Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2016

Les armes, c'est presque sérieux

Je me souviens d'un de mes vieil article de 2007 "Aux armes ou aux larmes citoyens". Il parlait des Etats Unis du temps de G.W.Bush. Avec le sujet de l'Arabie Saoudite, les armes reviennent brûlantes dans les bras de l'Europe et de la Belgique. 

arme

Cette semaine, on a beaucoup parlé des armes dans l'actualité.

Obama lançait un baroud d'honneur de fin de mandat, comme une sorte de va-tout, à essayer de relancer une législation plus restrictive dans le commerce des armes. Pas une régulation de la vente d'armes mais un simple "background check" de l'état psychiatrique des détenteurs. Aux Etats Unis, on dénombre 350.000 victimes des armes à feu. 


Son discours larmoyant se référait aux enfants morts à la suite d'attentats dans les écoles: "nous devons ressentir un sentiment d'urgence absolue d'agir sur le contrôle des armes à feu. L'inaction ne peut plus tenir. Le lobby des armes peut bien prendre le Congrès en otage mais il ne prendra pas l'Amérique en otage. Les élus ont peur de perdre leur siège alors si vous faites pression sur eux, je vous promets qu'ils changeront d'avis".

Baroud d'honneur. La NRA, la National Rifle Association, soutenue par le parti Républicain réplique que pour se protéger, il faut plus d'armes et pas moins.

Le 2ème amendement de la Constitution américaine autorise la possession d'armes sans véritablement avoir besoin de licences. 0.jpg

Suite à cette pression d'Obama et aux stimulants apportés par les musulmans radicalisés, les ventes d'armes américaines ont quasiment battu un nouveau record au mois de décembre

On apprend dans le même temps, que les Texans ne devront plus cacher les armes qu'ils portent sur eux, sur la voie publique. 

Alors, court-circuiter le Congrès, c'est loin d'être gagné, mais, désormais, il faut préparer sa succession démocrate. 

Donald Trump, sur les listes des candidats républicains aux prochaines élections, défend toujours l'usage des armes et va jusqu'à regretter que le port d'armes soit restreint en France dans ses allocutions tonitruantes.

Il ne comprend pas que la culture européenne a été occidentalisée autrement...

0.jpgAu premier anniversaire des attentats de Paris à Charlie Hebdo, certains pensent que si des moyens de répliquer à l'attaque des terroristes, avaient existé peut-être l'attaque ne se serait pas déroulée de la même façon.

C'est par la sécurité accrue adaptée à la situation que la version européenne se dessine. D'après les témoins, on entrait dans Charlie Hebdo comme dans un moulin sans véritable sas de sécurité pour protéger cette liberté d'expression si chère à la France.


1.jpgPour les forces de l'ordre, il faut des armes choisies de manière sélective et circonspecte pour éviter la gâchette trop facile de la police américaine.

Interdire les armes, c'est comme interdire et éradiquer la drogue. Tout dépend de ce qu'on en fait. La drogue est nécessaires en médecine. C'est un peu le même topo pour la médecine nucléaire.

Le pourquoi et le comment entrent en ligne dans toutes utilisations. 

L'homme, en être vivant, n'a aucune protection naturelle pour se protéger et encore moins se défendre contre d'autres êtres vivants. 

Alors, il a inventé des armes et quelques "gadgets" grâce à ses neurones un peu plus développés, pour exister et subsister. 

Quand j'ai écrit l'article "Aux armes ou aux larmes citoyens" dans lequel je parlais de terrorisme et des armes, j'ai fait une mauvaise interprétation par rapport à ce qui est arrivé aujourd'hui.

J'écrivais: "Ne cherchez pas, le pays du terrorisme ne se trouvera sur aucune carte".

Depuis 2014, ce pays existe sur une carte: le califat, Daech créé de manière arbitraire.

Ce n'est plus Al Quaida. 

2.jpgAilleurs, un autre pays reconnu par tous aime aussi les armes: la Corée du Nord. Elle aurait fait exploser une bombe H à fusion nucléaire pour le 33ème anniversaire de son leader. Si c'est le cas, plus besoin de matières fissiles comme l'Uranium pour faire joujou. Là, on entre dans le domaine de la dangerosité maximale et ce ne serait pas pour reconstituer "le soleil sur terre".

Les amis et les adversaires de hier ont changé.

Tout a évolué par leurs procédures mais pas suivant leurs fondations.

Les armes deviennent de plus en plus sophistiquées comme des missiles à tête chercheuse et des voitures télécommandées équipées de bombes.

Même les Suisses s'arment de plus en plus alors qu'ils sont peut-être mieux protégés que beaucoup d'autres pays... 

Les ADM plus personne n'en parlent. Rien n'est plus vraiment massif.

Les Armes de Destruction sont devenues Minimalistes. Légères mais de plus en plus efficaces et ingénieuses avec les technologies modernes.

Les relations entre la Belgique et l'Arabie Saoudite, sunnite, construites avec l'idée de d'assurer son approvisionnement en pétrole, sont plutôt périmées. 

L'Arabie n'est d'ailleurs plus ce qu'elle était comme producteur leader dans ce marché. La consommation de pétrole n'est plus une priorité. Elle s'est rationalisée et les prix ont chuté. 

Un article dit que "Les exécutions vont renverser la maison des Saoud".

Oui, peut-être s'ils n'évoluent pas en conséquence.

L'ennemi naturel, l'Iran, chiite est entré sur la scène internationale. Il n'est plus l'adversaire des Etats Unis, depuis les derniers rapprochements avec l'administration Obama qui y voient un autre intérêt: le partage du savoir.

Les armes n'ont pourtant pas été liquidées dans le monde. 

Pour un particulier européen, c'est interdit d'en posséder à part pour des raisons d'en faire une collection ou un sport.

0.jpgMardi 5 janvier dernier, il était question de prendre la balle au bond des armes en Belgique (désolé pour ce jeu de mots) .

Le journaliste, Bertrand Henne:podcastPhilippe Hensmans, directeur d'Amnesty International Belgique:podcastet l'humoriste Eric de Staerke:podcastparlaient des relations commerciales de la Belgique avec l'Arabie Saoudite.

0.jpgUn embargo contre l'Arabie Saoudite n'est quasiment pas possible, était-il dit.

La Belgique, souvent considérée comme la plaque tournante de beaucoup de choses, se trouvait au centre du terrorisme. Le laxisme n'a pas vu ou voulu voir l'hostilité grandissante parmi les populations maghrébines de Molenbeek. Une commune qui après les attentats de Paris, est devenue mondialement connue. 

L'intégration des populations allochtones s'est "ghettoisée" avec une dose de laxisme évidente.

De nouveaux migrants se sont ajoutés à la population belge. Migration qui en général s'est relativement bien déroulée grâce à la solidarité des habitants, mais qui pourrait constituer une bombe à retardement démographique

0.jpgSi cette commune a explosé dans la presse mondiale, une autre chose, plus discrète, nous fait reconnaître en dehors de nos frontières: la FN. 

Rien à voir avec le Front national français.

Il s'agit d'un producteurs d'armes, la Fabrique Nationale d'armes à Herstal avec 3000 personnes qui y travaillent.

0.jpgLa Wallonie vend toujours plus d'armes d'après des chiffres officiels. Elle n’a même jamais vendu autant d’armes qu’en 2014.

Période faste... 2,8 milliards d'euros dans la balance.

Mais certains appelleront cela une prouesse.

Des licences ont été octroyées pour 4,3 milliards d’euros. 

Chiffre « tronqué » par un méga-contrat de 3,2 milliards d’euros signé pour une durée de 15 ans par l’entreprise de Seraing, CMI avec la société canadienne, General Dynamics.2.jpg

Des tourelle-canons sont produites par cette entreprise CMI pour être assemblés sur des véhicules légers blindés au Canada avant d'être livrés à l’Arabie Saoudite.

Le viol du droit de la guerre et humanitaire par ce pays est flagrant lors de son intervention militaire au Yémen.

Ce n'est un secret  pour personne qu'ils financent le djihadisme de l'EI. Il est pourtant le premier client en armement de la Wallonie, avec 37 % des exportations.

La question est : est-ce difficile de suivre les filières des armes?

Pourquoi, le contrôle des transactions des armes est-il un sujet presque sérieux et pas seulement sérieux? 

Cette semaine, ARTE donnait la réponse dans un Théma sur les armes des djihadistes et de ses filières.

Extraits en un clic ci-dessous0.jpg

0.jpg

0.JPGLa société américaine Unisys qui m'employait, se prémunissait contre les risques de transactions internationales litigieuses à l'aide d'un logiciel appelé "Tradesphere" dont j'ai participé à sa customisation à l'époque.

En 2005, le vendeur de ce logiciel, Vastera, a été racheté par la JPMorgan Chase

C'est dire l'importance d'un tel logiciel. A l'époque de Ben Laden, il permettait de ne pas se faire pénaliser par la législation américaine qui interdisait toutes livraisons de matériel stratégique et de défense aux pays à finalité terroriste. 

Les armes sont considérées comme nécessaires pour se défendre, bien sûr, mais pas nécessairement pur y ajouter des raisons offensives.

Ce qui se passe au niveau d'un groupe peut aussi bien dériver au niveau d'un particulier, d'un solitaire qui ne réussit pas sa vie.

Le nouvel attentat à Paris, perpétré par Tarek Belkasem alias Sallah Ali était probablement de ceux-là: un terrorisme téléguidé sans véritable commanditaire.

Mis au ban de la société, l'instinct primaire de la force renaît grâce à une arme et en fait un terroriste, à la recherche d'une célébrité dont il ne trouverait pas d'autre moyen pour y parvenir.

0.jpgErostrate était un personnage qui, en -356 AC, pour qu'on parle de lui, avait causé volontairement un incendie qui détruisit totalement le temple d'Artémis à Éphèse.

Le "Syndrome d'Erostrate" a traversé tous les âges.

Cette fois, il apparaît par l'intermédiaire d'Internet, de Youtube qui place ses jeunes kamikazes radicalisés et désorientés, au rang de célébrités à titre posthume. 

0.jpgFaire partie de l'actualité ne fut-ce que pour un jour, sortir de l'anonymat ou mieux encore, se retrouver dans les poubelles de l'histoire. C'est tout ce que ce genre de personnage peut rêver comme d'autres espèrent se retrouver dans les dictionnaires.

Mettez une arme dans les mains de quelqu'un, il monte d'un coup de plusieurs échelons sur l'échelle de Richter de l'appréciation des gens par la peur de vivre qu'il veut partager.

Une bombe à disposition d'un dictateur, c'est le même phénomène, renforcé par le plébiscite d'un peuple perdu dans le culte de la personnalité de son leader. 

Thomas Gunzig disséquait les esprits les petits cons, ce mercredi. podcastet il en donnait une autre démonstration.

0.jpgÉradiquer le problème des armes, ce serait jeter, dès le plus jeune âge, les revolvers en plastique qui imite trop les vrais... 

L'affaire Charlie Hebdo laisse trois zones d'ombre dans l'enquête. Le commanditaire, les complices et la policière assassinée.

Sont-elles vraiment si difficiles à cerner ces zones d'ombre? 

Au cours de deux conversations téléphoniques qu’il avait eues le 25 février 2011 avec le Premier ministre britannique de l’époque, Tony Blair, le Colonel Mouammar Kadhafi aurait prédit que des djihadistes attaqueraient l’Europe s’il venait à perdre le pouvoir, à un moment où la Libye était gagnée par la guerre civile.

Un dictateur remplace un autre... 

Bachar El Hassad s'attire l'hostilité de la communauté occidentale mais garde une résistance contre le terrorisme.

0.jpg

Il faut oser et résister pour exister, mais pas pour sortir de l'ombre et devenir un nom dans l'histoire et surtout pas à titre posthume.

1.jpgQuand le savoir impose une reconnaissance de fait auprès de ses concitoyens et entre dans les livres de la connaissance, le pouvoir descend dans cette même échelle de Richter.

Avec un savoir pacifique, on risque de mourir moins bête et sortir de l’anonymat, de manière moins dangereuse pour le genre humain.

1.jpgLe dessinateur, Nicolas Vadot, était interrogé ce vendredi sur le "comment il a changé dans ses dessins" depuis l'attentat de Paris:podcastrepris par Alex Vizorek, cela donne: podcast

 

 

Les images de TheCartouniste.be
  

 

Eriofne, 

 

Mise à jour 14/1/2016: "Abu Omar al Fédération Wallonie-Bruxelliki" vous connaissez? Guillermo Guiz vous en informe:  podcast

0.jpgLe Vif-Express a une page de garde qui dit "Aux armes citoyens" avec la frustration des jeunes qui ne parvient pas à s'identifier à ce qu'offre la société "A côté d'une recrudescence de la menace terroriste islamiste, la Belgique risque-t-elle de redécouvrir dans les prochaines années l'action directe, façon CCC, et son long cortège de violence ? Le scénario semble écrit, encore faut-il des acteurs pour l'interpréter..".

"Et dans la jungle, Dieu dansait", Alain Lallemand

 "La menace vient, qu'on le veuille ou non, d'une fraction des djihadistes qui ont le vent en poupe et qui se nourrissent de ce qui se passe entre la Syrie et l'Irak. C'est franchement là qu'il faut se préoccuper de l'avenir. il suffit de voir ce qui s'est passé ces cinq dernières années, et comment cela s'est accéléré avec la montée de l'Etat islamique. Il va y avoir forcément un retour de la violence dans la mesure où les tensions vont être plus vives. Demain, à propos d'un incident imprévisible faisant deux ou trois morts, on ne sait pas qui aura tiré le premier, mais cela provoquera des émeutes qui peuvent se répandre d'un lieu à un autre, radicalisant la situation. La peur va dominer; les déchirements communautaires vont s'accentuer au quotidien - à partir d'un incident, avec quelques morts qui seront instrumentalisés par ceux qui souhaitent activement creuser un fossé social et religieux.", Gérard Chaliand

 

Mise à jour 5 avril 2016Les armes et les enfants 

0.jpg

 

Mise à jour 3 octobre 2017: Nouveau carnages avec des armes. Las Vegas 59 morts et 520 blessés.Le problèmes des armes revient à la surfacepodcast

Sarah Sanders, la porte-parole pour la presse du président Trump, a estimé lundi que ce n’était pas le moment d’entamer un débat sur le contrôle des armes à feu. Un groupe de démocrates n’ont pas semblé partager ce point de vue. Parmi eux, le sénateur Chris Murphy, qui est devenu le principal détracteur de la liberté de détention d’armes à feu aux États-Unis depuis le massacre de Sandy Hook en décembre 2012 :Depuis l’assassinat en 1968 à Los Angeles de Bobby Kennedy, frère du président John Fitzgerald Kennedy également assassiné, 1,5 million de personnes ont été tuées par des armes à feu aux États-Unis. C’est plus que dans toutes les guerres combinées du pays depuis 1775 (1,17 million).

Le massacre perpétré ce dimanche à Las Vegas se classe déjà comme le plus sanglant de l’histoire américaine. Le triste record de la fusillade d’Orlando, perpétrée l’année dernière, n’a donc tenu qu’un an. A cette époque, 49 victimes avaient trouvé la mort dans une attaque contre un club gay de la ville d’Orlando.

La production d’armes à feu aux États-Unis: + 190% depuis 2000.

La production d’armes a augmenté de 190 % aux États-Unis en 16 ans (2000-2016). 265 millions d’armes à feu circulent dans le pays. C’est 1,1 par Américain âgé de plus de 18 ans.

Stephen Paddock, le bourreau de Las Vegas, disposait de 18 à 20 armes à feu dans sa chambre d’hôtel. Une heure et 12 minutes après qu’il avait ouvert le feu, on a retrouvé sa dépouille dans sa chambre d’hôtel. Paddock s’était suicidé.« Cela doit cesser. Il est enrageant que mes collègues au Congrès aient si peur de l’industrie des armes, qu’ils prétendent qu’aucune décision de politique publique ne peut être prise contre cette épidémie. Il y en a, et les « pensées et prières » de nos politiciens sonnent cruellement creux si elles s’accompagnent d’une indifférence législative permanente. Il est temps que le Congrès se grouille le derrière et fasse quelque chose ».

2 raisons pour lesquelles un « gun control » n’est pas pour demain

1. la détention d’armes est inscrite dans la Constitution des États-Unis comme un droit inaliénable.

Le Second Amendement se lit comme suit :

«Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

2. Les hommes politiques qui ont tenté de militer pour ce « gun control » ont mis leur tête sur le billot politique

Lorsque Bill Clinton en 1994 avait tenté de faire passer une loi contre la détention d’une série d’armes semi-automatiques par le Congrès, 19 des 24 membres du Congrès qui avaient approuvé cette loi n’ont pas été réélus. Parmi eux, Tom Foley, ancien président de la Chambre des représentants et le premier président à ne pas avoir été réélu à ce titre depuis … 1862.

 

0.JPG0.JPGMise à jour 6 octobre 2017: La Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN), à laquelle a été attribuée le prix Nobel de la paix, mène un combat inlassable pour l'interdiction et l'élimination de ces armes, qui menacent sans doute comme jamais depuis des décennies.

L'ICAN, une coalition internationale réunissant dans une centaine de pays des centaines d'organisations humanitaires, environnementales, de protection des droits de l'homme, pacifistes et pour le développement, tire la sonnette d'alarme depuis dix ans pour demander "l'élimination" des armes nucléaires.
Ce combat acharné a permis à l'organisation de remporter une importante victoire en juillet à l'ONU, lorsqu'une cinquantaine de pays ont lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique.
Sa portée reste encore symbolique en raison du boycott du texte par les neuf puissances nucléaires (États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord), qui possèdent au total environ 15.000 armes nucléaires.
En outre, la portée du traité reste pour l'instant limitée car il entrera en vigueur une fois qu'il aura été ratifié par 50 pays.

 

Commentaires

Le Kiosque de ce dimanche 10 janvier reprenait tous les thèmes de cet article

http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Kiosque/Episodes/p-31255-Les-larmes-d-Obama.htm

Écrit par : L'enfoiré | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Le film « made in France » censuré : quand les tabous ont la vie dure !
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-film-made-in-france-censure-176319?debut_forums=0#forum4476383

Écrit par : L'enfoiré | 12/01/2016

Répondre à ce commentaire

Il a fallu que la FN Herstal sorte de l'ombre, qu'on apprend que des investisseurs franco-américains veulent la racheter à 75% en laissant 25% à la région wallonne.
Sous la dénomination globale de B.Aquisition Group, George Digueed, Burnham's Securites, James Maxwell Irland JR, Browning Passion oudraient développer l'emploi en Wallonie, de nouveaux produits qui va jusqu'au prêt-à-porter à cause de la qualité du projet industriel
En 2014, le CA de la FN était de 678 millions d'euros avec 59 millions de bénéfices.

Écrit par : L'enfoiré | 13/01/2016

Répondre à ce commentaire

Kim Jong-un a fait exécuter une centaine de hauts gradés

Il ne fait pas bon être haut gradé dans l’armée nord-coréenne de nos jours: Kim Jong-un, le jeune dictateur du pays, aurait déjà fait exécuter une centaine de militaires étoilés de son régime, rapporte The Daily Beast.
D’après des responsables des services d’intelligence de la Corée du Sud, le général Hyon Yong Chol, ministre de la Défense de la Corée du Nord, aurait été tué avec des armes anti-missiles, parce qu’il s’était endormi lors d’une cérémonie publique; Ri Yong-gil, le chef de l’état major, a été récemment exécuté pour abus de pouvoir et corruption. L’année dernière, le Général Pyon In Son avait aussi été tué pour insubordination.
“Les analystes commencent à se demander pendant encore combien de temps l’armée nord-coréenne pourra encore tolérer ces exécutions”, écrit The Daily Beast.

L’armée a perdu ses avantages
Les deux prédécesseurs de l’actuel dirigeant nord-coréen, son père et son grand-père, étaient très populaires auprès des militaires.
Le grand-père de Kim a remporté le pouvoir grâce à sa réputation comme chef de guerilla, tandis que son père a acheté la loyauté de l’armée en accordant une priorité absolue pour les soldats dans sa politique.
Mais Kim Jong-un ne respecte guère cette tradition. Non seulement il n’a pas cherché à s’y créer des sympathies, mais de plus, il a aussi privé l’armée de son contrôle sur les exportations.
Et bien qu’il puisse penser lui-même qu’il s’assure ainsi le plein contrôle des militaires, il pourrait ainsi se créer de puissants ennemis, conclut The Daily Beast.

La quatrième plus grande armée du monde
Avec près d’1,2 million de soldats et plus de 8 millions de paramilitaires et de réservistes, la Corée du Nord détient la quatrième plus grande armée du monde en termes d’effectifs. Sur une population totale d’environ 24 millions de personnes, 5% sont au service de la défense. Cela signifie que l’on compte 49,03 militaires pour 1000 habitants, la plus forte proportion du monde.
On estime que 200 000 des quelque 24 millions de Nord-Coréens vivent dans des camps de prisonniers. Cependant, le gouvernement nord-coréen nie l’existence de ces camps.

Source; http://fr.express.live/2016/03/02/kim-jong-un-a-fait-executer-une-centaine-de-hauts-grades/

Écrit par : L'enfoiré | 03/03/2016

Répondre à ce commentaire

Alors question, d'où viennent les armes?

Écrit par : L'enfoiré | 03/03/2016

“Grand-mère, que vous avez un grand fusil”

La National Rifle Association (NRA), une association américaine visant à faire la promotion des armes, propose des contes en ligne pour enfants « bien moins violents ».
Car, si le petit chaperon rouge et a sa mère-grand avaient été armés, le loup serait reparti la queue entre les jambes. C’est du moins la fin heureuse que propose Amélia Hamilton sur le site de la National Rifle Association, faisant fi de toutes les analyses littéraires et psychanalytiques existantes : si les gentils ont un fusil, tout est bien qui finit bien et même les méchants ne meurent pas. Elle a également revisité Hansel et Gretel et pense s’attaquer à un autre classique : les trois petits cochons.
Cette tentative publicitaire « scandaleuse » a été dénoncée par nombreux détracteurs des armes, qui qualifient l’action de « pathétique ». Le New York Times et le Washington Post, entre autres, y ont consacré des articles.

L’embrigadement des enfants dès leur plus jeune âge
Selon l’association Brady Campaign to Prevent Gun violence, c’est un avilissement de plus pour la NRA, qui cherche à recruter les enfants dès leur plus jeune âge. Il s’agirait d’un des derniers ressorts du lobby pour les armes, qui prouverait que celui-ci se sent acculé, selon le président de cette importante association contre la violence due aux armes, Dan Gross.
Le malaise est grand, alors que les statistiques montrent qu’aux USA, depuis le début 2016, 52 enfants ou adolescents de moins de 18 ans ont provoqué des accidents avec des armes, tirant contre eux-mêmes ou contre des tiers.

Source: http://fr.express.live/2016/03/31/les-contes-pour-enfants-reecrits-par-la-national-rifle-association/

Écrit par : L'enfoiré | 31/03/2016

Répondre à ce commentaire

Des balles autodestructrices pour éviter les dommages collatéraux

L’armée des USA est en train de développer des balles autodestructrices, c’est à dire, qui s’autodétruisent si elles n’atteignent pas leur cible pour réduire les « dommages collatéraux » en milieu urbain, rapporte le Times.
Les balles autodestructrices contiennent des matériaux pyrotechnique et explosif. Quand la balle est tirée, le matériau pyrotechnique s’allume et, après un intervalle prédéterminé, il enflamme le matériau explosif, provoquant la désintégration de la balle avant qu’un innocent ne soit blessé, avec un peu de chance.

Pas pour demain
La technologie est développée pour des munitions de calibre 50, qui sont utilisées pour les armes lourdes et les fusils de tireur d’élite, dont les balles sont capables de parcourir jusqu’à deux kilomètres. Les chercheurs disent que cette technique pourrait être adaptée à d’autres types d’armes. Cependant, le projet n’en est qu’à ses prémices et les balles autodestructrices ne devraient pas arriver de sitôt sur le terrain.

Source: https://fr.express.live/2016/04/06/des-balles-autodestructrices/

Écrit par : L'enfoiré | 06/04/2016

Répondre à ce commentaire

Sur ARTE: LES DRONES, UN USAGE CONTROVERSÉ
Ces robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. Comment les drones fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer des civils et les libertés des citoyens ?

Il s'en est fallu de peu. Le 19 février 2016, alors qu'il se posait sur l'aéroport de Roissy, un Airbus évitait un drone de justesse. Cet épisode, qui aurait pu se révéler dramatique, ravive la polémique sur ces robots volants, de plus en plus perfectionnés et intrusifs. Mais comment fonctionnent-ils ? En quoi leur utilisation, leur discrétion et leur rapidité peuvent-elles menacer les libertés et la sécurité des citoyens ? Avec leurs capteurs visuels, leur système de navigation et de contrôle satellite, leurs caméras infrarouges et leurs missiles (pour ceux qui sont armés), ces robots volants ont révolutionné la surveillance et la manière de faire la guerre. Le documentaire s'attache aux aspects technologiques du drone en compagnie de son inventeur, l'Israélien Abe Karem, mais aussi d'ingénieurs et de scientifiques du MIT et de l'US Air Force. Le réalisateur Peter Yost suit notamment les travaux de recherche de BAE System sur le design de nouveaux capteurs qui auront une définition de huit milliards de pixels et emprunteront beaucoup à la technologie des smartphones. Il s'intéresse plus particulièrement au fonctionnement des drones MQ18 - Predator et MQ-9 Reaper, des modèles de longue endurance transportant des missiles de 500 kilos.

N'importe qui, n'importe où
Le film décrit également les problèmes éthiques posés par l'utilisation des drones dans la lutte contre le terrorisme. Ces machines permettent de frapper n'importe qui, n'importe où, sans se soucier des frontières - ce qui pose problème au regard du droit international. L'an dernier, les États-Unis ont réalisé des centaines de frappes dans quatre pays. Seules celles qui se sont déroulées en Afghanistan s'inscrivaient dans le cadre d'une guerre officielle : les frappes au Pakistan, en Somalie et au Yémen constituant pour leur part des opérations secrètes. Le gouvernement américain affirme que les drones ont permis de décimer la direction d'Al-Qaïda tout en limitant les pertes civiles ; mais les spécialistes contestent ces dires et estiment que 30 % des pertes humaines provoquées par les drones concernent justement des civils. Nous suivons également les entraînements des soldats - dont la plupart n'ont jamais été pilotes et s'initient sur des jeux de simulation vidéo - qui apprennent à contrôler ces engins.
La fin du film est consacrée à l'utilisation domestique des drones aux États-Unis, contre laquelle des voix s'élèvent déjà : elles alertent sur le fait que d'ici quelques années, le ciel des États-Unis sera sillonné par trente mille drones collectant des informations au mépris de la vie privée des citoyens.

http://www.arte.tv/guide/fr/050321-000-A/les-drones-un-usage-controverse?autoplay=1

Écrit par : L'enfoiré | 12/04/2016

Répondre à ce commentaire

Le dernier Monde diplomatique a un dossier qui parle de la "Diplomatie des armes" en la désignant comme la grande chasse aux milliards
Cela passe de la Kalachnikov aux tueurs de satellites

Écrit par : L'enfoiré | 18/04/2016

Répondre à ce commentaire

Only in the USA : les bébés flingueurs

Selon le Washington Post, on constate une recrudescence des incidents dus à l’utilisation d’armes à feu par des bébés. Dans sa version en ligne, le journal examine les dernières statistiques disponibles et met en exergue un fait regrettable : les bébés sont de plus en plus exposés à des situations impliquant des armes à feu, dont certaines ont une issue mortelle.
Il semble que l’accès aux armes des nourrissons soit devenu plus aisé car, sur l’ensemble du territoire, on a recensé un cas par semaine d’enfant âgé entre un et trois ans ayant trouvé une arme et tiré sur une autre personne. Ces chiffres valent pour l’année 2015, mais 2016 semble être encore plus meurtrière car, ces quatre derniers mois, 23 enfants ont déjà été impliqués dans des incidents en rapport avec des armes, soit 5 de plus qu’il y a un an, entre début janvier et fin avril.
Ces dix derniers jours, sept petits enfants ont ouvert le feu sur des proches ou sur eux-mêmes, dans 5 Etats différents, occasionnant des blessures ou la mort :
6 petits enfants se sont tirés dessus avec les armes de leurs parents. Seulement deux d’entre eux ont survécu à leurs blessures.
Le 27 avril, un bébé de Milwaukee a tué sa mère dans la voiture de celle-ci.
Aux USA, chaque année, on recense 32.00 décès liés aux armes à feu, dont 66% de suicides.

Source: https://fr.express.live/2016/05/03/usa-armes-bebes-accidents-mortels/

Écrit par : L'enfoiré | 07/05/2016

Répondre à ce commentaire

Le mélange idéologique entre l’État islamique et la National Rifle Association

La récupération politique de l’horrible tuerie perpétrée dans la boîte de nuit Pulse d’Orlando est en marche. Les Républicains pointent “l’islam radical” ; les Démocrates s’attaquent principalement à la législation laxiste sur les armes à feu aux États-Unis, et à la haine. Dans le New York Times, Roger Cohen mélange les deux positions en une seule :
“Il est toxique de blâmer les 1,6 milliard de musulmans pour la crise qui touche leur religion. […] Mais il est aussi très dangereux d’ignorer ou de minimiser la puissance de l’idéologie de l’État islamique, le rôle clé qu’elle a joué dans la violence récente de Paris à la Californie, et le lien entre cette idéologie et la crise plus générale de l’islam.

Obama et “l’extrémisme violent”
Le terme favori de l’administration Obama pour nommer cette malédiction – cet “extrémisme violent” – est si vague qu’il n’a plus de sens. Bien sûr, les terroristes djihadistes sont des “extrémistes violents”, mais les appeler ainsi est comme qualifier le nazisme de réaction à l’humiliation allemande liée à la Première Guerre mondiale : c’est vrai, mais tout à fait insuffisant.
Le terroriste auteur de la fusillade d’Orlando, Mateen a démontré une nouvelle fois la puissance du mélange idéologique de l’État islamique et de la NRA (National Rifle Association, le lobby qui promeut la liberté de détenir des armes aux États-Unis).

L’Amérique, la scène de rêve pour le “loup solitaire”
L’Amérique est la scène de rêve pour les adeptes de l’État islamique qui veulent jouer les “loups solitaires”, parce qu’ils ont accès aux armes nécessaires pour mener à bien leurs atrocités. Bien que Mateen ait fait 2 fois l’objet d’enquêtes du FBI au sujet de ses possibles liens avec le terrorisme au cours de ces dernières années, il a pu récemment se rendre sans entrave dans une armurerie, et acquérir un fusil semi-automatique et un pistolet. Selon toute norme raisonnable, c’est une folie.
Le fusil d’assaut AR-15 utilisé par Mateen a également été l’arme utilisée par les terroristes à San Bernardino. L’ancien président de la NRA, David Keene, a appelé autrefois cette arme “l’arme à feu que les démocrates adorent détester”. Mais en fait, cette arme illustre pourquoi les lois laxistes des armes à feu aux États-Unis n’accordent pas un grand prix à la vie humaine des Américain. Ces lois sont une aberration”.

Source: https://fr.express.live/2016/06/14/danger-terrorisme-etat-islamique-reglementation-armes-etats-unis/

Écrit par : L'enfoiré | 14/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les exportations wallonnes d’armes vers l’Arabie saoudite augmentent encore

Les exportations wallonnes d’armes vers l’Arabie saoudite ont atteint un nouveau sommet en 2015, rapporte Le Soir qui se base sur les chiffres d’un rapport de la sous-commission « armes » du Parlement wallon.
Au cours de l’année dernière, les licences d’armes wallonnes accordées ont totalisé 955 millions d’euros. Les ventes à l’Arabie saoudite ont généré un montant de 575,8 millions d’euros, ce qui fait de ce pays le plus grand bénéficiaire des exportations wallonnes.
Les ventes d’armes en Europe occidentale ont totalisé 167,3 millions d’euros. Suivent l’Extrême-Orient avec 57,6 millions d’euros, le Proche-Orient avec 45,7 millions d’euros, l’Amérique du Nord avec 35,3 millions d’euros, l’Europe de l’Est avec 24,9 millions, l’Amérique du Sud avec 24,3 millions d’euros, l’Afrique avec 19,5 millions d’euros et enfin l’Océanie avec 4,6 millions d’euros.
L’Arabie saoudite a longtemps été le principal client des exportations d’armes wallonnes. Il y a deux ans, on avait déjà enregistré un niveau record de 396,9 millions d’euros de ventes d’armes wallonnes vers cette région.
Les exportations d’armes à l’Arabie Saoudite en 2015 comprenaient des armes à feu (396 millions d’euros), des canons et des mortiers (7,6 millions d’euros), des munitions (105 millions d’euros), des missiles (5,18 millions) et des chars et des véhicules blindés (58 millions).

Conflit
Ces ventes sont critiquées à cause, par exemple, du rôle de l’Arabie saoudite dans la guerre au Yémen, explique Le Soir.
Les exportations vers les Emirats arabes unis s’élèvent à 19,3 millions d’euros et vers Oman à 15,76 millions d’euros. L’Arabie saoudite représente un total de 60% des exportations d’armes wallonnes.
Les licences wallonnes accordées à l’Algérie ont totalisé 3,4 millions d’euros, à l’Egypte, 2,1 millions d’euros et à la Turquie, 6,2 millions d’euros. Dans l’ensemble, la Wallonie a exporté des armes vers 68 pays en 2015. 1.369 licences ont été octroyées dans le monde, contre 34 à l’Arabie saoudite.
Une seule licence pour l’exportation de matériel a été refusée au Kazakhstan. L’industrie wallonne de l’armement génère environ 15.000 emplois directs et indirects.

Source: https://fr.express.live/2016/09/20/exportations-wallonnes-darmes-vers-larabie-saoudite-augmentent/

Écrit par : L'enfoiré | 21/09/2016

Répondre à ce commentaire

Le monde des ombres

https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-monde-des-ombres?id=2194384

Écrit par : L'enfoiré | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Autoriser le port d’armes ? Après les attentats de Londres, le temps est venu d’en discuter

« Theresa May s’apprête à recourir aux moyens les plus traditionnels de lutte contre le terrorisme : les lois d’exception et la censure, écrit Gaspar Koenig, professeur français de philosophie et président du Think Tank Génération Libre, dans un article d’opinion dans le journal économique français les Echos (« Faire Face à l’ubérisation du terrorisme »). Face à ce qu’il qualifie de « terrorisme ubérisé » pour décrire cette nouvelle forme de terrorisme décentralisé à l’extrême en reprenant une expression du criminologue Alain Bauer, il propose rien que moins que de permettre aux citoyens de recourir à l’autodéfense, et d’autoriser le port d’armes.
« Nous ne pouvons autoriser à cette idéologie l’accès à l’espace sûr dont elle a besoin pour prospérer – pourtant, c’est précisément ce qu’Internet, et les grandes firmes qui fournissent les services de l’internet, fournissent. Nous devons travailler avec les gouvernements démocratiques alliés pour conclure des accords internationaux pour réglementer le cyber-espace afin d’éviter la propagation du terrorisme et de l’extrémisme », a en effet déclaré dit le Premier ministre britannique Teresa May dans le sillage de l’attentat du London Bridge.
Le Premier britannique veut renforcer les sanctions contre les terroristes, favoriser les expulsions et durcir les mesures d’assignation à résidence. Elle a aussi proposé de « faire davantage pour restreindre la liberté de mouvement des personnes suspectées de terrorisme lorsqu’il existe suffisamment de preuves qu’elles constituent une menace, mais pas suffisamment pour les traduire en justice ». Mais cet « agenda répressif qui poussera les extrémistes dans des retranchements digitaux encore plus inaccessibles, empêchera l’émergence d’un contre-discours rationnel et accordera à nos ennemis une première victoire sur l’Etat de droit », déplore Koenig.
Il rappelle que l’article 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que la sûreté est l’un des quatre droits de l’homme naturels et imprescriptibles, dont la conservation est le but de toute association politique. En signant le contrat social, le citoyen a concédé la possibilité de se défendre individuellement contre une garantie de sécurité collective.

L’ubérisation bouscule les politiques publiques
Mais dans une situation où l’Etat se trouve dans l’incapacité d’assurer ce droit, il est légitime que le citoyen puisse se réapproprier le droit de se défendre en toute légalité.
La police de Londres a mis huit minutes pour se rendre sur le site de l’attentat, ce qui constitue une prouesse, mais n’a pas suffit pour empêcher le massacre.
« Comme toujours, l’ubérisation bouscule les politiques publiques. Elle nous force aujourd’hui à revoir de fond en comble nos principes de sécurité intérieure ».

L’ubérisation brise les monopoles ; en l’occurrence, celui de la violence légitime
« L’ubérisation brise les monopoles ; en l’occurrence, celui de la violence légitime », ajoute Koenig. Il estime qu’en plus des 3 instructions que la police donne à la population (fuir, se cacher, prévenir), on devrait adjoindre celle de riposter : « C’est une mutation culturelle violente, regrettable, mais devenue inévitable », en dit-il.

Un port d’armes encadré pour éviter les abus américains
Mais cette possibilité de riposte doit être assortie d’une attribution de moyens pour assurer cette défense :
« Les policiers ont d’ores et déjà été autorisés à porter leur arme en civil. Puisque l’on parle de réserve citoyenne et de service militaire, il devient impératif de se demander à qui, comment et à quelles conditions, parmi la population, ce droit pourrait être élargi, avec une forme d’encadrement strict qui prévienne les excès nord-américains. »
Et Koenig d’y voir une grande vertu démocratique :
« Loin de constituer un retour à la barbarie, ne serait-ce pas une manière de redonner du pouvoir à la société civile et du sens à la citoyenneté ? »

Source: https://fr.express.live/2017/06/08/autoriser-le-port-darmes-pour-la-population/

Écrit par : L'enfoiré | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

La Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN), à laquelle a été attribuée vendredi le prix Nobel de la paix, mène un combat inlassable pour l'interdiction et l'élimination de ces armes, qui menacent sans doute comme jamais depuis des décennies.
L'ICAN, une coalition internationale réunissant dans une centaine de pays des centaines d'organisations humanitaires, environnementales, de protection des droits de l'homme, pacifistes et pour le développement, tire la sonnette d'alarme depuis dix ans pour demander "l'élimination" des armes nucléaires.
Ce combat acharné a permis à l'organisation de remporter une importante victoire en juillet à l'ONU, lorsqu'une cinquantaine de pays ont lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique.
Sa portée reste encore symbolique en raison du boycott du texte par les neuf puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord), qui possèdent au total environ 15.000 armes nucléaires.
En outre, la portée du traité reste pour l'instant limitée car il entrera en vigueur une fois qu'il aura été ratifié par 50 pays.
"Nous n'en avons pas encore fini. Le travail ne sera pas terminé tant qu'il y aura des armes nucléaires", a déclaré à l'AFP Beatrice Fihn, qui dirige l'ICAN.
La récente exacerbation des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord autour du programme nucléaire nord-coréen est, à ses yeux, un "signal d'alarme".
"Les armes nucléaires peuvent littéralement mener le monde à sa fin", juge Mme Fihn.
Constituée officiellement en 2007 à Vienne, en marge d'une conférence internationale du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), l'ICAN a su rallier à sa cause les activistes du monde entier, mais aussi des célébrités.
L'archevêque sud-africain et prix Nobel de la paix Desmond Tutu, le musicien de jazz Herbie Hancock ou encore le Dalaï lama font partie de ceux qui soutiennent l'organisation, dont le siège se situe dans les bâtiments du Conseil oecuménique des Eglises à Genève, près de l'ONU.
Alors qu'il y a dix ans le mouvement des anti-nucléaires était encore assez fragmenté, l'ICAN est parvenue à faire travailler ensemble ces différents activistes avec un objectif commun: interdire et éliminer les armes nucléaires, comme ont déjà été interdites par exemple les armes biologiques ou les mines anti-personnel.
Ces efforts ont donc fini par payer en juillet avec l'adoption par 122 pays du nouveau traité interdisant les armes nucléaires, malgré la féroce opposition des Etats-Unis et des autres puissances nucléaires.
Pour Mme Fihn, ce "point de départ" est une "véritable succès historique".
"Plus nous parvenons à rallier les pays (...) et plus les opinions publiques vont changer et penser que c'est inacceptable" et "plus ce sera dur pour les Etats disposant de l'arme nucléaire de le justifier", estime-t-elle.

Famine généralisée
Les puissances nucléaires ne sont pas les seules concernées par ces questions. Selon l'ICAN, cinq nations européennes hébergent sur leur sol des armes nucléaires américaines, en vertu d'un accord de partage du nucléaire dans le cadre de l'Otan.
En outre, un peu plus d'une vingtaine d'autres nations déclarent dépendre des armes nucléaires américaines pour leur sécurité, selon l'ICAN. Sans compter que certaines nations possèdent des réacteurs nucléaires ou des réacteurs d'étude pouvant être détournés de leur usage civil afin de produire des armes.
Tout utilisation des armes nucléaires aurait des conséquences catastrophiques qui risqueraient de laisser les humanitaires impuissants, relève l'ICAN.
"Une seule bombe nucléaire qui exploserait sur une grande ville pourrait tuer des millions de personnes. L'utilisation de dizaines ou de centaines de ces bombes bouleverserait radicalement le climat mondial, entraînant une famine généralisée", avertit l'ICAN sur son site internet.
En même temps, les programmes consacrés aux armes nucléaires détournent, selon les activistes, des fonds publics de la sécurité sociale, de l'éducation, de l'aide aux sinistrés et d'autres services essentiels.
Les neuf pays possédant l'arme nucléaire dépensent plus de 105 milliards de dollars chaque année pour assurer la maintenance et la modernisation de leurs arsenaux nucléaires, selon l'ICAN, qui est financée par des donateurs privés et par des contributions de l'Union européenne et d'Etats, dont la Norvège, la Suisse, l'Allemagne et le Vatican. Le budget annuel de l'organisation avoisine le million de dollars

http://www.lalibre.be/actu/international/le-nobel-de-la-paix-decerne-a-la-campagne-antinucleaire-ican-59d7466bcd70be70bcd48512

Écrit par : L'enfoiré | 06/10/2017

Répondre à ce commentaire

Le Congrès américain ne veut plus que le président décide seul d’appuyer sur le bouton rouge

Mardi, des sénateurs américains se sont réunis au congrès américain pour examiner si le président américain Donald Trump devait être le seul à pouvoir déclencher une frappe nucléaire.
C’est le président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat américain, Bob Corker, qui a initié cette audition. Le mois dernier, Corker, qui est aussi sénateur du Tennessee, avait ouvertement posé la question de la capacité de Trump à tenir la charge de président. Il avait manifesté son inquiétude que la rhétorique menaçante de Trump ne mène les États-Unis « sur la voie de la 3e guerre mondiale ». Néanmoins, les participants à cette audition ont assuré qu’elle visait la fonction de la présidence en général, et non Donald Trump en particulier.
De plus en plus de membres du congrès sont préoccupés par le tempérament impulsif du président américain et se demandent s’il devrait être le seul à pouvoir appuyer sur le bouton rouge. En particulier, ils redoutent que Trump, confronté à une provocation, réagisse trop rapidement pour pouvoir donner à des officiels plus expérimentés la possibilité d’évaluer la situation, et de le guider en conséquence.

La guerre froide
Le protocole de lancement d’une frappe nucléaire a été défini pendant la guerre froide, à un moment où la principale menace émanait de l’arsenal nucléaire soviétique. Il prévoit que c’est le président, et non l’armée qui détient seul ce pouvoir. De cette manière, le président était en mesure d’agir rapidement pour répondre à une agression imminente potentielle de l’Union soviétique.
« Il n’y a réellement aucun système de freins et de contrepoids. Personne ne peut bloquer cette décision » a indiqué Bruce Blair, un chercheur de l’université de Princeton qui a tenu le poste d’officier du contrôle du lancement de l’arme nucléaire dans l’U.S. Air Force au cours des années 70 du siècle dernier.

Une déclaration de guerre formelle émanant du Congrès
Certains législateurs démocrates ont proposé de mettre en place une législation qui empêcherait le président de déclencher une frappe nucléaire sans déclaration de guerre formelle émanant du Congrès. Selon ce projet de loi, le président pourrait tout de même déclencher seul une frappe de représailles, au cas où les États-Unis seraient attaqués.
Mais d’après des experts juridiques, le Congrès ne détient pas le pouvoir constitutionnel nécessaire pour modifier la chaîne de commande. En outre, un tel projet de loi affaiblirait la dissuasion nucléaire américaine en ralentissant la capacité de réaction du président.
Les experts de l’armée s’inquiètent aussi du déclenchement possible d’une frappe nucléaire suite à une fausse alarme ou à une erreur humaine. Une telle erreur s’était déjà produite en 1980, lorsqu’on avait introduit l’enregistrement d’un entraînement simulant une attaque nucléaire soviétique dans l’ordinateur de la chaîne de commande. Aujourd’hui, plusieurs pays, dont la Corée du Nord et l’Iran, disposent de missiles balistiques, ce qui multiplie les risques d’erreur, avertissent les experts.
Toutefois, tout le monde s’accorde que l’ensemble de la procédure devrait être amélioré et modernisé, notamment par l’intrduction de moyens de communication plus appropriés. Aux États-Unis, le déclenchement d’un ordre nucléaire repose encore sur des technologies obsolètes, comme les disquettes souples de 8 pouces et des ordinateurs datant des années 70.

https://fr.express.live/2017/11/17/congres-trump-declenchement-nucleaire/

Écrit par : L'enfoiré | 20/11/2017

Répondre à ce commentaire

La guerre civile numérique 4.0

https://www.pauljorion.com/blog/2017/11/19/la-guerre-civile-numerique-4-0/

Écrit par : L'enfoiré | 22/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire