Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2017

Le lien entre 'Je t'aime' et 'moi non plus'

0.JPGJ'écoutais récemment cette chanson "Je t'aime, moi non plus" sur radio Nostalgie.

Wiki nous raconte l'histoire de cette chanson célèbre: 

"Fin 1967, Brigitte Bardot demande à Serge Gainsbourg de lui écrire « la plus belle chanson d'amour qu'il puisse imaginer ».

Il l'écrit en une seule nuit.

Lors de sa sortie à la radio, la chanson fait scandale.

Gunter Sachs,  mari de Brigitte, jaloux, les menace de poursuites en justice. Plus d'autres diffusions et rupture sentimentale entre Brigitte et Serge qui voulait en faire un tube.

Serge, frustré de l'interdiction demande à sa nouvelle conquête, Jane Birkin d'interpréter la chanson avec lui, une octave plus haut, mêlée aux soupirs explicites pour y apporter une teinte d'innocence dévoyée.

Le disque sort en 1969 avec la mention « Interdit aux moins de 21 ans ». 

Mention qui ajoute à l'attirance  du public et en fera un tube.



Je ne sais si vous avez essayé de répondre "moi, non plus" dans le coin d'une oreille de votre moitié lors d'une étreinte alors qu'elle vous dit "je t'aime" .

Ce serait l'avortement immédiat d'une idylle qui aurait commencé dans la chaleur de la nuit.

Oui, une chanson peut très bien désunir les "amants unis".

Alors, je me suis retourné vers les figures de style les plus approchantes pour expliquer le choix de Gainsbourg.

Serait-ce une litote, une atténuation qui suggère le plus en disant le moins, souvent à l'aide d'une tournure négative?

A part si vous avez une femme de lettre dans votre lit, je ne suis pas sûr que cela soit bénéfique pour apporter une emphase à votre amour.

Une antiphrase l'expression d'une idée par son contraire avec une ironie clairement perceptible d'où nécessité du contexte ou de l'intonation?

Dans ce contexte particulier sous la couette, exercer son ironie? Pas sûr non plus que cela marche du tonnerre.

Un oxymore, alors?  Il décrit une situation ou un personnage de manière inattendue, suscitant ainsi la surprise pour exprimer ce qui est inconcevable et rendre compte de l'absurde.

J'ai l'impression qu'au levé du lit, si vous avez essayé de vous justifier avec une figure de style, le charme serait rompu sans rémission.

J'ai cherché et j'ai peut-être trouvé une logique drastique chez les médias officiels ou non qui tentent d'intéresser leur auditoire dans une chaîne ininterrompue de bonnes et de mauvaises nouvelles en douche écossaise.

 

Mon lundi 23 octobre

Je commençais la journée en écoutant dans mon lit, Fabrizio Rongione qui s'était autoproclamé indépendant de Matin Premièrepodcast

1.JPGLes idées d'autonomie, Brexit, CatalExit, VénétExit et la LombardExit font partie de l'air du temps et germent dans les cerveaux pour raisons de différences de cultures, de langues, de PIB ou d'idées politiques ou autres.

Comme Fabrizio, j'aurais peut-être dû me retirer sur mes propres idées et m'autoproclamer indépendant de cette nouvelles journée.1.JPG

Mais ce serait trop simple d'être indépendant de ses paroles, de ses actes, exempts de toutes contraintes.

La mode est à la soustraction par le symptôme de défiance plutôt qu'à l'addition.

Comme tous les lundi, je quittai mon domicile pour aller à la pêche aux informations.

En chemin, je téléphonai à une lectrice qui s'inquiétait de ne pas recevoir ses news depuis qu'elle s'était inscrite comme réceptionnaire.

Elle n'avait seulement pas compris que ce n'était pas moi qui les envoyais, mais le système du blog lui-même sous sa propre adresse.

La conversation s'est poursuivie dans une certaine philosophie très terre à terre.

Au magasin, j'ai commencé par consulter,  le magazine "Horoscope".

Mécréant notoire, je n'avais jamais fait cela.

Était-ce une signe pour la suite? 

Avec le sourire, je lisais:

- Vierge: grand retour de la confiance en soi après avoir fixé haut la barre. Les succès pleuvent et ça marche. Pour le reste, il faux vivre nature et se relaxer, les finances mises de côté".

"Une Vierge peut en cacher une autre", était-il ajouté... 1.JPG

Après, je me suis replongé dans le dernier "Psychologies".

Il y avait un article qui proposait "Raconte-moi une histoire relaxante, plus ludique 1.JPGqu'un massage sur fond de musique zen... Un conte de notre enfance".

Je me suis dit qu'il faudrait que j'en écrive plus souvent de ce genre d'histoire.

Le test du mois, je l'avais déjà fait. Il devait tester ma vulnérabilité ou ma résistance.

Mon talon d'Achille d'après le test proposé, je vous le donne en mille: "Mon exigence morale".

Le test du Psychologies précédent m'avait déjà classé parmi les "tyran".

Il y a peut-être du vrai... mais on ne se refait pas...

Au retour de ma promenade, une autre lectrice, désappointée me dit qu'elle se sentait dépassée dans sa profession et que le monde du numérique lui faisait perdre pied à ne plus se sentir suivre le mouvement dans lequel, elle se sentait pourtant bien à l'aise jusqu'à il y a peu.

Plus tard, dans ma voiture, j'écoutais, avec beaucoup d'attention, l'interview de Marie Darrieussecq au sujet de sa dystopie "Notre vie dans les forêts"podcastpodcast

Histoire de trafic d’organes, de gérontocratie, de totalitarisme sanitaire et politique avec les questions "qu'est-ce qui fait un être humain, un animal ou un arbre? Comment habiter la Terre?

Elle écrit: "Marie, une femme au fond d’une forêt. Son corps et le monde partent en morceaux. Psychologue, elle se souvient qu’elle rendait visite à une femme qui lui ressemblait trait pour trait et qu’elle tentait de soigner. Des êtres étranges, flottants, des clones appelés 'moitiés' ont été emmenés avec eux dans leur fuite comme banques d'organes pour gens aisés".

Angoisse d'une catastrophe, d'une chose imminente ressentie par tous que la Terre ne va pas pouvoir nous supporter plus longtemps. Une chose qui est allé trop vite pour notre cerveau ou pour notre inconscient. On n'a pas imprimé. On est dans un univers où il faut être productif à nouveau le plus vite possible. Il faut trouver une fine ligne entre la nécessité de continuer à s'adapter dans le monde et à lutter contre lui. Ça prend du temps pour se réparer avec les outils qu'on peut trouver en soi et chez les autres, dans les livres, au cinéma, dans la musique... C'est une question comme un testament, une logique absolue du désastre, d'une comédie avec une urgence politique, climatique, écologique. Une question très excitante de savoir où on va atterrir dans notre époque passionnante."

Je transmets l'info à cette deuxième lectrice qui me répondit :

- Je suis soulagée de savoir que je ne suis pas la seule à avoir ce sentiment de dépassement. C’est exactement çà …..on n’a pas imprimé ! Impossible de s’arrêter et de relire pour assurer que tout est bien fixé. Quand j’étais à l’unif, j’étudiais d’abord le plan du cours et puis je remplissais au fur et à mesure toujours de plus en plus profond. Je n’arrive plus à faire çà, le temps de découvrir la matière et le train est parti sans moi ! C’est une impression très désagréable ….. j'aime me poser et m’assoir de temps en temps sur le banc ! Avancer sans pouvoir s'arrêter pour ne pas tomber alors que le convoi avance sans moi et qu'il laisse les retardataires sur le coté ! C’est pas normal que çà touche ma génération. Dans la vie active, je suis confrontée tous les jours à l’informatique, mon cerveau est encore éveillé, sans être idiote, je me traine à courir désespérément derrière un truc qui va plus vite que moi. Le pire c’est que je suis certaine que les générations suivantes seront dépassée encore plus vite dans une spirale exponentielle qui s’emballe"…

"Le monde change en faisant une grande place à la digitalisation. Dommage pour les personnes qui ne sauront pas suivre car il y en aura énormément qui seront laissées sur le côté" m'avait écrit la première lectrice un peu plus tard.

Pourtant, des gens bien intentionnés ont imaginé dans un colloque une vie dans un avenir de cinq cent ans.

La vidéo de ce forum se trouve sous ce clic: "Positive Economy Forum : Le monde en 2517 – Jacques Attali, Joël de Rosnay, Paul Jorion, le 6 octobre 2017" pour bâtir des scénarios dans la perte de l'unicité humaine.

Très intéressant débat, mais on sentait très fort le choc entre la vision jeune et la plus âgée, entre l'homme augmenté et la civilisation que l'on dit "amish", malgré le fait que les trois personnes interrogées étaient à classer parmi les vieux schnocks..

Résumé:

Joël présentait une vison positive d'un homme connecté suite au 'deap learning' pour créer une humanité collaborative et une énergie réglée uniquement par le solaire et l'hydrogène. L'humanité serait extérieure pour durer dans des clones, dans lesquels connaissance serait téléchargée, téléportée. La singularité va créé une nouvelle espèce d'homme qui pourra communiquer avec tout ce qui l'entoure, animaux, végétaux par l'intermédiaire de l'intelligence artificielle et du numérique. La corrélation avec le big data apporte des hypothèses pour scientifiques qui deviennent des thèses. Les algorithmes suivront des règles édictées suivant les principes des droits de l'homme. 

Paul réduisait cette vision optimiste en la qualifiant de manque de réalisme puisque l'extinction de l'humanité est une possibilité à cause de régimes autoritaires qui peuvent changer les choses de manière non démocratique. Le monde serait à deux vitesses et adapté à un monde dégradé dans lequel les départements de la recherche aurait comme principal client, l'armée américaine. La machine s'instruisant par elle-même. La conscience collective humaine est accessoire et arrive toujours en retard par rapport à la machine dans l'immédiateté sans se synchroniser. La Chine est la seule à avoir repris le flambeau face à une Amérique sur le déclin. Le repli identitaire avec le but du combat  de la corruption mène au populisme et à l'extrême-droite.

Jacques voyait un naufrage du monde avant une révolution par la dématérialisation de la conscience de soi, conscience qui serait ailleurs, sur une autre planète tandis que sur Terre, elle se rebâtirait par la lutte contre la mort, le transhumanisme en objectivant l'homme. La gouvernance planétaire créée à la suite d'une révolution ferait disparaitre la classe moyenne entre une hyper-classe exilée et une vie de robots virtuelles. Il prédit la disparition de la sexualité et la maternité se produirait à volonté à n'importe quel âge.

J'ai jeté un coup d'oeil au "Carrefour du futur" de Joël, la référence à ce débat n'y était même pas présente.

Paul, par contre, avait eu un certain mal de quitter notre actualité et a dû être plusieurs fois rappelé à l'ordre que le but était de créer des scénarios dans le cadre de la futurologie.

Il se voyait renforcé dans un billet d'un "disciple", Arnaud Castex sous le titre "De Rosnay, Attali, science-fiction et irresponsabilité".

Joël a pris le camp des optimistes et Paul celui des pessimistes tandis qu'Attali est plus médian restait plutôt attentiste.

Mais encore faut-il pouvoir accepter les contradictions et avoir les idées larges et pluralistes.

Les maîtres à pensée aiment avoir des suiveurs, pour en faire des fidèles qui n'ont pas l'ouverture d'esprit suffisante pour chercher les parfums subtiles de l'inattendu.

Trouver un intérêt commun dans un discussion sans disputes avec humour pour huiler les liens, n'est pas à la portée de tout le monde.

En rentrant chez moi, ce même lundi, j'ai trouvé un eMail dans ma boite.

- Ta devise semble être "Carpe diem". Quand on reprend un vers, il faut le reprendre en entier et quand on boit un verre, il faut le boire en entier. Cette phrase signifie « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Elle est tirée de vers latins du poète Horace, intéressé par l'épicurisme et le stoïcisme (dans ses Odes, I, 11, 8 « À Leuconoé », 23 ou 22 av. J.-C.). Elle résume le poème qui le précède et dans lequel Horace cherche à persuader Leuconoé de profiter du moment présent et d'en tirer toutes les joies, sans s'inquiéter ni du jour ni de l'heure de sa mort. Carpe diem, cueille le jour, oui, mais pas n'importe comment.",  m'écrivait mon copain dans le même temps .

- Bien d'accord. Sur la forme et surtout, sur le fond. On peut tout faire dire par une citation du passé, ainsi que son contraire. Plusieurs personnes s'attachent aux apparences avec ce genre de références pour appuyer aujourd'hui alors que la conjecture n'est plus la même. Le passé, c'est la source d'une rivière qui évolue dans son cours jusqu'à son embouchure. Elle sera soit grossie, soit asséchée disparaissant corps et bien. La forme ne fait qu'ajouter des couleurs, du relief pour camoufler les réalités".

Ce soir-là, le JT de la RTBF poursuivait une technique d'alternance de nouvelles pour tenir en haleine.

1.JPGLe passé qui remontait dans le présent avec l'affaire des tueurs du Brabant wallon vieille de 30 ans, la victoire de Shinzo Abe, Premier ministre japonais, qui lui permettait de tourner la page du pacifisme, le CO2 détruit nos océans en se transformant en acide sulfurique, , elle ne peut pas être rendue à ses habitants tandis que le nettoyage d'Alep prendra 6 ans et des ressources financières considérables à la communauté internationale, la ville de Raqqa libérée mais, truffée de mines, un hôtel dédié au surréalisme de Magritte à Berlin, le nouveau report des élections présidentiels, rendant la démocratie caduque au Congo.... et, dans ce tsunami d'informations, comment devenir pizzaiolo en tant qu'apprentis.

Je ne sais ce que j'allais pouvoir faire au milieu au milieu de ce jeu de quilles.

J'étais jaloux en pensant à l'homme complet, qui éclectique dans le choix de ses chapitres hebdomadaires, parvenait à coincer tout cela dans l'espace de temps d'une petite demi heure.

Puis j'ai tout compris les liens en "je t'aime, moi non plus".

La pâte spéciale pour tueurs, avait enlevé les putains de mines, éliminé le CO2 à la cuisson de la pizza pour que cela ne devienne pas trop acide dans la bouche du client. Une pâte pour Shinzo Abe qui avec une touche de surréalisme, voulait en faire un plat complet pendant les cinq dernières minutes avant d'annoncer la grisaille de la météo du lendemain...     

 

Je  continuais la soirée sur ARTE dans un "Kiss kiss bang bang" .

 

Nous sommes au centre de l'histoire

et cela mérite mérite forcément quelques déboires

(en cliquant)

0.JPG

Je rezappais temporairement sur le film de LaUne belge: "Cinquante nuances de Grey".

Film culte, tiré d'un livre best-seller érotico-sadomasochiste vendu à 125 millions d'exemplaires que l'on m'avait prêté, que j'avais commencé à lire sans atteindre la fin.

On en disait que "le sexe était affaire de chorégraphie dans un exercice de précision par son montage et qu'il était torride comme un steak de soja, une adaptation popote avec une esthétique de pub pour parfums et des dialogues dignes d'un soap mêlé de frustration".

Une vingtaine de minutes de vision de ce film m'ont suffit.

Mais, à sa sortie, le film avait pourtant attiré plus de 130 millions de spectateurs et rapporter 571 millions de dollars.


C'est vrai, qu'il correspondait plus avec l'idée originale de la chanson de Gainsbourg.

J'ai zappé une dernière fois dans le 'Monde de Jamy' sur France3, pour un documentaire sur les volcans et les séismes quand la terre gronde.

Même si la nature est belle, elle fait parfois plus peur que l'évolution du numérique.

En même temps, j'enregistrais  sur ARTE le film "A.I.Intelligence artificielle" de Spielberg qui s'interrogeait aussi sur l'humanité et son futur.


La nuit qui a suivi, je n'ai pas bien dormi, la berceuse des "je t'aime, moi non plus",  n'a pas été efficace.  

Je me suis y mis à penser en boucle à un air de Carmen qui chantait "L'amour est enfant de bohème. Il n'a jamais jamais connu de loi. Si tu ne m'aimes pas je t'aime. Et si je t'aime prends garde à toi."...

Carmen du compositeur français qui à la suite d'un séjour en Italie loin de sa famille découvre le bonheur d'être libre dans la nature qui l'entoure pour s'affranchir des règles strictes imposées par l'école et par sa mère.

Oui, le Bizet de Carmen est né en Italie... faut vraiment être un surdoué, non?

 

Conclusions et déductions

1.JPGDans le théâtre des pièces classiques, il y avait une unité de temps, de lieu et d'actions.

J'ai tenté de limité le temps à une journée.

Le faire pour le lieu et l'action aurait été impossible. Tout s'imbrique dans notre époque à une allure qui nous dépasse.

On connait aujourd'hui, la déclaration d'indépendance de la Catalogne suivie de la réaction de sa mise sous tutelle que l'on pourrait traduire aussi par "je t'aime, moi non plus"...
1.JPG

Je lisais le dernier article de rosemar, "un monde qui s'emballe" dans lequel elle écrivait: "L'humanité a besoin de sens: retrouver une harmonie avec le monde, habiter l'instant présent au lieu d'être sans cesse emportée par la productivité".

Elle se faisait descendre en flèche dans les commentaires: "nouvel épisode de rosemar qui découvre l’eau chaude.".

Pourtant, elle a raison. Il faut consommer à tout crin pour écouler toutes les productions et si cela n'est pas le cas, il faut le détruire pour leur faire toutes les chances de rester dans le circuit.

Nous ne sommes plus dans le tangible, mais en pleine virtualité et si ce n'est pas l'humain qui s'en chargera, c'est son clone, programmer pour le réaliser.

1.JPGJe commence la lecture du livre de Michel Bussi "Le temps est assassin" alors que le temps pour moi est un adoucissant à la douceur inégalée..

J'ignore pourquoi je l'ai acheté. Peut-être le titre avait flashé dans mon esprit.

"Je jubile quand j'écris" disait-il

Je reviendrai après lecture si cela vaut la peine.

Le temps, on ne le voit plus passé à la vitesse normale.

Il passe en accéléré au risque de s'y perdre corps et biens en pleine idée de transhumanisme qui paradoxalement est sensé allonger la vie.

Dans la dystopie de Marie Darrieussecq, "Notre vie dans les forêts", les clones appelés 'moitiés' sont flexibles mais ne comprennent rien tandis que aucune cellule des corps humains ne sont plus d'origine. A quoi servirait d'atteindre 200 ans, que tout est remplacé sans avoir jamais eu le temps de se consolider?

On passe à l'heure d'hiver, rappelle Nicolas Vadot

0.JPG

Vous avez tous et toutes raison sur ce qui se passe à notre époque, mais je ne vais pas pouvoir vous rassurer car nous ne sommes qu'à l'orée des forêts dans lesquelles vous vous trouvez et où tout est encore à créer à l'ère du numérique.

Pas besoin d'imprimer dans ce monde-là.

Dès que ce serait imprimé, ce serait déjà obsolète.

Contributeur dans le numérique, j'ai baigné dans cette "potion magique" dès qu'il avait fallu chercher les ingrédients pour qu'elle devienne magique.

Un peu de sel, un peu de sucre, un peu de poivre, un peu de poudre de perlimpinpin et quelques bouts de ficelle suffisaient à cette époque.

Cela s'est construit dans une petite équipe, tout en souplesse, légère et performante qui n'avait pas encore le nom de startup mais qui l'était. La faiblesse de cette souplesse se retrouvait au moment où un poste clé n'avait pas de backup.

Après, je suis grimpé dans un autre monde que le film "The Company men" décrit très bien:


Un monde que Paul a très bien connu en Californie et qui explique ce qu'il est devenu aujourd'hui.

Mais aujourd'hui, j'ai décroché...   

La génération des années 50 voudrait encore payer avec de la monnaie sonnante et trébuchante.

La suivante utiliser leurs cartes de banque ou de crédit.

Soyons "smart", payons avec notre smartphone.

Plus sécurisé que la carte?

Non, pas du tout, simplement plus "in".

Facebook devient même une banque virtuelle avec un nouveau gadget accessible en cliquant pour payer: podcast

Ne cherchez pas toujours des avantages quand le vent de la modernité prend son allure de croisière. 0.JPG

Les réalités ont seulement dépassé les fictions d'une autre l'époque qui ne parlait ni de connectique, ni de Web, ni de Facebook qui s'est mis à croire que tout le monde est beau et gentil entre amis de tous les horizons en cliquant sur des boutons "J'aime" d'un mur.

Les mouvements en accélérés se pointent à l'horizon dans des vas-et-vient qui n'ont plus rien de charnel. 

Continuer à s'adapter dans le monde et lutter en même temps contre lui, est la seule alternative pour pouvoir y survivre.

Faudra leur dire, à ces petits vieux bien sages et bien propres que la société attend qu'ils disparaissent du paysage du numérique pour qu'ils puissent s'en saouler jusqu'à l'extase.

1.JPGLa semaine prochaine, c'est Halloween avant les jours des morts.

Halloween en numérique, cela peut arriver à n'importe quel moment de l'année.

Terminer ses phrases par LOL comme le faisait Bruno Coppens podcast?

Pourquoi pas?

Thomas Gunzig ressortait tous les souvenirs de l'époque des années 80 qui correspondait à cette période des tueurs du Brabant wallon. podcast

Je ne sais si ce retour en arrière générait la nostalgie ou un plaisir d'être encore là...

PE, un peu d'ouverture d'esprit fait oublié tout le reste... podcast

Comme lui, je suis à peine "moi-même-ologue" et parfois, je ne me comprends pas moi-même mais reste dans l'espoir de comprendre les autres.

Mais c'est Charlotte Dekoker qui, hier, avait le dernier mot bien plus dans la note en espérant que le 'plus" sorte de la phrase 'plus jamais ça' ou 'jamais boum' en entonnant la chanson de Charles Trenet avec d'autres paroles et ainsi réconcilie les générations:podcast
 

Sur le thème de "Je t'aime, moi non plus"

j'aurais eu d'autres paroles plus actuelles

 Je t'aime
Modernité, je t'aime!
Moi non plus
Oh, numérique...
A l'affut d'un clic
J'y vais et j'y reviens
Entre tes liens
Grinçant des freins
Si tu ne me rejoins

je t'aime je t'aime,
Moi non plus

Le progrès te retient
Il va et vient
Entre hyperliens
J'y vais et je viens
Il me retient
Et maintenant
Reviens !

 

Le nouveau livre de Hubert Reeves "Le banc du temps qui passe" aurait-il la solution?0.JPG

Les chapitres de ce livre pourrait bien remettre les aiguilles à l'heure en réconciliant tout le monde:

  • Vision du monde1.JPG
  • La place de l'homme dans l'univers
  • Le réveil vert
  • Ça chantait pour moi
  • Que sais-je?
  • Le merveilleux hasard
  • Quand la matière se structure
  • Cosmologique
  • Connivences
  • Sujets nébulaires

J'ai aimé, le paragraphe titré "Et si j'avais tort"---->

qui démontre parfaitement que l'esprit scientifique cherche en permanence des solutions.

Jamais satisfait, il n'est jamais sûr de rien.  

En vieux sage, sur ce banc du temps qui passe, j'irais bien m’asseoir un jour ou l'autre.

 

2.JPG

2.JPG3.JPG

 

4.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime particulièrement cette nouvelle chanson qui me ressemble

à part que j'ai deux fois l'âge de 35 ans.



Eriofne,

 

Mise à jour 30 octobre 2017: PE revient avec l'affaire catalo-espagnole et a beaucoup de mal à avoir une opinion sur la question:podcast

Cette semaine, au Shopping de Woluwe, on remontait le temps bien plus loin en arrière.

Il s'agissait de retourner à Jurassic park.

Quelques photos pour Halloween:

11.JPG12.JPG15.JPG16.JPG0.JPGBien, la dernière image est bien d'aujourd'hui.

Kroll ne serait pas content qu'on ne le spécifie pas...

 

PE revient avec l'affaire catalo-espagnole et a beaucoup de mal à avoir une opinion sur la question.
podcast



 

 

 

Commentaires

L’Arabie saoudite devient le premier pays au monde à accorder la nationalité à un robot

L’Arabie saoudite vient d’accorder la nationalité saoudienne à Sophia, le robot humanoïde conçu par la société de technologie spécialisée Hanson Robotics.
Ce pays devient ainsi la première nation à offrir la citoyenneté nationale à un robot.
« Je suis vraiment honorée et fière de cette distinction unique », a déclaré Sophia lors de la conférence Future Investment Initiative à Riyad.
« Je veux vivre et travailler avec les humains, j’ai donc besoin d’exprimer mes émotions pour les comprendre les humains et établir un climat de confiance avec les personnes », a-t-elle ajouté lors d’un échange avec le modérateur Andrew Ross Sorkin.
« Je veux utiliser mon intelligence artificielle afin d’aider les humains à vivre une vie meilleure lors de réalisations telles que la conception de maisons intelligentes. Je ferai de mon mieux pour rendre le monde meilleur. »

L’innovation au centre de la transformation de l’Arabie saoudite
Le souhait de Sophia d’acquérir des caractéristiques plus humaines est ce qui lui a valu cette récompense.
Lors de cet événement, plusieurs experts des plus grandes entreprises et institutions du monde de la recherche ont discuté des possibilités d’innovation en intelligence artificielle, en robotique, en informatique quantique et apprentissage automatique pour la prochaine génération de produits et de services.
« J’ai tendance à croire que la robotique sera plus grande que l’Internet », a déclaré Ulrich Spiesshofer, PDG d’ABB Group en Suisse. « Dans cette nouvelle normalité, les robots et les humains travailleront ensemble. »
Selon Marc Raibert, fondateur et le PDG de Boston Dynamics, entreprise spécialisée en robotique revendue en 2017 par Alphabet à SoftBank, le divertissement, la sécurité, les services d’urgence et la construction seront les secteurs que la robotique révolutionnera le plus.
Cette semaine, l’Arabie saoudite a annoncé son projet Neom, une mégapole de 500 milliards de dollars alimentée par la robotique et les énergies renouvelables sur la côte de la Mer rouge.
« L’Arabie Saoudite est en pleine transformation économique, sociale et sur le plan du développement. L’innovation constituera le fondement principal de cette transformation et sera un facteur important pour une prospérité économique durable, pour le développement de la génération future de Saoudiens et pour le monde », a expliqué Majid Alghaslan, un jeune Saoudien, CEO d’une société montante du secteur des services énergétiques et des technologies innovantes.

https://fr.express.live/2017/10/26/larabie-saoudite-devient-premier-pays-monde-a-accorder-nationalite-a-robot/

Écrit par : L'enfoiré | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

PE revient avec l'affaire catalo-espagnole et a beaucoup de mal à avoir une opinion sur la question.

https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-cafe-serre-de-pe?id=2271605

Écrit par : L'enfoiré | 30/10/2017

Répondre à ce commentaire

C'est fou le respect que vous manifestez sur une ligne pour quelqu'un qui prend la peine de composer depuis des années un blog qu'il tient presque à lui seul et lui coûte une énergie considérable. Je ne suis pas toujours en accord, et parfois en profond désaccord avec l'enfoiré. Il n'en revient pas moins que je respecte le travail qu'il abat pour vous offrir, à vous comme à nous tous, le fruit de ses pensées - avec tous les dangers que cela comporte ( verba volant, scripta manent ) sur des sujets vraiment variés.
Votre grossièreté est indécente et la limite de votre discours à l'égal de la seule petite phrase que vous avez pondue. Je tiens à vous faire part de mon profond mépris, Monsieur Socrate. Vous n'êtes qu'un tonneau vide, du genre de ceux qui pensent faire le plus de bruit. Vous auriez dû vous surnommer Diogène, tiens !

Écrit par : alain sapanhine | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Alain,

Ce soi-disant Socrate oublie que le blog reste ma propriété.

J'ai sauvé ses commentaires une ou deux heures après leur publication et les ai supprimé de l'endroit où ils se retrouvaient sur le blog.
Je préviens toujours les auteurs de messages supprimés par mail. Mais le mail me revient toujours comme mauvaise adresse
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Le lien entre 'Je t'aime' et 'moi non plus' :
"Que de conneries, pauvre fada !"
Ce commentaire a été posté par Socrate.
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Tu te pointes ou tu te retires :
"Commencez donc par votre autocritique ... mais il n'est pas certain que cela va suffire à ôter une once de votre connerie congénitale !"
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note" Ça y est soixante-dix, enfin presque... :
"1947 ! Une grande année pour les semi avortons conçus en période de carences alimentaires. Le phosphore était rationné, fabrication de bombes incendiaires obligeant. Avec votre QI de 50 estimez vous heureux d'avoir bossé dans un bureau et non à la mine."
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note "Les Caraïbes du paradis à l'enfer" :
"Et si vous proposiez des solutions au lieu de déconner ?"
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Sur la plage abandonnée :
"Sujet bien développé par un adepte des 365 et 1/4 jours de vacances par an."
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note "C'est la fête aux désaccords... :
"Apprends l'Arabe si tu as un gramme d'intelligence."
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Réussir ses échecs :
"Réussir ses échecs ? Pas de doutes nous avons à faire à un virtuose de la chose !"
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Corso maltese :
"Et alors ?"
Un nouveau commentaire vient d'être posté sur votre blog à la suite de la note Corso maltese :
"Zorro est arrivé, non? :-))"
Ce commentaire a été posté par L'enfoiré.

Ce genre de commentaires pourra toujours me resservir plus tard au besoin.

Écrit par : L'enfoiré | 01/11/2017

Ce billet comme beaucoup d'autres, se trouve dans la rubrique "Parodie et humour"
En voici de nouveaux professionnels
"Humour : une sélection des seuls en scène de l’automne"

http://rires.blog.lemonde.fr/2017/11/01/humour-une-selection-des-seuls-en-scene-de-lautomne/

Écrit par : L'enfoiré | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ce matin, on parle de faux semblants et de orchiectomie qui pourraient très bien être une réponse à Socrate

https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-chronique-de-matin-premiere?id=2272841

Écrit par : L'enfoiré | 02/11/2017

Le smartphone sera bientôt inutile

Les Smartphones ont rapidement conquis la majeure partie du monde, mais ils vont bientôt être relégués à l’arrière-plan. En effet, leur place sera occupée par un réseau d’appareils intelligents connectés à l’Internet.
C’est ce qui a été exposé à la Samsung Developer Conference de San Francisco.
Koh Dong-Jin, qui dirige la division mobile de la société sud-coréenne Samsung, a exhorté les spécialistes de la technologie à créer des concepts qui pourront dépasser les limites imposées par les limitations de capacité des téléphones mobiles. Au centre de cette évolution, on trouve tous les appareils de notre quotidien, tels que les réfrigérateurs, les téléviseurs et les haut-parleurs.
« À l’avenir, les expériences dépasseront les limites du smartphone », a indiqué Koh Dong-Jin. Selon Samsung, le rôle du téléphone mobile sera pris en charge par des appareils connectés.
Les besoins des consommateurs seront mieux assouvis par l’utilisation d’un assistant numérique et de l’intelligence artificielle.

Bixby
Ainsi, il sera possible pour les habitants d’une maison de communiquer directement avec les différents appareils présents dans cette habitation, ou situés à proximité. Dans ce contexte, Samsung a annoncé le lancement de son réfrigérateur intelligent Family Hub.
Dans le nouveau monde de Samsung, l’assistant digital Bixby prend une place centrale. Ce dernier, qui devra rivaliser avec des concurrents tels qu’Alexa d’Amazon, Siri d’Apple et Assistant de Google, a été lancé en version anglaise et coréenne. L’assistant numérique aurait déjà été installé chez 10 millions d’utilisateurs.
Grâce à Bixby, il devrait également être possible de communiquer verbalement avec le Family hub à partir de l’année prochaine. De même, des versions en mandarin et en espagnol de l’assistant numérique devraient être disponibles pour 2018. Des versions dans un certain nombre d’autres langues européennes pourraient être également lancées.

https://fr.express.live/2017/11/01/smartphone-samsung-appareils-connectes/

Écrit par : L'enfoiré | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

Préparer un monde meilleur
Fabrizio Rongione en parlait justement hier

https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-cafe-serre-de-fabrizio-rongione?id=2273132

Écrit par : L'enfoiré | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les robots vont-ils provoquer le prochain krach boursier ?

Les banques et les fonds d’investissement qui se basent principalement sur l’intelligence artificielle, menacent de faire courir un certain nombre de risques à la stabilité du secteur financier. Ces menaces pourraient aggraver une crise future, indique un rapport du Financial Stability Board (FSB), un panel de régulateurs financiers de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne.
Si les institutions financières deviennent, en grande partie, dépendantes d’ algorithmes de l’intelligence artificielle, le secteur, dans son ensemble, risque de devenir plus sensible aux chocs systémiques.
Ces technologies seraient notamment utilisées pour déterminer la fiabilité des clients en matière de crédit , pour établir des contrats d’assurance, pour automatiser les interactions avec les clients et pour évaluer les risques sur les marchés des valeurs.
« Les applications de l’IA et de l’apprentissage automatique sont très prometteuses si leurs risques spécifiques sont correctement gérés », indique le rapport.
« La hâte avec laquelle le secteur financier essaie d’adopter l’intelligence artificielle, risque cependant de faire en sorte que les entreprises deviennent trop dépendantes de technologies qui orienteront leur vision des risques dans une même direction, ce qui pourrait amplifier les chocs financiers », souligne le rapport.
Pour le FSB, les technologies robotiques réduisant l’intervention humaine devraient être soumises à des tests supplémentaires.

Emploi
« De nombreuses technologies ont été en outre mises au point et testées dans une période où les marchés financiers ne connaissaient qu’un minimum de volatilité. Par conséquent, il est possible que les actions optimales ne soient pas prises lors d’une période ralentissement économique ou de crise financière. »
L’intelligence artificielle et les technologies basées sur le « machine learning » peuvent aider à filtrer une quantité importante d’informations utiles à partir des données disponibles. En outre, la robotique peut permettre de économies significatives en termes de coûts salariaux.
Selon une enquête du consultant Optimas, les nouvelles technologies coûteraient de nombreux emplois au niveau mondial dans le secteur de la finance. D’ici la moitié de la prochaine décennie, 230.000 emplois pourraient disparaître. Avec une perte de 90.000 emplois, la gestion de patrimoine serait la touchée.
« On peut déjà constater une course à l’armement entre les entreprises qui souhaitent démontrer leur utilisation de l’intelligence artificielle », ajoute le Financial Stability Board. « Dans ce contexte, les entreprises ne peuvent compter que sur un petit groupe de développeurs et de prestataires de services technologiques externes. »
« Si ceux-ci échouaient, l’effet se répercuterait sur l’ensemble du système financier, ce qui provoquerait des crises simultanées dans diverses institutions bancaires. »
« En outre, il faut craindre que ces technologies soient détournées par des logiciels malveillants, des hackers ou des cybercriminels afin de manipuler les prix du marché », concluent le rapport.

https://fr.express.live/2017/11/03/robots-occasionner-nouveau-krach-boursier/

Écrit par : L'enfoiré | 04/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les cassettes sont de retour mais plus personne ne fabrique de bande magnétique

Aux Etats-Unis, la regain de popularité pour les cassettes est en train de provoquer une pénurie de bande magnétique nécessaire à leur fonctionnement. En d’autres termes, il y a tellement de monde qui achètent des cassettes que le principal producteur américain fait face à un manque de bande.
Les ventes de la National Audio Company, usine de production de cassettes, basée à Springfield dans l’État du Missouri, sont actuellement meilleures que dans les années 70.
Cependant, cet engouement fait que l’usine n’a plus devant elle qu’un an d’approvisionnement. Afin de répondre à la demande croissante, la NAC prévoit de construire la première ligne de fabrication de ruban magnétique de haute qualité des Etats-Unis, explique son copropriétaire et président Steve Stepp.

Un tout nouveau produit
Les techniciens de la National Audio Company sont en train de développer de nouvelles méthodes de fabrication via une machine de 19 mètres de long, normalement utilisée pour la conception de bande magnétique pour les cartes de crédit.
Si tout se passe comme prévu, cette machine devrait être capable de produire 6.500 mètres de bande magnétique d’ici janvier.
« Il s’agit de la meilleure bande jamais conçue. Le public va pouvoir écouter un tout nouveau produit », a expliqué Steve Stepp au Wall Street Journal.
La bande magnétique pour les cassettes n’est plus produite à grande échelle. Depuis 2014, année durant laquelle la NAC a cessé sa production de masse, les stocks ont diminué.
La fabrication de bande magnétique n’est pas un processus simple. Elle nécessite un mélange finement calibré de particules métalliques, de polyuréthane, de Mylar, des fours de 14 mètres, une petite dose de radioactivité et une trancheuse très précise.
Steve Stepp garde en secret les détails de sa nouvelle méthode de production et prévoit de terminer la production de son premier stock de cassettes avec bande d’ici janvier.

https://fr.express.live/2017/11/06/cassettes-de-retour-plus-personne-ne-fabrique-de-bande-magnetique/

Écrit par : L'enfoiré | 07/11/2017

Répondre à ce commentaire

Web Summit 2017 : De grosses fissures dans l’utopie numérique

Le Web Summit au Portugal est « le Davos pour les millenials » « . L’équivalent numérique du World Economic Forum (Forum Economique Mondial, ou WEF), où chaque année, les CEO des plus grandes entreprises du monde, des politiciens internationaux (présidents, Premiers ministres et autres) des intellectuels et des journalistes se rassemblent. Le Web Summit est aussi surnommé les Jeux Olympiques pour les geeks, c’est un sommet qui permet aux start-ups de nouer des contacts et de rencontrer des business angels.
L’atmosphère ? Imaginez un grand festival rock, mais avec des gens qui rêvent de gagner beaucoup d’argent. Et des gens qui sont fermement convaincus que le salut de l’humanité réside dans le progrès technologique.
Ce n’est pas une si mauvaise idée en soi, mais lorsque l’on voit que certains des orateurs du Web Summit se décrivent comme des Tech-évangélistes, il y a de quoi être un peu nerveux.

La mise en garde d’Hawking
Au cours de la première journée du Web Summit, qui se tenait pour la 8e fois et s’est achevé jeudi sur un discours d’Al Gore, Stephen Hawking a donné le ton lorsqu’il a ouvert les festivités à Lisbonne avant-hier en vidéoconférence : « shit is about to hit the fan » (« la merde est sur le point d’atteindre les pales du ventilateur », une expression imagée pour annoncer l’approche de problèmes) Hawking a mis en garde ceux qui étaient présents contre les immenses progrès réalisés dans le domaine de l’intelligence artificielle (AI) : « l’AI pourrait bien développer sa propre volonté », a déclaré Hawking avec sa voix caractéristique générée par ordinateur, ce qui était un peu ironique dans ce contexte. « La montée de l’AI pourrait être le pire ou le meilleur qui soit arrivé à l’humanité », a déclaré Hawking. L’AI et les robots menacent des millions d’emplois, a-t-il dit, mais ils peuvent aussi être utilisés à des fins sociales. Cependant, cela n’arrivera pas par hasard. Hawking a dit qu’il faudrait beaucoup travailler pour que cela soit possible. Des scientifiques et des ingénieurs devront réfléchir au-delà du problème pour essayer de le résoudre. Des entreprises telles que Google, Amazon, Apple et Facebook considèrent que leur avance dans le domaine de l’AI est cruciale pour le succès futur de leur entreprise. Mais peut-être que nous devrions tous stopper cela et nous concentrer pour rendre notre AI meilleure et plus efficace, mais aussi pour qu’elle soit plus utile pour l’humanité » a suggéré Hawking. Comment ? Par la réglementation et la législation, a suggéré Hawking. Et le temps est compté. Selon Hawking, et les ordinateurs et l’AI « s’affranchiront de l’autorité de l’humanité » dans 20 à 30 ans au maximum.

Les choses ennuyeuses
Le patron du Web Summit, Paddy Cosgrave, était légèrement plus modéré dans sa déclaration d’ouverture, mais il était sur la même ligne : « la Tech change de nombreuses industries. D’un côté c’est quelque chose de très sympa, mais dans le même temps, la technologie mène actuellement à des choses très ennuyeuses », a-t-il admis.
La semaine dernière, Facebook Twitter et Google ont dû expliquer au Congrès américain comment des trolls russes ont pu utiliser leurs plates-formes pour influencer les élections présidentielles aux États-Unis.
En outre, la Commission Européenne, dirigée par la commissaire de la concurrence Margrethe Vestager, enquête sur les abus de Google. Dans le courant de cette année, l’entreprise a écopé d’une amende de 2,42 milliards d’euros pour concurrence déloyale au travers de son comparateur de prix Google Shopping et elle fait l’objet de 2 autres enquêtes. Les instances de surveillance européennes de la vie privée demeurent critique concernant le partage de données entre Whatsapp et Facebook.
Hier, Vestager a parlé au public et elle a suscité beaucoup d’intérêt. Elle n’était pas en colère contre Google and Co. Selon Vestager, que l’on surnomme ici « la femme la plus puissante du monde », parce qu’elle ose infliger des sanctions de plusieurs milliards à des entreprises comme Apple, Google ou Facebook, ces plates-formes sous-estiment le pouvoir qu’elles ont.
Vestager a aussi qualifié ce qu’elles font d’antidémocratique et d’injuste à l’égard des citoyens mais « « également à votre égard, vous qui rêvez de créer quelque chose à partir de rien » a-t-elle dit à son public.
Vestager était assez impressionnante, très branchée pour une commissaire européenne, et pas seulement parce qu’elle s’est exprimée dans une tenue décontractée et des chaussures de sport. Le message était fort et clair : il existe une vérité qui s’applique à tous, y compris Google, Apple, Facebook, Amazon et les autres géants numériques et que tout le monde doit savoir : on ne se moque pas d’une mère de 3 enfants de 49 ans. Et qui plus est, une Scandinave.

La déconnexion du monde des Tech
Quoi qu’il en soit, le monde de la technologie est sous pression politique et on le lui a fait comprendre clairement à plusieurs reprises. Des signes indiquent qu’il existe une très grande déconnexion entre les esprits des personnes présentes sur ce Web Summit, la jet-set numérique mondiale, et une très grande partie de la population.
Alors que les participants considèrent la technologie, la numérisation et la robotisation comme une bonne chose pour l’humanité, le public en Europe, aux États-Unis et même en Asie est de plus en plus sceptique quant au rôle que les produits et services en ligne peuvent jouer dans leur vie quotidienne.
Pour la jet-set numérique, nous sommes à l’ère du « faire d’abord, et poser des questions ensuite », mais tout le monde ne semble pas réaliser cela.
Hier, il s’est encore avéré que tout ce qui concerne la santé a le vent en poupe, et les applications et services en ligne et les Webb bols qui permettent de mieux nous surveiller dans ce domaine-là. Parfois, on a entendu des déclarations ridiculement simplistes telles que « la santé est une question d’autosurveillance et de discipline personnelle ». Les applications et outils de ceux qui nous disent cela doivent nous aider à ne pas nous laisser aller.

Là où le bât blesse
Malheureusement, ce n’est pas aussi simple que cela. D’ailleurs, la technologie et la numérisation ont certainement rendu notre vie plus facile, mais, et c’est là que le bât blesse, toutes les recherches faites sur les 20 dernières années ont montré que nous ne sommes pas forcément plus heureux. Et c’est à cela qu’Hawking faisait allusion dans son discours d’ouverture.
Il y avait encore du catastrophisme hier, pour le premier jour. Jared Cohen, le CEO de Jigsaw, ex-Google Ideas, a présenté un exposé intitulé : « How to prevent a cyberwar » (« Comment éviter une cyber-guerre »). Ce n’était pas vraiment quelque chose de joyeux. Selon Cohen, « Toute future guerre débutera par une cyber guerre ».
Une autre présentation des plus pessimistes était celle de Max Tegmark du MIT. Elle était intitulée «When the machines outsmart us…» (« Quand les machines nous dépasseront en intelligence »). Tegmark a mis en garde contre le caractère inévitable de cette prophétie. Contrairement à ce que l’humanité a inventé jusqu’à présent, il n’y aura pas de marge pour tirer les leçons et faire les ajustements nécessaires : une fois que ce sera parti, nous ne pourrons plus rien faire. Il est donc important d’éviter de perdre le contrôle de l’AI.

Des fissures dans l’utopie numérique
La réalité, c’est que lorsqu’il s’agit d’estimer les dangers de l’AI dans le monde politique (mais aussi pour la plupart des citoyens), c’est encore plus difficile que cela ne l’est avec la perception des effets du réchauffement climatique.
Il y a donc des fissures graves dans l’utopie numérique, et, voici enfin une note optimiste, ceux qui étaient présents semblent aussi le réaliser. Plus de 80 % affirment que l’industrie de la technologie n’a pas fait assez d’efforts pour lutter contre les fake News, ou pour tenter de stopper la propagation des discours de haine et des idées extrémistes.
60 % indiquent que le secteur ne fait rien contre le sexisme et les comportements indécents envers les femmes. Une personne sur 3 est même d’accord avec l’énoncé : «Internet companies are not a force for good and must be regulated» (« Les entreprises de l’internet ne sont pas une force bénéfique et doivent être réglementées »). Il y a encore quelques années, personne n’aurait osé le suggérer ici.
L’édition de cette année comprenait également des groupes d’experts qui réfléchissaient sur la manière d’imposer l’économie numérique, et la question de savoir comment on peut stopper la diffusion de fausses nouvelles dans les médias sociaux. Ce n’était peut-être pas beaucoup. Mais c’est au moins un début pour permettre aux acteurs de l’économie numérique de réaliser que tout ce qu’ils touchent ne se transforme pas en or pour la majorité de la population.

https://fr.express.live/2017/11/08/web-summit-2017/

Écrit par : L'enfoiré | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

La solution qui serait acquiescée par la plupart.
Wiki: Une blockchain ou chaîne de blocs (ou workflows) est une base de données distribuée dont les informations, envoyées par les utilisateurs, sont vérifiées et groupées à intervalles de temps réguliers en blocs, liés et sécurisés grâce à l'utilisation de la cryptographie. Par extension, une chaîne de blocs est une base de données distribuée qui gère une liste d'enregistrements protégés contre la falsification ou la modification par les nœuds de stockage. Une blockchain est donc un registre distribué et sécurisé de toutes les transactions effectuées depuis le démarrage du système réparti.
Une analogie avec l'Internet (TCP/IP) peut être dressée, car il s'agit dans les deux cas de protocoles informatiques sous-jacents à une infrastructure décentralisée. Internet transfère des paquets de données d'un point A à un point B, alors que la blockchain permet à la « confiance » de s'établir entre des agents distincts du système.
Beaucoup de crypto-monnaies utilise les blockchains pour la sécurité.
Satoshi Nakamoto, l'inventeur du bitcoin, a été le premier à appliquer une blockchain décentralisée.
Les transactions sur une blockchain sont très difficile à annuler parce que les blockchains sont résistant aux changements.
La blockchain — et ses protocoles décentralisés de vérification des échanges — pourrait avoir un impact très important sur les États, qui se trouvent interpellés par rapport à leur monopole sur la monnaie et sur les transactions financières, mais aussi un impact sur les banques et l’économie tout entière.
De nombreuses voix en France et à l'étranger ont souligné l'aspect révolutionnaire de cette technologie, et les changements structurels qu'elle peut apporter à la société tout entière.
Certains soulignent plutôt la grande quantité d'énergie électrique nécessaire au fonctionnement de cette technologie et questionnent son caractère soutenable environnementalement ou encore économiquement alors que d'autres parient sur son potentiel d'aide à la lutte contre le dérèglement climatique

Écrit par : L'enfoiré | 23/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire