Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2011

La fièvre de la révolte

Comment dire "non" aujourd'hui en réponse à une situation devenue insoutenable? Il y a le bras d'honneur, un doigt choisi levé, la révolte ou la révolution. Puis, il y a celle qui cherche un chemin, plus difficile à cerner, plus fine. La version 2.0... La fièvre mesurable avec un thermomètre?

0.jpgDire "non" par la contestation sociale, cela commence dans la rue. Bien sûr, mais, encore?

"Révolution du jasmin" ou "Révolution du printemps", la manière forte, la "révolution" suit une étincelle après de longues années de sommeil et d'injustice sociale. Belles images symboliques qui ne tiennent pas à l'analyse ou à la situation sur le terrain.    

Le cas de l'Afrique du Nord, parler de "Sudalgie", d'"algie du Sud", aurait été plus exact. On a un peu oublié que le Sud vit dans le pénurie depuis tellement de temps.

Lire la suite

20/02/2011

Wiki, je t'aime, Wikipedia, je t'adore !

Wikipedia, qui ne connaît pas encore, cette encyclopédie libre et on-line à la disposition de n'importe quelle utilisateur d'Internet?  Cette encyclopédie d'accès gratuit va à la conquête du monde. Avec quels buts, quels moyens et quels succès?

1.jpgLe 15 janvier dernier, c'était le 10ème anniversaire de Wikipedia. Wikipedia, lui, qui dit tout sur tout. Lui qui laisse le champ libre à tous ceux qui veulent contribuer avec la douceur du Web 2.0. Lui qui fait la nique aux experts qui se retrouvent dans les grandes encyclopédies pour ne s'intéresser qu'à la conscience collective. Et je vais m'en servir déjà pour vous la raconter.

Lire la suite

15/02/2011

Blanche Neige et le Huitième nain

Vous vous souvenez tous de l'histoire de "Blanche Neige et des Sept Nains". Conte que j'ai revécu d'une manière originale, comme je  les aime. Leurs noms à ces Sept Nains:   Prof, Grincheux, Atchoum, Timide, Dormeur, Simplet et Joyeux ainsi que la Belle Princesse vont se retrouver imbriqués dans mon histoire.

2.jpgCe dimanche-là, nous étions la veille de la Saint-Valentin. Cela avait plutôt mal commencé pour moi. Je ne sais si le pollen avait pris de l'avance sur le calendrier pour se répandre sous le vent. Ce genre de "truc", invisible à l'œil, a l'heur de laisser quelques traces dans les  coulisses de mes narines pour se réchauffer dans les alvéole de mes bronches et se transformer en râle. La sortie au restaurant comme tous les ans pour fêter la Saint-Valentin en était compromise. Ce pollen n'allait tout de même pas empêcher de sentir ce que l'enfoiré aime manger. Non, cela ne se pouvait pas. Point.

Lire la suite

12/02/2011

Du code jusqu'à la nausée

L'informatique est malade de lignes de code. D'où est venue cette nausée? Quelles en sont les raisons et les aboutissements?

0.jpgIl y a quelques années, je me souviens d'un CEO qui assistait à la présentation des liens qui existaient entre les applications de gestion, faisait la constatation suivante:

- "Cela ressemble à du spaghetti".

Des organigrammes expliquaient pourtant de manière claire, les liens et les processus entre les informations à partir des "input", pour arriver aux "output" conformes aux desiderata de lui-même en tant que CEO.

Lire la suite

05/02/2011

Décennie 80'ties, toute en contrastes

Une nouvelle décennie a commencé du 21ème siècle. Le premier Vivement Dimanche de l'année nous renvoyait aux années 80, avec dans le même sac, politique et chansons.

1.jpgLes "Eighties" terminent ce qu'on a appelé, en France, les "Trente Glorieuses". Une "période grise" commençait. Les rêves des premières années d'après guerre s'effritaient après les libertés débridés des années 60.

Le slogan d'alors, "Interdire d'interdire", aurait pu être  accompagné de celui d'"Interdire de ne pas penser".

Un néolibéralisme de conviction moderniste, un libertarianisme naissait sans plus de limites ni de contrôles.

L'âge d'or pour les "Golden Boys", opportunistes et les débuts des crises mélangées aux drames pour les "laissés pour compte" arrivaient dans cette décennie des Eighties. Les multinationales imposaient progressivement leurs vues et le rétrécissement de cette liberté.

Lire la suite