Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2012

Sois belge et tais-toi en Si Bemol Majeur

Non, c'est décidé, je ne vais pas vous raconter mes dernières vacances sur le Lac Majeur. Pourquoi, vous en parlerais-je ? Ce serait un remake et je n'aime pas les remakes.

0.jpg

C'était il y a deux ans, déjà.

Il s'agissait de vacances au Lac Majeur et j'en avais écrit un billet "Il chauffe sur le lac Majeur". Pour l'occasion, j'avais essayé de comprendre pourquoi Mort Shuman avait chanté « Il neige sur le Lac Majeur » avec la même intonation qu'il avait réitérée dans son autre chanson « Sorrow ». Vraiment, à pleurer pour des mois, cette manière de décrire un tel paysage...


Non, zut, je ne vais pas vous repasser la pommade ni ressasser le passé. C'est promis. Je vais même aller un peu à contre-courant.

Cette année, même endroit, Stresa et même hôtel, mais ce sera un sujet différent qui pourrait avoir un goût, un tantinet plus philosophique en finale.

Même personnel. Embrassades garanties au menu à l'arrivée. Notre maître d'hôtel préféré, «comediante, tragediante» était là, toujours aussi charmeur pour ces dames. Pensez à l'autre italien d'origine, Yves Montand dans « Garçon » et vous vous en approcherez. Rire et faire rire, pour techniques essentielles... Tout à fait dans la note enfoirée...

Presque frisquet en arrivant sur le lac. Avec la pluie par intermittences, un soleil boudeur et un orage qui jouait des claquettes entre les nuages, cela faisait penser à la Belgique. Instabilité et chaleur moite par après. Ce n'est que plus tard, que tout a changé... progressivement mais sûrement, jusqu'au dernier jour pendant lequel le soleil a pris des allures de plomb fondu.

Incroyable, mais vrai. Pas un Belge à l'horizon, une fois. Ni à droite, ni à gauche, ni devant, ni derrière. Cherchons l'erreur, une fois.

Mais où s'étaient-ils réfugiés ces Belges qui aiment le soleil pour leurs vacances ?

En Espagne, en Grèce, là où on rase gratis ou presque, à cause de la crise ? A la côte belge, là, où on mange des frites et puis des moules parquées avant d'entamer le steak de résistance? « Humanistiquement », tout commençait sous les meilleurs auspices mais avec une teinte très anglophone, très "british minded". 0.jpg

Un tour dans le garage de l'hôtel apportait toutes les confirmations voulues. Des plaques auréolées de « I », de « CH », de « GB », de « D », de « NL », de « F » et, enfin, d'un « B » de votre serviteur.

Pas même, un G8 en présence, donc. Pas même un "EU". Est-ce cela l'Europe? Ah, oui, c'est fédéraliser, mutualiser. J'oubliais déjà...

Pour faire sensation, quelles sont les voitures sur lesquelles les regards des passants se retournent et puis se cabrent? La Lamborghini, la Ferrari et... la Fiat 500 Nuevo.

La question que l'on se pose dès lors: comment la crise est-elle ressentie par ici?

La réponse reçue: "actuellement, avec le tourisme, les sanitaires et la robinetterie lombarde, cela marche. Les réservations de chambres font le plein. Souvent pour quelques jours.".

Un peu d'exotisme sans voitures venait s'y greffer à l'hôtel. Des Japonais qui, dans un symposium, étaient venus emphaser les réalisations d'une société, vanter un futur prometteur dans les domaines de la hautes technologies, de la nanotechnologie, sensés apporter le bien-être et le confort dans un monde de demain. Faire rêver l'espace de quelques jours par temps de crise pour exister, cela se prépare toujours avec minutie...

0.jpgPas de G20 au Mexique pour parler de croissance, ni de Rio+20 ans pour parler d'altermondialisme. Ici, ce sont des « haltérophiles enthousiastes » d'un autre genre. Ici, on croit à la croissance.

Si pas de Belges, me verrais-je, à un moment confronté, avec un francophone ?

De manière inattendue, oui...

Un soir, lors d'une promenade en ville, voilà t'y pas qu'une réflexion en français fuse en provenance d'un petit groupe de femmes et parvient à nos oreilles.

-Tiens, cela fait la troisième ou la quatrième fois aujourd'hui que je vois ce couple, dit l'une d'entre elles.

L'oreille fine de mon épouse vibra. Elle se retourne et dit avec le sourire en coin :

-J'espère que ce n'était pas une fois de trop.

La dame croyait, elle aussi, se trouver dans un monde exempt de francophones.

Toute confuse, elle accuse le coup :

-Je ne savais pas que vous parliez français. Heureusement que je n'ai rien dit de mal sur vous, fit-elle avec les pommettes plus rouges que par le seul effet du soleil.

Sourires partagés des deux côtés.0.jpg

Mais où se cachent-ils ces francophones et puis ces Belges, qui brillent encore plus par leur absence ?

Tilt. Les élections en France sont la cause de cette désertion, me dis-je.

Les législatives de dimanche, cela commençait à faire vraiment lassant de réentendre les mêmes spots publicitaires de tous les partis en présence à dire la même chose mais avec d'autres mots. J'aurais dû m'en souvenir.

Dimanche soir vint. Vu le pourcentage d'abstention record, il était clair que ce ne pouvait être la seule raison. L'absentéisme des Français, ce devait être la crise. Celle-ci avait dû maintenir tous ses ressortissants à bord dans le périmètre de l'hexagone.

Quelques moments de rassemblements inédits, pourtant.

Le foot rassembleur, du moins quand l'équipe des bleus disputaient un match à l'Euro2012.

Il parait qu'il y a un art de célébrer un but. Il y a un autre pour le regarder à la télé aussi. Les Belges n'y étaient pas. Les Italiens capables de battre les Anglais? Ce fut le cas, mais au tir aux buts. Un Balotelli caricaturé en King Kong raciste devait avoir donné du mord aux dents..

0.jpgFaire du sport, c'est aussi pouvoir le regarder avec philosophie et sans excès fous. Transgresser la règle qui a mené à deux morts connus devant la télé. Un célèbre Thierry Rolland qui disait "Après avoir vu ça, on peut mourir tranquille" et puis un Chinois, anonyme, de 26 ans, du nom de Jiang Xiaoshan, décédé après avoir regardé l’Euro pendant 11 nuits consécutives, sans dormir. Le foot, un sport plus dangereux sur le terrain ou à la télé? Très peu pour moi. On se le demande encore...

La télé en langue française, France2 et France3, si elle est là, c'est pour permettre de se rendre compte des événements mais pas d'en mourir. Alors, il y a des tweets malheureux qui font le buzz pendant des jours et qui font sourire en coin.

Tout à coup le bon côté de la pluie, des orages, apparaît. Pas uniquement pour rafraichir l'atmosphère, d'ailleurs. Beaucoup plus pragmatique, on apprenait qu'en France, la pluie avait fait le plein dans les citernes et comblé les nappes phréatiques. Prête pour l'été, donc.

Pendant un temps de vacances, n'est-ce pas, aussi, une bonne occasion pour s'écarter d'Internet? Se déconnecter du monde... Au début, cela semble étrange et puis, on arrive à aimer.

D'écouter les autres, de sourire, au besoin, de faire semblant de comprendre quand la compréhension linguistiquement n'est ni au top, ni homo-phoniquement au zénith. Une grève de tout, une trêve avec les autres et avec soi-même. Non, c'est nouveau mais c'est béatifiant. A la fin, on n'y pense même plus qu'on n'a pas de connexion Wifi. 0.jpg

L'enfoiré, prends ton livre "La chute des Géants" de Ken Follet, gros comme une bible dont le premier volume raconte les "destinées imbriquées de cinq familles américaine, russe, allemande, anglaise et galloise,  à travers la Première guerre mondiale et la Révolution russe". Je ne pouvais trouver mieux pour meubler le temps et l'espace. Des acteurs qui viennent de partout et qui ont chacun leur propre histoire.

Puis, quand on en a assez de lire, poursuivre, aussi, l'écriture d'un roman feuilleton. D'une fiction ou d'un thriller? Allez savoir... Un peu de suspense dans une fiction plausible et le compte sera bon. Dans un autre cadre exotique... Aucune interactivité nécessaire dans ce cas, si ce n'est en donnant la parole à chacun des interlocuteurs de l'histoire.  On en reparlera bientôt...

« Sois Belge et tais-toi », l'enfoiré,fais ton théâtre en dehors des planches et des fils de la Toile.

Puis, il y a le portable, ce bon vieux GSM, qui en plus de téléphoner, fait tout, à part cuire des œufs sur le plat en échange d'un peu d'électricité ingurgitée - mais tellement vite consommée -, qui restitue musiques et bien d'autres choses enregistrées.

Je vous sers souvent des « Cafés serrés » du matin. Podcastés pour les jours de morosité, avec le temps, ils prennent des allures tout aussi hilarantes, sinon plus.

L'un d'entre eux, présenté par notre flamand préféré, Bert Kruismans, a retenu mon attention. C'était diffusé le 25 mars 2011. Il parlait des problèmes belges et nous étions encore loin d'installer un nouveau gouvernement.

0.jpgIl parlait du contact qui s'était détérioré entre Bart Dewever et le journal Le Soir. C'était la déprime politiquement. Aujourd'hui, c'est plutôt à cause du climat.

« Het bottert niet » (« cela ne beurre plus ») entre eux, disait-il. Un feuilleton mélo était en préparation. Une fin de non-recevoir ou seulement de « pas-bien-donné ».

En cause, un article de 5 pages dans lequel un journaliste du Soir expliquait aux Flamands, en un néerlandais approximatif, ce qu'il y avait de négatif dans les relations entre Wallons et Flamands.

Cinq pages de reproches, de prises de positions malheureuses, d'après Bert Kruysmans. Cinq pages qui n'auraient pas trouvé de lecteurs ni d'échos dans le nord du pays alors qu'il aurait fallu, plus simplement, émoustiller quelques esprits flamands avec les réalisations du journal à leur bénéfice pour gagner le cœur des Flamands. Cité en exemple, des cours Assimil de la langue flamand à l'attention de Wallons, mais qui malheureusement était enseignée par des Hollandais avec l'accent des Pays-Bas. Les utilisateurs de cette méthode auraient ainsi trop l'air d'être des « Wallons cachés », concluait Kruysmans, non sans humour.

La morale de l'histoire, je vais la rechercher dans une anecdote qui m'était arrivée à l'hôtel, près de la piscine.

Un Anglais de 78 ans (je l'ai su par après), s'évertuait à prendre son premier bain. Volonté d'imiter son prochain ou simplement de se rafraîchir? Nul le sait. Visiblement avec beaucoup de difficultés pour trouver la synchronisation des mouvements de la brasse. Je l'observais d'un œil distrait. Il faut savoir que le fond de la piscine en question prend brusquement trop de profondeur pour quelqu'un qui a l'habitude de trouver un fond à sa bonne mesure comme refuge. Panique sans bord en perdant pied et bataille contre cette eau qui lui inflige une leçon de natation qu'il aurait aimé avec plus de douceur. 0.jpg

Je l'avoue, je n'avais pas encore fait ma B.A. de la journée. Vous savez ce 'truc' que l'on dit et qui fait, par après, du bien au moral mais qui ne nécessite, au départ, aucun calcul savant prudentiel. D'un élan, j'ai sauté dans l'eau et ai ramené l'imprudent sur le bord de la piscine.

Anglais ou pas, les langues se délient alors sans aucune autre forme de procès.

Pour huiler une conversation de salon british, pourquoi ne pas parler du « Queen Jubilee » ? Son épouse en connaissait un long bout sur la question royale. De toutes manières, jamais, il n'a été question de trouver un « Bruxellois caché » en moi.

Ce 24 juin, des événements. Les Bleus qu rentraient à la maison, le Frère Musulman Morsi était élu président en Egypte, mais aussi, il y avait aussi 200 ans que Napoléon envahissait la Russie comme le rappelait Kiosque dans "C'était il y a" (44:00-53:00). C'était un hiver, un hiver qui pourrait faisait mieux le lien avec Mort Shuman et sa neige du Lac Majeur. Une retraite...

La langue de Shakespeare, pour l'avoir utilisée pendant quelques décennies, laisse des traces indélébiles. Ne pas la pratiquer régulièrement rend seulement les automatismes plus lents. Si ce foutu bras du disque DAT « Direct Access for Translation » a parfois plus de mal à trouver le bon sillon, il n'y eu aucune remarque dans ce sens.

Le lendemain, je rencontrait le préposé à la surveillance de la piscine et lui dis avec un sourire narquois :

-Nobody to save today ? I'm ready now.

Pris à contretemps, il me rendit seulement mon sourire. Son italien devait être en panne de traduction.

Les gestes qui sauvent, eux, ne demandent jamais de traduction par des mots.

Les derniers jours du séjour, les Français sont arrivés. Sortis de leur hexagone. Plus moyen de les faire taire dès lors. Les Belges, eux, restaient toujours aussi cachés ou plus malicieux ou se sont tus.

Ne vous ai-je pas donner envie par ce billet? Pas assez du style publicitaire à vos yeux. Presque une contre-pub. Vous y inciter à y aller, mais pas trop. La nature, le silence sont parfois bien suffisants. Vous y serez comblés. Sans la télé, sans Internet, ce fut un break tout à fait profitable. Et puis, je ne vais pas faire trop de bruits et ameuter tout le monde dans un petit paradis. Pas folle la guêpe ! Je tiens à y retourner, un jour et que cela n'ai pas trop changé...

Votre serviteur belge est retourné dans ses pénates. Il a mis le "cruise" en fonction. Vous savez ce machin qui met un truc dans le bazar pour atteindre la vitesse maxi permise sans se faire flasher. Le vendredi après une température sur le lac qui frisait les 40°C et le dimanche, à Bruxelles, avec la pluie, le vent et 15°C maxi, cela faisait une "légère" différence. Pas l'envie de prendre mon vélo sous la pluie. Contrastes en tout.

Ce dimanche, c'était la fête au Québec que Pierre rappelait avec quelques poèmes québécois à cette occasion. L'un d'entre eux m'a plu car il nous ressemblait: "La souveraineté du Québec n’est pas une rupture sauvage avec le Canada; c’est tout simplement une reconnaissance explicite et officielle qu’il existe dans ce pays, deux entités de cultures différentes qui doivent se respecter mutuellement et vivre dans le respect l’une de l’autre (Raymond Gravel – Prêtre dans le diocèse de Joliette)".

0.jpgL'après-midi, un " Spécial Belgique" pour dernier "Vivement dimanche" en présage au départ du Tour de France à Liège de la semaine prochaine. La Belgique et le Tour de France, de vieilles connaissances. Eddy Merkx, devenu baron, était là. Léon Zitrone savait en parler avec emphase. D'autres champions étaient rappelés...

Dans la chanson, défilèrent les purs de souches, comme Annie Cordy, également baronne et Jean Vallée, les Italiens comme Adamo, Frank Michael, Frédéric François... Italiens de la nième génération...

D'autres en clips en clins d’œil les autres belges comme Mauranne, Axelle Red, Plastic Bertrand, Lio, Lara Fabian, Viktor Lazlo, Philippe Lafontaine, Arno, Jali...

Au cinéma, François Damiens, Helena Noguerra, actrice dans le film déjanté "La Clinique de l'amour"...

Les humoristiques Frères Taloche, Virginie Hocq dont les sketches de départ restent leur marque...0.jpg

Le français et le néerlandais étaient toujours en arrière plan. Flamand, wallon que Virginie a tenté de passer à Drucker via l'accent belge intégral. Tout y est passé.  

La Belgique, une terre d’accueil ou on parle en "charabia", en quelques sortes. 

Mais la vie continue...  sois belge et tais-toi, mais pas trop, même en Si Bemol Majeur avec une note tonique...

En passant des Macaronis aux Patates frites, du vino rosso à la bière, en quelques sortes... On ne pouvait trouver meilleur symboles.

Pourquoi pas "A bicyclette" comme le chantait, Sacha Sprengler, dans un spectacle "Je voudrais que tu te souviennes" .

Deux refrains légèrement modifiés à la chanson de Sébastien "Ah, si tu pouvais fermer ta gueule pourrait toujours resservir un jour...

Les paroles originales et un karaoké déjanté qui irait très bien dans le cadre:

Ils font rien qu’a nous faire des promesses
Qu’ils ne tiennent jamais
La seule chose qui les intéresse
C’est d’passer à la télé

Tout pomponnés
Tout maquillés
Ils viennent parler au journal
Pendant que monte du fond des cafés
Le son de la chorale

 Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France

Et puis y’a tous ceux qui font des débats
D’la philo à deux balles
Y’a c’ui qui est pour
Et y’a c’ui qui veut pas
Et ça parle et ça parle

Tout pomponnés
Tout maquillés
Ils viennent vendre leur salade
Pendant que monte du fond des cafés
La grande sérénade

Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France

Et puis y’a moi qu’en fait partie aussi
Faut toujours que j’la ramène
Comme si on disait pas assez de conneries
Faut que j’y rajoute les miennes

Tout pomponnés
Tout maquillés
J’vous promets
J’vous en voudrais pas
Vous avez le droit du fond du café
De chanter aussi pour moi :

Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France

Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France

Cette chanson je l’ai faite pour vous
Les français, les françaises
Allons enfants, ça s’ra notre hymne à nous
Notre marseillaise
A la maison, à ton bureau
Quand t’en auras marre d’écouter
Le casse-bonbon qui parle trop
Tu pourras lui chanter :

Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Sans Internet, sans litanies
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Cela plairait à l'Italie

Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça changerait de musique
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien en Belgique

 

L'enfoiré,

 

Mais je le sens vous voudrez des photos. Je les choisirai pour montrer que sur le lac Majeur, les maisons ressemblent toutes à des chateaux et les chateaux à des maisons 

Une vidéo des Racines et des Ailes

sur ce la Majeur

en cliquant sur l'image ci-dessous

0.jpg

 

0.jpgCitations:

  • "Tradutore, traditore (Traduire, c'est trahir)", Proverbe italien
  • « La grande différence entre un Italien et un Français, c’est qu’en mangeant des spaghettis, l’Italien peut penser à autre chose. », Anonyme
  • « L'Italien est sage avant coup, l'Allemand sur le fait, et le Français après coup. », Proverbe italien

 

Annonce: Chers lecteurs, Nous sommes à la veille de grandes vacances, de voyages aussi. Le mois de juillet sera un mois dans lequel "Réflexions du Miroir" s'attachera à cette idée de voyages, anecdotiques, informationnels et structurels. Articles qui ne seront pas tous écrits par votre serviteur.

Commentaires

Comme il était souvent question de langue et de l'anglais, le Vif interviewait le linguiste, Claude Hadège pour son livre "Contre la pensée unique".
Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée, disait-il.
Réfractaire à la modernité?
Non, l'anglais, tel que pratiqué, menace le patrimoine de l'humanité.
Pas contre l'anglais, mais une bataille pour la diversité.
Langue unique = pensée unique.
Beaucoup parlent le globish, la langue d'aéroport.
L'anglais autochtone est une langue imprécise avec un idiome redoutable.
Le 29 décembre 1972, un avion en Floride n'a pas compris l'injonction "Turn left, right now" et a créé un crash en virant à droite.
En hindi, les mots "hier" et "demain" sont traduits par un seul.
25 langues dominées disparaissent chaque année.
Apprendre le russe, l'allemand, le chinois seraient plus rentables sur les marchés porteurs que l'anglais.

http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2009/03/19/les-langues-un-serieux-jeu-de-langue.html

Écrit par : L'enfoiré | 25/06/2012

exact y'a rien à redire ;-)

Écrit par : Sun Tzu | 26/06/2012

Enfin, une solution à la crise de l'euro : 'Donner à chaque famille allemande un bon vacances utilisable obligatoirement dans un des pays PIIGS'

Nouriel Roubini, l’économiste surnommé Dr Doom, ou le « Prophète », qui avait prédit la crise financière de 2008, a eu une idée originale : pour relancer la croissance en Grèce, il propose de remettre aux ménages allemands un bon d’une valeur de 1.000 euros pour partir en vacances dans l’un des pays touchés par la crise, la Grèce, l’Espagne ou le Portugal. Il propose également que le gouvernement allemand applique des exonérations de taxes pour les citoyens qui décident d’acquérir des résidences secondaires dans ces pays.
Mais le journal portugais Diário Económico doute que ces mesures soient mises en place, parce que l’Allemagne a bien trop à gagner de cette crise :
«Il s’agit d’une approche originale pour juguler la crise en Europe : le gouvernement de Merkel devrait remettre un bon voyage à chaque famille allemande à condition qu’elle le dépense en vacances dans l’un des pays frappés par la crise. Le « Prophète de la fin du monde » pense qu’il faut que la manie de l’austérité allemande doit cesser ; le gouvernement allemand devrait réduire les impôts et augmenter les salaires. Roubini croit que l’Europe a besoin de croissance, et il a raison. (…) Le même jour, l’Allemagne a adjudiqué des obligations à 6 ans indexées sur l’inflation à un taux d’intérêt négatif de 0,31%. Comme l’Allemagne continue de profiter de la crise, les bons vacances resteront sans aucun doute dans l’armoire de Merkel ».
Mercredi, le Premier ministre italien Mario Monti était invité sur la radio publique bavaroise, où il a parlé des préjugés que les contribuables allemands avaient à l’égard de l’Italie, qu'ils accuseraient d’être un pays insouciant et indiscipliné. L’Italie paye double, leur a-t-il rétorqué : elle paye les plans de sauvetage des autres pays et elle paye des taux d’intérêt très élevés sur sa propre dette. L’Allemagne ne paye que pour les plans de sauvetage, parce que les taux d’intérêt sur sa dette souveraine sont quasi-nuls, a-t-il observé.
Comme l'Italie est la troisième plus grande économie de la zone euro, elle doit assumer environ 22% des 100 milliards d'euros versés à l'Espagne au cours du week-end dernier dans le cadre du sauvetage de son système bancaire.
Les termes exacts de ce plan ne soient pas encore connus, mais il semble qu’il s’agisse d’un prêt à 3%. Pour se financer sur les marchés, l’Italie doit payer un intérêt de 6%. L’Italie doit donc emprunter de l'argent sur les marchés à 6% pour le prêter à l’Espagne à la moitié de ce taux d’intérêt.

Source: http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=et-pourquoi-pas-des-bons-de-vacances-pour-les-touristes-allemands-qui-visitent-les-pays-en-crise-de-la-zone-euro&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_ca

Écrit par : L'enfoiré | 26/06/2012

Pour l'absence des Belges:

Les Belges consomment moins d'essence et de diesel

Selon nos informations, les recettes des accises sur les produits pétroliers ont baissé en 2011 d'une quarantaine de millions d'euros par rapport à l'année précédente. Pourtant, les accises ont augmenté sur le diesel l'an dernier.
La raison de ce tassement est la chute de la consommation observée ces derniers mois. Selon Jean-Pierre Nizet, secrétaire général de la Fédération pétrolière, le recul global des ventes d'essence diesel et mazout s'est chiffré à 3,8 % entre février 2011 et février 2012. Pour l'essence, cette chute aurait même atteint 6,43 %.
Pour Jean-Pierre Nizet, la cause de cette décroissance est liée au ralentissement économique, mais également à la dernière hausse des accises sur le diesel qui aurait rendu les pompes belges moins compétitives, l'effet se faisant particulièrement sentir dans les zones transfrontalières. Pour la Fédération pétrolière, « trop d'impôt tue l'impôt ».

http://www.lesoir.be/actualite/economie/2012-06-26/les-belges-consomment-moins-d-essence-et-de-diesel-923456.php

Écrit par : L'enfoiré | 26/06/2012

Je confirme, bien moins sur internet et dans la noyade perpétuelle de l'actualités télévisées je ne m'en portes pas plus mal ;)

Écrit par : Sun Tzu | 04/07/2012

Pour la petite histoire.
Je viens de voir mon médecin généraliste. Juste 50 ans. C'est un lecteur occasionnel de l'enfoiré, donc il connait la "musique".
Il part en vacances, loin de tout, en Irlande, sans Internet.
Il y a un moment où... les notes qui viennent de partout ne passent plus.
Je reviendrai sur le sujet dès le mois d'août.
Ce sera avec la dérision et la parodie d'un article scientifique.
Ce mois-ci nous restons en vacances

Écrit par : L'enfoiré | 04/07/2012

Pourquoi en Si Bemol Majeur?
Le lien avec le Lac Majeur?
Oui, bien sûr.
Mais il y a autre chose. Cherchez bien.
La tonalité "Si Bemol Majeur" se développe en partant de la note tonique si bémol. Elle est appelée B-flat major en anglais et B-dur dans l’Europe centrale.
Cela suit parfaitement l'idée de la Belgique et sa manière d'être: tonique, flat et dur à la fois.
"Sois Belge et tais-toi" est une revue théâtrale annuelle des événements de notre pays.

L’ambassadeur des États-Unis a interviewé dans le Paris-Match disait : "It's better to know your value than to shout it".

La Belgique championne du monde pour attirer les investissements étrangers, est la deuxième économie mondiale la plus performante en termes d'attraction d'investissements directs étrangers (IDE), derrière Hong Kong, selon un classement de l'organe de l'ONU spécialisé dans le commerce et les investissements (Cnuced).
L'arsenal législatif mis en place pour attirer les entreprises étrangères, et en particulier le mécanisme des intérêts notionnels, expliqueraient largement cette position, révèle le journal L'Echo. La Cnuced n'évalue pas la qualité des mesures fiscales mis es en place mais « combien le pays est parvenu à attirer d'investissements, tant en montants absolus qu'en termes relatifs sur une période donnée », explique Michael Hanni, co-auteur du rapport annuel de la Cnuced. Dans le cas de la Belgique « le niveau absolu des investissements est très élevé et leur poids en regard de l'économie (PIB) est assez élevé », constate-t-il.
Une importante tranche des 72 milliards d'euros d'investissements observés l'an dernier ne concerne toutefois pas l'économie réelle, une grande partie des IDE étant faite d'argent en transit et d'investissements « fantômes » (des multinationales qui utilisent la Belgique comme centre de coordination, il s'agit alors de simples flux de capitaux). « La Belgique est un important lieu de transferts de capitaux, au même titre que Singapour, Hong Kong ou le Luxembourg. Or tout cet argent n'est pas forcément investi dans l'économie réelle », explique M. Hanni.
Une seconde place relative
La Banque Nationale (BNB) indique pour sa part que l'an dernier, 89,1 milliards de dollars d'investissements directs sont entrés en Belgique, mais ne sait pas dire quelle part de cette somme a été effectivement investie dans l'économie belge. Cette seconde place est donc relative: elle ne signifie pas que la Belgique est une terre d'investissements exceptionnelle mais montre par contre qu'elle reste un pays attractif.
Un autre classement de la Cnuced révèle toutefois que la Belgique arrive également deuxième au classement des pays qui détiennent le meilleur rapport entre la quantité et la qualité des investissements qu'il accueille, ce qui tend à montrer que l'économie réelle bénéficie abondamment des investissements.

http://www.lesoir.be/actualite/economie/2012-07-06/la-belgique-championne-du-monde-pour-attirer-les-investissements-etrangers-925327.php

Ce matin, on parlait de nous via l'anniversaire de l'indépendance de l'Algérie... curieux, non?
On est souvent dans tous les coups.

http://www.rtbf.be/info/emissions/article_matin-premiere-algerie-jose-alain-fralon-ex-correspondant-du-monde?id=7800286&eid=5017893

Écrit par : L'enfoiré | 06/07/2012

Les commentaires sont fermés.