Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2018

A vos marques électeurs

1.JPGLe 14 octobre prochain, ce seront les élections communales belges.

Les affiches électorales commencent à pousser.

Pendant huit semaines, "Le Vif" les avaient revisitées dans l'histoire pour nous mettre en appétit.

Cela pourrait-il donner des idées amusantes?


0.JPG

2.JPG 3.JPG 4.JPG 7.JPG
5.JPG 5.JPG 6.JPG 10.JPG 7.JPG 
8.JPG 7.JPG 9.JPG 1.JPG 2.JPG
3.JPG 0.JPG 20.JPG 1.JPG 8.JPG
2.JPG 2.JPG 3.JPG 1.JPG 4.JPG
       

 

 

2.JPGS'il y a encore des affiches électorales, ce sont surtout via les réseaux sociaux et internet que les gourous de la com se positionnent pour influencer les électeurs:podcast

Des slogans souvent éculés pour augmenter les scores des partis.

Une élection restera toujours une élection à montrer ses beaux atouts et à égratigner ceux des adversaires.

La période des élections est aussi propice à des combats sur les réseaux sociaux tout aussi épiques des suiveurs et des "ayant droits aux commentaires".

 

Dans la presse, nos Premiers Ministres se sont succédés avec quelques pseudos ou clichés:

0.JPG

Les rêves d'un futur radieux devrait-être une recette miracle.1.JPG

Mais, une crise de confiance, un repli identitaire, un populisme suite aux flux migratoires et au mondialisme font renaître les valeurs chrétiennes en Europe pour s'opposer à une montée de l'islam.

Le libéralisme de droite a disparu comme le socialisme de gauche perdus dans une bataille qui asphyxie les partis de l'habitude. 

Le dernier parti créé en Belgique a été la NVA.

Les partis citoyens comme EnMarche.be (renommé en Volt), Oxygène, Belvox, E-Change se perdent derrière de vieux rêves de révolutions démocratiques pour rompre des pratiques du passé en espérant des opportunités offertes par l'émergence du paradigme numérique.

Que pourrait faire une candidate novice en politique?

1.JPG

 

Quand on voit que les partis cherchent tout azimut des coopérants pour boucler leurs listes, ce ne semble pas les partis qui en imposent par leur idéologie mais leurs représentants charismatiques, les débats d'idées contradictoires et leur soi-disant compétence et motivation. 5.JPG

Être bourgmestre (maire) dans une commune petite ou moyenne ne nourrit pas son homme vu les emmerdes que cela crée.

Alors, comme d'habitude, il y a les déçus de la politique qui ne se représenteront plus et ceux qui, inculpés, démissionnent.

Thomas Gunzig  donnait quelques tuyaux aux candidats:  podcast

 

Une nouveauté3.JPG cette année, une guerre fratricide à Bastogne: Benoit Lutgen contre Jean-Pierre Lutgen dans une bataille des Ardennes nouvelle-vague...

Bruno Coppens l'a traduit de manière amusante:podcast

Manon Lepomme, elle, avait parlé d'une émission réalisée par RTLpodcast

Elle avait pour titre «48 heures des bourgmestres»

Pendant deux jours et deux nuits, les bourgmestres des 281 communes de Wallonie et de Bruxelles étaient interrogés pendant dix minutes chacun par trois journalistes au sujet de leur age, de leur salaire et de leur sexe.

Les réponses aux questions posées furent souvent cocasses   

- 3.500 euros par mois comme bourgmestre, 1.000 en tant qu’administrateur d’Inacep, plus des jetons de présence comme conseiller provincial . Mais quand on doit faire face à certains frais inattendus, c’est un peu court. Je suis diplômé de l’Université de Dinant en peintre de bâtiment, confessait Richard Fournaux.

-  Faire l’amour ou dormir une heure de plus ? Je suis un peu au terme de ma vie politique et ma vie tout court.  67 ans mais vous savez ce que l’on dit ‘en vieillissant les raideurs se déplacent, répondait Luc Jadot.

- Vous pouvez toujours être bourgmestre. Le PS de Dison a demandé à ce que je sois encore un bourgmestre une fois",  fulminait d’Yvan Ylieff.


 

En France, la Macronmania subit un coup de froid cet automne.

Le "Plan pauvreté" a pris la relève...

Les dysfonctionnements et les contradictions auront-elles raison de n'importe quelle politique qui trouve un terme plus rapidement que son ombre?1.JPG

Serait-ce des visions égotistes avec une verticalité du pouvoir qui par ruissellements toucheraient toute la population?

2.JPGLes Gaulois sont-ils vraiment réfractaires aux réformes dans la grisaille de la rentrée?

Le slogan "Make our planet Great again" de Macron a fait long feu. L'idéalisme de Nicolas Hulot n'a pas résisté aux politiciens.

Notre parti écolo s'insurge parfois aussi. Zakkia Khattabi: "des communes partenaires des citoyens. C’est au niveau local que le citoyen peut le plus facilement s’intéresser à la vie politique et interpeller le plus facilement ses élus".

Enterré comme tous les modèles de gouvernance?

 "L'éconologie, rêve ou réalité?" article publié en 2008.

Guy Verhofstadt voudrait relancer son mouvement en préférant plus d'Europe que moins pour résister au populisme qui règne de plus en plus et qui voyait la montée de l'extrême-droite du SD en Suède sans atteindre à la percée désirée.

Pas de précipitation. Mais les élections européennes seront pour 2019. Il ne faut pas anticiper.

La logique du système présenté par Jacques-Robert Simon en plusieurs épisodes avec un humour noir et sarcastique vient bien à propos:

1- E. Macron

2- Xi Jinping

3- Mohammed ben Salmane (MBS)

4- Donald TRUMP

Les élections sont-elles essentielles à la démocratie (lien)?

Les vertus spécifiques de l’élection se voit au regard de ces critères de légitimité démocratique :

  • le consentement et la responsabilité des gouvernés,
  • l’inclusion égalitaire des citoyens,
  • le contrôle des décideurs
  • la contestabilité des décisions,
  • la qualité épistémique de la décision.

L’analyse conduit à conclure au caractère essentiel de l’élection dans des démocraties de masse. C’est à partir d’elle, et non en dépit d’elle, que doit être surmontée la crise de la représentation d'après Force 2018 à Montréal.

 

En Belgique, un Pacte d'investissement de 150 milliards d'euros vient d'être décidé jusqu'en 2030...

0.JPGThomas Gunzig le disait c'est une Eldorado et cela donne un look d'enfer et des envies à ne plus que savoir en faire:podcast

Est-ce au cours des gouvernements de Michel IV ou Michel V que l'on verra les résultats?

0.JPGMais comme  Thomas le répétait  "La Belgique est plus forte qu'avant":podcast.

Donc pas de soucis, tout est pour le meilleur dans le meilleur des mondes.

"Près de 6 Belges sur 10 pensent que la pauvreté augmente dans le monde, or c'est le contraire qui se passe".

La bataille des idées passent au second plan face aux valeurs soutenues par l'émotionnel pour secouer l'apathie des électeurs et conclure que demain sera meilleur qu'aujourd'hui.

L'ambition belge a été retrouvée par le sport, la culture et l'économie, d'après le Vif.

Un jour, j'avais écrit "Au diable les partis". 9.JPG

Ce n'est pas aujourd'hui que je changerais d'avis.

N'espérez pas que je joue à la propagande d'un parti.

Chacun choisira le sien.

Comme toujours des débats interactifs ou radioactifs...

C'est toujours entre rêves et réalités que la politique peut donner la volonté de refaire le monde.

Avant de monter sur ses marches, il faudra que chacun se demande qu'elle est le projet de vie qui est le plus important: podcast

Si la réponse est affirmative, avec la foi, transporter des montagnes comme dit le dicton, peut se réaliser.

 

Eriofne,

Commentaires

Philippe Van Parijs écriviat en 2002

https://cdn.uclouvain.be/public/Exports%20reddot/etes/documents/2002e.pdf

Écrit par : L'enfoiré | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

"La N-VA est un parti ouvert, où chacun est soi-même, un parti avec de la compassion et de la solidarité mutuelle", a affirmé M. De Wever, tout en cherchant à consolider ses troupes à quelques semaines des élections locales.
"La N-VA, jadis si petite, s'est développée en une énorme famille, de La Panne aux Fourons, de l'ouvrier au médecin, du holebi à l'hétéro, de l'écolier au sénior, du nouveau Flamand au flamingant de souche, tous ensemble, côte à côte, pour une Flandre prospère, sûre, avec les valeurs des Lumières comme boussole", a ajouté M. De Wever.

Il a plaidé pour une Flandre où le citoyen émancipé "lutte pour la liberté et l'égalité, sans différenciation de couleur, de nature, de sexe ou de croyance". "Voilà ce que nous sommes, c'est ça la N-VA", a-t-il insisté.
La journée à Plopsaland des nationalistes flamands a une nouvelle fois fait le plein, attirant pas moins de 13.000 sympathisants. De nombreux autres ont même dû être refusés par manque de place, selon M. De Wever.
La N-VA présentera quelque 7.000 candidats aux élections du 14 octobre, dans 322 communes et districts.
Dans son discours, Bart De Wever a insisté sur la nécessité de relever la qualité de l'enseignement en Flandre, en revenant sur des réformes qui l'auraient abaissée, ainsi que sur la maîtrise du néerlandais comme facteur d'émancipation citoyenne.

Le discours de Bart de Wever a Plopsaland
Rencontre avec Dorothée Scheveneels, 10e sur la liste Défi à Anderlecht: "Mon défi est que les Anderlechtois redeviennent fiers de l’être"
Carles Puigdemont ne poussera pas la liste électorale européenne de la N-VA
"C'est le monde à l'envers", "situations dangereuses"... Des personnes sans papiers et avec un casier judiciaire ont été libérées de centres fermés
Le 14 octobre, le MR va vivre son premier "stress test" depuis la "suédoise"
Molenbeek: quand une candidate PS passe... à la N-VA


http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/la-n-va-est-un-parti-ouvert-avec-de-la-compassion-et-de-la-solidarite-mutuelle-clame-bart-de-wever-5b9e5812cd704df8b4a8e239

Écrit par : L'enfoiré | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

"La bulle des certificats verts sera plus grosse après Crucke qu'avant lui", a réagi lundi le parlementaire socialiste et ancien ministre wallon de l'Energie Paul Furlan.
Lundi matin, la majorité wallonne s'est accordée sur la maintien du mécanisme des certificats verts, sans nouvelle taxe ou hausse de factures, a-t-elle promis, tandis que le financement de la dette liée au système, lui, sera assuré par BNP Paribas Fortis.
Pour l'opposition socialiste, "cette solution est nébuleuse et simpliste". "Non seulement elle augmente artificiellement la bulle en y intégrant toute une série de coûts et des certificats verts que les gouvernements précédents avaient réussi à ne plus faire payer par les Wallons mais elle augmente aussi la dette wallonne car aucun banquier n'agit jamais gratuitement", a pointé M. Furlan.
Sous la précédente législature, a-t-il rappelé, le financement du système était assuré par le surplus de trésorerie wallonne. "Désormais, on fera appel au secteur bancaire. Dans le panel de solutions possibles, le gouvernement a choisi la plus coûteuse", a poursuivi le parlementaire socialiste.
"En présentant une enveloppe globale, la majorité tente de cacher des coûts. En réalité, elle s'est tirée une balle dans le pied en faisant des promesses qui ne peuvent être tenues. Et aujourd'hui, ce sont les Wallons qui vont en payer le prix", a conclu Paul Furlan

http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/paul-furlan-la-bulle-des-certificats-verts-sera-plus-grosse-apres-crucke-qu-avant-lui-5b9fbbf6cd704df8b4ae693f

Écrit par : L'enfoiré | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Le salaire des bourgmestres et échevins bruxellois

Le bourgmestre qui a gagné le plus pour son mayorat est Eric Tomas, PS à Anderlecht. C'est sa seule rémunération, contrairement à dix autres bourgmestres bruxellois qui cumulent avec une fonction de député.
Les arguments en défaveur du cumul ne manquent pas. Notamment celui du salaire des bourgmestres et échevins des petites communes, qui ne permettrait pas de vivre décemment et imposerait donc un cumul avec une autre profession.

Le salaire des bourgmestres est-il réellement trop élevé?
En consultant le tableau des rémunérations versées en 2017 aux bourgmestres et échevins bruxellois (fourni par le cabinet Vervoort), on constate qu’il n’en est rien. Les moins bien payés sont les échevins de Berchem, qui perçoivent toute de même 3.663 euros bruts par mois. Pour rappel, neuf communes comptent moins de 50.000 habitants (barrière du décumul) : Auderghem, Berchem, Etterbeek, Evere, Ganshoren, Koekelberg, Saint-Josse, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Pierre.
En cas de cumul, l’élu perçoit son salaire de député (7.462 euros bruts par mois) et la commune lui verse (une partie de) sa rémunération, le total étant plafonné à 150 % de l’indemnité parlementaire (11.193 euros mensuels). C’est ce qui explique les montants perçus par les bourgmestres d’Ixelles, Molenbeek ou Forest : la commune ne leur verse que le solde.

http://www.lesoir.be/178739/article/2018-09-16/le-salaire-des-bourgmestres-et-echevins-bruxellois

Écrit par : L'enfoiré | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire