Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2013

Monsieur Pignon des Champs de l'ombre

Fin du mois d'octobre. L'automne, que j'aime. Un moment pour prendre ses distances avec la politique et le reste. Si on mettait en application l'écologie de la semaine dernière. Une promenade dans la forêt ou dans les champs. Hors des chemins. Dans le petit ou l'infiniment petit. Les yeux fixés au raz du sol.  Avec un microscope, ce serait encore mieux. Oui, vous y êtes, parlons de champignons, de ce Monsieur Pignon des Champs. 

0.jpgL'automne, une saison pendant laquelle la nature a décidé de se reposer avant l'hiver.

Les couleurs des arbres prennent des allures de fêtes.

En général, en cette période de l'année, on découvre des promeneurs qui profitent des derniers moments de beau temps sur les chemins de forêts.

Mais il y a aussi, hors des chemins, dans le hors-pistes, des gens qui cherchent et qui remplissent leur sac en plastic.


Les marrons, les faines ne sont comestibles que pour ceux qui s'y connaissent.

C'est encore plus nécessaire quand il s'agit de les champignons.

Les mycologues s'y connaissent en champignons et se risquent à les cueillir pour en faire un délicieux repas.

Ne vous en faites pas, je ne vais pas en manger, ni vous donnez l'envie de le faire.

Personnellement, je me contente de manger des champignons que l'on trouve dans les magasins.

L'inventaire y est vite fait: Champignons de couche ou de Paris, des Pleurotes, des Chanterelles, des Girolles, des Pilzes, des Bruns Châtaigne, des Portobello, des Shiitakes"Pieds-de-mouton", des "Enokis, des Mini-Eryngii ou des Trompes la Mort et c'est à peu près tout ce qu'on trouve dans les magasins de grandes surfaces.

J'aime les observer et de très près sur le terrain sans pour cela en connaître leur nom.

Les champignons sont partout, encore faut-il savoir comment les trouver.

0.jpgS'il faut aller plus loin dans cette découverte, ce très beau site pourrait convenir.

Mais cette fois, je n'ai pas besoin de conseilleurs mycologues.

ARTE rediffusait, ce samedi, un documentaire bien plus passionnant avec un titre très encourageant: 

"Les Champignons pourront-ils sauver le monde?" (vidéo).

0.jpg"Ni plantes, ni animaux, les champignons ont survécu aux grandes glaciations, aux vagues massives d'extinctions des espèces et à l'arrivée des premiers humains en développant une forme d'intelligence unique qui leur a permis de s'adapter aux conditions les plus extrêmes et de coloniser la plupart des milieux. 

Les champignons déploient aujourd'hui leurs filaments dans les laboratoires du monde entier où leurs talents prodigieux de bâtisseurs, ingénieurs réseaux, chimistes surdoués, inspirent les chercheurs. Certains rêvent déjà de détourner les étonnantes propriétés de ces organismes primitifs si sophistiqués qui pourraient apporter des solutions à des problèmes aussi brûlants que la pollution des sols, l'avancée des déserts ou encore la fragilité des réseaux de télécommunication. De la décontamination à la lutte contre le changement climatique, les champignons nous dévoilent, petit à petit, leurs incroyables facultés.

Le champignon fait partie du règne fongique. Ce sont des organismes eucaryotes pluricellulaires ou unicellulaires. Le terme champignon est devenu ambigu car il désigne un taxon obsolète. Ce terme englobe à la fois les Fungi, les Oomycota, les Chytridiomycota et les Mycetozoa.

Des noms qui impressionneraient rien qu'à les prononcer.

Pourtant, fragiles, ils jouent un rôle de Monsieur Pignon, mais un Monsieur qui n'est ridicule qu'en apparence. 

0.jpg0.jpg

Ce sont les champignons microscopiques qui sont à l'honneur. Si les moisissures nous dégouttent en tant que parasites, elles interviennent dans la fabrication de la bière, du roquefort, des cosmétiques, des produits de lessives, des bio-plastiques...

Le but avoué du documentaire est de remplacer les engrais phosphatés chimiques par des engrais biologiques.0.jpg

Les ennemis de hier pourraient devenir les alliés de demain vu que les scientifiques veulent aller jusqu'à guérir la planète des pollutions par l’intermédiaire de ces champignons et le compost du mycélium.

A leur base, il y a le mycélium, l'humus, le terreau qui va permettre aux champignons de décomposer ou de dégrader les déchets toxiques par la mycorémédiation.

Digérer les hydrocarbures, les produits chimiques et assainir, ainsi, l'environnement devenu toxique.

0.jpgLes fameux enzymes gloutons transforment la matière et ce sont les vers de terre qui prendront la relève.

Mais, on crée aussi des enzymes chimères en greffant des protéines pour dégrader les lipides.

Agissant en réseaux, ils forment des arbuscules qui ont, étrangement, les mêmes ramifications que, l'homme a représenté artificiellement par les fractales.

Ils font communiquer les plantes entre elles par un système ingénieux de transfert à la recherche de nourriture pour proliférer. 

Choisir le chemin le plus court pour arriver dans un temps minimum avant de mourir.0.jpg

Dans les déserts, les spores dormants se réveillent dès les premières pluies. Sachant cela, il s'agit de trouver le champignon le plus efficient pour ces spores et tenter de faire reculer les déserts par le reboisement.  

0.jpgLa logique "champignon" n'utilise qu'une partie du réseau existant. Pour transporter les nutriments des ressources en réseau, celui-ci se construit en permanence avec une logique qui ne se limite pas à des compromis mais garde des alternatives dont on ne comprend pas encore toutes les raisons.

Le champignon s'installe dans la plante en se ramifiant avec l'assentiment de celle-ci. Échange de bons procédés entre la plante et le champignon.

Un autre échange de bons procédés pourrait un jour se faire avec l'homme qui n'estime connaitre encore que 15% des champignons existants.  

Et si la survie de notre espèce et de notre planète passait par les champignons ?

  • pour servir à nettoyer des nappes de pétrole

  • pour lutter contre certains virus

  • pour transformer des boîtes en carton en forêts

  • pour repousser les insectes sans avoir recours aux insecticides

  • pour fabriquer du carburant

Chasser le naturel, s'il revient une nouvelle fois, ce ne sera plus au galop mais au petit trot. 

En photos, un clic et une rencontre avec "Monsieur Pignon des champs de l'ombre"

et, qui sait, en écoutant la comptine

"J'ai ramassé des champignons"

 

L'enfoiré,

 

Photos prises dans les bois

 

Citations:

  • « Tous les champignons sont comestibles. Certains ne le sont qu'une fois. », Anonyme
  • « Les champignons ressemblent aux péchés : pour les déguster, il faut prendre des risques. », Hervé Bazin
  • « A l'automne les arbres font des stripteases pour faire pousser les champignons. », Patrick Sébastien
  • « Les champignons poussent dans les endroits humides. C'est pourquoi ils ont la forme de parapluie », Alphonse Allais

 

Le site "Le champignon de Bruxelles"

 

Mise à jour 18 octobre 2015: Nous sommes de retour en automne et en plein dans la saison des champignons.

Ce matin passait quelques minute de rappel pour savoir qu'on les mangeait aussi.

Alors un peu de cuisine: podcast

Mise à jour 9 octobre 2016: et encore une nouvelle leçon de cuisine :podcast

 

 

Commentaires

Et en plus, Monsieur Pignon des Champs réalise la métamorphose des trublions

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-metamorphose-des-trublions-142310

Écrit par : L'enfoiré | 27/10/2013

Répondre à ce commentaire

Nous sommes de retour en automne et en plein dans la saison des champignons.
Ce matin passait quelques minutes de rappel pour savoir qu'on les mangeait aussi.
D'abord, retour à la foret et quelques photos de plus.
Puis un peu de cuisine: http://vanrinsg.hautetfort.com/media/02/00/2840200255.mp3

Écrit par : L'enfoiré | 18/10/2015

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas donner de noms aux champignons... j'en serais incapable
"Ils sont fous les mycologues" dit Olivier
https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/ils-sont-fous-ces-mycologues-197384

Écrit par : L'enfoiré | 05/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire