visiteurs pour honorer leurs morts malgré une météo très peu encourageante. 

Se promener dans les cimetières à l'occasion de ces moments de recueillements pendant lesquels on fait revivre ceux qui ne sont plus, ce sera, pour beaucoup, la visite annuelle des parents et amis, passés de l'autre côté du miroir. Certains se promènent avec un plan en main. D'autres se questionnent pour retrouver la tombe.

- Non, c'est pas ici. C'est la rangée suivante...

- Tu es sûr? Cela a beaucoup changé depuis notre dernière visite de l'année passée.

0.jpgLa mémoire, c'est vraiment d'une infidélité notoire. Faire oeuvre de mémoire, un sacerdoce.

Mourir, c'est même tout un programme. Programmé pour une date indéterminée.

La chanson de Brel, je la prendra sous sa forme raccourcie "Mourir cela n'est rien. Mourir la belle affaire".

Car, dans le programme, il y a les "avants" et les "après" qui ne manquent pas de piquants. La mort fait vraiment vivre beaucoup de monde. Moments de recueillements dans un monde de brutes.

Rembobinons les événements qui entourent ces moments de tristesse ou la préparation pour le grand voyage.

Dans l'ordre, on pourrait commencer par la préparation. Une vie pour résoudre le problème de mettre de l'argent de côté, tout en  en gardant  devant soi. Les banques sont là pour vous y aider.

Il existe aussi une série de sociétés, de professions qui s'intéressent à votre fin.Oublions les frais qui se joignent aux aléas de la vie. Les frais de santé, dans la case "Frais de maintenance".

Les Assurances Funérailles vous rappellent qu'il faut penser à ce point de non retour pour l'organiser au mieux de vos intérêts et ceux de vos ... héritiers. A la radio, les publicités pour ces sociétés sont plus fréquentes que d'habitude.0.jpg

Pour ce faire, des contrats avec la mort sont présentés sous plusieurs formules. On vous dit  avec la publicité "Prévoir son départ, c'est vivre en pensant à l'avenir". Mais, pas folle la guêpe, le prix à payer est dépendant de votre âge, de votre sexe. Vous ne devez pas passer à un examen médical, ni  apporter un certificat de santé préalables. Vous pouvez choisir la périodicité. Un prix spécial, (on n'y a pas encore pensé), si  les mensualités, vous les payez suite à un ordre permanent. On vous dit que l'héritier, nommé par vous, disposera d'un capital pour éviter le blocage de vos comptes pendant la période variable avant la succession. Quinze ans de participations aux frais "pre mortem" seront suffisants pour "assurer" parait-il. Les suivants le seront,  assurés. Rassurés, même. Pour vous-même, s'il le faut pour n'être pas envoyé à la casse, d'autres assurances existent aussi.

Il est vrai, on assure tout de nos jours, alors pourquoi pas la mort et l'après?

La rente viagère pour assurer une fin honorable? Tout le monde se souvient du film "Le viager" qui occasionnait une franche rigolade. Signe des temps, les banques veulent , elles aussi, jouer ce rôle pour ceux qui n'ont pas de successeurs avoués quitte à ajouter quelques centimes additionnels calculés par les actuaires.

0.jpgJe viens de faire un test proposé par ce site qui se targue d'établir votre ligne de vie et votre longévité. Le résultat est troublant. Je devrais vivre jusqu'à 99 ans. Je ne suis pas sûr que cela va rassurer mes héritiers.

Les anciens Égyptiens prévoyaient la vie éternelle.

Nous n'irons pas jusque là. L'éternité qui en parle aujourd'hui dans notre époque du cours terme?

Continuons notre chemin de la vie à la mort.

Un jour, la fin sera consommée. On sera arrivé. On aura raccroché. Les suivants que l'on appelle "successeurs", devront faire appel aux "spécialistes", les pompes funèbres.

Si le défunt a été prévoyant, il aura prévu et déjà cotisé pour l'au-delà.

Qui oseraient encore les appeler "croque mort"? Ils ont de véritables talents d'organisateurs. Ce sont de fins psychologues à l'écoute des interlocuteurs d'un jour. Là, tout va bien. Ils arrangent tout. Enterrer ou incinérer? C'est presque le même prix.

Non, Philias Fogg, ce n'est pas comme dans ton temps, en Inde, quand on obligeait la tendre épouse, la maharani, à passer par le même bûcher que son mari maharadja. Était-ce déjà une raison d'économie?

Non, ils avaient du répondant et pas uniquement de la tune. Mais, les maharadjas ne sont plus ce qu'ils étaient, la question d'économie se pose aujourd'hui. La rôtissoire, il vaut mieux que cela se passe à terme échu et ensemble, devant le Gange. 

C'est du sur mesure chez le visiteur du soir, les pompes funèbres, même le weekend. La liste des choses à faire, les certificats à fournir, les actes de naissances, le choix de la "caisse", pardon du cercueil, le choix du mode de transfert dans l'au delà. Fleurs ou couronnes? C'est vrai que personne n'est prêt devant la mort et les traumatismes qu'elle engendre.

Tout, je vous dis, ils s'occupent de tout. Pas de soucis à avoir et, c'est avec le sourire réparateur de circonstance.

C'est fou, comme l'on commence à exister quand on n'y est plus. C'est à croire que les tickets de cinéma ne sont pas fournis pour vous arrêter de pleurer et vous faire penser à autre chose.

Serait-ce pour suivre la chanson "Et mourir de plaisir"?

Passionnant métier celui de pompes funèbres, disait l'un d'entre eux, lors d'un interview. On voudrait bien le croire avec un sujet aussi délicat. Condoléances, mes frères.

0.jpgAh oui, j'oubliais, il y a l'église aussi, par laquelle il faudra transiter ou non. Monsieur le curé se fera une joie de vous rappeler les étapes de la vie en général, avec des psaumes et épîtres écrits, pour la circonstance, depuis des milliers d'années. Cela n'a, peut-être, rien à voir avec votre cas précis, mais qui s'en plaindrait avec les larmes dans les yeux?

Première intrusion des fleuristes dans le parcours. Car qui imaginerait un enterrement sans fleurs. Cela ne se fait pas chez les gens biens et les gens de biens.

Ensuite, très vite, il faut écrire les faire parts, les formules de politesse. Appeler les notaires qui doivent entrer dans le jeu. Il y a de quoi organiser. Les successions et les testaments, ce ne sont pas de minces affaires à prendre à la légère. Il ne faudra pas oublier les petites enveloppes comme le faisaient quelques banques. Il faut dire qu'il y a du travail de recherche. L'Etat aura sa part du gâteau avec les bougies en sus si les dons du vivant du défunt n'auront pas été préenregistrés. Les fameux 3% en ligne directe se gonflent très vite quand les montants ont été épargnés trop longtemps. Mais, quand on aime, on ne compte pas ou plus. On prie. On espère que l'évaluation des biens du défunt ne va pas dépasser ce que le successeur est prêt à payer pour obtenir la succession. Plus tard, ce sera le choix de la pierre tombale.

A la Toussaint, le fleuriste ne craint pas d'être oublié à cette occasion. Son chiffre d'affaire en dépend.

Puis, il y a ces jours de congés que l'on s'est réservés, que l'on ne peut pas perdre et qu'il serait intéressant d'accommoder avec un petit voyage d'une semaine au soleil.

L'Egypte attire le maximum de candidats belges au voyage pour cette semaine de congé des écoles  et des parents. L'Egypte? Est-ce une volonté de revoir ceux qui espéraient de vivre l'éternité? Pas du tout, c'est pour se dorer la pilule.

Si vous changez de direction et allez jusqu'à La Havane, par contre, le cimetière de la ville sera probablement la première visite organisée qui vous sera offerte. Il faut dire que l'époque d'avant Castro a vu porter quelques grands  mafiosi jusqu'au repos éternel. Tout y est bon pour faire revivre ce passé complètement révolu, que l'on exècre, mais qui s'accorde au futur sous de meilleurs auspices. On aime le passé et le souvenir, même quand il est malheureux et qui ne fait plus partie de nos "tendres" jours d'existence. Les cérémonies ont commencé pour la chute du Mur de Berlin.

Un anniversaire, comme celui-là, cela fait des souvenirs à ne plus savoir qu'en faire.

Dans mon cimetière, plus discret, on pouvait lire ces paroles pleines de sagesse: "Habitants de ces demeures, bientôt nous vous rejoindrons. Vous êtes les pionniers. Bientôt nous vous suivrons". Il faut dire que mourir, cela ne veut pas dire la même chose dans toutes les cultures. La simplicité et l'étroitesse des tombes tranchent parfois avec l'exubérance d'autres. Tout le monde ne peut pas occuper le Cimetière Marin de Sète, comme le rappelait France2, samedi dernier Les places sont chères dans l'éternité face à la mer. Tiens, Menton, sur la bute, ce ne serait pas mal non plus. On y venait de loin pour finir ses jours. 

0.jpg

Sur le panneau qui explique ce qu'est la nécropole de Bruxelles, on peut lire: "Après l'indépendance de la Belgique, la gestion des cimetières devint l'objet d'un conflit entre l'Eglise et le pouvoir civil. Un arrêté de cassation de 1864 trancha le différend en faveur des communes. C'est dans ce contexte que fut créé l'actuel cimetière de Bruxelles. Il se voulait aussi une réponse aux problèmes de salubrité publique que posait la localisation en pleine agglomération des anciens cimetières bruxellois. D'une superficie de trente hectares, la nouvelle nécropole fut inaugurée le 15 août 1877. A compter de cette date, plus aucune inhumation ne fut permise dans les anciens cimetières. Leur fermetures entraîna le transfert de près de neuf cents concessions à perpétuité. La fin du XIXème siècle s'inspire largement des styles du passé, l'antiquité ou le Moyen Age ou l'Art Nouveau et l'Art déco.":

Décidément, nous en occasionnons des problèmes à la communauté, nous, les mortels. On s'inspire de l'art ancien ou nouveau. Monuments classés, pas toucher.

Comment faire payer les morts est une stratégie qui demande doigté, gentillesse et solidarité...

0.JPGSoyons moderne.

Alors, l'argent pour conjurer le sort et la mort?

Le souvenir a un prix, faudra en faire son deuil de son vivant.

 

La mort est une petite entreprise qui ne connait pas la crise.

Que cela soit à la mode Brel, lui qui l'a souvent chanté.

Mais ce sera pour après, bien après,... du moins, on l'espère.

Dommage que les gens manquent de savoir vivre...

Carpe diem pour tous...

Face à la vie chère, la mort est une économie.

Les vivants snobent les morts, même si ces derniers ne voient pas les vivants d'un meilleur œil.

Peut-être trouvera-t-on une épitaphe de l'un d'eux qui dirait "Il a longtemps vécu de la mort avant d'y succomber lui-même". 

Philippe Bouvard lui a tout prévu dans une trilogie: "Je suis mort, et alors ?", "Ma vie d'avant, ma vie d'après", "Je crois me souvenir"...

Sur les murs d'enceinte du cimetière de Menton, on trouve cette plaque qui dit:

0.jpg

Pour passer du point mort, à la marche avant ou arrière...

Tout cela en photos, mais sans défunts, ni successeurs

 

L'enfoiré,

 

Pour l'occasion, si je mettais à l'honneur un poème récent "La vie est éphémère" et écrit par un certain Jamal.

Sur Agoravox, pas de point mort?

Mise à jour 09/12/2009 : Les croix des cimetières un tabou?

 

Citations:

 

Commentaires

Mon cher Enfoiré

Un sujet de prédilection pour un mois de novembre.

Première remarque, je suis persuadé que vos héritiers vous souhaitent longue vie. ;-)

Deuxième remarque. J'aime bien ce ton humoristique pour un sujet aussi grave. Mais grave pour qui au fond? Pour la famille et les amis qui survivent à la mort d'un des leurs. Une fois que nous avons quitté cette terre, nous retournons aux cendres de celle-ci.

Troisième remarque. Je suis heureux de voir quelques similitudes dans le processus qui précèdent la mise en terre. Le commerce est universel, je dirais. Vous avez bien montré l'esprit mercantile qui se dissimule derrière les rites funéraires. Vos photos sont éloquentes à ce sujet.

Quatrième remarque. Intéressante et instructive ce dilemme entre se rendre en Égypte ou à Cuba. Les pyramides ou le cimetière de ville?

Cinquième remarque. L'actualité est parfois la répétition de l'Histoire. Pour preuve, cet arrêté de cassation de 1864 qui trancha le différend de la gestion des cimetières en faveur des communes. Même mort, les conflits nous rejoignent jusque dans notre dernière bière. ;-)

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 03/11/2009

Cher Pierre,

Vous avez compris le message que j'ai voulu le plus "humoristique" que possible. Je l'ai adressé dans la rubrique "Parodie" de AV.
Le commerce est universel. Absolument. Le mot "money" l'est aussi.

La bière, je préfère la boire. Nous en avons quelques unes chez nous. Je vous en réserve le choix le jour où vous reviendrai par ici.
On fera un tour comme je l'ai fait avec Miss Canthus et sa famille. Ah, oui, elle a changé d'adresse http://misscanthuetgraaminey.blogspot.com/
Il parait que certains me connaissent par là-bas aussi.
Encore quelque chose d'universel dans un monde qui est devenu un village: Internet.

Écrit par : L'enfoiré | 03/11/2009

L'enfoiré

Merci d'abord de cette belle invitation à trinquer une bonne bière ensemble. D'autre part, vous ne me voyez pas surpris de savoir que êtes un homme connu dans le giron de Miss Canthus.

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 04/11/2009

"Cadavres exquis" titre d'un documentaire ce lundi 16 à la RTBF. Il complétait l'article
http://www.rtbf.be/tv/revoir/detail_cadavres-exquis?uid=39000570668

90% meurent à l'hôpital. Le lit le plus dangereux endroits!
Professions: porteurs de cercueils, professeurs d'obsèques, stylistes funéraires, designer de cercueils...
Tout pour donner du peps au dernier voyage pour toutes les bourses pour sortir du carcan et du dégouts.
Laisser une trace...
Désormais, il est une nouvelle manière d'envisager la mort, de tendre vers l'immortalité ou, plus simplement, de passer dignement à la postérité. Plusieurs méthodes sont actuellement proposées : la momification, la cryogénisation, la plastination, etc. Une firme de Chicago propose même de transformer les défunts en diamant d'un carat ou davantage (tout dépend de la quantité de cendres cadavériques utilisées) ; les " parcs de mémoire " proposent d'enfouir les cendres des défunts au niveau des racines d'un arbre... Ce documentaire, somme toute humoristique, nous fait pénétrer dans le monde obscur et déroutant du business de la mort. Un marché en pleine expansion qui répond à toutes les attentes, même les plus farfelues.
Alors, mode écolo ou écono?

Les momies égyptiennes vont en remourir d'envie... et Osiris, je le vois d'ici, il va vraiment se fâcher.

Écrit par : L'enfoiré | 17/11/2009

Voilà, la nouvelle du jour a faire rire un mort:
http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2011-11-18/baisse-des-deces-les-pompes-funebres-inquietes-877664.php

en plus, ils économisent en plus au moment de mourir.

Écrit par : L'enfoiré | 18/11/2011

ARTE "La mort au fil des siècles"

http://videos.arte.tv/fr/videos/la_mort_au_fil_des_siecles-6370660.html

Dans la Grèce antique, les défunts des familles aristocratiques sont représentés sous les traits de héros de la mythologie. Les élites romaines, elles, se préoccupent surtout de leur bonheur sur Terre. Toutefois, leurs morts veulent être vénérés, comme en témoignent d'impressionnants mausolées sur la Via Appia. Les païens romains auront beaucoup de mal à comprendre les premiers chrétiens dont les sépultures étaient enfouies et souvent anonymes - comme dans les catacombes.
Rituels mortuaires du Moyen Âge. Depuis plusieurs siècles déjà se multiplient les sites accueillant saints et martyrs. Des temples païens sont transformés en basiliques avec cimetières attenants. Les premiers pèlerinages s'organisent sur la tombe des saints, notamment dans la vallée du Trentin. Dans l'espoir de gagner le paradis, les riches se font enterrer à proximité, voire au cœur des sanctuaires. Pour s'attacher les fidèles, les autorités catholiques agitent en permanence la menace du Jugement dernier, avec des représentations terrifiantes de l'enfer...
À partir du milieu du XVIe siècle, la représentation de la mort est comme théâtralisée. La papauté affirme son pouvoir à travers l'édification de la basilique de Saint-Pierre de Rome. Les sépultures des papes y rivalisent de magnificence, comme celles d'Alexandre VII et d'Urbain VIII, où des allégories de la miséricorde, de la justice et de la vérité côtoient des squelettes dorés...
L'urbanisation du XIXe siècle oblige les métro-poles européennes à se doter de vastes cimetières. Souvent conçus comme des parcs paysagers comme le Père-Lachaise à Paris, ils prennent parfois la forme d'une véritable ville, comme à Barcelone...

Écrit par : L'enfoiré | 06/02/2012

'My Way' de Sinatra est la chanson préférée pour les cérémonies funèbres

La chanson d’Adele « Someone Like you », qui a connu un succès phénoménal depuis son lancement en juillet 2011, sans doute parce qu’elle respecte le code implicite des plus jolies mélodies, vient de se distinguer une nouvelle fois : le site NME rapporte en effet qu’elle vient d’entrer à la 22ème place des titres les plus joués lors des cérémonies funéraires organisées par la filiale spécialisée dans les pompes funèbres de la chaîne de supermarchés britanniques Co-operative.
C’est « My Way » de Franck Sinatra qui est la chanson que l’on entend le plus dans ces circonstances, puisque 15% des familles la réclament, suivie de la version de « Time to Say Goodbye » chantée par Sarah Brightman et Andrea Bocelli, et à la 3ème place, de « Wind Beneath My Wings » de Bette Midler.
L’étude nous apprend également qu’un quart des entreprises de pompes funèbres refusent de jouer certaines chansons, notamment lorsque des religieux leur font part de leur désaccord. La chanson « Imagine » de John Lennon en est un exemple (en raison des paroles « Imagine there’s no Heaven / ‘Imagine que le paradis n’existe pas’).
Les chiffres indiquent également que la pop britannique a remplacé les chansons plus traditionnelles dans les deux tiers des cérémonies, et que la musique classique n’est choisie que pour 4% des cérémonies.
Ce top 20 est le suivant:
1. Frank Sinatra – 'My Way'
2. Sarah Brightman/Andrea Bocelli – 'Time To Say Goodbye'
3. Bette Midler – 'Wind Beneath My Wings'
4. Eva Cassidy – 'Over The Rainbow'
5. Robbie Williams – 'Angels'
6. Westlife – 'You Raise Me Up'
7. Gerry & The Pacemakers – 'You’ll Never Walk Alone'
8. Vera Lynn – 'We’ll Meet Again'
9. Celine Dion – 'My Heart Will Go On'
10. Nat King Cole – 'Unforgettable'
11. Tina Turner – 'The Best'
12. Whitney Houston/Dolly Parton – 'I Will Always Love You'
13. Monty Python – 'Always Look On The Bright Side Of Life'
14. Luther Vandross – 'Dance With My Father'
15. Louis Armstrong – 'Wonderful World'
16. Daniel O'Donnell – 'Danny Boy'
17. Eva Cassidy – 'Fields Of Gold'
18. Righteous Brothers (and various) – 'Unchained Melody'
19. Westlife – 'Flying Without Wings'
20. Eva Cassidy – 'Songbird'

Source: http://www.express.be/sectors/?action=view&cat=media&item=my-way-de-sinatra-est-la-chanson-prefere-pour-les-crmonies-funebres&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 18/10/2012

Le Times rapporte qu’à l’occasion de la sortie du film « L’histoire de Pi », on a réalisé un sondage sur 2.000 adultes britanniques âgés de 18 à 65 ans pour leur demander quelles étaient les choses que tout un chacun devait avoir faites pour pouvoir considérer avoir bien profité de son existence.
Voici les 50 premières réponses :

Cesser de s’inquiéter des questions d’argent
Cesser de s’inquiéter de ce que pensent les autres
Partir en vacances 2 fois par an
Profiter des petits plaisirs de la vie
Se frotter à d’autres cultures
Travailler pour vivre, plutôt que de vivre pour le travail
Rembourser toutes ses dettes
Ne pas tricher avec soi-même
Se concentrer sur ce que l’on a, plutôt que sur ce que l’on n’a pas
Utiliser son argent pour s’offrir des expériences, plutôt que d’économiser pour les périodes difficiles
Passer du temps avec sa famille et ses amis
Essayer toutes sortes de nourritures
Chercher le véritable amour
Visiter au moins 25 pays
Sortir davantage
Apprendre une nouvelle langue
Etre bien vu de sa famille
Aider un membre de sa famille dans le besoin
Perdre une stone (environ 6,35 kg)
Faire comme si chaque jour était le dernier
Visiter tous les sites importants de son pays
Réserver des vacances sur un coup de tête
Se porter volontaire pour une grande cause
Se mettre au défi
Partir en safari
Dépenser une grosse somme d’argent lors d’une session de shopping pour le seul plaisir de dépenser
Apprendre à jouer d’un instrument de musique
Rester marié pendant plus de 20 ans
Laisser de l’argent pour ses petits-enfants
Fonder une famille
Gagner un salaire équivalent à plus de 1000 fois son âge
Avoir un animal domestique
Conduire un voiture très rapide
Voyager seul
Aider ses enfants à rester dans le droit chemin
Rencontrer des étrangers
Déménager loin de chez soi dans un endroit inconnu
Avoir une aventure d’une nuit
Passer son permis de conduire
Obtenir un diplôme
Sauver quelqu’un
Avoir une histoire d’amour avec une personne fantastique mais qui ne vous correspond pas
Obtenir une promotion
Atteindre le niveau professionnel que l’on s’était fixé à 40 ans
Passer une nuit complète à boire
Chanter sur scène devant une audience
Rouler un patin à un étranger
Organiser une fête surprise
Essayer une activité forte en adrénaline, comme le parachutisme
Passer du temps avec des enfants, même si ce ne sont pas les vôtres.

http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=50-choses-a-faire-avant-de-mourir&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

Écrit par : L'enfoiré | 09/05/2013

Enterrement «low cost» et crémation 2.0

Le marché de la mort est discret par nature. Il n’en connaît pas moins des changements: assurances obsèques, funérailles «écolo» ou à bas prix…
http://www.lesoir.be/351769/article/actualite/belgique/2013-10-31/enterrement-low-cost-et-cremation-20

Écrit par : L'enfoiré | 01/11/2013

Les commentaires sont fermés.